Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2021

Présidentielle (bis)

Note politique, que j'invite à zapper ceux qui ne veulent qu'entendre (plutôt lire) parler que musique ici.
D'ailleurs c'est plus une note statistique que politique. 3 choses :

1) - en septembre 2016, qui aurait parié sur Macron ? Le fait était acquis, le vainqueur sortirait de la primaire de la droite. Et, en janvier 2017, il était impensable que Fillon ne soit pas le nouvel élu...

- en septembre 2011, après la chute de DSK, la réélection de Sarkozy était probable. Hollande était un outsider parmi d'autres...

- en septembre 2006, on ne savait même pas qui allait se (re)présenter !

- en septembre 2001, après un bilan exceptionnel, on ne voyait pas du tout Jospin se faire battre au second tour par Chirac. Mais il y avait un premier tour, où tout le monde (candidats et électeurs) voulaient se faire plaisir. On a vu...

- en septembre 1994, Delors était élu (dans les sondages) sans problème. Encore fallait-il qu'il veuille !
Je pourrai poursuivre ce petit constat pour 1988 (la gauche venant de se faire étaler deux ans plus tôt), 1980 et surtout 1973 ! Constat qui signifie que 8 mois avant, nul ne sait qui allait l'emporter. 

2) l'effet "alternance"

Depuis quelques années, les français n'aiment pas du tout qu'on les roule dans la farine, et le font désormais savoir à chaque élection présidentielle. En 2017, ce fut carrément le "dégagisme", avec la droite et la gauche absents du second tour et en 2012, Sarkozy fut battu.

Je pense que les retraités de la classe moyenne dont la pension ne devait pas être touchée promis-juré feront savoir leur avis sur la CSG-ponction qui, en janvier 2021, est passée de 3.6 à 7.4%...

3) là ça tient de Mme Irma, mais j'ai remarqué que les présidents qui on "régné" le plus longtemps ont dû attendre 3 scrutins avant de triompher.

Wait and see !

17:21 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (9)

02/07/2021

J'aime toujours le Tour... quand même !

Tout d'abord je précise que j'ai été amené à fermer (provisoirement) les commentaires de la note sur l'âge des chanteurs à cause d'un troll qui commençait à me pourrir la vie, et dont les coms étaient de plus en plus agressifs. 
"quelle méconnaissance musicale ! " a été la phrase de trop. Le regretté Gérard Palaprat assurait que j'étais meilleur que Fabien Lecoeuvre, je pense qu'il exagérait, mais de là à dire que je suis nul ! Tapez sur votre moteur de recherche "âge des chanteurs" et vous verrez qui arrive en premier...
Mais ce genre de "chasse à l'homme" me fait poser la question de rester l'un des rares blogs "sans modération"....

Sinon donc, le Tour de France.
J'aime bien "quand même"....

Ce n'est pas la question du dopage qui me gêne, à partir du moment où la santé du coureur n'est pas mise en danger.  

Pas non plus l'argent qu'ils gagnent, car c'est peanuts à côté de ce que touche un footballeur qui rate un pénalty. 

Mais je déplore que ça soit devenu un spectacle dont on tire plus ou moins les ficelles.
Avec comme scénario, immuable, dans une étape sans intérêt, l'échappée d'un coureur dont l'avance maximum sur le peloton est fixée par les directeurs sportifs, le ou les échappé(s) ayant le temps de montrer leur maillot à la télé.
Plus les chances que l'échappée soit couronnée de succès, plus nombreuses sont les "respirations" (nouveau nom donné à la pub, après avoir usé du mot "pause" jusqu'à la corde). Et puis bien sûr, la masse sprinteuse finit par revenir, forcément.

Les annonceurs doivent trouver mauvaise l'absence de grand champion chez les tricolores. 
Ma génération a frémi devant Anquetil, Poulidor, Thévenet, Hinault et Fignon. 
Depuis, fini. Pas que chez nous d'ailleurs ! 

Les chaînes du service "public" estimant quand même gagner de l'argent, on fait garder le maillot jaune à des coureurs tricolores moins "capés" en les laissant miroiter la victoire à Paris.
Hélas la "vilaine" étape contre la montre la veille vient tout chambouler... 

