Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2012

la bête (suite)

Hier, les plus fidèles de mes lecteurs ont pu lire, entre 16h24 et 17h59, une note que je n'aurais peut-être pas dû écrire ici. Car s'il est vrai que ce blog est lu par beaucoup d'amis de mon site précédent, il est également pas mal lu par des proches, notamment le soir.

Comment ça va aujourd'hui ?
C'est une des premières chansons de Patrick Bruel, mais aussi je pense l'interrogation de beaucoup parmi ceux qui m'ont lu hier

Je leur répondrai d'abord merci. Merci d'avoir répondu présent hier.Et de m'avoir, un temps, un peu rassénéré. Un temps...

Car ce genre de note-là n'a hélas rien à voir avec celles que je pouvais pondre assez régulièrement vers 2005/2006.
A cette époque j'étais maniaco-dépressif, et je naviguais entre gouffres profonds et sommets.

Là, je ne suis plus malade, et je suis conscient de naviguer entre gouffres profonds et... gouffres moins profonds. Parfois se présente un plateau (je n'oserai pas dire une colline) comme les vacances de fin avril en Bretagne et à Paris (où j'ai quand même trouvé le moyen de perdre la clé de notre adorable logeuse. Elle en avait un double, mais je pense que nos vacances parisiennes sont désormais finies chez elle)

Bref, à force de tirer sur la corde, elle finit par s'user et par casser. Comme mes freins de voiture en Ardèche. Etait-ce un signe ? Ces freins ne me disaient-ils pas de les ménager, comme je dois me ménager ?

Me ménager comment ?

Cela fait à présent 15 mois que je vis 24h/24 avec l'aphasie et la dépression de mon épouse.
Avec la vache enragée financière qui se terminera quand mon épouse aura sa retraite (oh, pas grand-chose ), mais qui nous fera sortir de ce fameux "seuil de pauvreté" qui prive mon épouse de beaucoup de petits plaisirs qui compenseraient son handicap.
Depuis 8 jours, c'est la totale, avec la surdose de barbituriques que ces braves infirmières du CHU de Besançon lui ont infligée, afin de pouvoir passer leur long week-end tranquilles.
Ah, ces barbituriques vers lesquels je lorgne... Le loup dans la bergerie !

Avec l'accord du médecin, je vais lui baisser progressivement la dose, en priant Dieu qu'elle revienne non pas à son état "normal", mais au moins à son état d'il y a 10 jours.

Sans l'accord du médecin, je vais cesser de mon côté le sevrage des miens (j'ai des réserves), et de nouveau me replonger dans les délices du Témesta et de l'Atarax. En espérant ne pas passer à autre chose...

J'espère que "le gong" qui m'a toujours sauvé jusque-là (on peut appeler ça aussi un ange gardien) va arriver, car vraiment, vraiment, je suis fatigué.

Je finirai en remerciant ceux qui m'ont soutenu hier, et qui m'ont lu (un nombre incroyable !!!) et en m'excusant des délires que cet état provoquent chez moi, qui font parfois des dégâts..

A bientôt j'espère :)

07:12 Publié dans détresse | Lien permanent | Commentaires (11)

Commentaires

Si tu sautais de joie aujourd'hui, je crois que ce serait encore plus inquiétant. :-) L'énergie ne se retrouve pas comme ça en un claquement de doigt.
Déjà, tu as le bon objectif : te ménager (j'aurais dit "prendre soin de toi"). Il te reste à trouver comment faire au-delà des médicaments mais chaque chose en son temps.

Écrit par : captaine lili | 06/06/2012

Je venais aux nouvelles...Sans vouloir te conseiller, je sais que tu connais tes médocs, mais si je peux me permettre, prends l'avis de ton doc, et reprends les en douceur, hein ? Pas un traitement de cheval d'un coup...Une question me turlupine depuis très très longtemps... Pourquoi (étant donnée ta pathologie) n'es tu pas sous lithium ? Tu n'es pas obligé de me répondre. Bon, je suis quand même contente de voir qu'il n'y a pas de page blanche. Juste une petite réflexion, critique pas stp le personnel hospitalier :( Si les infirmières ont donné une forte dose de barbituriques à ta femme, c'est certainement sur avis médical, pas de leur propre chef. Allez ! Des bises tendres.

