Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2021

Ma famille se rétrécit...

Foutu mois de janvier....
Celui de 2019 m'avait enlevé un cousin. Frère de celui que depuis 59 ans je considère comme "le frère que je n'ai jamais eu" comme le chantait Maxime.
Je le connaissais depuis sa naissance, en 1960. C'est chez eux que je passais "mes Noëls magiques".
Pour être franc, c'est celui de la fratrie avec qui j'ai eu le moins de rapports.
Mais à une époque où "je sentais le gaz", soit juste après ma fuite fin 2013, alors que je présentais mes voeux à sa mère, ma cousine germaine qui était alors très tiède avec le déserteur de foyer que je devais représenter à ses yeux, lui a demandé à me parler, à m'exprimer les siens.
C'était la première fois...
Par ce geste il tenait, je pense, à m'accorder son soutien.
Il ne fumait pas, était sportif, ne faisait pas d'excès et ne buvait pas une goutte d'alcool.
Un méchant crabe l'a emporté en six semaines...

Ce matin, à 10h30, à quelques kilomètres du bourg cévenol où vivaient mes parents, on enterrait un autre de mes cousins. Georges.
Lui, même si nos routes ne se croisaient que tous les dix ans, je le connaissais beaucoup mieux.
Premier contact dans les années 50. Assez "houleux", car je n'avais que 4 ans, lui 11, et il n'appréciait que modérément mes crises de nerfs, dues à mon enfermement parisien. Lui avait grandi dans une belle villa de Toulon avec de l'espace.
Second contact, en 1963. A l'époque j'étais choriste et il m'avait accompagné à la guitare électrique alors que je chantais le temps de l'amour et les bras en croix. Enregistré sur magnétophone (pas encore de cassette à l'époque), je donnerais très cher pour avoir cette bande.
Nos contacts s'étaient bien améliorés !
Mon père ne l'aimait pas. Au point de me cacher qu'il habitait à quelques kilomètres de chez moi...
Pour moi il était toujours à Toulon.
Il ne l'aimait pas parce qu'il avait "osé" ne pas rempiler dans l'armée, où il avait fait 3 ans. Il était devenu marionnettiste, un métier de saltimbanque qui n'était pas bien vu dans les "bonnes familles". Il était perçu - juste après moi, météo ce n'était pas un métier dans les seventies - comme le raté de la famille.
Jusqu'au 3 avril 78.
Pendant 4 ans la moitié des gamins de France le verront bougonner en sortant de sa poubelle, il était le chien Mordicus dans 1 rue Sésame sur TF1.
Il était devenu plus "présentable" aux yeux de la famille avec ce rôle, qui lui ouvrira les portes de la profession. Il deviendra un décorateur de films renommé, et aussi sculpteur.
En 1984, il viendra me rendre visite à Embrun, et sera aux petits soins avec mon petit bébé, au point que nous le choisirons comme parrain.
Il sera évidemment là pour sa première communion, à Mende où il viendra passer une quinzaine de jours avec leur petit bout de chou. C'était en 1993, et je me souviens d'une phrase qu'il m'a lancée alors que je me montrais empressant avec une jeune collègue prénommée Nathalie :
"tu vas la lâcher ?"
Je serai de son mariage en 1995, célébré dans les Cévennes où il avait choisi de s'établir. C'est avec moi qu'il prospectera les agences immobilières de Ganges (34).

La fin des années 90 nous serons fatales à tous les deux. Sa jeune épouse va le quitter, emmenant les deux gamins à Paris.
Dès lors, il va vieillir de 20 ans. La dernière fois que je le verrai, en novembre 2001, j'aurai du mal à le reconnaître, tant il semblait "éteint". Lui qui, peu de temps auparavant, jeune papa, mordait la vie à pleine dents.
Il se retirera dans "ses" Cévennes, complètement démoralisé. Il aura deux cancers et deux infarctus.
Plus parkinson, qu'il m'annoncera en mars dernier.
Je l'appelais une ou deux fois par an, et peu à peu je sentais sa voix faiblir. En 2016 je suis passé à 10 km de chez lui. Mais ce n'était pas moi qui conduisais, et surtout dirigeais.
J'avais prévu d'aller le voir, Alleyras n'étant pas si loin des Cévennes. Quand ? Cette année, aux beaux jours, ayant enfin trouvé une dame qui garderait minou (Cédric doit comprendre...)
Oui, on le dit, mais on dit toujours ça (Jean-François Michael).

