Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2012

Passage en douceur à l'heure d'été

Pour la première fois depuis mes 25 ans (l'année de sa création par Giscard) le passage à l'heure d'été s'est passé pour nous sans encombre.

Avant, il n'en était pas de même. Il me fallait, pour moi qui bossais, au moins une semaine pour récupérer.

D'abord, si l'heure de nos montres avait changé, il n'en était pas de même pour nos horloges biologiques.
Et pour la première journée de boulot en heure d'été (le dimanche, on restait plus ou moins en heure d'hiver) les ennuis commençaient.

Pour moi réveil à 5h.
Donc 4h.  Une heure de moins à dormir. Et pas le choix ! Puis la pause déjeuner. Midi et demie, soit 11h30. Avez-vous vraiment faim à 11h30 ? Puis le soir, dur dur pour se coucher... Mais il fallait s'endormir à 22h maximum (soit 21h...) car le lendemain, le réveil ressonnerait à 5h.

L'organisme finissait par s'habituer, et au bout d'une semaine, on avait récupéré.

 

Cette année, c'est différent.

Déjà le réveil est un engin dont on ne se sert qu'occasionnellement, disons une dizaine de fois par an (train à prendre ou voyageurs à aller chercher, rendez-vous matinal, etc).

Donc, j'ai fait comme avec les médicaments : sevrage progressif.

Dimanche matin, je me suis levé comme à mon habitude. Puis nous avons déjeuné non pas à 13h, mais à.... 13h45 !!!  Dîner non pas à 20h, mais à 20h45. Je me suis endormi à minuit 30 au lieu de minuit.

Lundi : Déjeuner à 13h15, dîner à 20h. Nickel.

Et finalement, hier, je me suis endormi à minuit, comme tous les autres jours.

Ce matin, toujours comme les autres jours, réveil à 8h (soit 7h), avec en prime le spectacle du soleil qui se levait !

soleil levant.JPG

Certes, il y a des inconvénients - notamment pécuniaires - à la retraite, mais il y aussi pas mal d'avantages !

Je vous embrasse.

Commentaires

bon super alors !! Profite de tous ces bons moments, bises, Béa

Écrit par : Béa de graphologie 17 | 27/03/2012

Ces changements d'heures me rendent malade, au sens propre du terme. Les personnes en bonne santé n'ont qu'une horloge biologique à adapter, c'est déjà assez pénible. Les personnes qui ont une maladie chronique, comme moi et comme beaucoup d'autres, se battent en plus contre un regain de symptômes. Je suis pour une abolition de ces changements d'heure bisannuels. des bises.

Écrit par : Plumes | 27/03/2012

Même à la retraite, j'ai du mal... Ou peut être est ce le changement de région ? Des bisous.

Écrit par : Symphonie2 | 27/03/2012

Même à la retraite, j'ai du mal... Ou peut être est ce le changement de région ? Des bisous.

Écrit par : Symphonie2 | 27/03/2012

C'est vrai... Et tu vois, en ce qui concerne les médicaments que doit prendre mon épouse, le sevrage doit être beaucoup plus progressif. Moi aussi je suis pour une heure unique, comme je l'ai connue. Je n'aime pas cette façon de nous précipiter vers un printemps qui n'est pas encore là, et à l'inverse, alors que l'automne doit être une douce transition, de nous précipiter le dernier we d'octobre, vers la nuit... Sans doute est-ce là commercial car avec l'heure d'hiver arrivent aussi les jouets dans les magasins... !
Bisous

Écrit par : Cica pour Plumes | 27/03/2012

Le changement de région, les tracas, c'est vrai que dans ma note je me suis placé dans l'hypothèse que tout allait bien, ce qui n'est pas souvent le cas pour tout le monde dans nos vies. Je n'allais pas trop bien l'an passé (période de transition activité/retraite, cartons à ranger) et du coup je n'ai pas ressenti ça. Merci de m'avoir commenté, je t'embrasse.

Écrit par : Cica pour Sympho 2 | 27/03/2012

Les commentaires sont fermés.