Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2013

Un an de "surtension"...


Le 14 juillet 2012, je faisais encore partie des "bien portants", ensuite j'allais passer dans l'autre catégorie, celle qui doit impérativement prendre des médicaments à vie.

Pourquoi ?

Depuis exactement 20 ans, je vivais en stress.

Histoire d'amour impossible, harcèlement au boulot, décès de ma mère --> il m'a fallu gérer mon père à distance (800 km) qui s'est obstiné, entre ses 87 et ses 91 ans, à vivre tout seul dans un taudis.

Puis gérer ma fille, qui tout à coup est passée de l'état de la commune gamine à lunettes à celui de la superbe jeune fille avec lentilles, qui avait besoin de prendre sa revanche et qui du coup tournait mal. C'est grâce à son vide-président de la FCPE de père qu'elle a pu passer - par 3 fois - dans la classe supérieure : 3ème, seconde et première.

Puis ce fut mon épouse, déjà épileptique, qui acceptera du bout des lèvres une opération censée la guérir de sa maladie. Echec, et à l'issue d'une trépanation en urgence, elle gardera son épilepsie, plus une aphasie sévère et une perte importante de la vision. Depuis mars 2006, je suis à la fois psy, garde-malade, et orthophoniste à plein temps...

 

La semaine d'avant, les freins de la voiture avaient lâché, et ce 15 juillet 2012, après ces 20 années de stress, de "prise sur moi", de "tenue de coup" et autre "avalages de couleuvres", mon corps a soudain dit :

BASTA !!

Ce 15 juillet (un dimanche) je me suis aperçu que quelque chose n'allait pas juste avant déjeuner. Ca tournait. Comme si je me trouvais mal. Un genre de malaise vagal.
J'ai mangé du sucre, pensant à une hypoglycémie, rien.

Puis j'ai pensé à une baisse de tension, comme j'en fais souvent (en général j'oscille entre 10 et 12, mais parfois je descends à 9), et je vérifie alors avec mon autotensiomètre, cadeau joint avec un abonnement à Top Santé.

19/12 !!!

Je refais la mesure, sur l'autre bras, idem.
Pensant que le matériel était en cause, je demande alors à une voisine infirmière de vérifier : 19/12 itou !

Médecin venu en urgence, médicaments à aller chercher à la pharmacie de garde (21 km...)

Mécecin qui m'a dit que ces brusques montées d'hypertension débouchaient assez souvent sur un AVC.
Et que ma chance à moi, était d'avoir une tension ordinairement basse. Ce qui fait que la "surtension" n'a pas eu de conséquences contrairement à des personnes qui "naviguent" au-dessus de 14, 15 et à qui une "surpression" brutale de 7 peut être fatale.

Un mois après, à cause d'une méchante voisine, je ferai une hémorragie où je perdrai 1,5 litres de sang (tandis que "chère et tendre" se lamentera devant la voisine et moi en train de pisser du sang, car je... salopais son carrelage !! La voisine était son amie, elles étaient effectivement faites pour s'entendre...)

Je ferai 15 jours d'hôpital à la suite, et ma tension ne cessera de monter pendant 7 mois, malgré des médocs de plus en plus forts (record 23/15 le 10 février...), jusqu'au mois d'avril, où après une chute spectaculaire pendant des vacances de printemps qui m'ont fait un bien fou, elle se stabilisera à un niveau à peu près raisonnable.
Enfin, quand même, 14/9....

Sachant dès lors qu'une "surtension" comme celle de février dernier peut me déclencher un AVC.

Mais bon, on ne peut pas tout avoir.
Certes cette année 2012 m'a apporté la maladie et la preuve que mon épouse était devenue - par sa maladie, je sais - quelqu'un d'inhumain.
La déception vis-à vis de certains membres de ma famille.
Mais aussi m'a débarrassé d'une obsession qui datait de 15 ans, un espoir fou auquel je m'étais accroché alors que tout le monde me disait que, justement, c'était "fou"...

De 1980 à 2012, j'avais été sans cesse tourné vers le passé, et je m'en rends bien compte.

Mais je sais que la roue tourne, et peut-être que les années à venir me seront plus favorables ?

Je vous embrasse.

18:02 Publié dans Marie, moi | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Alors je croise les doigts pour que tu fermes le chapitre du passé (mais je sais qu'il restera dans ta mémoire) et que tu regardes plus souvent vers le futur, vers un avenir possible... Bisous. Odile

Écrit par : Odile | 15/07/2013

Merci Odile. La page du passé m'est d'autant plus facile à tourner que mon présent est magnifique et que mon futur a toutes les chances de l'être, si le Destin a une logique.
Et je pense qu'il l'a :)
Bisous.

Écrit par : cica pour Odile | 16/07/2013

Je suis croyant , pas tres pratiquant , mais je dirai ON NE VIT QUE 2 FOIS , je te souhaite une
nouvelle vie de plus en plus heureuse
Sincèrement
Patrick ( je ne suis pas le guitariste connu )

Écrit par : VERBEKE Patrick | 13/01/2014

Écrire un commentaire