Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2012

Souvenirs souvenirs

Ce week-end s'est produit un truc assez inattendu : Une internaute de mes amies a eu l'idée, sur Facebook, de recréer la "rue des blogs", c'est à dire la blogosphère de Psychologies.

Car il y a blogosphère et blogosphère.

Celle de Psychologies était très spéciale.

• D'abord elle était peu nombreuse. En moyenne entre 200 et 400 blogs actifs. En comparaison, actuellement 1374 blogs chez hautetfort, qui n'est pas - et de loin - la plate-forme la plus fréquentée.

• De ce fait, tout le monde ou presque se connaissait. Bien sûr on ne sympathisait pas avec tous, 300 personnes en moyenne ça aurait été dur ! Mais les "affinités" jouaient, et cette "rue" était composée de plusieurs "sous-rues", qui pouvaient très bien s'entrecroiser.

• Et surtout, ce site n'était pas anodin. Ceux qui allaient sur Psychologies n'y allaient pas pour rien. C'est qu'ils avaient des problèmes, et un immense besoin de reconnaissance. C'est pourquoi, là-bas, la plupart des internautes (bien qu'ils s'en défendaient) guérissaient ce besoin à coups de commentaires. Le commentaire c'était le médicament, d'autant bienvenu qu'il venait de gens qu'on connaissait, qu'on appréciait.

• On se mailait beaucoup, on se téléphonait assez souvent et on allait même se rendre visite parfois ! Chose impensable ici...

• La caractéristique de nos notes était que la plupart parlait.... des blogs eux-mêmes ! J'adorais par exemple faire un "voyage à travers les blogs" au hasard, en faisant deviner à l'aide d'indices de quels blogs je parlais.

Au fil du temps, les choses se sont peu à peu gâtées. Lentement, très lentement.
Par exemple, tous ceux qui avaient un gros besoin de reconnaissance se faisaient poser des compteurs, non prévus par la plateforme.
Problème : ce compteur était visible par les internautes, lesquels pouvaient cliquer dessus et voir, en direct, l'audience du blogueur - plutôt de la blogueuse, car cette "rue" était à 85% féminine (du reste sur le groupe créé sur Facebook la proportion est pire : pour l'instant 7% d'hommes et 93% de femmes !) - et je dois dire que pour ceux qui n'avaient que peu d'audience, voir qu'un blog était lu simultanément par 15 personnes (ça m'est arrivé !), voir le total des visites depuis la pose du compteur pouvait quelque peu créer de la jalousie.

Oui, ça m'est arrivé, car le besoin de reconnaissance je l'avais aussi, et donc avec lui le compteur, au bout d'un an quand même.

Ensuite, des clans ont commencé à se former. Je me souviens très bien d'avoir été viré d'une liste de chouchous, uniquement parce que je n'étais pas copain d'une copine de l'internaute !  Au début je prenais ça très mal, pas encore totalement guéri.

Par chance, en 2007, après avoir reçu simultément trois bombes atomiques (ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort) à savoir la mort de mon père, la trépanation de mon épouse - et les séquelles devant lesquelles je devrai faire face-  et enfin le viol de mon blog par des collègues indélicats, ce qui m'a valu l'explusion du Pays Basque, après ces trois bombes donc, mon nouveau boulot a fait qu'à l'été je me considère comme sorti d'affaire.

C'est à ce moment que j'ai entrepris de raconter de A à Z mon histoire d'amour avec Nathalie. J'appelai cette série "Mon inoubliable parenthèse". Une trentaine de notes "tripales", sur lesquelles j'ai eu un nombre impressionnant de lectures, mais très peu de commentaires.

C'est là que j'ai vu que cette Histoire d'Amour, avec laquelle j'étais arrivé en pleurant sur le forum en juin 2003, commençait à barber de plus en plus de monde.

Je ne m'en offusquai pas trop, comprenant que le râbachage depuis 4 ans pouvait à la longue lasser les gens. D'autant que la plupart des gens de la "rue" avaient leurs propres problèmes, en direct, et n'avaient pas le temps de ressasser des trucs vieux de 10 à 15 ans !

