Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2019

Les phrases qu'on entend souvent et que je déteste

Rendez-vous sur notre application

Tentez de gagner

Désolé

Restez avec nous / Après une courte pause / Tout de suite

Je crois que ça va être compliqué

Je vous encourage à patienter

Une erreur est survenue

Créez un compte

Toutes nos lignes sont occupées veuillez rappeler ultérieurement

Nous mettons tout en œuvre pour...

Il faut laisser la justice faire son travail

Je viens de vendre le dernier

Flashez ce code

Offre soumise à conditions



Et vous ?

01/03/2019

La taxe carbone est passée en douce !

Je vous donne le lien pour le vérifier.

En un an, + 13 centimes sur le gazole et + 6 centimes "seulement" pour le sans-plomb 95 !

D'emblée, vu ce différentiel, on voit que le cours du brut n'intervient pas.

Depuis décembre, je surveille les prix à la pompe dans mon secteur.
Ils n'ont pas bougé tant que le mouvement des gilets jaunes était populaire.
Puis, quand l'opinion - bien manipulée par la presse, télés et presse écrite - a commencé à se retourner, j'ai vu un frémissement du côté de la pompe.

A présent que ce mouvement "ne plaît plus" (on parle plus des manques à gagner collatéraux que de la revendication de départ) j'ai vu ma pompe s'emballer ! 1 à 2 centimes par semaine depuis un mois pour le gazole.

Bravo l'artiste ! Côté cour, on passe 14 heures à flatter le cul des vaches (je pensais que l'agenda d'un chef d'état était chargé...) et côté jardin son administration nous la met bien profond en douce !

Encore 3 ans à supporter ça ! Voire 8 si les français sont vraiment des co
veaux !! Comme ils l'ont été en juin 68.


Je vous embrasse.

01/12/2018

QUE VEULENT LES GILETS JAUNES ?

 

maxresdefault.jpg

Au début il n'était question que de carburant.
Mais peu à peu ça a dégénéré. Une brèche dans laquelle le mécontentement général s'est engouffré.

A mon sens, cela aurait pu être évité.

Depuis longtemps, la mobilisation du 17 novembre était annoncée, comme un appel au secours d'un peuple qui n'arrivait plus à boucler ses fins de mois à cause d'une pression fiscale de plus en plus forte, et qui n'était pas dans le programme de l'actuel président de la République.

Je pense sincèrement qu'il aurait suffi d'un geste d'apaisement de la part de l'exécutif, comme par exemple le gel de la taxe sur les carburants et le mouvement aurait cessé de lui-même.

Au lieu de ça le même exécutif non seulement n'a pas fait un seul geste, mais au contraire, très "Marie-Antoinette 89", a attisé les mécontentements. "Le cap sera maintenu" a été la seule réponse d'un premier ministre arrogant.
Au nom d'une taxe carbone alors "qu"en même temps", Macron a autorisé la destruction en Guyane de 1500 hectares de forêt Amazonienne pour... chercher de l'or !

Pire, le "coup de pouce" au SMIC traditionnellement octroyé chaque année n'aura pas lieu cette année.

En tant qu'ancien soixante-huitard, je sais comment ça se passe. Les vrais casseurs, qui se glissent dans les manifs pour faire leur sinistre besogne, ça existe.
Mais le problème c'est qu'il n'y a pas que des casseurs, il y a aussi des vrais gilets jaunes qui manifestent pour la première fois de leur vie et répliquent à l'agression parfois brutale des "forces de l'ordre", parfois en proportion. Et les télés, qui au fond n'ont pas trop changé vis à vis du pouvoir en pace depuis 50 ans, montrent uniquement ces images de violence parisienne, en "oubliant" ce qui se passe en dehors de Paris, en qualifiant les manifestants d' "extrêmes". Gauche ou droite selon la couleur des télés.

Alors, la solution ?

Chirac l'avait trouvée en son temps, après les grandes grèves de décembre 95 :
la dissolution de l' Assemblée. 

De deux choses l'une : soit ce mouvement est superficiel, ou très minoritaire dans "la France profonde" (comme en 68) et la majorité actuelle sera reconduite.
Soit c'est vraiment profond et alors on rebat les cartes.

