Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2012

Balancier

Il y a neuf ans, le Net m'a sauvé la vie.

J'avais un "réel" tellement horrible que je voulais en finir, et finalement c'est le "virtuel" qui m'a aidé à sortir de cette spirale mortelle.

Cela, je l'ai raconté maintes et maintes fois, notamment dans mes notes de l'automne 2011.

Puis, petit à petit, mon "réel" est devenu supportable.
Mon "virtuel" quand à lui continuait à me satisfaire, avec beaucoup de hauts et quelques bas.
Et du coup, j'ai lancé quelques passerelles entre les deux, j'ai pu mettre un visage sur des lignes lues sur un écran. Surtout en 2004, année de forte remise en question.

Voilà 6 ans, lorsque mon épouse a subi - en catastrophe - une terrible opération qui l'a rendue handicapée, là encore, mon "virtuel" a bien réagi, m'a encouragé, m'a aidé à passer cette terrible épreuve.

Quelques mois plus tard, mélange entre les deux : Certains malintentionnés du "réel" ont découvert mon jardin secret "virtuel", et m'ont mis à la porte du Paradis. Le Pays Basque, où je me plaisais tant.

Mais je n'ai pas perdu au change : En 2007 la Franche-Comté m'accueillait à bras ouverts.

Mon "réel" s'est alors amélioré de jour en jour. Avec un sommet à l'été 2007, alors que je commençais à avoir quelques déceptions côté "virtuel".

Puis ce fut statu-quo pendant quelques années. "Réel" et "virtuel" me convenaient parfaitement.

L'équilibre.

Mais, très récemment, alors que je vivais un "réel" de retraité très paisible, avec de belles retrouvailles Bretonnes à Lorient et à Quimper, une promesse de retrouvailles à Paris d'ici un mois (plus fort que Bruel, ce ne sera pas "rendez-vous dans 10 ans", mais dans 40...) mon "virtuel" a commencé à me lâcher sévère.

Espoirs transformés en déception.

D'abord purement "virtuels", avec la retrouvaille de personnes dont certaines ont fait une croix sur moi.
Je l'admets, à une certaine époque, je n'étais pas clair. Et j'avais de sales réactions envers des gens admirables, qui m'ont soutenu à bout de bras.
Oui j'étais encore malade, mais je ne le savais pas... Ce genre de maladie dont on ne peut dater la fin qu'après coup.
Puis de nouveau les mêmes reproches, des personnes - pas mal de personnes - dont il faudrait sans cesse lire leurs écrits en permanence (certains écrivent jusqu'à 18 h par jour...) pour savoir qu'ils vont mal. Ou bien. Et là bien sûr le couperet qui tombe "tu ne t'intéresses pas aux autres"... Je pense qu'il suffit de lire mon blog pour savoir ce qu'il en est à ce sujet. Je n'y parle pas que de moi....
Mais rien à dire, quand j'étais "Ordi-dépendant", j'étais comme ça aussi...

Et puis l'entrecroisement du "virtuel" et du "réel". Des personnes que je croyais inaccessibles, et qui vous donnent leur numéro de téléphone ! A moi, petite Cicatrice blogueuse...
Qui vous font participer à des moments conviviaux inoubliables. Mais hélas, ces stars s'envolent vers d'autres endroits où d'autres Cicatrice les attendent... J'ai du mal à atterrir dans ces moments-là !

Alors qu'"en vrai" je viens de passer 3 mois superbes, avec beaucoup de monde chez moi, de tous âges, avec des escapades Parisiennes ou Azuréennes, je fais de plus en plus de pauses ici.

Je me préserve.

Ne tenant pas à ce que ce qui m'a sauvé voici 9 ans me fasse à présent plonger.

Pensant de plus en plus que le Net, c'est comme le bon vin : à consommer avec modération, sinon, c'est l'ivresse. Et puis la gueule de bois.
Contrairement à certain(e)s ami(e)s dont c'est devenu une drogue, moi je suis, ce ce côté-là aussi en train de me désintoxyquer.
En plus, pas le choix, mon épouse exige une surveillance de tous les instants. Mais ça je ne le dirai qu'à vous, qui venez me lire ici :)

Je vous embrasse.

 

21:35 Publié dans détripage, moi | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

Je me sens quelque peu visée quand tu parles des reproches... mais je comprends fort bien que tu puisses être attiré (et absorbé) plus par le réel... ça me parait logique. Le contraire serait inquiétant !
Moi, en ce moment, je survole... manque de temps et plein de choses à faire...
Alors à un de ces jours...

