Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2012

L'Autriche, le pays où l'on arnaque les touristes

D'abord je voudrais une fois de plus tordre le cou à une idée reçue concernant mon blog, même si elle se vérifiait voici effectivement quelques années : je n'écrirais qu'en fonction des commentaires.

Depuis mon retour:
• ma longue note sur notre périple : roue de bicyclette en guise de commentaires
• ma note sur celles les plus lues en juin : La même roue.
• ma note sur les tubes de l'été 1972 : idem.
Juste avant :
• ma note de lundi dernier qui indique la formule magique qui permet de savoir si le prix du carburant à la pompe que vous payez est bien celui que voud devriez payer. Note pourtant utile, zéro commentaire.
• ma note sur la fête de la musique : idem. Bon, ça parle de Nathalie, ça peut expliquer la chose !

Tout cela pour vous dire que cette période est terminée. Que j'écris d'abord pour me faire plaisir, et aussi pour faire plaisir aux éventuels lecteurs. Qui sont en nombre, même s'ils sont silencieux.

S'il est vrai que - de plus en plus rarement  - je me sers de mon blog pour y hurler ma détresse (comme ce maudit 5 juin, qui a failli voir deux bloggueurs célèbres disparaître en même temps) à présent, ma règle est simple : J'écris, comme je le ferais sur un journal intime (tenu avant d'avoir Internet de 1999 à 2003), si ça plaît aux gens, tant mieux, si ça ne leur plaît pas, tant pis.
Je n'ai rien à vendre, je n'ai pas de notoriété à me faire, je n'ai plus tellement de besoin de reconnaissance (sauf en cas de crise), je suis libre.
Libre aussi de virer de mon blog les notes sans intêrêt, afin de l' "aérer"....

Voilà la mise au point que je voulais faire.

 

Sinon, l'Autriche, pays à arnaques...

Je n'ai pas l'intention de faire de mon cas une généralité, mais voici quand même ce qui nous est arrivé pendant ces 48 heures là-bas.

1) Pour emprunter les autoroutes, il faut payer une vignette. 8 euros pour 10 jours, c'est donné, je vous l'accorde. D'autant qu'une forte amende vous attend si vous ne la payez pas.
Le problème c'est que, pour trouver ladite vignette, c'est mission impossible ! J'ai dû faire TOUTES les stations-service de la ville frontière de Feldkirch pour en trouver une....
Le touriste pressé, surtout s'il ne fait que traverser l'Autriche, il se dit "bon, y en a pas y en pas, j'y vais quand même". Et il se fait aligner...

2) Pour passer du Voralberg au Tyrol, vous avez le choix entre le tunnel de 14 km à péage ou la montée par le col.
Quand vous arrivez au pied du col, si vous n'avez jamais pris la route, on vous dirige illico vers le tunnel ! J'ai dû stopper à la bifurcation coincé entre les deux routes, et attendre que le trafic se libère !
Sinon, j'étais lancé et impossible de faire demi-tour...
Pour faire 25 km, nous mettrons plus d'une heure ! Avec des circulations alternées à tout bout de champ, mises là... on ne sait pas pourquoi ! (enfin, moi si, je commence à avoir une petite idée).

3) Il est des villages traversés qui méritent une halte. Tel St Anton. Mais pas de places de stationnement à l'air libre. Je reconnais que la présence de voitures gâcherait le paysage (mais les fourgons et autres voitures de fonction, en foule,  n'ont pas l'air concernés). Les parkings souterrains sont donc obligatoires. Pourquoi, comme dans la plupart des parkings souterrains hexagonaux dans les sites touristiques, ne pas déclarer "gratuite" la première demie-heure ? Si l'endroit vous plaît - comme ce fut le cas pour moi à St paul de Vence - on reste plus longtemps et on paie le supplément.
Là, d'entrée, tarif "journée", à 3.50 euro !!! Comme à Riquewir en Alsace où il suffit d'aller se garer quelques 500m plus loin pour ne rien raquer.

