Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2019

les goûts des jeunes fin 1962

Les radios "nostalgiques" , biographies de chanteurs et autres émissions de télé nous disent bien ce qu'elles veulent, mais le mieux est quand même les traces écrites.
Ainsi dans le numéro 6 de SLC daté de janvier 63 nous est livré un "référendum", qui nous donne les goûts de ceux nés entre disons 1940 et 1948. Je ne fais pas partie du lot, n'ayant vraiment découvert cette "nouvelle musique" qu'en 1965.

REFERENDUM 001.jpg





Côté chanteurs hommes, si Johnny et Richard Anthony occupent fort logiquement les 2 premières places, la médaille de bronze revient à Dick Rivers, Eddy Mitchell étant derrière. Pas encore de Cloclo, mais les jeunes de l'époque aimaient bien Claude Nougaro et Charles Aznavour. Deux grands absents : Hugues Aufray et Danyel Gérard. On peut même ajouter Frankie Jordan.

Côté chanteurs étrangers on ne voit pas Vince Taylor, quoi qu'en disent dans leurs bios Johnny et Dick Rivers.

Pas encore de Sheila dans les chanteuses françaises. Belle 4ème place de Dalida. Pétula fait le doublé bronze français / argent étranger.

Pour les groupe français, si Dick Rivers passe devant Eddy Mitchell en solo, les Chaussettes Noires font un carton : 157.000 votes, presque autant que Johnny et Richard réunis !

Côté groupes étrangers, une légende qui explose en vol, celle qui veut que les Beatles aient été connus en France dès 1962 ! Sinon je découvre les Lafayettes, moi qui vais bientôt habiter au Puy j'en suis ravi !

Enfin le hit-parade français, le premier "véritable" de SLC ! Il faudra attendre juillet 63 pour les suivants... *
On y voit qu'en cette fin 62 Johnny classe deux chansons, le train de Richard Anthony après avoir sifflé tout l'été est encore à la deuxième place, Sylvie a le bronze, Lucky Blondo est n°5, devant Petula et Françoise Hardy.
Pas encore de Cloclo ni de Sheila.

Sinon une question à un euro : D'après vous, à quand remonte le premier article de SLC sur Daniel Balavoine ?

Je vous embrasse.

* Je sais que SLC a publié des hit-parades avant cette date, mais qui ne veulent rien dire... Exemple, celui d'avril 63 - qui mélange français et étrangers - la n°4 se partage entre deux chanteurs. Quelle est la part respective des deux ? Idem pour la 14, la 33, la 35, la 37, la 39 et la 48.
Pire, certaines chansons sont partagées en trois ! Par exemple la 9, la 13 (surtout !) et la 29.

Commentaires

Je dirais 1975 pour le premier article sur Daniel Balavoine dans SLC, soit l'année où son premier album "De vous à elle en passant par moi" est sorti. Ou peut-être en 1974 lorsqu'il était choriste de Patrick Juvet, et chantait "Couleurs d'automne" sur l'un des albums de ce dernier dont le titre m'échappe.

Écrit par : Hug | 13/10/2019

suis un peu comme le boss, un peu trop tôt pour moi, j'entre " en musique " à partie de 64 avec les Beatles et The Rolling Stones.

Écrit par : boixiere | 13/10/2019

les référendums des lecteurs de salut les copains auront lieu chaque année jusque l'année 1970, sur cette année 1963 en effet, comme le souligne Patrick, Danyel Gérard n'y apparaît pas et curieusement il n'y figurera jamais dans ces classements limités aux dix premières places. Concernant Claude François et Hugues Aufray ils seront dans le référendum 1964 (en deuxième et cinquième place) ainsi que Frank Alamo à la sixième place, Enrico Macias à la septième et Monty à la neuvième place. D'année en année la lecture des résultats confirme la suprématie de Johnny et de Sylvie Vartan dont la première place ne sera guère contestée que par Adamo et Sheila. Amitiés à tous, Renaud.