Bien sûr, je suis peiné, énormément même.
Mais pas surpris.
Tout seul dans sa maison ravitaillée par les corbeaux, loin de ses enfants, malade, dépressif, je savais que mon vieux Georges filait du mauvais coton.
Quand je l'ai eu au téléphone voilà 4 semaines, il m'avait dit "être philosophe", au vu de qu'il avait subi.
"la seule chose qui m'embête un peu, c'est de monter à l"échelle pour me coucher car mon lit est sur une mezzanine".

C'est en tombant de cette échelle que, vendredi, il a trouvé la mort...

Oui, la famille se rétrécit.

22:23 Publié dans détripage | Lien permanent | Commentaires (4)

TOP 30 VENTES MENSUELLES JUIN 1962

1 22 SERRE LA MAIN D'UN FOU Johnny Hallyday 1   2
2 1 LA DEPIGEONNISATION Henri Tisot 2   3
3 2 LA LECON DE TWIST / LE VAGABOND Richard Anthony 3   5
4 3 RETIENS LA NUIT Johnny Hallyday 4   6
5 4 UN CLAIR DE LUNE A MAUBEUGE Pierre Perrin 5   4
6 27 LE PETIT GONZALES Dalida 6   2
7 6 ALLELUIA Charles Aznavour 7   4
8 5 A LONDON Petula Clark 8   4
9 7 L'AUTOCIRCULATION Henri Tisot 9   9
10 8 ESPERANZA Nino de Murcia   1 3
11 9 UN CLAIR DE LUNE A MAUBEUGE Bourvil 10   3
12 28 UNCHAIN MY HEART Ray Charles   2 2
13 30 CAN'T HELP FALLIN IN LOVE Elvis Presley   3 2
14 25 UN CLAIR DE LUNE A MAUBEUGE André Verchuren 11   2
15 29 DOMINIQUE Soeur Sourire 12   2
16 e LE TWIST DU CANOTIER Maurice Chevalier & Chaussettes Noires
13   1
17 10 UN MEXICAIN Marcel Amont 14   5
18 e TWIST DE PARIS Les Pirates 15   1
19 12 WONDERFUL LAND Shadows   4 3
20 11 UN MEXICAIN Compagnons de la Chanson 16   3
21 r LES BOURGEOIS Jacques Brel 17   2
22 e JE REVIENDRAI BIENTOT Chaussettes Noires 18   1
23 e LE PETIT GONZALES Danyel Gérard 19   1
24 e DELIVRE-MOI Richard Anthony 20   1
25 23 STOP Danny Boy & ses Pénitents 21   2
26 17 QUAND TU DORS PRES DE MOI Anthony Perkins 22   2
27 13 LES ENCHAINES Chaussettes Noires 23   4
28 14 UN PREMIER AMOUR Isabelle Aubret 24   3
29 16 UN CLAIR DE LUNE A MAUBEUGE Fernand Raynaud 25   3
30 e PAS CETTE CHANSON Johnny Hallyday 26   1
            2,8

Top vieillissant, comme c'est souvent le cas avant l'été, avec 6 montées, 6 entrées et une ré-entrée.
Deux grands gagnants en ce mois de juin : le twist et Johnny Hallyday. Ce dernier classe 3 chansons dont une au sommet, avec une progression de 21 places. Comme Dalida, qui va poursuivre sur sa lancée et dégommer Johnny. Lequel ne retrouvera pas la pole position avant un bon moment !
C'est Nino de Murcia qui reste en tête des "étrangers". Terminus pour Ray Charles, Elvis, Verchuren, et Soeur Sourire (que j'aurais pensé arriver plus haut).

7 entrées ou ré-entrées. La plus haute est signée Maurice Chevalier et les Chaussettes Noires. J'avais fait une note sur cette chanson, mais je reviens quand même dessus car ce twist du canotier est la chanson qui va rassembler au moins 5 générations !
De celle des octo/nona de l'époque (nés avant 1890), qui a suivi le Grand Maurice dès ses débuts dans les années 20, et qui du coup ont découvert Eddy Mitchell en 62.
A celle des teen-agers actuels (dont fait partie Hasni) qui eux n'avaient certainement pas entendu chanter l'homme au canotier mais connaissent Eddy, notamment par "les vieilles canailles".
Et bien sûr les générations intermédiaires, dont la mienne, bercée par Chevalier pendant leur enfance et qui a suivi Schmoll durant toute sa carrière.
Cette chanson aura un certain succès. Parmi les 6 autres entrées ou réentrées, deux futurs n°2, un n°9, un n°11 et un n°13.

