Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2019

Les 50 interprètes des années 63 à 74 selon SLC : Dick RIVERS

1962 / 1965 : Dick le "découvreur"

Triste jour que ce 24 avril 2019 qui voit partir le "deuxième mousquetaire" du rock français.
Dick était le seul avec Johnny et Gérard Palaprat à avoir su garder sa voix intacte depuis les années 60. Quand on écoute Sardou ou Christophe, on sent hélas que le poids des années est passé.

Tout comme pour Eddy Mitchell, je passerai sur la période "Chats Sauvages" qui s'étend de mai 1961 à juin 1962. J'insisterai simplement sur le fait que Dick Rivers s'est retrouvé leader d'un groupe vedette à.... 15 ans et demie ! Pour mémoire, Johnny avait déjà 17 ans quand il a enregistré son premier disque. Et tordons le cou à une idée reçue : Twist à St tropez n'a été vraiment connue qu'à partir des années 80...

En revanche le premier de Dick en solo Baby John (juillet 62) sera tout de suite un succès.
Idem pour son second A Séville (décembre 1962).

Venons-en donc à la période "Salut les Copains".
La fille qu'on a tant aimée sort en février 1963 et se classera 11ème dès le mois de mars.

Pathé, on le voit, lui fait sortir ses disques en rafales, tous les deux mois à peu près.
Mais petite déception pour le suivant, l'effet que tu me fais, qui sortira en avril, ne sera que 22ème en juillet, tandis que je ne peux pas t'oublier piétinera dans l'antichambre.

Pour juin, sortie de Mais oui Baby, qui attendra octobre pour se classer seulement 19ème (juste derrière Michel Berger, 18ème...). Antichambre pour Laisse parler ton coeur et ça ne s'oublie pas. Pas mal quand même, 3 disques dans les 50, vu la concurrence effrénée de l'époque (les "grands", plus les Michel - Laurent, Berger, Paje - Jacky Moulière, Billy Bridge, Larry Gréco, Alice Dona, Evy, Les Aiglons, Lucky Blondo, Vic Laurens, les Gam's, Jean-Jacques Debout, les Surfs, Nancy Holloway, Tiny Yong, Les Champions, etc).

Début de la notoriété avec le disque d'octobre 63 qui va comporter un doublé, la face A Tu n'es plus là va rester 10 semaines dans les 10 premiers, avec une belle 4ème place. J'en suis fou, pour sa part, adaptation du Love me Do des Beatles - groupe encore inconnu du hit de SLC à l'époque ! - sera classé 22ème en décembre.

Et pour l'année 63, Dick sera consacré 7ème interprète de l'année, 5ème chanteur masculin derrière fort logiquement Johnny, Cloclo, Richard Anthony et Eddy Mitchell. Ce "club des cinq" va durer pas mal d'années, jusqu'en 1978 avec la mort de Cloclo et le déclin sérieux de Richard Anthony.

1964.

En février sort rien que toi, qui arrivera sur le podium début avril. Premier disque où il remplace "Dick Rivers" par "Dick", et cela durera jusqu'à l'été 67.

Petite baisse de forme pous on disque de l'été : Bientôt à moi ne dépassera pas la 24ème place et Juliet la 30ème...

Mais doublé pour le disque qui suit, sorti en octobre.
Il avait adapté les Beatles, ce sera chose faite pour les Rolling Stones avec Entre nous c'est fini, présent 4 mois dans le hit, 11ème en décembre.
Je ne suis plus rien sans toi sera 23ème en décembre et janvier.
La seule qui me tient et la merveilleuse chanson ces mots qu'on oublie un jour seront dans l'antichambre.
Et un autre disque extrait de son 33 tours, Tobacco Road, va se hisser dans les 20 premières !

Joli automne pour Dick Rivers. Jolie année aussi, où il gardera sa 5ème place de chanteur. Il ne lui manque plus qu'un numéro 1 pour achever son bonheur...

1965

Dick Rivers est un découvreur de talents. Après les Beatles en octobre 63, il va, en mars, adapter un groupe totalement inconnu, les Moody Blues. Bye bye bird, qui sortira 8 mois plus tard, ne sera connu que des "copains" de mon âge, tandis qu'il faudra attendre... 4 ans pour que le grand public ne découvre ce groupe avec la première chanson symphonique pop Nights in white satin.
Personne, en dehors de quelques initiés ne connaît alors Go now. Dick l'adapte et là c'est le jackpot !!
Va-t'en, va-t'en va se classer rapidement au sommet, numéro 1 du hit de SLC pendant 4 semaines à partir de début mai !!!

Mais il ne s'endort pas sur ses lauriers, et alors que Va-t'en, va-t'en est encore sur le podium, il enregistre une chanson sur le crime passionnel, Frappe de toutes tes forces. A l'époque, les Travaux Forcés existaient encore en France....:(
Cette chanson sera 5ème en juillet. Doublé pour le disque, car long long long arrivera 21ème.

En septembre, il adapte encore un quasi-inconnu, Donovan, Colours deviendra Couleurs, et se hissera à la 7ème place en novembre. La face A, je l'ai aimée avant toi, ne sera que 13ème le même mois. 2 chansons dans les 13 premières, ce n'est quand même pas mal....

Il va encore enregistrer un disque en décembre, mais il ne se classera que l'année suivante.

Pour 1965, Dick Rivers s'accroche à sa 5ème place de chanteur français. Mais attention, 66 arrive, avec la seconde vague, celle dont j'ai parlé la semaine passée. Comment va t-il la négocier ???

Il avait donc sorti un disque en décembre, et avec lui il fera un doublé : Demain sera n°10 en janvier, Tout se passe dans les yeux 8ème en février.

Il est une chanson de Dick que j'ai cherchée pendant....presque 3 ans ! Quand un homme plein d'argent est sorti, moi je n'en avais pas assez (d'argent) pour me le payer. Et je comptais faire comme d'habitude, c'est à dire attendre un an avant d'aller dans une boutique spécialisée en disque d'occasion rue de l'Odéon (Disc-Inter) pour l'avoir avec 60% de réduction. Mais là, macache ! Et quand j'aurai assez de fric pour pouvoir enfin me le payer, il sera devenu introuvable :(

Pendant des années et des années je le chercherai. En 1989 je le vis coté à Juke-Box magazine pour 100 francs (23 euros actuels). J'ai alors lancé une petite annonce, qui stipulait que j'étais prêt à payer ce prix pour l'obtenir. Pas de réponse...
Et c'est pendant ma grosse dépression que... Nathalie (!) en 1996 viendra me dire que dans le petit magasin de disques mendois s'y vendaient des occasions. Je quittai péniblement mon lit pour aller voir, et là.... mon Dick Rivers !!! Pour 1 franc de l'époque (0.20 euro actuel) !!!!
Une affaire, car actuellement il se négocie pour 8.50 euros...

