Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2018

TOP 35 DES VENTES DE DISQUES OCTOBRE 1983

1 15 WHAT A FEELING Irène Cara   1
2 22 COMMENT CA VA Shorts   2
3 1 SWEET DREAMS Eurythmics   3
4 24 DOLCE VITA Ryan Paris   4
5 13 MOONLIGHT SHADOW Maggie Reilly Mike Oldfied   5
6 10 COEUR DE ROCKER Julien Clerc 1  
7 2 BABY JANE Rod Stewart   6
8 5 C'EST BON POUR LE MORAL Compagnie Créole 2  
9 33 PARIS LATINO Bandolero   7
10 8 GIVE ME THE GOOD NEWS Crocodile Harris   8
11 31 CHINA GIRL David Bowie   9
12 9 EVERY BREATH TO TAKE The Police   10
13 e I'M STILL STANDING Elton John   11
14 e SHE WORKS HARD FOR THE MONEY Donna Summer   12
15 26 TRUE Spandau Ballet   13
16 30 VAMOS A LA PLAYA Righeira   14
17 20 MAMY YOKO Rose Laurens 3  
18 4 MISE AU POINT Jackie Quartz 4  
19 3 BEAT IT Michael Jackson   15
20 20 WANNA BE STARTIN SOMETHIN Michael Jackson   16
21 e I O U Freeze   17
22 e ELODIE Koeur's   18
23 e PAPOUS Gérard Blanchard 5  
24 e Y A DE L'AMOUR DANS L'AIR Bruna Giraldi 6  
25 14 LEVE TON FUL DE LA Forbans 7  
26 7 TOTAL ECLIPSE OF THE HEART Bonnie Tyler   19
27 e KARMA CHAMELEON Culture Club   20
28 6 L'AVENTURIER Indochine 8  
29 e J'AIMERAIS Daniel Guichard 9  
30 27 MY HEART IS BEATING WILD Gibson Brothers   21
31 e LE RITAL Claude Barzotti 10  
32 e VLADIMIR ILLITCH Michel Sardou 11  
33 11 L'ITALIANO Toto Cutugno   22
34 23 DECIBELLE Jean-Luc Lahaye 12  
35 12 LA PREMIERE FOIS QU'ON S'AIMERA Vartan / Sardou 13  

Ce top mensuel finit par la semaine du 29 octobre au 5 novembre. Ce samedi-là fut « spécial » pour moi, car c'est celui où j'ai quitté la radio de Gap.
Tout était parti du jour où le « boss » avait fait faire une enquête médiamétrie, en vue de placer les futurs créneaux de publicité, enquête où je ressortais animateur le plus écouté de la radio, mais aussi … du département ! Devant Foucault lui-même. Il faut dire que je remplissais - bénévolement – un tiers de la grille des programmes, et pas trop mal. Quand il l'a su le boss ne m'a rien dit mais m'a proposé de me salarier. J'ai refusé, ne voulant pas quitter la proie pour l'ombre.
De ce jour le harcèlement a commencé pour me faire dégager. De mois en mois on me supprimait des émissions, remplacé progressivement par des « jeunes loups » qui piaffaient depuis déjà quelque temps. J'ai fini par jeter l'éponge...
35 ans après je pardonne et comprends ce « boss », dont un tiers des auditeurs dépendaient de moi, qui étais devenu une « bombe à retardement » pour son entreprise, qu'il fallait désamorcer au plus vite.
Ce que le « boss » n'avait pas prévu, c'est qu'un autre animateur, André, qui venait juste après moi dans l'enquête, et à mes yeux "le meilleur d'entre nous" (il avait bossé à RMC), va du coup quitter lui aussi la radio par solidarité avec moi !
Et ce qui devait arriver arriva, privée de ses deux « piliers », l'audience de la radio s'effondrera, Radio5 vendra sa fréquence un an et demie après au groupe « Fun »...

Vous dire si ces chansons me parlent, ma dernière émission étant justement...le hit-parade ! Hit exclusivement français, et justement ce mois est celui où ils sont le moins nombreux... Sur les 15 premiers, seulement deux. Ce qui permettra à Rose Laurens d'accrocher un podium français avec la 17ème place au général ! Du jamais vu. Si la tendance persiste, je pense arrêter ce top bien avant la fin des années 80 !
En tête donc Irène Cara et (6ème au général) Julien Clerc. De nouveau numéro un douze ans après ce n'est rien.
Deuxièmes les Shorts et la Compagnie Créole. Le bronze échoit à Eurythmics et donc, Rose Laurens avec une 17ème place qu général. Je ne comprends pas cette absence des français dans les ventes, car l'époque ne manquait pas de bonnes chansons cet été-là. J'en cite quelques-unes : on avance de Souchon, tangue eau de Sheila, San Miguel de Philippe Lavil, Bopper en larmes de Laurent Voulzy (qui fut numéro un dans mon hit parade radio), C'est de quel côté la mer de Barbelivien (numéro un aussi), les yeux d'une femme de Dick Rivers, bons baisers d'ici de Alain Chamfort, la fille qui m'accompagne de Cabrel, quitte-moi de Pierre Bachelet, je ne sais même plus de quoi j'ai l'air du petit nouveau Marc Lavoine, l'amour violent de Johnny, pour la femme veuve qui s'éveille, de Daniel Balavoine, super de Jean-Paul Césari (numéro un chez moi aussi, tout comme au clair d'une femme de William Sailly) . Oui, sincèrement j'arrêterai les eighties si des comment ça va ou des vamos a la playa prennent le pas sur les chansons françaises. Espérons un retournement de situation !
Sinon, Paris Latino devrait monter (j'emploie le conditionnel car je me fie de moins en moins au mensuel de FF), mais pas china girl qui devrait s'arrêter au 9ème étage. Elton John entre, lui aussi devrait aller haut, tout comme Donna Summer, Freeze et Culture Club. Terminus 14 pour vamos a la playa, et je suppose que Elodie va monter plus haut.
Les (rares) français à présent : Gérard Blanchard prend la 5ème place, Bruna Giraldi la 6ème, Daniel Guichard la 9ème (je ne pensais plus le revoir !). Pour Barzotti (10ème) et Sardou (11ème) les choses ne font que commencer.
A dimanche prochain pour novembre. Je serai alors dans le département qui verra finir mes jours (sauf accident), la Haute-Loire.

Je vous embrasse.

 

Commentaires

Cica : Pour moi aussi, ce mois d'octobre 1983 est "spécial" ! Je ne m'en souviens pas spécialement, car j'avais un an et demi mais... Le jeudi 27 octobre 1983, mes parents, moi et ma grande soeur avons déménagé de l'appartement de la Roche-Sur-Yon où mes parents vivaient depuis l'été 1976, et où ma grande soeur est née en avril 1978 (Et oui, elle va avoir 40 ans dans quelques jours) et où je suis né en mars 1982, pour aller vivre à la campagne, plus précisément à Venansault, dans la grande maison où mes parents et moi vivons toujours aujourd'hui et d'où je t'envoie ce message !