Écrit par : Symphonie2 | 06/06/2012

Bonjour Lili.
J'attends le bon croisement de la dose des médicaments en descente de mon épouse, et de celle, en remontée, des miens.
Heureusement une amie vient la voir le matin et l'après-midi, ça lui fait du bien et ça me soulage.
En plus une autre grande amie va passer chez nous samedi et dimanche. Ce ne peut que nous faire du bien. Merci :))

Écrit par : Cica pour Lili | 06/06/2012

Lithium ??? Mais ça n'est plus du tout pour moi ça, c'est pour la maniaco-dépression ! Je ne suis ni en dépression, ni en maniaco. Je suis disons en "burn-out", fatigué, au bout de mes forces, ne me sentant plus pouvoir faire face à tout ce qui m'incombe, et ressentant une grande peine par rapport à mon épouse, qui n'a vraiment pas mérité ce qu'il lui arrive.
Pour parler du personnel hospitalier, j'ai moi-même entendu une infirmière samedi matin (elle ne m'avait pas vu arriver) dire à une autre : "bon, la 3303 on va la "doser" (?) sinon on n'aura pas la paix ce week-end". Je ne leur en veux pas, j'en veux à celui qui a diminué de façon drastique leurs effectifs, et a voulu faire marcher les hôpitaux comme des entreprises, à savoir l'ex... Pas de docteur là-bas entre le vendredi 19h et le mardi 11h, cause WE, ces femmes elles aussi débordées ont la responsabilité d'un service entier, c'est une honte !
Bises tendres aussi :)

Écrit par : Cica pour Sympho2 | 06/06/2012

Je ne t'ai pas lu hier mais j'ai la vague impression que tu es aujourd'hui pluss raisonnable.
Mais pourquoi te passer de l'accord d'un médecin ?

Écrit par : Cristophe | 06/06/2012

Je tai envoyé un petit message hier,mais je crois que tu as effacé à ce moment là.Pour en arriver au point d'en finir avec la vie,il faut une très grande souffrance,je te souhaite de passer ce cap avec beaucoup de courage,je t'embrasse Cica!

Écrit par : lynda | 06/06/2012

Raison 1) Un médecin me dira : arrêtez votre sevrage ! Vous n'êtes pas en état de vous passer totalement de médicaments "accompagnateurs". Ce que je fais.
Raison 2) mon épouse m'accompagne à chaque fois que je vais chez le médecin. Or je ne tiens pas à ce qu'elle sache que je suis sur le point de craquer. Cela ne l'aiderait pas...
Merci de ton com :)

Écrit par : Cica pour Cristophe | 06/06/2012

A l'heure qu'il est, petite amélioration. Mon épouse vient de passer quelques heures avec son amie, et je vois se dessiner des mini-signes d'amélioration. Sans doute les premiers effets de l'abaissement de ses drogues. Il me faut passer le cap de vendredi, ensuite une grande amie commune viendra nous voir pour le week-end. Ensuite on verra, j'avance vraiment à vue...
Un signe qui ne trompe pas : depuis quelque temps, alors qu'en fait ce qui se joue ces jours-ci est capital, je ne parle plus de politique...
Je t'embrasse.
PS : On se connaît ?

Écrit par : Cica pour Lynda | 06/06/2012

Je ne sais pas commenter ces notes là... juste je t'embrasse.

Écrit par : Brigitte | 06/06/2012

Oui, je sais que le lithium c'est pour la maniaco dépression :))) Quand même ! lol Mais tu as souvent parlé de bipolarité sur tes notes, et la bipolarité, c'est le nouveau terme pour la maniaco dépression...D'où ma question. Mais tu n'es peut être, effectivement qu'en burn out... C'était surtout pour te conseiller de ne pas faire de l'automédication... Des bises. Ps) Je suis d'accord avec toi avec toi sur le manque d'effectif dans les hôpitaux :(

Écrit par : Symphonie2 | 06/06/2012

Ouf la page n'est pas blanche !!! Je n'ai pas de conseils miracles mais fait attention aux médocs...et autres...ce n'est souvent pas la bonne solution... je t'embrasse

Écrit par : manoudanslaforet | 06/06/2012

Les commentaires sont fermés.