Bref, côté hit-parade, ce disque fera un carton. Un homme plein d'argent se classera 7ème en mai, Mister Pitiful 10ème et c'est là qu'on est le mieux 21ème ! Un triplé...

Le disque suivant, son 15ème 45 tours, en revanche décevra. Mon ami lointain (hommage à son idole Elvis Presley) ne sera que 20ème en juin et l'autre face Donne-moi la main 23ème en juillet.
Un air me parle, chanson de son 33 tours, arrivera quand à elle 13ème en juillet.

Il attendra novembre pour sortir Via Lucifer qui se classera 10ème en février 67. Mais plus de doublé et encore moins de triplé...

Cependant, Dick Rivers va se hisser sur le podium des interprètes pour cette année 66, seulement devancé par Johnny et Claude François. C'est le sommet de sa carrière.

Qui dit sommet dit hélas redescente...

Son disque de mars 67, l'histoire d'un homme, plafonnera à la 19ème place.

Celui de l'été, Jéricho, ne sera que 23ème en août.

Je suis triste, sorti en novembre, atteindra heureusement le "top ten".

Mais pour cette année 67, il dégringole à la 16ème place des interprètes, 12ème chanteur...
Ca sent la traversée du désert...

Elle se confirme en 1968, avec seulement l'enfant à la guitare qui sera classé, 18ème en mai. Ma chanson préférée de Dick, le charlatan, ne sera que dans l'antichambre...

Pas de classement dans les 25 pour un coeur blessé (juillet) et Même (novembre).

La traversée du désert commence. Elle va durer 7 ans, avec quand même une petite oasis en 1973 (on en reparlera).

Son seul disque sorti en 1969, les couleurs de l'amour, adaptation de Barry Ryan, ne sera pas classé.

1970, première année sabbatique pour lui, pas de 45 tours.

En 1971 il tente avec l'homme qui se rappelle. Retour aux sources, car c'est l'adaptation de Melancholy man des Moody Blues, ces mêmes Moody Blues grâce auxquels il avait eu, 6 ans plus tôt, un numéro 1... Mais rien ne se passe.

Pas plus qu'en 1972 avec Brother Jack.
Dick est en panne..
En 1973, tandis qu'Eddy Mitchell est complètement "out", et que Johnny chante des bluettes, Dick sort un rock pur et dur Marilou.
Et ça marche ! Certes pas de numéro 1, ni de podium ni top ten, mais quand même 9 semaines dans le hit...

En 1974 c'est Hey Mamy, Dick se lance dans la chanson humoristique ! SLC le zappera.

puis c'est  maman n'aime pas ma musique, qui sera classé en 75.

Pour la période qui s'étend de 1963 à 1974, il occupe une logique 12ème place.

75, dernière année du classement SLC, belle année pour Dick.
Avec donc maman n'aime pas ma musique, il atteint la 11ème place en avril.

Puis, à l'automne, il sera classé pendant 4 mois avec Faire un pont, qu'avait déjà repris Marie Laforêt deux ans plus tôt avec Mon pays est ici. Faire un pont est aujourd'hui incontournable dans les concerts de Dick.

Pour 1976, et toi tu t'endors, une berceuse ! Mais la voix magique de Dick fait le reste, et il reste du coup 7 semaines dans le top 50 des ventes.

1977 : Voilà pourquoi j'ai besoin d'elle, belle chanson d'amour, qui reste 4 semaines puis craque, dans la veine de maman n'aime pas ma musique.

Nouvelle traversée du désert, plus grave celle-là car ses disques ne dépasseront pas les 25.000 ventes, parmi lesquels son plus beau disque, en 1978. D'un côté 5 h du mat, la face A, que j'adore et de l'autre, encore une chanson pleine d'humour y en a marre de ce western.     

Toujours en 1978 grandis pas et je continue mon rock and slow.

Pas vendu non plus pour 1979 j'ai pas la cote avec toi ni en 1980 22 les vlà.

Petit frémissement la même année avec pluie et brouillard qui va dépasser les 50.000, mais pas assez pour entrer dans le top 50.

Pas de chiffres entre mars 1981 et octobre 1984,  on ne saura pas (tout de suite) quelles auront été les ventes de à nous deux on va s'en sortir (1981), Cinderella (1982), n'oublie pas tout (1982), restons amis (1983) les yeux d'une femme (1983) et Nice baie des anges (1984).

Il ne sera pas classé dans le top 50 de Canal plus
- en 1985 avec où est caché le pilote, comment tu fonctionnes, et baby doll.
- ni en 1986 étonnamment avec n'en rajoutes pas mignonne, pourtant dans la mémoire de beaucoup de gens.
- ni en 1987 avec où sont les hommes.

En 1988 il n'a plus la foi, et cède - comme les autres - à la tentation de reprendre les chansons de ses débuts, mais j'en suis fou 88 ne se vendra pas

- 1989 voit sale mambo, ainsi soit-elle et linda lux baker.
- 1990 le loup de Tex Avery
- 1991 Gatsby.

Si ses singles ne se vendent plus, ce ne sera pas le cas de ses albums.

Il classera amoureux de vous en 2001, Dick Rivers en 2006, l'homme sans âge en 2008, Mister D en 2011, Rivers en 2014. En revanche bide total pour son dernier 5/5 en 2017.

Mais il fait partie du club très fermé des plus de 50 ans de carrière. De "vraie" carrière, car pour moi avoir un succès dans les années 60 puis un autre dans les années 2000, ça n'a rien à voir.

Dick continuait ses concerts, et j'avais été l'applaudir le 8 juillet 2012 à Nuits St Georges (photo du dessous, essayez de me trouver), le dernier week-end de ma vie en bonne santé.