Écrit par : Renaud | 13/10/2019

incroyable la 3è place de Cliff Richard comme chanteur étranger ! on ne parle pas des shadows, on est bien d'accord ! peut-être du à son film ( je sais plus le nom) ou ils descendent sur la côte d'azur en passant par Paris !

Écrit par : jmp | 14/10/2019

Bien vu Hug ! Juin 1975, dans un minuscule article.

Écrit par : Cica pour Hug | 14/10/2019

C'est moi le boss lol ??? J'ai failli mettre 1964 quand en novembre un cousin éloigné m'offrira un Teppaz d'occasion où je ferai tourner trois disques : le pénitencier, cow-boy de Romuald et it wo'nt be long des Beatles, ce dernier rendra folle ma pauvre maman !
Vu le prix des vinyles il faudra que j'attende juin 65 pour m'acheter mes premiers disques d'occasion ! Dont le premier 33 tours de Johnny "nous les gars nous les filles"...
Amitiés

Écrit par : Cica pour Boixière | 14/10/2019

Hé non Renaud ! J'ai dans les mains le n° 148 de SLC avec... les référendums 1973 et 1974 !!
Les gagnants étaient, pour 1973 :
- Johnny devant Sardou et Cloclo
- Sylvie devant Sheila et Stone
- Il était une fois devant les Osmonds et Gilbert O Sullivan
Pour 1974 :
- idem pour les chanteurs
- Patricia Lavila remplace Stone en 3)
- Toujours il était une fois, devant David Cassidy et les Osmonds.

Je les posterai demain

Amitiés

Écrit par : Cica pour Renaud | 14/10/2019

puisqu'on parle de l'année 62 et pour vous donner une idée de prix de notre magazine de jeunesse , j'ai un ami Dimanche qui a trouvé le numéro 1 du magazine Salut Les Copains en bon état à une foire aux disques , le plus rare et le plus cher au prix de 50 euros . il était super heureux bien sur . moi aussi je n'aimais pas le hit mélangé . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 15/10/2019

Là je ne peux pas te dire, j'étais trop jeune à cette époque. Peut-être, comme tu dis un "effet-film" ?
Amitiés

Écrit par : Cica pour JMP | 15/10/2019

Ton pote a fait une affaire ! Il cote plus de 150 euros...
Amitiés

Écrit par : Cica pour Jean | 15/10/2019

Je suis à nouveau très triste. Un cousin de mon père qui avait 65 ans, nous a quitté mardi des suites d'un cancer du pancréas. Je suis allé le voir chez lui, mort dans son cercueil cet après-midi, j'ai ainsi vu sa femme, deux de ses filles (Dont une qui a mon âge et que je voyais souvent chez mes grands-parents quand j'étais petit. Ma grand-mère et la sienne étant soeurs et étant aussi voisines) et deux de ses soeurs. Je suis très triste évidemment. Surtout pour ma grande-tante et mon grand-oncle qui ont 89 et 95 ans...:(. Mais bon, il ne pouvait plus être heureux. Il avait ce cancer depuis l'été, et il y a quinze jours, il avait appris que son pancréas était si abîmé qu'il fallait qu'il se fasse opérer avant de pouvoir commencer sa chimio. Il s'était fait opérer lundi de la semaine dernière mais les chirurgiens lui avaient appris qu'ils n'avaient pas réussi à soigner son pancréas autant qu'ils l'auraient souhaité, et il a dû vivre (Sa femme, ses enfants, ses petits-enfants, ses parents, ses frères et soeurs aussi) la semaine la plus affreuse qui soit : Il ne pouvait plus se nourrir et attendait de "partir". Aussi, même si c'est dur à vivre, son départ est une vraie souffrance mais aussi un soulagement. Hier et aujourd'hui, j'ai fait au mieux ce que j'avais à faire, dont mes courses hier après-midi comme chaque mardi, et aujourd'hui, je me suis rendu à mon rendez-vous de réflexologie plantaire. La vie continue malgré ça.

