Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2010

Voyage de noces au Tyrol...en mob (1974) - I

Ce voyage de noces 1974, avec ma première épouse Mireille, nous l'avions préparé de longue date.
Munis d'une carte très précise que nous avions acheté à prix d'or, nous en avions fixé le tracé, lequel ne faisait pas moins de 2000 km à travers la France, l'Italie, l'Autriche et la Suisse.
Au départ ma jeune promise n'était pas chaude, mais mon père et moi avions fini par la convaincre en lui parlant longuement du périple que nous avions effectué deux ans plus tôt en solex.

En fait, sur les 2000 km, il n'était prévu de n'en faire que la moitié sur nos deux-roues
(Mobylette classique pour elle, Peugeot 104 pour moi). Nous partirions de chez nos parents avec, mais seulement sur 85 km qui nous mèneraient à la gare de Nîmes où là nous prendrions le train jusqu'à Innsbruck, en Autriche.

C'est là que commencerait la partie "cyclo", qui devait nous ramener dans nos Cévennes, en passant par le lac de Constance, Lucerne, Berne, Lausanne, Genève, St Eienne de St Geoirs (ma future affectation) et donc Le Vigan.
Avec un budget "hôtellerie" de 1000 F maxi (l'équivalent de 1000 de nos euros actuels). Il était bien entendu que nous interromprions ce voyage dès ce chiffre atteint.

Avant de commencer ce récit, je voudrais remercier...
Un petit cahier jaune carnet jaune.jpg que je viens de retrouver en faisant mes cartons et  qui m'a permis de reconstituer ce périple (j'avoue que je m'étais un peu emmêlé les pinceaux, l'âge sans doute lol) autant géographiquement que "financièrement" !
C'est celui où je notais, au jour le jour nos "frais de bouche".

C'est donc le lundi 8 juillet 1974 que nous enfourchons nos engins, sous l"oeil embué de nos 4 parents, affolés de laisser leur progéniture (41 ans à nous deux) s'élancer dans pareille aventure.
Avec le recul je me dis qu'effectivement  à cette époque-là, sans portable, sans le net, sans western union, c'était vraiment gonflé !

Ce sera le jour où nous ferons le plus de kilomètres, près de 600, qui nous mèneront à Gênes le soir même.

Une heure et quart pour parcourir en cyclo les 85 km jusqu'à Nîmes. Nous sommes heureux, Mireille et moi, avec nos morceaux de voile accrochés à nos cyclos, pour bien montrer qu'on est en voyage de noces. Ne manque que la plaque JUST MARRIED sur les sacoches !
Puis le train, sous un soleil étouffant. Les cyclos (chose impensable aujourd'hui) sont dans notre train!
Marseille, Toulon, Nice, Vintimille où nous attendons plus d'une heure dans le train.
Les trains italiens à cette époque avaient la particularité d'être en retard systématique, y compris les grands rapides internationaux comme celui où nous trouvions (le Bordeaux-Munich).

Par chance, le soir tombe nettement plus vite (40 minutes de décalage) et c'est à Gênes que se passera la première étape de notre voyage de noces.
Mireille commence à faire grise mine en voyant la laideur du quartier de la Gare, la saleté du seul hôtel que nous avons trouvé -  à prix d'or - et le repas certes copieux que nous avaient concocté un couple de restaurateurs qui nous avaient dit "faites-nous confiance, on aime bien les petits mariés".
La"confiance" nous avait coûté 8400 lires, soit l'équivalent d'un jour de mon salaire...

Cette première nuit de notre voyage de noces allait être sinistre. Par chance, ça allait être la seule.
"C'est ça ton Italie ?" me lancera-t'elle, déçue.
Non, et elle n'allait pas tarder à s'en apercevoir.

                                        ***************

Mardi 9 .C'est un peu "zombies" que ma jeune mariée et moi nous retrouvons dans l'express de Milan le lendemain matin.
Nous dormons l'un contre l'autre, attendrissant les Mamas du wagon...
Changement à Milan, il fait de plus en plus chaud et nous ne sommes pas fâchés, quand, à partir de la ville de Roméo et Juliette, le train pique vers le nord, vers les montagnes rafraîchissantes...
En même pas deux heures, changement radical de décor. A la plaine monotone et industrielle succède une vallée verdoyante, puis carrément la montagne. Du coup on savoure le paysage, penchés à travers la vitre. Le train roule à 70/80 km/h, on est bien, l'air est enfin devenu respirable...
Une chose quand même me rend perplexe, c'est de voir des panneaux inscrits en allemand. Je regarde bien ma carte, la frontière est pourtant encore loin....?

