Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2018

Drame de Millas : ce que je pense

Et cela n'engage que moi.


J'ai toujours été un passionné des trains. Abonné à la Vie du Rail depuis 1964, soit 53 ans.


Quand je prends le train, je regarde toujours quelle est la locomotive qui tracte ou qui pousse. Et je peux réciter sur le bout des doigts le nom des gares sur les lignes que je parcours.


Je parcours du reste plus de kilomètres en train qu'en voiture, du reste la voiture est inutile dans l'agglomération de Toulon, où je réside.
Sanary - Toulon centre en voiture, c'est entre 25 minutes et... 2 heures, suivant le moment de la journée. Plus le temps passé à trouver une place, si l'on veut éviter de finir dans les parkings souterrains de Vinci, dimensionnés pour les voitures sans permis et coûtant la peau des fesses !


Je possède bien sûr la carte Senior (depuis bientôt sept ans) et la carte Voyageur de la SNCF.


Enfin je connais presque aussi bien que les cheminots les systèmes de signalisation.

 

 



Tout ça pour vous dire qu'à mon avis, au sujet du TER qui a percuté un car scolaire, c'est....

La conductrice du car qui a raison !!

Les barrières, pour moi, n'étaient pas baissées.

Déjà, les témoignages se contredisent. Or dans ce genre d'affaire, même si on ne se souvient de rien, on ramène toujours à ce qui paraît le plus "logique", en l'occurence les barrières baissées.

On peut aussi se demander pourquoi une mère de famille se serait amusée à griller le feu rouge et casser les barrières...

Avant de me faire une opinion, j'attendais la parution de la Vie du Rail. 
Mais j'ai eu beau décortiquer le numéro, à part le "quarantième anniversaire du RER" (inauguré en 1969...) pas une ligne sur le sujet.
On me rétorquera qu'une enquête est en cours. OK, mais en 2015, quand un TGV d'essais avait déraillé faisant 11 morts, la Vie du Rail avait tout de suite parlé du sujet. Idem pour Brétigny en 2013. Mais là, RIEN !

En outre, en ce moment, les pannes se multiplient à la SNCF. Et on peut se demander si la gare Montparnasse tombe en panne tous les deux mois, pourquoi un miséreux passage à niveau sur une ligne très peu utilisée serait infaillible ?

Je prends le TER très souvent pour aller à Toulon, et les TER sont systématiquement en retard. La cause la plus fréquente ? "problème de signalisation" !!!

Et à propos de passage à niveau, un autre accident a eu lieu hier dans l'Yonne, faisant 2 morts. L'info me semble "étouffée" depuis 24 heures, peut-être à cause des photos montrant le dit passage à niveau au moment de l'accident les barrières certes fermées mais... INTACTES ???

Encore une fois ces propos n'engagent que moi, mais entre d'un côté une mère de famille qui aurait risqué la vie des enfants de son bus, et un système de signalisation défaillant, vu le silence total de la SNCF sur son journal, mon opinion est faite !

Cica.

18:19 Publié dans divers | Lien permanent | Commentaires (25)

04/02/2012

Février le mois de la Grande Faucheuse

A chaque fois que ce mois arrive, j'ai peur pour les miens. Car février est pour moi synonyme de mort.

D'abord le 4. Aujourd'hui, cela fait 14 ans que j'ai perdu ma mère.
Suicide.
Pas le suicide par les médicaments, non, le suicide par arrêt de ses médicaments.

La faute à qui ? A tout le monde.

• Mon "chef adoré" de Mende, qui m'a fait poser une mutation et fait passer la distance qui me séparait d'elle de 110 à 900 km. Et donc de sa petite-fille, qu'elle adorait ?
• Mon père, qui n'a pas voulu acheter l'appartement où ils étaient depuis 15 ans , alors qu'il en avait 5 fois les moyens. Résultat : un déménagement où ma mère a physiquement trop donné vu son état (elle avait fait un infarctus quelques années auparavant) et un nouveau logement pourri ?
• Moi, qui la veille de sa mort, m'étais engueulée avec elle au téléphone ?
• A l'addition des trois ?

 

Ensuite le 15. Décès de mon père. Décès "logique" car il avait 94 ans. Logique ou pas, dure est l'épreuve qui consiste à aller à la messe avec un cercueil à côté de soi...
D'autant que le soir même de sa crémation, j'étais à l'hôpital de Bordeaux au chevet de mon épouse, qui ne savait pas encore qu'elle en sortirait infirme...

 

Le 24 aurait dû voir le mien. Mais Dieu ne l'a pas voulu. Je l'explique dans cette note :

http://cicatrice.hautetfort.com/archive/2010/12/04/l-espe...

Vivement le 1er mars !!

Je vous embrasse.


08:15 Publié dans divers | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : mort