Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2012

mon épouse voudrait-elle me tuer ?

C'est la question que je me pose après la scène d'il y a un instant.

Elle a décidé depuis quelques jours (depuis l'ouragan Sandy, qu'elle atenu à suivre jusqu'à 1h du matin à la télé) que le soir, contrairement à ses habitudes, elle ne se coucherait pas avant 23h/23h30.

Une fois dans le lit, moi je bouquine (je n'arrive à m'endormir que sur min bouquin) et tous les 1/4 d'heure, elle commence à entamer une conversation.
"ARVENIR...."

A revenir à ci, à revenir à ça, bref, pendant ce temps-là, moi je me déconcentre et c'est pas avant 1h du mat que j'éteins la lumière.

Elle tourne et retourne pendant encore une bonne demie-heure, puis voyant que le sommeil ne vient pas, elle se shoote au Stilnox.
10 mn après elle ronfle, non elle rugit !!!

Du coup, sur les 2 h du mat, je suis obligé de me replier avec mon oreiller dans la chambre à côté.

Elle est debout à 8h, ce qui fait qu'elle n'a eu que 6h30 de sommeil. Pour une épileptique, c'est dangereux...

Alors j'ai droit a stade "intermédiaire", l'hystérie. Là, elle commence à gueuler dès le matin, s'arrange pour refaire des tas de trucs dans la maison qu'elle ne trouve pas à son goût, et bien sûr le rate.

Attend que je sois en train de jouer tranquillement sur mon PC - afin de "souffler" - pour venir me demander, non, m'ordonner - de réparer les conneries qu'elle a faites. Le plus souvent je la trouve en équilibre instable ou sur un escabeau, cherchant peut-être inconsciemment à se casser quelque chose..

En ce moment, c'est une plante grimpante le long du mur de la salle à manger, qu'il faut remettre sans cesse au bon endroit ! Donc, escabeau, ou pire, sur la table.

Bref, moi, j'encaisse, j'encaisse.

Mon corps, lui n'encaisse pas.

Jeudi soir, 15 de tension, hier soir 16. Au lit après 10 mn de repos. Alors que j'étais retombé à 12/13...

Tout à l'heure, après une matinée encore pire que les autres, où elle accumulait injures et contradictions ("j'veux foutre le camp d'là"...puis peu après " "il faut un faux plafond pour la cage d'escalier", me tête a commencé à tourner.

Alerte ! Je monte dans la chambre, péniblement, et je me prends ma tension.

18/12 ! Avec médicament !!!

Quand je descends, bien sûr elle ne me demande pas combien j'ai, elle attend que je le lui dise, vautrée sur son canapé comme elle le fait depuis deux ans qu'on est là (sauf tondre la pelouse, elle adore ça, ça la défoule), c'est moi qui lui annonce.

Et alors là j'ai vu dans sa bouche se dessiner un petit rictus, presque un sourire....

Si elle veut vraiment que j'y passe, pas de souci, elle n'a qu'a le dire franchement : j'arrête dans ce cas mon médicament.

Et là, avec la vie qu'elle me fait mener, je ne me donne pas trois jours avant le SAMU, voire peut-être le terrain d'en
face !

Je vous embrasse.

14:37 Publié dans détresse | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

Les gens malades comme l'est ta femme (et même ceux qui le sont moins) sont tellement... je ne sais même pas trop comment le dire... qu'on ne sait pas ce qui peut leur passer par la tête dans leurs incohérences... Mais, tu ne vas pas pouvoir supporter ça éternellement...

Écrit par : Béatrice | 03/11/2012

Je ne le crois pas... j'ai eu déjà une grosse alerte morale en juin, une encore plus grosse physique en août, certes je ne ferai pas la connerie d'arrêter mes médicaments mais il me faudra être bien costaud pour tenir le coup... Pour l'instant j'ai encore "le droit" d'aller dans ma cave sur mon PC mais je redoute le jour où elle me coupera l'accès à internet (elle sait où est le répartiteur, qui est bricolé n'importe comment et qui tient miraculeusement !) et là je serai alors sans exutoire, sans filet.

