Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2011

Les 50 interprètes des années 63 à 74 selon SLC : Michel FUGAIN

Michel Fugain a démarré en 1966, avec un premier disque qui, comme la plupart des premiers disques, ne marchera pas. Il s'agit de c'est que je t'aime.

En décembre, c'est déjà mieux. Son second LP contient tu peux compter sur moi, qui sera deux mois dans l'antichambre du top 25, et surtout prends ta guitare, reste avec moi, avec une musique très typique de cette fin 66. Elle sera 4ème en février 67. Beau début...

Fugain ne sortira qu'un disque tous les 4/5 mois environ, contrairement aux autres artistes dont le débit était trimestriel.
Je n'aurai pas le temps sort donc en avril, et cette chanson va marquer l'année 1967. Débuts mous dans les 50 premiers en mai et juin, puis elle entre dans le hit proprement dit, n'atteignant péniblement la 14ème place qu'en septembre. Elle sort du hit en octobre, et restera dans l'antichambre, les 50, pendant deux autres mois. Au final, c'est une chanson qui sera restée 13 semaines dans le hit, mais pas moins de 8 mois dans les 50.

Il faut quand même, à ce stade que j'explique ce terme "antichambre".
En fait jusqu'en 1969, le hit de SLC comptera 50 chansons. Puis 25. Et si je veux faire une comparaison valable jusqu'en 1974, je suis obligé de ne prendre que les 25, même si j'en ai 50 à ma disposition. Ce que je nomme "l'antichambre", c'est tout simplement les places 26 à 50, qui ne seront plus visibles à partir de 1969.

Voilà...

Sa plus belle chanson, Daisy, sort en novembre, et arrivera 12ème en février 68.

Mais pour cette année 67, Fugain ne rentre pas dans le gotha des 20 meilleurs interprètes français.

FUGAIN PEDOPHILE !
Non, j'exagère, mais au milieu de ce XXIème siècle étonnament puritain, pensez-vous que ces paroles-là seraient passées :

Les fleurs de mandarine Ont entre quatorze et seize ans
Déjà femmes au fond de leurs yeux Les fleurs de mandarine
Vont s'épanouir au soleil Et devenir le fruit
Ce bon fruit qui M'a toujours mis L'eau à la bouche

Mais nous sommes juste après le mois de mai, et cette chanson-là sera un des tubes de Michel. Direct 13ème en juillet, puis 11ème en août, elle sera classée 7ème en septembre, et ne quittera le hit qu'en novembre, après 21 semaines de présence !

Mais toujours pas de Fugain dans le classement annuel...

Il avait sorti une chanson en décembre 68, qui ne sera classée qu'en 69, et comptera donc pour 69.
Je n'ai pas changé sera presque un bide, accrochant avec peine une 25ème place en février.

Son premier single, la corde au cou, sort en juin 69, mais n'aura pas droit au classement.

Le temps met longtemps, sorti en novembre ne sera que 23ème en décembre.

Fin 69, Fugain semble devenu "has been". Impression confirmée par ses chansons de 1970, qui ne marcheront pas, du moins sur le moment. Par exemple balade en Bugatti, de mars 70, est à présent sur toutes les ondes "nostalgiques", mais guère entendue à l'époque. En revanche, c'est pas de ma faute si j'ai pas fait Verdun sera boycottée par une partie du public, à la limite de la censure du Général !

Mais 1971 va le voir surgir de sa léthargie.
Doublé sur le même single avec la paire on laisse tous un jour (7ème en mars, 13 semaines de présence) et soleil (6ème en avril). Ca commence bien !

En juin sort le temps de ma chanson, qui grappillant une place par mois, arrivera 14ème en septembre.

Enfin Ne cherche pas le titre-phare de sa comédie musicale, un enfant dans la ville, sera classé 7ème en novembre.
Et Michel Fugain devient du coup numéro trois parmi les interprètes français de 1971, derrière Julien Clerc et Adamo !

Puis c'est la création du Big Bazar. Qui, on l'a vu, et contrairement à une idée reçue, ne doit pas sa réussite à Fugain, déjà au sommet avant sa création.