Soit tous les titres qui vont se classer dans les hit-parades maintenant, on n'a pu les entendre que depuis qu'on habite à la campagne. C'est donc un mois clé pour ma famille !

On venait donc de la ville et on a eu de la chance de trouver des voisins agréables et tous de la même famille, dont les grand-parents qui auraient eu aujourd'hui 95 ans et 90 ans et qui nous ont quittés en 2014 et 2011...:( et que je considérais aussi comme mes "3èmes" grands-parents. Je suis encore ému quand je les évoque. Mais on a eu quand même une vraie chance de les connaître.

Parmi les entrées de ce Top, j'aime bien la chanson de Michel Sardou, que je n'ai vraiment découverte qu'il y a quelques mois grâce à Bide et Musique, et celle de Claude Barzotti, que j'ai découverte vraiment en 1995 lorsqu'une de mes voisines m'avait prêté une cassette audio d'une compilation où elle se trouve.

Dans le groupe Koeurs se trouve le chanteur Frédéric Château, qu'on retrouvera en 1987 en solo avec le titre "Stop Lucie" et en 1989 avec le succès "Le malheur des uns et le bonheur des autres". Il est depuis la fin des années 90 le gendre de Michel Drucker pour qui il a composé des génériques d'émissions de télé.

Écrit par : Hug | 22/04/2018

de bonnes entrées pour ce top d'Octobre 83 , Elton John , Donna Summer , Culture Club bien agréable à mes oreilles mais c'est Bruna Giraldi avec y il a de l'amour dans l'air qui m'avait le plus impressionné , quelle voix et quel slow du à Claude-Michel Schonberg qui avait fait une chanson qui tue le premier pas mais pas que ça ! amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 22/04/2018

Pour cica : même si tu déplores que la chanson française se fasse plutôt rare en ce mois d’octobre 1983, on trouve tout de même dans ce hit des pépites comme china girl, beat it, everybreath you take, I’m still standing, Karma Chameleon...et j’en passe, qui sont entrées dans la légende...bien amicalement et bon déménagement en Haute Loire ...

Écrit par : Fred | 22/04/2018

Pas tout de suite le déménagement ! Pas avant la retraite de chérie fin 2019, où on se posera là-bas. Sanary c'est beau, mais c'est snob, très chaud l'été et on ne connaît personne.
La semaine prochaine c'est les vacances, pas pareil !
Amitiés

Écrit par : cica pour Fred | 23/04/2018

Patrick , donc changement radical de paysage , de climat et de mentalité . je ne connais pas la Haute-Loire mais bien l'Ardèche , le département limitrophe . en attendant bonnes vacances à vous deux . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 23/04/2018

Patrick , j'espère que tu vas continuer les années 80's , il me semble que nous avions voté . comme le dit Fred , des pépites étrangères ( comme françaises d'ailleurs ) ils y en arrivent chaque mois . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 23/04/2018

Parisien pendant mes jeunes années (51/72 et 74/75), j'ai surtout vécu en montagne. Déjà 6 mois au sommet du Mont-Aigoual, puis 4 ans en isère, 1 an en Aveyron, 7 ans dans les Hautes-Alpes, 11 ans en Lozère. Grosse interruption pendant 10 ans où j'ai habité au bord de l'Atlantique, puis 4 ans au pied du Jura et avant Toulon 4 ans dans le Haut-Doubs.
Soit 27 ans de ma vie en montagne quand même ! L'Ardèche est un département magnifique et très varié. Pour me rendre en Auvergne j'en traverse plus de 100 km, en commençant par Bourg St Andéol (provençal), puis le Vivarais (Viviers), les Cévennes d'Aubenas à Mayres, puis le haut plateau à partir du col de la Chavade. Bourg St Andéol je m'y étais rendu une après-midi en 65 à partir de Valréas (à vélo). 80 bornes A/R, mais très roulants.

Pour le top, si jamais il "tourne mal", je n'ai qu'une parole, mais je dois dire que ça deviendra plus un pensum qu'un plaisir !
Amitiés

Écrit par : cica pour Jean | 24/04/2018

oh !! Vingt places de mieux pour "China Girl" de David Bowie , voila qui est réjouissant et Gérard Blanchard et ses "Papous" . Il est assez éclectique ce classement du mois d’octobre 1983 , mais c'est, je dois avouer encore la "bonne" période des années 80 qui va être gâchée (selon moi) par l'arrivée massive dans les productions discographiques par les synthés et autres boites à rythme ...

Écrit par : Jerry OX | 24/04/2018

Jerry OX : Je suis d'accord avec toi en partie. Certains titres des années 80 ont mal vieilli surtout à cause de leurs arrangements. Mais quand je constate ça, c'est aussi pour des titres du début des années 80 :

Quand j'écoute par exemple "Twister ma peine" par Karen Cheryl (OK pas une référence, mais bon !) dans sa version studio originale (Celle qui se trouve en face B du 45 tours 4 titres de "Oh ! Chéri chéri" sorti en 1982) que Karen chante seule, pas celle en duo avec la petite Sandra sortie en 1983, que d'ailleurs j'ai l'impression de ne pas avoir vu passer dans les Tops de 1983 (Il faudrait que je relise), ben je trouve que l'accompagnement synthé qu'on entend dans l'intro de la chanson a bien mal vieilli.

Et je ressens exactement le même sentiment quand j'écoute "Midnight blue" de Louise Tucker, mal vieilli. Et ça date du début des années 80.


Mais quand j'écoute aussi "P'tit bouchon" de Sabine Paturel, le gentil "follow-up" de 1986 qui a suivi le méga tube des "Bêtises", je trouve aussi que ça a bien mal vieilli au niveau arrangements surtout. Pas la chanson en elle-même qui est toujours aussi marrante. D'ailleurs, j'y reviendrai quand Cica sera rendu en 1986, mais cette chanson ressemble drôlement. dans son refrain, aux couplets de "Plus grandir" de Mylène Farmer sortie fin 1985.

Autres titres des années 80 qui ont mal vieilli selon moi : Les deux tubes de Bibie "Tout doucement" et "J'veux pas l'savoir", mais aussi "Canoë rose" de Viktor Lazlo. Mais bon, celle-là, c'est le genre de chansons qui rend dépressif dès qu'on l'entend !

Des slows en fait.


