Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2017

WIKIMERDIA

Je parle de Wikipédia, cette soi-disant "encyclopédie" réalisée par les internautes.

En ce moment ils font la manche, et vous réclament à cor et à cri quelques euros pour que le site perdure.
J'aurais été tenté de le faire, bien que sachant que cette "encyclopédie" comporte des erreurs;

On me dira : on peut corriger les erreurs et les soumettre...

Que nenni ! 

Un exemple, tout frais. Sur Gérard Palaprat.

Sa vie privée, pour eux, ne se résume qu'à une seule chose :

wiki2.JPG
C'est un peu court ! Pour moi la "vie privée des gens c'est autre chose qu'une condamnation (surtout si elle n'est pas méritée, comme c'est le cas - moi aussi je peux parler de la "vie privée" de Gérard). C'est comme si on comparait celle de Delon à la seule affaire Markovic !

Depuis presque deux semaines, je rectifie ce passage en le supprimant, indiquant mes raisons. Ils ont mes coordonnées, peuvent me contacter, mais non ! Le lendemain, le paragraphe est remis...

Alors deux questions se posent :

1) qui est derrière tout ça, de ne retenir que le négatif d'un homme qui fut bon et généreux, au point de ne pas tenir compte de mes rectifications ?

2) Les internautes peuvent-ils vraiment apporter quelque chose dans cette soi-disant "encyclopédie" ? Pour moi la réponse est non.

S'ils veulent des sous, ils n'ont qu'ont qu'à en demander à ceux qui tiennent à ce que la mémoire de Gérard Palaprat soit salie !

Je vous embrasse.

06/09/2013

le travail c'est la "Santé"

En référence à la prison du même nom....

Il n'y a pas si longtemps, le travail était perçu comme une valeur noble. Beaucoup commençaient à travailler très jeunes, parfois même 14 ans, et attendaient 65 ans pour prendre une retraite "bien méritée".

S'il y avait une hiérarchie obligatoire dans ce monde-là, il en existait aussi une, tacite, qui puisait ses racines dans l'ancienneté.

J'ai connu un temps pas si lointain où le minot de 25 ans, voire de 35, avait une certaine admiration, voire déférence, envers ses collègues qui avaient 30 ans de "boîte". L'expérience était alors une vraie valeur.
Mais le problème, toujours resté tabou, c'est que les "anciens" avaient un salaire plus élevé que les "débutants", même plus gradés.

J'ai moi-même fait cette triste expérience, en 1994.

J'étais directeur départemental dans ma profession, et j'avoue que ce n'était pas 39 mais plutôt 70 heures que j'abattais par semaine. Je ne ménageais pas alors ma peine, menant de front pas mal de disciplines à la fois. J'étais respecté, et par mes collègues, et par le monde du travail.

Survint un triste individu que j'avais moi-même appelé pour que mon travail ainsi que celui de mes collègues puisse être allégé. J'avoue qu'elles n"étaient pas très chaudes, l'une d'elles demandant d'ailleurs immédiatement sa mutation en lisant le nom de celui qui allait chapeauter le centre.

C'était non pas un petit con, mais un grand, d'une trentaine d'années, qui avait réussi un examen professionnel et qui "officiellement" était donc plus gradé que moi.

Je dis "petit con" car c'est ce qu'il me dira souvent, quand il me verra mal à l'aise....
Dès qu'il arriva, il nous dit ces deux phrases :

1) jusqu'à présent, votre devise c'était "pour vivre heureux vivons cachés", maintenant vous allez en ch...

2) Ici le boulot a été fait n'importe comment jusqu'à présent (merci !) je peux vous garantir que ça va changer.

Et effectivement, ça allait changer....
Non pas qu'il y aura plus de boulot, mais que ce triste sire allait faire régner la terreur sur le centre.
Lui-même s'adaptera très vite aux quelques 18 heures de service effectif qu'il abattra dans son bureau en lisant "voiles et voiliers"....

Je passe sur les méthodes employées, mais ce sinistre individu va me persécuter jusqu'à ce que je demande grâce.