Enfin, le top 30 de juillet verra l"arrivée de trois petits nouveaux dont on entendra beaucoup parler par la suite.

Je vous embrasse.

14/01/2021

Mon premier blog : Je suis fan de Patriiick (avril 2005)

Je suis fan de Patriiiiick !!!

 

Patrick Cauvin, le romancier !

 

J'ai découvert ce Marseillais de 67 ans en 1982, quand une copine à laquelle je tenais particulièrement ne consentait à me revoir que lorsque j'aurais lu nous allions vers les beaux jours.

Pour moi, qui ne jurais alors que par Daninos, Barjavel et Bouvard, je pensais aller vers un calvaire de 375 pages, mais bon, qui veut la fin, hein ???

D'entrée je fus conquis. Déjà l'histoire, un amour extraordinaire entre deux jeunes gens que tout sépare, notamment...le fait que l'un et l'autre sont prisonniers des nazis dans un camp d'extermination. Mais aussi, le style...! Cauvin se met à la place de chacun de ses personnages, et raconte ce que chacun ressent. C'est là qu'on s'aperçoit vraiment que les choses sont vues très différemment selon les personnes. Que les femmes et les hommes n'ont pas du tout le même ressenti. Et dans son roman, j'ignore s'il a été conseillé, mais à le lire, on a du mal à réaliser que c'est un mec qui écrit les dialogues de la jeune héroïne !

A partir de là - ma copine entretemps m'avait laissé choir ( pas grave, une de perdue un Cauvin de trouvé ) je me mis à arpenter les bibliothèques - j'adooore ces endroits - à la recherche des Cauvins précédents.  Et, une fois digérés, j'attendis fébrilement chaque année la sortie du Cauvin nouveau. ( Oui, je sais, désolé, mais j'ai pas pu résister.. ).

Vous êtes morose, vous voulez vous fendre la poire ? Alors sans hésitation, lisez E=MC2 mon amour, Monsieur Papa ou Pourquoi pas nous ? - hélas très médiocrement rendu au cinéma :( 

Vous êtes mystique, vous croyez à la réincarnation ? C'est Laura Brahms qu'il vous faut lire. Vous ne connaissez pas Marseille ? Rue des Bons Enfants est encore mieux que le Guide du Routard...

Vous voulez vous évader, oublier votre grisaille quotidienne ? Huit jours en été s'impose. Vous voulez trembler ? La SF vous passionne ? Alors Jardin Fatal ! Je vous jure que vous ne regarderez plus une fleur de la même façon ensuite...

Je pourrais également citer C'était le Pérou, Belles Galères, Menteur, Tout ce que Joseph écrivit cette année-là, Présidente...

J'ai évoqué Huit Jours en été. Lisez-le. Absolument. Il faut avoir lu ce bouquin pour comprendre pourquoi je me suis fait appeler Cicatrice...

 

Rédigé le 13 avril 2005 à 23h58 dans ARCHIVES depuis avril, Culture, ceux que j'aime | Lien permanent | Commentaires (3)

 

 

C'est jeudi, le jour du "premier blog". Cette fois je parlais de mes goûts littéraires (et je constate que j'évoquais Barjavel) avant de parler de mes goûts musicaux : ce sera une note - très maladroite - sur Johnny. Toujours aussi peu de commentaires, et je continuais de penser qu'avant de me livrer, de passer au vif du sujet, il me faudrait être plus lu que ça (je n'avais pas de statistiques sur l'audience). Sinon je note au début une grosse faute de français !!!
Bonne lecture !

