Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2010

Pourquoi j'ai fait exprès de redoubler ma troisième (1964/1965)

 

Et oui... j'ai vraiment fait exprès de redoubler ma troisième !


Avant de crier "au fou", je vais expliquer ici pourquoi, et je pense que pas mal auraient fait autant à ma place.

Comme beaucoup de natifs de janvier, en cette année 1964/1965, j'avais une année d'avance. Et comme ma croissance était elle, plutôt en retard, j'étais, moi, petite chose de 13 ans et demie et d'un mètre 45 au beau milieu de de mastards d'1m75.

Ces "vieux" de 14/15 ans, voire 16, ne faisaient pas partie de mon monde. Mon monde à moi, c'était les billes, Pagnol, le Club des 5 et Astérix, le leur c'était de se vanter de "sauter les femmes mariées" ou bien alors la politique.

Si nos mondes s'étaient contentés de se côtoyer sans histoire, il n'y aurait pas eu trop de problème. Mais hélas ces mastards m'ont vite pris comme souffre-douleur, et leur plus grand plaisir était de m"humilier (par exemple me faire lécher les urinoirs - authentique !) voire me violenter. Le "t'are ta gueule à la récré, j'ai su très tôt ce que ça voulait dire...

Bien entendu il était hors de question que je parle de ça à la maison. Mon père me disait souvent "qu'il fallait que je montre en toutes circonstances que j'étais un homme", ce genre de connerie que tant de générations de mecs ont entendu, jusqu'à il n'y a pas si longtemps...

 

En novembre, premier'espoir. Mon père avait la possibilité de quitter Paris pour prendre le poste de DRH d'une usine près de Brest.

Brest, je venais d'y passer un mois inoubliable (malgré qu'on m'y avait un peu roulé dans la farine) et je frémissais de joie à l'idée de partir là-bas. Mais ma mère n'était pas chaude du tout. 18 ans auparavant elle avait pleuré toutes les larmes de son corps quand elle avait été obligée de venir vivre dans la Capitale, à présent il était hors de question de quitter "son" Paris où elle avait fait plus que son trou.

Mon père - on l'a vu - avait aussi de "bonnes raisons" pour se faire muter à Brest !

Mais quoi qu'il en soit, rien n'y a fait, ma mère s'est montrée intraitable sur ce coup-là, moi je lui disais ne pas comprendre pourquoi refuser d'habiter une ville blanche (Brest venait tout juste d'être reconstruite)

brest.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

au bord de la mer pour rester dans une ville sale et grise (les monuments et immeubles n'avaient pas été encore ravalés, même Notre-Dame était noire..)

st germain.jpg


Occasion perdue de quitter une ville dans laquelle je me plaisais de moins en moins, et de fuir tout ce que j'endurais au lycée. Avec le recul, je pense que si ma maman avait été au courant de ce que je subissais, on y serait partis.

Puis arrivent les vacances de Noël. Toujours en Bretagne, cette fois c'est à Lorient que ça se passe.
J'ai évoqué ces Noëls "magiques" dans ma note d'hier, ces Noëls qui me permettaient de souffler. Cette parenthèse Lorientaise tant attendue, et si vite passée.

Et un soir là-bas, au cours du dîner (sans doute lui avait-on donné la consigne !) mon oncle-parrain me parle de mes résultats scolaires en chute libre, moi qui avais été 5 fois prix d'excellence en primaire et patati et patata...
Et il prend soudain un ton confidentiel pour me dire "tu sais que tes parents ont l'intention de te mettre en pension à Lorient si tu ne travailles pas mieux ?"

Intrigué, je pose alors des questions très précises. Sur par exemple, les week-ends. Aurais-je le droit de sortir les week-ends ? J'étais, à cette époque, en pleine lecture de Pagnol...

Mon parrain qui ne devait pas s'attendre à ce genre de question me répond que oui, que la pension n'est pas la prison, juste une école où l'on dort sur place. Et il rajoute (là il en a fait trop) que "ce n'était d'ailleurs pas si mal que ça"...
Je passai le reste de mes vacances à le cuisiner, à savoir si c'était du lard ou du cochon.