Mais pour moi, c'est surtout dès le début des années 90 que les titres vont être de moins en moins bons, ce qui correspond à la démocratisation du rap et l'apparition de la dance. En réalité, quand le Top 50 a disparu de la télé, je ne regardais quasiment plus l'émission, ni n'achetais tellement les chansons qui y étaient classées : Marc Toesca en a quitté la présentation en juillet 1991 et je l'appréciais beaucoup, mais surtout la présentation du classement par Yvan Le Bolloch' et Bruno Solo coïncide surtout avec l'arrivée en masse du rap et de la dance !

Écrit par : Hug | 24/04/2018

C'est à partir de 1989 et l'arrivée de la "house music" que tout a vraiment changé. Les premiers raps, j'aimais bien à partir du moment où c'était encore de la chanson, pas des grognements comme c'est le cas depuis 25 ans. Je ne détestais pas les premiers disques de Mc Solaar, et "dis-moi bébé" de Benny B a été une de mes chansons favorites à l'époque !
Quand à Sandra - une de mes chanteuses préférées - elle n'avait pas encore "percé" en 1983. Ni en 84, son premier titre connu étant "Maria Magdalena" (comme Julie Pietri !).
Sinon, 1986, y arriverai-je ??
Amitiés

Écrit par : cica pour Hug | 25/04/2018

Pour Cica:Oui, c'est vrai qu'il y a un rebond des chansons francophones en 1986, surtout au deuxième semestre, (avec pas mal d'interprètes féminines nouvelles ou confirmées) mais, en 1987, on aura des morceaux pénibles de house music notamment.

Écrit par : Leroy David | 25/04/2018

Pour Cica : Oui, tu as raison. En fait, 1987 à 1989 est la grosse période où je regardais le plus le Top 50 et dont j'ai certainement le plus de 45 tours. Dans le livre de Fabrice Ferment et le SNEP "40 ans de tubes" publié en 2001, c'est dans cette période que j'ai le plus de 45 tours. Effectivement, regardant le Top 50 en ne voulant pas rater une seule fois l'édition complète du classement le samedi soir, j'étais devenu à entre 5 et 7 ans, un véritable consommateur de 45 tours aussi.

Et je constate aussi qu'en 1989, j'ai acheté moins de 45 tours que sur les deux années précédentes.

Alors voici la liste des 45 tours présents dans le livre de Fabrice Ferment sur cette période de 1987 à 1989, que j'ai acheté à l'époque et même ensuite :

1987: Cabrel et les enfants d'Asnières "Il faudra leur dire" (Acheté à l'époque), Licence IV "Viens boire un p'tit coup à la maison" (Acheté bien plus tard, début des années 2000, pas pour la qualité de la chanson, mais pour avoir ça pour les fêtes de famille "arrosées" au cas où ! 3 mois n°1 du Top 50 pour cette daube avinée au grand énervement de Pierre Lescure et Marc Toesca, avec d'ailleurs Cabrel en n°2 durant une semaine, la rage ! Mais bon, à l'époque, les acheteurs du 45 tours avaient dû l'acheter pour pouvoir faire la fête, comme je l'ai fait beaucoup plus tard !),

Jeanne Mas "Sauvez-moi" (Acheté plus tard), Emmanuelle "Rien que toi pour m'endormir" (Acheté plus tard), Madonna "La isla bonita" (Acheté à l'époque), Gérard Blanc "Une autre histoire" (Acheté plus tard. Superbe chanson), Samantha Fox "Nothing's gonna stop me now" (Acheté plus tard), Herbert Léonard "Quand tu m'aimes" (Acheté plus tard), Vanessa Paradis "Joe le taxi" (Acheté plus tard), Raft "Yaka dansé" (Acheté à l'époque. Superbe chanson au texte très intelligent), Léopold Nord et Vous "C'est l'amour" (Acheté plus tard), Los Lobos "La Bamba" (Acheté plus tard), France Gall "Ella, elle l'a" (Acheté à l'époque), Guesch Patti "Etienne" (Acheté à l'époque), Goldman et Sirima "Là-bas" (Acheté à l'époque), Sabrina "Boys" (Acheté plus tard. Ma maman avait refusé de me l'acheter en mars 1988 pour mes 6 ans, allez savoir pourquoi. A la place j'avais eu Corynne Charby "Pas vu, pas pris" que j'aimais beaucoup aussi), Elsa "Quelque chose dans mon coeur" (Acheté à l'époque). ça fait 17 45 tours pour 1987.


1988 : François Feldman "Slave" (Acheté à l'époque), Demis Roussos "Quand je t'aime" (Acheté plus tard), Glenn Medeiros "Nothing's gonna change my love for you" (Acheté à l'époque), Simon et les Modanais "Etoile des neiges" (Acheté plus tard), Félix Gray "La gitane" (Acheté à l'époque), Johnny Clegg "Asimbonanga" (Acheté à l'époque), Florent Pagny "N'importe quoi" (Acheté plus tard), Bernard Minet "Bioman" (Reçu plus tard de la part d'un cousin de mon père qui l'avait acheté à ses gamins), Kylie Minogue "I should be so lucky" (Acheté plus tard), Sandy "J'ai faim de toi" (Reçu à l'époque de la part de gens de la famille venus nous voir en vacances), Début de soirée "Nuit de folie" (Acheté plus tard), David et Jonathan "Est-ce que tu viens pour les vacances ?" (Acheté plus tard),

Goldman "Puisque tu pars" (Acheté à l'époque), Elsa et Glenn Medeiros "Un roman d'amitié" (Acheté à l'époque), Paco "Amor de mis amores" (Acheté plus tard), Gianna Nannini "I maschi" (Acheté plus tard), Mylène Farmer "Pourvu qu'elles soient douces" (Obtenu en 2011 dans le bac de disques de la radio), Thierry Mutin "Sketch of love" (Acheté plus tard), A-ha "Touchy !" (Acheté à l'époque), Elsa "Jour de neige" (Reçu à l'époque de... la petite souris !), David Hallyday "High" (Acheté à l'époque). ça fait donc 21 disques.

1989 : Aznavour pour l'Arménie "Pour toi Arménie" (Acheté à l'époque), Caroline Legrand "J'aurais voulu te dire" (Acheté plus tard), Kylie Minogue & Jason Donovan "Especially for you" (Acheté à l'époque), Avalanche "Johnny, Johnny come home" (Acheté à l'époque), Jean-Pierre François "Je te survivrai" (Acheté plus tard),

Kaoma "Lambada" (Acheté plus tard), François Feldman & Jonièce Jamison "Joue pas" (Acheté à l'époque), François Valéry "Aimons-nous vivants" (Acheté plus tard), Philippe Lafontaine "Coeur de loup" (Acheté plus tard), Melody "Y a pas que les grands qui rêvent" (Acheté plus tard), Roch Voisine "Hélène" (Acheté à l'époque), François Feldman "Les valses de Vienne" (Reçu à l'époque, pour mes 8 ans en mars 1990). ça fait seulement 12 disques pour 1989, contrairement aux records des deux années précédentes, preuve que certains trucs insupportables sont déjà apparus comme le groupe belge Confetti's (House Music), ou la dance inécoutable, avec l'horrible "Ride on time" de Black Box qui ne m'ont jamais plus !