Je vous embrasse.

concert dick rivers 8 juillet 2012.jpg

                                    

10/04/2019

MON TOP 75 DE 1967

2000 LIGHT YEARS FROM HOME Rolling Stones
A DAY IN THE LIFE Beatles
A WHITER SHADE OF PALE Procol Harum
ALICE Eddy Mitchell
APESANTEUR Michel Jonasz & Le King Set
ARANJUEZ MON AMOUR Richard Anthony
BYE BYE MONSIEUR Noël Deschamps
CALL MY NAME James Royal
CIAO AMORE CIAO Dalida
DAISY Michel Fugain
DANDELION Rolling Stones
DEATH OF A CLOWN Kinks
ENSEMBLE Adamo
EPISTLE TO DIPPY Donovan
EXCERPT FROM A TEENAGE OPERA Keith West
   
FLOWERMAN Syn
GOOD TIMES Animals
HERE WE GO ROUND THE MULBERRY BUSH Traffic
HEY JOE Jimi Hendrix
HOLE IN MY SHOE Traffic
HOLIDAY Bee Gees
I WAS MADE TO LOVE HER Stevie Wonder
IN A GADDA DA VIDA Iron Butterfly
IT MUST BE HIM Vicki Karr
ITCHICOO PARK Small Faces
J'AI TANT DE REVES DANS MES BAGAGES Adamo
JE M'ACCROCHE A MON REVE Johnny Hallyday
JE NE ME RETOURNERAI PAS Eddy Mitchell
JE NE POURRAI JAMAIS T'OUBLIER TOUT A FAIT Hugues Aufray
JE REVERRAI TOUTE MA VIE Les Rover
KING MIDAS IN REVERSE Hollies
L'IDOLE Jacques Dutronc
LA PETITE FILLE DE L'HIVER Johnny Hallyday
LE PAUVRE GUITARISTE Michel Polnareff
LE PETIT CHAPERON ROUGE EST MORT C. Jerôme
LE ROI DES FOURMIS Michel Polnareff
LE TEMPS DU JAZZ Les Sunlights
LES BALLONS ROUGES Serge Lama
LES CLOCHES Gilbert Bécaud
LET'S PRETEND Lulu
LIGHT MY FIRE Doors
LIKE AN OLD TIME MOVIE Scott Mc Kenzie
MAGICAL MYSTERY TOUR Beatles
MERCI BEAUCOUP Gilbert Bécaud
MES REVES D'ENFANT Monty
MES REVES DE SATIN Patricia
MY WORLD FELL DOWN Sagittarius
NEVER MY LOVE Association
NIGHTS IN WHITE SATIN Moody Blues
PARDON Claude François
PETIT Michel Sardou
POUR OUBLIER QU'ON S'EST AIMES Nicoletta
PRES DU COEUR LES BLESSURES Hugues Aufray
QUI A TUE DAVY MOORE Graeme Allwright
REFLECTIONS Diana Ross & Supremes
SAN FRANCISCAN NIGHTS Animals
SEE EMILY PLAY Pink Floyd
SHE'S A RAINBOW Rolling Stones
SOMEBODY TO LOVE Jefferson Airplane
STEP INSIDE LOVE Cilla Black
TANT QU'IL Y AURA DES ROSES Rover
TIN SOLDIER Small Faces
TO LOVE SOMEBODY Bee Gees
TOUTE LA VIE Claude François
VALLERI Monkees
VIVA MONA Eric Charden
VOILA Françoise Hardy
WATERLOO SUNSET Kinks
WE LOVE YOU Rolling Stones
WHEN I WAS YOUNG Animals
WORLD Bee Gees
YOU BETTER RUN Young Rascals
YOU KEEP ME HANGIN ON Vanilla Fudge
YOU ONLY LIVE TWICE Nancy Sinatra

Le voilà mon top 75 de 1967 ! Année où je me suis le plus collé à mon transistor, avec l'ouverture d'un beau cahier pour l'occasion :

DSCN4304.JPG


Cette fois une majorité d' "étrangers", où les Rolling Stones et les Bee Gees sont bien représentés avec 4 titres, les Animals avec 3 titres.
En bleu mon top 20, mes préférées étant (par ordre alphabétique de l'interprète) except from a teenage opera de Keith West, in a gadda da vida de Iron Butterfly, le temps du Jazz des Sunlights, les cloches de Gilbert Bécaud, mes rêves d'enfant de Monty, pour oublier qu'on s'est aimés de Nicoletta et toute la vie de Claude François.

Je vous embrasse.

02/04/2019

Jacques Bodoin

C'est lui qui me mettait en joie quand, gamin, j'écoutais ses sketches à la radio dans mon treize mètres carrés sans eau courante.  J'avais quatre cinq ans quand je l'ai entendu pour la première fois avec son personnage Philibert. Personnage qui allait devenir le fil rouge de ses sketches.

Sa table de multiplication, sortie l'année de mes 11 ans, est devenue un incontournable. C'était la vengeance des cancres heu pardon des enfants en situation de décrochage scolaire. C'est dans ce sketch qu'on entend la phrase si j'aurais su j'aurais pas venu.
Mon cousin/frère Jean-Yves avait le disque, et surtout de quoi le passer, j'ai alors découvert les deux pépites de la face B: la panse de brebis farcie, qui évoque la cuisine d'outre-Manche, et hilarologie, qui passe en revue les rires selon l'âge du rieur.
L'année d'après ce sera sexy-folies, sketch qu'au départ je n'avais pas compris ! Innocent que j'étais.

Innocent, et aussi mauvais en anglais ! C'est dire si je me régalais en écoutant sa leçon d'anglais, hyper passée en radio malgré son statut de face B.

C'est lui aussi qui prêtera sa voix à Pollux dans le manège enchanté, série qui tiendra l'antenne près de 3 ans de 1964 à 1966.

En 1969 il sortira une superbe parodie de Léo Ferré : les généraux papa, faut qu'on les tue. Le jeune homme de 18 ans que j'étais avait apprécié.
La décennie 70 verra son déclin, comme celui (brutalement interrompu) de Fernand Raynaud. La relève sera assurée par Le Luron, Coluche, Sébastien, Pierre Péchin. Mais ce n'était plus le même humour...

De temps en temps, j'allais sur Google m'enquérir de la "santé" de Jacques. La dernière fois ce devait être en février, et avec ses 98 ans l'ami Bodoin était mine de rien le doyen des humoristes.

Tout à l'heure, en tapant comme d'hab "Jacques Bodoin" dans mon moteur de recherche j'ai lu "Jacques Bodoin mort".

Effectivement, ce grand Monsieur est décédé le 8 mars dernier à Dieulefit, un coin que connaît bien l'ami Jean, je crois.

Vous en avez entendu parler ? Moi non plus.
Pourtant Jacques Bodoin était un incontournable du rire au milieu de ce qu'on appelle "les trente glorieuses".
Aussi célèbre que l'a été Coluche dans les années 80, Le Luron dans les années 70. Sûrement plus qu'Agnès Varda et même Karl Lagerfeld.

Passé à la trappe, comme l'ami Gérard Palaprat... Sans le net je ne l'aurais pas su tout de suite.
Que de choses du reste je n'aurais pas su sans le net... !