La raison ?
C'est la phrase qu'il m'assènera 3 ans durant :
"Au fait, Patrick, tu gagnes combien ???"

Certes, je gagnais plus que lui. Beaucoup plus ! Et ça, il l'avait en travers de la gorge....



2013.

Mon copain Jean-François était jusqu'à présent un prof bien intégré dans son collège Parisien.

56 ans, dont 30 de carrière, tous ses élèves étaient contents du savoir qu'il leur avait dispensé, il continuait à accomplir un travail propre et bien fait, à quelques années de la retraite.

Et un beau jour, la veille de la rentrée (donc lundi dernier), on lui annonça que pour des raisons "techniques", il devrait changer d'affectation et professer dans un établissement d'Aubervilliers. Bien sûr à quelques kilomètres seulement de là où il enseignait depuis à présent 15 ans, mais dans une collège réputé très "difficile" où la durée de séjour n'excédait pas les trois années en moyenne, pour les jeunes frais émoulus qui héritaient de ce poste.

La mort dans l'âme, mon copain Jean-François préféra donner sa démission. Il ne se voyait pas affronter quelques petits marlous qui se feraient une réputation de "kékous" sur son dos. A 56 ans il avait passé l'âge...

Lui qui croyait que 30 ans de bons et loyaux services étaient une référence, il s'aperçut qu'en fait il n'était qu'un pion que l'inspection d'académie pouvait déplacer à sa guise...

Vous avez dit "morale" ?

Je vous embrasse.

19/08/2013

il n'y a plus d'abonné....

Récemment, j'ai constaté que mes "canards enchaînés" du mercredi ne me parvenaient plus.

Je m'en suis alors inquiété auprès du service des abonnements qui m'a répondu que je n'avais pas donné suite au bulletin de réabonnement.

J'ai bien sûr pensé à une défaillance de La Poste et je me suis réabonné.

 

Ce matin, Chère et Tendre me montre un monceau de pubs qu'elle avait elle-même déchirées, n'épargnant que celles qui l'intéressaient.
Cela fait un certain temps (19 ans) que je n'ai plus mon mot à dire là-dessus, et à tort je laisse faire.

"tu les mettras à la poubelle", m' "ordonne" - t'elle.

Oui chef.

Et donc, parmi les pubs déchirées, je vois le bulletin de réabonnement de "public", magazine dont j'avais eu une offre exceptionnelle au départ (0.60 centime du numéro) et dont je comptais arrêter l'abonnement.

La fait d'avoir trouvé ce bulletin déchiré, le fait que Chère et Tendre prétendre choisir à ma place les revues que je veux lire, fait que finalement, je me réabonnerai à Public....

Même si désormais j'ai de moins en moins le temps de lire !

Je vous embrasse.

13:23 Publié dans Ras-le bol | Lien permanent | Commentaires (3)

14/05/2013

C'est ta faute !

Le 872ème "c'est ta faute" depuis le début de l'année.

Enfin, je n'ai pas compté mais ça ne doit pas en être loin.

Ainsi par exemple, le "c'est ta faute" d'aujourd'hui concerne une chambre que nous avons mis à louer à la nuitée, et dont l'annonce a été notée ***** par les superviseurs du site (Airbnb) .

Et bien "c'est de ma faute" si les clients ne viennent pas !!!

Suivi de l'inévitable "de toutes façons tu fous rien", expression que Madame lance pour n'importe quel sujet quand elle est en boule contre moi...

A signaler encore :

"c'est ma faute" si le temps est pourri. Généralement suivi de "sale bled" *
    * A noter que "sale bled" est l'expression toujours employée par elle sur tous les endroit où nous avons posé nos valises, une fois qu'elle a réussi à se fâcher avec tous les voisins !

"C'est ma faute" si le chauffage marche mal, je n'arrête pas de le "tigonner" (le régler en patois cauchois)

"C'est ma faute" si le téléphone ne marche pas, et pas celle d'Orange. Panne qui devrait pourtant la ravir puisque chez moi couplée à celle d'Internet !

