Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2020

Les numéros un de 1970

ADIEU JOLIE CANDY Jean-François Michael
Au moins 5 semaines, janvier & février

C'EST LA VIE LILY Joe Dassin
6 semaines (en trois fois) février mars

CEUX QUE L'AMOUR A BLESSES Johnny Hallyday
1 semaine février

IT'S FIVE O CLOCK Aphrodites Child (Demis Roussos)
1 semaine mars

LET IT BE The Beatles
5 semaines mars avril 

ET MOURIR DE PLAISIR * Michel Sardou
3 semaines mai 

LAISSE-MOI T'AIMER Mike Brant
2 semaines (en deux fois) mai juin

JESUS-CHRIST Johnny Hallyday
1 semaine mai

L'AMERIQUE Joe Dassin
5 semaines (en deux fois) juin juillet

IN THE SUMMERTIME Mungo Jerry
12 semaines (en deux fois) juillet aout septembre octobre

COMME J'AI TOUJOURS ENVIE D'AIMER Marc Hamilton
2 semaines octobre

DEUX AMIS POUR UN AMOUR Johnny Hallyday
5 semaines (en deux fois) octobre novembre

TANTE AGATHE Rika Zarai
1 semaine novembre

DONNE TON COEUR DONNE TA VIE Mireille Mathieu
2 semaines novembre

NOEL 70 Poppys
3 semaines décembre 

* A l'époque on n'entendait pratiquement pas la face B les bals populaires, qui n'a été "populaire" que bien après.

LES NUMEROS DEUX :

- RA TA TA Antoine 
- TU VEUX OU TU VEUX PAS Marcel Zanini
- GIRLS I VE GOT NEWS FOR YOU Mardi Gras
- GLORIA / JE SUIS UN HOMME Michel Polnareff

Basé sur le chiffre des ventes. Lesquels étaient bien en retard par rapport aux passages radio. Par exemple quand Johnny était en tête avec deux amis pour un amour, j'avais déjà acheté essayez !

Merci à Eric

Je vous embrasse.

Commentaires

pour moi c'est comme si c'était hier les 70's et pourtant … dans la liste , personnellement les Beatles même si ce n'est pas ma préférée , Mardi Gras et son girls i ve got news for me super , souvent reprise dans les bals pour notre plus grand plaisir . Jean-François Mickael incontournable , Aphrodites Child , Marcel Zanini , Joe Dassin , Mike Brant , les Poppys , Marc Hamilton et bien sur Mungo Jerry d'ailleurs on parlait de Mungomania à cette époque dans les magazines . voila ceux que j'avais acheté pour cette liste . que de bons souvenirs ! amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 19/01/2020

1970 aura été une bonne année pour Johnny. Mais ces chansons ont été oubliées... sauf, peut-être, par les fans. Autrement, on voit que ce sont surtout les chansons des années 60 et 80 de l'idole qui sont entrées dans la mémoire du grand public... Deux exceptions : "Gabrielle" et "Requiem pour un fou."

Écrit par : Leroy | 19/01/2020

Jean : Je crois que c'est toujours comme ça pour les années qui représentent notre enfance ou notre jeunesse (Et je dis cela malgré mes seulement 37 ans), car, me concernant, quand je pense à des chansons sorties à la fin des années 80, quand j'étais encore enfant mais que je regardais le Top 50 à fond, j'ai l'impression que c'était hier tellement je m'en souviens parfaitement, et pourtant, quand je regardais le Top 50, de 1987 à 1991 en gros (J'ai moins regardé les deux dernières années quand il était présenté par Yvan Le Bolloch' et Bruno Solo), j'avais entre 5 et 9 ans, et cela fait 30 ans maintenant ! Et quand je vois des photos de Marc Toesca maintenant ou quand il participe à des émissions que je regarde, ça ne me rajeunit pas, parce que si moi, j'ai grandi, comme tous les enfants ou les adolescents qui regardaient le Top 50 à cette époque, lui, il a, restons corrects, un peu vieilli, physiquement du moins, mais semble toujours aussi sympathique qu'il en avait l'air à l'époque.