Mais je me réservai la possibilité de raconter cette "parenthèse" dans un autre endroit, neutre.

En 2008, c'est la technique qui tomba en panne. A savoir la liste des derniers blogs mis à jour.
Autant ici je ne me sers pas du tout de cette liste (que je vais d'ailleurs finir par enlever) autant là-bas elle était indispensable.  Pour la "rue" que nous formions, c'était en quelque sorte le facteur.
"Tiens, unetelle a sorti une note, on court vite la voir..."

C'est ainsi que l'on procédait.  Enfin disons une grande partie, dont bibi. Car les "clans" avaient opéré, et beaucoup avaient dans leur PC la liste de leurs blogs préférés, et n'avaient pas besoin de la liste en question. Il leur suffisait de faire une revue quotidienne de leurs chouchous et le tour était joué.

Fort bien, mais quid des nouveaux arrivants ? Comment saurait-on leur existence ?
Ce fut mon cheval de bataille en 2008 et 2009. Je n'eus alors que peu d'écho parmi mes "collègues".

Et c'est alors que j'ai craqué.
En janvier 2010 j'ai, simultanément, créé deux blogs : L'un toujours sur Psychologies, "Cica 2010", et l'autre... ici, sous le nom "tomber sept fois se relever huit"
http://tomber7foisserelever8.hautetfort.com

La seconde expérience se soldera par un fiasco, et je jetterai l'éponge le 25 mars.
Quand à "Cica 2010", il sera beaucoup moins personnel, j'y ferai surtout des statistiques à base de prénoms, qui n'intéresseront que peu le lecteur. Je ne mettrai pas de compteur dans ce blog, mais je comprendrai très vite que je n'avais plus trop ma place là-bas.

C'est en ce sens que je verrai ce qui va se passer dans le groupe sur Facebook, si les clans se reforment, ou si vraiment tout le monde parlera à tout le monde, comme en 2005.

Et donc, en juillet 2010, je crée ce blog, sur Hautetfort.
Avec un but précis : raconter mon "inoubliable parenthèse", mais cette fois dans son contexte, c'est à dire après avoir raconté le plus intimement possible ma vie, de 0 à 41 ans.

Pari gagné : cette "parenthèse", complètement réécrite (j'avais encore plus de recul) a déjà été lue plus de 15.000 fois. La seule note "vers les étoiles 8" l'a été 2.000 et continue à l'être, c'est ma troisième note la plus lue du blog.

Alors, content ou pas d'être ici ?

Ici c'est très différent de Psycho. Sur la forme d'abord, c'est une Rolls après avoir essayé la Panda! Habillages magnifiques, fonctionnalités étendues - et sans panne - bref le pied.

Sur la forme, les gens ne se connaissent pas et bloguent chacun dans leur coin.
De Hautetfort, je n'ai qu'une commentatrice, Cricri ! D'autres blogs, deux ou trois. Sinon des internautes ayant posé une question sur Google, qui atterrissent sur mon blog et me demandent des précisions.
Et des commentateurs de Psycho, j'en ai perdu environ 80% : Actuellement ils sont au nombre de 10...

En revanche, j'ai récupéré mon nombre de visiteurs de ma période de gloire de chez Psycho, mais j'ignore qui ils sont, et de toutes façons je ne les connais pas, vu qu'ils ne se manifestent pas.

Je dois le dire, je regarde attentivement le nombre de visiteurs, non pas par besoin de reconnaissance, mais tout simplement parce qu'il me servira d'indicateur pour savoir si je poursuis ce blog ou non.

Je suis fier de pouvoir rendre service, d'éclairer les gens qui veulent poser du phovoltaïque, veulent connaître l'âge des chanteurs ou en savoir un peu plus sur certaines applis Facebook, mais si mon blog ne doit servir qu'à ça, à être "le Particulier" du Net, alors non.

Sur Psycho il y avait de la castagne, des prises de bec, des discussions incessantes, mais il y avait de la VIE.

