Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2012

Désintoxycation progressive

J'en ai parlé ici, je profite de ma retraite pour baisser certains médicaments que je prends, des antianxyolitiques pour la plupart.

En février 2011, je prenais 200 mg d'atarax et 5 mg de témesta (Lorézapam). En plus du stilnox, médicament "à vie" dû à mes horaires décalés.
Cela depuis mars 2006, date de sortie de l'hôpital de mon épouse.

Je ne veux pas l'accabler, mais se retrouver face à une personne qui à la limite ne pouvait communiquer que par gestes et qui bien sûr finit par me rendre responsable de cet état de fait ("tu fais semblant de ne pas comprendre ce que je dis, ça t'arrange bien") ça n'arrange pas. En plus mon épouse a commencé à déprimer sec, je devais donc jouer les orthophonistes à plein temps et aussi les psy...

Plus, le fait que 6 mois plus tard, alors que mon épouse commençait peu à peu à retrouver quelques mots et à voir la vie moins en noir, voilà que c'est le boulot qui s'en mêle ! Viol de mon blog par ma hiérarchie, qui y voit certains passages où je ne suis pas tendre avec certains de mes ex-collègues - et même d'un collègue qui commençait à me prendre en grippe Dieu sait pourquoi ! - me dit, un beau matin : "c'est la révocation ou la mutation".
Bien sûr la question ne se posait pas.
Mais le "hasard" a voulu que parmi les postes proposés se trouve la ville où je rêvais d'aller depuis plus de 20 ans (Lons le Saunier), avec un boulot (Polyvalent) qui m'évitait de faire les mêmes gestes qu'avec "elle".
Je serai "l'instit" de Météo-France !

Et surtout, surtout un immense dégoût vis à vis de cette hiérarchie voyeuse Béarnaise qui me surveillait depuis des semaines, et qui se régalait de lire mes notes dès leur parution.

Bref, tout cela a fait que j'étais accro à ce genre de médocs.
De temps en temps, notamment pendant les vacances, je baissais les doses, mais dès la reprise du boulot, j'étais obligé de revenir en arrière.

C'était bien le boulot le principal responsable. Ils m'en avaient trop fait...

Donc, résolution, en accord avec mon nouveau médecin traitant, de baisser les doses progressivement, jusqu'à arriver à un minimum. Peut-être zéro ?? Il n'y croyait pas, moi non plus.

Commencer par le plus facile, l'Atarax.

Passer de 200 mg à 0. Pour le Témesta on verrait plus tard.

C'est ainsi que j'ai baissé les doses d'Atarax de 25 mg tous les mois, à partir du moment où j'ai été en retraite.
Le sevrage, même lent, n'est pas si facile que ça... Outre l'endormissement à 3/4 h du matin (mais en retraite je pouvais me le permettre) j'avais droit à des horribles cauchemars...

Mais, hourra, le 1er octobre, alors que je venais de revoir mon frère-cousin qui revenait (définitivement) du bout du monde, alors que mon endormissement se trouvait facilité par une crève tropicale qui m'épuisait littéralement, je pus mettre mes boîtes d' Atarax dans un placard. Au cas où...

Mais il n'y aura pas de "cas où". Je tiendrai bon.

Restait le plus dur, le Témesta.
5 mg, c'est énorme.

Mais fallait y aller, et dès Novembre 2011 je passai à 4.5
Pas concluant, je restai à 4.5 en décembre
Puis 4 en janvier.
Puis 3.5 en février.
Et depuis mars, j'en suis à 3.

Mon but, c'est évidemment d'arriver à zéro, mais je n'y crois pas. Ce médicament je le prends depuis à présent 32 ans, depuis le grand traumatisme du départ de ma première épouse.
Pas de cauchemars, mais des nuits blanches, surtout au début du mois, quand je baisse d'un cran.

Alors bien sûr, peut-être que cette avalanche de chiffres ne vous parlera pas, aussi je vous livre cette photo :

médicaments.jpg

La série alignée à gauche, c'est ce que je prenais jusqu'à ma retraite.

A droite, ce que je prends actuellement.

Mon médecin - qui me donne les ordonnances - m'a récemment félicité d'être arrivé à ce palier. Il a dit que j'avais une volonté de fer. J'ignore si c'est vrai, mais depuis que j'ai baissé les doses de.... quand même 70 % je me sens mieux. Mon sommeil est nettement plus régulier, mes nuits sont calées à 8h, quelle que soit l'heure où je m'endors.
Quand je dois me réveiller le matin, cause rendez-vous ou train à prendre, alors je m'autorise un extra, c'est à dire un somnifère léger qui fera effet pendant 4h, le temps que je plonge dans les bras de Morphée.

Dans l'idéal, il faudrait que j'arrive à zéro. Au rythme actuel, ce serait possible d'ici 6 mois.

Mais ne vendons pas la peau de l'ours, si j'arrive à retrouver mes 2.5 mg de 2005, je serais très content !

Je vous embrasse.

17:31 Publié dans moi, psy | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : désintoxycation