Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2018

Les 50 interprètes des années 63 à 74 selon SLC : France GALL

Après Gérard Palaprat fin septembre, Johnny Hallyday en décembre, voilà France Gall qui nous quitte, sur la pointe des pieds, sans prévenir.  Oui, sans prévenir, et c'est ça qui est le plus douloureux car personne ne s'y attendait...

Je reprends donc mes notes d'il y a 7 ans (les premiers commentaires sont de l'époque) pour évoquer sa carrière dans Salut les Copains, la carrière de celle qui reste pour moi - je l'avais déjà écrit en 2011 - la plus grande chanteuse française de la fin du XXème siècle, capable de faire des numéro 1 dans les années 60 (sacré Charlemagne), dans les années 70 (J'ai besoin d'amour), dans les années 80 (Tout pour la musique) et dans les années 90 (laissez passer les rêves) ces maudites années 90 qui verront la disparition : de son mari Michel Berger, de son père, et de sa fille.
Malgré tout cela, elle reviendra dans les années 2000 sur le devant de la scène avec notamment la seule chose qui compte.

Après ce grand préambule, place aux chiffres !
 

Premier disque, en novembre 63, premiers succès. Ne sois pas si bête va rester 13 semaines dans le hit, avec une prometteuse 9ème place en mars 64.

Elle se pointe déjà à la 17ème place pour l'ensemble de l'année 1963, 4ème chanteuse derrière ses trois aînées Sylvie Vartan, Sheila  et Françoise Hardy.

En mars de cette même année, second disque, un doublé ! N'écoute pas les idoles sera 5ème en juin, Les rubans et la fleur 12èmes ce même mois.

Troisième disque, en mai : encore un doublé. Une 11ème place pour la cloche en juillet, et la 12ème pour mes premières vraies vacances en septembre, 19 semaines de présence !

Nouveau doublé pour le mois de septembre : Laisse tomber les filles sera 8ème en octobre, Christiansen 19ème en novembre. Cette chanson est, je pense, autobiographique, une des seules à ne pas être de Gainsbourg.

Et pour clôturer en beauté cette année 64, elle sort en novembre sacré Charlemagne, qui sera carrément numéro 1 du hit en janvier...

Pour cette année 64, avec 7 disques classés dont un numéro un, elle est 6ème interprète, et arrive sur le podium des chanteuses en dégommant Sheila.

On le voit, pour arriver à devenir une vedette, elle n'avait pas toujours besoin de Gainsbourg...

On pourrait penser qu'elle est au sommet, mais non ! Son disque suivant va carrément gagner l'Eurovision ! Poupée de cire poupée de son triomphe cette année-là (mais pas pour la France, qui était pourtant super bien représentée avec N'avoue jamais de Guy Mardel)
Sentimentalement, ce n'est pas tout à fait la même chose, car elle téléphone à son petit ami de l'époque pour lui annoncer la nouvelle. Celui-ci, jaloux, lui dira :" Tu as chanté faux ! Tu étais nulle : Et comme tu as gagné, c'est fini entre nous..."
Un certain Claude François ! Ils se rabibocheront ensuite, pour deux petites années. Et au final, lassée, c'est elle qui partira. Comme d'habitude naîtra de cette rupture.

Côté hit, un doublé avec ce 45 tours, la Poupée (qui ne faisait pas encore non) sera 5ème en mai, Dis à ton capitaine 21ème en juin.

Dans son disque de juin attends ou va-t'en sera 10ème à l'été, alors que Et des baisers, passé en boucle dans l'émission, n'a jamais quitté l'"antichambre". Preuve qu'à l'époque c'étaient encore bien les lecteurs qui faisaient le hit (jusqu'en 74) et pas encore les animateurs.

Même phénomène dans son disque de rentrée : On entend sans arrêt l'Amérique, qui ne sera pas classé. Nous ne sommes pas des anges idem. C'est le temps de la rentrée qui sera classée avec une humble 17ème place en novembre. Et sa plus belle chanson de l'époque - pour moi - sera oubliée : on se ressemble toi et moi.

France Gall pour cette année 65 va se ramasser à la 13ème place, et seulement 5ème chanteuse, derrière les trois "institutionnelles" et Pétula Clark qui aura fait une excellente année.