• "C'est ma faute" si la télé déconne (alors que, dans presque tous les cas c'est de la sienne à elle, s'étant trompée de touche sur la télécommande laquelle il est vrai nécessite un Bac +3 pour s'en servir)

"C'est ma faute" quand on a une panne de voiture. "y avait qu'à" en changer, comme elle me le demande depuis deux ans. Là, progrès, parce qu'il faut un temps (1996) où elle ne prenait pas la peine de me le demander, et c'est ainsi qu'un jour je l'ai vu arborer les clés d'une Nissan Micra en lui demandant où était passée la Clio dont j'étais très content !!

J'arrête là la liste, très longue.
Mais je pense qu'un mec un tant soi peu dépressif, à force d'entendre ça tout au long de sa journée, finirait par se tirer une balle ou se jeter dans le Source de la Loue, curiosité mondiale ***** à 1500 m de ma maison.

Mais je ne le suis plus, dépressif, et cette note, je ne la classe pas dans la catégorie "détresse", mais dans "ras-le-bol".

Ses récriminations finissent par, de plus en plus, m'entrer par une oreille et ressortir par l'autre. Après je me les lave en écoutant de belles chansons.

Le problème de CT (Chère et Tendre) est qu'elle est en train de scier la branche sur laquelle elle est assise....

Je vous embrasse.

11:24 Publié dans moi, Ras-le bol | Lien permanent | Commentaires (7)

12/02/2013

le feuilleton "mariage pour tous" enfin terminé

On en parle depuis novembre dernier, le Petit Journal de Yann Barthès, qu'on a connu mieux inspiré, en a parlé pendant 3 semaines d'affilée (et ce n'est sûrement pas fini) , bref, peut-être qu'on va arrêter de cacher avec cette "poudre aux yeux" le bilan d'un François Hollande qui m'a énormément déçu.

A croire que le mariage homo était le pivot de ce qu'il promettait, notamment lors du débat télévisé...

Moi président de la République, je n'aurai pas la prétention de nommer les directeurs des chaînes de télévision publique, je laisserai ça à des instances indépendantes....

Ah bon ??
C'est pour ça qu'il a nommé Olivier Schrameck, directeur de cabinet de Lionel Jospin, président du CSA ??

Moi président de la République, je constituerai un gouvernement qui sera paritaire autant de femmes que d'hommes.

Oui, si on compte les ministres délégués aux choux farcis ! Mais dans l'ordre protocolaire, les hommes occupent les places 1, 2, 3, 5, 8, 10, 12, 16, 18 et 20. La première femme pointe à la 4ème place et les autres n'ont droit ensuite qu'aux numéros 6, 7, 9, 11, 13, 14, 15 et 19...

Moi président de la République, les ministres ne pourront pas cimuler leur fonction avec un mandat local, parce que je considère qu'ils devraient se consacrer pleinement à leur tâche.

Demander à Jean-Marc Ayrault, premier ministre et maire de la 6ème ville de France !

Sans parler du maintien de la retraite à la Sarkozy (mon épouse partira bien à 61 ans et deux mois, bien qu'elle ait commencé à 16 ans....) , du cadeau fait aux banques avec la non-séparation entre établissements de dépôt et banques casino, promise pourtant aux français...

Quand au joujou du maire de Nantes, un aéroport qui ne s'impose pas vraiment dans une région qui est à moins de 2 heures de Paris en TGV, celui-ci n'a pas vraiment l'air de lâcher le morceau !

Et l'abandon de notre industrie, n'en parlons pas non plus...
Comme le disait Coluche, la loi anti-tabac est une réussite, même les haut-fourneaux ne fument plus !

Je suis de gauche depuis l'âge de 17 ans, j'ai évidemment voté Hollande aux deux tours, mais je suis vraiment écoeuré que nos députés aient passé autant de temps à discuter d'un sujet sociétal (le mariage entre homos) alors que le social, lui, n'a pas, pour l'instant, eu droit a autant d'égards.