Écrit par : Teb | 25/03/2012

Non, pas toi en particulier Teb... Je parle (sans doute avec excès) de "dizaines de personnes" (en fait une demie-douzaine) qui trouvent anormal qu'on ne soit pas 24h/24 rivé devant son écran, qu'on ne puisse pas partir quelques jours loin du PC et que bien sûr on loupe des choses. Forcément...
Le sens de ma note n'est pas de régler des comptes, mais de dire que ce "virtuel" qui m'a tant apporté, il ne faut pas bien sûr que je l'oublie (j'ai horreur de l'ingratitude) mais il ne faut pas qu'il me bouffe non plus.
Depuis quelques mois, ma vie semble s'apaiser après des années et des années de calvaire, il est comme tu dis "logique" de se tourner vers ce "réel" qui a l'air de vouloir m'apporter plein de choses. Et j'en profite, je ne sais pas combien de temps cela durera :)
Bisous.

Écrit par : Cica pour Teb | 25/03/2012

Bon courage avec ton épouse ! Même si c'est une obligation de s'en occuper, quand même bravo !

Écrit par : Cristophe | 26/03/2012

Pas facile en effet, car déjà elle ne peut pas conduire. Donc, aller à la poste, au pharmacien, au kiné, à l'orthophoniste, à la mammo, chez le médecin, au psy, aux commissions, etc etc, je dois faire le chauffeur, et souvent ça me prend l'après-midi...
En plus elle est en voie de guérison, mais elle se croit guérie. Et comme sa vision est amputée, elle oublie certaines choses, comme de fermer l'électricité sur la cuisinière, de fermer à clé, égare certains papiers (parfois importants) ses clés...
Mais bon, elle me fait de moins en moins de crises d'hystérie (la dernière remonte au 5) et les crises d'épilepsie semblent s'espacer (la dernière au mois d'août, très sévère, 4 jours de coma, pronostic vital engagé... mais c'est vrai que je n'avais pas jugé utile d'en parler sur Facebook !) et puis les conversations s'améliorent, surtout par rapport à il y a 6 ans.

Il faut positiver !

Merci de ton com, amitiés.

Écrit par : Cica pour Cristophe | 26/03/2012

Pour ma part, je suis toujours partie du principe qu'en amitié, virtuelle ou non, il ne fallait pas se sentir obligé(e). Je ne commente pas tous les blogs, je n'écris pas régulièrement non plus sur le mien et je n'ai jamais particulièrement attendue de commentaires, faisant d'ailleurs en sorte que mon blog ne remonte pas dans les moteurs de recherche ou autres. L'essentiel étant que j'y trouve mon compte, que l'écriture apporte des réponses à mes questions. J'aime bien pouvoir lire quand j'en ai envie, poster quand j'en ai envie, commenter quand j'en ai envie... toute contrainte enlèverait au plaisir que j'en retire. Alors peut-être que certains s'offusquent que je me manifeste peu ou pas sur leur blog mais on ne peut pas jongler entre tout et je pense qu'il faut accepter la liberté et le rythme de vie de chacun.
Bises Cica

Écrit par : Impsony | 26/03/2012

Je suis TOUT A FAIT D'ACCORD AVEC TOI : En amitié il ne faut pas se sentir obligé. Que ce soit dans le virtuel ou dans ce qu'on nomme "la vraie vie".
Mais hélas, certains - nombreux !!! - te le font bien sentir qu'un jour il sont été là et qu'à présent tu ne prends plus de leurs nouvelles... Te culpabilisant à fond.
Et moi je suis FATIGUE de tout ça !
Je ne fonctionne pas pareil : J'ai moi aussi aidé pas mal de gens, aux 4 coins de la France et même au Canada, qui à présent qu'ils s'en sont sortis se fichent pas mal de moi. Mais JAMAIS je n'irai le leur dire, ce qui est important c'est qu'ils s'en soient sortis, non ?

