Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2021

Les chansons du "Luco"

Le "Luco" c'est ainsi que "de mon temps" on nommait le jardin du Luxembourg.

Le Luco c'est mon enfance et mon adolescence, le seul endroit qui n'ait pas changé de toute mon existence (à condition d'oublier cette affreuse tour Montparnasse qui se dresse en arrière-plan). Je l'ai fréquenté activement de 1951 à 1970.
1951/1952 ce fut en poussette. Puis les jeudis de 1953 à 1966. Tout y était fait pour me plaire : le bassin où je faisais voguer mon bateau à moteur au milieu des voiliers, les allées où je faisais foncer ma patinette, faisant peur aux vieux de 50 ans et plus, qui pourtant avaient connu voire fait la guerre (voir la chanson de Brel les bourgeois !), le sulky où je me transformais en Fangio, le guignol que de temps en temps ma mère me payait, et surtout le manège à chevaux de bois où j'étais devenu un as de la rondelle. J'étais déjà de gauche car je n'admettais pas que l'on dût payer pour s'asseoir sur une chaise, les "pauvres" devant se contenter des bancs surchargés.
De 1961 à 1964 ce fut carrément 4 fois par jour, pour me rendre au lycée Montaigne. 1964 me vit "demi-pens" et ce ne fut plus que deux traversées quotidiennes, jusqu'en 1966. Pendant les 4 ans qui suivirent, je ne l'abandonnai pas pour autant, car c'était - vers le bassin - le seul endroit où le vacarme parisien se faisait plus discret, même si je lui fis des infidélités en me rendant parfois à Montsouris.
A partir de 1970, mes études supérieures me rendirent moins disponible, et mon cher Luco me vit beaucoup moins.

Je connais 4 chansons qui parlent de ce jardin.
Hypothétique évoque MacArthur Park dans un commentaire. La première chanson à parler du jardin est justement, en 1968, une des adaptations (avec Séverine) de cette chanson par... Nicoletta !
C'est ICI.
Malgré la voix sublime de Nicole, cette version est à mon sens ratée, puisque raccourcie par rapport à la version originale, ce qui, contrairement à Séverine, la dénature complètement.

8 ans plus tard, c'est la version de Joe Dassin . Douze minutes de pur bonheur qu'on ne voit pas passer. Ma préférée de l'année 1976 donc. L'histoire d'un homme qui a réussi sa vie professionnelle au détriment de sa vie sentimentale, qui a laissé s'enfuir l'amour de sa vie. 
Et puis il décide de choisir, ce sera l'amour, qui, vu les paroles de la chanson, n'est pas définitivement perdu, elle pense encore à lui. C'est alors une minute 40 de crescendo sublime qui me laisse à chaque fois en larmes, moi qui, un jour de novembre, à la gare Montparnasse, n'ai pas eu le courage de choisir. Pour ce que j'y ai gagné...

On saute encore les années, et on arrive en 1985 avec Renaud qui, lui, ne nomme pas le jardin dans sa chanson mistral gagnant. Et pourtant, où donc ailleurs que dans les "baraques à bonbons" du Luco, pouvait-on trouver les Coco Bauers (à sniffer), les roudoudous (coquille remplie de sucre), les bonbons à un franc (un centime) et les fameux "mistrals gagnants" ?

une-balade-dans-l-emblematique-jardin-du-luxembourg_5607321.jpg

Je n'ose pas penser à du sordide, genre copyright, qui ferait du jardin une marque déposée, qui obligerait à cracher au bassinet à chaque citation ?

Ce jardin est en fait celui du Sénat, voulu par Marie de Médicis. Il n'y a pas que des sénateurs au Sénat, il faut du personnel pour faire tourner la boutique. Et parmi ce personnel se trouvait M. Palaprat. Dont le fils Gérard, qui avant de se lancer dans le spectacle, a grandi dans le jardin. On en a discuté tous les deux, et je dois reconnaître qu'il m'a révélé des trucs dont j'ignorais l'existence. 
En 2007, il en a fait une magnifique chanson qui montre que, près de 40 ans après les orgues de Berlin, sa voix est restée intacte.
Lui aussi évoque les voiliers du bassin, les sulkys (les chevaux sauvages), et bien sur le Grand Palais où il a grandi.