 

 

 

13/01/2021

LES COME-BACKS RETENTISSANTS (TOM 10)

Tom comme TOM JONES. Ce Gallois à la voix puissante a commencé à avoir du succès simultanément chez lui et en France. It's not unusual aura les honneurs de SLC dès le printemps 65, alors qu'il aura droit à la plus haute marche chez lui. Mais ensuite il marchera mieux chez nous : SLC classera untrue en août, qui sera ignoré des charts anglais. What's new Pussycat sera 5ème en France, 11ème en GB, doctor love classé chez nous, pas là-bas, idem stop breaking my heart, et not responsible en 66. This and that, toujours en 66, sera 14ème chez nous, tout juste 44ème chez lui.

Cette tendance s'inversera quand même en 67, où il ne classera aucun titre en France alors qu'il explosera en Angleterre malgré un rude concurrent qui joue sur le même registre : Engelbert Humperdink, dont tous les titres grimperont au sommet. Tom Jones aura quand même deux n°2 (i'll never fall in love again et i'm comin'home) et un numéro 8 (detroit city). Sans oublier the green grass of home qui signera le retour de Dalida après sa tentative de suicide.
68 le voit grimper au sommet en France, avec Delilah (n°2 en GB) et le suivant, help yourself marchera dans les deux pays.
Les français le boudent en 1969, les anglais classent love me to night (9) et without love (10).
Idem 1970 où daughter of darkness (que j'adore) se vendra peu en France, mais fera top 5 en GB. Et suivra peut-être sa plus belle, i who have nothing, zappée chez nous.
Mais 1971 verra son plus grand succès  - de l'époque - en France : She's a lady. Plus de 300.000 ventes (seulement 13ème en GB), le "follow-up" puppet man en vendra 60.000 et le suivant till près de 80.000.
Très belle année donc côté français mais la dernière. En Angleterre il aura une année de plus , the new Mexican pupeeter accrochant un top 6 en 1972.
Comme les Beatles, belle carrière mais brève. Suivront 15 ans de traversée du désert.
Et encore, la résurrection ne se fera que côté Britannique, avec a boy from nowhere en 1987. Puis, comme le font les artistes qui se sentent en fin de course, il réenregistre ses premiers hits.
Terminé pour lui ?
Non. 1999 le voit de nouveau ressusciter. Mais toujours de l"autre côté du Channel, la France ayant décidément rangé dans les placards ce chanteur "kitsch" des sixties. 1999 donc où burning down the house est un tube en Grande Bretagne. Six mois plus tard il fait mieux avec mama told me. Et encore mieux ensuite un podium avec sex bomb !

On ne sait pas pourquoi, mais là les français se réveillent et accrochent ! Entrée fracassante à la 7ème place fin janvier, sex bomb sera numéro un du top 50 sept semaines consécutives ! Ce sexagénaire venu d'on ne sait où va barrer la route de l'or à Eiffel 65, Hélène Ségara, et R Kelly ! 30 ans après she's a lady.

Bravo Sir Tom Jones, vous nous avez montré un bel exemple de longévité.

10/01/2021

LES COME-BACKS RETENTISSANTS (tome (9)