J'espère qu'à présent, on pourra enfin aborder d'autres sujets !

Je vous embrasse.

08/12/2012

Hypocrisie royale

Jacintha Saldanha, 46 ans et mère de deux enfants, infirmière au King Edward VII Hospital, où séjournait Kate Middleton, épouse du Prince William, s'est vraisemblablement suicidée à la suite d'un canular organisé par une radio australienne où elle aurait livré des informations intimes sur la duchesse.

A présent, les larmes de crocodile fusent...

Qui a tué Davy Moore ? La chanson de Graeme Allwright est, 43 ans après, toujours d'actualité, hélas..

• C'est pas moi, dit la radio d'où est partie ce canular. Le patron défend même les deux animateurs qui ne seront pas licenciés : "Ces gens ne sont pas des machines, a-t-il avancé. Ce sont simplement des êtres humains. Ce qui arrive est incroyablement tragique et nous sommes profondément tristes et incroyablement affectés par toute cette histoire."

• C'est pas moi dit la famille royale, qui a fait part "de sa profonde tristesse", expliquant qu'ils n'avaient jamais pensé à porter plainte contre Jacintha Saldanha ou l'hôpital.

Alors qu'elle avait porté plainte contre Closer l'été dernier, pour quelques photos d'une paire de nichons qui n'avaient rien de royaux, ni de princiers !

• C'est pas moi, dit la direction de l'hôpital, par les mots du docteur Peter Carter, secrétaire général du Royal College of Nursing, qui est "profondément triste de voir qu'une simple erreur humaine due à un cruel canular puisse conduire à la mort d'une infirmière dévouée".

Ben voyons ! L'infirmière, qui aurait dévoilé des "informations intimes" sur Kate Middleton aurait eu de la part de ses employeurs les félicitations du Jury ???

Je n'en ai aucune preuve, mais j'émets l'hypothèse suivante : Plutôt que le déshonneur d'un scandale doublé d'un licenciement, elle a préféré se donner la mort.

Mais bien sûr, personne n'est responsable.

Je vous embrasse.

laver-main.jpg

29/10/2012

Les feignasses aux 16 semaines de congés...

Non, non, je ne vais pas ici parler des enseignants, qui effectivement ont ce régime.

A mon avis, pour faire ce métier O combien difficile, surtout dans les "quartiers" du même nom, et pour un salaire qui n'est pas des plus mirobolants (moins qu'un ouvrier qualifié dans la plupart des cas...), ces "coupures" sont nécessaires.

Non, je veux parler d'une autre catégorie, des gens dont tout le monde a entendu parler, des personnes qui touchent environ 10 à 50 fois le salaire d'un prof pour accomplir une profession qui finalement les met en lumière, et qui parfois "s'amusent" en accomplissant leur métier. C'est du moins ce qu'ils prétendent pour la plupart quand ils écrivent leurs mémoires.

Car, oui, ils écrivent leurs mémoires !!

 

 

Tout à l'heure, je suis monté ventre à terre dans ma salle à manger pour voir les infos de France 3. L'ouragan Sandy me préoccupe énormément, d'une part pour les pauvres gens qui vont en être victimes, et aussi parce que c'est la première fois qu'un ouragan de cette intensité frappe la côte est des Etats-Unis. Les deux côtés de l'Atlantique sont touchés par deux phénomènes opposés mais encore jamais vus de mémoire d'homme à cette époque de l'année.

Effectivement, les images nous provenant de là-bas sont déjà alarmantes.
Mais je ne reconnais pas la présentatrice habituelle. Congé de maladie ?

A 19h50, je zappe sur Canal pour regarder les Guignols. Le générique arrive, PPD apparaît. Mais il me semble avoir déjà entendu cela... Et, muni d'une loupe, en m'approchant du téléviseur, je peux lire en tout petit en haut à droite :
BEST OF.

Ces deux mots en disent long. Ils signifient "réchauffé pour cause de vacances"...

