Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2018

9 MARS 2018 : BELLE RENCONTRE !

Tous les trois quatre mois je vais à Paris. Pendant que chérie va voir sa maman à Bastia, où je ne suis pas trop en sécurité, vu que la maman en question habite juste en face de son ex ! Et ma rencontre avec celui-ci donnerait à peu près la même chose que chérie croisant la mienne (d'ex) dans les Côtes d'Armor..

Bref, Paris. Valise lourde, car j'ai pris l'ordinateur. Que vais-je lire dans le train ? En principe c'est Cauvin ou Bouvard. Là c'est le "tour" de Philippe, et j'emporte et si je disais tout, un opus de 1977 où il passe les people de l'époque en revue. Sans complaisance, ce qui était rare à l'époque.


J'avais pris mes billets longtemps à l'avance, ce qui me dispensait d'emprunter le TGV low-cost Ouigo, où on est serrés comme des sardines, et qui vous laisse à Disneyland. J'aime bien le parc de Mickey, mais sa gare un peu moins, car avec le Ouigo, on doit faire le parcours du combattant, et avec une valise lourde ce n'est pas le top.
Quand j'ai pris les billets, j'avais le choix entre le Ouigo (arrivée à Disney 19h45, donc Paris 20h45) pour 35 euros, le TGV seconde classe à 42 euros direct Paris, et la première à 48. Ce que j'ai fait, pour l'aller comme pour le retour.
Le retour Ouigo impose de partir de Paris à 11h dernier délai, le TGV que j'ai choisi me permettait de partir 3 heures plus tard. Direct Toulon en plus !

A Paris, j'ai revu un petit-cousin (petit-fils de ma cousine germaine) que je n'avais plus revu devant "les évènements". Dont on n'a pas parlé, lui étant féru de généalogie et de météorologie, comme son "tonton" ! 
Le temps là-bas était comme celui de Sanary quand je suis parti, à savoir frisquet, venteux et souvent pluvieux.
J'étais finalement content quand j'ai refait ma valise, le vendredi. Direction Gare de Lyon, avec changement de bus. Sous le flotte et le froid, mon Bouvard dans la poche de ma parka.
J'y étais en avance, arrivé à midi et demie pour un train partant à 14h11 ! J'ai déjeuné au Mezzo i Pasta, fast-food de pâtes fraîches nouvellement implanté là-bas. Trés raisonnable : Pour dix euros, grande portion de pâtes plus une bouteille de vin. 
A 13h j'étais dans une des salles d'attente, attendant que la voie de mon train soit affichée. Logiquement 13h51 pour un départ à 14h11.
13h51 arrive. Rien.
13h55. Rien .
14h. Encore rien !
Pendant ce temps je vois défiler sur le panneau des trains qui sont censés partir après le mien, et, quand même, un peu après 14h, j'ai des infos !
NICE MENTON RETARD 30 MN. Donc encore plus d'une demie-heure à faire le poireau.
Mais toujours pas d'indication de voie. Une voix masculine dans le haut-parleur parle de "problèmes de signalisation". Comme d'habitude !

Il n'y a que sur les passages à niveau des Pyrénées Orientales que la signalisation est infaillible...

A 14h20, le panneau indique "HALL 1". La Gare de Lyon est depuis toujours dotée de deux halls de départ : le hall "royal", le plus près de la sortie, celui où débouche le métro et qui donne sur le parvis, et le "hall 2", dit "Hall des oubliés" pour lequel il faut se taper 500 mètres supplémentaires. 
Donc, toujours avec la valise, direction le Hall 1, qui n'est pas, contrairement à l'autre, à l'abri des courants d'air.
Mais je ne sais toujours pas de quelle voie il partira ! Moi et les quelques 500 voyageurs du train en question qui piétinent sous le froid. 
14h35 : des news ! Toujours pas de voie, mais RETARD 40 MN ! J'entends des murmures dans le hall, bien entendu aucun agent SNCF à l'horizon ! Je prends une photo pour l'envoyer à ma chérie :