Écrit par : Hug | 26/04/2018

Pour Leroy David et Cica : Pour 1986, comme "gros cartons" niveau francophones, on trouve : "3ème sexe" d'Indochine, "Tropique" de Muriel Dacq, "Capitaine abandonné" et "Ville de lumière" de Gold, "La chanson des Restos du Coeur" de Jean-Jacques Goldman, Yves Montand, Michel Platini, Nathalie Baye, Michel Drucker et Coluche, "Partenaire particulier" de Partenaire Particulier, "Les bêtises" de Sabine Paturel, "Ouragan" et "Flash" de Stéphanie De Monaco,

"Pas toi" et "La vie par procuration (En public)" de Jean-Jacques Goldman, "Sauver l'amour" de Daniel Balavoine, "En rouge et noir" et "L'enfant" de Jeanne Mas, "Les démons de minuit" d'Images, "4ème rendez-vous" de Jean-Michel Jarre, "J'veux pas l'savoir" de Bibie, "Eve, lève-toi" de Julie Pietri (Chanson que j'adore), "Premier baiser" d'Emmanuelle (Drôle d'histoire que cette chanson. Tube durant l'automne 1986 et l'hiver 1986 / 1987, elle sera ensuite un peu oubliée avant de connaître une seconde gloire de fin 1991 à 1995 en étant utilisée comme générique de la sitcom AB "Premiers baisers", un peu comme "La dernière séance" d'Eddy Mitchell, honnête succès en 1977, qui connaîtra une seconde gloire en 1982 en étant utilisée comme générique de l'émission du même titre présentée par Eddy Mitchell lui-même), "Musulmanes" de Michel Sardou, "T'en va pas" d'Elsa (D'après le thème principal du film "La femme de ma vie" de Régis Wargnier), "Voyage, voyage" de Desireless et "Maman" de Dorothée.

Parmi les titres internationaux, on trouve comme gros cartons "Russians" de Sting, "Say you, say me" de Lionel Richie, "Burning heart" de Survivor (B.O. du film "Rocky IV"), "In the heat of the night" de Sandra, "Brother Louie" de Modern Talking, "The promise you made" de Cock Robin, "Easy lady" de Spagna, "Hunting high and low" de A-ha, "Papa don't preach" et "True blue" de Madonna, "Venus" par Bananarama (Reprise du hit de 1969 de Shocking Blue), "Touch me" de Samantha Fox, "Holiday rap" de MC Miker "G" & Deejay Sven, "The final countdown" de Europe, "Don't leave me this way" par The Communards (Reprise de Harold Melvin and The Blue Notes 1975), "In the army now" de Status Quo.

Certains titres français ont bien marché sans atteindre les 500.000 exemplaires vendus en faisant un disque d'or, comme "Nuit magique" de Catherine Lara, "Tchiki boum", "L'amour à la plage" et "Je dois m'en aller" de Niagara, "C'est la ouate" de Caroline Loeb, "Les brunes comptent pas pour des prunes" de Lio, "Canoë rose" de Viktor Lazlo justement, "Tes états d'âme, Eric" de Luna Parker et même "Libertine" de Mylène Farmer, "Le parking des anges" de Marc Lavoine, "Epaule tatoo" d'Etienne Daho, "Nuit sauvage" des Avions, "Adélaïde" d'Arnold Turboust et Zabou (Un pur chef d'oeuvre). Pourtant, on entend encore beaucoup certaines d'entre elles aujourd'hui... paradoxalement. Mylène Farmer a en fait connu une notoriété très "progressive" (Comme Céline Dion d'ailleurs, mais leurs statuts de stars actuelles nous le font oublier) : Son premier 45 tours "Maman a tort" ne se vend qu'à 100.000 exemplaires en 1984, n'apparaissant pas au Top 50, le second et le troisième ("On est tous des imbéciles" au printemps 1985 et "Plus grandir" en janvier 1986) sont des échecs commerciaux, le quatrième ("Libertine" à l'été 1986) et le cinquième "Tristana" (Au printemps 1987) sont des succès mais pas aussi importants qu'on pourrait le croire...

Finalement, ce n'est qu'à partir de son 6ème 45 tours "Sans contrefaçon" à l'automne 1987 qu'elle "cartonne" vraiment.

Écrit par : Hug | 26/04/2018

Pour ce top d'octobre 83 très heureux de trouver Irène Cara à la première place avec "what a feeling" un tube qui n'a pas vieilli, impressionné par la deuxième place des Shorts avec "comment ça va" j'avais aimé ce groupe qui ne se prenait pas au sérieux avec cette chanson plutôt sympa à écouter. Dans les entrées, j'avais apprécié "le rital" de Claude Barzotti ne serait-ce que par mes origines italiennes du côté de mon grand père maternel, et aussi le "vladimir illitch" de Michel Sardou dont je suis en train de redécouvrir avec un certain plaisir ses premières chansons de la période Barclay comme "le madras", "raconte une histoire", et plusieurs titres que je ne connaissais pas tels "je n'ai jamais su dire" et "si je parle beaucoup". Je vais maintenant prendre des petites vacances et retrouver la Drôme, un petit clin d'oeil à Jean lorsque je passerai vers Nyons et les Baronnies. Amitiés à tous, Renaud.

Écrit par : Renaud | 26/04/2018

plein de sujets passionnants ( comme d'habitude ) ! je reviendrai ce soir pour mettre un petit commentaire dès que que possible . sinon merci de penser à moi pour Nyons , dommage que tu n'y vas pas au mois de Juin , je serai là-bas comme d'habitude avant les grandes chaleurs ( quoi que l'année dernière c'était très chaud au mois de Juin ) . à moins que tu y restes jusqu'au mois de Juin ? amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 26/04/2018

Juin 2017 a été le plus chaud mois de juin de tous les temps (mesurés). Et en plus Nyons bénéficie d'un micro-climat...
Nyons était, entre 1980 et 1987, à mi-chemin sur le trajet entre chez moi (Embrun) et mes parents (Le Vigan, dans les Cévennes). L'hiver, après un parcours de 80 km dans un paysage enneigé, après Rosans la route descendait, la neige diminuait mais j'étais toujours dans une vallée encaissée.
Et subitement... Nyons, le soleil, la douceur, la végétation provençale !
Moralement j'étais presque arrivé...
Amitiés

