Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2011

Les 50 interprètes des années 63 à 74 selon SLC : Gérard PALAPRAT

Décidément, les dimanches se suivent et se ressemblent, après ma chouchoute Nicoletta, je traite cette semaine d'un autre de mes superchouchous !

On a quelques mois d'écart, et pendant 20 ans on va se côtoyer sans le savoir dans notre quartier commun de St Germain des Prés, je l'ai peut-être croisé entre le Sénat et le lycée Montaigne, dans le jardin du luxembourg....

Son premier 45 tours sort en 1968 mais passera hélas inaperçu, avec ses 4 chansons Public, je lève mon verre, coquillage et Django.

Ce ne sera pas le cas pour le second, Sodomie qui se classera 10ème à Salut les Copains en août 69. Un des nombreux disques issus de la comédie musicale Hair, où il côtoiera Julien Clerc, Gérard Lenorman, Jeanie Bennett, Ronnie Bird... Pour l'anecdote ce sera Jeanie qui sera la mieux classée chez SLC (7ème en juillet).

Le troisième disque fera parler de lui, comportant les orgues de Berlin, chanson qui le fera connaître du grand public. Sortie en octobre, cette chanson va occuper les dix premières places du hit pendant 16 semaines (!) de mi-novembre à mi-mars, mais curieusement n'ira pas plus loin que la 4ème place.
Qu'importe, Gérard Palaprat est lancé.

Puis ce sera son dernier "4 titres", avec le ramoneur de Blackpool (non classé) et un bloc un roc une montagne, seulement 17ème en juin 1970.

Petit passage à vide ensuite, son disque sorti en juin 70 le jardinier du fond des mers ayant été boudé par les radios.

Il faudra attendre une année entière pour qu'il enregistre à nouveau et là c'est le jackpot. Un disque qui montera longtemps, longtemps, dans le hit-parade : 11ème en juillet, 6ème en août, 4ème en septembre, 3ème en octobre, et enfin 2ème puis premier en novembre : Fais-moi un signe.
Il s'adresse à Dieu, Lequel sera présent dans une grande partie de son oeuvre.

Mais ce n'est pas fini... le single qui sort en novembre recèle deux merveilles : Son plus gros tube, pour la fin du monde, qui restera classé pendant... 7 mois (!) avec la première place en mars/avril.
Mais aussi Svasti, que je préfère et qui aurait mérité aussi d'être classée.

L'album est disque d'or.

Moins de succès pour le disque suivant, qui sort en septembre, Eve je t'aime/Le grand bateau. Bateau qui est seulement 16ème en octobre.

1973/1974. Alors que les hit-parades commencent à le bouder, s'ouvrent pour moi les deux plus belles années de Gérard. Un feu d'artifice de merveilles, que j'étais parmi les premiers à acheter.

D'abord, en janvier, sais-tu ces grands voyages, où il nous raconte l'acte d'Amour d'une bien plus belle manière que Gainsbourg.  Une miséreuse 19ème place pour SLC.

En mai il était écrit, où l'on peut admirer sa voix extraordinaire. Boudé par SLC.

En septembre Tu comprends , chanson évoquant la vie de plus en plus trépidante des citadins, qui sera - à la 16ème place - le dernier titre classé par l'Institution Salut les Copains.

Mais même sans SLC, la vie continue et en février 74 sort une perle, avec d'un côté Ecoute la source du bonheur, et de l'autre pose ton tablier, dont je ne peux, 37 ans après, m'empêcher de vous faire profiter des paroles :


Pose ton tablier / La fête est commencée
C'est mieux que le cirque / Ou le cinéma
Ça paraît tellement vrai / Que l'on s'y croit
Mets ta chemise blanche / Et tes beaux souliers
La fête est commencée

Voici venir la grande farandole / Ça devait arriver depuis longtemps
Le grand feu d'artifice est commencé / Rien ne pourra l'arrêter

Mais qu'est-ce qui s'est passé ? / La fête a mal tourné
L'artificier s'est trompé de fusée / C'est une bombe qu'il a fait exploser
Il a fait sauter le monde entier / Ça devait arriver
Le grand feu d'artifice est commencé / Pose ton tablier

Avec de la musique Celtique accompagnée de cornemuses (ou de binious), c'est un must précurseur.

Pour l'été il sort Lady ce n'est qu'un rêve.

Noël 1974 voit l'homme tu ressembles à Dieu. Chanson que je trouve bien indulgente pour nous les hommes, vu les conneries que l'on a commises... Il est vrai qu'en 1974 nous n'en étions qu'aux débuts... Sa face B le bateau de cristal est encore plus sublime.

Puis ses disques s'espacent, il change de maisons de disques pour enregister qu'est-ce que je fais qu'est-ce que je dis en 1975.

Pas de disque en 1976.

En 1977, O France et le silence de nos yeux.

En 1978 D'accord.

En 1979 la comédie musicale l'opéra vert et Jésus dans ma rue.

En 1980 la comédie musicale Moïse.

En 1982 s'aimer davantage.

En 1983 Rappelle-toi d'elle.

En 1988 Hollywood.

Puis de nouveau un grand silence, pendant près de 20 ans, jusqu'à la sortie en 2007 de l'album I shin den shin, où l'on pourra constater que sa voix est restée intacte. Mention spéciale à Jardin du Luxembourg, seuls certains vieux Parisiens pourront comprendre cette chanson. Ceux qui ont été "capitaines" de ces voiliers, lesquels n'existent plus.
Gérard continue toujours de chanter, par exemple il sera du côté de Belfort en mars prochain. J'y serai !

La semaine prochaine, on sera avec Michel Polnareff. Carrière plus vaste, mais pas le genre de mec avec qui on demanderait d'être ami sur Facebook !

Je vous embrasse.