Ici, pas grand-chose depuis que j'ai fini de raconter la mienne...

Je vous embrasse.

Commentaires

Ça ne m'est jamais venu à l'idée de cliquer sur le compteur des autres pour voir leur audience en direct ! :-))) Nous ne bloguons pas avec les mêmes attentes mais je suis tout à fait d'accord avec toi : maintenant, il manque de la vie. Est-ce seulement l'éclatement de la rue ou bien aussi l'effritement de l'envie de bloguer pour beaucoup, et puis les vies qui ont changé pour certains qui ont préféré passer leur temps ailleurs ou avaient tout simplement moins besoin ? (puisque la plate-forme était faite de gens blessés...)
Comme toi, j'attends de voir si le groupe va apporter quelque chose ou si ça va faire comme un soufflé et retomber... Après, qu'il y ait des affinités différentes, c'est normal... c'est quand ça vire au lien qui critique et exclue que c'est nul. Nous verrons bien ! ;-)

Écrit par : captaine lili | 06/03/2012

Moi non, plus, mais je savais qu'en cliquant sur le mien, j'avais les données, donc pour les autres ça devait être pareil ! J'ai pourtant souvent essayé de le planquer ce foutu Moostik, il était chez moi dans la police peut-être la plus petite qui soit...

A présent, oui, je te l'avoue, ici je m'ennuie. Il me manque la Vie, oui, il me manque les enthousiasmes des autres que l'on connaissait tous, même si on n'était pas toujours copains avec eux.
Oserai-je le dire ? Il manquait leur peine aussi, pour que chacun aille les consoler du mieux possible. Je n'oublierai jamais les 57 commentaires que j'ai eus lors de la mort de mon père, coms auxquels je n'ai pu répondre sur l'instant, vu que le soir même de l'enterrement, j'étais à l'hôpital de Bordeaux où rentrait mon épouse.

A ta seconde question, je répondrai que les gens ont autant envie d'écrire, vu tout ce que je vois posté par les anciens bloggueurs dans FB. Mais il leur manque le cadre... Ici c'est une belle enveloppe, chez toi aussi, mais ça ne vaut pas l'ambiance qu'il y avait chez Psycho, même si vers la fin cette foutue liste qui ne marchait pas faisait replier les gens sur leurs clans.

Alors, soufflé de la nouveauté ou pas ? On verra au fil du temps ce qu'il adviendra. On verra aussi si ceux qui critiquaient sans cesse là-bas vont le faire également dans ce nouveau groupe.
En attendant cette expérience m'intéresse parce que tu vois, ça pourrait déboucher sur le fait qu'on aille tous sur un même site et qu'on "recrée" ainsi la rue. Je n'en ai pas parlé là-bas, j'attends de voir comment les choses évoluent, si on est assez nombreux pour ça. J'avais dénombré environ 300 blogs actifs dans l'annuaire que j'y tenais. Combien de ces 300 répondront à l'appel ??
Je t'embrasse.

Écrit par : Cica pour Captaine | 06/03/2012

Ici, il n'y a pas (il y a moins) de vie parce que tu ne t'intéresse pas à la vie des autres... Il n'y a que nos commentaires vers toi, et tes réponses... Mais tu ne vas pas voir les autres et tu ne sais pas ce qui leur arrive...
Mais comme tu dis que ce qui t'intéresse ce ne sont pas les coms mais le fait d'être lu...
Sur les blogs de Psycho il y avait de vrais échanges et chacun réagissait aux soucis et interrogations des autres. C'est ce qui faisait une vie riche de toutes nos diversités... et ce sont ces échanges qui ont crée cette idée de "rue des blogs"...
C'est ce que j'essaie de t'expliquer depuis toujours, mais... sur ce point je crois que nous ne nous comprenons pas !

Écrit par : Teb | 06/03/2012

Ah bon je ne m'intéresse pas à la vie des autres ? Parce que je ne commente pas ? Figure-toi que je vais chaque jour sur les blogs dont j'ai encore les adresses, dont le tien, dont au passage j'ai récupéré tes magnifiques photos de la vague de froid (peut-être n'aurais-je pas dû, sans te demander ta permission ?) sans forcément les commenter. Il y en a quand même 150....