De même, il y a un mois ou deux, j'ai réécouté par hasard certaines chansons de la comédie musicale de Gérard Presgurvic "Roméo et Juliette" d'après William Shakespeare bien sûr. Elle est sortie l'année de mes 18 ans, en 2000 donc. C'est vrai que le succès en a duré plusieurs années et que, ma grande sœur étant fan de cette comédie musicale à grand succès, je me suis bien rendu compte à l'époque de son succès sur la longueur. Mais, le mois dernier, réécoutant ces chansons, j'étais tout à fait stupéfait, même si je savais qu'elle était sortie en 2000, de me rendre compte que cela faisait quasi 20 ans déjà qu'elle était sortie ! Comme les années passent vite !

En plus, depuis, deux chanteurs qui y participaient nous ont quittés : Réjane Perry, qui y incarnait la nurse et Jean-Claude Hadida, qui y incarnait le frère Laurent.

Pour ces Numéros un de 1970, les chansons que je connais sont les suivantes, "Adieu jolie Candy" de Jean-François Michael, dont la musique est signée d'un certain...Michel Berger, sous le pseudonyme de Michel Hursen, chanson que j'aime bien d'ailleurs, "It's five o'clock" des Aphrodite's Child, chanson que, personnellement je trouve moins bonne que "Rain and tears", "Let it be" des Beatles, bien sûr, un classique, "Et mourir de plaisir" de Michel Sardou. Je trouve d'ailleurs étrange que la face B "Les bals populaires" n'ait pas connu un réel succès sur le moment.

Il existe un scopitone de cette chanson. En plus, l'histoire de cette chanson veut qu'effectivement, ce ne soit pas le premier disque de Sardou, puisqu'il chantait depuis 1965, sans réel succès, à part "Les ricains", chanson qui l'a fait connaître, mais en déclenchant une vive polémique en 1967, car elle a été interdite d'antenne sous les ordres même du Général De Gaulle qui ne la trouvait pas politiquement correcte.

Dans l'entourage artistique de Michel Sardou, on lui reprochait alors de ne pas faire assez de chansons populaires, et lors d'un dîner en présence de la parolière Vline Buggy, Michel Sardou répond à son entourage artistique de l'époque qui lui disait de faire du "populaire" : "Vous ne voulez tout de même pas que je vous parle des bals populaires !", et c'est ainsi que Vline Buggy s'est emparée de l'idée pour écrire le texte de cette chanson.

Au début, la promotion du disque s'était limitée à la face A, cette sensuelle "Et mourir de plaisir", mais un jour, alors qu'il était invité à une émission de télévision à laquelle Marcel Amont participait aussi, Sardou a chanté cette face B "Les bals populaires", car Marcel Amont était en retard pour cause de gros trafic de circulation dans Paris. Aussitôt, la chanson de la face B est également diffusée et connaît aussi le succès.

Il en existe aussi une version chantée par Régine sur l'album compilation des éditions Atlas "Les plus belles chansons françaises : 1970" sorti en 1996, et franchement, je vous la recommande !

Je connais aussi "Laisse-moi t'aimer" de Mike Brant, un de ses plus gros tubes, qui a été réédité plusieurs fois, car un véritable clip de la chanson existe, et doit dater des années 90, puisqu'on n'y voit que des photos de Mike et une jeune fille qui se prélasse sur la chanson.

Bien sûr, je connais "L'Amérique" de Joe Dassin qui est la version française écrite par Pierre Delanoë de "Yellow river" du groupe Christie.

"In the summertime" de Mungo Jerry, oui, je connais aussi. Dois-je dire comment j'ai connu cette chanson ? Bon, OK ! En octobre 1993, Mungo Jerry (Enfin, son chanteur Ray Davies en personne) était venu la chanter en duo avec… Dorothée (Encore elle, me direz-vous !) sur TF 1 bien sûr, lors d'une émission en prime-time intitulée "Dorothée rock'n'roll show" dans laquelle elle chantait avec ses collègues de l'écurie AB Productions, mais aussi avec des vedettes anglo-saxonnes et américaines des années 50 à 70. Lors d'une de ces émissions, il y a même eu Ray Charles qui est venu chanter en duo avec elle "Hit the road, Jack".

