Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2013

Mon plus gros chagrin

Je n'avais que 5 ans, mais je m'en souviens encore.
J'ai pleuré sans discontinuer pendant plus de douze heures, et de gros sanglots.... A tel point que mes parents (sans le sou pourtant) avaient fait venir le médecin...

Sans le sou !!! Et oui nous étions sans le sou, entassés à trois dans treize mètres carrés sans eau courante.  Et depuis des mois et des mois je passais devant la vitrine du marchand de jouets où trônait un magnifique contre-torpilleur modèle réduit qui aurait fait des ravages dans le bassin du Luxembourg où je poussais lentement mon voilier de location... Peut-être (sûrement) y ai-je croisé Gérard Palaprat qui lui logeait carrément au Sénat, le "luco" étant son terrain de jeu.

 

Ma mère m'avait appris une chose : "quand on veut t'offrir quelque chose, surtout si c'est quelque chose de valeur, il faut d'abord refuser poliment. Il faut attendre que la personne insiste pour enfin accepter."

Et un jour, arrivèrent de Bretagne ma tante et mon parrain. Ils s'enquirent auprès de ma mère pour savoir quel cadeau ils allaient m'offrir. Ma mère leur parla évidemment du contre-torpilleur devant lequel je bavais depuis des mois.

Et là ma tante "ça te plairait qu'on t'offre ce bateau, celui que tu regardes paraît-il tous les jours dans une vitrine" ?

Là je pensais aux paroles de ma mère : "quand on veut t'offrir quelque chose, surtout si c'est quelque chose de valeur, il faut d'abord refuser poliment. Il faut attendre que la personne insiste pour enfin accepter."

Et je dis d'abord "non merci" à ma tante. Attendant impatiemment son "mais si mais si...."

Il n'y eut pas de "mais si".
Mais un "comme tu voudras, je pensais te faire plaisir"...

Et là, au lieu de me défendre, d'argumenter, j'éclatai en sanglots devant tant d'injustice. Ma tante fit "tssst tsst" pensant à un caprice de plus, mais moi je le voyais mon bateau, auquel j'avais tant rêvé, et qui m'avait échappé à cause de ma politesse. Et je ne devais plus arrêter jusqu'au lendemain matin! Tous mes repères étaient désormais faussés. Ce jour-là j'appris que lorsqu'on désire ardemment quelque chose, il faut mettre la politesse ou le "savoir vivre" dans sa poche....

La récompense de ces "bonnes manières" m'avait finalement puni, et violemment.

De ce jour, et pendant près de 6 ans, je ne retournerai plus au bassin du Jardin du Luxembourg, préférant rester chez moi plutôt que de le voir me narguer, ce contre-torpilleur.

Mais je n'avais pas suffisamment retenu la leçon....
Près de 60 ans plus tard j'allais encore payer très cher ce "savoir-vivre".

Une nouvelle fois j'apprendrai que quand on désire ardemment quelque chose, il ne faut pas "faire semblant" de ne pas le vouloir, mais bien le réclamer au contraire, car d'une part la personne qui offre peut être déçue, et bien évidemment, je ne parle pas du chagrin de celui qui avait ce désir ardent.

Cette fois, à 62 ans bien sonnés, je n'ai pleuré que deux heures d'affilée....

Il y a des âges où on doit se modérer...

Je vous embrasse.

12:49 Publié dans détresse, moi | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

C'est encore une fois la preuve qu'on ne peut prévoir les réactions des autres... en tout cas pas à tous les coups. Le savoir-vivre c'est bien mais quelquefois, en effet, il faut passer outre, ou avoir l'impression de passer outre parce que ce n'est pas forcément le cas ! On serait surpris de constater que la plupart des gens ne s'offusquent pas de certaines choses simplement parce qu'ils s'en fichent s'ils tiennent un tant soit peu à nous. Je dirais presque que le savoir vivre c'est valable pour les étrangers, les connaissances... pas les gens qui nous sont proches.
J'espère que tu iras mieux. Bisous.

Écrit par : Béatrice | 07/08/2013

Oui je vais mieux Béa. Et tu vois ça m'a permis de voir, comme tu le dis, qu'avec les personnes très proches il ne faut pas "se gêner", mais dire tout ce qu'on a sur le coeur. Les conventions, oui, sont faites pour les gens qu'au fond on ne connaît pas, pas pour celles qu'on aime et qui vous aiment.
Je t'embrasse.

Écrit par : cica pour Béatrice | 07/08/2013

En général, on perd dans diverses circonvolutions trop de temps pour une vie qui est si courte.

Écrit par : Cristophe | 07/08/2013

Tu as raison :)))

Écrit par : cica pour Cristophe | 08/08/2013

Tu as raison :)))

Écrit par : cica pour Cristophe | 08/08/2013

Écrire un commentaire