Avec mon modeste blog, j'espère rattraper un peu cette "maltraitance médiatique", et pour celles et ceux qui ne voient toujours pas de qui je veux parler, voici la table de multiplication qui a enchanté une génération :




Je vous embrasse.

29/03/2019

les 50 interprètes de la période 63/74 selon SLC : Richard ANTHONY

(note de 2010, réactualisée, j'ai laissé les commentaires de l'époque.)

A l'aube de l'année 63, Richard Anthony est le plus populaire de nos chanteurs. Loin devant les Johnny, les Sylvie, les Danyel Gérard.

Depuis son premier disque paru en 1958 La rue des coeurs perdus, Richard avait connu le succès avec Nouvelle Vague en 1959, Jéricho, Tu parles trop, Clémentine, le petit clown de ton coeur en 1960 - avant Johnny - , ça tourne rond, tu peux la prendre, Dis à Laura, Fiche le camp Jack en 1961, ne boude pas, la leçon de twist, délivre-moi et surtout J'entends siffler le train en 1962. Numéro 1 treize semaines consécutives, ce qui ne se verra jamais plus à SLC.

Donc, 1963.
Les chansons qui ont le plus marqué l'année sont C'est ma fête (n°8 en août/septembre), Rose (n°7 en novembre) Tchin tchin (n°7 en décembre) et surtout Et je m'en vais, présente dans le hit de novembre 63 à Mars 64, avec un numéro 2 à la clé le 1er février.
Bonne année pour Richard, mais pas assez pour surclasser l'Idole des Jeunes.

64 sera, comme 62, son année.
Avec à présent tu peux t'en aller (n°2 en avril), a toi de choisir (n°2 en juin) pas comme les autres (n°8 en août) ce monde (n°2 en septembre.... le numéro un étant Les garçons pleurent du même Richard, un des très rares doublés sur Salut les Copains) la corde au cou (n°4 en décembre) sur lequel on retrouvait en face B souviens-toi, qui sera n°6 en janvier 65.
Belle brochette de numéros deux, avec un numéro un, Richard Anthony sera cette année-là au 3ème rang des interprètes, derrière Johnny et Sylvie.

Pas mal non plus pour 65.
On l'a dit, janvier verra souviens-toi bien classé, Il sera suivi de il te faudra chercher, 6ème en avril, au-revoir mon amour, arrivé directement n°4 en juillet. Mais l'automne ne sera pas terrible pour Richard.
Au final, quand même une 6ème place pour lui,  4ème "mec", derrière Johnny bien évidemment, un Eddy Mitchell époustouflant, et un Clo-Clo qui peu à peu prend ses marques.

Mais 66 sera meilleur ! Sans atteindre toutefois les niveaux de 62 ou 64.
Si tu restes avec moi, 8ème en janvier. Tiens bon, entrée directement 7ème en février. La Terre Promise, entrée directement 6ème en mai. Lundi lundi, 9ème en septembre, Sunny 10ème en novembre.
5ème interprète de l'année 66, Richard Anthony n'est devancé que par Johnny, Claude François, Dick Rivers qui enfin est arrivé à percer, et un Hugues Aufray inattendu !

67 sera meilleur encore !!
Fille sauvage, numéro 2 en mai, accompagné en 8ème position par nous ne sortirons qu'au printemps, sa face B. Le disque de l'été fera mieux encore : 5ème place pour Aranjuez mon amour, 6ème place pour plante un arbre, 14ème place pour les mains dans les poches. Il n'y aura guère que Cloclo qui fera mieux à l'été 66...
Enfin, grâce à la vague hippie, il faut croire aux étoiles, adaptation de Let's go to San Francisco arrivera directement à la 3ème place en décembre.
Résultat, un Richard Anthony 4 ème sur l'année. Derrière Adamo (on l'a vu, ce ne fut qu'un début) Sheila dont ce sera la meilleure année, et bien sûr Johnny, pas habitué à la médaille de bronze !

Et 68 ?
Un peu en recul mais pas mal non plus.  Il lui faudra attendre l'automne pour voir bien classer ses chansons : 9ème place pour Séverine malgré ses 7 minutes (impassable à la radio en entier à l'époque) et 6ème pour les ballons. Richard Anthony est toujours dépendant du "top ten" anglais, qu'à l'époque j'écoute religieusement !
Au final, il sera 8ème.

69 a failli être son année fatale, car une seule de ses chansons sera bien classée. Chanson hyper-nulle en plus, mais qui sera numéro 1 en mai : le fameux sirop typhon.... Est-ce bien l'interprète de Séverine qui chante ce truc infâme pour noces et banquets ?
Son année 2005, qui selon lui devait voir la Terre sous l'emprise des martiens (raté ! mais il n'avait pas prévu Internet...)  ne sera que 15ème.
Et lui, 20ème au final sur l'année.

Heureusement il va remonter en 1970.
Bien l'bonjour - de la même veine que le fameux sirop - est 10ème en février. Na na he he espoir est 6ème en avril. Les gens adoraient les chansons anglaises adaptées façon guimauve car Il pleut des larmes, chanson française, n'est que 13ème en juillet.
Pour l'année, Richard Anthony va remonter à la 11ème place.

Place qu'il gardera en 1971.
Surtout grâce à Maggie May - et aussi à rod Stewart , 5ème en décembre.
Ce sera la dernière année où Richard sera parmi les "grands".

En 1972 on verra bien sans toi, mais ce sera aussi sans les fans. Seulement une 15ème place en avril.

1973 sera sa première année "vierge".

Heureusement en 74,  ça repart avec amoureux de ma femme qui sera 3ème en décembre.

Au final de ces douze années pas si mal remplies, on ne s'étonnera pas que Richard Anthony soit 4ème, avec 51 chansons classées dont deux n°1, derrière les trois "grands" Johnny, Cloclo et Sylvie.

Et ensuite ?

La pente descendante va continuer. En vente de disques hebdomadaires, 1975 verra une 19ème place pour station-service en février, et une 46ème pour comme une mélodie en novembre.

1976 ne verra qu'une chanson, je n'ai que toi, et seulement à la 49ème place en novembre.

Une seule chanson aussi pour 1977, embrasse-moi, 30 ème en septembre, qui sera son dernier (petit) succès. En revanche, quand la chanson sera (mal) reprise par Julio Iglesias quatre ans plus tard sous le titre viens m'embrasser elle fera un tabac.

Citons quand même pour 1978 j'irai, 50ème vente hebdo en février et New York 31 qui ne se vendra que peu.

Le grand Richard nous quittera le 19 avril 2015. C'est dans le cimetière du petit village de Cabris (06) qu'il repose désormais.