Cela dit, c'est avec ce groupe qu'il va décrocher la timbale. Une chanson qui sortira au printemps, et qui sera le tube français de cet été-là ! 23 semaines dans le hit. 16 dans les 10 premières. 8 dans les trois, numéro 1 en septembre, j'ai nommé une belle histoire.
Fugain devient une star....

Il enchaîne avec fais comme l'oiseau à l'automne, 10ème en décembre.

Mais - on l'a vu avec Claude François - cette année 72 est l'année des nouveaux arrivants, et Fugain bousculé par cette vague dégringole à la 15ème place des interprètes.

En juin 73, chante comme si tu devais mourir demain sera classé 15 semaines avec une belle 5ème place en août.

Mais c'est la fête sort certes en décembre, mais ne sera comptabilisé que pour 74. Ce qui fait que Fugain sort - définitvement - du classement des interprètes.

C'est la fête va rester 18 semaines dans le hit, de janvier à mai, 4ème en février. Chanson de circonstance qui "saluait" le choc pétrolier :

Merde que ma ville est belle Sans ces putains de camions
Plus de gaz-oil mais du gazon Jusque sur le goudron

Pour la période étudiée, 1963/1974, Michel Fugain n'est que 24ème sur 50.

Et ensuite ?

Il est toujours là en 1974 avec en roue libre, 18ème en septembre.
Mais pas cette sublime chanson : la vieille dame.

Idem en 75 avec un de ses plus grands tubes, Les acadiens, qui frôlera la première place début août.

Jolis sapins n'est que 23ème en décembre 75.

Le printemps fait un tabac en 76, numéro 2 en mai.

Mais pas le grain de sable, pourtant pas mal passée en radio. Ni vis ta vie.

Pendant dix années, Michel ne classera plus une chanson.

En 1977, ni Le chiffon rouge  ni fantaisie bleue

Ni Papa en 1978.

En 1979, Fugain prend le rythme d'un 45 tours par trimestre, essaie de reconquérir ses fans.
Mais peine perdue, des chansons comme Loulou, Bonjour Nostalgie, Les ailes dans le dos, Joe dis-moi ce que tu en penses ne seront pas classées.

En 1980 il frôle le come-back avec Les sud-américaines qui auraient, je crois, été dans la fameuse "antichambre" si elle avait encore existé.

Oh docteur ne fait pas recette pour cette même année mais en 1981 papy martineau est de nouveau aux portes du hit.

En 1982 où tu voudras quand tu voudras fait un bide, ainsi que le coeur au sud en 1983.

Fugain s'occupe alors d'une troupe de théâtre à Nice et la chanson devient secondaire pour lui.

On notera quand même en 1985 la fille de Rockefeller et Saxo.

1986. Sortie de Librement, puis de Viva la Vida qui va de nouveau renouer avec le top 50.

Des années du vent, sortie en 1987 ne sera pas classée, mais les années guitare en 1989 le sera, 19ème le 18 mars 1990.

Tout comme chaque jour de plus qui sera 13ème le 24 novembre 1991.
Et enfin, une belle 9ème place au top 50 pour 2000 ans et un jour le 13 novembre 1998.

En 2001, pour moi l'une de ses plus belels chansons,  Encore se place 13ème le 13 mai. Ca porte bonheur !!!

Mais en 2002, de nouveau l'antichambre pour l'eau qu'on boit. Année où il perd sa fille Laurette, ce qui le plonge dans un désespoir profond.

Désormais plus de singles pour Michel, que des albums, qui se classent honorablement.

Voilà pour Fugain, Grand Monsieur lui aussi, car ayant couvert 5 décennies, certes avec des hauts et des bas...

Comme celle à qui on va s'attaquer la semaine prochaine, la plus grande carrière pour une chanteuse depuis Edith Piaf, j'ai nommé France Gall.

Je vous embrasse.