SACHA DISTEL. Pour clôturer la série, je voudrais évoquer ce cas à part. Pas de vraie "traversée du desert" pour lui mais des gros tubes isolés éparpillés sur 20 ans au milieu de classements plus modestes.
Comme Nougaro, il commencé à "percer" en même temps que les "yéyés", mais suivra une voie tout à fait différente. C'est en effet en 1959 que sortira scoubidou - j'ai fait partie de la génération qui a hanté les magasins d'électricité et les drogueries - en même temps que nouvelle vague. Fameux scoubidous qui lanceront Sacha, lequel transformera l'essai la même année avec oh quelle nuit, son premier numéro un. Dans la première version il sera question d'Eddie (Constantine) mais devant le succès de Schmoll Eddie sera assez vite remplacé par Johnny afin de ne pas brouiller les pistes.
Les années 60 à 62 le verront obtenir quelques bons succès (dont mon beau chapeau et faits pour s'aimer) et à la Noël 1963 il lance une émission de télé, Sacha-show dont le générique sera un air de banjo. Piètre vente, mais chanson culte, comme du reste la face B la belle vie.
Son âge d'or se situera entre 1965 et 1969. Il chantera la casa d'Irène à l'époque de Satisfaction, Monsieur Cannibale à la sortie de Michelle, l'incendie à Rio au moment de Noir c'est Noir....
Il terminera les 60's avec toute la pluie tombe sur moi, adaptation de BJ Thomas, numéro un anglais.
Petit trou d'air entre fin 1970 et début 74, malgré gipsy girl, c'est les vacances, accroche un ruban et son duo avec Brigitte Bardot tu es le soleil de ma vie. Aucun titre à plus de 40/50.000.
Premier come-back: la vieille dame qui obtient une belle 8ème place à l'été 74. Il tente le follow-up avec le voyage à Venise, très belle chanson mais modestement vendue. Comme vite chérie vite (1975) ou toutes les mêmes (1976). 1976 où le disco commence en force et où Sacha va se payer son plus gros succès des seventies avec le père de Sylvia, numéro un français des ventes fin décembre et début janvier 1977. 16 ans après oh quelle nuit !
De nouveau 4 ans avec de belles chansons qui ne se vendent que gentiment comme la porte d'en face (1977), fous d'amour (1978) on ne peut plus se cacher (1979) et arrive en 1980 le bateau blanc, une chanson de boy-scout à mon sens bien inférieure à celles précitées. Bénéficiant d'une accalmie sur le front des ventes hexagonales, elle sera sur le podium fin avril 81 derrière Bashung et Annie Cordy.
Ce sera le dernier tube de sa longue carrière (35 ans, une exception) même si ma femme ne se vendra pas trop mal en septembre 1982. Mais il aura du mal à se remettre d'un battage médiatique fait autour d'un accident de voiture en 1985 qui blessera gravement une actrice de feuilletons TV.

Il est mort en 2004 à l'âge de 71 ans.

Je vous embrasse.

09/01/2021

Dico à la manière de Bouvard

ADAPTE (service public) : Supprimé

ADULTES (pour) : Porno

BEST OF : Emission fourre-tout qui permet aux animateurs télé de profiter de toutes les vacances scolaires.

BISTROT : Naguère café populaire, est devenu synonyme de restaurant branché pour bobos argentés.

CLUSTER : Commune ou canton qui n'a pas voté comme il faut aux dernières élections.

COMPLOTISTE : se dit de quelqu'un qui récuse des faits communément admis. Le premier fut Galilée, qui persistait à dire contre tout le monde que la Terre n'était pas plate . Le plus connu est un général, Charles de G.... qui proférait des propos contraires à la ligne gouvernementale et légitime de l'époque, laquelle avait obtenu les pleins pouvoirs. Ce monsieur sera d'ailleurs condamné à mort par contumace le 2 août 1940 .

CUISINE : Si celle d'un restaurant est au pluriel, prévoir une bonne addition (voir « bistrot »)

DROIT : Au singulier évoque la franchise, au pluriel la rapacité de certains héritiers.

FAKE NEWS : Souvent une info qui n'aurait pas dû fuiter.

GRANDS-PARENTS : Génération souffrant de troubles de la mémoire, qui encourage ses petits-enfants à faire ce qu'ils interdisaient vigoureusement à leurs enfants.

OUVRES (jours) : Explique le fait qu'un achat effectué le vendredi ne pourra vous être livré au mieux que le mardi.

TRAVAIL : Noble activité au singulier, signifie toujours quand c'est écrit au pluriel, que ce soit sur une route ou un horaire de chemin de fer, une source d'emmerdements.

 

 

07/01/2021

Mon premier blog : La Lozère (avril 2005)

la Lozère, ce département si méconnu...


La Lozère, j'y avais souvent passé des vacances, mais il faut y habiter, comme je l'ai fait pendant plus de onze années, pour vraiment être imprégné de ce si beau département méconnu...

Ce si beau département est souvent cité dans les média comme la parfaite opposition à la Capitale. Quand ces médias veulent évoquer  le plouc et l'endroit où il habite, alors ils citent la Lozère !! Même Bouvard, dont j'apprécie le talent de plume, n'a pas pu s'empêcher de le faire.

Bien évidemment, un Lozérien vous dira que pour rien au monde il ne quitterait son paradis terrestre pour cette ville bruyante et polluée, et un Parisien lui rétorquera qu'il ne sait pas de quoi il parle, Paris étant comme chacun sait la plus belle ville du monde et surtout la plus visitée... Qu'irait-il faire dans ce désert humain ?

Qui a raison ? Qui peut répondre à cette question ? 