Et bien évidemment quand je zappe sur France 2, je vois le remplaçant du remplaçant, déjà là l'été dernier, qui officie. Les reporters sont apparemment (sauf Maryse Burgot, qui en direct de New-York, a décidé de faire son taf jusqu'au bout) des stagiaires qui butent sur tous les mots, y compris sur des sujets très sensibles.

Bref, ces feignasses dont je veux parler, et qui parfois nous donnent des leçons, ce sont les "vedettes" de la télé.

Je ne cite pas de nom, ils sont TOUS à mettre dans le même panier !

Les remplaçants ont des beaux jours devant eux, qui officient en été (deux mois, parfois même dès le 20 juin) , à la Toussaint, à Noël, pendant les vacances de février des Parisiens, et les vacances de Pâques. 16 semaines de congé pour ces messieurs-dames les Stars, on se demande vraiment pourquoi....

Je vous embrasse.

08/10/2012

Hollande : la déception c'est maintenant

Bon, c'est vrai, on s'est débarrassé du petit agité qui se fichait vraiment de la poire de français, à la façon de Marie-Antoinette : vous ne pouvez pas vous payer des vacances au bord de la mer ? Demander à un ami de vous prêter son yacht !

Cela dit, après quelques mois, on est en droit de se poser des questions au sujet du bilan du président Hollande, face aux principales promesses qu'il avait faite aux français :

• Les impôts : Neuf contribuables français ne seront pas touchés par les augmentations de fiscalité :

NON TENU ! Avec la CSG à venir, tout le monde va cracher au bassinet !

• Porter un coût d'arrêt à la RGPP et à l'application mécanique du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite :

TENU.

• Renégociation du Traité européen :

NON TENU.

• Revenir immédiatement à la retraite à 60 ans por ceux qui ont commencé à moins de 18 ans.

NON TENU. Il faut désormais non pas des trimestres "validés", mais des trimestres "cotisés". Mon épouse, et bon nombre de personnes ayant commencé tôt mais ayant connu des périodes de chômage se retrouveront avec le système Sarkozy...

• Revenir à un taux de 5.5 % pour le livre :

On attend....

 

En somme pas mal de renoncements, et la crise n'explique pas tout.

Du reste, quand les électeurs se rendront compte que désormais, tout ce qui touche au chômage et au pouvoir d'achat n'est plus du ressort des politiques, mais de la finance internationale et aussi des décisions Bruxelloises, voire Allemandes, un grand pas aura été fait.

Il faudrait aussi, en cas d'alternance, en faire une complète. Il n'est pas normal qu'à Bercy, les ministres (la vitrine) aient tous changé, mais que les vrais décideurs (les hauts fonctionnaires, au premier rang duquel le directeur libéral du Trésor....) restent en poste. C'est un peu comme un restaurant qui changerait complètement ses serveurs mais qui garderait ses cuisiniers.

 

Je suis déçu, que sur les seuls leviers qu'il pouvait actionner, il n'ait pas tenu ses promesses. Mon épouse, par exemple, qui se voyait partir en retraite dans un an, devra attendre 14 mois de plus...

Je vous embrasse.

31/10/2011

Mon village désertifié, merci qui ????

J'ai vraiment du mal à croire que, lors des dernières élections cantonales, l'UMP ait pu avoir la majorité absolue dans mon village.

Sont-ils tous des crétins ? Je ne le pense pas, commençant peu à peu à les connaître.

Résumons :

Quand j'ai acheté le terrain ici, en 2005, le village disposait d'une poste.

D'une école.

D'une caserne de pompiers.

D'un hôtel-restaurant classé dans le Guide Michelin.

Pour faire ses courses, à 3 km se trouvait une petite supérette.

Egalement, un bureau de tabac/journaux.

Pour ceux qui voulaient voyager, une gare à 18 km qui disposait de 4 relations par jour avec Paris en TGV, et une à 27 km qui en disposait de 8 !!!

