Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2011

Un peu mieux...

Par cette note, je tiens à rassurer celles et ceux qui auraient pu s'inquiéter à la lecture de ma note précédente.

C'était un passage à vide, provoqué par une accumulation de tracas (à présent surmontés) qui m'a fait réaliser que je n'étais peut-être pas si "guéri" que ça...

A voir dans les prochains jours, et un grand Merci pour les personnes qui m'ont apporté mails et commentaires.

Je vous embrasse.

19:14 Publié dans Merci, moi | Lien permanent | Commentaires (14)

Commentaires

Ah, je n'avais pas vu la note précédente.
Tu semble aller mieux, c'est le principal.
Tu sais, Grand Chêne était dans ta situation. Il supportait grace à son boulot, et aussi grace à notre relation depuis 16 ans, qui lui apportait de la tendresse (et lui permettait d'en donner)
Quand il est parti à la retraite, il s'est vite rendu compte que cette promiscuité perpétuelle ne serait pas possible longtemps, il a tenu un an et demi. Il serait devenu fou lui même !!!
L'an dernier il est parti, avec sa voiture et sa valise. Il a tout laissé à sa femme et il a tout plaqué (même moi :-(()
Il se reconstruit, me dit-il de loin en loin.
Ne vas pas au delà de tes forces.
Pense aussi à toi.
Des bises

Écrit par : Teb | 03/06/2011

Il est marrant de voir que le travail, ce fameux travail qui m'avait brisé de 1994 à 2003, c'est lui qui de 2007 à 2009 m'a permis de surmonter le terrible handicap de mon épouse. En fuyant à travers mes missions, qui me valorisaient auprès des collègues des endroits où je passais, je maintenais le cap. Quand tu m'as vu, c'était pendant une de ces - heureuses - périodes. Je repense souvent au col du Poirier !
La fin de tout cela est arrivé le 13 août 2010, pendant une de ces missions où je me trouvais en Alsace. Mission-Marathon (65 heures en 6 jours) qui là aussi me valorisait. Ce 13 août mon épouse a fait une crise d'épilepsie (c'est sa dernière en date) et ce jour-là j'ai compris que j'étais vraiment prisonnier.
J'ai encore pu m'échapper 4 mois en allant bosser à Lons et en couchant sur mon lieu de travail, ces "coupures" me faisaient du bien.
A présent, je suis comme "Grand Chêne", sauf que j'ai plus rien dans mon espace sentimental depuis bien des années. Mais je n'ai pas son courage, disons que je n'ai plus d'énergie. J'ai trop tenu de choses à bout de bras depuis 1998 (mon père à gérer, ma fille aussi, mon irrésistible envie de mourir, la rechute de mon épouse, la fuite de ma fille, la terrible opération de mon épouse, la mort de mon père, les ennuis liés à la maison, etc etc...).
Merci de ton com, je t'embrasse.

Écrit par : cica pour Teb | 03/06/2011

Je n'avais vu aucune des trois dernières notes, pour cause d'occupation intense et de sommeil profond... si tu vas te coucher, saches que moi aussi... mais sans doute pas pour les mêmes raisons!
Simplement, je sais que voilà des mois que tu le prépares, des semaines que tu le mets à exécution... mais si tu sens le passage à vide arriver, n'hésite pas à remonter un peu les traitements, même si ce n'est que pour un temps! Pour ne pas qu'il s'installe complêtement... Il est parfois difficile de trouver l'équilibre entre toutes ces molécules... et le médecin ne peut pas savoir comment cela va réagir pour toi, seul toi peut gérer, et finalement, seul toi te connais!
Je n'ajouterais pas grand chose de plus, simplement je t'envoie du courage (ça j'en ai), de l'énergie (ce qui me reste), et de l'espoir (j'en ai aussi, plein).

Écrit par : CriCri | 03/06/2011

Je sais...
Dns mon com à Teb je parlais de mon travail qui faisait "rempart", mais le fait que j'ai diminué la dose de médicaments est sans doute aussi une cause de ce passage à vide. Et tu as tout à fait raison, il ne faudrait pas que je refasse la connerie de 1999 (passer de 14 comprimés à 1) !
J'ai peut-être été trop vite dans ce sevrage, et comme tu dis, si je vois que mon passage à vide traîne un peu trop en longueur, revoir la dose de médocs, quitte à repartir d'un meilleur pied ensuite.
Après tout, je n'ai jamais eu d'effets secondaires avec ces médicaments, pourquoi se presser de m'en passer?
Le médecin et le pharmacien raisonnent à l'inverse. Le premier dit "il faut baisser", le second pense "plus t'en prends plus c'est mieux pour mon fonds de commerce". A tort, car ma dose de médicaments mensuelle (environ 6 euros) est nettement moins profitable pour lui que ce que prend mon épouse (320 euros !).
Prends soin de toi en tout cas, je t'embrasse.

Écrit par : cica pour Cri-Cri | 03/06/2011

Contente aussi de lire celà. Lire que ça va mieux. Desfois je me dis qu'avec tout ce que la vie nous met sur le chemin, un jour et bin :..... ...bin non.
Je ne sais plus comment s'appelle ces ptits hommes à ressorts qu'on trouve dans les parcs, rien à faire ils se relèvent toujours, heureusement ;))) sont solides ces trucs là, remarque faut avoir connu "la fusion ultime" (on se comprend car c'est une sacré leçon de vie et de force) après ça quand on s'est relevé une fois, on se relève toujours, enfin on en est la preuve vivante je crois. Et pourvu que ça dure. Bisous

Écrit par : Christ. R. | 03/06/2011

Je pense que tout vient de là.
J'ai dépensé une énergie considérable pour essayer dans un premier temps de retrouver cette fusion ultime, puis dans un deuxième temps d'essayer - je ne dis pas de l'oublier - mais de vivre sans.
En même temps j'ai dépensé une autre énergie pour remonter des trous où j'étais arrivé en 1998. Trou dans le travail (j'étais considéré comme perdu par tout le monde) trou dans ma santé.
Est-ce un miracle ou un effet de ma volonté ? Toujours est-il qu'à partir de 2007, j'étais revenu au plus haut dans ces domaines : j'avais toute ma tête et j'étais devenu "en pointe" dans mon métier.