4) Les supermarchés. J'en ai essayé 4 différents, à 3 endroits éloignés l'un de l'autre. SYSTEMATIQUEMENT les promotions sont passées à l'as. Même si vous avez écrit dessus en grosses lettres "HALF-PRICE" (c'est la nouvelle langue Autrichienne !) . Là quand vous montrerez la chose à la caissière, elle rectifiera tout en parlant de vous à la cantonade, en termes qui ne doivent pas être très flatteurs. Sinon, la plupart des prix affichés  ne correspondent pas à leur code-barre.

5 ) Innsbruck. Déjà, se garer.
Quand vous avez la chance de trouver une place, ça se situe comme ça :

DSCN7812a.jpg

Vous voyez les bandes bleues, vous vous dites "c'est zone bleue". Vous faites quand même quelques dizaines de mètres pour voir s'il n'y aurait pas un horodateur, mais non.
En fait, si ! Car des tickets sont bien apposés sur les pare-brises ! Alors il faut essayer de demander à l'autochtone, si celui ci baragouine l'anglais, ce qu'il en est. Et là il vous indiquera un parcmètre, sans doute le seul et unique à 500 m à la ronde !

5) Donc vous laissez votre bagnole moyennant quand même 2 euros (à l'heure de midi !) et vous essayez les transports en commun.
Je sais, j'aurais dû aller à l'office du Tourisme, essayer (avec effort) de trouver quelqu'un qui baragouine votre langue et demander si la tarification horaire qui s'applique désormais à l'ensemble des réseaux continentaux (France, Belgique, Allemagne, Suisse, Luxembourg, Espagne, Portugal, Italie - le pionnier en la matière, dès 1970) s'applique également à Innsbruck.
Comme il s'appliquait.... en 2007 (!) où j'ai pu faire sans souci une boucle dans la ville avec deux trams différents.
Nous prenons donc le tram 3 vers le centre-ville, où vu la chaleur nous ne flânons pas, et revenons par un autre tram, le ticket étant oblitéré depuis 40 minutes.
Vous passez votre ticket dans le composteur, qui fait un "ding" réconfortant (chez nous, ça fait REUHHH quand ça ne marche pas) et vous vous asseyez.

Vient un con-trôleur. Qui arbore un parfait sourire quand il voit nos tickets. Miracle, il baragouine un peu l'anglais. Il me dit qu'on est en infraction car on a utilisé deux fois le même ticket. Je lui dis qu'on n'a pas dépassé l'heure de temps, il me répond que cela n'a rien à voir, qu'1 ticket = 1 course.
Un couple de personnes âgées (15 ans de plus que nous) ont vu que nous avions composté, que nous ne cherchions pas à frauder, et se sont mis à le lui expliquer.
Mais le mec tenait des proies, il n'allait pas s'en déssaisir !!!
Voyant que le couple âgé prenait fait et cause pour nous, il nous a fait descendre.

"Papiere..."
Ce doux mot doit évoquer pas mal de choses aux quinquas et au-delà...
"Non", répond mon épouse, en me retirant des mains la carte d'identité que connement j'étais en train de lui donner. Ouf, merci à elle.
Là il rugit : "No papiere, alors Police".
Puis il me dit que "normalement l'amende est à 110 euros par personne (!!!) mais qu'il veut bien la faire descendre à 55...!!"
Là, je lui dis tout net :"call the Police".
Je veux bien me faire pigeonner, mais qu'au moins il y ait des traces....
Furax il prend sa tablette et hurle des trucs.
Et puis, au bout de 2 minutes, il nous tend les tickets. Visiblement il s'était fait rembarrer par une police qui, contrairement à lui, n'était pas corrompue.