Je l'avoue, voilà 11 ans, j'ai cru aux chances de Thomas Woeckler. J'en avais même fait une note. Mais j'étais encore assez naïf.

Mais rien n'est perdu ! Il arrive qu'un champion gaulois se révèle sur le Tour. Ce fut le cas en 2019 avec Julian Alaphilippe.
Mais apparemment il n'était pas prévu au programme, car après qu'il eût porté 14 jours la tunique jaune, il était parti pour la garder jusqu'à Paris. Mais un orage (!) bienvenu à Val d'Isère fit stopper opportunément la course alors qu'il était victime d'une défaillance.
Il prendra sa revanche l'année d'après en devenant champion du monde.
Et gagnera la première étape du Tour de cette année, malgré des routes non adaptées et OPI / OMI.

Pour moi, il est de la trempe des anciens "grands" et je suis persuadé que s'il a lui aussi une équipe de grimpeurs à son service, il peut gagner un jour le Tour.

Et c'est voir évoluer ce genre de champion généreux dans tout ce qu'il entreprend qui me fait "malgré tout" regarder le Tour. 
Et puis surtout... les images de notre si belle France ! 

Je vous embrasse.

30/06/2021

MAIS QUEL AGE ONT NOS CHANTEURS ? actualisation annuelle

Rassurez-vous, pas de nouveau décès à déplorer .  Mais on arrive au milieu de l'année, et il me faut rajouter un an à tous les chanteurs de la liste.

Mes sources sont Wikipédia et quelques commentateurs. J'ai zappé les chanteurs(ses) qui n'indiquaient pas leur âge, comme Amanda Lear, Jacky Reggan ou Jean-Paul Césari (pourtant invité par lui à sa soirée d'anniversaire - lequel ??? - en 1983...! ), et aussi les groupes, sauf si le leader a connu un succès en solo, comme Mayane Delem, Gaétan Roussel ou Maître Gims.

Egalement les moins de 30 ans, du reste peu nombreux, car la "cible" de cette note est de savoir l'âge des plus anciens.
Suite au "pinaillage" de certains commentateurs (pourquoi bidule et pas machin ?), j'ai décidé de ne faire apparaître que les chanteurs français, à l'exception de : Garou, Céline Dion, Roch Voisine, Lio, Frédéric François, Jane Birkin, Richard Cocciante, Dave, Adamo, Julio Iglesias, Nana Mouskouri et Petula Clark. 13 personnes sur près de 400 .

Enfin, mes goûts personnels n'interviennent pas.

Les "sexa" et plus représentent la majorité des chanteurs, l'âge "médian" étant de... 61 ans, c'est à dire que la moitié des personnes sont plus âgées...

Donc à la date du 21 juin 2021:

- Les « trentenaires ».

Sur-représentés (19% des chanteurs, 12% de la population)

31 ans Mélissa Nkonda, Jul, et Ridsa
32 ans Joyce Jonathan, Sheryfa Luna, Tal, Slimane et Priscilla (Betti).
33 ans Alma, et Christine (and the queens)
34 ans Maître Gims, Kenza Farah et Anaïs Delva.
36 ans Amel Bent, Claudio Cappeo, M. Pokora, Shy'm, Leslie, Brice Conrad, Sofia Assïdi et Stromae.

37 ans Alizée, Juliette Armanet, Black M,  Ben l’oncle soul, Colonel Reyel, Jérémy Châtelain, Amir Haddad, Sonia Lacen et Tony Axel.
38 ans Emma Daumas, Vitaa, Christophe Willem, Jean-Baptiste Guégan et Keen V.
39 ans Amine, Chimène Badi, Julien Doré, Elodie (Frégé), Jenifer, Nolwenn Leroy, Orelsan, DJ Assad, Thierry Amiel et Lorie.

- Les « quadra »

légèrement sur-représentés avec 14 % de l’effectif au lieu de 12%.