Et bien... moi !!  Car j'ai le privilège d'être les deux. Lozérien d'adoption, et Parisien de naissance ( j'y ai vécu les 23 premières années de ma vie ). Donc je pense, sur ce coup-là, être le plus objectif possible. Enfin, je vais essayer.

Bon, on balaie déjà les vieux clichés, qui veulent que la Lozère soit un coin de France où personne n'a jamais mis les pieds. Erreur ! Car la Lozère recèle une multitude de sites touristiques, où FORCEMENT vous êtes passés un jour ou l'autre.

Déjà ... 

LES GORGES DU TARN se situent intégralement dans ce beau département.
ll n'y a pas que les Gorges du Tarn. Il y a aussi les Cévennes, dont le point culminant en Lozère, (à la frontière du Gard mais le sommet proprement dit est en Lozère) est le Mont-Aigoual. 1567 mètres d'altitude, d'où l'on peut certains jours contempler à la fois : la Méditerranée, les Pyrénées, le Puy de Sancy, le Plomb du Cantal, le Mont Blanc, la Barre des Ecrins, et le Mont Ventoux...

 

Pourtant situé à 40 km de Montpellier, le climat du Mont-Aigoual est pire que celui des Iles Kerguelen... Authentique !

Pour les fanas de spéléo, la Lozère est un eldorado. L' AVEN ARMAND, vous connaissez aussi je pense ? En plein coeur de la Lozère aussi ! Moins connues, d'autres grottes dont celle de DARGILAN, appelée, non sans raison "la grotte rose". Pendant longtemps ce fut la seule chose "rose" en Lozère !

 

Mais il n'y a pas que la nature en Lozère. Il y a aussi les hommes, et ce qu'ils ont créé.

Bien entendu la ville de Mende, la préfecture, 13.000 habitants, mais en fait c'est un gros village où tout le monde se connaît, se tutoie, et s'appelle par son prénom.

Le pont que vous pouvez voir est le "pont vieux", qui a près de 700 ans... A propos d'architecture, sans vouloir faire de comparaison osée, les Lozériens ont aussi leur petit Versailles . Le Château de la Baume, près de Marvejols, construit à la même époque que Versailles.

La Lozère est pleine d'autres merveilles, de tous genres, et je les évoquerai dans une prochaine "édition". Je parlerai entre autres du Parc à Loups , de la Bête du Gévaudan ( qui n'était pas un loup d'ailleurs ) de l'ancienne ligne de Chemin de Fer qui reliait Florac au "reste du monde"...

Si le sujet vous intéresse, bien sûr !

Rédigé le 12 avril 2005 à 16h12 dans ARCHIVES depuis avril, Ailleurs, Lien permanent | Commentaires (3)

 

********************************************************************************************************************************
Putain 16 ans ! Quand je me suis lancé là-dedans je ne pensais pas que, presque septuagénaire, j'y serais encore, quelques 3000 notes plus tard. Je ne change pas la couleur des caractères, ne voulant rien toucher à ces premiers écrits.
On le voit, pour cette seconde note je ne savais pas encore trop quoi dire. J'aurai deux commentaires de politesse, m'encourageant à continuer.
Ce que ferai chaque semaine dans cette nouvelle catégorie si ça vous plaît .

 

 

06/01/2021

Mon blog va mieux !

Je viens de faire un tour sur Google analytics, et j'ai eu la joie de constater que la baisse de fréquentation que connaissait mon blog depuis quelque temps était stoppée. Et même mieux !
 
En 2011 j'avais eu 240.000 visites

2012 : 285.000

2013 : 323.000

2014 : 136.000

2015 : 220.000

2016 : 215.000

2017 : 199.000

2018 : 139.000

2019 : 107.000

2020 : 104.000

Alors où est la hausse ?
Je l'ai vue en regardant le diagramme jour par jour :

diag.JPG

 

 

Le "déclic" se serait produit très exactement le 14 août, où 1086 pages ont été vues.
Sachant que je n'ai écrit aucune note entre le 4 août (top avril 62) et le 31 (ronchon) aucune note ne semble  liée à cet accroissement.
Depuis, et jusqu'au 24 décembre, mon lectorat a entamé une belle remontée, avec en point d'orgue les 1630 vues du 5 décembre. Ce jour-là j'avais fait une note sur le top français de janvier 2002.