01/03/2019

MON TOP 75 DE 1966

ALL OR NOTHING Small Faces
ALONG COMES MARY Association
BABY Richard Anthony
BABY POP France Gall
BALLADE POUR TOI Michel Polnareff
C'EST MOI C'EST MOI Claude François
CA M'AVANCE A QUOI Joe Dassin
CES GENS-LA Jacques Brel
DOM DOM Michèle Torr
DON'T BRING ME DOWN Animals
FRIDAY ON MY MIND Easy Beats
GENERATION PERDUE Johnny Hallyday
GIMME SOME LOVIN Spencer Davis Group
GO WHERE YOU WANNA GO Mamas & Papas
GOIN HOME Rolling Stones
GOING NOWHERE Los Bravos
HAVE I STAY TOO LONG Sonny & Cher
HEY JOE Tim Rose
I SAW HER AGAIN Mamas & Papas
I'M A BOY Who
IT'S A MAN'S MAN'S WORLD James Brown
J'AI OUBLIE DE L'OUBLIER Eddy Mitchell
JE CHANGERAIS D'AVIS Françoise Hardy
JE L'AIMERAI TOUJOURS Charles Aznavour
JE T'AIME Sheila
JE T'APPELLE ENCORE Dalida
JUSTE QUELQUES MOTS Noël Deschamps
KILIMANDJARO Pascal Danel
L'AMOUR AVEC UN GRAND A Pétula Clark
LA BLANCHE CARAVELLE Hugues Aufray
LA FILLE A QUI JE PENSE Johnny Hallyday
LA TERRE PROMISE Richard Anthony
LE JOUR OU LE BATEAU VIENDRA Hugues Aufray
LES GARCONS SONT FOUS François Fabrice
LES PAPILLONS NOIRS Michèle Arnaud
LES PORTES CLAQUENT Erik St Laurent
MALGRE TOI TU OUBLIERAS Los Brincos
MORNING DEW Tim Rose
MY NAME IS EDOUARD Edouard
N'ECOUTE PAS TON COEUR Ronnie Bird
NE T'EN FAIS PAS POUR RONNIE Ronnie Bird
NOIR C'EST NOIR Johnny Hallyday
OUTCAST Animals
PAINT IT BLACK Rolling Stones
PAR AMOUR PAR PITIE Sylvie Vartan
POUR QUI POUR QUOI Annie Philippe
PRENDS TA GUITARE CHANTE AVEC MOI Michel Fugain
QU'EST CE QUE JE FOUS ICI ? Antoine
QUI EST IN QUI EST OUT Serge Gainsbourg
RIVER DEEP MOUNTAIN HIGH Ike & Tina Turner
SAD DAY Rolling Stones
SEUL Eddy Mitchell
SHAPES OF THINGS Yardbirds
SI TU POUVAIS ME VOIR François Fabrice
SOUS QUELLE ETOILE SUIS-JE NE Michel Polnareff
STOP BREAKING MY HEART Tom Jones
SUBSTITUTE Who
SUMMER IN THE CITY Lovin Spoonful
SUMMERTIME Billy Stewart
SUNNY Richard Anthony
SUR NOTRE PLAGE Richard Anthony
THE SUN AIN'T GONNA SHINE ANY MORE Walker Brothers
TICKET DE QUAI Annie Philippe
TIENS BON Richard Anthony
TIME WILL TELL Michel Polnareff
TRAPPED Los Bravos
TRISTESSE Elsa
TU ES TOUJOURS PRES DE MOI Sheila
TU ME SOURIS TU NE DIS RIEN Danyel Gérard
UN HOMME PLEIN D'ARGENT Dick Rivers
UNE AUTRE AUTOROUTE Antoine
VENDREDI M'OBSEDE Erik St Laurent
VIENS DANS LA LUMIERE Gilbert Bécaud
WHEN A MAN LOVES A WOMAN Percy Sledge
WOULDNT' IT BE NICE Beach Boys

J'ai dû tailler dans le vif car l'année de mes 15 ans a été celle où j'ai le plus écouté de musique et du coup j'avais près de 100 morceaux !
Comme je le pensais c'est Richard Anthony que je cite le plus (5 fois) suivi de Johnny, Michel Polnareff et les Rolling Stones (3 fois). Pas de Beatles dans ce top, malgré leur assez bon album revolver. 67 verra en revanche deux super albums de leur part et je pense qu'ils y figureront (a day in the life y sera).

Légère supériorité française, là je suis surpris.

En bleu mon top 20.  D'après vous quelle est ma chanson préférée ? Je vais vous aider : c'est une adaptation, dont la version originale n'était pas - pour moi - bien terrible.

Ceux qui lisent mon blog pas seulement pour le côté "chansons" trouveront facilement !

J'attends vos commentaires et

Je vous embrasse.

23/02/2019

16 ans de rab !

Voilà 16 ans, le 23 février 2003, en avalant en trois parties 35 comprimés d'Imovane, j'ai tenté de "tirer le rideau".
75 % à cause du boulot (harcèlement voire cruauté mentale de mes "chers collègues" Vannetais, j'avais fini par poser une mutation, qui m'a été volée à la dernière minute par un "emploi réservé") et 20 % à cause de ma prise de conscience d'un amour impossible.

Mais là-haut, on n'a pas voulu de moi. Tout comme Charlotte Valandrey, à la fois séropositive et greffée cardiaque, j'ai été un miraculé.

Et c'est tant mieux. Car j'aurais raté :

- Internet qui, dès juin 2003, m'a permis de trouver un site où je pouvais parler de cet amour impossible. Et, paradoxalement, de pouvoir aider des gens qui souffraient plus que moi. C'est très important de pouvoir partager sa peine. J'y lierai des amitiés, nombreuses, des personnes que je rencontrerai.
A Nice en 2003; Toulouse, Paris, la Suisse même en 2004 ! De ce beau pays avec lequel je n'étais pas encore frontalier je me ferai trois amies (qui ne se connaissent pas entre elles)

En 2005 le même site proposera des "weblogs" (des blogs) où (déjà) sous le nom de Cicatrice je tiendrai une sorte de journal "extime", avec en parallèle des notes où j'évoquerai ma vie, de l'école maternelle aux années 2000. Là encore ces échanges seront concrétisés par d'autres rencontres qui iront de Quimper au Pays de Gex en passant par Lyon, Epinal et... le Pays Basque où j'habitais alors (d'où mon mail qui peut sembler bizarre)

Je découvrirai Facebook en 2009, au début pour les jeux que ce site proposait, la belote en premier (j'y ferai des progrès considérables), puis les jeux de bulles, et en 2012 un blind-test nommé Song Pop, qui me fera découvrir d'autres amis joueurs, principalement des femmes (elles sont plus rapides que les hommes), et parmi elle une qui deviendra assez vite ma confidente, puis "un peu plus" quelques mois après, et enfin mon épouse en 2018 !

