Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2012

photovoltaïque : premier mégawatt

J'ai eu énormément de mal à obtenir mon branchement, mais depuis, je dois dire que le résultat dépasse mes espérances. J'ai été farfouiller dans tous les sites possibles et inimaginables, et  pour la latitude où je vis, on m'avait dit que je ne dépasserais pas 3 mégawatts/an.
Pire, le commercial m'avait dit de tabler sur 2500 kw annuels, ce qui a l'époque était encore rentable.

Or, comme chacun le sait (peut-être) je suis météorologue, et je sais que ce qui compte le plus ce ne sont pas le nombre d'heures de soleil mais surtout la force du dit soleil. C'est assez facile à vérifier : vous bronzez beaucoup plus vite en montagne l'hiver que sur une plage l'été. Ce que mes chiffres vérifient : ce sont les jours enneigés où je produis le plus !

Bref, si j'ai déjà produit 1.000 KW en même pas 3 mois, cela veut dire que je serais dans les 4 KW sur l'année.
Erreur ! Car je suis dans les "mauvais mois", de février à mai. En fait d'après mes calculs ce serait plutôt du 5 mégawatts annuels.

Alors soit leurs calculs sont mauvais, soit je me situe dans une région à fort potentiel.
Je pense que c'est les deux mon Général...

Je ne vais pas me lancer aujourd'hui à une étude d'amortissement, je l'ai déjà faite voici quelques semaines, non, je voudrais parler ici des énergies nouvelles.


La consommation électrique des ménages est, en 2011, de 180 millions de MW.

Imaginons qu'une loi fasse obligation de couvrir les toits des maisons bien exposées de panneaux photovoltaïques.

Il y a en France environ vingt millions de maisons individuelles, dont la moitié sont solairement bien exposées.

Dix millions de maisons produiraient donc 50 millions de MW. Soit près du tiers de la consommation électrique des ménages.

En supposant un changement des habitudes (déjà, remplacer les convecteurs "grille-pain" par des panneaux radiants pour ceux qui n'ont pas de cheminée, et pour ceux qui en ont, l'utiliser au maximum pour se chauffer, baisser d'un ou deux degrés la température des pièces - cet hiver pendant la vague de froid, alors que je m'étais stabilisé à 18/19 degrés dans la salle à manger, j'étais effaré de voir les voisins - avoir chez eux entre 22 et 25 degrés !!! ) la consommation électrique des ménages pourrait réduire de 20%, et les panneaux photovoltaïques produire le tiers de leur électricité.

J'ai une maison sur troix niveaux, tout électrique, avec tous les appareils électroménagers possibles.
Et bien je fais mieux que ça !!! 13 mégawatts dépensés, 5 de produits ! Et je précise que je suis dans une régions les plus froides de France.

Bref tout cela pour dire qu'en appliquant ce principe, de couvrir les toits (esthétiquement c'est assez joli, si c'est bien fait)
DSCN7548a.jpgdes maisons qui s'y prêtent,  on pourrait donc produire 50 millions de MW, qui représenteraient 15% de la consommation électrique de l'hexagone à l'horizon 2013.

Et dans ce calcul je ne parle pas de centrales photovoltaïques qui pourraient se créer dans les zones désertiques ensoleillées (je pense, par exemple, aux Causses de Lozère, à 1000 mètres d'altitude, qui pourraient produire plus que moi, et cela ne gênerait pas la population, avec moins de 1 habitant au kilomètre carré !)

C'est sûr, le prix de revient de l'électricité reviendrait plus cher.
Oh, pas de beaucoup : 18 centimes le KWH au lieu de 12 !

C'est là que le gouvernement pourrait intervenir, un des rares leviers qu'il pourrait manoeuvrer :
Faire payer l'électricité en fonction de son revenu.
Les plus aisés paieraient 0.13/014 au lieu de 0.12, tarif qui resterait applicable aux plus pauvres.

Et cela nous permettrait de faire passer la part du nucléaire de 75 à 50 % non pas d'ici à 2025 mais en seulement quelques années !

Je vous embrasse.

Commentaires

Tu crois que le Président viendra te lire ? ;)
Ceci dit... je suis pour les énergies nouvelles et nous avons fait les installations adéquates (pompe à chaleur et photovoltaïque). Une question me turlupine tout de même : si l'on choisit ces énergies, il reste un impact de pollution à l'étape de la fabrication et lorsque le matériel trop vieux devra être remplacé... Quid de l'impact de pollution de la fabrication et de la destruction ???
Mais nous en reparlerons peut-être ?
Bisous

Écrit par : Odile | 12/05/2012

Là je suis "clair" ! L'énergie 100% PROPRE n'existe pas !! Il faut choisir entre la grippe et le choléra, à moins de se décider à noyer environ un millier de kilomètres de vallées... Tiens, les Gorges du Verdon - qui ne sont pas habitées - ça en ferait du Gigawatt !!
Les éoliennes sont elles aussi très polluantes en matière de fabrication, de nuisances sonores et surtout d'enlaidissement du paysage. La pompe à chaleur est réservée aux riches.

Je pense sincèrement que les écolos purs et durs devraient s'éclairer à la bougie et se chauffer au bois !
Quand tu veux pour en reparler :)
Bisous.

Écrit par : Cica pour Odile | 13/05/2012

Tu devrais envoyer ça, sur le site de Hollande ;o)
Des bises

Écrit par : Melle KTS | 13/05/2012

Pourquoi pas ???? Même si je me doute que ça risque d'être comme ma "lettre ouverte à la ministre de l'écologie", lue par un(e) secrétaire, avec une réponse toute prête... !
Bisous.

Écrit par : Cica pour Vanessa | 13/05/2012

Les commentaires sont fermés.