Oui, le virtuel a été pendant très longtemps pour moi une thérapie, et à présent que je trouve un semblant d'équilibre dans ma "vie de surface" (bien que tout ne soit pas rose, maladie de mon épouse, gros pb de pognon - effet retraite - ma fille qui risque fort de perdre son emploi - mais je ne geins pas là-dessus...) je ne voudrais pas que ces reproches répétés me fassent replonger, quitte à passer pour un sale égoïste. Mais là ça fera un tri salutaire, après tout ceux qui me connaissent vraiment savent que je suis loin de ce cas de figure !
Merci INFINIMENT de ton com, qui tombe miraculeusement à point nommé.
Je t'embrasse.

Écrit par : Cica pour Impsony | 26/03/2012

Je ne suis pas convaincue que ceux avec tu as eu des échanges forts dans des moments où leur vie était était en vrac t'ont oublié... J'ai moi-même constaté qu'il est difficile de garder des contacts étroits et fréquents avec tout le monde (amis virtuels ou réels). Quand en plus, on repart dans sa vie après un moment difficile, on peut avoir envie de passer à autre chose ! Et ce n'est pas de l'indifférence ou de l'oubli. C'est juste qu'une journée est constituée de 24 heures et que c'est trop court pour tout faire :)))
Personnellement, je suis incapable de prendre des nouvelles de tout un chacun que j'apprécie. Alors, ne tiens pas compte des reproches éventuels...Bien faire et laisser dire ;)
Bisous et à bientôt :)
PS : Mon projet début juin tient toujours ;)

Écrit par : Odile | 26/03/2012

Je dirais qu'il y a eu quatre attitudes :

1) une, positive, de la part de personnes que je fréquentais peu "dans le temps", et qui m'ont agréablement surpris en voulant bien discuter avec moi. Parmi celles-là, Impsony, qui vient souvent me commenter, et surtout Louis que j'ai découvert et dont je ne peux plus me passer de ses petits billets du matin.

2) une autre, positive aussi, la tienne, qui n'ont rien changé à leurs habitudes, et c'est TRES BIEN.

3) une troisième, négative, de la part de gens avec qui, comme tu dis, j'ai eu des échanges forts (notamment en 2004 où j'ai rencontré plein de gens) et qui ont fait une croix sur moi. Il n'est qu'à voir leur typeliste..

4) Enfin une quatrième, qui m'a désagréablement surprise, de personnes qui m'ont sauté dessus (presque toutes en même temps, comme si elles s'étaient concertées - mais je ne le crois pas, c'est l'opportunité de s'être regroupées qui a dû faciliter la chose) en me reprochant de ne pas avoir pris de leurs nouvelles quand ça allait mal pour elles, sans pour autant savoir que moi aussi j'ai traversé des trucs pas évidents, sans pour autant que j'aille geindre partout. Ces gens-là m'ont fortement déçu...

De tout cela, comme tu le dis si bien, je ne vais pas me prendre le chou. Je sais qu'il y a seulement 5 ans j'en aurais été malade, mais là, franchement, tu n'es pas la seule à me le dire, je trouve que c'est injuste : Même retraité, une journée ne compte que 24 heures, et j'estime (je l'ai d'ailleurs toujours estimé y compris quand j'étais dans ce cas) que lorsqu'on va se confier à un ordi pendant plus de la moitié de ces 24h, c'est qu'on ne va pas bien.
Et, je l'ai appris au cours de ces longues années de maladie, quelqu'un qui va bien - ou qui commence à aller bien - ne peut trouver la bonne réponse pour ces personnes, qui ne peuvent que parler de leurs soucis qu'entre elles. Ce que je faisais dans le forum où je passais plus de temps à "consoler" les gens qu'à me plaindre (ma popularité là-bas est venue de là...) Je ne pourrai donc pas leur être utile, sauf à faire l'hypocrite (j'en connais au moins deux) et sauter sur tout ce qui bouge en faisant semblant. Je ne sais pas faire semblant, tu le sais, toi qui me connaît un peu plus que les autres.

Donc, moralité, si la situation n'évolue pas, j'en viendrai à faire comme je l'ai fait en 2010, c'est à dire me retirer de "certains espaces", en me rendant compte finalement que je n'y ai plus ma place. Comme en 2010.

Merci donc de ton com, qui tombe aussi à pic après celui d'Impsony, et qui me rassure sur ce point.

Sinon, tu me parles de juin, j'avais cru mai, juste avant le second tour ? Tu me diras, mais de toutes façons pas de souci pour nous, que ce soit mai, ou juin (ou juillet, aout, etc etc :))

Je t'embrasse

Écrit par : Cica pour Odile | 27/03/2012

Les commentaires sont fermés.