 

A présent :

Plus de poste. Pour expédier une lettre si l'on na pas de timbre, alors quelques jours par semaine (en moyenne entre 3 et 4 selon les congés de la dame - qui n'est pas du tout postière) on peut trouver une "agence communale" (nos "agences postales" des années 50/60/début 70, vive le rétro !) qui fait quelques opérations à 4 km. Ce matin, congés de l'agence, et fermeture du lundi pour celle à 7. Résultat des courses : 38 km pour aller poster une lettre urgente !
Sinon, si par exemple vous voulez avoir un conseiller financier, en prenant rendez-vous 3 semaines à l'avance vous pouvez en avoir un à 27 km. Sinon, pour les bureaux les plus proches à 17 et 19 km, prévoir un bon mois....

Je rappelle à toutes fins utiles qu'en 1997, La Poste était partout, et à même fait ouvrir une station-service à son sigle en Lozère !!!

L'école est toujours là. Pour l'instant, car il y a des bruits de fermeture coordination avec un autre village à 5 km.

La caserne de pompiers aussi, c'est les pompiers qui feraient défaut. Fini le temps où leurs patrons les laissait aller sur une intervention, là, c'est Pontarlier qui doit venir... (18 km).

L'hôtel-restaurant a fermé ses portes aujourd'hui. Pourtant bien fréquenté, son actuel propriétaire est à présent trop âgé pour continuer. Bien évidemment il pourrait le revendre. Mais à qui ? Les banques ne prêtent plus (sauf aux riches).

La supérette ? Disparue. Trop de charges. idem pour le débit de tabac/journaux.

Voilà pour Sarkozy, "directement".

A présent, parlons un peu de nos amis Suisses qui aiment bien passer la frontière et acheter français dans un des 40 super ou hypermarchés présents dans le Haut-Doubs, la plus forte proportion en France.

Mais pour leurs trains, pas de quartier ! La liaison Paris-Zurich passait jusqu'en 2007 par Dijon, Pontarlier, Neuchâtel et Berne. Depuis le TGV Est, deux sur quatre ont été supprimés.

Mais ce n'est pas tout ! Restaient à 27 km, à Frasne, les TGV Paris-Lausanne.
mais une réouverture de ligne dans l'Ain a fait gagner 30 mn sur Paris-Genève, et désormais deux sur quatre ont également été supprimés, préférant faire 130 km de plus en passant par : Mâcon, Bourg en Bresse, Bellegarde et Genève. Pourquoi pas Lyon ?????

Et enfin, à partir du 11 décembre, nos TGV Berne qui avant 2007 mettaient quelques 5 h par Pontarlier, puis 4h20 en passant par l'Alsace, mettront moins de 4h par la nouvelle ligne TGV Rhin-Rhône.
Pontarlier est désormais menacé de ne plus avoir aucun TGV.

Ah l'histoire de Pontarlier par le train...
En 1970, voici 41 ans, je mettais 3h55 par le rapide Paris-Berne-Interlaken...
Puis, en 1984, les TGV Lyria ne mettaient plus que 3h20.
Depuis l'an dernier, la ligne ayant été refaite sur la partie montagneuse, c'est 3h08 dans un sens (vers Paris) et 3h21 dans l'autre (Paris-Pontarlier). Comme il y a 27 ans.

Si les TGV disparaissent du paysage Pontissalien, il faudra au bas mot près de 4heures, en prenant 2 TER jusqu'à Dijon, et de là récupérer un TGV. Retour en 1970, sauf que là... il faudra changer 2 fois.

Pourquoi les Suisses font ça ?

En 1997, pour faire diminuer la dette (déjà !!) de la SNCF, on l'a séparée en deux, d'un côté ceux qui roulent, et de l'autre ceux qui font les voies, que l'on a appelé RFF (Réseau Ferré de France).
Pendant quelque temps, tout roulait, la SNCF avait presque résorbé sa dette et RFF résorbait peu à peu la sienne à l'aide de péages.