40 ans Akon, Najoua Belyzel, la Fouine, Miryam Abel, Sandrine François et Julie Zenatti.
41 ans Eve Angeli, Pauline Croze, Diam’s, Renan Luce, Olivia Ruiz, Michel Telo et Zaz.
42 ans Grégoire, Larusso, Mikael Miro, Forent Mothe, Christophe Rippert, Emmanuel Moire, Lynnsha, Soprano et Youssoufa.
43 ans Faudel, Camille, Saya, Rose, Mayane Delem (Des Brigitte)
44 ans, Merwan Rim, Matt Houston, Nathalie Lefebvre (Melody), Tom Frager, Grand Corps Malade, Rohff et Singuila.
45 ans Anaïs (Croze), Vincent Delerm, Martin Solveig, Mokobé, Rod Janois, Booba et Elisa Tovati.

46 ans Anne, Claire Keim, Christophe Maé, Raphaël et Emily Loizeau.
47 ans Angunn, Doc Gyneco, Ophélie Winter.
48 ans Assia, Thomas Dutronc, Emmanuelle, Elsa (Lunghini), Frédéric Lerner, Nadya, Aldebert et Benjamin Biolay.

49 ans David Charvet, Steve Estatof, Vanessa Paradis, Gaétan Roussel et Garou.- Les « quinqua »

Légèrement sur-représentés avec 15 % de l’effectif (au lieu de 13)

50 ans Calogéro, Charlotte Gainsbourg, Laam, M, Hélène Ségara
51 ans Billy et Lara Fabian.

52 ans Benabar, Christophe Rippert, Patrick Fiori, Mc Solaar, Noa, et la Grande Sophie.
53 ans Akhenaton, Cali, Céline Dion, et Philippe Katerine
54 ans Carla Bruni-Sarkozy, Gérard De Palmas, David Guetta, et Joey Starr

55 ans Arthur H, David Hallyday, Patricia Kaas, et Hélène (Rolles)
56 ans Dany Brillant, Jean-Pierre François, Jil Kaplan, Pascal Obispo, Christine Roque et Stéphanie (de Monaco).
57 ans Zazie , Ritchy (Laurent) Caroline Grimm et Miossec
58 ans Emmanuelle Mottaz, Pauline Ester, Ahmed Mouici, Roch Voisine et Renaud Hantson

59 ans Julie Bataille, Juliette, Liane Foly, Jesse Garon, Thierry Hazard, Marc Lavoine, Lio, Marc Morgan.

-  les « sexa »

Surreprésentés (15% sur 12%)

60 ans Axel Bauer, Manu Chao, Mylène Farmer, Corinne Hermès, Alain Lanty, Art Mengo, Florent Pagny, Philippe Russo, Sanseverino, Sébastien El Chato et Roméo.

61 ans Corynne Charby, Yannick Noah, Thierry Pastor et Didier Sustrac.

61 ans, l’âge médian de nos chanteurs ! Ce qui veut dire qu’il y en a autant de plus jeunes que de plus vieux…
Dans la population française (pourtant vieillissante) cet âge médian est de 44 ans….
On continue avec la moitié la plus ancienne des interprètes.

62 ans Patrick Bruel, Vincent Lagaf, Lena (Lenaik Giquel) et Tom Novembre.
63 ans François Feldman, Félix Gray, Francis Lalanne, Jeanne Mas.
64 ans Bibie, Marie-Claire Buzy, Véronique Jannot, Patricia Lavila, Marie Myriam, Julie Pietri et Catherine Ringer.

65 ans Charlélie Couture, Etienne Daho, Graziella de Michele, Renaud Détressan, Jean-Jacques ("maman"), Sabrina Lory et Franky Vincent.
66 ans Isabelle Adjani, Jean-Louis Aubert, Karen Cheryl, Jean-jacques Lafon, Jean-Pierre Mader, Jakie Quartz.
67 ans Didier Barbelivien, Catherine Bardin, Louis Bertignac,  Philippe Cataldo, Robert Lauri, François Valéry Vivien Savage et Franck Michael.
68 ans Gérard Blanchard, Francis Cabrel, Michel Chevalier, Dorothée, Catherine Ferry.