L'idéal aussi serait d'imiter les Américains, avec des élections de mi-mandat. Cela rendrait nos gouvernants moins arrogants entre la seconde et la quatrième année de leur septennat. Ah certes je les entends parler de leur "non-visibilité à long terme", mais à mon sens deux ans et demie pour faire des "réformes" (mot vidé désormais de son sens) c'est largement suffisant si les "réformes" sont justifiées.

En attendant, il faut calmer les esprits et arrêter cette arrogance de la part du pouvoir, surtout la surpression fiscale.

Avant qu'il ne soit trop tard.

Je vous embrasse.

08/09/2018

Les nouveaux charlatans de la météo

Hier soir, sur France-Info, chaîne d'information télé financée par la redevance, il était question de cette année 2018, qui avait battu le record des orages.
Or qui est venu parler du phénomène ? Mr Tartempion "météorologiste" à "Météo-Group".
Quézaco Météogroup ? Une de ces innombrables start-up avec un personnel qui se compte le plus souvent sur le doigt d'une main, qui prétendent faire de la météo à l'aide de quelques modèles, et qui prolifèrent un peu partout depuis que l'entreprise Nationale Météo-France a commencé à négliger le "grand public" à partir de 2012. 
Mais météorologiste (on dit à présent "météorologue" ça fait mieux) c'est un métier. J'ai fait deux années d'études supérieures à l'Ecole Nationale de la Météorologie, à la suite desquels je suis devenu technicien supérieur, ce qui, en 1973, me donnait le droit.... d'observer les nuages et de relever les instruments ! Il m'a ensuite fallu dix ans de pratique pour faire - enfin - officiellement des prévisions.

Attention ! Je ne critique pas en bloc tous ces sites.
Certains, que je regarde ici sur Facebook, sont même excellents, ayant la sagesse de se cantonner soit à une région bien précise, soit à une spécialité. Ainsi, de toute ma carrière je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi pointu en orages que Sebastien Galtier.
Cela étant dit, faire "du grand public national" nécessite de solides connaissances, une certaine "bouteille",et pas seulement de l'aisance à s'exprimer devant une caméra.
Ainsi je déplore qu'une télé publique ne fasse pas intervenir dans ses sujets météo du personnel de l'entreprise Nationale (il en reste, Sarko n'a pas réussi à tous nous bouffer), plutôt que de faire appel des "sociétés" dont le plus souvent le siège central est la pièce de l'appartement où se trouve l'ordinateur du "PDG" !
A cette aune, je peux moi-même me présenter en généalogiste, en expert de la musique de variétés, ou même en cheminot !
Il faut arrêter...

09/10/2017

WIKIMERDIA

Je parle de Wikipédia, cette soi-disant "encyclopédie" réalisée par les internautes.

En ce moment ils font la manche, et vous réclament à cor et à cri quelques euros pour que le site perdure.
J'aurais été tenté de le faire, bien que sachant que cette "encyclopédie" comporte des erreurs;

On me dira : on peut corriger les erreurs et les soumettre...

Que nenni ! 

Un exemple, tout frais. Sur Gérard Palaprat.

Sa vie privée, pour eux, ne se résume qu'à une seule chose :

wiki2.JPG
C'est un peu court ! Pour moi la "vie privée des gens c'est autre chose qu'une condamnation (surtout si elle n'est pas méritée, comme c'est le cas - moi aussi je peux parler de la "vie privée" de Gérard). C'est comme si on comparait celle de Delon à la seule affaire Markovic !

Depuis presque deux semaines, je rectifie ce passage en le supprimant, indiquant mes raisons. Ils ont mes coordonnées, peuvent me contacter, mais non ! Le lendemain, le paragraphe est remis...

Alors deux questions se posent :

1) qui est derrière tout ça, de ne retenir que le négatif d'un homme qui fut bon et généreux, au point de ne pas tenir compte de mes rectifications ?

2) Les internautes peuvent-ils vraiment apporter quelque chose dans cette soi-disant "encyclopédie" ? Pour moi la réponse est non.

S'ils veulent des sous, ils n'ont qu'ont qu'à en demander à ceux qui tiennent à ce que la mémoire de Gérard Palaprat soit salie !