En revanche mon premier site de blogs partira en c... dès 2009 et je migrerai sur Hautetfort en 2010 et ma foi, neuf ans après j'y suis encore.

- Le Pays Basque où j'habiterai de 2003 à 2007, au climat certes assez "hard" mais peuplé de gens sympas et serviables, dans un décor de carte postale aux villages magnifiques et colorés, où l'on trouve à la fois la mer, la montagne et la campagne.

- Rome, Naples et Pompéi que je visiterai en septembre 2003.

- Le Portugal avec Lisbonne en 2004 (en voiture) puis 2010 et 2011 en avion. et Porto en 2012.

- La Franche-Comté, que je connaissais depuis longtemps mais qui m'y verra habiter presque 7 ans de 2007 à 2013 avec des gens tout aussi sympas, un bon climat et des paysages à couper le souffle.

- La Corse, que je verrai pour la première fois en 2009, puis en "vacances d'amour" en 2013.

J'aurais raté d'habiter la côte d'Azur, où en dehors de quelques mauvais passages c'est l'été de septembre à mai (les autres mois on est sous la fournaise).

Fournaise qui m'a permis de redécouvrir certains coins de la Haute-Loire que je ne connaissais pas, notamment un petit village niché au coeur des gorges de l'Allier où on achètera en 2015 une petite maison pour une bouchée de pain (de pain provençal !).
C'est dans ce village que l'an passé je me marierai, pour la troisième fois. Comme en athlétisme - que j'ai pratiqué en assez haut niveau - la performance s'établit souvent au 3ème essai après deux tentatives "de rodage" !

J'aurais raté ça, de vivre des jours sereins en couple, chose que je n'avais pas connue depuis septembre 1985, date de la maladie de mon ex qui a alors complètement changé de caractère.

La maladie... C'est vrai qu'en 2003 je serais mort en bonne santé, et j'aurais "raté" ma hernie discale (2011) mon hypertension (2012), mon diabète (2015) et mon Parkinson (2018). Mais si c'est le prix à payer pour couler des jours heureux avec ma petite femme, je signe des deux mains.

J'aurais raté la joie d'être grand-père, mais là, TS réussie ou pas, je rate quand même, leurs parents m'ayant "volé" mes petits-enfants.
Bah, plus tard ils liront mon blog et sauront quelle méchante personne j'étais, qui ne méritait pas de vivre avec une grand-mère si dévouée et admirable...
Pas si second degré que ça d'ailleurs, c'est vrai que je ne méritais pas ça !!!

Sinon, pour en revenir à 2003, je ne regrette pas d'avoir tenté ça voilà 16 ans, car j'étais alors pris dans une nasse où je m'épuisais jour après jour et de tous côtés je me heurtais à des murs.
Mais je suis heureux d'avoir été "recalé" !
Et merci à Internet de m'avoir empêché de retenter ça de manière cette fois plus radicale..


Je vous embrasse.

23/01/2019

St Avaugourd des Landes, clin d'oeil du destin

Tout le monde se souvient de son premier amour, de son premier baiser. L'actrice Charlotte Valendrey a patienté quatre années avant que l'heureux élu daigne enfin le lui donner !!

Moi ce fut plus rapide ! Mais plus tardif. J'avais 19 ans.

Mes parents avaient décidé cet été-là de passer le mois d'Août dans le Haut-Doubs.

Je ne connaissais personne dans le Haut-Doubs, et j'étais prêt à parier à 100 contre un que j'allais m'ennuyer ferme dans ce coin de France, pourtant très joli, à un jet de pierre de la Suisse.

Je ne m'étais pas trompé, malgré le solex (d'occasion) que mon père m'avait payé pour mon bac, malgré la Suisse toute proche, les deux premières semaines furent pour moi très très mornes. Pour la première fois de ma vie, je n'attendais qu'une chose, le retour à Paris, la rentrée universitaire où j'allais côtoyer un monde nouveau - et mixte surtout ! - après les grises années lycéennes Louis-Le-Grandesques.

Le 16 août ce fut la fête au village, et j'y fis la connaissance d'une jeune fille, Brigitte. Elle était un peu plus jeune que moi, et on se plut tout de suite.

Ce fut sur la chanson "Gloria" que l'un et l'autre échangeâmes notre premier baiser... Sensation si étrange sur le moment qui vous laisse ensuite avec une envie irrésistible de recommencer !

Aux 15 premiers jours de mortel ennui succèdèrent alors 15 jours de rêve. Mais arriva ce foutu mois de septembre, celui qui brise les unions, et comme tant d'autres nous dûmes nous séparer, se promettant  - comme tout le monde - de nous revoir le plus tôt possible. Un mois après, très exactement, quand elle reviendrait de son mois de vacances avec ses parents, en Vendée département qu'elle préférait nettement à son pays de neige.

J'ai déjà raconté ici les exploits que j'avais déployé pour parvenir à mes fins, tandis qu'on s'envoyait de lettres d'amour dignes de la collection Harlequin.

Et le 8 octobre je revenais dans le village.

Mais elle n'était pas là. Ses parents l'avaient mise en pension, voyant d'un très mauvais oeil cette relation avec un "parisien"... Grâce à la fille de mes hôteliers, je parvins à la voir... quelques minutes à travers une grille de son lycée. Elle pleurait, moi aussi.

Néanmoins je n'abandonnai pas. C'est De Gaulle qui vint à mon secours !
Plus exactement sa mort, ce qui occasionna un jour de deuil national. Si bien que j'avais un week-end de trois jours.  Ce qu'il fallait à mes voisins horticulteurs pour aller chercher des chardons. Et où ça donc ?  Oui, dans le Haut-Doubs.

Je sautai sur l'occasion pour leur demander s'il y aurait une place pour moi, la réponse fut oui, à condition que ça ne me dérange pas d'être serré et de voyager à bord d'une voiture d'avant-guerre !
Bien entendu je n'avais pas prévenu Brigitte. Je voulais lui faire la surprise. D'autant, m'avait-elle dit, qu'elle serait parée de ses plus beaux atours car elle était de mariage ce dimanche 15 novembre.
 
Le jour J, alors que les cloches sonnaient (je frémis depuis en écoutant la chanson de Claude François) d'un pas hésitant je me dirigeai vers le cortège, dans lequel je vis ma Brigitte avec une belle robe et des fleurs dans les cheveux. Elle manqua de défaillir quand elle me vit, et me fit signe qu'on se verrait après.
 