Écrit par : cica pour Jean et Renaud | 26/04/2018

je n'arrive toujours pas à comparer le son des 80's avec le son des années 60's et 70's avec leurs vrais instruments donc j'écoute d'une manière différente les titres avec ses sons de synthès , boites à rythme etc… bien sur je trouve que les vrais instruments avaient une musicalité extraordinaire , changement d'époque mais surtout cela revenait moins cher . néanmoins j'achetais toujours autant de disques . donc j'ai apprécié le récapitulatif de Hug . en 87 j'avais acheté et aimé aussi Blues Trottoir avec un soir de pluie ( superbe ) , en 88 la belle Linda Williams avec trace avait attiré mon attention ( malheureusement décédée depuis ) bref encore de beaux titres à commenter même si c'est les années 60's puis 70's que je préfère . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 26/04/2018

Patrick , la route Rosans ( Remuzat ) jusqu'à Nyons je la connais par coeur , paysages sauvages avec beaucoup de virages mais quel régal pour les yeux ! un film en 2007 y a été tourné , son titre le fils de l'épicier avec Daniel Duval , on voit bien le paysage de la Motte-Chalancon , de Remuzat et de Rosans où le film y avait été tourné . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 26/04/2018

Jean : Depuis un an je recense régulièrement mes 45 tours sur mon ordi (Avec le logiciel Microsoft Works), et je suis rendu au 45 tours de Linda William'. Si tu regardes la pochette et le disque en lui-même, tu verras que la chanson est signée de Romano Musumarra pour la musique (Le faiseur de tubes des années 80), mais surtout Jean-Patrick Capdevielle pour le texte. Capdevielle qui apparaîtra peut-être (Cica nous le dira) dans quelques semaines (Pour la fin 1983 / Début d'année 1984) avec le mini-hit "Halloween". Mon père avait acheté la K7 audio de l'album avec comme pochette Jean-Patrick assis entre un sosie de Lady Diana et un autre du pape Jean-Paul II, pour provoquer car l'album s'intitule "Mauvaises fréquentations".

Sinon pour fin 1983, je m'attends aussi à retrouver prochainement dans les classements "Pense à moi quand même" de Karen Cheryl, "Baby alone in Babylone" de Jane Birkin, "Tangue au" de Sheila, "Pour faire une chanson" de Dorothée, mais j'ai l'impression que ni Karen ni Sheila n'ont vendu beaucoup avec ces titres et qu'on ne peut parler de réussite en albums non plus, alors que Birkin et Dorothée peuvent avoir la fameuse "excuse de l'album".

Écrit par : Hug | 27/04/2018

Hug , pour les auteurs-compositeurs c'est la première chose que je regarde d'une pochette de disque . les années 80's j'achetais en 45 tours la variété et en album les disques pop, rock et chanson française . pour la fameuse excuse de l'album , c'était mon cas pour Jane Birkin mais aussi quelques singles de Jane . un disque des années 80's que j'aime me mettre c'est le duo Mikado avec son naufrage en hiver en 85 , tu dois connaitre , d'ailleurs ils avaient repris de France Gall le fameux titre de 65 attends où va-t'en de Serge Gainsbourg , belle surprise à l'époque de cette reprise de ce duo qui était vraiment très 80's . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 27/04/2018

Effectivement, il me semble que ni Jane Birkin avec "Baby alone in Babylone" ni Dorothée avec "Pour faire une chanson" ne vendront beaucoup de 45 tours (Cica me le confirmera ou non) mais les deux albums en question ont bien marché, étant certifiés disques d'or. D'ailleurs, l'album "Baby alone in Babylone" de Jane Birkin est peut-être un peu sombre et mélancolique, mais c'est l'un de ses plus beaux disques et elle a obtenu le grand prix du disque de l'académie Charles Cros en 1984 grâce à lui.
Le premier album que Serge lui a écrit et composé après leur rupture. D'ailleurs, c'est au même moment qu'il a écrit et composé l'album pour Isabelle Adjani, sorti au même moment et si on retrouvera "Pull marine" dans les meilleures places de 45 tours fin 1984, j'ai un doute concernant la bonne vente du premier extrait en 45 tours "Ohio" qui sera tout de même beaucoup diffusé à partir de début 1984. Mais Cica me confirmera.

Pour Dorothée, je crois, comme je connais assez bien sa carrière, que "Pour faire une chanson" n'a obtenu qu'un succès correct fin 1983 / début 1984 mais sans plus, et que les 45 tours suivants jusqu'à celui comprenant "Les petits Ewoks" début 1985.

Et puis, la Dion (Céline), va-t'elle aussi se classer avec "Mon ami m'a quittée" en novembre 1983 ? Mystère...

Écrit par : Hug | 27/04/2018

Hug : Je corrige ma phrase sur Dorothée : Pour Dorothée, je crois, comme je connais bien sa carrière que "Pour faire une chanson" a bien marché en 45 tours sans plus fin 1983 / début 1984 et qu'il faudra attendre celui comprenant "Les petits Ewoks" au printemps 1985 pour la revoir dans les meilleurs classements de ce format. Mais Cica me le confirmera ou pas.
En tout cas, aucun des 45 tours qu'elle sortira en 1984 ("Bonjour Dorothée", "Schtroumpf la la" et "Qu'il est bête !") ne feront des miracles au niveau des ventes de disques. Et pour "Qu'il est bête", on ne pourra parler que de ventes correctes de l'album, tout juste certifié disque d'or pour 100.000 exemplaires contre 300.000 pour l'album "Pour faire une chanson" et plus d'1 million d'exemplaires pour l'album "Hou ! La menteuse" en 1982.

Mais en 1984, elle vendra aussi pas mal de 45 tours Livre-disques et d'albums de la collection "Le jardin des chansons" où elle reprend des chansons traditionnelles avec ses amis animateurs de Récré A2.

Et pour Céline "Mon ami m'a quittée" fin 1983 / début 1984 sera un dernier vrai succès en France avant une période de 5 ans de repli et elle reviendra en 1988 avec "Ne partez pas sans moi", son titre vainqueur de l'Eurovision... pour la Suisse !

Écrit par : Hug | 27/04/2018

Pense à moi quand même sera classé, je pense dans les 20 premiers. Sinon, aucun des autres titres que tu cites ne sera classé.

Écrit par : cica pour Hug | 27/04/2018

Cica : Merci. Ben, ça ne m'étonne pas, les autres titres que je cite, étant moins "variété populaire" que celui de Karen. Sinon, l'automne 1983, c'est celui où Alain Souchon sort son album "On avance" dont la chanson qui donne son titre à l'album est un de ses classiques, qui, je pense, ne sera à nouveau pas classée parmi les meilleures ventes de 45 tours. Non ?