"Comme j'ai toujours envie d'aimer", oui, je connais aussi, car c'est ce chanteur québécois Marc Hamilton qui l'a écrite et composée lui-même et j'ai acheté le 45 tours car j'avais vu dans le livre de Fabrice Ferment et le Syndicat National de l'Edition Phonographique que ce disque était sorti chez Carrère en 1970, et sachant que le grand patron de cette maison de disques, Monsieur Claude Carrère préférait les interprètes bien dociles à qui il pouvait imposer des chansons (Comme à Sheila, sa protégée qu'il a lancée) à des auteurs-compositeurs-interprètes qui normalement signent eux-mêmes leurs chansons car ils ont plus de personnalité artistique que les simples interprètes, je voulais savoir ce qu'un disque d'un auteur-compositeur-interprète produit par Carrère pouvait donner.

Pour Johnny, je sais par le livre de Fabrice Ferment que "Ceux que l'amour a blessés" et "Deux amis pour un amour" ont été des succès à l'époque, mais je ne les connais pas, et pour "Jésus-Christ", je sais simplement que c'est une chanson écrite par Philippe Labro dans laquelle Johnny compare Jésus-Christ à un hippie. Johnny était dans sa période "hippie" tardive de la fin des années 60, qui a commencé dès 1967 avec la version française de "San Francisco" de Scott Mac Kenzie, sortie un an après "Cheveux longs et idées courtes", qui était sa réponse à Antoine qui voulait le mettre en cage au cirque Médrano dans "Les élucubrations".

Je connais aussi "Tante Agathe" de Rika Zaraï. Bon, pour Rika Zaraï, si j'avais une chanson à vous conseiller pour rire un peu ce serait son "Super skate" de 1978, chanson bizarrement "oubliée" volontairement (?) sur sa récente compilation sortie chez Marianne Mélodie, allez savoir pourquoi ! Je connais aussi "Donne ton cœur, donne ta vie" de Mireille Mathieu, chanson à jolie mélodie.

Pour Les Poppys, la chanson qui est restée dans les mémoires aujourd'hui, c'est "Non, non rien n'a changé".

Je connais aussi "Ra-ta-ta" d'Antoine, qui avec ce titre entre-autres est entré dans une veine plus rigolote après avoir été contestataire à ses débuts. Pour Antoine, question bide, je vous conseille sa version de "Pop-corn", adaptation de la chanson du même titre d'Anarchic System, elle-même provenant de l'instrumental du même titre composé et créé par George Kingsley mais rendu célèbre par le groupe Hot Butter.

"Tu veux ou tu veux pas" de Marcel Zanini, je connais aussi. Cette chanson a aussi beaucoup été reprise, par Brigitte Bardot, par Josiane Balasko lors d'une édition du spectacle des Enfoirés, mais l'interprétation la plus réussie est celle, en 1988, de l'ancienne speakerine Evelyne Leclercq, dont la dizaine de disques, comme son nom l'indique, était vendue dans tous les bons supermarchés !

"Girls I've got news for you", je connais surtout la version française, très discutable, "Femmes, que me voulez-vous ?" par un certain J.L.B. (Merci Bide et Musique !) sortie en 1983.

"Gloria" et "Je suis un homme" de Michel Polnareff je connais aussi. Je préfère "Gloria" à "Je suis un homme". Mais l'histoire de cette dernière chanson est intéressante. En réalité, le point de départ de cette chanson vient du fait qu'à l'époque, beaucoup de personnes trouvaient Michel Polnareff, avec sa voix haut placée en plus, un peu efféminé, et qu'il en souffrait. C'est néanmoins Jean-Loup Dabadie qui est le véritable auteur de ce texte de chansons. Michel Polnareff n'a composé que la musique de cette chanson, mais comme le sujet lui tenait vraiment à cœur, Michel Polnareff a décidé de tout faire pour être crédité comme auteur du texte, et ce fut fait !

A noter que dans cette chanson, il prévient le public de ce qu'il fera en 1972 en s'affichant les fesses à l'air sur une affiche annonçant son spectacle "Polnarévolution" à l'Olympia.

Écrit par : Hug | 20/01/2020

Hug , ce n'est pas Ray Davies des Kinks d'ailleurs un de mes groupes préférés des 60's mais Ray Dorset pour le groupe Mungo Jerry mais ce n'est vraiment pas grave . amicalement .Jean

Écrit par : jean | 20/01/2020

Jean : Effectivement, j'ai confondu Ray Dorset de Mungo Jerry et Ray Davies des Kinks. Je m'excuse. En réalité, je connais peu ces deux groupes. Mungo Jerry, je connais pour "In the summertime" mais c'est presque tout. The Kinks, je connais grâce au titre "Wonder boy" qui se trouve sur une compilation CD sortie en 1993 et intitulée "Sous les pavés...la plage : Les tubes de Mai 68" que ma mère avait reçue en 1993 pour son 39ème anniversaire. C'était alors les 25 ans de Mai 68, et aujourd'hui, cela fait bientôt 27 ans !