 
 
Les minutes étaient longues, et quand enfin le cortège fut terminé, c'est non pas Brigitte que je vis, mais sa soeur.
Qui me dit "va-t'en, ma soeur ne veut pas te voir".
 
Le coeur arraché, je m'en allai vers ma pension où les amisq qui m'avaient logé faisaient ce qu'ils pouvaient pour me consoler. J'avais réussi à capter la BBC et écouter le hit anglais. Je m'en souviens encore, la numéro un était Freda Payne avec Band of gold !

Le lendemain, départ pour Paris, et durant le trajet, je n'avais qu'une obsession : qu'une voiture venant d'en face nous percute...
A Noël je lui envoyai une lettre, et par retour du courrier elle confirma qu'elle ne voulait plus me voir, en disant : "je ne veux pas m'engager si jeune."

Je mis très longtemps à "cicatriser", je ne sais même pas si voilà seulement 6 ans j'étais "guéri". Une note écrite en octobre 2012 en atteste.

Le temps passa, chacun fit sa vie. Elle se maria, moi aussi. Et, pendant 30 ans, j'éviterai soigneusement ce petit village.
Ca me faisait mal. Les rares fois que j'avais à le traverser (il est situé sur une route internationale) c'était une véritable épreuve. S'ils avaient mis un radar, j'aurais eu mon permis de retiré depuis longtemps....

En 2002 j'étais très mal. Très très mal, et je sentais au fond de moi que j'avais atteint la fin de "mon voyage". Et je décidai alors de passer 8 jours là-bas. Juste avant de tirer ma révérence.
Mon ex et ma fille étaient contentes que j'accepte enfin de faire ce deuil. Sans trop savoir pourquoi. Pendant cette semaine, malgré un soleil radieux, je n'étais pas très bien, j'avais une drôle de sensation... Toujours cette satanée hyperintuition !

Et le dernier jour, le vendredi, sur l'insistance de "mes nanas" (qui certainement voulaient en finir avec cette histoire), je me décidai quand même à me rendre chez elle.
J'y trouvai alors une dame, qui me déclara être sa belle-soeur. A l'évocation de Brigitte, je vis son visage se fermer.

"Vous la connaissez" ?

Je répondis que j'avais été son premier amour.
Et là je vis son visage presque s'illuminer l'espace d'un instant puis elle m'avoua alors que Brigitte avait depuis longtemps quitté le village.

Qu'elle avait habité la Vendée, à quelques deux heures de voiture de chez moi à l'époque.

Et elle m'apprit aussi... qu'elle était morte du cancer deux ans auparavant.

 

En 2003, après une TS ratée, j'y passerai plein de fois, dans le petit cimetière de Saint Avaugourd des Landes, pour fleurir celle qui fut mon premier véritable amour. J'y ai déposé une plaque :"à mon amie". Cela par rapport à son mari et ses enfants, dont j'apprendrai plus tard qu'elle leur parlait de temps en temps de moi...

 

 



Mais l'histoire ne s'arrête pas là !

En 2012, après 5 années d'euphorie (2005/2009), j'étais de nouveau assez mal.
Les notes que j'écrivais sur mon blog à cette époque peuvent en attester.  Fort logiquement, avec une épouse que la maladie avait rendue machiavélique et une famille - à l'autre bout de la France - qui se souciait de moi comme une guigne, j'attendais - cette fois paisiblement - "que ça sonne".

C'est d'Internet que me viendra le salut. Au départ une adversaire - coriace - dans un quizz musical, cette femme de Bastia deviendra ma confidente, puis "un peu plus" au bout de quelques mois.
Problème : elle aussi était mariée ! Et la Corse n'est pas près du Doubs..
Et là encore, je ferai des pieds et des mains pour faire sa "véritable" connaissance (avril 2013), alors qu'elle et moi continuions d'être brimés, niés, massacrés par nos conjoints respectifs. Pour tenir elle s'était mise en mode grand-mère, et moi en mode hit-parades / généalogie.
Nous avions prévu de ne rien bousculer, et de se voir en catimini dans son Ile 5 jours tous les 6 mois (vacances de Pâques et de la Toussaint). Nous ne voulions pas faire de casse..
Mais son mari, qui l'espionnait autant que mon ex le faisait pour moi, découvrit la chose, et à partir de là, pendant trois semaines, la séquestra, la menaça, l'isola, l'obligeant même à se réfugier chez sa maman âgée de 92 ans.

Elle devait fuir. Mais où  ?
Moi je devais prendre mes responsabilités.
Et le 8 novembre au matin, j'annonçai à mon ex que je quittais la maison. Je lui laissais tout, carnet de chèques, voiture, meubles, et même mes diverses collections de disques et de revues qui me suivaient depuis pas mal de décennies. Après tout, vu le nombre de fois elle m'avait demandé "de foutre le camp une bonne fois pour toutes", elle-même ayant déjà quitté le domicile conjugal quinze mois auparavant, je pensais - naïvement - que cela serait mieux pour tous les deux.

L'histoire nous montrera que non, ma chérie sera privée de deux de ses trois petites-filles, et moi de mes deux petits-enfants (dont je ne suis d'ailleurs pas censé connaître l'existence) et aussi, surtout, de ma fille unique qui ne m'adressera plus la parole pour avoir osé avoir fait ce qu'elle, avait fait 8 ans auparavant.

Mais c'était le prix à payer, on ne regrette rien.

On s'installera à Toulon en 2013, à Sanary en 2014, et après un divorce difficile de quatre années (quand j'ai vu les monstruosités déversées sur mon compte en 2016/2017 j'ai été atterré - mon Parkinson partira d'ailleurs de là) on se mariera en 2018.

Quel rapport avec le début de ma note me direz-vous ?

Je me suis penché sur sa généalogie. Mère Corse, je suis à peine arrivé à 1860 de ce côté-là.
Mais père "continental" ! Né à Moutiers les Mauxfaits (Vendée).

Moutiers les Mauxfaits. Moutiers les Mauxfaits... Ce nom me disait quelque chose, mais quoi ?

C'est en remontant les générations que j'ai compris. Le berceau de sa famille paternelle est....

SAINT AVAUGOURD DES LANDES !

Beaucoup d'aîeux de mon épouse sont enterrés dans le petit cimetière.

A quelques mètres de la tombe de Brigitte, mon premier amour.

 

182_view.jpg

La boucle est bouclée. Saint Avaugourd des Landes fait la liaison entre mon premier et dernier amour...


Je vous embrasse.