GARE LYON.jpg

ENFIN à 14h50, ils annoncent la voie ! Je suis en voiture 3, donc logiquement je n'aurai pas beaucoup à marcher.
Tu parles ! La première "voiture" est numérotée 11...
La composition du train est la suivante : 11  12  13  14  15  16  8  7  6  5  4  3  2  1 !
On aura traduit : tout le double TGV à remonter...
Tandis que des coups de sifflet menaçants retentissent pour faire presser les voyageurs (ne manquent pas d'air !) je gagne ma voiture 3. 
Place 82, pas trop mal située. Je range ma valise, ma parka, mon pull et je récupère mon Bouvard.
A 15h pétantes (50 minutes de retard finalement) le train s'ébranle. Là je dois dire qu'il se donne du mal pour essayer de grignoter quelques minutes, car il bourre pas mal.
Je regarde autour de moi. Je suis un des plus jeunes, comme c'est le cas en première. Je ne vois qu'une jeune femme de l'autre côté de l'allée.
Il règne un silence de mort dans le wagon, même un éternuement serait mal vu...
Mais juste à côté j'entends quelqu'un parler à haute voix.
- vous notez cette phrase : "au sujet des commémorations..."
La même voix que Philippe Bouvard. 
Et là je regarde d'où vient la voix. A côté de la jeune femme en question, un monsieur avec costume arborant la légion d'honneur, C'ETAIT PHILIPPE BOUVARD LUI-MEME !!!
J'en parle par sms à ma chérie laquelle me répond "demande-lui un autographe"...
Me croyait-elle ? Alors j'ai pris mon courage à une main, l'autre tenant le bouquin, et me suis adressé à lui.
- vous êtes Monsieur Bouvard ?
Il me regarde avec des yeux pétillants. C'était bien lui.
- ça me ferait plaisir que vous me dédicaciez ce livre, je suis un de vos plus grands admirateurs (ce qui est vrai)  et là il me répond :
- Avec plaisir ! C'est quand même incroyable que vous lisiez un de mes ouvrages dans ce train !
Je lui réponds sans mentir, à savoir qu'il était (avec Patrick Cauvin) mon auteur de chevet quand je me rendais à Paris.
Là il se lève - enfin fait un geste en ce sens, il a 88 ans - et me serre la main, toujours avec le même regard pétillant, presque "reconnaissant". Me demande mon prénom et d'une écriture rapide, me fait ma dédicace, presque en s'excusant :
- Vous savez, avec l'âge, on lit de moins en moins bien et on écrit de plus en plus mal...
DEDICACE.jpg
J'avoue que je ne sais pas ce que j'ai pu balbutier comme réponse. De voir comment cet homme, qui depuis 50 ans, a parlé aux plus grands, notamment tous les présidents de la Vème république, les plus grands acteurs, chanteurs, écrivains, s'était donné la peine de se lever et de me serrer la main, à moi qui ne suis qu'un pékin lambda, m'a complètement secoué !

Oui je suis un de ses plus grands admirateurs. J'ai fait plusieurs notes sur lui. Et pourtant, il n'est pas de mon bord politique...
C'est à 16 ans que je l'ai découvert, sur RTL où il jouait les méchants.  Puis à la télé avec samedi soir, dont je ne loupais aucune émission. J'ai découvert sa littérature dans la foulée avec des ouvrages assez percutants pour l'époque. Au cinéma où il a joué dans l'aile ou la cuisse en 1976 avec De Funès.
Les grosses têtes en revanche, je n'étais pas fan. Du reste en cette période moralisatrice où une petite drague est assimilée à du harcèlement sexuel, cette émission grivoise serait interdite avec le contenu des années 80, 90 et 2000 !
Ruquier, qui le lui a piquée, est nettement plus "consensuel" !
Mais ce qui m'a marqué, c'est son "petit théâtre" où il a révélé beaucoup de talents encore en herbe : les Inconnus, Mimie Mathy, Chevallier/Laspalès, Smaïn, Muriel Robin, feu Marcel Philippot (je l'aurai un jour, je l'aurai), Tex, Fabrice Luchini...

Enfin je ne vais pas faire sa "nécro" avant l'heure, mais quand même une petite anecdote : En 1999, suite à l'arrêt brutal de mes antidépresseurs, je suis devenu maniaco-dépressif. Et dans mes moments "maniaco", j'envoyais toujours un courrier pour féliciter les auteurs que j'avais lus et qui m'avaient plu.
Bien évidemment personne n'a répondu à ce courrier émanant d'une personne visiblement dérangée.
Enfin presque personne : Bouvard, lui, a pris soin de me répondre, et assez longuement.
C'était en 2000 et ce geste m'a touché, m'a montré que cet homme est quelqu'un de profondément humain et altruiste. 
18 ans plus tard, j'en ai eu la confirmation.

Et - clin d'oeil du "Destin", son épouse, Colette Sauvage, a le même nom que la mère de Marité, ma demi-soeur...