J'ai été (j'ignore pourquoi...) littéralement fou à l'époque de sa chanson suivante, Baby pop. Pour la musique. A 15 ans, je ne faisais que peu attention aux paroles dès lors que la musique me bottait. Je guettais fébrilement son passage à la radio, j'attendais le hit où je savais qu'elle était classée et je me disais que lorsque j'aurais les 4 francs nécessaires (l'équivalent de 13 euros actuels) pour me le payer d'occasion, je ne louperais pas !
Côté hit, encore un doublé : En mars, baby pop donc 5ème, faut-il que je t'aime 11ème.

On a beaucoup critiqué France Gall pour sa naïveté au sujet de sa chanson suivante, les sucettesRappelez-vous qu'on était en 1966, que les filles avaient des chaussettes et des jupes plissées, et surtout pas l'esprit mal tourné, comme les garçons en général et un certain Gainsbourg en particulier. Je me demande d'ailleurs combien de gens ont vu - en l'entendant pour la première fois - que cette chanson parlait de fellation, et non pas de friandise. A mon avis, même pas 20%...
Cette chanson sera 9ème en juin.

Nouveau doublé pour le disque suivant qui verra en octobre bonsoir John John 9ème et la rose des vents 15ème.

Pour cette année 66, elle remonte à la 11ème place, mais surtout prend la médaille d'argent chez les chanteuses, derrière Sylvie bien sûr.

Cette année 67 va marquer le début de la descente pour France Gall. On n'a pas le droit ne fera pas mieux, en janvier et février, que la 14ème place.

Pire : le disque suivant, la petite, enregistré avec l'animateur-vedette Maurice Biraud (le Foucault de l'époque), n'entrera même pas dans les 25 premières...

Heureusement, encore un doublé pour le disque d'automne, bébé requin se classant 3ème en octobre, Chanson pour que tu m'aimes un peu 15ème ce même mois. Et Tennie Weenie Boopie frôlera le hit, se classant 26ème. 3 chansons sur les 26 premières de ce mois d'octobre, on pourrait croire à une résurrection de la chanteuse, mais hélas, ce sera son premier chant du cygne.
Chute largement aidée par Gainsbourg qui va la laisser tomber. Bébé Requin était signé Dassin, Teenie était de lui. Blessé dans son orgueil, l'homme à la tête de chou s'en va...

Toi que je veux sera sa dernière chanson classée avant un bon bout de temps, 17ème en décembre et janvier.

Elle est encore 11ème sur l'année, dernière année où elle figurera dans les 20 premières de SLC.

Elle ne classera rien ni en 68, malgré dadi-dada qu'on entendra beaucoup (générique de l'émission dim dam dom), malgré y a du soleil à vendre, malgré 24/36.

Ni en 69 malgré homme tout petit, malgré les années folles, malgré la torpédo bleue.

En 1970 une petite 22ème place avec Zozoi et une 21ème avec Les éléphants.

Une seule chanson de classée en 1971, c'est cela l'amour, 18ème. Chasse-neige ne sera pas classé.

72 et 73 seront aussi deux années "blanches", malgré Frankeinstein, 5 minutes d'amour, par plaisir.
Vous dire à quel point ses ventes furent rares, j'ai vendu en 2010 ce disque par plaisir, dans un état plus que moyen, pour près de 20 euros...

On aurait pu croire que la carrière de France était en train d'agoniser, mais c'était sans compter sur un immense coup de théâtre dont l'Amour fut l'instigateur.

C'est en entendant à la radio au cours de l'année 1973 la chanson Attends-moi interprétée par Michel Berger que France Gall est subjuguée par sa musique. À l'occasion d'une émission de radio, elle lui demande s'il pourrait lui donner son avis à propos des chansons que son producteur voudrait lui faire enregistrer. Bien qu'il ait été déconcerté par la pauvreté des chansons proposées à France à l'époque, il n'est pas question d'une collaboration entre eux. Pour Michel, France Gall n'est qu'une "yéyé" has been. 

En plus Berger subit une crise sentimentale: sa compagne Véronique Sanson, avec qui il était en totale osmose musicale depuis leur adolescence le quitte pour un certain Stephen Stills.

Ce n'est que six mois plus tard, en mai 1974 qu'il acceptera d'écrire pour elle. 
C'est ainsi que va naître La Déclaration d'amour, premier succès d'une longue liste. Et façon pudique de faire la cour à France, dont il devient amoureux.