69 ans Anne-Marie David, Désireless, Jean Guidoni, Jean-Luc Lahaye, Christopher Laird, Bernard Minet, Jean-Louis Murat, Renaud.

- les « septua ». Hyper-représentés (25% de l’effectif) contre 9 % de la population. C'est la tranche d'âge de la grande vague "yéyé" du début des années 60, Stella et Christine Lebail faisant figure d'exceptions !

70 ans Jean-Jacques Goldman, Gilbert Montagné, Catherine Ribeiro et Charlotte Jullian.

A partir de là, tous ceux que je vais citer sont plus âgés que moi.

71  ans Frédéric François,, Chantal Richard (dite « Sloane »), Saint Preux, Stella et Christian Vidal.

72 ans (12 personnes) Alain Chamfort, Martine Clémenceau, Romain Didier, Yves Duteil, , Maxime Leforestier, Patrick Loiseau, Nicolas Peyrac, André Rieu, Nicole Rieu, Véronique Sanson, Santiana, Jean-Pierre Savelli (dit «peter »)

73 ans (10 personnes) Christine Lebail , Louis Chedid, Jean Falissard, Richard Gotainer, Daniel Guichard, Jean-Michel Jarre, Séverine, Jacqueline Taïeb, Hubert-Felix Thiefaine, Laurent Voulzy.

74 ans (13 personnes) Julien Clerc,  FR David, Joel Daydé, Michel Jonasz, Philippe Lavil, Gérard Layani, Claude Morgan, Isabelle Mayereau, Frank Michael, Patricia, Michel Sardou, Stone, Michèle Torr et Christian Delagrange.

75 ans (16 personnes) avec Patrick Abrial, Marie-Paule Belle, Ronnie Bird, Jane Birkin, Richard Cocciante, Alice Dona, Pierre Groscolas, René Joly, Bernard Lavilliers, Mireille Mathieu, Jean-François Michael, Guesch Patti, Annie Philippe, William Sheller, Hervé Vilard et Ringo Willy-Cat.

76 ans (11 personnes) Jean-Patrick Capdevielle, Catherine Lara, Gérard Lenorman, Herbert Léonard, Gérard Manset, Marianne Mille, Moustique, Michel Paje, Gilles Servat et Sheila.

77 ans (18 personnes) Antoine, Lucky Blondo, Noelle Cordier, Pascal Danel, Dani, Dave, Françoise Hardy, Yves Jouffroy, Michel Laurent, Mannick, Guy Mardel, Nicoletta, Michel Polnareff, Gilles Olivier, Yves Simon, Alain Souchon, Alan Stivell, Sylvie Vartan.
C'est la tranche d'âge la plus représentée, et même surreprésentée, exactement 4 fois plus de chanteurs de 77 ans que de personnes du même âge !!

78 ans (9 personnes) Adamo, Georges Chelon, Jacques Dutronc, Julio Iglesias, Serge Lama, Anne Léonard, Jacques Monty, Jean Schulteis.

79 ans (6 personnes)  Noël Deschamps, Michel Fugain, Chantal Goya, Valérie Lagrange, Eddy Mitchell.

7) Les « octo » et plus.

Ils sont 32, représentatifs de leur tranche d'âge :

31 èmes avec 80 ans Jacqueline Boyer, Michel Mallory.

26 èmes avec 81 ans Pierre Charby, Jean-Jacques Debout, Romuald, Frankie Jordan, et Henri Dès.

22 èmes avec 82 ans Maurice Dulac, Brigitte Fontaine, Danyel Gérard, et Henri Tachan.

19 émes avec 83 ans Isabelle Aubret, Patricia Carli, et Enrico Macias.

17 émes avec 84 ans Guy et Corinne Marchand (aucun lien de parenté)

16 ème avec 85 ans Nicole Croisille.

13 èmes avec 87 ans Brigitte Bardot, Jacqueline Dulac et Pierre Perret.

11 èmes avec 88 ans Gilles Dreu, Nana Mouskouri 

10 ème, qui a eu 89 ans le 15 novembre, Pétula CLARK.