Écrit par : Hug | 27/04/2018

Voilà ! "on avance" , sorti en avril, n'a rien donné en 45 tours. Le suivant, c'est "saute en l'air", sorti en août, que je ne vois pas sur mes "écrans radar" ! Souchon n'est pas non plus un vendeurs d'albums, seuls 4 ont été vendus à plus de 300 000, à comparer aux 21 de Sardou, aux 19 de Johnny et même aux 12 de Cabrel et aux 10 de Renaud.
Amitiés

Écrit par : cica pour Hug | 27/04/2018

Cica : Merci. En réalité, pour Souchon, lorsque j'ai reçu à Noël 2001 le livre "40 ans de tubes" de Fabrice Ferment et le Syndicat National de l'Edition Phonographique, j'avais été étonné de ne jamais le trouver dans les années 70 et 80, et de ne le voir apparaître parmi les meilleures ventes de singles qu'en 1993, et pour la seule fois, avec de plus sa chanson dénonçant le plus le système commercial "Foule sentimentale". Si on écoute les paroles, c'est curieux que cela soit son plus gros succès commercial !

J'avais également été surpris de ne rencontrer Françoise Hardy qu'en 1962 avec ses deux premiers 45 tours "Tous les garçons et les filles" et "Le temps de l'amour" et de ne jamais rencontrer Véronique Sanson par exemple.

Écrit par : Hug | 27/04/2018

Véronique Sanson a pourtant fait un succès en single en 1992 avec "Rien que de l'eau."

Écrit par : Leroy David | 27/04/2018

Leroy David : Exact concernant Véronique Sanson, "Rien que de l'eau" s'est classé au mieux 6ème du Top 50 le 22 août 1992, mais il est bien précisé dans le livre de Fabrice Ferment et le SNEP que ne sont pris en compte que les 45 tours et CD singles ayant officiellement vendu 500.000 exemplaires (De 1962 à 1988) (Pour les 45 tours sortis entre 1962 et 1973, Fabrice Ferment a entrepris lui-même des recherches dans toutes les maisons de disques possibles, pour les disques sortis à partir de 1973, le SNEP avait établi la certification officielle du disque d'or). Ensuite, en 1988, le niveau du disque d'or a été abaissé à 450.000 exemplaires vendus, et il a ensuite encore été abaissé en 1991 à 250.000 exemplaires vendus.

Donc ainsi, si Véronique Sanson a vendu 249.999 exemplaires de "Rien que de l'eau" à l'exemplaire près, son disque n'est pas pris en compte dans la liste. C'est exactement la même chose pour ses grands succès de l'année 1986 que sont "L'amour à la plage" de Niagara, "Boule de flipper" de Corynne Charby, "Les brunes comptent pas pour des prunes" de Lio ou encore "C'est la ouate" de Caroline Loeb qui sont encore très souvent rediffusés de nos jours, mais qui n'ont pas vendu autant qu'on le prétend à l'époque, n'ayant pas atteint les 500.000 exemplaires vendus requis pour être certifiés disques d'or, au bénéfice par exemple de "J'veux pas l'savoir" de Bibie, "L'enfant" de Jeanne Mas, "Flash" de Stéphanie De Monaco qui ont plus vendu à l'époque et qui aujourd'hui sont bien moins souvent rediffusés.

Pour ce livre, les ventes de disque ont été passées au peigne fin !

Écrit par : Hug | 28/04/2018

C'est exactement la même chose pour ces grands succès de l'année 1986 (et non ses), je tenais à m'excuser pour cette erreur de frappe !

Écrit par : Hug | 28/04/2018

Bonsoir à tous , je réagis à propose du livre de FF , il n'est pas dit que tous les titres présents dans le livre ont dépassé les 500 000..... loin de là....... de 1962 à 1967 ce sont les titres appelés "disques d'or " à tort mais la limite est à 150 000 exemplaires pour y figurer......... d'ailleurs en 1967 aucun titre ne dépasse les 500 000 . En 1968 la limite monte a 175 000 , en 1969 à 200 000..... à partir de 1973 la limite passe à 300 000......en 1978 à 350 000....... à partir de 1982 la barre est fixée à 400 000.......on se rend compte d'ailleurs que la limite pour un disque d'or en France était trop haute , elle aurait du être effectivement à 150 000 exemplaires pour les années 60 et monter à 300 000 après . LA limite de 500 000 etant trop difficile a passer . 3 titres en 1965 , 1 en 1966 , aucun en 1967 , 2 en 1968......Eric

Écrit par : EricStephane | 29/04/2018

EricStephane : Pour mettre tout le monde d'accord, voici ce qui est précisé dans le livre de Fabrice Ferment : Je cite : "J'ai établi par année un seuil dépendant directement du nombre global de disques 45 tours et CD 2 titres vendus au cours de l'année et classé les références qui dépassaient ce seuil. Je précise qu'actuellement (Fin 2001), pour être disque d'or en France, il faut avoir vendu 250 000 CD 2 titres pour 40 millions d'unités vendues dans l'année. Ce rapport a été repris scrupuleusement sur les 40 années traitées car on vend beaucoup plus de formats courts en ce moment qu'en 92 et moins qu'en 83.

Ainsi, je tiens à dire que chaque titre a vraiment les mêmes chances d'être dans ces listes quelle que soit son année de ventes. Une chanson appartient à l'année pendant laquelle elle s'est réellement vendue et le mois de démarrage officiel des ventes est indiqué.".


Là où je voulais en venir, voilà ce qui est précisé : "Certains tubes comme "Libertine", "Les brunes comptent pas pour des prunes" ou "C'est la ouate" ne sont pas dans ces listes car ils ont bien vendu mais n'ont pas atteint le seuil, quelquefois à 20 000 exemplaires près. Il faut bien mettre la barre quelque part et nous avons été absolument intransigeants quant aux ventes requises ! Par contre "Flash" de Stéphanie a été une grosse vente grâce au succès énorme précédent : "Ouragan". Plus personne ne se souvient de "Flash" (Enfin, bon, ça c'est lui qui le dit !) et qui était une sorte de suite de "Ouragan", on appelle ça un "Follow up" ! La seule faille à ce système est que certaines chansons ont été quand même des tubes sans être commercialisées en 45 tours, je pense à "San Francisco" de Maxime Le Forestier ! (Ceci dit, regardez bien sur Encyclopedisque.fr, Fabrice Ferment se trompe : "San Francisco" a bien été édité en 45 tours. Il aurait mieux valu qu'il cite par exemple "Bernard's song (Il n'est de nulle part)" de Véronique Sanson, "This melody", "Elle voulait qu'on l'appelle Venise" ou encore "ça fait pleurer le Bon Dieu" de Julien Clerc sortis uniquement en 45 tours promotionnels ou la "Chanson d'Emilie Jolie et du grand oiseau" par Julien Clerc et Emilie Jolie, sorti en 45 tours, mais sur un 45 tours "compilation" de Julien Clerc uniquement, avec 4 titres de son répertoire, et chez EMI alors que le double-album original d'Emilie Jolie de Philippe Chatel où se trouve la chanson est sorti chez RCA ). Et puis, on peut aussi avoir une fantastique carrière en France sans jamais avoir eu de grands tubes populaires. Il faut voir avec ce panorama le résultat de chansons couronnées et non pas de consécrations de carrières.".