France, qui est de plus en plus humiliée par Julien Clerc (en public il l'appellera un jour "la vieille chanteuse"), lui étant une étoile montante, et elle, plutôt dans la mauvaise pente. Le couple vole donc en éclats, ce qui vaudra à Julien une belle chanson Souffrir par toi n'est pas souffrir.

Une septième place consacre cette déclaration, cette nouvelle France Gall, qui entame - sans le savoir - sa deuxième carrière. Celle de star internationale, celle de plus grande chanteuse française depuis Edith Piaf.

En novembre, elle sort le titre Mais aime-la qui ne fait pas une grande carrière, mais arrive quand même à la septième place en janvier.

Pour cette période 1963/1974, France Gall pointe néanmoins à la 13ème place, 4ème interprète féminine derrière les trois "inaccessibles", Sylvie, Sheila et Françoise Hardy.

Mais ça ne veut strictement rien dire, car sur les années 63/66 elle était incontournable, un peu moins prisée sur les années 67/69, et complètement à la ramasse sur les années 70/73.

Et ensuite ? Ensuite presque vingt ans de tubes ininterrompus, jusqu'à la mort de Michel Berger en 1992. Michel Berger qu'elle épousera en 1976.

J'ai pensé qu'il était plus important de rappeler la carrière de France Gall que de livrer à l'heure le top35 de septembre 1982.
Demain il sera en ligne, promis.

Je vous embrasse. 

Commentaires

Les sucettes, pour moi... étaient juste des sucettes ! Pour ma défense, je n'avais qu'une dizaine d'années, des chaussettes (jusqu'aux genoux) et une jupe plissée (bleu marine) ;-)
Mais, comme toi, je pense que peu de gens avaient "saisi" l'allusion !
A l'époque, mes chansons préférées de France étaient "Christiansen" et "Bébé requin"

Bon dimanche, Patrick ! Je t'embrasse

Écrit par : Sylvie | 27/03/2011

Cette chanson pouvait servir de test psychologique : Ceux qui avaient tout le suite trouvé le vrai sens étaient en fait des obsédés. Les autres, à commencer par l'interprète, pas forcément des niais mais des gens qui estimaient qu'il n'y avait pas que le sexe dans la vie...:)

Bises

Écrit par : Cica pour Sylvie | 27/03/2011

Moi j'ai adoré, dans ma 1ère collection, écouté au "manche disque" : "poupée de cire poupée de son" je l'écoutais en boucle, avec "belle belle belle" de claude françois, dont tu as fais une belle note aussi il y a quelques temps. J'étais très fan aussi comme beaucoup de "ella ella" bien plus tard, et aussi, "évidemment". Bises

Écrit par : Chris | 28/03/2011

quelle tristesse de voir partir France Gall, un mois après Johnny, on a du mal à se faire à l'idée que nos chères idoles de la période yé-yé nous quittent un à un(e), en regardant la célèbre photo de Salut les copains prise par Jean Marie Périer en 1966 je me suis aperçu que l'on dénombre déjà 10 décès sur les 43 présent(e)s à cette période (chiffre à vérifier sous le contrôle de notre ami Cica). Amitiés à tous, Renaud.

Écrit par : Renaud | 07/01/2018

J'ai déjà posté un long message sur elle, dans le Top des ventes d'août 1982. La disparition de cette grande chanteuse me touche au plus profond...:(. Les deux chansons que je préfère d'elle sont "Les gens bien élevés" et "La fille de Shannon"...:(. Saluons sa carrière. Il nous manquera son dynamisme, sa générosité, sa voix, sa douceur...:(. Heureusement, ses chansons, elles, resteront.

Écrit par : Hug | 07/01/2018

Pour Cica: France Gall était en soins intensifs depuis Noël.