Je regarde aussi ce qu'ont écrit mes "amis" Facebook, sans pour autant également tout commenter.
Mais je peux t'assurer que chaque soir, je passe - et je m'en régale - au moins une heure à lire leurs actualités.

Sinon, n'idéalise pas la fin des blogs de Psycho... tu sais très bien que tout était conditionné par cette foutue liste qui marchait pour les uns et pas pour les autres ce qui semait la zizanie.
Du reste, pour quelqu'un qui ne s'intéresse pas à la vie des autres, passer des heures et des heures à essayer de pondre un annuaire de la "Rue" mis à jour le plus souvent possible, c'est assez bizarre...

Mais je pense que je n'ai pas besoin de me justifier. Tu penses comme tu veux, moi je sais ce que je fais ou ne fais pas. OK ?

Écrit par : Cica pour Teb | 06/03/2012

ok

Écrit par : Teb | 06/03/2012

OK !

Écrit par : Teb | 06/03/2012

Là où Teb a raison, c'est que lire en silence ne facilite pas l'échange et la vie... Tu le dis toi-même "j'ignore qui ils [tes lecteurs] sont, et de toutes façons je ne les connais pas, vu qu'ils ne se manifestent pas". Je me secoue parfois pour laisser des commentaires (la tentation de lire et s'en aller est forte, ça va plus vite, c'est plus facile) à cause de cette raison-là, sans pour autant tomber dans le "commenter pour commenter" qui ne m'intéresse pas (quand on a rien dire, autant se taire). L'échange via internet passe par les mots, les gestes (lire) ne se voient pas, sauf à pouvoir savoir qui lit (mais ça ne donne qu'un partage limité comme tu le constates toi-même). C'est un équilibre fragile et compliqué...

Écrit par : captaine lili | 06/03/2012

Tu le dis fort justement, "commenter pour commenter ne m'intéresse pas". Et pourtant, vu l'accusation de Teb, il faudrait s'y forcer pour qu'on commence à voir la partie immergée de l'iceberg...
Je préfère laisser des coms d'un km deux fois par jour plutôt que 100 accusés de réception en une journée, j'avoue que je ne sais plus trop quoi faire !

Écrit par : Cicatrice | 06/03/2012

ce que je voulais dire, en fait, (et je ne parle que pour moi) c'est que, tu dis toi même que nos (oui, là je peux dire nos puisque j'ai toujours été là pour te soutenir) commentaires t'ont soutenu dans les moments difficiles... or, dans toutes mes turbulences de ces dernières années, j'attends toujours un mot de toi. Tu réponds scrupuleusement à mes coms sur ton blog, mais ... c'est tout.
Et c'est en ça que je suis... déçue, on va dire, et que je pense que tu ne renvoie pas l'ascenseur...
Enfin, chacun voit midi à sa porte... mais comme tu avais tendu la perche, je te dis ma déception. Fin de l'histoire. je n'aurais même pas du te le dire, ça ne fait que te contrarier et... ça ne sert à rien, mais parfois... il vaut mieux sortir les mots vers les personnes concernées au lieu de se les rabâcher sans jamais vider son sac !

sans rancune, du moins pour moi.

Écrit par : Teb | 06/03/2012

Bon, je recommence puisque mon com n'est pas apparu.... grrrrr
Je t'explique le pourquoi de mes propos.
Tu dis que nos (je dis nos parce que j'en suis ;-) nos commentaires t'ont fait du bien à certains moments de ta vie. Hé bien moi aussi, j'aurais aimé, à certains moments difficiles, une réaction de ta part...
Voilà, c'est dit, n'en parlons plus.