Je vous embrasse.

Commentaires

Je suis très content pour toi Cica ! D'autant plus que je n'avais pas une opinion bien définie de Philippe Bouvard dont j'ai pu voir des vieilles émissions (Notamment sur Télé Melody) et dont l'attitude me paraissait un peu faussement sympathique, en dépit de son talent de journaliste et d'animateur. Tu me le fais remonter dans mon estime, c'est donc quelqu'un de bien et de plus simple que ce qui se dit sur lui. C'est très bien.

Écrit par : Hug | 13/03/2018

Fabuleuse rencontre, en effet,Patrick! C'est extraordinaire et j'en vraiment très,très heureux pour toi. Yessssssssss! Jolies descriptions,et Paris vendredi; j'en ai ainsi une idée. Ma copine y était depuis jeudi pour enregistrer une chanson et me l'a envoyée en whatsapp mais ne m'a rien dit du temps. Ainsi je sais puisqu'elle n'était pas loin de la gare de Lyon! Un grand moment pour toi que tu partages. GR8 Patrick,alors que j'écoute en cet instant J'entends siffler le train. Amicalement Cédric

Écrit par : cédric | 13/03/2018

Bonsoir Patrick et à tous.

Oui, chouette quand même de tomber nez à nez dans un train avec Bouvard. On aime ou on aime pas ( moi j'aime) mais il a bourlingué pas mal.

Je rebondis que ce sujet pour vous parler de ma rencontre à moi du WE dernier où certains ont cherché vainement.

C'était dans un salon littéraire en Bretagne et on a discuté un max et de façon très sympa: c'était Caroline Crozat du groupe ANGE !

Vous nous trouvez tous deux en photo sur la page face de bouc de notre association L'OREE

www.l-oree.org

Bises à tous !

Écrit par : boixiere | 13/03/2018

photo 3 où je lui dédicace mon livre et photo 4 je suis malheureusement au milieu, soit le plus vieux...

Écrit par : boixiere | 13/03/2018

Belle rencontre en effet cher Cica, sans être un grand fan de Philippe Bouvard ce que j'admire le plus chez lui c'est sa longévité professionnelle, à l'âge de 88 ans on s'attendrait à ce qu'il soit retiré dans une jolie résidence tranquille à la campagne mais lui c'est tout le contraire, je le vois pas s'arrêter de travailler, il décédera sur les planches comme Molière. Contrairement à toi j'aimais bien les grosses têtes à son époque, surtout quand il y avait Jean Dutourd, aujourd'hui j'estime que Laurent Ruquier a dénaturé l'esprit de cette émission, Bouvard lui n'avait pas besoin de jeu comme la valise pour faire de l'audience. Amitiés, Renaud.

Écrit par : Renaud | 13/03/2018

Le slow pour Alvina,Jacques Vaillant,c'est Philippe Bouvard qui l'a fait passer à la télé. Les radios l'avaient bloqué,etc. Et De l'huile sur le feu( si ça s'appelait bien comme ça) Génial! Un vrai grand bonhomme! À + Cédric

Écrit par : cédric | 13/03/2018

Tu aurais pu devenir écrivain,Patrick. J'ai relu tellement c'est bon! Cédric

Écrit par : cédric | 13/03/2018

Je répondrai à tout le monde, mais je "fonds" devant le compliment de Cédric. Car je ne n'ai même pas fait de brouillon pour cette note, que j'ai écrite au fur et à mesure.
Ainsi c'est Bouvard qui a permis de faire passer le "slow pour Alvina" de Jacques Vaillant ! J'adore ce disque, et c'est dommage qu'il n'ait pas eu plus de succès. Pourquoi les radios l'avaient-elle bloquée ?
http://dai.ly/x7q4ch
Amitiés

Écrit par : cica pour Cédric | 14/03/2018

Une jolie rencontre dans un train en compagnie de Philippe Bouvard. Aussi inattendue qu'émouvante en effet. Merci pour cette tranche de vie, Cica !