Écrit par : Leroy David | 07/01/2018

quoi dire de plus , à part que je l'aimais bien France Gall , les deux époques m'avaient plu . autant que Sylvie Vartan , Françoise Hardy et Sheila ne m'avaient pas intéressé , pourquoi elle et pas les autres ? je me suis toujours posé la question ? au début peut-être ( et surement ) pour son physique et sa voix tout simplement . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 07/01/2018

encore un mort très célèbre Ray Thomas à 76 ans , fondateur et flutiste etc... du groupe les Moody Blues , cancer de la prostate . tout le monde a encore leurs tubes en tête , super groupe avec deux périodes , eux aussi , la première rhythm and blues avec le chanteur Denny Laine ( complice et ami pendant un long moment de Paul McCartney ) et leur tube go now que Dick Rivers reprendra pour en faire un numéro 1 avec va-t-en ( le seul numéro 1 de sa carrière ) et la deuxième période dite classique où progressive avec le gros carton nights in white satin que la chanteuse Patricia avait repris . gros vendeurs d'albums pour leur deuxième période avec de magnifiques titres surtout les quatre premiers albums que je vous conseille . Jean

Écrit par : jean | 07/01/2018

je ne savais pas trop où mettre mon commentaire , alors je l'ai posté ici malgré que c'était pour évoquer France Gall . Jean

Écrit par : jean | 07/01/2018

Jean : Ben tu vois, Jean, je ne dirais pas que Sheila et Françoise Hardy ne m'intéressent pas... Mais voilà, j'avais choisi France Gall pour mon logo de chronique car elle symbolisait le mieux l'époque des yé-yés et du Top 50 dont j'avais mis aussi les représentations des logos de l'époque à savoir Chouchou et le logo vert et blanc du Top 50. Maintenant qui choisir ? Sylvie Vartan et Sheila ? Trop kitschs (Pas pour moi mais du moins dans l'esprit de la majorité du public.). Françoise Hardy ? Très belle d'accord mais peut-être pas assez en bonne santé pour rester longtemps mon logo (Ce sera peut-être la prochaine à "partir") et surtout, surtout trop mélancolique, et cela depuis ses débuts. Mireille Mathieu ? Stone (Dont pour vous dire je n'ai passé depuis le début aucune chanson ni en solo et encore moins en duo avec Charden) ? Nana Mouskouri (Que j'aime beaucoup comme chanteuse mais qui est souvent l'objet de railleries) ? Beaucoup trop kitsch ! (Dans l'esprit du public).

Jane Birkin ? Pas assez en bonne santé. (J'espère que ce ne sera pas elle non plus la prochaine). France Gall était pour moi, l'artiste la plus digne et à la fois dans l'esprit de ma chronique. Je choisirai donc Véronique Sanson. Car c'est pour moi la plus grande artiste contemporaine. Mais est-elle assez "Vintage" ?

En tout cas, c'est vrai qu'entre Sylvie Vartan, France Gall et Sheila, France Gall était celle qui avait le répertoire de meilleure qualité ! Je n'en dirai pas de même pour Françoise Hardy qui pour moi artistiquement est un niveau au-dessus. Mais ses chansons mélancoliques font qu'elle n'est pas à écouter tous les jours. Et d'ailleurs, j'ai parfois remarqué que les personnes disant être fans d'elle sont souvent des gens qui ne me paraissent pas marrants, comme mon ancienne psy d'ailleurs ! Moi j'adore la mélancolie, la poésie qui se dégage des chansons de Françoise Hardy et sa voix aussi. Mais pour le côté tonique et optimiste, je choisis Sheila.


Je dis souvent que l'idéal quand on écoute du Françoise Hardy pendant une heure, c'est d'enchaîner illico presto sur du Annie Cordy ! (D'ailleurs, elle, ce serait logique vu son âge, mais bon, je serais très triste qu'elle nous quitte.)


Mais enfin bon, Françoise Hardy n'est quand même pas Carol Arnauld ! Je ne sais pas si vous voyez de qui je veux parler. Cette chanteuse Carol Arnauld est une vedette éphémère des années 80. Son premier 45 tours (Et unique succès) sorti en septembre 1986 comprenait "C'est pas facile", chanson écrite et composée par elle-même et racontant le deuil impossible d'elle et de sa mère suite au décès de son frère tué par un chauffard dans un accident de voiture. 10ème du Top 50 fin 1986. Chanson autobiographique. Et beaucoup trop poignante pour moi, à tel point que c'est le seul 45 tours de ma discothèque que j'ai volontairement détruit pour m'en séparer !