Enfin bref, alors que j'avais 142 pages de vues par jour en 2019 (trois fois moins qu'en 2013), depuis novembre je "navigue" à près de 500 !

Alors MERCI.

15:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

05/01/2021

j'ai retrouvé un trésor !

Alors que je constate que mes notes musicales intéressent mes lecteurs de moins en moins (commentaires sur les come-back retentissants, du 1 au 8 : 67 - 12 - 22 - 21 - 19 - 9 - 9 - 7) je viens de faire une découverte : l'intégralité de mon ancien blog sur le site Psychologies, d'avril 2005 à juillet 2010.
Non pas sur la Toile (Psycho a tout viré) mais dans mon ancien ordi, celui avec lequel j'avais commencé ce blog voilà 11 ans bientôt, que j'avais réussi à récupérer en 2014.
Ordi qui avait passé sept années sans avoir été allumé. Il était dans un petit coin, d'abord à Toulon, puis à Sanary, et enfin dans un garde-meubles du Puy où il a passé l'hiver dernier.
D'avoir gardé cet ordi, c'était plus sentimental qu'autre chose. Déjà je pensais qu'il était cuit, et en plus j'avais perdu le mot de passe.

Mais cet été, mon cousin/frère Jean-Yves est venu en Haute-Loire, accompagné de ses enfants, ses deux fils informaticiens (lui aussi l'étant, il avait monté une boîte en 1990, hélas beaucoup trop tôt).

A tout hasard, je leur ai parlé de mon vieil ordi (2009 quand même).

A l'oreille, ils ont déduit qu'il pouvait "ressusciter". Ils l'ont démonté, et m"ont dit que seules deux choses étaient hors d'usage : une pile bouton et une barrette de mémoire.
Pas de souci pour la pile bouton, ça se vend partout 2 à 3 euros les 10 ! Mais la carte-mémoire il faut d'abord l'acheter (dans les 60 euros) et surtout la monter. Et là mes deux cousins n'avaient pas le temps.
Donc l'ordi ne marchait que sur deux pattes ! Mais il marchait. Restait le fameux mot de passe.

Il faut savoir une chose très importante : les mots de passe ne résistent désormais à aucun informaticien. Pour pouvoir le débloquer, mes cousins n'ont même pas mis une demie-heure.

Donc j'ai pu avoir accès à mon ordi, que j'avais failli ne pas déménager !
Mais problème, il s'éteignait au bout de quelques minutes.
Impossible de faire grand-chose dans ces conditions.

Mais - j'ignore pourquoi - il mettait de plus en plus de temps avant de s'éteindre.
Et puis un jour, il ne s'est plus éteint ! Il fonctionnait presque comme avant. Presque parce que très lent. C'est un ordinateur compatissant, il a voulu se mettre à mon diapason !

Et donc j'ai pu récupérer mon ancien blog, que j'avais sauvegardé sur Word dans son intégralité.

Et je me régale. Je lis ma vie au jour le jour dans ces années-là, et je comprends un peu mieux pourquoi j'ai pris la fuite fin 2013. En lisant tout ça, je me dis que finalement j'étais assez costaud de supporter la vie que je menais.
Des choses plus gaies aussi, comme mes remplacements entre 2007 et 2010, de Mulhouse au Havre, en passant par Belfort ou Lille, sans oublier Colmar, Guéret, Strasbourg, Epinal... Tel Gérard Klein dans l'instit, j'étais choyé partout où je passais (sauf au Havre - mais j'avais "pris" cette mission en juin 2009 car c'était le seul endroit où je pouvais voir le Tour 66 de Johnny !), je dénouais parfois des tensions entre collègues (comme à Colmar), et surtout je voyais du pays.

Peut-être vais-je vous faire profiter d'une partie de ces notes en créant la catégorie "premier blog", en alternance avec des notes musicales si la tendance à la baisse que j'observe sur leur audience n'est finalement que passagère.

Pour finir, une photo de chez moi actuellement :

136021196_4386850507998387_3485505521349635988_o.jpg




18:39 Publié dans Blog, moi | Lien permanent | Commentaires (6)

03/01/2021

A MES COMMENTATEURS

Impossible pour moi de commenter.

Si c'est votre cas aussi, sachez que je ne "modère" pas, ça doit être un bug de Hautetfort.

12:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (23)