Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2010

les 50 interprètes de la période 63/74 selon SLC : les CHARLOTS

Je sais, je sais, j'avais écrit que je reprendrais cette saga quand j'aurais l'ADSL. Soit pile pour mes 60 ans, fin janvier prochain.

Or (mémoire courte ?) je m'aperçois que finalement avec le bas débit on peut faire pas mal de choses, à condition de respecter certaines règles. Dont la principale est de ne faire qu'une chose à la fois, en langage informatique de " ne pas laisser plusieurs fenêtres ouvertes".

Egalement, de se déconnecter. Quand on a une connection, on la garde !

 

Bref, tout ça pour vous dire que je reprends ma saga sur les interprètes.

Les Charlots furent à l'origine les musiciens d'Antoine, qui un an après la percée de ce dernier, se surnommèrent les "problèmes".

Premier disque avec Antoine, en mai 66
. Lui chantait je dis ce que je pense je fais comme je veux, eux chantaient en face B les contre-élucubrations problématiques.
Verdict de SLC : Antoine arriva 5ème en juin 66, mais ses musiciens n'étaient pas loin, puisqu'ils occupaient la 7ème place.

Cela suffit aux Problèmes pour se baptiser les Charlots.

Premier disque en septembre 66, matraqué par les radios, ignoré du hit de SLC : Je dis n'importe quoi, je fais tout ça qu'on me dit. Une phrase de la chanson fera fureur pendant des années : Chauffe Marcel...Plus une imitation réussie du Général de Gaulle qui venait juste d'être réélu.

Aventures à la télévision, en décembre, fut un bide total.

1967. Même bide en février avec Cet été c'était toi. A la même époque, sortait Hey Joe de Jimi hendrix, tout de suite récupéré par Johnny.
Ce fut le déclic pour nos compères, qui comprirent que le pastiche des chansons passait très bien. Hey Max sorti en mai était la copie conforme de la chanson de Johnny !

Johnny : "la vie, c'est le métro à 6 heures, et chacun pour soi."
Les Charlots : "la vie, c'est le gorgeon à 6 heures, et chacun sa tournée".

Une longue carrière couronnera cette chanson, 20 semaines dans le top 25, et une 4 ème place en août. Etant déjà classé 7ème en juillet, et 10ème en septembre, Hey Max sera un des tubes de l'été !!! Cette chanson sera celle de nos compères qui marchera le plus.

En septembre, c'est Paulette la reine des paupiettes, dont SLC ne retiendra que la face B, si tous les hippies avaient des clochettes. C'était clair, ce qui n'était pas pastiche chez eux ne marcherait pas à SLC.
Berry Blues, lancé en décembre, fut un bide. Certes classé 3 mois dans les 50, mais pas mieux que la 39ème place en janvier.

1968. Un peu mieux.
Sur la route de Penzac, sorti en mars, ne décrocha que la 20ème place en juin.
Je chante en attendant que ça sèche, sorti en juin, ne sera que 22ème en septembre. Mais la face B je suis trop beau fera mieux : 14ème en décembre. Alors que tu finiras sur les planches était déjà sorti depuis septembre, avec un bide total. En décembre ce sera je m'énerve, qui attendra 1969 pour se classer.
En 1968, les Charlots sont dores et déjà le premier groupe français, mais pas encore dans la "crème", dans les 20 premiers.

1969 sera leur meilleure année.
Je m'énerve, donc, sera 22ème en avril.
Mais leur disque/reprise de Boris Vian restera, au printemps, sur la touche. Et pourtant ils récidivent en juin ! Même punition même motif...
Heureusement ils vont reprendre la chanson de Moustaski, le métèque, qui deviendra le pauvre mec. 24ème en octobre.

L'année se terminera par un succès. On ne jurait à l'époque - bibi y compris - que par Il était une fois dans l'Ouest, tant le film lui-même que la musique.
Alors ce sera Il était une fois dans le sud ! Lancé en décembre il restera dans le "gratin" quelques 17 semaines, avec une belle 8 ème place en février 1970.
C'est beaucoup grâce à cette chanson qu'ils se hisseront 17èmes interprètes pour cette année-là. Mais meilleur groupe classé.

En 1970 il vont continuer de surfer sur les parodies.

C'est alors la grande période je t'aime moi non plus, que pasticheront également Bourvil et Jacqueline Maillan. Bourvil classé 9ème à salut les copains, un mois avant sa mort...
Nos Charlots, eux, resteront 18 semaines dans le top avec Sois érotique, 12 ème en septembre.
Parodie d'une très vieille chanson derrière chez moi en octobre, qui aura également un beau succès : 16 semaines dans le top, 8ème en janvier 71.
Pour cette année, il rétrograderont à la 20ème place, restant premier groupe français si l'on excepte les duos.

Déclin ensuite, à partir de 1971, où ils se consacreront en même temps à la chanson et au cinéma.
Bide total pour le gardien de phare en janvier.
Mais merci patron, sorti en mars, restera 13 semaines dans le top, avec une belle 6ème place en avril. Première chanson revendicative !
L'allumeuse de vrais berbères (juin) sera par contre un bide.
Mais leur film les bidasses en folie sera en revanche un succès !

Aucune chanson classée en 1972, que ce soit les fraises et les framboises ou si tu ne veux pas payer d'impôts.

En décembre sortira au pays des pesetas, bande du film Les charlots font l'Espagne, qui se hissera 19ème en février 73.