Écrit par : Teb | 06/03/2012

Je sais, je sais... je peux certes me trouver des excuses, mais à quoi bon ? j'ai été minable sur ce coup-là....
Quand s'est produite ta "période noire", je n'avais plus l'ADSL. C'était la période où je bossais à Lons (et je ne pouvais aller sur le net que d'un cyber de 17h30 à 18h et seulement certains jours) et faisais les aller-retour en train entre là-bas et ici. Ici où j'étais en bas débit. Mes notes je les écrivais sur Word, puis je les copiais-collais.
Oui, je l'avais lue ta note où tu disais que c'est dans la tourmente qu'on reconnaît ses amis. Et je m'étais juré que lorsque j'aurais enfin l'ADSL, je rattraperais mon retard, envers toi et les autres. Puis quand ce jour est arrivé, j'ai vu que tu continuais à me commenter, tu étais même celle qui me commentait le plus ! Alors comme un c... je me suis dit que tu avais passé l'éponge.
Vois-tu tu aurais dû le vider bien avant ce sac, que je sache où j'en étais avec toi.
Pardon...

Écrit par : Cica pour Teb | 06/03/2012

Je comprends que sur psycho tu étais dans une sorte de communauté, ce que ça pouvait avoir de bon, mais en même temps c'était une réunion de "gens à problèmes", ne vaut-il pas mieux en être sorti ?

J'ai commencé à bloguer sur over-blog. À un moment, et ça existe toujours, over-blog a lancé le système des communautés. N'importe qui peut créer sa communauté, autour du thème qu'il veut (la chanson, la randonnée, les insomniaques, les poissons rouges...) et des blogs peuvent se rallier à une communauté, ou à plusieurs. J'avais trouvé ça pas mal, sauf que : mes quelques copinautes qui étaient hors over-blog en étaient forcément exclus...

En fait les communautés (communautés au sens général, pas au sens over-blog) se font naturellement, au gré des commentaires à droite à gauche, des personnes qu'on croise et re-croise chez l'un et chez l'autre et qu'on a plaisir à retrouver. Bien sûr, il faut aimer commenter, et pas que pour dire "c'est bien ce que tu fais", "lol"... Pour moi ça va, j'adore ouvrir ma bouche à propos de n'importe quoi. d:-)

Écrit par : Cristophe | 09/03/2012

T'es pas psy dans le civil ? Tu m'aurais posé cette question avant-hier, dans l'euphorie du "cercle", je t'aurais presque envoyé balader. Mais là, c'est vrai, je commence à me poser des questions.
Rien de précis, mais c'est vrai qu'hier soir j'ai ressenti une vieille sensation, un genre de malaise que je n'avais pas eu depuis longtemps. Je ne pense pas que ça soit en rapport avec les personnes (quoi que le com de Teb m'a fait très très mal...), mais plutôt avec la période. Une période où quand même j'étais malade. Par exemple je me refuse depuis 12 ans à aller dans la ville où Nathalie et moi avons vécu notre amour, ayant peur que je "rechute" à ce niveau-là. Alors que la ville elle-même (Mende) est très jolie, ne m'a rien fait...
Peut-être devrai-je mettre une pédale douce dans la fréquentation de ce cercle, au lieu de m'y jeter à corps perdu comme je le fais depuis 72h, délaissant même la belote !!

Par "chance", je m'absente 48h à partir de demain midi. Concert de Gérard Palaprat prévu de longue date en Alsace, je verrai comment je serai après ce "sevrage"...

Merci de ton com, Cristophe, amitiés sincères.

Patrick.

Écrit par : Cica pour Cristophe | 09/03/2012

Je rebondis sur le terme de "gens à problèmes" et je m'insurge avec énergie (et le sourire)...
Nous avions tous (comme tout un chacun) besoin d'un espace de parole, mais nous n'étions pas tous des "gens à problèmes". Je crois qu'il est important de se dire qu'on n'est pas forcément une personne à problème parce qu'on a des soucis dans un domaine particulier... on a tous des soucis quelque part et ça n'empêche pas de vivre normalement !!! De plus, et j'espère que je ne vais froisser personne, je pense vraiment que les échanges avec les gens qui ne s'enferment pas dans leurs soucis aide les autres...
Point de jugement dans mon discours, je respecte infiniment ceux qui sombrent dans la dépression, je considère que c'est la même chose qu'une maladie plus "matérielle". C'est même sans doute plus difficile à vivre parce que ça se voit moins qu'une jambe cassée, et que les gens ont tendance à juger... Tout ça est bien difficile !!!