Je vous embrasse.

Commentaires

Merci Patrick pour ce beau récit que tu nous partages sur le "Luco" ou Jardin du Luxembourg, les chansons que tu évoques sont pleine de nostalgie surtout celle de Joe Dassin et celle de Renaud. Tu dis que tu en as trouvé quatre et je vais t'en ajouter une cinquième qui parle de ce magnifique jardin c'est "l'automate" de Monty (co écrite avec Eric Charden en 1966) où l'automate de bois au jardin du Luxembourg regarde une petite fille et lui parle d'amour...je pense d'ailleurs que tu la connais bien, https://youtu.be/j_paU04CXYc
Amitiés, Renaud

Écrit par : Renaud | 30/11/2021

Parcs et Jardins...

Une autre chanson sur le Jardin du Luxembourg, antérieur à celle de J Dassin,c'est celle de Maxime Le forestier "Entre 14 er 40 ans", en réponse à l interdiction qui avait été faite d'occuper le jardin aux jeunes pour ne pas nuire à la tranquillité de quelques senateurs.
Autre parc parisien évoqué : Au parc Monceau chanté par Y Duteil. Là, on est dans une poésie naturaliste moins désespérée.
Un peu plus loin, il y a le parc de Sceaux,que l 'on retrouve dans la chanson de Julien Clerc "Bourg la Reine", période Roda-Gil.ou le Jardin de Vincennes et son zoo dans " l éléphant est déjà vieux". Cette chanson me fait penser au parc de la Tête d'Or à Lyon où il y avait aussi des Éléphants et que j'ai beaucoup parcouru, surtout le jardin botanique quand j étais étudiant.
De ces années,j'ai gardé une passion pour les plantes et la botanique.

Écrit par : Hypothetique | 30/11/2021

Une belle histoire que tu nous racontes là . J'ai bien connu Paris et ce jardin du Luxembourg mais à partir de 18 ans et que pour mes loisirs . J'avais un copain qui était serveur dans un restaurant tout près du jardin du Luxembourg dont le nom m'échappe maintenant . Pour ce qui est sucrerie , j'étais un grand amateur de tous ces bonbons que tu cites et aussi des boules de noix de coco de toutes les couleurs qui se vendent toujours d'ailleurs . Amicalement . Jean

Écrit par : jean | 01/12/2021

J'ai eu tous les 45 tours de Monty, de "il a des remords" à "Dieu que tu l'aimes" (tous les Enfants de Dieu devaient se le procurer). Que du bon !
Amitiés

Écrit par : Cica pour Renaud | 01/12/2021

Patrick, très romantique et pas avare de nostalgie, ton commentaire, merci.
Entre 68 er 71, nous aurions pu nous y croiser, au Luco; c'était l'endroit que je préfèrais à Paris. Et la chanson de Dassin est à mon avis l'une de ses meilleures. La version de Nicoletta, j'ai le 45 tours avec sa belle pochette; évidemment, comparée à Severine, elle fait un peu parent pauvre, mais nous aimons tous Nicole.
Marina a annoncé qu'elle allait chanter Il est mort le soleil eb duo avec elle, pour un album, je crois.
Amicales salutations. Cédric

Écrit par : Cédric | 02/12/2021

JF mine de rien tu as lancé une thématique sur les parcs ! Je vais donc contribuer, et pour cela traverser l'Atlantique pour me retrouver à New-York avec Erick St Laurent en 1967 :
https://youtu.be/eMlhE1L1JsM

Amitiés

Écrit par : Cica pour Hypothétique | 04/12/2021

Nicole et Marina, à ne pas manquer, deux des plus grandes voix françaises. Amitiés.

Écrit par : Cica pour Cédric | 04/12/2021

Au sénat, il faut du personnel pour nettoyer sous les sénateurs.

Écrit par : Cristophe | 04/12/2021

Écrire un commentaire