Écrit par : Jerry OX | 14/03/2018

Statistiquement, j'avais finalement mes chances car apparemment il prend ce TGV-là tous les vendredis pour se rendre à Cannes. Ainsi les "habitués" de ce TGV doivent le croiser de temps à autre. Sauf que.... j'ignorais qu'à 88 ans passés il prenait encore le train ! Surtout quand on connaît l'escalier pour se rendre dans la "salle haute". Pour moi, il y allait en avion, vu les moyens qu'il a... (et qu'il n'a pas laissé sur le tapis vert !)
Là encore on voit la simplicité de ce Monsieur, qui n'hésite pas à se taper presque 6 heures de train au lieu de prendre leur jet privé ! Et en plus.... Il y travaille !!! Oui Renaud, il ne prendra jamais - il l'a écrit souvent - sa retraite, car c'est d'une part un bosseur acharné, et d'autre part il est hanté par la mort et pense que la retraite c'est l'antichambre de cette dernière... Dommage que je n'aie pas pu discuter de ça avec lui, car pour moi mes "années-retraite" sont les plus mouvementées de ma vie !
Sinon le groupe Ange, excellent (j'adore "tout feu tout flamme") même s'il est resté assez confidentiel pour le grand public.
Ainsi Michel, tu portes la moustache à la gauloise ! Ravi de voir ton portrait en attendant :))) Le mien date de 2014, il faudrait peut-être que je change ?
Amitiés

Écrit par : cica pour Boixière et Renaud | 14/03/2018

D'autant que Bouvard est mon auteur de chevet ! Ca n'est pas la célébrité qui m'impressionne, au cours de ma vie professionnelle j'ai donné pas mal de dossiers de vol à des gens très connus, et durant mes années-radio j'ai interwievé des grands noms aussi. Par exemple, j'aurais rencontré dans les mêmes circonstances Michel Drucker ou Michel Sardou, je n'en aurais pas du tout été aussi "retourné". Je ne leur aurais d'ailleurs rien demandé ! Peut-être une exception: Johnny. Là oui j'aurais été très impressionné. Mais même s'il est trop tard, je ne vois pas Johnny dans un train...
Le "hasard" (voir la formule d'Einstein) a décidé qu'une fois dans ma vie je devais croiser ce Monsieur qui m'a tant apporté, surtout dans les pires moments. Comme disait Thierry Roland en 1998 : "à présent je peux mourir tranquille" ! (je plaisante)
Amitiés

Écrit par : cica pour Jerry OX | 14/03/2018

@ Cica, je comprends fort bien ! Bonne soirée à toi et merci pour ton blog !

Écrit par : Jerry OX | 14/03/2018

Cica : Drucker tu aurais pu le rencontrer facilement. A chaque fois qu'il publie un livre, il donne des conférences lors desquelles il les dédicace. Ma soeur l'a rencontré à cette occasion et a pris une photo avec lui. Moi aussi, il est venu dans ma ville en 2010 dédicacer son livre sur son frère en décembre 2010 un vendredi après-midi : C'est fou le monde qu'il y avait ! Je suis donc allé avec ma mère dans ce magasin exprès pour le voir et je me souviens que j'étais très intimidé à l'idée de le voir. Mais ma foi, bon, il n'était pas aussi impressionnant qu'on peut le penser. Je l'ai donc vu 5 minutes répondre à une interview en signant des autographes.

Mais quand je vais à des concerts (ça ne m'arrive pas souvent), j'appréhende toujours à l'idée de voir quelqu'un que j'admire. Mais à chaque fois je me dis qu'en fait ces gens sont comme vous et moi, seulement la projection, la lumière relative au milieu du spectacle qu'ils ont choisi font d'eux des vedettes, des stars qui, dans le fond, en privé, sont d'une grande simplicité et humanité pour la plupart.

Écrit par : Hug | 14/03/2018

Bouvard a écrit cette lettre à François Hollande :

"Je n’ai jamais fréquenté de paradis fiscaux. On chercherait en vain la plus petite niche chez moi depuis que j’ai cessé d’avoir des chiens ! Une seule fois, je me suis délocalisé dans le cadre de la loi Pons à la coûteuse faveur d’un investissement hôtelier dans les DOM-TOM qui m’a fait perdre 100% de ma mise. A la distribution des bonus, des stocks options et des dividendes, j’ai toujours été oublié.

Mon casier judiciaire est vierge. Mon courage est intact. Je ne suis pas un damné de la terre. Mais je ne suis pas non plus un profiteur ou un esclavagiste. Je ne suis protégé de personne, sauf du public auquel je dois la longueur de mon parcours.

J’ai mes opinions mais je n’ai jamais adhéré qu’au parti des amoureux de la France. J'ai versé à la collectivité davantage que je n’en ai reçu : pas un jour de chômage et une seule nuit d’hospitalisation en six décennies. Je me situe sans honte mais sans fierté excessive dans cette classe moyenne qu’on souhaite faire disparaître en nivelant notre société par le bas.