Et ça aussi ça nous inquiète, car le train a pris un gros retard, notre arrivée à Innsbruck prévue à 19h est bien compromise.
De plus le train s'arrête désormais dans toutes les gares, comme le fait notre TGV Méditerrannée, direct de Paris à Marseille (800 bornes) et qui s'arrête à presque toutes les gares en fin de parcours !

Les villages que nous traversons sont magnifiques, très "typiques". Mais, toujours cette interrogation, pourquoi cette architecture qui n'a rien de l'Italie du Nord, et pourquoi ces panneaux en allemand ?
A 19h, alors que le jour décline énormément, nous décidons Mireille et moi de descendre à la prochaine gare qui sera proche d'un village. L'arrivée à Innsbruck - que nous ne connaissons pas - risquant de ne se produire qu'à près de 22 heures, pas question de faire comme la veille.

Et c'est à Klausen que nous décidons de faire étape.
Klausen/Chiusa comme le montre l'affichage en gare.
Quand nous parcourons le village, nous avons vraiment du mal à nous imaginer que nous sommes en Italie.
In-den-Gassen-von-Klausen-Suedtirol.jpg

Tout le monde parle Allemand, les "strade" sont devenues "straat",  les "gasthaus" onr remplacé les "ristorantes" !
Et c'est dans une auberge à l'architecture très tyrolienne que nous dégusterons des... raviolis à la bolognaise qui compteront parmi mes meilleurs souvenirs gustatifs.
Quand même, nous paierons en lires !!

Le soir, nous nous baladons dans le village, émerveillés.
Rien, mais alors rien à voir avec la veille...
Pour nous, le voyage de noces a vraiment commencé là, dans cette bourgade Italienne où tout le monde parle allemand, à seulement 150 km de Venise...
C'est là que nous apprendrons l'existence du "tyrol du Sud", une partie de l'Italie qui a tenu à ne pas se séparer de ses origines. Des "deux côtés" on vit de la même façon, on parle la même langue. Un idéal pour les Basques !
Et ce soir là, la fraîcheur aidant (nous sommes à 800 m d'altitude) c''est enchantés et émerveillés que nous plongerons dans les bras de Morphée.

Il fallait dormir, car le lendemain, "la grande aventure" commençait. 1000 km en deux-roues à travers 5 pays !

Mercredi 10 .Tellement enchantés par cette petite ville, nous décidons de ne reprendre le train qu'en début d'après-midi.

Innsbrück est atteinte vers 15h, nous récupérons nos fidèles destriers.
Mais... il manque une bougie à celui de Mireille, et tout de suite nous nous mettons en quête d'en trouver une. En France, ce genre de choses ne nous prendrait qu'un quart d'heure, mais manifestement notre petit couple ne plaît pas aux gens du cru qui n'essaient même pas de comprendre ce qu'on essaie de leur dire...

On devra se résoudre à pousser les cyclos jusqu'à ce qu'on trouve une station-service. Il nous faudra pousser pendant 3/4 d'heure, pour en trouver une qui dispose de bougies pour les "moped" (c'est ainsi qu'on nomme les cyclos dans la langue de Goethe).

Il n'est pas encore trop tard, on peut encore trouver une chambre chez l'habitant, comme il s'en trouve à foison au Tyrol. Mais les petits lits verts sont rares, et ce n'est que dans la banlieue - très coquette - que nous verrons enfin apparaître le premier grand lit vert, qui signifie "chambre libre".

Là aussi je m'étais renseigné, ce mode d'hébergement est confortable et bon marché. Et ça tombe bien vu les 90 F maxi (environ 90 euros actuels) que nous nous sommes fixés comme somme quotidienne à ne pas dépasser pour le gîte et le couvert. En dehors des sites hyper touristiques, on peut trouver en effet des zimmer pas trop chères. Attention !!! Comme dans tous les pays anglo-saxons, le prix est indiqué "par personne sur la base de deux personnes". C'est à dire qu'en fait ils n'indiquent que la moitié du prix.
Mais, peut-être l'heure tardive (16h30) peut-être qu'on ne leur plaît pas, les prix proposés sont exorbitants. Nous décidons alors (surtout Mireille, qui rongeait de plus en plus son frein) de faire l'impasse sur Innsbruck - que ne verra donc jamais ma première épouse - et de commencer notre parcours.