 

 

Commentaires

Il y en a une qui me touche particulièrement c'est "une belle histoire". Lors de ma dernière péridurale qui date de mai 2009, on m'a demandé si je voulais de la musique, "bien sûre avec plaizir" et hop ventre ouvert nombril décoché avec " une belle histoire" en juin 2010 je partais en vacnace avec mon compagnon d'un an, et a notre retour nos chemins se sont séparés, comme dans la chanson ;-) quelle drôle de vie tout de même ;-) bises pour cette note.

Écrit par : Chris | 20/03/2011

Je l'avais écrit dans ma note, mais viré car jugé trop "personnel".
Mais pour toi, je raconte l'anecdote.
A l'époque de la chanson, je travaillais au Mont-Aigoual, dans les Cévennes. Et même au mois d'août, le brouillard était fréquent.
J'avais les après-midi de libres, et j'en profitais pour aller - en solex ! - voir ma petite fiancée qui habitait dans la vallée, 1400m plus bas.
Mais je devais être rentré là-haut à 18h45, et c'est le coeur gros que nous nous séparions. Elle tenait à m'accompagner sur la moitié du chemin.
Moi, je rentrais "chez moi", là-haut dans le brouillard, elle descendait vers le midi...
Par chance, on ne se quittait que pour même pas 24 heures !

Bises

Écrit par : Cica pour Chris | 20/03/2011

il y a des chansons comme ça qui sont vraiment des copies de nos vies, il n'y a pas que celle ci, il y en a pleins, en fait c'est comme les horoscopes, t'as 1 chance sur 2 de t'y retrouver tellement nos vies tournent pour tous plus ou moins autour des même choses, l'amour, l'argent, le travail, les soucis )) c'est dingue... donc tu as été "veinard" à l"époque ;-) bises

Écrit par : Chris | 20/03/2011

Il y a certains type de chansons qui, effectivement, peuvent convenir à tout le monde suivant la période de sa vie. A ce titre, la séparation est un "bon" thème, et toutes les chansons qui l'évoquent sont sûres, si la musique va bien avec, de faire un tabac, parce que ça nous rappelle tous quelque chose.
Mais certaines conviennent moins, comme celle-ci, qui me collait parfaitement.
Idem lorsque, 8 ans plus tard, la demoiselle devenue ma femme m'a quitté, la chanson de Mireille Mathieu "bravo tu as gagné" aurait pu être écrite pour moi...
Bises

Écrit par : Cica pour Chris | 21/03/2011

Ha ah ! Je ne pouvais décidément pas laisser passer cette "belle histoire", qui m'a amené moi-même dans le Midi pendant qu'elle montait vers le Nord....
Ni passer sur le fait qu'on laisse un jour un peu de notre vie et de nos amours sur une table ou sur le banc d'un café.... Me fait toujours des frissons, cette chanson.... Merci Cica pour le souvenir !

Écrit par : Psyblog | 21/03/2011

Je t'attendais, vieux frère, et savais que tu ne laisserais pas passer comme ça cette chanson ;-)
Je t'embrasse.

Écrit par : Cica pour Psyblog | 21/03/2011

Je vous jure que je ne le fais pas exprès...
Mais j'attendais ta note sur Fugain pour évoquer "Une belle histoire" ! Je vois que je ne suis pas la seule ;-)
Je serai donc brève : été 72, mon histoire d'amour compliquée, ce premier bébé que j'attends, éblouie, à l'aube de mes dix-huit ans, l'absence, les doutes...

Bien sûr que les chansons correspondent souvent à des moments-clés de notre histoire. Elles sont d'ailleurs écrites pour ça ;-)

Moi qui crains parfois être devenue (presque) un bloc de pierre... je suis toujours agréablement surprise par les frissons, voire les larmes, que certaines d'entre elles me procurent toujours

Encore une fois... c'est gagné !

Bisous

Écrit par : Sylvie | 22/03/2011

C'est un très bon test pour savoir où j'en suis, les chansons.
Ainsi, "jamais loin de toi" me sert d'étalonnage.
Le jour où j'arriverai à l'écouter en entier sans verser une larme, je serai "guéri" !
Bises

Écrit par : Cica pour Sylvie | 22/03/2011

Les commentaires sont fermés.