Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2017

Les deux révélations du Tour de France

Je sais, je sais ! Dans un commentaire j'avais évoqué le "cinéma" des étapes en ligne, qui se passent toujours de la même façon :
1) un ou plusieurs coureurs s'échappent dès le départ, et gagnent peu à peu du temps sur le peloton.
2) les oreillettes fonctionnent ("de mon temps" on ne connaissait pas !) et ledit peloton "gère" l'échappée, de manière à toujours être en mesure de rattraper le ou les échappés, et regagnent peu à peu du terrain. En général, on leur laisse 1 mn pour 10km restants.
3) à quelques kilomètres, voire centaines de mètres de l'arrivée, c'est le regroupement et c'est parti pour "le grand dandinage". Un coup à droite un coup à gauche, tout ça à 70km/h, on appelle ça aussi un sprint massif.
10 secondes de "spectacle" sur une étape de plusieurs heures. Frustrant !

Mais c'est une autre chanson pour les étapes de montagne. 
Et celle-ci, avec l'arrivée en haut de l'Izoard, laisse loin derrière les maillots verts et consorts, seuls les Grands résistent.

Je l'avoue, j'ai assisté à toutes les arrivées en altitude. Et j'ai pu me faire mon opinion, deux coureurs se détachent du lot.
Non, il ne s'agit pas des deux premiers au classement général.
Bardet est un bon coureur, mais il ne marquera pas son époque. Je sais, il m'a fait vibrer à l'arrivée de Peyragudes, mais cependant c'est au sprint qu'il avait triomphé. Il sera sur le podium du Tour, et ça sera mérité.

Il ne s'agit pas de Froome non plus. S'il suffit de se planquer derrière ses équipiers, qui font tout le travail, puis, sur un plateau, terminer l'épreuve, conforté par de bons "chronos" pour gagner le Tour, cela ne fait pas pour autant un coureur d'exception. Lui aussi mérite un podium, mais sans plus. Du reste, si vous regardez bien Froome à la télé, vous verrez qu'il n'est jamais en tête, à la manière d'un Bernard Hinault, mais toujours deuxième ou troisième. Et du coup ce n'est pas lui qu'on voit le mieux à l'écran, mais son co-équipier Mikel Landa. Et c'est lui, l'une des deux révélations de ce Tour. J'ai assisté à son démarrage fulgurant à quelques kilomètres de l'arrivée, clouant sur place un Froome qui aurait pu être battu, si les oreillettes n'avaient pas fonctionné. Ordre a dû lui être donné de rester dans le rang ! Ca me ramenait trente ans en arrière avec la mascarade LeMond/Hinault main dans la main au sommet de l'Alpe D'Huez...Et Froome a dû faire ensuite un peu de cinéma dans a descente de la Casse Déserte pour essayer de prouver aux badauds qu'il était encore le patron. Mais dès que la montée a repris, retour dans le rang.

Un problème va se poser dans l'équipe Sky, car pour moi Landa est supérieur à Froome. Landa mérite aussi le podium, et peut-être même la plus haute marche.

Et bien sûr, vous voyez où je veux en venir, l'autre révélation est le petit frenchie au prénom anglais Warren Barguil. Ce jeune Lorientais (Hennebont c'est Lorient) , qui avait été accidenté en janvier 2016 (une anglaise qui conduisait à gauche l'a violemment percuté, il avait eu le genou brisé) a quand même continué sa carrière, et donc entamé son second Tour de France. L'opportuniste Uran lui a volé sa victoire à Chambéry, mais si le Jura ne lui a pas réussi, les Pyrénées et les Alpes le couronneront. 
J'ai fait pas mal de vélo dans ma jeunesse, j'ai suivi près de soixante Tours de France, dont une bonne cinquantaine à la télé, et je pense que ce jeune est de la race des Hinault et des Fignon. Voire Jalabert mais ce dernier ne s'est révélé que sur le tard (et le Tarn lol). 

Là aussi il lui faudra une équipe, car je suis persuadé que si on lui fournit le même "personnel" qu'à Froome, il ira très loin !

Je vous embrasse.

19:10 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Ah! Le TOUR! Merveilleux souvenirs,des lectures d'époque retrouvées pour la circonstance,journaux d'avant ma naissance. J'en ai consulté et relu des articles... Mais voilà,Festina associée à un trafic,et pas celui qu'évoque talentueusement Cabrel. Hier soir j'ai regardé le film sur Armstrong,Le programme; film que j'ai trouvé moyen mais regardable. Cette année j'ai vu des résumés et remarqué que l'on avait évacué la question qui fâche,celle du dopage. Photos d'époque,aussi. Un petit livre racontant les 60 premières années du Tour, agrémenté d'anecdotes. Ce sont en fait ces 3 lettres qui ont tout changé,E P O .
À dessein,je mélange. C'est encore le TOUR de France et cela devrait durer,comme Le Sud de Nino Ferrer!
Merci de ton com,Patrick; je te crois volontiers quand tu te dis intarissable sur le Tour. Cordialement. Cédric

Écrit par : Cédric | 21/07/2017

Écrire un commentaire