En avant donc sur la N171, le futur axe européen E60, reliant Brest à Vienne.
Pas pour longtemps, une petite route bucolique qui serpente entre les clochers à bulbe et les prés d'un vert de carte postale nous fait "coucou, venez"..

C'est la première "entorse" à notre planning, et ce ne sera pas la dernière !  Les villages se raréfient, tandis que nous grimpons en altitude. Les forêts de sapins ont succédé aux pâturages et nous arrivons au col de Kuhtai, à 2100 m d'altitude. Les cyclos sont crevés, et nous aussi !

Il est tard, la question de pose de savoir si l'on continue ou l'on fait escale. Vu l'allure des hôtels *** ou **** qui peuplent l'endroit, on ne se fait pas trop d'illusions sur les prix !
On se dit que si la chambre chez l'habitant est proposée à 200 schillings (100 euros), dans des hôtels de cette classe ça doit bien avoisiner le triple.

Ca ne coûte rien de demander, et malgré la multitude de panonceaux de rotary clubs et autres lion's clubs, nous entrons dans celui qui nous semble le plus "modeste" (trois étoiles quand même) et nous dirigeons vers la caisse.

Mireille, fine mouche, explique la situation à l'homme aux clés d'or. A savoir que nous ne sommes pas en voiture, mais en cyclomoteur. Qu'en outre nous sommes mariés d'il y a 4 jours... Je ne sais pas si c'est cela qui fait fondre le concierge, mais celui-ci nous propose une chambre à 220 schillings pour nous deux. Soit l'équivalent de 44 euros actuels.
C'est bien évidemment largement au-dessus de la "norme" que nous nous sommes fixée. Mais d'une part ce n'est pas tous les jours qu'on fait son voyage de noces et surtout que nous pouvons passer la nuit dans un décor pareil.

C'est en visitant la chambre qui nous est proposée que nous craquons, littéralement. Grande chambre, salle de bain WC, avec terrasse plein sud qui donne sur le lac et les montagnes. Vue magique, quoi...

On ne met pas longtemps à se décider. Adjugé vendu, c'est là qu'on dormira, quitte à "serrer les boulons" sur le reste du voyage.

Ce sera l'endroit le plus élévé où j'aurai passé la nuit !

                                            *********************

Jeudi 11. Rebelote, c'est à nouveau un peu dans les vapes que nous entamons la descente vers la vallée. Nous rejoignons très vite la route qui vient de St Moritz, sans savoir que cette route-là me sera familière une dizaine d'années plus tard, mais empruntée cette fois avec une autre épouse... Les petits clins d'oeil de la vie !

Nous filons à un bon 70/80 vers la ville industrielle de Landeck ou ne daignons même pas nous arrêter! 10 km après cette ville, nous prend à nouveau l'envie de faire la route buissonnière, pour cette fois jouir du panorama sur le Massif de la Silvretta. Nous passons sous un pont feroviaire de légende, celui de la Trisanna.

C'est cette rivière Trisanna que nous allons suivre, jusqu'au col Bielher qui culmine à 2035 m. Au bout de 35 km nous avons la surprise de voir un... passage à niveau ! Et oui, les 9 derniers km sont à péage... Et pas donné en plus !
Nous avons alors le choix entre refaire les 35 km en sens inverse, c'est à dire avoir perdu deux bonnes heures, ou de cracher au bassinet. Ce que nous faisons.

On ne le regrettera pas trop, car du Bielerhöhe la vue est magnifique.

Nous laissons reposer nos montures, le temps d'acheter des cartes postales, puis re-descente (toujours à péage). A Bludenz nous prenons une voie-express (en principe interdite aux 2 roues) une des deux voies de l'autoroute en construction, qui nous fera avaler les 20 km qui nous séparent de Feldkirch en 18 minutes!

Feldkirchi sera notre dernière étape autrichienne. Nous y trouvons une "zimmer" comme jamais je n'en trouverai plus tard. Un luxe incroyable et un petit déj' qui vaut un "grand", pour 130 schillings seulement (26 euros actuels). Comme il nous manque pas mal d'heures de sommeil "au compteur", nous ne nous faisons pas prier pour visiter le Pays des Songes.

Le lendemain, ce sera le Liechsteintein puis la Suisse.