Mais j'ai aussi dans ma collection un 45 tours de The Kinks qui appartient à mon père et comprend le titre "Dandy", mais je l'ai rarement écouté. Le groupe The Kinks est également à l'origine du titre "I go to sleep", écrite et composée par Ray Davies. Le groupe en enregistre une démo pour l'album "Kinda kinks", mais cette démo ne sera disponible qu'en 2004 lors de la réédition CD de l'album.
La chanson est créée par Peggy Lee en 1965, avant d'être reprise par le groupe anglais The Applejacks, puis par la chanteuse Cher sur son premier album solo.

En France, on en connaît une première version française écrite et enregistrée par Claude Righi sous le titre "On n'y peut rien", en 1965.

Ensuite, en 1981, la chanson originale est reprise par le groupe anglo-américain The Pretenders dont la chanteuse Chrissie Hynde était alors la compagne de Ray Davies, sur son album "Pretenders II". Suite au succès de cette nouvelle version, Julie (Pietri) en écrit une seconde adaptation française, qu'elle intitule "Et c'est comme si". A noter qu'à cette époque, elle était sous contrat avec le fameux Claude Carrère que j'ai évoqué dans mon précédent commentaire, et que ce dernier la disait incapable d'écrire elle-même ses propres textes de chansons. Mais le succès qu'elle obtient avec ce titre, qui est donc le premier texte de chanson qu'elle écrit elle-même, la convainc du contraire. Plus tard, alors que Claude Carrère était toujours contre qu'elle écrive elle-même ses propres textes de chansons, elle rompra son contrat avec lui en lui redonnant toutes les royalties qu'elle avait perçues lorsqu'elle était sous contrat chez lui, et resignera un contrat chez CBS (Où elle avait sorti le single "Magdalena" en 1979 suivi de son premier album studio en 1980) où elle sortira en 1986 le tube "Eve, lève-toi" co-écrit par elle-même et Jean-Michel Bériat et composé par Vincent-Marie Bouvot, et reprendra son nom complet Julie Pietri, Pietri étant son véritable nom de famille. (Julie n'étant d'ailleurs pas son vrai prénom. Son véritable prénom étant Nicole, mais Juliette celui de sa grand-mère, qu'elle décide de prendre pour nom de scène en l'ayant raccourci en Julie). Et elle vendra 1 million d'"Eve, lève-toi", belle revanche pour elle face à Claude Carrère !

Ensuite, la chanson "I go to sleep" sera reprise en 2008 par la chanteuse australienne Sia Furler sur son album "Some people have real problems". Après celle de Julie (Pietri), il en existe aussi une troisième version française, écrite par Carole Laure et enregistrée par cette dernière, sous le titre "Dormir", sur son album "Sentiments naturels" sorti en 1997 !

Écrit par : hug | 20/01/2020

Bonjour! Wow! Que puis-je ajouter? Merci Patrick de cette liste de numéros 1.
Oui, Jean, comme si c'était hier. Je dois avoir plusieurs 45 tours, parmi ces super hits. Jésus-Christ, je prefèrais l'autre face, On me recherche. Le Noël 70 des Poppies, découvert dans un contexte particulièrement heureux et plusieurs autres, Hamilton, Sardou, Dassin ou les Beatles....
Leroy, il y a aussi Marie pour les années 2000. La dernière fois que j'ai vu Johnny sur scène, c'était le public qui la chantait.
Hug, merci de tes généreux commentaires. Mungo Jerry avait aussi repris une chanson de Dutronc, Et moi et moi et moi et Jean évoque la Mungomania parce qu'il y a eu un vrai engouement pour ce groupe dont j'ai une compil. In the summertime, une parfaite réussite. Les Kinks, j'ai pas mal de choses, dont ce Dandy. Je me souviens de Polnareff et de ses 2 titres; je prefèrais Gloria. Pour Zanini, oui, mais que Ratata fut un numéro 2, je suis étonné. Les Rotations, d'accord mais par Antoine, juste distrayant et sympa. Il a fait beaucoup mieux. Pas étonné pour Mireille, en revanche; elle etait alors très populaire.
À bientôt, Cédric