Je vous embrasse.

06/09/2013

le travail c'est la "Santé"

En référence à la prison du même nom....

Il n'y a pas si longtemps, le travail était perçu comme une valeur noble. Beaucoup commençaient à travailler très jeunes, parfois même 14 ans, et attendaient 65 ans pour prendre une retraite "bien méritée".

S'il y avait une hiérarchie obligatoire dans ce monde-là, il en existait aussi une, tacite, qui puisait ses racines dans l'ancienneté.

J'ai connu un temps pas si lointain où le minot de 25 ans, voire de 35, avait une certaine admiration, voire déférence, envers ses collègues qui avaient 30 ans de "boîte". L'expérience était alors une vraie valeur.
Mais le problème, toujours resté tabou, c'est que les "anciens" avaient un salaire plus élevé que les "débutants", même plus gradés.

J'ai moi-même fait cette triste expérience, en 1994.

J'étais directeur départemental dans ma profession, et j'avoue que ce n'était pas 39 mais plutôt 70 heures que j'abattais par semaine. Je ne ménageais pas alors ma peine, menant de front pas mal de disciplines à la fois. J'étais respecté, et par mes collègues, et par le monde du travail.

Survint un triste individu que j'avais moi-même appelé pour que mon travail ainsi que celui de mes collègues puisse être allégé. J'avoue qu'elles n"étaient pas très chaudes, l'une d'elles demandant d'ailleurs immédiatement sa mutation en lisant le nom de celui qui allait chapeauter le centre.

C'était non pas un petit con, mais un grand, d'une trentaine d'années, qui avait réussi un examen professionnel et qui "officiellement" était donc plus gradé que moi.

Je dis "petit con" car c'est ce qu'il me dira souvent, quand il me verra mal à l'aise....
Dès qu'il arriva, il nous dit ces deux phrases :

1) jusqu'à présent, votre devise c'était "pour vivre heureux vivons cachés", maintenant vous allez en ch...

2) Ici le boulot a été fait n'importe comment jusqu'à présent (merci !) je peux vous garantir que ça va changer.

Et effectivement, ça allait changer....
Non pas qu'il y aura plus de boulot, mais que ce triste sire allait faire régner la terreur sur le centre.
Lui-même s'adaptera très vite aux quelques 18 heures de service effectif qu'il abattra dans son bureau en lisant "voiles et voiliers"....

Je passe sur les méthodes employées, mais ce sinistre individu va me persécuter jusqu'à ce que je demande grâce.

La raison ?
C'est la phrase qu'il m'assènera 3 ans durant :
"Au fait, Patrick, tu gagnes combien ???"

Certes, je gagnais plus que lui. Beaucoup plus ! Et ça, il l'avait en travers de la gorge....



2013.

Mon copain Jean-François était jusqu'à présent un prof bien intégré dans son collège Parisien.

56 ans, dont 30 de carrière, tous ses élèves étaient contents du savoir qu'il leur avait dispensé, il continuait à accomplir un travail propre et bien fait, à quelques années de la retraite.

Et un beau jour, la veille de la rentrée (donc lundi dernier), on lui annonça que pour des raisons "techniques", il devrait changer d'affectation et professer dans un établissement d'Aubervilliers. Bien sûr à quelques kilomètres seulement de là où il enseignait depuis à présent 15 ans, mais dans une collège réputé très "difficile" où la durée de séjour n'excédait pas les trois années en moyenne, pour les jeunes frais émoulus qui héritaient de ce poste.

La mort dans l'âme, mon copain Jean-François préféra donner sa démission. Il ne se voyait pas affronter quelques petits marlous qui se feraient une réputation de "kékous" sur son dos. A 56 ans il avait passé l'âge...

Lui qui croyait que 30 ans de bons et loyaux services étaient une référence, il s'aperçut qu'en fait il n'était qu'un pion que l'inspection d'académie pouvait déplacer à sa guise...

Vous avez dit "morale" ?

Je vous embrasse.

19/08/2013

il n'y a plus d'abonné....

Récemment, j'ai constaté que mes "canards enchaînés" du mercredi ne me parvenaient plus.

