Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2012

Just rentred....

Je rentre à l'instant, et je viens d'abord vous rassurer au sujet de mon épouse, finalement ça s'est bien terminé !

Sinon, Porto, à voir, et pas seulement que pour le vin ! C'est je pense par cette ville que tout français devrait commencer pour visiter le Portugal.
D'abord, belle architecture. Lisbonne n'a rien à lui envier!

Ensuite, contrairement à mes dernières impressions Lisboètes, les gens sont restés francophiles, et essaient de toutes leurs forces d'essayer de vous comprendre, que ce soit dans les commerces, les hôtels, les restaurants ou dans les transports publics.
A Lisbonne, depuis la crise dont nombre d'habitants nous rendent responsables, la chasse au français est ouverte (du moins voici un an), et le "sorry i speak only english" y était un peu partout la règle. Y compris à l'office du Tourisme !!!
Rien de ça à Porto, et du coup, rester là-bas 5 jours ne m'a pas du tout dépaysé.

Pour les photos, je les ai mises sur ma page Facebook Patrick Cicatrice, trop la flemme de les re-mettre en ligne ce soir, alors que je viens de me payer un voyage dans les steppes de l'Asie Centrale !

Et oui, bonnes gens, savez-vous que l'axe Alsace-Lausanne (et aussi Luxembourg-Nancy-Besançon-Lausanne - Milan) n'est pas du tout déneigé ???

Si jusqu'à Baume-Les Dames j'ai roulé sans souci, ensuite, ce fut l'enfer. La route devenait de plus en plus blanche au fur et à mesure que je montais, et j'ai parcouru les 40 derniers kilomètres en presque deux heures ! 20/30 dans les ornières de plus en plus profondes que laissaient les véhicules. Personne (sauf deux connards en 4 X 4 immatriculés 73 et 74) ne doublait personne.

Quand je suis arrivé sur la Nationale 57, je pensais mon calvaire fini.
Que nenni ! Idem, sauf que les ornières étaient plus profondes à cause de la plus grande circulation...

A un moment donné, à 10 km de chez moi, un col qui culmine à 820 m, j'ai vu des voitures dans le fossé...
Vu qu'on était quand même sur une Nationale, je me demandais comment j'allais pouvoir arriver dans mon petit
village !!

Mais... quelle ne fut pas ma surprise quand, quittant la dite nationale, j'ai constaté que la petite route communale était, elle complètement dégagée, et ce jusqu'au village. Dégagé aussi, et du coup j'ai pu arriver sans encombre chez moi !

Je vois que décidément, quelle que soit la couleur du régime où la France est placée, les services publics sont de plus en plus à l'abandon...
Je me demande combien de kilomètres de route on pourrait déneiger avec la somme mise en jeu pour faire déguerpir les manifestants anti-aéroport Notre-Dame des Landes !!!
Ou pour refaire voter les militants UMP, ce qui à mon humble avis ne changera pas grand-chose quand à savoir qui sera le king à droite !

Mais une fois de plus, quand je vois l'épopée que j'ai faite tout à l'heure, je ne peux que confirmer que nous ne finirons pas nos (vieux) jours dans le Odou, je n'ose même pas imaginer une ambulance rouler dans ce bordel blanc !!!

Je vous embrasse.

19:42 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Bon retour alors ! J'ai déjà apprécié quelques unes de tes photos sur FB, surtout celles de nuit, mes préférées.
Pourquoi les gens pensent-ils que nous sommes responsables de la crise ?
Pour la neige, je déteste ça... ici, quand il tombe 3 flocons c'est déjà la panique !
Bises

Écrit par : Béatrice | 02/12/2012

Pas "les gens", certains dont beaucoup de Lisboètes. Tout simplement parce que pour eux la France est associée au couple Sarkozy-Merkel ("Merkozy"), qui a mis les pays du sud au régime sec. Donc, déjà c'est de notre faute s'ils en sont arrivés là, et ensuite ils reprochent aux "riches" français de venir passer des vacances low-cost chez eux....
Bises

Écrit par : Cica pour Béa | 02/12/2012

Merci aux cantonniers de ton village ?

Écrit par : Cristophe | 02/12/2012

aaahhh.... le déneigement des routes grandes ou petites... A savoir que lorsque la neige est annoncée, selon les endroits tout le monde s'y met, ou ne s'y met pas ! Le préfet décide des trucs, les moyens locaux (entreprises de TP) sont alertés, les particuliers sortent leurs pelles à neige... Mais à tous les échelons il y a des ratés ! Quant aux cantonniers de Cristophe... je crois que c'est une race en voie d'extinction (et même peut-être déjà éteinte ?).
Mais les routes nationales sont aussi en voie de disparition... Donc, tout dépend de la "force" des "pouvoirs locaux" pour remuer du monde, et du bon sens des usagers !!!

Écrit par : Odile | 07/12/2012

C'est Pompidou qui a commencé la "départementalisation" des Nationales en 1973. 80% des nationales y sont passées. Puis ce fut au tour de Chirac d'amplifier le mouvement dans les années 2000, pour toutes les "grandes" nationales longées par des autoroutes. Ainsi la N7 a disparu sur presque tout son parcours (les Alpes-Maritimes et le Var n'ont pas apprécié et la dénomment la "DN7") !
De nationales entières il n'en reste que très peu, et la N57 Luxembourg-Suisse en fait partie. C'est donc inadmissible que cette route n'ait pas été traitée, d'autant que les chutes de neige étaient annoncées.
Sinon, Cristophe a raison, ici chaque commune a ses "déblayeuses", des étraves montées sur tracteurs. Mais je peux dire que dans mon village, seules les départementales qui la traversent sont dégagées. Les autres rues (sauf bien sûr celle qui va chez le maire) ne le sont pas!
Bisous.

Écrit par : Cica pour Odile | 07/12/2012

Les commentaires sont fermés.