Ce sera la seule chanson qu'ils classeront cette année-là.  Et aucune en 1974...
Même le pastiche de paroles paroles ne verra pas la queue du hit.
En revanche leurs films les 4 charlots mousquetaires et les bidasses s'en vont en guerre feront une belle carrière.

Au final, sur les années SLC 63/74 les Charlots occupent la 26 ème place.
Premier groupe français, et de loin devant les Martin Circus et les Variations.



Et ensuite ?

Ils avaient compris que le cinéma leur apporterait plus de popularité que la chanson. Non sans abandonner celle-ci, ils se mirent à beaucoup tourner.
Ce soir j'attends Valéry en 1975, pastiche du Madeleine de Jacques Brel ne sera pas classée. Mais bons baisers de Hong-Kong sera une très bonne entrée dans les salles obscures.

En 1976, petite percée avec la biguine au biniou, 18ème en juin.

Citons en 1977 histoire merveilleuse, en 1978 Rio, en 1979 A L'ANPE, en 1981 t'es à l'usine Eugène, et Chagrin de labour en 1982, pastiche de chacun fait ce qui lui plaît.
Pendant ce temps-là, sur les écrans sortaient Et vive la liberté (1978), les Charlots en délire (1979), Les Charlots contre Dracula (1980).

Arrêtons-nous en 1983 sur l'apérobic, la chanson qui, 7 ans après, les revoyait classés dans le hit parade. Cette chanson sera en effet - d'après Lesueur - numéro 4 en juin.
Les Charlots ne sont musicalement pas morts....

La preuve c'est trop c'est trop en 1984, qui fut "déconseillée" d'antenne tant elle froissait nos programmateurs. Mais quand même 4ème en mai !
Beau succès aussi de leur film Charlots connection cette année-là.

ils devaient continuer sur cette pente "osée", avec Ah viens en 1985.
Le pastiche de Jeanne mas Toot toot première fois ne marchera pas, et ils termineront leur carrière discographique avec pour pas que l'amour capote en 1989 et la pétanque en 1991.

Sinon, Luis Rego fera du cinéma en solo, notamment avec Pierre Richard. Et le chanteur Gérard Rinaldi de la télé (Marc et Sophie, à la fin des années 80)

Et, eux aussi (enfin deux d'entre eux) iront en 2009 dans la tournée-hospice  "âge tendre et tête de bois"....après tout il y a des amateurs de ce genre de choses !

 

Rendez-vous donc dimanche prochain, pour nous intéresser de Christophe.

 

Je vous embrasse.

16:21 Publié dans Cica-chansons | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : les charlots

Commentaires

Ca fait plaisir de retrouver ta chronique musicale !

Je lis aussi ta Love Story mais difficile de commenter. Déjà parce que je connais le début, les déboires... mais pas la fin (qui peut prédire la fin ?)
Et puis aussi parce que (tu le sais) j'ai vécu (et je vis encore) une situation qui, si elle n'est pas la même, a cependant bien des points commun avec la tienne ;-)

Alors, à moins de raconter ma vie, de te dire que je te comprends, de pleurer avec toi sur ce qui aurait pu être et n'a pas été... je ne saurais pas trop quoi rajouter de constructif !

Mais je tenais à te dire que je "passe" te voir souvent et de (re)confirmer que je te trouve un vrai talent d'écrivain ;-)

Je te souhaite une bonne journée, Patrick
Bises

Écrit par : Sylvie | 09/11/2010

Ca fait plaisir de retrouver ta chronique musicale !

Je lis aussi ta Love Story mais difficile de commenter. Déjà parce que je connais le début, les déboires... mais pas la fin (qui peut prédire la fin ?)
Et puis aussi parce que (tu le sais) j'ai vécu (et je vis encore) une situation qui, si elle n'est pas la même, a cependant bien des points commun avec la tienne ;-)

Alors, à moins de raconter ma vie, de te dire que je te comprends, de pleurer avec toi sur ce qui aurait pu être et n'a pas été... je ne saurais pas trop quoi rajouter de constructif !

Mais je tenais à te dire que je "passe" te voir souvent et de (re)confirmer que je te trouve un vrai talent d'écrivain ;-)

Je te souhaite une bonne journée, Patrick
Bises

Écrit par : Sylvie | 09/11/2010

Franchement, si je sais que j'ai toujours été premier en français, si je suis conscient que mon style ne passe pas trop mal, il y a un monde entre les "vrais" écrivains et bibi. Je n'arrive pas à la cheville d'un Patrick Cauvin ni d'un Jean Amadou et j'en suis réellement conscient.

Mais c'est vrai aussi que certains pensent pouvoir écrire leur bio sans l'aide d'un "nègre", et le résultat est catastrophique. Par exemple l'autobiographie de Claude Berri est ennuyeuse au possible, on dirait un rapport de gendarmerie ! Idem les livres d'Annie Girardot et le cri de Nadine Trintignant sur sa fille.

Allez, si je devais "noter" tout ça, je dirais Cau-20, Amadou 19, moi 14 et Berri 9.
Bisous, et content que tu apprécies que je reprenne ma série. (en fait il me suffit de taper la note dans word, puis quand par hasard j'arrive à avoir une connexion, profiter de cet instant rare, après avoir pris 20 bonnes minutes pour charger Hautetfort, en faire un copier/coller. Ce que, par exemple, je fais pour ce com).
Bises.

Écrit par : Cica pour SYLVIE | 09/11/2010

Les commentaires sont fermés.