______________________________________

Vendredi 12 juillet 1974. Nous quittons donc Feldkirch (Autriche) pour le Liechtenstein.
Mireille est très excitée à l'idée de pénétrer dans cette principauté.
En 20 minutes, nous y sommes. Le jeune marié de 23 ans est encore plus critique que le jeune homme de 21 sur ce Pays d'opérette !
Bien sûr les décors sont jolis mais je sens encore plus que tout cela est "faux", comme l'est Monaco.
La monnaie est Suisse, on y parle Allemand comme dans la Suisse Alémanique, et la frontière entre les deux pays est toute symbolique...

Après avoir fait l'emplette de timbres (mon beau- père m'a re-converti à la philatélie) nous enfourchons nos fidèles destriers direction le Sud.

Au passage je remarque que le franc Suisse a fait un "petit bond" depuis deux ans, il vaut à présent 1,65 franc français ! (aujourd'hui, septembre 2010...5,05 !) Donnée non prise en compte avant le voyage et dont il va falloir s'accommoder...
Nous passons la "frontière" à Buchs (rien à voir avec George) et pénétrons assez vite dans des paysages encore merveilleux. Le long d'une vallée très "roulante", nous longeons un lac sur dix kilomètres et nouvelle grimpette par le Klausenpass (1948 m) qui a l'avantage de faire plus court et surtout...plus joli.

Mais à la descente, un orage nous surprend. Il nous fait perdre deux bonnes heures, si bien que nous devons nous résigner à coucher dans le village de Guillaume Tell, Altdorf.
L'Office du Tourisme nous annonce que tous les hôtels à portée de bourse (c'est à dire moins de 35 francs Suisses - 58 FF soit l'équivalent de 58 euros actuels) sont complets. Ne reste qu'un seul endroit, assez "spécial" nous précise-t'on et à un prix défiant toute concurrence, à 20 FS.
On n'a pas le choix, on prend.
Et c'est alors que je découvre... que la chambre en question est une caravane !
Mireille est aux anges, moi qui n'ai jamais couché dans ces trucs-là un peu moins...

La nuit est agitée.
D'abord l'orage qui revient, puis le vacarme incessant des trains de marchandises qui nous rappelle qu'Altdorf est située sur une très grande ligne de chemin de fer. Du coup ni elle ni moi ne fermerons l'oeil...

                                              **********************

Samedi 13.
C'est une matinée de rêve qui nous attend, car nous allons longer le lac des quatre-cantons sur 40 km. Rêve qui au début est un cauchemar, vu la circulation infernale. 14 km d'enfer, où nous sommes léchés par des camions fonçant sans même nous voir, et je ne parle pas des tunnels...
A Brunnen, c'est de nouveau le paradis, car la petite route que nous prenons est interdite aux poids-lourds. C'est une route hypertouristique, avec des Gasthof et Gasthaus très typiques, comme celui-là
dont nous consultons l'ardoise juste pour rigoler. On sait bien qu'à moins de gagner au loto nous ne sommes pas prêts de fréquenter ce genre d'endroit. Et comme le loto n'est pas inventé, alors ;)

Nous atteignons Lucerne à midi pétantes.

Pas de problème de stationnement avec les cyclos, c'est à la gare que nous attachons nos bécanes. La première chose que je veux montrer à ma jeune épouse, et sans savoir que plus jamais elle ne pourra le revoir (il brûlera entièrement 15 ans après) c'est le vieux pont.  Elle est époustouflée, il y a de quoi.

Puis nous enfourchons nos bécanes, cap à l'ouest-sud-ouest, vers Berne que je ne connais pas. Je connais beaucoup de villes Suisses mais pas la capitale ! Cette fois-ci pas de nationale à camions, mais les petites routes.
Le paysage peu à peu devient moins typique, moins "Suisse". Finies les hautes montagnes et leurs chalets, place à un genre... d'Auvergne, puis carrément de Limousin...!
Le ciel devient de concert de plus en plus sombre, présage de la pluie. Effectivement, à l'entrée d'une bourgade appelée Hutwill, les premières gouttes nous cinglent le visage.

Hutwill, c'est là que nous ferons étape. Et quelle étape....

Nous resterons près de 24 heures dans cette bourgade franchement pas... terrible par rapport à ce que nous venons de voir ! Nous ne connaissions pas les perturbations pluvieuses
Suisses !!