Vous vous sentez bien ? Ecoutez cette chanson ! Elle est c'est vrai magnifique, mais beaucoup trop triste ! Et enchaînez sur ces deux autres 45 tours suivants : "J'ai grandi trop vite" et "Toi qui voulais un enfant". Croyez-moi, par rapport à ça, Françoise Hardy c'est "La mélodie du bonheur" !

Écrit par : Hug | 07/01/2018

Merci Jean de nous avoir informé de la mort de Ray Thomas du groupe les Moody Blues disparu presque en même temps que France Gall et du coup on en a moins parlé dans les médias. C'est un groupe auquel je reste attaché depuis longtemps, bien sur avec le célèbre tube éternel "nights in white satin" en 1967 mais aussi avec d'autres titres soit enregistrés avant comme "go now" en 64 ou après comme "voices in the sky" en 68, "candle of life" en 1970 et une mention spéciale pour "melancoly man" extrait de l'album "a question of balance" sorti ausi en 70 dont je ne résiste pas à partager le lien ci-dessous pour l'atmosphère féérique de la chanson,

https://youtu.be/tYIYIVG64C4

Amitiés à tous, Renaud

Écrit par : Renaud | 09/01/2018

Renaud , une fille qui tangue un air anglais , c'est extra , les Moody Blues qui chantent la nuit comme un satin de blanc marié ….etc..oui le grand Leo Ferre les avait cité en 69 pour le titre superbe c'est extra . comme quoi qu'ils étaient populaires ! Jean

Écrit par : jean | 09/01/2018

Avec A WATER SHADE OF PALE " la chanson des Moody Blues est celle que je préfère. Merci pour l'info car je ne le savais pas.
Un journaliste a dit quelque chose de très juste après la mort de France Gall, en substance:

" Vu l'âge de nos idoles, il faut s'attendre à une hécatombe, peut être un par mois. Mais c'est une génération de vieux qui a su rester jeune jusqu'au bout " je trouve ça juste.

Écrit par : boixiere | 09/01/2018

En 1986 je m'occupais du hit-parade dans la radio où j'étais animateur bénévole, et les gens du cru (Embrun, 05) l'ont tant plebiscitée qu'elle est arrivée numéro un. Chanson qui me rappelait "histoire vécue" de Yves Jouffroy en 1973, mais vraiment beaucoup plus poignante.
Ton geste, Hug, je l'ai fait pour "il était beau mon fils" de Gloria Lasso (1973), qui me rendait malade à chaque fois que je la mettais sur ma platine. Encore maintenant, 45ans après, elle me fait monter les larmes :
https://youtu.be/IMbPHhUl7FM
Amitiés

Écrit par : cica pour hug | 10/01/2018

Ah oui, j'ai justement écouté Yves Jouffroy la semaine dernière quand la chanson est passée sur Bide et Musique et je me suis dit qu'il y avait quelques ressemblances avec la chanson de Carol au niveau du sujet traité !

Mais moi, c'est surtout quand un jour j'ai fait un cauchemar sur cette chanson ("C'est pas facile" de Carol Arnauld) que j'ai vraiment pris conscience de sa signification.

Avant, je croyais que Carol nous racontait une histoire du style de La Comtesse de Ségur. Je ne pensais pas que c'était quelque chose qu'elle avait vécue réellement. Mon problème était que je voulais conserver la pochette (Dont la photo est signée de Bettina Rheims) mais pas le disque. Alors, j'ai toujours la pochette mais plus le disque. Sinon, c'est bizarre que le nom de Gloria ne soit pas plus présent sur ce blog. Il paraît qu'elle était partie à l'assaut des hit-parades !

Écrit par : Hug | 10/01/2018

Renaud et Michel , je vois que vous êtes fan des Moody Blues , moi aussi . pour le titre Melancholy man de 70 , après la première formation avec le chanteur Denny Laine ( il ira rejoindre dès le début les Wings de son ami Paul McCartney ) c'était Justin Hayward qui prendra sa place . chanteur , auteur-compositeur , musicien et en plus beau gosse bref la totale ! c'est lui qui avait composé le super tube en 67 Night in white satin . pour Melancholy man , c'était son collègue et ami Mike Pinder le créateur de cette belle chanson . bien sur tous les grands tubes étrangers ont été repris en français , c'était Dick Rivers sous le titre L'homme qui se rappelle en 71 qui la reprise . toujours un plaisir de se rappeler les années 60' . amitiés à tous

Écrit par : jean | 10/01/2018

Hello les amis.