Voilà, je tenais à citer ce livre. (Encadré "La méthode" page 7, publié aux éditions Larivière en 2001).

Écrit par : Hug | 29/04/2018

J'ai l'impression que mon commentaire long en réponse à EricStephane n'est pas passé !

Écrit par : Hug | 29/04/2018

Disons que pour que tout le monde comprenne , il a donné les 40 meilleures ventes par année , sans pour autant que chacune d'elles depassent les 500 000 . D'ailleurs il n'y a qu'a regarder son site pour comprendre : en 1965 il n'y a que 3 titres vendus à plus de 500 000 ........http://www.top-france.fr/html/45tours/45t1965.htm et dans le top annuel 1965 , 20 références sont à 200 000 et plus http://www.top-france.fr/html/annuel/1965.htm

Écrit par : EricStephane | 29/04/2018

EricStephane : Merci d'avoir mis ce lien ! Désormais dans mes chroniques, pour les chansons citées dans son livre, je ne dirais plus "certifiées disques d'or" mais vendues à "tant" d'exemplaires ! Merci, je n'avais pas fait le "tour" du site de Fabrice Ferment !

Écrit par : Hug | 29/04/2018

Mais de rien ! Ca s'explique facilement aussi , dans les années 60 , le EP etait cher , et vendre 500 000 exemplaires etaient une sacrée performance ! Bien plus que vendre 1 million de 45 tours en 1980 ! C'est aussi la raison pour laquelle un titre qui vendait 500 000 avait des chances de rester TRES longtemps en tête et classé dans les ventes , donc on peut dire aussi que vendre 100 000 dans les années 60 n'etait pas si facile aussi . En 1968 seuls 59 EP franchissent les 100 000 et seuls 23 les 200 000..... à bientot !

Écrit par : EricStephane | 29/04/2018

EricStephane : Là, par contre, j'ai un doute sur ce que vous dîtes. Je vous explique : J'ai le 45 tours EP de Sacha Distel "Scandale dans la famille", acheté à l'époque (1965) par un cousin de ma mère et reçu en héritage de mon grand-père paternel (ça tourne donc dans la famille justement ce 45 tours), eh bien au verso de la pochette, il est noté 9,50 ! Ce qui veut dire qu'il a coûté 9, 50 FF à l'époque.

Or, si j'ai bonne mémoire, ayant moi-même acheté des 45 tours à la fin des années 80 (Notamment les deux premiers que je me sois payés de ma poche : "La machine avalé" par Dorothée et "Les nuits sans soleil" de Ivanov en 1989), le coût était de 16 FF. Et cela avait augmenté début 1991, car je me souviens très bien qu'à cette époque j'avais acheté le 45 tours de Pierre Bachelet et Florence Arthaud "Flo" et l'avait payé 17 FF et j'avais trouvé que cela avait augmenté ! (J'avais presque 9 ans à l'époque, et c'était payé avec l'argent de poche que mon père me versait).

En gros, les 45 tours étaient plus chers dans les années 80 et au début des années 90 qu'ils ne l'étaient dans les années 60 en réalité. Par contre, ce qui est vrai, c'est que les foyers français n'étaient pas tous équipés d'électrophones dans les années 60, et que cela s'est véritablement démocratisé dans les années 70, tout comme les platines disques des chaînes hi-fi d'ailleurs.

Mais aussi, dans les années 60, les 45 tours n'étaient vendus que chez les disquaires et les épiceries, car les supermarchés n'existaient pas encore (Bon, pour moi qui déteste les supermarchés, j'aurais préféré vivre à cette époque !). Si je ne m'abuse, les supermarchés sont véritablement apparus au début des années 70, et la vente des 45 tours aux rayons disques de ces grands magasins va multiplier les ventes du "produit", vu que les 45 tours seront mis en évidence, se trouvant généralement au début des rayons aux dépens des 33 tours, plus souvent au fond des rayons.

Petit à petit, les ventes de vinyles chez les disquaires baisseront considérablement au profit des ventes dans les supermarchés. D'ailleurs dans les années 80, au moment du Top 50, les résultats des ventes des instituts de sondage Nielsen et Ipsos rendaient compte que les achats de disques s'effectuaient beaucoup plus dans les supermarchés que chez les disquaires.

Maintenant, les disques ont complètement disparu de la vente de certains supermarchés (et ça ça m'emmerde bien !), et les ventes s'effectuent essentiellement chez les disquaires quand les disques se vendent !

Evidemment, lorsque le vinyle a disparu des rayons de disques fin 1993 et qu'on est passé au Tout CD, on s'est retrouvé avec uniquement des K7 singles et des CD singles remplaçant le bon vieux 45 tours, et là où le 45 tours tournait autour des 15 FF ou des 17 FF, les K7 singles et les CD singles coûtaient 38 FF ! Et on s'est retrouvés avec des albums CD et des K7 audio remplaçant l'album 33 tours, et là où le 33 tours coûtait 80 FF, les K7 70 FF, les K7 n'ont pas baissé de prix, et on s'est retrouvé avec les albums CD coûtant plus de 100 FF !!

Et après, on s'est étonné qu'il y ait une crise du disque dans les années 2003-2004, dès que des sites Internet ont permis le téléchargement légal ou surtout illégal entier d'albums ! Mais soyons logiques, si le CD avait eu un prix plus raisonnable, il n'y aurait pas eu une telle crise du disque. Le prix du CD lorsque le vinyle a disparu, étant beaucoup plus cher, le public "lambda" pas forcément mélomanes qui achetait des 45 tours essentiellement et rarement des 33 tours simplement pour avoir pour pas cher les tubes du moment, a moins acheté, le CD étant considéré comme un produit de luxe, et du coup, je pense que beaucoup de gens de ce public ne s'est pas privé pour télécharger dès que la musique a été moins chère sur Internet !

Écrit par : Hug | 29/04/2018

Enorme faute de grammaire : Je corrige "Et du coup, je pense que beaucoup de gens de ce public ne se sont pas privés pour télécharger dès que la musique a été moins chère sur Internet !".