Y a –t’il des « nonas  et au-delà » ??

OUI, NEUF ! eux aussi sur-représentés
(3% contre 1,4 %
de la population. A noter qu'en mars 2011, quand j'ai créé cet "annuaire", les plus de 90 ans ne représentaient que 0,9%)

Numéro neuf, qui a eu 90 ans le 27 novembre, Jacqueline DANNO

Numéro huit, qui a eu 91 ans le 26 décembre, REGINE.

Numéro sept, qui aura 92 ans le 18 aout, Hugues AUFRAY


Numéro six, qui a eu 92 ans le 1er avril et troisième chez les messieurs Marcel AMONT.

Numéro cinq qui a eu 92 ans le 26 mars dernier et second chez les messieurs Charles DUMONT.

Numéro quatre qui a eu 92 ans le 1er janvier Lucette RAILLAT.


MEDAILLE DE BRONZE , qui aura  93 ans le 2 juillet, Line RENAUD.  

MEDAILLE D'ARGENT qui a eu 93 ans le 26 février et premier chez les messieurs Francis LINEL

ET LA DOYENNE qui aura 94 ans le 12 septembre : Mathé ALTERY  




voilà.

N’hésitez pas à me faire savoir si j’ai des manques, voire des doublons j'espère ne pas trop en retirer de la liste dans un an... 

Je laisse les anciens commentaires, et j'ouvre grand la porte aux nouveaux !

PROCHAINE REACTUALISATION GENERALE FIN JUIN 2022.


Sauf bien sûr décès :(

Je vous embrasse.

02/06/2021

Les prénoms Bretons à travers les siècles

A l'heure où on parle beaucoup des langues régionales et disposant d'un arbre généalogique remontant au moyen-âge sur mon ascendance bretonne (374 personnes), j'ai voulu voir quels étaient leurs prénoms en fonction de l'époque.
Liste non alphabétique ni croissante ni décroissante.

XIX ème siècle :

Alexis-Marie, Jacques-François, Marie, Jeanne, Mathurine, Renée.

XVIII ème siècle :

Claude, Angélique, Mathurine, Jean, Etienne, Louise, Joseph, Marie, Mathurin, Gilette, Guy, Olivier, Charlotte, Jacques, Pierre, Cyprienne, Renée, Julienne, Louis, Marie-Guillemette, Hélène, Barnabé, Gilles, François, Anne.

XVII ème siècle :

Claude, Pierre, Jacquemine, Janne, Olivier, Marie, Françoise, Jacques, Alain, Hugues, Cyprienne, Charles, Jean, Gabrielle, Joseph, Mathurin, Louis, Jan, Charlotte, Gilette, Pétronille, Luc, Rémy, Péronille, Simone, Julien, Elisabeth, Isabeau, Guillaume, Guillemette, David, Thomasse, Mathurine, Péronelle, Roland, Thomas, Marguerite, Catherine, Perrine, Christophe, Laurence, Maurie, Gabriel, Rolande, Bertrande, Nicolas, Guy, Vincente, Laurent, Honorée, Briand, Noëlle, Renée,

XVI ème siècle :

Olive, Guillaume, Bertrand, Julienne, Pierre, Guillemette, Françoise, Hélène, Roland, Jacques, Catherine, Jan, Jean, Perrine, Alain, Maurie, François, Charles, Toussaint, Christine, Gilles, Michelle, Rolande, Claude, Claudine, Jacquemine, Jehan, Isabelle, Guillaume, Bertranne, Guyon, Yves, Gabriel, Christophe, Marguerite, Gilette, Jacquette, Olivier.

XV ème siècle :

Yvon, Yvonne, Olive, Olivier, Guillaume, Guillemette, Jean, Louise, Christophe, Jean, Jeanne, Françoise, Alain, Fleurie.

XIV ème siècle :

Alain, Jeanne, Eon, Jean, Guillemot, Raoulet.

Ayant eu la flemme de le faire avec un tableur, il se peut qu'il y ait des doublons. Je compte sur vous (notamment Leroy) pour me les signaler.