Il apparaissait que ce n'était pas de l'intox, mais une vraie info, mes parents avaient déjà pris des renseignements.
Sur le quai de la gare, mon parrain me dit :
"Réfléchis bien..."


Tu parles si c'était réfléchi ! Je ne faisais que ça depuis la première conversation à ce sujet...

D'un côté j'avais le calvaire à Paris, où je n'avais aucun ami - à l'époque - et où je ne me plaisais pas. Avec en prime les disputes continuelles entre ma mère et mon père, qui parfois prenaient des tournures...sévères.
De l'autre, plus de disputes, plus de calvaire, j'étais près de mes cousins que j'aimais tant et dans une ville (Lorient) qui était pour moi la plus belle du monde à l'époque !

Alors, j'arrêtai de bosser, net.

Je commençai par le latin, et je pouvais - enfin - éviter de me coucher à 2h les mardis matins pour essayer de déchiffrer des versions où je n'espérais pas plus de 5/20.

Idem pour les maths, bye bye ces histoires de théorêmes de Thalès ou de Pythagore, ces droites D qui ne se rejoignaient jamais, même pas une fois pour me faire plaisir, ces bissectrices B qui faisaient toujours un angle alpha (jamais bêta !) avec les droites précitées...

Stop aussi pour l'histoire, où je ne comprenais rien à ces histoires de Girondins et de Montagnards, qui avaient commencé à couper la tête aux nobles pour ensuite se la couper entre eux !
Ce n'est qu'en langues que je maintiendrai un niveau disons moyen.

Le résultat ne s'est pas fait attendre. Ma moyenne générale, qui se baladait péniblement entre 11 et 12, descendit en un mois à près de 8/20 !
Puis à 6 le mois d'après...

J'eus droit à un "avertissement" et je fus convoqué chez le Surgo comme on disait à l'époque (le Surveillant Général), premier échelon de la déchéance lycéenne avant le Censeur et le Proviseur.

Bien entendu, pas question de lui révéler les motifs exacts de cette descente vertigineuse et dûment programmée !
Mais quand mes parents commencèrent à évoquer la fameuse pension c'est le sourire aux lèvres que je leur demandai quand j'y partais !


Ce jour-là je crois qu'ils ont beaucoup appris sur leur fils et ce qu'il vivait.

 

Et moi sur mes parents. Car de pension - et encore moins en Bretagne - il n'en avait jamais été question "sérieusement" !

Oui ils avaient écrit pour avoir de la doc. Mais c'était juste une menace dont ils ne doutaient pas un seul instant de son efficacité !


C'est presque un "conseil de famille" qui se déroula après, une grande discussion où je mis tout sur la table : De mon ras-le bol de Paris, de leurs disputes incessantes, de l'envie de voir des jeunes de mon âge, et dont je serai un camarade de jeux plus qu'un punching-ball !

Ils me comprirent, mais c'était désormais trop tard pour moi pour que je puisse accéder à la classe de seconde. Et à Louis-Le Grand en plus, puisque c'était la "suite" logique de Montaigne.
Mais je mis quand même un point d'honneur à avoir mon BEPC !

L'histoire finira bien, parce l'année d'après, avec 25 cm de plus, je compterai parmi les plus grands de ma classe (!) et je mettrai un autre point d'honneur, avec mon "nouveau meilleur ami" de l'époque, François, celui de jouer les "zorro de récré". C'est à dire faire le boulot des pions, intervenir à chaque fois qu'un 3ème ou un 4ème martyrisait dans un coin un 5ème ou un 6ème, et lui montrer "à notre façon" peut-être pas très orthodoxe ce que ça faisait...

J'ai même eu (encore) un avertissement pour ça, pour avoir corrigé un mec - plus grand que moi, comme toujours - qui s'était amusé à torturer une petite nana de 5ème.

Un avertissement que... j'avais fait encadrer tant j'en étais fier, et qui n'a pas résisté au Big déménagement surprise de 1972, lequel verra disparaître la moitié de mes souvenirs. Faudra que j'en fasse une note !

Je vous embrasse.

18:07 Publié dans moi, psy | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : bizutage