Oui, fan des Moody Blues. Cette année là, 1964, sortent également les Byrds, Easybeats, The Kinks, Kool & the Gang et les WHO.

L'année suivante 1965, Pink Floyd, Los Bravos, Canned Heat, The Doors, Grateful Dead, Guess Who, Jefferson Airplane, les Lovin'Spoonfool, the Monkees et Samll Faces.

j'ai tout répertorié, si vous voulez je continue...

Écrit par : boixiere | 10/01/2018

Michel , désolé mais beaucoup d'erreurs de dates , regarde mieux , à demain quand j'aurai le temps . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 10/01/2018

Des Moody Blues, je ne connais que "Nights in white satin". Or, j'ai une question à propos de ce morceau. Dans un vieux livre "Top d'or 89", il est fait allusion à "Nights in white satin" dans un article concernant... Barry White ! En gros l'article dit ceci : "Et les Américains ont oublié que dans les années 60 / 70, ils se balançaient sur ses "Nights in white satin". Or, à ma connaissance Barry White n'a jamais fait partie des Moody Blues, n'a pas écrit ni composé cette chanson et ne l'a jamais chantée. A moins qu'il n'en ait enregistré une reprise que j'ignore. Quelqu'un pourrait m'éclairer un peu à ce sujet ? Merci d'avance.

Écrit par : Hug | 11/01/2018

Tu as sûrement raison Jean, c'est une vieille liste.

Et quand j'ai écrit " mes années pop " l'erreur qui revenait le plus souvent c'est que l'année ne correspondait pas, car les musiciens jouaient déjà ensemble mais sous un autre nom par exemple.

Il me semble que c'est valable pour Status Quo en particulier.

On comparera nos dates et AVOIR TORT NE ME DERANGE PAS, C'est le résultat qui compte!

Bien à vous tous.

PS/ Je re-supplie encore une fois PATRICK de nous ouvrir une rubrique FOURRE TOUT que l'on puisse débattre sans être hors sujet comme ici.

Écrit par : boixiere | 11/01/2018

oui Jean, je suis fan des Moody Blues et je profite de chaque foire aux disques pour me procurer les enregistrements qui me manquent, concernant Justin Hayward tu as raison il a beaucoup apporté au groupe. En mettant bien entendu toujours à part les Beatles et les Rolling Stones je suis fan également d'autres groupes des sixties que j'écoute régulièrement, mes préférences vont aux Byrds, Herman's Hermits, The Kinks, The Who, Creedence Clearwater Revival (pour ce groupe surtout la période 68-70) et pour certains titres j'apprécie aussi les Yardbirds et les Hollies. Amitiés, Renaud.

Écrit par : Renaud | 11/01/2018

Hug , à ma connaissance je ne pense pas qu'il avait enregistré Nights in white satin mais beaucoup de monde l'avait chanté comme Patricia ( je l'avais déjà dit ) , Marie Laforet , Dalida en italien même Bashung etc… . pour Barry White , peut-être un titre qui se rapproche genre Satin soul , vérifies si tu veux . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 11/01/2018

Michel , je suis un peu pointilleux sur le sujet de la pop et du rock . quelques précisions . je compte le début d'un groupe avec la formation qui va faire un premier disque , 45 tours où album . pas avant car ce n'était pas le même personnel où le même nom . exemple , Los Bravos 66 , Jefferson Airplane , Pink Floyd 67 , les Doors 67 . pour Kool and the Gang , je ne suis pas spécialiste de ce genre là mais il me semble que même si ils ont débuté tôt , c'est bien plus tard avec un premier disque que le public les avait connu vers 69/70 à mon avis . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 11/01/2018

Renaud , tous les groupes que tu cites sont importants pour moi aussi , bien sur plus que d'autres pour certains . pour info , à côté de Dijon ( ça se touche ) à Talant le 21 Janvier foire aux disques , toujours sympa cette foire , on ne sait jamais !!! une pensée pour France Gall qui sera enterrée demain mais on n'y reviendra . Cédric pas de nouvelle de toi , j'espère que tu reviendras vite commenter . salut l'ami ! Jean

Écrit par : jean | 11/01/2018

Écrire un commentaire