Pour ce qui est du titre de ma note, vu le nombre de commentaires (!) je sais qu'il a choqué, mais je ne l'enlève pas, car cette question je me la pose depuis déjà pas mal de temps. Et ma plus grave c.... rie a été de partir à la retraite le plus tôt possible, j'aurais dû prolonger...

Je t'embrasse.

Écrit par : Cica pour Béa | 03/11/2012

Il peut arriver un moment où, si comme tu le dis, elle te privait d'accès à internet ou je ne sais quoi, tu aurais le droit d'agir en faisant intervenir des professionnels, non ? Si elle est ou devient dangereuse, tu n'es pas obligé de subir cela, surtout que c'est une maladie qui la rend ainsi.

Écrit par : Béatrice | 03/11/2012

Elle a raison, Béa, ton épouse est malade, je crois, pas calculatrice ...
Par contre, je persiste à dire que tu devrais prendre du temps pour toi, du vrai, ailleurs, pas dans ta cave où elle est à 10 m...

Si tu savais comme je suis contente de n'avoir jamais cédé un pouce à ses chantages et récriminations... j'ai gardé mes occupations envers et contre tout, et j'en suis bien heureuse...

des bises.. je rentre seulement du Verdon, et... la route était épouvantable... vite, dodo ;-))

Écrit par : Teb | 03/11/2012

Je sais qu'elle est malade et c'est pour ça que 1) je ne la quittterai pas et 2) j'ignore jusqu'où elle pourra aller.

Ceci posé, je n'ai pas d'autres choix que ma cave, vu que si l'idée me venait de vouloir m'évader un peu (comme je l'avais fait en 2004/2005, avant qu'elle soit handicapée) Dieu sait ce qu'elle ferait comme c.... ries !
Hier je l'ai laissée aller toute seule en ville. J'ai soufflé, mais elle, a carrément agressé tout le personnel d'un centre auto, et du coup j'ai dû réparer la chose tout à l'heure !

Tu n'as peut-être jamais cédé un pouce à ses chantages, mais lui, il avait toute sa tête... Enfin je le suppose !

Bisous.

Écrit par : Cica pour Teb | 03/11/2012

Si on peut dire que quelqu'un qui boit comme un trou a toute sa tête !!!
Mais je reconnais qu'on ne peut jamais se mettre à la place des gens que l'on commente ... on est très loin d'avoir tous les éléments des situations... et ... on ne sais pas grand chose de ce que chacun peut supporter ... et... des raisons qu'a chaque personne de supporter une situation à priori intenable !!! J'en sais quelque chose ;-))
Alors, une bise...

Écrit par : Teb | 04/11/2012

Aujourd'hui, elle a été gentille comme tout.... Pourtant je l'ai traînée dans une convention de disques, et elle qui n'aime pas attendre, n'a pas hésité à rester près de moi pendant près de deux heures tandis que je farfouillais dans les bacs.
C'est tout le problème ! Ce n'est pas son "fond" qui ressort, mais sa maladie.
On arrive à avoir des dialogues surréalistes ! Hier soir, je prends ma tension, pas terrible du tout. Alors pour plaisanter, je lui lance:
"Surtout, si je meurs, faudra pas m'enterrer au village."
Elle me répond, mais sans malice :
"Oui mais avant, il faudra me débarrasser la chambre d'à côté de tes revues !"

Pareil lors de mon hémorragie, avec des gouttes de sang comme je n'en avais rarement vu :
"mais arrête de me saloper mon carrelage..." ! Et elle me suivait partout avec une serpillère, au lieu d'appeler une ambulance !!!

Écrit par : Cica pour Teb | 04/11/2012

Il faudrait peut-être poser la question à elle : "Tu veux me tuer ?".

Écrit par : Cristophe | 06/11/2012

C'est fait.... Elle n'a pas répondu :(

Écrit par : Cica pour Cristophe | 06/11/2012

Les commentaires sont fermés.