Cica : C'est pour cela que depuis hier soir, je n'ai jamais autant écouté et chanté aussi souvent la chanson de François Valéry "Aimons-nous vivants" qui est bien plus forte que je ne le pensais. J'ai aussi passé ma soirée à chanter des chansons tristes comme "Le monde est stone" de Starmania (Fabienne Thibeault), "Les adieux d'un sex-symbol" de Diane Dufresne ("Starmania"), "S.O.S. d'un terrien en détresse" (Daniel Balavoine), "La complainte de la serveuse automate" (Fabienne Thibeault), "Petite musique terrienne" (Fabienne Thibeault, Daniel Balavoine)", "Le blues du businessman" (Claude Dubois), "Evidemment" de France Gall ou encore "La petite écriture grise" de Marie-Paule Belle, chanson très triste mais très belle et méconnue car "cachée" en face B de son 45 tours "Les petits patelins" (Que j'ai aussi chanté, pour "finir" par la gaieté), et j'ai aussi bien sûr chanté son tube "La parisienne".

Avant j'évitais de chanter et d'écouter des chansons tristes dans ces occasions, mais en réalité, cela libère, ça fait du bien.

Question chanson méconnue dont je vais faire un play-back tout à l'heure "Dès que l'on rend quelqu'un heureux" de cette chère Dorothée, très belle chanson de son album "Maman". Parce qu'effectivement, même si c'était triste, en allant voire le cousin de mon père, j'ai rendu heureuses sa femme, deux de ses filles, et deux de ses soeurs. Et cette chanson dit : "Dès que l'on rend quelqu'un heureux, à chaque fois la vie nous fait du bien, on n'est plus seul, on sert enfin, enfin à quelque chose et à quelqu'un.". Une chanson de la "vraie" Dorothée sensible et humaine, comme malheureusement seuls les fans la connaisse tant ce n'est pas ce genre de chansons qu'elle (ou ses producteurs) ont voulu mettre en avant pour qu'elle "vende".

Dommage. Cela lui aurait sans doute donné une image plus profonde que celle que son personnage public véhiculait, mais elle a dit en interview dans les années 2000 au magazine Platine, à propos de sa période de succès "Je n'étais pas là pour faire pleurer sur moi (Dans ses émissions et ses chansons).". J'ai aussi un 45 tours où elle chante Prévert "En sortant de l'école" / Paul Fort / Brassens "Le petit cheval blanc", Desnos "La fourmi", et récite le poème "Conversation" de Jean Tardieu et la scénette "Chez moi" de René De Obaldia, avec beaucoup de talent, sorti en 1984, mais comme par hasard, si c'est peut-être son meilleur 45 tours (Livre-disque longue durée qui plus est, vendu pour une opération caritative visant à financer des bibliothèques sonores pour enfants dans les hôpitaux), c'est l'un de ses disques s'étant le moins vendu... Et pour cause, sa photo n'apparaît pas sur la pochette (La stratégie marketing efficace de l'époque étant systématiquement de mettre la photo d'un chanteur ou d'une chanteuse pour enfants pour que le 33 tours ou le 45 tours se vende, pour que, même les enfants qui ne savaient pas lire aient envie de demander à leurs parents de leur acheter le disque. Stratégie qui s'est avérée efficace sur moi début 87, je n'avais pas encore 5 ans, lorsque j'avais vu dans un supermarché la pochette du 45 tours de Chantal Goya "Dou ni dou ni day". Je m'en souviens !).


Enfin, voilà pour ce deuil et cette tristesse, j'essaie le plus souvent d'écouter des chansons tristes, et en 2001, ce cousin de mon père m'avait donné une quarantaine de 45 tours que je vais tous réécouter.

Personnellement, c'était la tension depuis plusieurs semaines. Mi-août, je me suis disputé avec mon meilleur ami (Petite tension qui s'est réglée heureusement quinze jours après), mon père attendait avec impatience le résultat de son scanner, et depuis quinze jours ma banque (que je ne nommerais pas) semble prendre un malin plaisir à me faire attendre l'obtention d'une nouvelle carte bancaire car j'ai dû faire opposition à la précédente. Enfin, espérons que ce deuil marque la fin de cette période de deux mois pénibles !

