Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2013

HIT-PARADE de SALUT LES COPAINS du 15 DECEMBRE 1964

6412.jpg

Consécration de Richard Anthony qui garde la tête avec 4 chansons classées. Suit  Claude François avec 4 chansons aussi, mais moins bien classées, Dick Rivers Eddy Mitchell et Françoise Hardy

5 èmes avec 3 chansons Johnny, Sylvie Vartan (dont le n°1), Claude François, Monty, Frank Alamo (en duo)

10 èmes avec 2 chansons, Sheila (toujours victime de la fameuse "rumeur")  Hugues Aufray, France Gall, Pétula Clark et Danyel Gérard.

15 èmes avec 1 seule chanson Jean-Jacques Debout, Les Lionceaux, Michel Paje, Ria Batok, le Petit Prince, Jocelyne, Thierry Vincent, Guy Mardel, Noël Deschamps, Jocelyne et Michèle Torr.

Pas de nouvel entrant ce mois-ci.

Côté étranger, carton plein pour les Beatles avec 4 titres classés (sur 15). suivis des"Rollingstones" (sic) avec 3 titres, et en troisième les Animals avec deux titres. Un tiercé qu'on va retrouver longtemps... Elvis également 3 ème. Suivent Chuck Berry, Ray Charles et les Supremes.

A dimanche prochain pour janvier 1965.

Je vous embrasse.

Commentaires

et Mochèle Torr (sic) ! d:-)

Écrit par : Cristophe | 14/07/2013

Lapsus claviérique et révélateur ;-)
C'est vrai que je ne l'ai jamais trouvée terrible....

Écrit par : cica pour Cristophe | 14/07/2013

je vois apparaître dans le classement étranger l'excellent titre "downtown" de Pétula Clarck, ça fait drôle de la voir dans le classement étranger compte tenu des nombreuses chansons en français qu'elle a enregistré. En tous cas la version originale est nettement meilleure que l'adaptation française sortie un peu plus tard avec le titre "dans le temps". Amitiés.

Écrit par : Renaud | 15/07/2013

Il est vrai que Pétula a sorti des 45 tours dès ...1954 !!! Et qu'elle avait fait énormément de tubes d'abord avant SLC ("prends mon coeur"en 1960, "Roméo"en 1961) puis non classés dans le hit durant la période SLC qui ne savait pas "caser" cette chanteuse ("je chante doucement", "chariot", "vilaine fille mauvais garçon", "à London" en 1962, "coeur blessé" et "tu perds ton temps" en 1963) .
Ce sera avec "mon bonheur danse" qu'elle sera classée pour la première fois (24ème !) dans le hit en aout 1963. Puis peu à peu SLC admettra que cette dame de plus de trente ans pouvait être considérée comme "yéyé" (alors qu'elle avait déjà chanté du twist dès 1961...) et la classera de plus en plus haut.
En ce mois de décembre elle occupe la 32ème place côté français et le 9ème côté anglais grâce à "Downtown" qui arrivera ensuite numéro 1. La mauvaise adaptation "dans le temps" ne dépassera pas quand à elle la 25ème place.
Ensuite elle enchaînera les tubes : ("viens avec moi" 7ème, "une jeune homme bien" 8ème en 1965, "un mal pour un bien" 6ème en 1966 etc...)
Amitiés.

Écrit par : cica pour Renaud | 15/07/2013

je fais partie de la génération "SLC". J'étais de celles et ceux qui achetaient chaque mois ce magazine, symbole d'une forme d'indépendance par rapport à nos parents. A cet égard, il était donc tout à fait normal que nous nous identifiions aux jeunes de notre génération avec lesquels nous avions des accointances. Petula Clark représentait la génération de nos parents et ne pouvait par le fait, que difficilement donner le change à Johnny, Sheila, Sylvie Vartan ou France Gall.
Néanmoins, il convient de saluer son talent et ses efforts (et ceux de son producteur) pour rester dans le coup et proposer un répertoire en adéquation avec la (les) mode(s) du moment. Ses très nombreuses apparitions télévisuelles dans les émissions pour la jeunesse (Age Tendre et Tête de Bois ...) lui ont même permis d'asseoir sa notoriété auprès de jeunes ... dont elle aurait pu être la maman. Je me souviens avoir été un fan de cette chanteuse (je le suis toujours) pour qui le rock, le twist ou la pop n'étaient pas précisément la tasse de thé (of course ...).

Écrit par : kentucky | 09/12/2014

Pétula, que j'adore (sa "chanson de Gainsbourg" enregistrée à plus de 70 ans me fait frissonner) était un peu le c.. entre deux générations. Nos parents la mettaient dans le même sac que les "yéyés" (à 82 ans elle est plus jeune que Leny Escudéro et Hugues Aufray) et certains d'entre nous - tu en es l'exemple - avec les "vieux". Je ne pense pas qu'elle faisait tout pour rester dans le coup car elle a enregistré par exemple "ya ya twist" avant Richard et Johnny, et surtout, surtout, c'est la première chanteuse française a avoir adapté les Beatles alors qu'ils n'étaient pas très connus en France !
Amitiés.

Écrit par : cica pour Kentucky | 15/12/2014

Parmi les nombreux albums enregistrés par Petula, il en est un qui me plaît tout particulièrement. Non réédité en CD (à ma connaissance tout du moins), il s'intitule, selon les éditions, soit sobrement "Noël 1973" (sticker), soit "coup de tête, coup de foudre". Paru comme son titre l'indique à l'occasion des fêtes de Noël 1973, l'ambiance générale de ce 33 tours fluctue entre variété traditionnelle estampillée début 70's ("Bleu, blanc, rouge" - "Une carte d'amitié" - "beau comme le retour d'un fils"), variété gospel ("Thank you my Lord") et folk acoustique dépouillé du meilleur aloi ("Accordons nos violons" - "Swiss valley" - "Il est temps" - "Un enfant le sait"). Mais l'ensemble présente la particularité de rester homogène. Les arrangements sont fabuleux. Quant aux textes, par delà leur universalité, ils reflètent souvent les vicissitudes ("Accordons nos violons" - splendide!), les joies ("Beau comme le retour d'un fils") et les tourments amoureux ("Coup de tête, coup de foudre") qui habitent nos vies tour à tour ou "ensemble".
Je partage ton point de vue pour ce qui concerne "La chanson de Gainsbourg" qui figure sur le double CD "Kaléïdoscope". J'aime beaucoup aussi sur ce CD "Qui a fait tout ce bleu", "Je voudrais qu'il soit malheureux" ou "La première fois".
Ceci dit, peu importe à mon sens la catégorie dans laquelle ont veut la classer (en France, c'est symptomatique, nous avons le réflexe du "rangement dans les tiroirs"), Petula Clark fait partie de ces rares chanteuses capables de s'approprier les textes et les mélodies quelles que soient les générations auxquels ils se rapportent. Un peu comme Dalida finalement, qui se trouvait dans la même situation que Petula au début des 60's et qui aujourd'hui encore, se révèle transgénérationnelle.
A l'inverse, dans les années 60, des artistes féminines au même profil et donc sensiblement du même âge, ont moins bien réussi leur "mue". Colette Deréal par exemple.
Amitiés

Écrit par : kentucky | 17/12/2014

Les commentaires sont fermés.