Je refuse autant d’être culpabilisé par un politicien (qui voudrait que l’on prenne son inexpérience pour de la normalité) que la France accorde sa confiance à un homme que l’Europe prive de la sienne et qui, bien qu’ambitionnant de devenir le gardien de la constitution ne paraît pas s’être préoccupé de la constitutionnalité de ses propositions.

Quant à moi, j’aurais nourri mes enfants, bâti des maisons, planté des arbres. Mission accomplie.

Et vous Monsieur HOLLANDE qu’avez-vous fait ?

Sinon d’augmenter les impôts d’une classe moyenne pour favoriser les fainéants et les assistés de notre pays.

Et vous M. Hollande, qu'avez vous fait si ce n'est des enfants dont vous n'avez jamais épousé les deux mamans, même si l'une d'entre elles était ministre de la famille ?,

êtes vous un "homme normal" M. Hollande ...?

- vous qui, du même coup, avez évité de payer l'IGF devenu par votre mentor l'ISF, en ne convolant pas, et ce, malgré tous vos biens immobiliers et mobiliers, vous qui avez permis à vos COMPAGNES de toucher les allocs pour "femmes filles mères" : 5 fois,.....

êtes vous un "bon français" M. Hollande ?

- vous qui installez une maîtresse sur le trône.,- vous qui bafouez un homme dont les médias ne parlent jamais ni ne publient jamais la tête, et qui pourtant a donné son nom qui perdure, à votre maîtresse : madame TRIERVELLER, - vous qui ignorez les 3 enfants de ce même couple que vous avez brisé,

êtes vous un "homme d'honneur" M. Hollande...? en brisant un couple avec 3 enfants.....

- vous qui n'aviez jamais mis les pieds dans une Entreprise, dans une usine, ni dans un ministère, et qui en bravez tout le savoir faire et la pérennité avez-vous conscience que ce sont les Français qui paient votre formation professionnelle ?

Etes vous un vrai chef d'ETAT, Monsieur HOLLANDE ????

vous ne seriez même pas un Chef d'entreprise !!!

signé : Ph. BOUVARD"

Bien envoyé, non ?

Écrit par : Viviane Rousset-Gouin | 25/03/2018

Bien écrit! Une plume d'élite. C'est absolument vrai en ce qui concerne la fiscalité; ce n'était plus tenable. Et un méli-mélo dans l'ensemble du tissu économique. La charge suprême demande beaucoup à son titulaire et surtout en des temps difficiles. Sans doute,sans ces horrifiants et trop meurtriers attentats,le climat eut été meilleur mais une vie privée dans France-Dimanche n'est pas un bonus pour un homme d'État. Et s'afficher ostensiblement avec un exilé fiscal tout en montrant du mépris pour un autre,ce n'est pas sérieux ni gratifiant. M. Bouvard répond certainement à une agression verbale de l'ancien président qui en a commis quelques-unes. Ceci dit,il a sûrement fait de bonnes choses dans son quinquennat compliqué et mal terminé. Je ne fais pas de politique,si jamais. Il faut des élections,des présidents,des balayeurs que des robots remplaceront peut-être.... J'ai lu avec plaisir ces lignes de Philippe Bouvard. Merci de les publier sur le blog de Patrick; lui aussi talentueux dans son style. Cordialement. Cédric

Écrit par : cédric | 25/03/2018

Je l'ai dit, Bouvard n'est pas de mon bord (cet article en témoigne) mais cet homme de qualité n'a jamais eu peur de se frotter aux puissants en exercice, ce qui en ces temps aseptisés où se retourner sur une jolie fille est passible de prison, et où parler d'islamisme vous assimile parfois à un facho, est de plus en plus rare !
Amitiés.

Écrit par : cica pour Cédric et Viviane | 25/03/2018

je croyais q'on ne parlait plus de politique ? alors je me suis retenu de vous répondre à propos des villes détenues par un certain parti ( que je connaissais bien ) où je n'étais pas d'accord avec Patrick et Michel . madame Rousset-Gouin en remet une couche avec Bouvard qui a toujours fait de la politique . sachez que j'ai voté Hollande pour dégager le petit voyou puis j'ai voté Macron pour éjecter l'autre d'extrême-droite ( je ne suis pas d'extrême-gauche non plus ) . pire je n'ai aucun regret . sans ça c'est tous les mêmes une fois au pouvoir , je n'ai aucune illusion pour ça . j'ai oublier de vous dire que le Bouvard ce n'est pas ma tasse de thé . déjà dans les années 60 il disait du mal d'Hallyday pire des Beatles , un vrai visionnaire ce bonhomme . dernièrement du mal de Laurent Ruquier . je me rappelle aussi que mon copain policier et son collègue sur l'autoroute Dijon- Beaune avaient été traité de connards , de bons à rien par lui à bord de sa Rolls . peut-être avec l'âge il devient plus gentil . Jean