Écrit par : Cédric | 22/01/2020

Poppys, pardon mais il était tard, ou tôt. Cédric

Écrit par : Cédric | 22/01/2020

Cédric : Merci. Sinon, oui, Antoine a fait beaucoup mieux que sa version française de "Ra-ta-ta" de Rotation, ou beaucoup mieux dans le pire, je te conseille sa chanson "Le match de football" datant de 1968 et écrite et composée par lui-même sans honte, mais aussi sa propre version française, également écrite par lui-même sans honte (?) de "Pop corn", chanson d'abord chantée par le groupe Anarchic System en anglais en 1972, et d'après l'instrumental pop synthétique du même titre composé et créé en 1969 par George Kingsley, avant d'être enregistrée en 1972 par son groupe First Moog Quartet en 1972, groupe composé par le musicien Stan Free, qui popularise le morceau ensuite en la reprenant avec son groupe Hot Butter !


La version française écrite et chantée par Antoine est géniale : "Le pop-corn c'est comme l'amour, on en voudrait tous les jours, mais c'est bien plus épatant quand c'est une fois de temps en temps !".

Écrit par : Hug | 22/01/2020

Cédric et Hug , j'aimais bien Antoine au début comme qu'est-ce que je fous ici , un éléphant me regarde et d'autres bien sur après c'était trop dur pour moi , il était quand même et surtout opportuniste mais c'est mon avis à moi. Cédric tu fais bien de mentionner la reprise de et moi et moi et moi de Dutronc par Mungo Jerry , pas si fréquent que ça un titre français repris , à part le my way et des chansons de Becaud par plusieurs chanteurs où groupes . deux titres qui me viennent , Scott McKenzie no ,no , no , no en 67 de Polnareff de la poupée qui fait non et John Rowles chantant if i only hard time en 68 de Michel Fugain je n'aurai pas le temps . l'occasion de parler des 60's si chère à Marc . Cédric , tu va bien en retrouver d'autres ? amities à tous . Jean

Écrit par : jean | 23/01/2020

j'ai volontairement pas cité les trois chansons françaises des Walker Brothers dont deux de Michel Legrand sur leurs derniers albums images en 67 , je l'avais dit il y a peu . Jean

Écrit par : jean | 23/01/2020

Ah! Jean, oui j'ai If I only had time et No no no... De Bécaud, Je t'appartiens est devenu Let it be me, et bien sur Et maintenant What now my love et Seul sur son étoile... Aïe ça va me revenir mais il y a une jolie version américaine. La mer de Trenet, Beyond the sea, j'ai la version George Benson et d'Aznavour, Yesterday when I was young was ou were? par Roy Clark peut-être? Mais il y en a d'autres. Lisa Minelli a aussi chanté Aznavour. Il y a La belle vie, devenue The good life. Pauvre Rutebeuf à été chanté en français par Joan Baez, s-e et Les 3 cloches par Tina Aréna en français mais devenue The three bells par des groupes country. Mamy blue, Pop-Tops, Dayde, Ricky Shayne... Et d'autres. Cordialement. Cédric

Écrit par : Cédric | 23/01/2020

Winmills of your mind, par Noël Harrison, puisque, Jean, ''tu mentionne Michel Legrand! Cédric

Écrit par : Cédric | 23/01/2020

Pour ce qui concerne les reprises de chansons françaises par les anglo-saxons, citons une nouvelle fois Scott Walker (Scott Engel) leader des Walker brothers avec ses reprises de Mathilde, Amsterdam, jackie, entre autres...
Il admirait Jacques Brel

Écrit par : marc | 23/01/2020

Et Seasons in the sun, Terry Jack, Marc, j'aime beaucoup Scott Walker. Cédric

Écrit par : Cédric | 23/01/2020

Cédric, je dois être un cas car j'ai connu la version américaine de "seul sur son étoile" AVANT l'originale de Gilbert Bécaud !!! Il s'agit de "it must be him" chanté par Vikki Karr, chanson devant laquelle mon père était tombé à genoux ! C'était en 67 et il a fallu aller au "discobole" Champs-Elysées pour l'acheter car c'était un "import". Connaissant depuis la VO de Bécaud, je préfère nettement celle de Vikki.
La voilà :
https://youtu.be/J-qgHOQ1ofg

Sinon - désolé - je déteste les reprises de Brel par Terry Jacks. On ne reprend pas "le moribond", avec ses paroles particulières, même si le sens a tenté d'être gardé. Pas touche lol !