 

16/01/2019

MON TOP 75 DE 1971

BABA O RILEY Who
BLANCS JAUNES ROUGES NOIRS Sheila
C'ETAIT LA BELLE VIE Sylvie Vartan
CA N'ARRIVE QU'AUX AUTRES Michel Polnareff
CARESSE Adamo
CHICAGO Graham Nash
CRIS TAMBOURS ET MASQUES DE GUERRE Julien Clerc
DES CHANSONS POP Poppys
ECHOES AND RAINBOWS Black Swan
ELLE ETAIT OH Joe Dassin
ELLE JE NE VEUX QU'ELLE Ringo Willy-Cat
ET T'OUBLIER Adamo
FAIS-MOI UN SIGNE Gérard Palaprat
FILLE DU VENT Pierre Groscolas
HOLD ON TO WHAT YOU GOT Bill & Buster
HOT LOVE T.Rex
I GOT MYSELF A LITTLE GIRL Charles Brutus Mc Clay
I KNOW I'M LOSING YOU Rod Stewart
I'M A PREACHER People
IL FAUT TOUJOURS CROIRE A SA CHANCE Marie
IL NE ME RESTE QUE PEU DE TEMPS Gilbert Montagné
IMAGINE John Lennon
IT DON'T COME EASY Ringo Starr
JE PENSE A TOI Jean-François Michael
JE T'APPELLE Sylvie Vartan
JESUS Jeremy Faith
JESUS CRISTO Lenny kuhr
L'HOMME Ringo Willy-Cat
LA BALLATA DI SACCO E VANZETTI Joan Baez
LA FILLE A AIMER Mike Brant
LE COEUR VOLCAN Julien Clerc
LE JOUR SE LEVE Esther Galil
LES BRUMES DE CHATOU Triangle
LET'S SEE ACTION Who
LONELY DAYS Bee Gees
LOUP Sylvie Vartan
LOVE HER MADLY Doors
LOVE SONG Elton John
LOVE THE ONE YOU'RE WITH Stephen Stills
MAGGIE MAY Richard Anthony
MAGGIE MAY Rod Stewart
MASQ Catharsis
MERE TU ES LA SEULE Christophe
MOVE OVER Janis Joplin
NE CHERCHE PAS Michel Fugain
NO MATTER WHAT Badfinger
NON JE N'AI RIEN OUBLIE Charles Aznavour
NON NON RIEN N'A CHANGE Poppys
NOS MOTS D'AMOUR Michel Polnareff
O ROSANNA Peter Lelasseux
OH LORD Esther Galil
PEUT-ETRE DEMAIN Triangle
POUR LA FIN DU MONDE Gérard Palaprat
PUPPET MAN Tom Jones
QUE J'AIE TORT OU RAISON Johnny Hallyday
QUEL EST L'HOMME Nicoletta
RAINBOW New Inspiration
RED MAN Barry Ryan
SAD LISA Cat Stevens
SHE'S A LADY Tom Jones
SOURIS-MOI EMBRASSE-MOI Marie
STRANGE KIND OF WOMAN Deep Purple
SVASTI Gérard Palaprat
THE NIGHT THEY DROVE OLD DIXIE DOWN Joan Baez
TICKATOO Dizzy man's band
TOI ET MOI Hervé Houzy
TOUT AU PLUS Dalida
UN COUP DE PIED DANS LA MONTAGNE Michel Delpech
UN TRES JOYEUX NOEL UNE BONNE ANNEE La famille Foux
VIENS AVEC NOUS Triangle
VIVRE POUR MOI Séverine
WALKING ON THE ROAD Deep Purple
WHAT IS LIFE George Harrisson
WILD WORLD Cat Stevens
YOUR SONG Elton John

Je pense que cette note va faire plaisir à beaucoup de commentateurs, une sorte de "respiration" au milieu des années 80.
Année particulière pour moi :
- de janvier à mars, je suis en fac (Jussieu) mais, traumatisé par un gros chagrin d'amour, je passe mon temps avec une bande de 6 copains, dont deux vont se marier, et sont toujours ensemble !
- avril me redonne le sourire ! vacances en Lozère avec mon père, où, avec nos solex, parcourrons de long en large ce département (on fera près de 2000 km en deux semaines !)
- mai et juin, c'est le gros morceau, révisions et passage du concours pour entrer à l'Ecole Nationale de la Météorologie. Que je réussirai !
- juillet et août : vacances aux Menuires en Savoie. Là encore juillet me verra beaucoup en solex avec mon père, on ira jusqu'en Suisse et en Italie, et il me fera traverser le tunnel du Mont-Blanc avec ces engins. Un truc que je ne lui pardonnerai que juste avant sa mort. Aoùt se passera avec ma mère, le solex restant à la maison, je passerai mon temps à écouter la radio (RMC).
- de septembre à décembre, le rêve éveillé : je suis dans une école où j'assouvis ma passion, et en plus je suis payé ! Et bien payé. Mais l'école est en banlieue et je dois : prendre le métro de St Germain des Prés à Montparnasse / train de banlieue de Montparnasse à Versailles / Micheline de Versailles à Fontenay le Fleury / Solex de cette gare à l'école de la météo (4km). Pour des cours débutant à 9h15, je dois mettre le réveil à 6h30 ! Mais je suis heureux...

Donc les chansons de cette période m'ont marqué, voilà les 75 que je préfère (celles sorties fin 1970 n'y sont pas), et en gras c'est mon "top 25".

55 interprètes différents, quelques-uns cités deux fois, et trois cités trois fois : un homme, une femme, et un groupe.

A vos commentaires.

Je vous embrasse

01/01/2019

BONNE ANNEE 2019 A TOUS MES LECTEURS

2018 aura été une année positive pour moi.

Certes elle m'a apporté le Parkinson, mais elle a vu la fin de mon (pénible divorce) et dans la foulée mon mariage avec Marie-Cécile.

2019 verra sans doute notre départ définitif pour l' Auvergne et peut-être, nous l'espérons tous les deux, que tous nos enfants nous reparleront et que pour mon épouse et moi nous puissions connaître tous nos petits-enfants, qui ne doivent rien comprendre à ces "histoires de grandes personnes".

Côté top 50, si tout va bien, je devrais terminer les années 80 début novembre, peut-être continuerai-je ensuite ?

En tout cas mes meilleurs voeux pour l'année qui vient.

Je vous embrasse.

30/07/2018

Pas de top ce dimanche 28 juillet....

Mais j'ai une bonne excuse :

38003674_10156553159672953_6820356668174368768_n.jpg

Malgré tous les obstacles qu'ils ont eu à surmonter, 
Robert et Murielle se sont enfin mariés.