26/05/2021

Alors, qui, en 2022 ?

Je me garderai bien de faire un quelconque pronostic, mais je voulais rappeler quelques faits :

- en décembre 2016, soit 5 mois avant l'élection, Fillon était élu dans un fauteuil...

- en avril 2011, on ne voyait pas d'autre candidat que DSK pour (éventuellement) succéder à Sarkozy.

- en mars 2002, le suspense ne portait pas sur le fait que Jospin soit élu, mais sur l'écart qu'il mettrait à Chirac.

- en janvier 1995 c'était la même chose avec Balladur à la place de Jospin.

C'est pour ça que les sondages avec intentions de vote au second tour me semblent un peu prématurés, à encore onze mois de l'élection.

17/05/2021

Pauvres Rolling Stones !

Cette société d'assurances avait d'abord pris un morceau de
she's a raimbow des Stones (1967) pour accompagner leur pub.


Pourquoi pas ? Ce n'était pas la première fois qu'un titre de NOS sixties servait de support à une pub.

Mais là où ça ne va pas, c'est qu'on puisse se permettre de la massacrer !!

Regardez ce qu'ils en ont fait !

20/03/2021

Le premier confinement était-il nécessaire ?

J'ai mis du temps à les trouver, mais voici un tableau de l'INSEE (gouvernemental donc) qui donne les chiffres de la mortalité moyennés sur 5 ans avec, mis en évidence, quelques épisodes meurtriers :

insee.jpg

2020 est représentée par la courbe rouge.
Au vu de cette courbe, ma réponse est : oui, mais pas si longtemps.
Déjà on remarquera que le nombre de décès durant la "première vague" est sensiblement le même que la grippe de Hong-Kong de 1969/70 (courbe bleue), laquelle n'a pas donné lieu à des "gestes barrière", fermetures d'école (la moitié des élèves de ma classe était malade) ni autre confinement.
Pas de Salomon quotidien, alors que pendant 10 jours, le pic était de 1000 décès quotidiens...
Au final 35.000 morts pour cette grippe, plus que la "première vague Covid".

Cette "première vague" a très précisément commencé le 12 mars, a culminé le 1er avril et s'est éteinte le 28 avril. C'est là qu'on aurait dû arrêter le confinement.
Car ce n'est pas le confinement qui a fait cesser cette première épidémie, c'est l'évolution normale en courbe en cloche de toute maladie à virus. Comme la grippe de Hong Kong, qui a débuté le 7 décembre 1969 et a cessé le 6 janvier.
Sans confinement, ni gestes-barrière.

Les chiffres de 2020 ont été arrêtés à l'été, donc on ne peut pas tirer de conclusions sur la seconde vague. 

Sinon, dans un tout autre domaine, ce diagramme permet de chiffrer la mortalité de la canicule de l'été 2003. Plus visible dans un second tableau

CANICULE.JPG

qui "jette un froid" car pendant plus d'une semaine c'était autre chose que le covid, plus de 1000 décès par jour avec un pic à 2200 le 12 août ! En tout 17.000 morts, dont deux tiers de femmes.

En tout cas, si la bourse bat des records (elle a toujours été amorale), des milliers de commerçants et de salles de spectacle ont mis la clé sous la porte.
Alors qu'on risque beaucoup plus d'être contaminé dans les transports en commun bondés (j'en viens ....) que dans des salles de spectacle respectant les fameux "gestes-barrière".

Je vous embrasse.

04/03/2021

les derniers chiffres du COVID

Perso je n'y crois pas trop mais je vais m'appuyer sur les chiffres du ministère de la Santé.

D'où il ressort, que depuis le début de l'épidémie, les décès se répartissent de la façon suivante :

- zéro jusqu'à 19 ans.
- 1 pour 130.000 chez les vingtenaires
- 1 pour 48.000 chez les trentenaires
- 1 pour 14.500 chez les quadras
- 1 pour 4.500 chez les quinquas
- 1 pour 1.300 chez les sexas et
- 1 pour 450 chez les septuas.
Au-dessus pas de statistique possible, l'âge médian des décédés de la maladie étant le même que celui de la population "tout court".
D'autre part cette population (quatre millions de personnes) a pour la plupart été vaccinée.

