Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2022

Comparatif ventes 45 tours Johnny / Sardou / Sheila 1964-1986

Capture.JPG

Un petit croquis vaut mieux qu'un long discours ! Alors je me suis amusé à comparer les ventes de 45 tours de ces 3 grands de la chanson sur 23 ans, entre 1964 et 1986.
J'ai pensé aux "puristes" et je n'ai pas mis de valeurs en ordonnées. En abscisse les années, de 64 à 86.

On s'aperçoit au premier abord que ces trois-là ont eu leur heure de gloire durant les seventies.
Puis que les profils sont très différents : Sardou commence très bas, puis explose à trois reprises avant de prendre un rythme de croisière à un niveau correct.
Sheila est déjà très haute dans les années 60, culmine la première année de SB Devotion, puis baisse et devient même très basse à la fin.
Johnny, lui, est solide de bout en bout. Comme ses deux collègues il connaîtra les creux de 1972 et surtout 1980. Son pic (en 76) est moins marqué mais il se maintiendra à un bon niveau ensuite.
Toujours pour les puristes, j'ai choisi ces 3 chanteurs car ils sortent régulièrement des 45 tours en plus de leurs albums, ces ventes sont donc bien représentatives de leur carrière - hors scène je précise.

MICHEL SARDOU a commencé en 1965, avec une chanson que passait souvent SLC : le madras. Mais peu de ventes. Pendant ces années 60 elles seront confidentielles, même si petit (1967) n'est pas passé inaperçu. Entre les deux il avait sorti les Ricains, interdit d'antenne par le Général. Elle ne sera connue qu'en 1970 mais pas vendue sur le moment. Année 70 qui voit le commencement de la grimpette; il double alors Sheila et Johnny et s'offre un premier sommet en 1973 grâce à la maladie d'amour et les vieux mariés. Après une légère descente il atteint - comme Sheila - le pic de sa carrière en 1977. Suit une belle descente jusqu'à l'année 1980 qui le voit au plus bas. Mais les lacs du Connemara vont le faire reprendre de l'altitude, presque aussi haut qu"en 1977. Et ensuite de nouveau la baisse, mais il reste néanmoins au-dessus de ses "collègues". 

SHEILA est déjà la grosse vedette en 1964. Elle reste à un haut niveau jusqu'en 1971 - année des rois mages - passe le "trou" de 1972, et grâce à son mariage avec Ringo (qui vend plus de disques qu'elle !) remonte et culmine d'abord en 1975, grâce au disco, première chanteuse française à l'adopter (c'est le coeur). Et c'est en créant SB Devotion en 1977 qu'elle connaîtra le sommet de sa carrière. Mais ensuite c'est la chute brutale, ses ventes sont divisées par 5 entre 1977 et 1980. Elle va rester à ce niveau assez bas jusqu'en 1982, puis les ventes s'effondrent carrément. Mais pas la qualité car je préfère nettement Annie et film à l'envers à singin in the rain ou l'arche de Noé...

JOHNNY, en gros, va monter en zig-zag jusqu'en 1976, sommet de sa carrière pour les années traitées. Avec des hauts (1973 grâce à son duo) et des bas (1972 comme les autres, sauf que là ça correspond à une sale période pour lui). Puis également descendre irrégulièrement jusqu'en 1984, étiage bas qu'il gardera en 85 et 86 avant une remontée qu'il devra à Jean-Jacques Goldman. Entre temps il aura eu le gros creux de 1980, et le petit haut de 1979. Comme Sardou, il aura évité le disco.

Voilà, j'espère que cette note vous aura plu, je remercie M. Parkinson "grâce" à qui j'ai dû consacrer 3 après-midi entiers pour quelque chose qui m'aurait pris deux heures maximum "avant". Mais l'essentiel est que je puisse encore user du clavier, ne pouvant plus désormais écrire à la main (je signe d'une croix !)

Je vous embrasse.

Commentaires

compte tenu de mon handicap, je pense que je vais arrêter de pondre des notes travaillées (3 jours pour celle-là récompensée jusque-là par une roue de bicyclette) et en écrire des plus faciles, genres les numéro un, ou "que pensez-vous de l'année XXXX", 100 commentaires assurés pour 20 secondes d'élaboration...

Écrit par : Cica | 30/05/2022

oui, moi je reste "grand public" perso, cad des souvenirs de hit et des époques....Après, chacun peut voir les choses différemment...
Mais ne te casse pas trop la tête si tu vois que çà n'en vaut pas le coup
d'autant qu'il y a le " bric à brac" pour tous ceux qui veulent explorer un sujet en profondeur....