Amitiés

Écrit par : Cica pour Cédric | 23/01/2020

pour rebondir sur Jacques Brel , c'était Scott Walker qui avait fait connaitre le chanteur belge à David Bowie et aussi à travers le monde . n'oublions pas qu'après les Walker Brothers Scott Walker était devenu culte surtout chez les artistes . David Bowie donc enregistra port d'Amsterdam en 73 avec succès , lui aussi il était devenu culte . pour la petite histoire David Bowie avait voulu rencontrer Brel mais le chanteur belge ... je cite il ne voulait pas serrer la main d'une tapette donc cela n'a pas eu lieu … désolant de sa part . sinon j'écoute plus David Bowie que Brel quand même . Cédric bien sur la mer de Charles Trenet , quelle belle chanson ! amicalement . Jean

Écrit par : jean | 23/01/2020

En fait, Terry Jacks n'a fait que reprendre "Seasons in the sun", chanson adaptée de "Le moribond" de Jacques Brel par Rod Mc Kuen qui a été le premier à l'enregistrer en 1963. Je sais aussi que Mort Shuman a écrit des adaptations anglaises de chansons de Jacques Brel, qu'il admirait, notamment pour la comédie musicale "Jacques Brel is well and alive and living in Paris", mais je ne sais pas quelles chansons il a adaptées.

Sinon, Cica, je sais que tu apprécies beaucoup, au moins pour ses chansons non religieuses, la chanteuse auteur-compositeur Mannick. Sur son album "Je suis Eve" sorti en 1979 (7 ans justement avant Julie Pietri et "Eve, lève-toi"), Mannick a sorti une chanson écrite et composée par elle-même intitulée "Brel" qui paraît-il, passait un peu en radios, sur France Inter, au moment de sa sortie. Que pense-tu de cette chanson ? Elle y fait référence au "Moribond". Moi, j'apprécie beaucoup cette chanson, notamment parce que si elle fait référence à des chansons de Jacques Brel, elle ne les plagie pas, mais à la fin de la chanson, on entend certains extraits des mélodies de chansons de Jacques Brel qui y sont évoquées.

Sinon, aujourd'hui nous fêtons les 5 ans de la disparition de Demis Roussos.

Il y a peu, j'ai su par un extrait d'un livre de Gilles Verlant que j'ai lu sur Internet, qu'en janvier 1991, Demis Roussos s'était trouvé dans un restaurant parisien par hasard en même temps que Serge Gainsbourg et sa fille Charlotte, et qu'il avait refusé de les saluer et de s'asseoir près d'eux. Quand j'ai su cela, cela ne m'a pas plu et a terni l'image que j'avais de Demis Roussos dont j'aime quand même quelques chansons.

Et ce d'autant plus que Serge Gainsbourg et Demis Roussos devaient se connaître puisque Serge Gainsbourg a fait toute sa carrière chez Philips, et que Demis Roussos y a aussi été sous contrat de 1968 (Avec les Aphrodite's Child) à la fin des années 70.

Écrit par : Hug | 23/01/2020

Jean, effectivement, Jacques Brel avait un immense talent mais il n'avait pas que des côtés sympathiques!

Écrit par : Leroy | 23/01/2020

Patrick, génial, il faut que je retrouve la version de Vikky Karr qui est magnifique, oui! En attendant je vais aller sur ta référence,merci. Cédric

Écrit par : Cédric | 23/01/2020

Cédric évoque Seasons in the sun de Terry Jack (la reprise du moribond de Brel)
Cette reprise me disais quelque chose et effectivement je l'avais bien eu en disque mais dans une version plus ancienne je pense (1967 ?) chanté par le groupe anglais The Fortunes.
Honte à moi je dois avouer que je ne connaissais pas Terry Jack..