Je ne pense pas que ça se passe comme dans les jeux, qu'une fois ton énergie bouffée tu la retrouves tout de suite. Non, là il va me falloir beaucoup, beaucoup de temps pour revenir - si j'y reviens un jour - au niveau de 2007.

En revanche, j'ai une réponse à une question que je me posais : la maniaco est -elle revenue ?
Je ne pense pas. Quand j'étais en maniaco je plongeais très vite, certes, mais je remontais aussi vite. Là j'ai plongé avant-hier, et si ça va mieux, je ne suis toujours pas "revenu à la surface".
Ca viendra, je pense.
Je t'embrasse.

Écrit par : cica pour Christ | 04/06/2011

C'est déja très bien que tu saches t'autodiagnostiquer, car entre maniaco, fatigue passagère, avec petit ral le bol, ou depression moyenne mais sournoise qui dure sur des années, c'est pas facile de savoir.
Desfois je me demande même comment font les psys pour Diagnostiquer, maintenant que tu en parles ça fait "tilt", il est fort possible que l'on doit sentir nous même les choses, car logiquement seul "nous même" pouvons savoir, comparer avec des longues périodes heureuses et de bien être par exemple. Pour la "revenue en surface" oui effectivement "tilt" aussi, et mieux vaut doucement que surement, car les pics de hauts et bas rapides signifient bien maniaco....j'éspère en tout cas que cette energie tu la retrouveras.

Ps : en parlant de "fusion ultime", un jour je me suis autodiagnostiqué: érotomane :) ouai à un tel point incompréhensible comme lien qu'on croit qu'on est fou;) je smile mais jaune.

En attendant, Mille bises

Écrit par : Christel Rocher | 04/06/2011

J'allais commenter ta note précédente, mais je préfère celle ci où tu semble aller un peu mieux....C'est vrai fait attention à toi préserve toi.... je t'envoie mes bises tendres...

Écrit par : manoudanslaforet | 04/06/2011

C'est bien que tu puisses, t'auto-diagnostiquer. Effectivement il vaut mieux "remonter" doucement et sûrement, car les pics seraient signe de maniaco, je pense...oui....en effet.
Fatigué, épuisé vitalement. Tous ces changements, toutes ses responsabilités, continuer le combat de l'absence "de la fusion ultime".
C'est épuisant. Moi je te comprends. Faut y croire, il n'y a pas d'autres solutions. Même si l'énergie n'est plus vraiment là, il faut continuer à croire, j'en fais de même. Mille bises

Écrit par : Chris. R. | 04/06/2011

J'ai appris à m'évaluer, et le fait tout écrire (depuis 2000) m'a beaucoup aidé. Là ça va encore un tout petit peu mieux mais ce n'est pas encore ça. En plus ce temps hyper-orageux fait monter les tensions.

Là je me suis fait un petit plaisir à 25 euros.
J'avais, en 2001, fait copier tous mes bouts de super 8 sur VHS. Ca m'avait coûté bonbon mais ça valait le coup. Cette fois, j'ai fait faire un DVD à base de cette cassette. Il ne me reste plus qu'à "finir le travail", c'est à dire transformer les fichiers du photographe en fichiers.avi, qui peuvent être gravés sur simple CD.
Et je dois dire que le fait de me voir, de voir mes proches - dont ma fille - entre 1980 et 1987 m'a réjoui.
Je t'embrasse.

Écrit par : cica pour Christ/Christel | 04/06/2011

Merci de ton message, alors que toi aussi (je te lis, même sans te commenter -parfois on ne sait pas quoi dire...) tu es dans la tourmente.
Toi aussi préserve-toi, plein de tendresse.

Sinon, pour te détendre, tu ne veux pas jouer à "la vache aux chansons" avec moi sur Fb ? Je t'assure que ça a un effet extra.

Le lien, au cas où : http://apps.facebook.com/wearemusic/?kt_type=stream&kt_ut=C2E3D9AA8757A84D1B191427FCFA7730&kt_st1=NewTopScore_Day_FR&kt_st2=theme_12&ref=nf

Écrit par : cica pour Manou | 04/06/2011

Allez, courage!
Et merci pour ton encouragement à toi aussi!

Écrit par : CriCri | 04/06/2011

Le signe que tu vas mieux, il me semble, c'est que tu t'aperçois de ton état, que tu es vigilant.
Et je pense comme Teb : pense aussi à toi, ne vas pas au-delà de tes forces.

Écrit par : captaine lili | 05/06/2011

Tu as raison ! Pendant si longtemps (1999/2005) je ne m'étais pas aperçu que j'avais troqué une maladie (dépression) contre une autre (maniaco). Et pourtant, il y avait des signes ! c'est en relisant mes posts de l'époque que je le réalise. Et le truc hypergonflé, en 2004, moi qui ai toujours eu la phobie de l'eau, depuis l'épisode de 62 où j'ai failli mourir noyé, j'ai carrément acheté une piscine !!!
Mais la vraie raison est autre part : il faut que j'arrive à connaître mon état de santé, parce que désormais personne d'autre ne s'en inquiétera.
Bises

Écrit par : cica pour Lili | 05/06/2011

Les commentaires sont fermés.