Écrit par : jmp | 30/05/2022

@ jmp: je n'ai pas pensé au bric à brac pour traiter des sujets en profondeur mais plutôt de courtes nouvelles, extrait musical, coup de gueule etc...
Quand à toi Patrick, ne juge pas l'intérêt d'un article sur le nombre de réponses. Je lit presque tout, de toi et des autres, ça m'intéresse beaucoup, j'apprend beaucoup surtout mais je ne répond pas forcément.

Sur Sardou, franchement, je n'ai rien à dire. Je n'aime pas le personnage. Sheila, bof. Et Johnny, que j'aime quand même, il s'est accommodé à toutes les sauces, OU ON L'A ACCOMMODE A TOUTES LES SAUCES, beaucoup de reprises, San Francisco, Noir c'est noir, Hey Joe mais bon, il reste incontournable.

Bises à tous.

Écrit par : boixiere | 30/05/2022

en examinant le graphique réalisé par Patrick, je pense aux classements du Tour de France cycliste, pour le classement par points (maillot vert) et classement de la montagne (maillot à pois) je donne Michel Sardou vainqueur, pour le classement général (maillot jaune) je donne Johnny Hallyday vainqueur car c'est finalement le plus régulier sur la période, quant à Sheila elle monte sur le podium à la troisième place. Amitiés à tous, Renaud.

Écrit par : Renaud | 30/05/2022

Patrick, j'ai lu avec intérêt ton comparatif. J'aime beaucoup Sheila et je l'écoute toujours quand je le peux. Ses années 60 sont fabuleuses! L'école est finie suivie de Pendant les vacances, chouchou à SLC, la première amoureuse... Chaque instant de chaque jour, Vous les copains, Le folklore américain, Le cinéma, Bang Bang... Dommage qu'elle a zappé la partie difficile que font les chanteuses américaines. Elle en aurait été capable; ce bang bang tient toujours la route. Et L'heure de la sortie, Arlequin, Long sera l'hiver, puis les 3 titres pris à Middle of the road, très réussis je trouve.
Patrick, mon chéri, Kennedy airport, Les sommets blancs de Wolfgang.... Pour n'en citer que quelques-uns.
Sardou, pour qui la corrida est une tradition à perpétuer... J'ai aimé de nombreuses chansons de lui, comme Chanteur de jazz, Les lacs, 10 ans plus tôt, L'accident, k7, La maladie d'amour, Les ricains, La java, et d'autres.
Johnny, Les bras en croix, Tes tendres années, Quand un air vous possède, Comme une ombre, Je ne danserai plus jamais... Les 4 titres de D'où viens-tu Johnny? Et j'ai continué d'aimer... La liste serait trop longue! Mais J'la croise tous les matins, Marie, Ma religion dans son regard, incontournables.
À bientôt. Cédric

Écrit par : Cédric | 30/05/2022

Pareil que toi, je m'estime aussi "grand public", ne connaissant hélas pas la composition des groupes étrangers (hormis les Beatles, Stones, Animals et Who) et encore moins leurs dates de naissance.
En revanche ma palette est large, et en dehors des "fils à papa" M et Thomas Dutronc, je n'exclus personne à priori. Y compris les chanteurs engagés, soit politiquement (Ferrat) soit par leur maison de disques ;-)
Comme tu dis, les "purs et durs" peuvent s'exprimer dans le "bric à brac", note très rentable : plus de 300 commentaires pour 30 secondes d'élaboration !
Amitiés.

Écrit par : Cica pour JMP | 31/05/2022

Patrick,il faut savoir que certains fidèles de ce blog sont toujours en activité et n'ont pas toujours le temps de commenter. En ce qui concerne Sheila,on constate que la qualité ne garantit pas le succès, c'est surtout vrai à partir de 1983.
Autrement, dans les années 70, tout n'est pas à jeter loin s'en faut. Je pense à de belles réussites comme "Mélancolie" ou "Aimer avant de mourir."
Amitiés,

Écrit par : Leroy | 01/06/2022

Patrick,il faut savoir que certains fidèles de ce blog sont toujours en activité et n'ont pas toujours le temps de commenter. En ce qui concerne Sheila,on constate que la qualité ne garantit pas le succès, c'est surtout vrai à partir de 1983.
Autrement, dans les années 70, tout n'est pas à jeter loin s'en faut. Je pense à de belles réussites comme "Mélancolie" ou "Aimer avant de mourir."
Amitiés,

Écrit par : Leroy | 01/06/2022

Avec un peu de retard ... je rejoins encore une fois Michel , Sardou ce n'était pas ma tasse de thé , Sheila sans plus , pour Johnny , j'avais acheté que je t'aime , un super slow avec des souvenirs qui va avec . Donc si ces chanteurs vendaient beaucoup de disques , ce n'était pas à cause de moi . Par contre j'étais un grand acheteur de Michel Delpech , de France Gall et d'Eddy Mitchell , un peu similaire quand même des trois autres . Amit!és à tous . Jean

Écrit par : jean | 03/06/2022

Écrire un commentaire