Je dirais plutôt, donc, que le fait de pouvoir s'exprimer a sûrement évité à certains de ne plus voir que leurs soucis, et, quand on s'ouvre aux autres, quand on s'intéresse à leurs soucis ou tout bêtement à leur vie, hé bien on se rend compte qu'on n'est pas seul à avoir une vie difficile, et on voit moins les sien... mais ça n'engage que moi, et je le répète, je ne juge personne ...
Par ailleurs, Je suis désolée si je t'ai fait de la peine, Patrick, mais il fallait que je te dise le fond de ma pensée un jour ou l'autre, sinon j'aurais fini par ne plus venir et j'aurais trouvé ça dommage...

J'ajouterai que je crois que, à cette époque là, les blogs étaient sans doute le seul espace de parole intime pour nombre d'entre nous, et, si ce n'est qu'un pis aller, pouvoir déposer quelque part les mots qu'on tourne dans sa tête , c'est indispensable à l'équilibre ....
Dans notre monde moderne, certains sont vraiment seuls...

Écrit par : Teb | 09/03/2012

La majorité d'entre nous étions "des gens AVEC problèmes", peut-être qu'effectivement le terme de Cristophe est un peu dur, mais il y a de ça quand même. Il est certain que Psycho n'était pas un site anodin, et que ceux qui venaient y bloguer avaient pour la plupart un lourd fardeau à porter et à partager. La preuve, cette fameuse "Rue" qui s'est formée, un truc unique je pense et impensable dans les autres sites. Et ce groupe dans Fb qui a rassemblé 50 personnes en trois jours (je ne pense pas que ça dépasse les 60, mais c'est déjà pas mal) ça aussi ça signifie quelque chose...

Je fais partie des quelques rares qui venaient des forums de Psycho, et je partage ce que tu dis dans ton com.
J'y suis arrivé en pleurant sur mon sort, j'ai eu des réponses réconfortantes et quand j'ai été voir d'où venaient ces réponses réconfortantes, je me suis alors aperçu que mon histoire d'amour, si certes pour moi elle était une plaie ouverte, d'autres souffraient bien plus que moi. Et à mon tour, je me suis mis à "réconforter les gens", un peu partout dans le forum, et c'est ça qui m'a sauvé. De savoir que je pouvais encore servir à quelque chose, c'est à dire d'être utile aux autres, moi qui avais fait le vide autour de moi avec ma maniaco. Chaque fois que je lisais "merci Pompon", le spectre du passage à niveau où j'avais le projet d'achever ma vie - le 27 juillet 2003 - s'éloignait de plus en plus.
Les blogs qui ont suivi deux ans plus tard ont fait le reste. Je ne cesse pas de le répéter depuis des années : même si à la fin la Rue est partie "en vrille" à cause de la technique défaillante, c'est Psycho qui m'a sauvé la vie, c'est Psycho qui m'a fait passer le cap. Et quand je dis Psycho, c'est bien entendu tous les "psychonautes", pas le cadre.
Sinon, comme je le disais à Cristophe, paradoxalement de revoir cette époque -par l'intermédiaire du cercle - me fait également revoir l'état où j'étais quand je suis arrivé, et je me sens tout bizarre... Il faut que j'y sois moins "compulsif" !
Je t'embrasse.

PS : un verre de l'amitié chez toi aux beaux jours, ça te dit ? on est presque voisins !

Écrit par : Cica pour Teb | 09/03/2012

Cica tu es beaucoup trop bavard: je n'arrive pas à te suivre! Je ne te cache pas que je suis loin d'avoir eu le temps de tout lire! (et pourtant regarde en partant de tout en haut ta dernière note où j'en suis arrivée! c'est déjà pas mal!)