Écrit par : jean | 25/03/2018

Je trouve tout à fait déplacée l'allusion faite par Viviane en mentionnant la lettre de Bouvard à Hollande dans ce blog, que chacun reste à sa place, Bouvard était sans doute un bon animateur des grosses têtes mais quand il se mêle de politique c'est affligeant puisqu'il ne fait que défendre ses intérêts, représentant une classe de privilégiés et certainement pas défenseur des classes moyennes. Merci à Jean dont je me retrouve totalement dans son commentaire sur ce même sujet. Amitiés, Renaud.

Écrit par : Renaud | 26/03/2018

Tout cela est de ma faute, j'avais parlé de mon blog à Viviane voilà quelques mois, et j'avoue que son premier commentaire m'a surpris. D'autant qu'elle tient un blog elle-même (très bien écrit) où elle ne parle pas de politique !
Oui Jean, oui Renaud, pas de politique dans mon blog, c'est toujours valable, mais je n'allais pas censurer Viviane pour son premier com...
Pour clore le sujet, je l'ai dit, j'ai lu tout Bouvard, et il a toujours été de droite, même quand il n'était que simple "grouillot" au Figaro. Alors que moi (allez je me dévoile), je suis de gauche depuis 50 ans, depuis mai 68 (et Viviane le sait, on en a parlé), lorsque j'ai vu de mes propres yeux comment l'opinion était manipulée.
C'est quand même à Mitterrand qu'on doit la retraite à 60 ans, et à Sarko qu'on doit une rallonge de deux ans (ma chérie en sait quelque chose). Et si Fillon n'avait pas été rattrapé par ses contradictions, on était bons pour 65 ! Pour moi la gauche c'est le progrès et le partage, et je suis d'accord avec ces valeurs.
Allez, on ne parle plus politique, pour ça il y a tous les autres blogs (ou presque) de la plateforme Hautetfort.
Amitiés.

Écrit par : cica pour Jean et Renaud | 26/03/2018

Jean, je partage 100% Lettre de Bouvard déplacée, voté Hollande puis Macron et moi non plus aucun regret, même s'il me sucre 250 euros sur ma retraite.

Je ne les regrette pas, si ça peut aider un chômeur par exemple ou un retraité à 750 euros par mois.

Écrit par : boixiere | 26/03/2018

Michel, il faut remettre les choses dans leur contexte. Je suis d'accord que cette lettre est déplacée sur mon blog, mais au départ elle était destinée aux lecteurs du "Figaro Magazine", lesquels achètent ce torch... ce journal pour y voir ce qu'ils ont envie d'y lire.
Je t'encourage, ainsi que mes autres commentateurs, à lire d'autres oeuvres de Bouvard, notamment "portraits pour la galerie" (2009) où il s'adresse à un plus large public.

Sinon, 250 euros de moins par mois ou par an ?

Amitiés

PS on arrête la politique ! Car on n'a pas beaucoup parlé de mon top de juin, qui m'a donné bien du souci...

Écrit par : cica pour Boixière | 26/03/2018

Top de juin, je viens de faire un commentaire.

Lettre déplacée en général et non pas sur ton blog, je ne me serais pas permis.
250 euros.... par an soit 22 euros et des brouettes par mois.

Écrit par : boixiere | 26/03/2018

l'incident est clôt . vive la musique . Jean

Écrit par : jean | 26/03/2018

Passionnante polémique! Afin de ne pas passer pour le facho de service,j'affirme haut et fort que je suis moi aussi en faveur des forces de progrès,partout dans le monde! J'ai vu un dessin sur FB où le personnage dit:Lord,give me coffee to change the things I can,and music to accept the things I can't... Cordialement,merci à tous. Cédric

Écrit par : cédric | 26/03/2018

Je reviens sur cette note et sur ton commentaire, m'étant mis à relire le journal de Bouvard entre 1997 et 2000.
Pendant la campagne des législatives anticipées de 1997, il écrit :

"Lionel Jospin : un peu suffisant, mais plus que nécessaire"...

Écrit par : cica pour Viviane | 23/05/2018

Écrire un commentaire