En un an le virus aura tué 22.042 personnes de moins de 80 ans, soit 0,03%...

On est loin des chiffres effrayants donnés par les "pouvoirs publics", et qui varient d'ailleurs (à la hausse comme à la baisse) d'une chaîne de télé à l'autre.

Est-ce que ça valait le coup de casser toute l'économie, de mettre en faillite les restaurateurs, les artistes (les gens qui vivent du spectacle en général), de menacer sérieusement la SNCF, les transports aériens avec des mesures inadaptées ?
Dimanche je suis allé dans une église près de chez moi. Un siège sur deux était condamné.
Quelques jours avant, j'étais dans le train Lorient-Rennes : les gens y étaient debout, serrés comme des sardines, vu que la SNCF avait réduit son offre.
Gestes-barricades pour le clergé, absence totale de distanciation sur les rails...

Je me permettrai de faire une comparaison.
Le virus a tué 1 français sur 3000. Enorme, j'en conviens, même si je ne suis pas d'accord avec les mesures prises.
La route en 1972 en avait tué quasiment autant (1 sur 3190). A-t'on alors fermé les auto-écoles, imposé une restriction de circulation, encouragé vivement les transports en commun ?
Rien de tout ça. Bien au contraire, Pompidou et Cie ont fermé l'année suivante 4.300 km de lignes ! (source : la vie du rail)
Il est vrai qu'à cette époque, la fiscalité (la fameuse TIPP notamment) passait avant la vie des gens...

Rendez-vous à 18h pour le feuilleton du jeudi : le virus circu-le de plus en plus acti-ve-ment !


Je vous embrasse.


31/12/2020

Claude Bolling et le "syndrome Cocteau"

Jean Cocteau a été un des plus grands écrivains du siècle dernier. Dramaturge, poète, élu à l'Académie Française, il a été aussi un grand cinéaste. La belle et la bête, où il mettait en valeur son compagnon Jean Marais, c'était lui. Il est mort le 11 octobre 1963 et sa disparition passera pourtant presque inaperçue !
Pourquoi ?
Parce qu'il est décédé le même jour qu'Edith Piaf... Qui elle, aura les obsèques nationales qu'elle méritait.

L'info est impitoyable.

Cette situation allait se reproduire 3 fois.

L'immense acteur du Français Louis Seigner, un des plus grands de son temps, a eu le mauvais goût de tirer sa révérence le jour où la guerre du Golfe a commencé. Sa mort est passée en "brève" au milieu des images de guerre dont beaucoup - notamment votre serviteur - pensaient qu'elle pouvait très mal finir.

Encore un académicien, Jean d'Ormesson, qui lui aussi aurait mérité de belles funérailles, bien que je ne partageasse point ses orientations politiques.
Mais voilà, Johnny Hallyday lui a "volé la vedette"...

Et enfin aujourd'hui c'est Claude Bolling qui s'en va. Pianiste de jazz , orchestrateur , arrangeur, compositeur,  chef d'orchestre, qui a créé le groupe les Parisiennes voilà 60 ans.
Lui non plus n'aura pas droit de la part des média à l'hommage qu'il mérite.
Car dans "la hiérarchie de la célébrité", un monstre sacré est parti tout à l'heure.
Robert Hossein était son nom.


C'est sûr que vu le nombre assez important de personnalités et le nombre fixe de jours dans l'année (365), ces malheureux doublons se reproduiront encore.

Le moins souvent possible, j'espère !

Je vous embrasse.

15:00 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (3)

10/11/2020

Le VRAI bilan du Covid

565 morts dans les dernières 24 h annoncés par Salomon, rien que pour les hôpitaux.

Le même qui annonçait 1438 morts le 15 avril...