Écrit par : Hug | 17/10/2019

J'ai l'impression que mon commentaire précédent n'a pas été posté.

Écrit par : Hug | 17/10/2019

Hug, je viens de lire ton com et te fais part de mes sincères condoleances. Oui, c'est infiniment triste d'autant qu'il était jeune et cette terrible maladie l'a terrassé sans rémission. Écouter des chansons de circonstance, c'est sans doute une manière de trouver une sorte de consolation, de soulagement dans le deuil.
C'est inévitable, ce temps''pour pleurer.'' Je te sens très courageux et plein de sollicitude pour ceux qui restent; c'est tellement douloureux, ce qui leur( vous) arrive.
Et tu écouteras les 45 tours qu'il t'avait donnés...
Pensées émues et toute ma sympathie, Hug.
Cédric

Écrit par : Cédric | 17/10/2019

Cédric : Merci beaucoup. En faites, oui, j'ai un film vidéo familial : Un mariage que mon père avait filmé durant l'été 1988, sur lequel on le voit en gros plan lors de la soirée dansante, toujours gai et taquin comme il l'était souvent. Cette vidéo était sur une vieille VHS datée de 1988 qu'on avait prêté à quelqu'un pour un autre film qui s'y trouve, une excursion scolaire de ma grande soeur en CE2 à Jarnac, au musée de préparation du vin Cognac-Courvoisier, que mon père avait superbement bien filmé, mais qu'on avait eu le malheur de prêter à l'une des deux enseignantes de ma soeur (Enseignante que j'ai eue ensuite), qui n'avait rien trouvé de mieux que de la prêter à d'autres parents d'élèves et nous l'avait ensuite rendue dans un état bien moindre que celui dans lequel on le lui avait donnée, d'où colère de mon père et rancoeur à vie de sa part vis-à-vis de l'enseignante en question. (Plus tard, quand je l'avais eu, j'avais obtenu un 29,5 / 30 à un contrôle de mathématiques et si j'étais très content de ma note, j'étais un peu déçu qu'elle m'enlève un demi point pour la présentation. Et mon père, toujours rancunier de l'histoire du film abîmé trois ans plus tôt, le lui avait fait remarquer sur la copie, ce qui n'avait pas arrangé les choses !). Le mariage en question où l'on voit le cousin de mon père, est juste après sur la VHS, mais mon père, pas très en forme à cette époque (Eté 1988, période délicate à la préfecture de Vendée où il travaillait, suite à l'élection de... Philippe De Villiers !), avait vu double lors de la messe de ce mariage (C'était heureusement passé ensuite) mais il avait tapé dans un micro à pied me semble-t'il, et juste à cet endroit du film, quelques années plus tard, quand on la regardait, la VHS déposait de la poussière sur tous les magnétoscopes, l'image passant de la couleur au noir et blanc ! J'avais donné cette VHS à mettre sur DVD chez un photographe et spécialiste de vidéo de ma ville en 2004, mais comme elle durait 3 heures, il avait recopié notre vieille VHS sur une autre VHS neuve. Cela m'avait coûté plus de 40 Euros à l'époque.

J'avais mis cette VHS sur DVD en 2010, et récemment, au printemps, j'avais mis ce DVD sur mon ordi et sur l'ordi de mes parents pour pouvoir conserver ces films familiaux au mieux et les envoyer aux personnes de la famille qui souhaitaient les avoir aussi. Je pensais d'ailleurs envoyer ce film au cousin de mon père. Mais ce sera sans doute à sa femme et à ses enfants, peut-être pas tout de suite, en souvenir, s'ils le souhaitent. J'ai bien sûr aussi vu des photos où on le voit. Et je fais cela par nécessité, pour faire mon deuil, car je ne l'avais pas fait en 2011 et 2012 suite aux départs successifs de ma tante et de ma grand-mère. Cela avait été tellement douloureux que j'ai été dans l'évitement total, et résultat, comme en plus, j'étais mal aidé par ma psy de l'époque, j'ai eu l'impression un peu de m'être enterré avec elles, une sorte de déprime latente qui a duré jusqu'en 2016. Et qui a failli reprendre en 2017 au moment du cancer de mon père. Et je ne veux pas que cela m'arrive suite à ce triste événement.