6) Pas question de rester dans cette ville. Et même, dans ce pays d'arnaqueurs. L'autoroute toute proche indique BRENNER 31 . L'Italie ....
Car c'est comme chez nous les panneaux autoroutiers sont en bleu ! Histoire peut-être de tromper les Italiens, Suisses et Allemands ????

On y fonce, et quelques 20 minutes plus tard, à 1330 m d'altitude, nous y sommes.
On sort, et .... on voit une cabine de péage !!!
12 euros. Donc pour certaines autoroutes autrichiennes il faut raquer deux fois....D'abord la vignette et le péage (MAUT) proprement dit !

Après une petite heure passée en territoire italien, nous redescendons par la Nationale. Une heure et demie pour faire 40 km sur une route qu'aucune commune française ne voudrait pour faire passer ses tracteurs !
Quoique... chez nous c'est aussi vrai : les nationales longeant les autoroutes, même si elles sont très roulantes, sont bourrées de rond-points tous les 500m, qui le plus souvent, débouchent sur... l'herbe ! Comme Pau-Bayonne, par exemple.

7) le soir nous décidons de visiter les cascades de Stuibenfall. Juste à côté de chez nous.
Mais, alors que nous nous garons sur l'herbe, un panneau TICKETS est posé à côté d'un parcmètre.
Même topo, comme aux Cascades du Hérisson (Jura), c'est 3.50 euro la place de stationnement.

Là je dis "stop" et nous montons dans notre village haut perché.

8) Le lendemain, départ. Je me souvenais des tunnels et du passage du col de l'Arlberg, aussi décidé-je de passer par la route touristique de la Silvretta.
Après 35 km de route alpine, que voit-on au détour d'un chemin ?

Si.... une barrière de péage !
14 euros !!!
Le type nous tend une brochure :

Image (71).jpg


Cette fois la coupe est pleine, pas question de déjeuner dans un des restos du col, je n'ai qu'une hâte, de quitter ce pays à arnaques !!

Bien entendu, pas la moindre table de pique-nique sur le bord de la route, il faudra attendre une aire de repos sur l'autoroute pour en trouver une.

Et encore, je me demanderai un temps, traumatisé, s'il ne faut pas payer pour manger sur cette table !


Bien entendu nous reviendrons là-bas. Mais en touristes "avertis".  En nous renseignant le plus possible dans les offices de Tourisme, ou sur Internet - quand c'est possible, par exemple aucun plan n'est disponible sur le site des transports publics d'Innsbruck.

L'Autriche est un très beau pays à visiter, mais alors quelle bande de voleurs !!!

Je vous embrasse.

15:00 Publié dans arnaques | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

Quelle aventure! :)
Quel périple, merci ton post m’égaye la journée. :)

Marie.

Écrit par : Nounou Laval | 02/07/2012

On dit que "les voyages forment la jeunesse" mais également l'âge mûr ! Comme je l'ai dit, nous reviendrons dans ce Pays pittoresque qui n'est qu'à 300 km de chez nous (juste la Suisse à traverser) mais en se méfiant un petit peu plus...
Amitiés.
Patrick.

Écrit par : Cica pour Marie | 02/07/2012

Suite à la mise au point : qu'en est-il des notes que tu disais ne vouloir poursuivre que s'il y avait je ne sais plus combien de lectures ?

Je me souviens qu'à Salers dans le Cantal, il fallait prendre un ticket de stationnement, je ne sais plus de quel montant, pour la journée entière. Quand nous sommes arrivés, quelqu'un qui partait nous a proposé, gratuitement, le ticket qu'il avait utilisé, puis nous avons fait de même quand nous sommes partis... Bon là c'était facile de comprendre le système, nous parlions tous le Français.

Écrit par : Cristophe | 02/07/2012

Tu dois parler des Hit-Parades de SLC... En fait des notes qui se résument à une page scannée, ce qui n'est pas très gratifiant pour un blogueur, c'est plutôt un "service" que je rends, et si ce service n'intéresse pas, inutile de le poursuivre, non ?