Mais voilà.... depuis 2007 (comme par hasard) les péages de RFF (entreprise d'Etat) ont tendance à s'affoler, de sorte que même le modèle TGV est mis en cause.
Et cela, les Suisses ne le supportent pas. Ils préfèreront donc, au lieu de payer pour un Paris-Genève et un Paris-Lausanne, ne payer que pour un Paris-Genève-Lausanne en accouplant deux trains.

Merci qui ???

14/06/2011

Ma soupape

Quand j'ai construit la maison, j'avais prévu large : 3 niveaux, avec en haut 3 chambres et une salle de bains -WC, au milieu la cuisine, séparée de la "pièce à vivre" comme on appelle désormais la salle à manger salon, une autre chambre, une autre salle de bains, et un WC séparé.
Enfin en bas, le garage, une buanderie pour Madame, la cave et un "atelier".

Le constructeur avait eu l'air étonné lorsque je lui avais demandé d'y poser, dans cette pièce de sous-sol, une fenêtre avec volets roulants, plus une prise téléphone et deux prises électriques.

C'est que je savais ce que je faisais....

Il arrive souvent à "Madame", de se foutre en rogne pour un oui pour un non. Souvent le déclencheur est une mauvaise nuit, une mauvaise nouvelle, une discussion au téléphone avec sa soeur aînée (si !) voire un réveil en sursaut.

Depuis qu'elle n'a plus conduit, c'est comme si elle s'était arrêtée de fumer : elle est intenable.
Même sa copine Lulu a capitulé, préférant "aller voir ses petits-enfants" que de la supporter. Elle y était pourtant arrivée, mais je crains que ses forces ne soient en train de céder.

Alors, quand je sens que l'atmopshère est à l'orage, je descends dans mon "atelier" qui est devenu "mon domaine réservé"

DSCN2398b.jpgLà où se trouve la croix.

On dit souvent que pour un couple, il est nécessaire d'avoir au moins une porte à claquer pour que les tensions s'apaisent. Ce qui explique pourquoi mes parents, tourtereaux pendant 15 ans, se sont transformés en ennemis irréductibles le jour où ils ont dû vivre dans une seule pièce (de 1949 à 1961).

Idem pour moi avec mon ex, malgré toute la vache enragée que nous avions dû bouffer, cette "vache-là" était surmontable dans la mesure où nous vivions dans un 85 mètres carrés. HLM, je le précise. Et du jour où, ayant par connerie demandé ma mutation, nous nous sommes retrouvés dans une petite bicoque deux fois plus petite, avec WC à la turque et sans soleil, le couple a pété.

Bref, quand avec "chère et tendre" ça commence à barder, je la laisse s'énerver et je descends dans mes "appartements" où je retrouve mon PC, ma chaîne HIFi, mes cassettes, mon internet....
Et ma paix !

J'embaume tout à l'huile essentielle d'estragon, dont l'odeur la rebute, mais qui me permet d'atténuer mon allergie au pollen.

Plus elle me les casse, plus je suis en bas. Après tout, si je dois être son garde-malade jusqu'à ma mort, je ne tiens pas à être son homme de compagnie quand elle commence à devenir horrible.

Ce midi, ça a commencé par "il faudra me changer ça de place". Je ne sais pas vous, mais ce me qui me rappelle l'armée et ses joies, a le don de me foutre en rogne.

Ensuite ce fut le grand classique, éprouvé depuis quand même 8 ans : "à qui tu parlais à l'ordinateur ?"

Donc, je suis en bas. Et très content de l'être même si je n'ai le soleil qu'entre 18h et son coucher (donc uniquement entre mai et août). Même s'il y fait un peu frisquet, même si mon mur est constitué en grande partie de parpaings et que de temps en temps j'y vois défiler quelques araignées.
Je suis dans mon domaine, et gare à ceux qui viennent m'y emmerder !

Je n'en sors que lorsque je me suis calmé, et si jamais je vois qu'à l'étage au-dessus c'est toujours la guerre, et bien je redescends !

Voilà l'histoire, je vous embrasse.

14:35 Publié dans moi, psy, Ras-le bol | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : soupape