Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2011

Le grand numéro de DSK hier sur France 2

DSK.jpgOn peut l'aimer, ou bien le détester.

On peut hésiter sur le fait qu'il soit, ou non, socialiste.

Mais quelle que soit l'opinion qu'on ait de lui, et même si on trouve à gauche des candidats "qui en veulent" beaucoup plus, il faut bien se dire une chose :
Si on veut éviter à tout prix de se reprendre du Sarkozy pour 5 ans, il va falloir avaler la couleuvre Strass-Kahn.

Car si des sondages plus ou moins fantaisistes prêtent quelques 54% contre 46% à Martine Aubry ou à François Hollande contre le sortant, ce ne sont que des sondages, une photo à l'instant t. Rien à voir avec ce que l'électeur va, solennellement, glisser dans l'enveloppe. Là il sera tout seul et n'aura de comptes à rendre à personne, avec tous ses vieux démons qui seront avec lui dans l'isoloir. Voir la différence entre les vraies intentions de vote FN et les résultats...

En fait il fallait prendre du recul pour décoder la prestation de DSK hier.

La première chose qu'on a vu, c'est qu'il na pas l'air de se prendre pour une merde. Le nombre de fois où il a parlé de lui à la troisième personne ("le directeur du FMI ne doit pas ","le directeur du FMI pense que") on peut dire que par rapport à Sakozy il n'a pas fait "je" égal.... (lol)
Tout y était, le regard grave, la pensée forte, le ton autoritaire...

Mais il faut se dire aussi que c'est un atout pour prétendre incarner la fonction suprême en France. DSK est vraiment, de ce côté, à l'égal d'un Obama ou d'un Poutine. Il n'a pas la dégaine d'un garçon de café endimanché du président actuel. J'ai essayé de m'imaginer DSK lançant "casse-toi pauvre con" ou "descends de là si t'es un homme", je n'y suis absolument pas arrivé.

Pour décoder la démonstration de DSK, il faut penser passé, présent et avenir.

Passé : DSK s'est pris une raclée aux primaires socialistes, et cela lui est resté au travers de la gorge. Pas question donc pour lui d'annoncer ce qui n'est même pas une candidature, mais une velléité de canditure. Car avant d'affrocnter l'électeur, il devra, comme en 2007, affronter les camarades...

Le présent : La fonction de DSK est planétaire, celle de président de la république est nationale. Cela DSK le sent bien, que les rapports avec les autres gouvernants ne sont pas les mêmes.
DSK se sent (et il l'est, de par sa fonction) supérieur à ces gouvernants, et ne veut même pas penser que cela, hélas, ne durera pas.
Il "carpediemise" à fond, en savourant d'être un des Grands de la planète.

Mais d'autre part, je pense qu'il en marre d'être sans cesse à l'étranger. Il n'a même pas pu aller à Sarcelles, sa terre d'élection ! Plein de petites phrases attestent qu'il préfèrerait être à la maison : "La France me manque", "mon épouse ne souhaite pas que je fasse un second mandat à New-York, et je l'écoute toujours".

Mieux : il a un moment donné abandonné sa casquette de dirigeant mondial pour se mettre au niveau de son pays. Se rendre compte de la situation des gens.
 On n'a pas dominé la crise sociale, a-t-il expliqué, On a évité l'effondrement, mais on n'a pas évité les souffrances. (…) Dans la population, il y a une souffrance qu’il n’y a pas ailleurs. "

« En France, plus de 6 millions, un quart des salariés, gagnent moins de 750 euros par mois. Dans cette situation-là, il y a une sorte de mécanique négative qui se met en marche et c'est contre ça qu'il faut lutter"

"ce qui compte, c’est ce qu’il se passe dans la rue pour un monsieur tous les jours qui cherche un boulot, qui ne le trouve pas, qui a du mal à payer ses notes d’électricité, son loyer… "

Cela pour bien montrer qu'il est toujours socialiste. S'il ne pensait pas y aller, aurait-il pris cette précaution ? Il aurait très bien pu ne pas parler des affaires intérieures de la France et rester rivé à sa casquette de président du fonds monétaire interantional.

Le futur :
Son mandat au FMI se termine fin 2012. Vu ses déclarations et celles de son épouse, il ne sollicitera pas un second mandat.
Mais fin 2012 c'est loin, et il se voit mal conjuger sa fonction de dirigeant planétaire et celle de prétendant à une primaire d'un parti français ! S'il veut être respecté pendant les mois qui lui restent avant de quitter sa fonction, il lui faut absolument éviter de se déclarer trop tôt.
Les primaires du PS sont à l'automne, je crois par conséquent qu'il attend l'automne pour y participer.

Donc pour moi, c'est clair, au jour d'aujourd'hui (car tout bouge si vite...) il se sent prêt à y aller.
Mais pas encore à le dire.
Tout juste à le suggérer.

Je vous embrasse.

 

16:32 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Je n'ai pas regardé... mais je pense que ton analyse est bonne! Il n'a de toute façon pas beaucoup de marge de manoeuvre dans sa situation... et je ne sais même pas s'il pourra se présenter, car ceal pourrait supposer une démission de son poste actuel! Et s'il démissionne du FMI, le message qui passera sera qu'il est instable, et pas digne de confiance...
Sa position plus que difficile, je trouve.
Je t'embrasse Cica!

Écrit par : CriCri | 21/02/2011

Pas forcément, car très peu de directeurs font deux mandats consécutifs, et par conséquent il n'aurait que peu de chances de continuer après décembre 2012.
S'il veut, justement, être crédible, c'est de faire comme il fait (semblant de faire), n'avoir le regard porté que sur la ligne bleue de la crise, sans penser à autre chose, même en se rasant.
Le principal, pour ceux qui ne veulent pas un "sarkozy II", ait qu'il ait dit entre les lignes qu'il n'était pas contre aller à la bataille. S'il ne songeait pas à y aller, il l'aurait tout de suite fait savoir.
Attendons donc.
Je t'embrasse.

Écrit par : Cica pour CriCri | 22/02/2011

je ne veux à aucun prix de Sarkozy le retour ou même de la Pétasse blonde qui couche avec les idées de son père ( Marine Le Pen). Mais DSK... Je devrai tout de même lui donner ma voix même s'il me semble loin des réalités du PS... Mais vraiment par défaut. Puis j'ai peur aussi que Royal décide d'y aller toute seule si elle n'est pas choisie pour représenter le PS... Là, je dis qu'il y a danger.
Ah tiens, un truc comique : imagines-tu DSK face à Eva Joly ( qui n'a rien à faire dans une élection pareille et qui a mis DSK en examen) au premier tour ?
Amitié

Écrit par : Julius | 23/02/2011

Ca va être torride cette élection ! DSK peut-être contre Joly, et De Villepin contre "le boucher" Sarkozy. Sinon, si Ségolène y va toute seule, effectivement, même si elle se "grille" instantanément, ça ne peux que profiter qu'au nain ou à la blonde que tu cites.
Pour moi, de toutes façons c'est tout sauf Sarko, et même en cas de duel Sarko-Le Pen, j'irai ce jour-là à la pêche !
Amitiés.

Écrit par : Cica pour Julius | 23/02/2011

Les commentaires sont fermés.