Ceci dit, nombre de communes françaises - comme Ricquewihr - instaurent un stationnement à la journée, et je suis contre. Mais à leur décharge, ce péage sert à l'embellissement des villages.
Alors que des cascades !!! Si nous faisions pareil pour notre Source de la Loue, avec nos 170.000 visiteurs annuels, la commune empocherait un bonus de 600.000 euros !!!

Écrit par : Cica pour Cristophe | 02/07/2012

Une note très intéressante à lire.
Un bon voyage et des péripéties.

Écrit par : thierry | 02/07/2012

L'Autriche, à vrai dire, je m'en fiche! Je reviens sur ta phrase écrite en gris (mauvais signe):
"(comme ce maudit 5 juin, qui a failli voir deux bloggueurs célèbres disparaître en même temps)".
Je suis de celles qui a lu ta note "la bête revient" le mardi 5. Egalement une autre, où tu évoquais un "monde de brutes" et que tu as, je ne sais pour quelle raison effacée. Enfin si, tu y parlais de ton ami Psyblog qui avait eu la même idée que toi le même jour, et qui lui était passé à l'acte, sans doute était-ce cela.
Enfin bref à lire ces deux notes, j'ai vraiment l'impression (tu effaces mon commentaire si j'écris des bêtises) que tu ne vis plus, mais que tu comment dire survis, voilà c'est le mot, survis afin de préserver les tiens et ne pas les laisser dans l'horreur d'un suicide. Que tu n'as plus tellement goût à la vie, la preuve en est toutes ces "escapades" qui au fond ne te mènent à rien sinon à grossir le troupeau des bagnoles sur les routes et autoroutes. Pardon si je te blesse, mais lectrice silencieuse jusqu'ici de ton blog depuis son tout début, je me demandais pourquoi tu avais voulu raconter ta vie dans ses détails les plus intimes, un déshabillage qui risquait fort d'attirer les voyeurs. Et là tu vois j'ai peur de la réponse. Tu fais ce que tu veux de mon commentaire, mais depuis un mois il était au bout de mon clavier et finalement je n'ai pas pu le retenir.
Je t'embrasse chaleureusement, une "mamie" (ex-psy) de 71 ans.

Écrit par : Janine | 02/07/2012

c'est vrai cher Cica que tous ces coûts de péages et de stationnement sont des contraintes désagréables en vacances, on a l'impression que tout est bon pour faire du fric avec les touristes. Cela me rappelle en Ardéche où il faut maintenant payer 2 € pour faire l'ascension du mont Gerbier des joncs, certes les motifs sont parfois louables (pour rendre propre et accessible le sentier, lutter contre la pollution, les détritus...), mais il vaudrait mieux simplement que tout le monde essaye d'être responsable, et oui on en revient toujours à l'instruction civique. En tous cas, ton voyage en Autriche m'a appris pas mal de choses.

Écrit par : Renaud | 02/07/2012

Merci :)))

Écrit par : Cica pour Thierry | 02/07/2012

Non je n'effacerai pas ton com. Enfin pas ce soir... Il n'est pas tout à fait faux...
Si tu veux on se parle en MP, comme disent les Djeunns ! Je te donne mon mail : pomponbasque@hotmail.fr.
Je t'embrasse.

Écrit par : Cica pour Janine | 02/07/2012

Si la "redevance" sert à financer des accès règlementés que les communes ne peuvent plus se permettre (comme au Gerbier des Joncs) alors OK. Mais pour se garer dans un champ plein d'ornières, afin d'avoir "le droit" de voir une cascade ? Aussi bien dans le Jura (Hérisson) que là-bas, je dis NON ! Dommage que les guides comme le Routard se censurent de plus en plus, heureusement que les routards eux-mêmes peuvent parler sur Internet !!!
Amitiés.

Écrit par : Cica pour Renaud | 02/07/2012

Les commentaires sont fermés.