Écrit par : marc | 24/01/2020

Console-toi, tu n'avais pas perdu grand-chose !
Amitiés à toi

Écrit par : Cica pour Marc | 24/01/2020

Et "ma gueule" ? Qu'est-ce qu'elle a "ma gueule" ??
Amitiés

Écrit par : Cica pour Leroy | 24/01/2020

Patrick : "Ma gueule" ? Mais le disque est sorti en 45 tours à la toute fin 1979 et a surtout été un succès en 1980.
Amitiés,

Écrit par : Leroy | 24/01/2020

Patrick : Par contre, j'aime beaucoup "Seasons in the sun." Je la trouve émouvante et cette chanson a permis au "Moribond" de dépasser les frontières de la francophonie.
En toute amitié,

Écrit par : Leroy | 24/01/2020

moi aussi j'aime bien cette reprise de Terry Jack vu que je l'avais acheté à cette époque . mais les goûts et les couleurs … d'ailleurs Patrick aime bien Ringo ( Guy Bayle ) , moi pas du tout et heureusement que nous n'avons pas tous les mêmes goûts , ça serait un peu monotone à mon avis . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 25/01/2020

Le moribond, c'est l'une des chansons de Brel que j'avais apprises; c'est fou ce que j'aimais découvrir une chanson de Brel! La Fanette, que Mortimer Shuman avait adaptée, m'a valu une aventure amoureuse absolument surprenante. Comme quoi, il suffit de presque rien ... J'hésite à raconter, c'est trash; moi qui suis un romantique inaltérable. A part ça, de Brel, La ville s'endormait, c'est très beau aussi. A+ Cédric

Écrit par : Cédric | 26/01/2020

Cédric , c'est bien dommage mais on voudrait bien savoir quand même surtout qu'i y a prescription ( lol ) … amicalement . Jean

Écrit par : jean | 26/01/2020

Comme disait Bécaud : alors, raconte !

Écrit par : Cica pour Cédric | 26/01/2020

Bon, le rouge au front mais je raconte! C'était à l'époque où l'on commençait à s'échanger nos profils sur les mobiles; je cherchais une fille pour chanter une chanson que j'avais créée avec un ami qui avait eu son heure de gloire. C'était expérimental mais une petite annonce fructueuse m'obligeait à répondre à toutes les réponses. En préambule, quelques mots sympas, échanges de photos pour éviter des désagréments de part et d'autre ensuite. Puis on discute. 22 ou 23 ans, goûts musicaux divers, cours de chant, un peu de piano, etc. Et un vrai intérêt pour le grand Jacques, dont elle connaissait tout le répertoire. Moi pas mais après quelques titres évoqués elle me dit: -il y a une chanson de lui, ma préférée, mais je ne pense pas que tu la connaisses... Ah, répondis-je, je ne connais pas tout Brel, et de loin! ( c'est toujours vrai aujourd'hui ) et là elle me dit: -c'est la Fanette! La Fanette, ma préférée de Brel, que j'entendais aussi par Isabelle Aubret! J'aurais pu lui répondre: la Fanette, c'est ma préférée aussi, ou quelquechose d'approchant, mais non au lieu de ça je me suis simplement mis à la lui chanter! Je la sais toujours, d'ailleurs. Au téléphone, jusqu'à la fin, sans être interrompu... Et alors j'entends: - aaaah! Mais je suis bouleversée, je ne sais quoi dire, je ne m'attendais pas,... C'est, je j'en ai les larmes... Il faut qu'on se voie tout de suite... Je, tu m'a surprise... Je réponds: ah je ne m'attendais pas à autant mais j'en suis heureux, oui, on peut se voir demain.... Non, tout de suite, c'est trop beau.. Bien, lui dis-je. Je fais 2 ou 3 coups de fil et on se fixe rendez-vous. ... Oui mais vite, me dit-elle. Parce que si tu n'as pas encore compris dans quel état je suis je te dis... Je suis vaginale, soumise, bon, j'aime bien un moment pour moi mais tu pourras faire tout ce que tu voudras.....
J'étais encore jeune et j'ai assez vite réagi; mais voilà où une chanson peut mener... J'hésite à effacer. Je ne raconte jamais ce genre de dialogue. Mais oui, comme dit Jean, il y a prescription et Patrick mentionne Bécaud.... A+ Cédric

Écrit par : Cédric | 27/01/2020

Voilà, j'ai raconté, en oubliant un s quelquepart....
Cédric

Écrit par : Cédric | 27/01/2020

Cédric , c'est du lourd ! moi-même j'ai vécu un truc dans ce genre là mais sans chanter …. heureusement ! mais toujours avec un rapport aux disques quand même . au moins cela fait des bons souvenirs ! amicalement . Jean

Écrit par : jean | 27/01/2020

Écrire un commentaire