Je m'en suis alors inquiété auprès du service des abonnements qui m'a répondu que je n'avais pas donné suite au bulletin de réabonnement.

J'ai bien sûr pensé à une défaillance de La Poste et je me suis réabonné.

 

Ce matin, Chère et Tendre me montre un monceau de pubs qu'elle avait elle-même déchirées, n'épargnant que celles qui l'intéressaient.
Cela fait un certain temps (19 ans) que je n'ai plus mon mot à dire là-dessus, et à tort je laisse faire.

"tu les mettras à la poubelle", m' "ordonne" - t'elle.

Oui chef.

Et donc, parmi les pubs déchirées, je vois le bulletin de réabonnement de "public", magazine dont j'avais eu une offre exceptionnelle au départ (0.60 centime du numéro) et dont je comptais arrêter l'abonnement.

La fait d'avoir trouvé ce bulletin déchiré, le fait que Chère et Tendre prétendre choisir à ma place les revues que je veux lire, fait que finalement, je me réabonnerai à Public....

Même si désormais j'ai de moins en moins le temps de lire !

Je vous embrasse.

13:23 Publié dans Ras-le bol | Lien permanent | Commentaires (3)

14/05/2013

C'est ta faute !

Le 872ème "c'est ta faute" depuis le début de l'année.

Enfin, je n'ai pas compté mais ça ne doit pas en être loin.

Ainsi par exemple, le "c'est ta faute" d'aujourd'hui concerne une chambre que nous avons mis à louer à la nuitée, et dont l'annonce a été notée ***** par les superviseurs du site (Airbnb) .

Et bien "c'est de ma faute" si les clients ne viennent pas !!!

Suivi de l'inévitable "de toutes façons tu fous rien", expression que Madame lance pour n'importe quel sujet quand elle est en boule contre moi...

A signaler encore :

"c'est ma faute" si le temps est pourri. Généralement suivi de "sale bled" *
    * A noter que "sale bled" est l'expression toujours employée par elle sur tous les endroit où nous avons posé nos valises, une fois qu'elle a réussi à se fâcher avec tous les voisins !

"C'est ma faute" si le chauffage marche mal, je n'arrête pas de le "tigonner" (le régler en patois cauchois)

"C'est ma faute" si le téléphone ne marche pas, et pas celle d'Orange. Panne qui devrait pourtant la ravir puisque chez moi couplée à celle d'Internet !

• "C'est ma faute" si la télé déconne (alors que, dans presque tous les cas c'est de la sienne à elle, s'étant trompée de touche sur la télécommande laquelle il est vrai nécessite un Bac +3 pour s'en servir)

"C'est ma faute" quand on a une panne de voiture. "y avait qu'à" en changer, comme elle me le demande depuis deux ans. Là, progrès, parce qu'il faut un temps (1996) où elle ne prenait pas la peine de me le demander, et c'est ainsi qu'un jour je l'ai vu arborer les clés d'une Nissan Micra en lui demandant où était passée la Clio dont j'étais très content !!

J'arrête là la liste, très longue.
Mais je pense qu'un mec un tant soi peu dépressif, à force d'entendre ça tout au long de sa journée, finirait par se tirer une balle ou se jeter dans le Source de la Loue, curiosité mondiale ***** à 1500 m de ma maison.

Mais je ne le suis plus, dépressif, et cette note, je ne la classe pas dans la catégorie "détresse", mais dans "ras-le-bol".

Ses récriminations finissent par, de plus en plus, m'entrer par une oreille et ressortir par l'autre. Après je me les lave en écoutant de belles chansons.

Le problème de CT (Chère et Tendre) est qu'elle est en train de scier la branche sur laquelle elle est assise....

Je vous embrasse.

11:24 Publié dans moi, Ras-le bol | Lien permanent | Commentaires (7)

12/02/2013

le feuilleton "mariage pour tous" enfin terminé

On en parle depuis novembre dernier, le Petit Journal de Yann Barthès, qu'on a connu mieux inspiré, en a parlé pendant 3 semaines d'affilée (et ce n'est sûrement pas fini) , bref, peut-être qu'on va arrêter de cacher avec cette "poudre aux yeux" le bilan d'un François Hollande qui m'a énormément déçu.