Du coup je t'embrasse, et je te dis que tu aimes beaucoup trop écrire pour arrêter ton blog... et en tout cas ce dernier me manquerait même si actuellement je manque de temps pour tout décrypter!
A bientôt!

Écrit par : CriCri | 12/03/2012

Tout dépend de l'inspiration :) La semaine a été très chargée en émotions, de toutes sortes, et du coup j'écris ! je préfère ça à la feuille blanche lol. Quand à arrêter mon blog, la courbe des visiteurs a recommencé à augmenter (256 v/j), alors que les visites "Google" sont en diminution. Bon présage, donc, pourvu que ça dure...
Je t'embrasse.

Écrit par : Cica pour Cricri | 13/03/2012

Je t'envoie ceci par com parce que je n'ai pas ton mail.

4 jours après, je relis ton com.
De plus en plus "en malaise" dans le "cercle"... Et la cause se précise....
Nous sommes 55, et je revois les fameux "clans" qui se reforment, centrés toujours autour des mêmes.... Rien n'a changé depuis 2009.
Alors, en partir ? Non, parce que j'ai retrouvé beaucoup, beaucoup de gens sympa, que j'avais perdu de vue, et avec qui je peux communiquer désormais sur FB. Ces gens-là ne comprendraient pas.
Je pense qu'il est mieux que je me "réfugie" ici, et aller là-bas le moins souvent possible, sachant que je peux toujours avoir des nouvelles via Fb de celles et ceux parmi les "anciens" qui ont bien voulu m'accepter pour ami.
Amitiés.

Écrit par : Cica pour Cristophe | 13/03/2012

Je crois que tu t'es apporté toi même la réponse : fréquenter les gens sympas, éviter au maximum les autres.
Cedi dit, 55 personnes ça fait beaucoup, normal qu'il se forme des groupes selon les affinités, mais en te lisant j'ai l'impression que c'est la bagarre ! Faudrait-il appeler certaines personnes au respect des autres ?

Écrit par : Cristophe | 13/03/2012

Merci de m'avoir répondu si vite :)
Pas la "bagarre" au sens strict, mais des "traitements" différents. Certains attirent les "j'aime" comme des mouches, d'autres (dont bibi) postent des trucs dans l'indifférence générale. D'autres encore ne viennent plus, et certains sont même partis.
Il y a aussi les "demandes d'amitié", acceptées ou non, et qui sont très révélatrices...
C'est vraiment dommage, car l'idée était excellente, et l'expérience méritait d'être tentée.
Quand au respect, j'ai ouvert ma g... hier dans un fil où une fois de plus, le mot "parano" était lancé à mon égard. Venant de la personne, ça ne m'étonnait qu'à moitié mais je pensais que dans ce "cercle" les compteurs avaient été remis à zéro et les rancoeurs jetées à la rivière. Mais non :(
En tout cas, ceci explique peut-être cela, ce "coup de gueule" m'a peut-être tricardisé là-bas ? Si c'est le cas, avec certainement un énorme regret, j'en tirerai les conséquences.
J'ai, depuis quelque temps, retrouvé une certaine sérénité, et je ne voudrais pas rechuter.
Toutes mes amitiés :)

Écrit par : Cica pour Cristophe | 13/03/2012

Pour dire vrai, je ne ressens aucun clan, mais peut-être que je ne suis pas assez active dans le groupe pour m'en rendre compte. En tout cas, je n'ai pas l'impression que tu es exclu d'une manière ou d'une autre. Il me semble que les "j'aime" ont plus à voir avec le contenu d'un post qu'avec la personne qui poste, mais je peux me tromper. J'ai par contre loupé le com qui t'a valu la riposte "parano"... des bises

Écrit par : Plumes | 14/03/2012

Voilà... Tu as abordé ce "cercle" de la bonne façon, en n'y allant que "raisonnablement", alors que moi j'ai tout de suite foncé ! Psycho c'était ma famille, et je voyais en ce cercle notre ex-"rue" améliorée, avec la fin des clans et les compteurs à zéro en ce qui concerne les rancoeurs. J'y ai même participé en faisant entrer (parfois contre leur gré lol) une douzaine de membres.