En plus côté hôtel, le choix est vite fait ! Seul l'hôtel de la gare - à 37 FS - est accessible. C'est ça ou rouler sous la pluie.
Dîner également à l'hôtel de la gare, pour pas trop cher il faut le reconnaître (l'équivalent de 20 de nos euros actuels)

                                             ********************

Le lendemain dimanche 14 juillet, il continue de pleuvoir à verse.  Le repas de midi se fera une fois de plus à l'hôtel de la Gare, tandis que nous regardons vers l'ouest, dans l'espoir de voir le ciel s'éclaircir. Mais tintin !
Pendant cette inactivité forcée, nous cogitons. Plus que 6 jours et 418 F... Je pense que raisonnablement, il nous faut renoncer au trajet initial.

Mireille est une des rares femmes qui sait lire les cartes routières.

Elle ne met pas longtemps à se rendre compte que le fameux lac de Neuchâtel dont parlent sans cesse mes parents (ils avaient comme projet de retraite de monter un petit snack français au bord de ce lac) n'est qu'à quelques encâblures. Et, finaude, me demande si on ne pourrait pas faire route plein ouest plutôt que sud-ouest...

Elle a "quelque chose" en tête, mais je ne le sais pas sur le moment.

Va donc pour Neuchâtel ! Ce n'est que vers 16h que, profitant d'une petite accalmie, nous reprenons nos bécanes.

Coucher à AArberg. Pas de Berne, car nous sommes affolés par la circulation ! On voit la ville aux Ours, de loin. Je me dis que ça sera pour la prochaine fois, sans savoir que la fois en question sera 28 ans plus tard !!
Et là le ciel se déchire sur l'ouest, nous montrant le soleil se coucher sur les montagnes.

Une chaîne de montagnes que je connais trop bien : Le Jura....

Et c'est en regardant ma carte de plus près que je m'aperçois qu'on se dirige tout droit... vers Pontarlier ! Pontarlier dont, depuis 4 ans, je ne veux absolument pas entendre parler à cause d'un conte de fées bousillé par les adultes. Pontarlier dont j'ai beaucoup parlé à mon épouse, qui rêve de voir l' "endroit" de mon premier baiser. Pontarlier qui n'est qu'à 80 km...

C'est certain que la France sera atteinte le lendemain, mais pour l'instant, je ne sais pas à quel point frontière...

(à suivre)

 

 

Commentaires

je te lis toujours avec grand plaisir.Allez Cica,tu vas dire que je rabâche mais que de souvenirs communs;tu étais un peu cossard?
Je me suis tapé Dijon-Venise à vélo ,puis Venise-Milan et quand même Milan-Dijon en train.

Écrit par : alain | 08/09/2010

Pas cossard, je dirai même que j'ai parcouru de belles distances en vélo dans mon jeune temps (tiens, encore un sujet de note, la fin brutale de ma période "vélo" en 69) mais le problème, c'est... le temps ! En 1974, j'étais déjà salarié, et tout cela était pris sur mes congés.
En vélo, la même distance était, en temps, à multiplier par 3 voire par 4. Et je ne parle pas des hôteliers qui déjà faisaient grise mine à l'arrivée de conducteurs de 2 roues (tiens, encore une idée de note - t'es génial Alain :) je te dis pas à vélo !!!
Amitiés.

_________________________________________

Sinon, j'aurais aimé que tu me donnes ton avis au sujet de la note précédente. Dois-je déjà réserver une concession à Ouhans? (le cimetière est juste en face de chez moi, ça évitera des pas à ma veuve qui ne manquera pas - j'espère ! - d'être éplorée...)

Écrit par : cica pour Alain | 08/09/2010

Pfiiiiiouu.. Un vrai parcours du combattant ton voyage de noces ;-)

Un peu moins d'une génération nous sépare mais j'ai l'impression de lire quelque chose qui aurait pu concerner mes parents :-))))

J'espère qu'Alain-toubib va pouvoir te rassurer, parce qu'il est évident que ce n'est pas "cool" ce qui t'arrive (tu n'as pas un médecin traitant qui pourrait te renseigner sinon ? - sachant que l'attente est sans doute pire que la révélation, qui sera négative, je l'espère pour toi...).

Bon courage et bisous.

Écrit par : Fiamella | 09/09/2010

Oui, ce genre de choses est typique des années 60/70. Du reste mon père m'avait fait.... traverser le tunnel du Mont Blanc en 1971 !!! Je n'en ai pas fait de note, car je me rends compte que c'est dur à croire.
Quand à l'examen médical, étant donné que mon épouse me suit comme son ombre, il est donc hors de question que j'aille chez le médecin sans elle. Et comme je ne tiens pas à l'affoler, je préfère un avis sur la Toile.
Bises.

Écrit par : Cica pour Fiam | 09/09/2010

Les commentaires sont fermés.