A croire que le mariage homo était le pivot de ce qu'il promettait, notamment lors du débat télévisé...

Moi président de la République, je n'aurai pas la prétention de nommer les directeurs des chaînes de télévision publique, je laisserai ça à des instances indépendantes....

Ah bon ??
C'est pour ça qu'il a nommé Olivier Schrameck, directeur de cabinet de Lionel Jospin, président du CSA ??

Moi président de la République, je constituerai un gouvernement qui sera paritaire autant de femmes que d'hommes.

Oui, si on compte les ministres délégués aux choux farcis ! Mais dans l'ordre protocolaire, les hommes occupent les places 1, 2, 3, 5, 8, 10, 12, 16, 18 et 20. La première femme pointe à la 4ème place et les autres n'ont droit ensuite qu'aux numéros 6, 7, 9, 11, 13, 14, 15 et 19...

Moi président de la République, les ministres ne pourront pas cimuler leur fonction avec un mandat local, parce que je considère qu'ils devraient se consacrer pleinement à leur tâche.

Demander à Jean-Marc Ayrault, premier ministre et maire de la 6ème ville de France !

Sans parler du maintien de la retraite à la Sarkozy (mon épouse partira bien à 61 ans et deux mois, bien qu'elle ait commencé à 16 ans....) , du cadeau fait aux banques avec la non-séparation entre établissements de dépôt et banques casino, promise pourtant aux français...

Quand au joujou du maire de Nantes, un aéroport qui ne s'impose pas vraiment dans une région qui est à moins de 2 heures de Paris en TGV, celui-ci n'a pas vraiment l'air de lâcher le morceau !

Et l'abandon de notre industrie, n'en parlons pas non plus...
Comme le disait Coluche, la loi anti-tabac est une réussite, même les haut-fourneaux ne fument plus !

Je suis de gauche depuis l'âge de 17 ans, j'ai évidemment voté Hollande aux deux tours, mais je suis vraiment écoeuré que nos députés aient passé autant de temps à discuter d'un sujet sociétal (le mariage entre homos) alors que le social, lui, n'a pas, pour l'instant, eu droit a autant d'égards.

J'espère qu'à présent, on pourra enfin aborder d'autres sujets !

Je vous embrasse.

08/12/2012

Hypocrisie royale

Jacintha Saldanha, 46 ans et mère de deux enfants, infirmière au King Edward VII Hospital, où séjournait Kate Middleton, épouse du Prince William, s'est vraisemblablement suicidée à la suite d'un canular organisé par une radio australienne où elle aurait livré des informations intimes sur la duchesse.

A présent, les larmes de crocodile fusent...

Qui a tué Davy Moore ? La chanson de Graeme Allwright est, 43 ans après, toujours d'actualité, hélas..

• C'est pas moi, dit la radio d'où est partie ce canular. Le patron défend même les deux animateurs qui ne seront pas licenciés : "Ces gens ne sont pas des machines, a-t-il avancé. Ce sont simplement des êtres humains. Ce qui arrive est incroyablement tragique et nous sommes profondément tristes et incroyablement affectés par toute cette histoire."

• C'est pas moi dit la famille royale, qui a fait part "de sa profonde tristesse", expliquant qu'ils n'avaient jamais pensé à porter plainte contre Jacintha Saldanha ou l'hôpital.

Alors qu'elle avait porté plainte contre Closer l'été dernier, pour quelques photos d'une paire de nichons qui n'avaient rien de royaux, ni de princiers !

• C'est pas moi, dit la direction de l'hôpital, par les mots du docteur Peter Carter, secrétaire général du Royal College of Nursing, qui est "profondément triste de voir qu'une simple erreur humaine due à un cruel canular puisse conduire à la mort d'une infirmière dévouée".

Ben voyons ! L'infirmière, qui aurait dévoilé des "informations intimes" sur Kate Middleton aurait eu de la part de ses employeurs les félicitations du Jury ???

Je n'en ai aucune preuve, mais j'émets l'hypothèse suivante : Plutôt que le déshonneur d'un scandale doublé d'un licenciement, elle a préféré se donner la mort.

Mais bien sûr, personne n'est responsable.

Je vous embrasse.

laver-main.jpg