Écrit par : Hug | 29/04/2018

non c'est sur .....quand le 45 tours est arrivé en 1969 il etait bien moins cher que le EP . D'ailleurs avec l'apparition du 45 tours en 1969 les ventes explosent en 3 ans passant de 33 à 48 millions de ventes en 1972 , alors qu'entre 1962 et 1968 les ventes n'ont quasiment pas bougé. La qualité des pochettes n'etaient plus la même non plus , on est passé d'une pochette cartonnée , glacée à une pochette papier qui se cornait à la moindre occasion

Écrit par : EricStephane | 30/04/2018

EricStephane : Alors, le 45 tours 2 titres ne devait vraiment pas être très cher à la fin des années 60 / Début des années 70. Puisque le 45 tours EP de Sacha Distel "Scandale dans la famille" que j'ai a coûté 9,50 FF en 1965, les 45 tours 2 titres coûtaient combien à la fin des années 60 ? 7,50 FF ?


En tout cas, c'est vrai concernant la qualité des pochettes. Les pochettes des années 60 étaient en papier cartonné, ensuite dans les années 70 on est passé à une pochette en papier glacé, et dans les années 80, la plupart du temps, les pochettes étaient en papier glacé mais légèrement rembourrées parfois par un papier cartonné ou à grains.

Ou alors en papier très très léger comme celle du 45 tours de Jean-Jacques Lafon "Le géant de papier" (1985) d'un papier si léger, que j'ai même l'impression que c'est fait exprès vu le titre de la chanson ! Et au début des années 90, les pochettes étaient à nouveau toutes très légères alors que les pochettes des CD singles qui commençaient à poindre étaient toutes en papier cartonné.

Écrit par : Hug | 30/04/2018

Je sujis très triste. Rose Laurens vient de mourir...:(. Sale année 2018 pour les chanteurs que j'aime bien !

Écrit par : Hug | 30/04/2018

Alors voilà après quelques recherches , quand le EP etait à 9,50 FF le 45 tours à été mis en vente à 6 FF environ , ce qui faisait plus de 30% de baisse , mais la qualité des pochettes s'en est faite ressentir....... RIP pour Rose Laurens que j'avais vue il y a 2 ans encore au Cabaret Sauvage à Paris et à l'Olympia en 1986 . Triste

Écrit par : EricStephane | 30/04/2018

comme vous , très triste d'apprendre la mort de Rose Laurens à seulement 65 ans . Jean

Écrit par : jean | 30/04/2018

Très triste pour Rose, qui est (était) une de mes chanteuses préférées. Et je sais que 2018 va être une hécatombe :(
Sinon, pour répondre à Hug à propos du prix des 45 tours, j'en parle ici souvent, et je fais un petit rappel :
- 9,50 francs de 1965 équivalent à 12 euros actuels.
Le SP à 6,70 francs est sorti en septembre 1967, son prix équivaut à 8 euros actuels.
- 16 francs de 1989 équivalent à 4 euros, tout comme 17 francs de 1991.
Entre 1965 et 1991, le 45 tours n'a pas "augmenté", mais son prix a été divisé par trois !
C'est pour cette raison - et je rejoins Eric Stephane - que pour les années 60, les ventes représentent le "classement des riches", et que le seul vrai reflet du goût des jeunes est SLC.
A partir de 1970, on pouvait trouver dans les hypers des 45 tours à 5 francs, soit 5 euros actuels, le prix d'un CD single.
Pour l'anecdote, le prix le plus bas où j'ai trouvé un 45 tours, c'est 3 francs 90 en 1975, quand le Carrefour d'Aulnay sous bois Parinor a été inauguré. L'équivalent de 2,60 euros actuels !! J'en avais acheté une bonne vingtaine, et je précise qu'à l'époque je faisais mes courses en bus !
Amitiés

Écrit par : cica pour Hug | 30/04/2018

Même en cette période peu faste pour les Francophones,le hit parade Rtl comprenait 50 titres "français." (Contre 30 internationaux.)

Écrit par : Leroy David | 30/04/2018

Bravo Patrick d'avoir tout ça en memoire ! Impressionnant !

Écrit par : EricStephane | 30/04/2018

Cica : Ah ! Toi aussi, Rose Laurens était une de tes chanteuses préférées...:(. En faites, j'aurais toujours un regret avec cette chanteuse. Car c'est émouvant, mon "histoire". Je suis donc né en 1982, et elle a sorti "Africa" quelques mois après ma naissance (En octobre, alors que je suis né en mars). A cette époque-là, je l'ai déjà dit la semaine dernière, mes parents, ma grande soeur et moi, on vivait dans un grand appartement avant d'aller emménager à la campagne.

Ma grande soeur avait eu le 45 tours d'"Africa". Quand je parlais de cette chanson à mes parents, ils me disaient qu'ils se souvenaient que tout petit, je la chantais déjà. En 1999, un jour où j'étais chez un médecin, j'ai trouvé dans mon carnet de santé une note de ma mère indiquant qu'à un an et demi, j'aimais déjà beaucoup fredonner des chansons, et que je connaissais déjà "Africa". Alors, voilà, c'est une des premières chansons que j'ai su chanter.

J'ai eu l'occasion de voir deux fois Rose Laurens sur scène en 2006 à Saint-Gilles-Croix-de-Vie et dans ma ville La Roche-Sur-Yon en 2007. Et franchement, j'aurais voulu lui confier cette anecdote personnelle au sujet de sa chanson "Africa". Je suis sûr que cela l'aurait ému...

Écrit par : Hug | 30/04/2018

Très triste pour Rose, qui est (était) une de mes chanteuses préférées. Et je sais que 2018 va être une hécatombe :(
Sinon, pour répondre à Hug à propos du prix des 45 tours, j'en parle ici souvent, et je fais un petit rappel :
- 9,50 francs de 1965 équivalent à 12 euros actuels.
Le SP à 6,70 francs est sorti en septembre 1967, son prix équivaut à 8 euros actuels.
- 16 francs de 1989 équivalent à 4 euros, tout comme 17 francs de 1991.
Entre 1965 et 1991, le 45 tours n'a pas "augmenté", mais son prix a été divisé par trois !
C'est pour cette raison - et je rejoins Eric Stephane - que pour les années 60, les ventes représentent le "classement des riches", et que le seul vrai reflet du goût des jeunes est SLC.
A partir de 1970, on pouvait trouver dans les hypers des 45 tours à 5 francs, soit 5 euros actuels, le prix d'un CD single.
Pour l'anecdote, le prix le plus bas où j'ai trouvé un 45 tours, c'est 3 francs 90 en 1975, quand le Carrefour d'Aulnay sous bois Parinor a été inauguré. L'équivalent de 2,60 euros actuels !! J'en avais acheté une bonne vingtaine, et je précise qu'à l'époque je faisais mes courses en bus !
Amitiés

Écrit par : cica pour Hug, Jean et Eric | 01/05/2018

Les commentaires sont fermés.