Evidemment, je suis très triste de sa disparition. Mais en même temps, lui, de là où il est maintenant, est à nouveau heureux, libéré du mal qui le rongeait. Et bien sûr, il doit être ému de savoir qu'on est triste pour lui. En même temps, c'était quelqu'un de si gentil, de si joyeux et de si bienveillant qu'il serait triste de savoir qu'on puisse gâcher sa vie après sa disparition. C'est pour cela qu'il faut être courageux dans cette épreuve, et mon but, c'est, sur le court terme d'être moi-même à nouveau gai, joyeux, heureux, dans les mesures du possible.

C'est pourquoi je vais aussi écouter et chanter des chansons positives, je vais écouter tous les 45 tours qu'il m'avait donnés en entier Faces A comme Faces B cela prendra du temps, je me suis aperçu qu'il avait bien dû m'en donner une quarantaine ! J'en ai déjà écouté certains en prévision vendredi matin dernier en envoyant ma dernière chronique montée à la radio via We Transfer. Je vais aussi regarder des vidéos rigolotes comme les sketchs des Inconnus pourquoi pas. Mais j'ai remarqué que quand j'ai un coup de blues, j'apprécie de plus en plus de passer du bon temps sur Youtube à regarder des épisodes de cette sitcom à la française qui a marqué mon enfance et mon adolescence (Mais que je suis sûr certains peuvent trouver con-con), "Premiers baisers" !!

Au moins, ça fait passer du bon temps ! Et la nuit, quand je suis fatigué, il m'est déjà plusieurs fois arrivé de m'endormir en regardant des épisodes de cette sitcom tant les intrigues sont cousues de fil blanc !

Merci encore pour tes sincères condoléances !

Écrit par : Hug | 17/10/2019

Hug : Sincères condoléances pour ce départ qui te rend si triste même si ton cousin ne souffre plus désormais.
Il te reste les disques qu'il t'a donnés et tout plein de souvenirs.
Amitiés,

Écrit par : Leroy | 17/10/2019

sincères condoléances pour ce décès qui te rend si triste . justement aujourd'hui je viens d'apprendre qu'un ami de longue date va mourir d'un cancer de pancréas à 70 ans . la dernière fois il m'avait dit attendre les résultats , que ce n''était pas bon . ce cancer ne laisse pas beaucoup de chance malheureusement ! amitiés . Jean

Écrit par : jean | 18/10/2019

Hug, reçois mes condoléances et toute ma sympathie pour le décès du cousin de ton père, ton témoignage me rappelle un souvenir personnel douloureux il y a huit ans lorsque le jeune compagnon de ma fille s'est tué en voiture en se rendant au travail dans la Drôme, dans ce type de situation on se raccroche beaucoup à des souvenirs passés et aussi à des chansons, c'est ainsi que les jours qui ont suivi sa disparition j'écoutais en boucle la chanson de Pierre Groscolas " au revoir ", j'aime beaucoup le texte qui commence par "au revoir ce n'est pas toujours adieu ", cette chanson m'a beaucoup aidé à retrouver l'espoir suite à ce deuil. Amitiés, Renaud.

Écrit par : Renaud | 19/10/2019

Renaud , ça devait être terrible de perdre dans un accident le compagnon de ta fille , je me mets à ta place et de ta fille bien sur . dans mon journal il y a tous les jours et de plus en plus depuis quelques temps des morts sur les routes sans parler des blessés graves par chez moi . tu me donnes l'occasion d'écouter Pierre Groscolas ce soir , j'aurai une pensée pour toi à l'écoute de ce titre . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 19/10/2019

Merci de vos sincères condoléances.