J'étais de ce fait beaucoup trop "la tête dans le guidon" et du coup je me suis aperçu de plein de petites choses.
Et oui, les "j'aime" dépendent beaucoup moins du contenu que de celui ou celle qui poste. Ou alors mes notes sont de la m...;-))
Et oui, certain(e)s n'ont pas jeté la rancune à la rivière hélas, et viennent de nouveau casser l'ambiance (je ne donnerai pas de nom, comme Sarko "j'ai grandi" !). Mais, de même qu'une hirondelle ne fait pas le printemps, deux ou trois personnes mal dans leur peau ne font pas le Cercle ;-)
Ce cercle tu vois c'est comme le bon vin : a consommer avec modération : Sinon c'est l'ivresse et tout ce qui va avec.
Et positivons : grâce à ce cercle, des personnes que j'estimais (comme Ombre, qui m'a porté à bout de bras pendant 6 mois entre 2004 et 2005) se sont remises aux blogs. J'ai aussi retrouvé la trace de personnes que j'avais perdu de vue - dont toi.
Reste à espérer que ce cercle s'agrandisse, et surtout mûrisse, que les "fâcheux" soit arrêtent leurs manigances, soit s'en aillent d'eux-mêmes. L'idée de Jean et d'Irène est géniale au départ, il ne faut pas la gâcher, ce serait trop dommage.
Je t'embrasse.

Écrit par : Cica pour Plumes | 14/03/2012

C'est dans la bonne voie ! Les "clans" ont l'air d'avoir disparu dans la nature, les personnes agressives elles aussi, des amitiés se lient, c'est ce que j'espérais. Tout en restant dans la modération, je vais pouvoir apprécier ce "cercle" dans toute sa saveur.
Amitiés/Bisous

Écrit par : Cica pour Plumes et Cristophe | 15/03/2012

Je rebondis sur ton dernier commentaire pour Plumes... perso, je n'ai pas vu de clans se former. Bon, je n'y passe pas beaucoup de temps et ne lis pas tout, donc, très sincèrement, je n'ai pas vu le poste "parano". Il y a trop de publications pour suivre vraiment. Si pendant 48h tu n'es pas présent(e) et que tu vas y jeter un oeil, il y a tant à lire! Ce site est très bien: pour moi il ressemble au village du réel dans lequel je vis: pendant quelques jours je peux croiser voisins et voisines et papoter. Puis pendant quelques jours, je ne croise plus personne, volontairement ou non... et si au moment où j'ai envie de publier, peu sont là, ceci ne me pose aucun problème. Je n'ai jamais été et ne serai jamais une grande causeuse. Dans ton commentaire précédent tu parlais aussi de manigances, là aussi, je dois être la grande naïve, car je n'ai rien lu ou vu dans ce sens. Juste sachons raison garder. En ce qui me concerne, je n'ai pas le souvenir de tous. Deux questions: quel est le but de ce "cercle"? Et comment le gérer personnellement et émotionnellement? Pour moi, mais ceci n'engage que moi: 1. Que certains et certaines se retrouvent et échangent en toute liberté, sans aucune obligation de "plaire". 2. Gérer personnellement et émotionnellement ne pose pas de souci, car je garde un recul, une distance nécessaire pour que le virtuel ne l'emporte jamais sur le réel. Je me connais, je préfère l'intimité pour me lâcher un peu, mais je suis incapable de tout dire à un groupe de presque 60 personnes. Je suis ainsi faite.
Bien que n'ayant rien sauvegardé de mes premiers blogs, j'ai l'impression que j'ai plus écrit dans l'auto-dérision que dans le détripage, je peux me tromper, bien entendu. Quelques rares personnes connaissent ce que je vis, et c'est bien ainsi.
Si l'on ne clique pas sur "j'aime" ce n'est pas par indifférence ou animosité... rien à voir avec des clans, rien.
Je t'embrasse avec tous les rayons de soleil que sûrement tu as aussi chez toi.

Écrit par : Brigitte | 15/03/2012

Écrire un commentaire