Capture.JPG

Je fais partie de la "génération Tchernobyl", celle qui entendait tous les soirs que, dormez braves gens, le nuage n'a pas franchi la frontière...
A Météo-France, on savait pertinemment que le nuage radioactif nous avait enveloppés, nous pouvions accéder aux données des capteurs de radioactivité, lesquels avaient commencé à s'affoler sur l'est du pays dès les premiers jours de mai.
Et nous, nous avions ordre, à la fin de chaque bulletin météo, de dire qu'aucune trace de radio-activité n'avait été relevée dans le département !
J'habitais à cette époque dans les Hautes-Alpes, donc aux premières loges.

Revenons au COVID.

J'avoue qu'il y a de quoi s'emmêler à force d'entendre des infos contradictoires. Le virus toucherait les anciens, les déjà malades, les obèses. Puis ce fut les enfants, "porteurs sains" mais très contaminants. Puis finalement non, c'étaient les jeunes parisiens qui se regroupaient dans les parcs, ou alors ceux qui faisaient la nouba chez eux...

Les sites eux-mêmes se contredisaient, il y avait les morts sans EHPAD, avec EHPAD...
Certains sites - y compris gouvernementaux - affirmaient que l'âge médian des décès COVID était plus élevé que celui des décès "tout court", et que donc il fallait diviser le chiffre des décès par deux pour avoir le "bon" chiffre.

Bref, Jean ne me contrariera pas, tout cela c'était de la politique.

Alors, comment savoir ?

C'est le hasard qui m'a fait trouver la solution. J'étais en train de lire un article sur la canicule de 2003, qui avait fait 15.000 morts en 3 semaines.
Entre parenthèses, ça ne monopolisait pas les journaux, de presse, de radio ou de télé !

Et là, j'ai vu effectivement sur le site de l'INSEE la courbe de 2003 se décrocher de la courbe "moyenne" des décès journaliers pour cette période de l'année, qui est d'environ 1500.

Bon Dieu ! Mais c'est bien sûr !

J'ai donc tapé "INSEE DECES COVID".
Et je suis tombé sur ça

INSEE 26 OCT.JPG

Alors déjà : question pour un cycliste !

Je monte un col situé à 2258 m d'altitude. Je suis déjà à 1600. Quel dénivelé me restera-t'il ?
1438, me répond Salomon !!!

Hé oui mes enfants, à l'heure ou beaucoup de monde dispose d'Internet et d'un peu de cervelle, il devient de plus en plus dur de prendre les gens pour des crétins...

Cela s'appelle la surmortalité. Et dès lors que l'on dispose des chiffres pour une journée donnée, il suffit d'additionner pour en avoir le bilan total. Bilan qui ne sera pas dû au seul coronavirus. Il peut aussi être dû aux effets du confinement (suicides, dépression, offre de soins "hors covid" réduite au strict minimum - j'en sais quelque chose).

J'ai fait les additions et les soustractions, je vous les épargnerai, et je vous livre les résultats :

- BILAN DU MOIS DE MARS : environ 8000 décès.

- AVRIL : environ 17.000 avec un "pic" à 1150 le 1er. Pour info le 15 on était loin des 1438 annoncés par Santé Publique France, c'était plutôt 650....

BILAN DE LA PREMIERE VAGUE 25.000, qui je le rappelle ne sont pas que des victimes directes du virus;

- DE MAI à JUILLET pas de surmortalité.

- AOUT environ 2000 morts avec un pic de 380 le 12.

- SEPTEMBRE environ 1000 morts

- OCTOBRE (jusqu'au 26) environ 3000 morts avec un pic de 365 le 21.

Cette "seconde vague" a fait, jusqu'à la fin de la semaine dernière, 6000 morts. On est loin des chiffres claironnés par Véran...

Au total 31.000 décès "anormaux".


Ces courbes mettent d'autres choses en évidence.

La grippe du début 2018 aurait fait 10.000 victimes rien que pour mars et avril.
Mais pas vendeur ça, Coco.

Dans mon domaine on voit le pic rouge du 25 juillet 2019 : Près de 1900 décès de plus ce jour-là, où la température a explosé à 42°6 dans la capitale.

Affaire à suivre, le lien que J'ai mis se mettra toutes les semaines à jour.

Je vous embrasse.