Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2012

Question de dosage...

Avant de prendre ma retraite, je prenais une quantité assez astronomique de médicaments.

• 200 mg d'anxyolitique léger (Atarax)
• 5 mg d'anxyolitique puissant (Témesta)
• 50 mg de somnifère (Stilnox).

Je savais que mon travail était pour beaucoup dans la prise de ces médicaments. 6 ans de dépression suivis de 7 ans de maniaco, ça ne passe pas comme ça...

Donc, dès le premier mois de retraite, j'attaque. Je commence par le plus facile, l'anxyolitique léger.

Diminuant la dose de 25 mg à chaque fois, j'arrive à cesser définitivement ce médicament fin septembre 2011. Sans ressentir de trouble particulier.

A présent, le somnifère.

Si j'ai bien réussi (avec quelques problèmes) à réduire la dose de moitié, voire de la supprimer ponctuellement, je n'ai pu aller au-delà. Je suis donc passé de 50 mg à 25 début novembre.

Restait le gros morceau : l'antianxyolitique puissant.

Mon but était de diminuer la dose de 0.50 en 0.50.

Je suis donc passé à 4.50 en décembre, 4 en janvier, 3.50 en février.
Je pensais que tout se passait bien, ne notant pas trop de souci côté sommeil. Mais j'avais oublié que le témesta n'avait pas un rôle de somnifère, mais plutôt de tranquillisant.

Début mars, je passe à 3. Sans m'apercevoir que la lampe rouge commençait à clignoter. Par exemple la réapparition de "trous" de déprime, quelques accès de parano...

En avril j'arrive à 2.50. Un comprimé jaune. Pour moi l'objectif initial était atteint, diminuer la dose de moitié, en ayant complètement effacé l'atarax.

Mai, je baisse encore à 2.  J'avais, sans le savoir, franchi la ligne rouge.
Ce mois de mai allait être pour moi en plus très éprouvant, avec en point d'orgue une crise de mon épouse, suivie d'un trouble de son comportement, dont j'ignorais s'il serait définitif ou pas.

Juin, malgré tout je passe à 1.50.
Le comportement de mon épouse qui ne s'améliorait pas s'ajoutant à une tentative de vacances qui s'avéra désastreuse, fit que le 6 de ce mois je fus à deux doigts de me fiche en l'air. 
Une fois de plus, ce fut le Net qui me sauva... Mais le boulet n'était pas passé loin.

J'ai enfin réalisé que je m'étais sevré très dangeureusement. Et je revins au 2.50.

Mais en juillet, si mon cerveau avait l'air de récupérer, mon corps, lui, craqua : Crise d'hypertension sévère le dimanche 15...
Le toubib me prescrit des médicaments, mais hélas pas assez puissants.

Et le 14 août, suite à ma mise en quarantaine par trois voisins (prétexte ridicule : mon blog qu'ils avait fait semblant de découvrir alors qu'ils me suivaient depuis Psychologies ! ) , je fis une hémorragie par le nez qui se termina à l'hôpital, en deux temps.

Le second temps allait durer 15 jours, et là je revins à ma dose de médicaments d'avant la retraite...

Certes j'avais effacé l'atarax, mais j'étais revenu à mon point de départ.

Et donc, de nouveau je décidai d'entamer un nouveau sevrage, mais cette fois en me surveillant très attentitivement. Au moindre "vague à l'âme", au moindre signe de parano, j'arrêterai.

Je suis arrivé de nouveau à diviser par deux la dose de somnifère.
Et en ce qui concerne l'antianxyolitique, je suis passé à 4.50 en octobre, 4 en novembre, et 3.50 depuis le début du mois.
Pour l'instant RAS, mais quoi qu'il arrive, je me maintiendrai à un plancher de 2.50. Que j'atteindrai en février si tout va bien...

Je vous embrasse.

18:11 Publié dans moi | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Reste à ton écoute surtout ! Pas de "Oh ça va passer"...

Écrit par : Cristophe | 04/12/2012

Hum... avec ta dose de médicaments je dors pendant 15 jours !!!
;-))

Écrit par : Teb | 04/12/2012

Ne t'inquiète pas ! Aujourd'hui d'ailleurs je peux expérimenter "grandeur nature", avec une nouvelle hystérie de Madame. Ma tension est bien sûr montée (d'où la note "mon épouse voudrait-elle me tuer ?" que je maintiens) mais côté moral je tiens le choc. Je sais TRES bien désormais que ça ne passera pas, et je saurai m'arrêter de baisser quand il le faudra.
Mais (je ne veux vexer personne) ce sont des réflexions du style du com de Teb - qui est une amie, je te dis pas ce que doivent penser les autres... - qui m'incitent à baisser, car je passe aux yeux de beaucoup comme un toxico !!!

Écrit par : Cica pour Cristophe | 04/12/2012

Alors, que me conseilles-tu ????

Écrit par : Cica pour Teb | 04/12/2012

Ah non, je n'ai jamais dit que tu étais un toxico !!! juste que je suis une mauviette ;-)
Pour preuve : j'ai parfois des crises de "gratouilles intenses" que rien n'explique, et que les médecins soignent à grand renfort d'Atarax... hé bien, une cuiller à café d'atarax en sirop pédiatrique (tu vois la concentration en produit et tu connais ma corpulence ;-)) bref, une cuiller à café me met "chabeusse" pour la journée !!!

Dis donc, je ne me permettrais pas d'insinuer que tu prends trop de médocs ! je sais trop combien la vie peut être difficile !
Je ne te conseille rien du tout, à part de prendre bien soin de toi (tu vois comme je m'engage, hein .... ) Bisous

Écrit par : Teb | 04/12/2012

Je m'excuse si mon com a pu te blesser, mais c'était pour situer ma note... Le nombre de gens qui me disaient quand j'étais en activité - dont mon médecin traitant - "ah vous prenez tout ça !!! Mais est-si nécessaire ?" Voire même "tu ferais mieux de jeter toutes ces saloperies et te soigner avec les médecines douces" !!!
En 1999, j'avais 14 médocs par jour, dont : antidépresseur, antianxyolitiques (xanax et témesta), somnifères... Ayant ras-le bol d'âtre un "zombie", et en ayant marre de ces réflexions, j'ai tout stoppé, ne gardant que le témesta (obligatoire depuis mes débuts au boulot, cause horaires décalés). Résultat : maniaco-dépression ! Moi qui dormais jusqu'à 18 h par jour, 5 heures m'étaient nécessaires. J'avais des hauts mais aussi des super-bas, et ça s'est terminé par une TS en février 2003 !

Idem cette année, j'ai voulu faire le malin, et tu as vu le résultat..

Bisous :)

Écrit par : Cica pour Teb | 04/12/2012

T'inquiète, il m'en faut un peu plus ;-)
Allez, je retourne à ma tambouille ;-)

Écrit par : Teb | 04/12/2012

Les commentaires sont fermés.