Écrit par : Hug | 20/10/2019

Jean et Hug, merci pour vos messages, concernant cet accident ma fille a mis plusieurs années à faire son deuil, ils avaient tous les deux à peine 22 ans et avaient ensemble beaucoup de projets, depuis ma fille est remontée vivre dans le nord mais descend régulièrement dans la Drôme à Bourdeaux pour revoir sa famille avec laquelle elle a conservé des liens. La chanson "au revoir" a pour auteurs Yves Dessca pour les paroles et Pierre Groscolas pour la musique, elle est sortie en 1973, la période 1971 à 1974 est très riche dans le répertoire de Groscolas. Amitiés, Renaud.

Écrit par : Renaud | 20/10/2019

Renaud , c'est très bien de citer les auteurs-compositeurs , sans eux pas de belles chansons , sans oublier les arrangeurs qui les habillent ensuite de manières harmonieuses . d'ailleurs je me régale de lire le livre sur les arrangeurs français que j'avais acheté il y a quelques mois et leurs secrets . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 20/10/2019

François Valéry ! Je lui dois beaucoup à celui-là... Au début, dans les années 70 à 80 il était pour moi un chanteur à minettes (à l'exception notable de "la loi d'amour" en 76) puis il a changé radicalement de cap en 1989 ("aimons-nous vivants") et en 1992 ce fut "changer de vie".
Je ne l'ai pas suivi à l'époque, voulant préserver ma fille (je sais... vu le résultat !!) mais en 2013, après l'avoir écoutée et écoutée, notamment ce passage :

Qui n’a pas eu envie un soir de tout foutre en l'air
De ce cacher pour pleurer
Histoire de prendre un peu l'air
De se dire il y a en marre, tout ça à quoi ça sert
Je ne laisserai rien que mon nom sur une pierre
Vouloir dire au plus profond de soi
Oser d'un coup franchir le pas.

Changer de vie, changer d'amour, changer d'amis,
Balayer tout, changer de vie.
Exploser tout derrière le soir, les carcans, les ça ne se fait pas .
Le passé avec ses blessures, le regret qui chante au futur...

je finalement écouté ! A présent je mène une vie douce et paisible avec une épouse aimante et attentionnée.
Si j'étais resté, certes (ma fille m'avait fait prévenu) j'aurais pu connaître mes petits-enfants (qui ne savent pas que j'existe) mais peu de chances pour ça, car en octobre 2015 j'aurais depuis longtemps été "sous une pierre" avec mon nom gravé dessus... No regret !!!!

Sinon j'ai lu le reste de ton com et je t'adresse moi aussi mes condoléances.

Écrit par : Cica pour Hug | 22/10/2019

Je ne sais pas si c'est à cause du Parkinson, mais depuis un an je ne prends plus la route dans certains départements. Sans avoir lu le com (triste) de Renaud, j'ai été effaré hier de voir la vitesse a laquelle les voitures fonçaient sur l'autoroute ! Du train on voit tout, du connard qui veut faire la course avec (160 pour le train quand même) aux abrutis qui sont pare-chocs contre pare-chocs à 150 sur la voie de gauche. Et tout ça sur route mouillée !
La faute pour moi aux.... constructeurs qui font à présent des bolides silencieux ! "de mon temps" (lol) avec les voitures normales de l'époque on savait qu'on dépassait le 120 ! J'ai quand même connu le temps des voitures à 4 vitesses.
En tout cas mes considérations de vieux con malade (bientôt je me mets au slam !!) ne consolera pas ta fille, Renaud, je le sais !

Sinon, pour le dernier com de Jean, je suis d'accord sur un site ou un blog, mais crois-moi, à la radio ça ne passe pas, j'en ai fait l'expérience...

Amitiés

Écrit par : Cica pour Renaud et Jean | 22/10/2019

Cica : Merci de tes sincères condoléances !

Écrit par : Hug | 23/10/2019

Écrire un commentaire