Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2019

Les 50 préférés de SLC : LES CHARLOTS

Les Charlots furent à l'origine les musiciens d'Antoine, qui un an après la percée de ce dernier, se surnommèrent les "problèmes".

Premier disque avec Antoine, en mai 66
. Lui chantait je dis ce que je pense je fais ce que je veux, eux chantaient en face B les contre-élucubrations problématiques.
Verdict de SLC : Antoine arriva 3ème, mais ses musiciens n'étaient pas loin, puisqu'ils occupèrent la 7ème place.

Cela suffit aux Problèmes pour se baptiser les Charlots.

Premier disque en septembre 66, matraqué par les radios, ignoré du hit de SLC : Je dis n'importe quoi, je fais tout ça qu'on me dit. Une phrase de la chanson fera fureur pendant des années : Chauffe Marcel... Plus une imitation réussie du Général de Gaulle qui venait juste d'être réélu, à l'instar de Jacques Dutronc (crac boum huuuue).

Aventures à la télévision, en décembre, fut un bide total.

1967. Même bide en février avec Cet été c'était toi. A la même époque, sortait Hey Joe de Jimi Hendrix, tout de suite récupéré par Johnny, qui avait "découvert" en France le génial guitariste (les spectateurs d'Evreux ont été les premiers à le voir sur une scène française, en première partie de Johnny, le 13 octobre 1966).
Ce fut le déclic pour nos compères, qui comprirent que le pastiche des chansons passait très bien. Hey Max sorti en mai était la copie conforme de la chanson de Johnny !

Johnny : "la vie, c'est le métro à 6 heures, et chacun pour soi."
Les Charlots : "la vie, c'est le gorgeon à 6 heures, et chacun sa tournée".

Une longue carrière couronnera cette chanson, 20 semaines dans le top 25, et une 4ème place en août. Etant déjà classé 7ème en juillet, et 10ème en septembre, Hey Max sera un des tubes de l'été !!! Cette chanson sera parmi celle de nos compères qui marchera le plus.

En septembre, c'est Paulette la reine des paupiettes, dont SLC ne retiendra que la face B, si tous les hippies avaient des clochettes. C'était clair, ce qui n'était pas pastiche chez eux ne marcherait pas à SLC.
Berry Blues, lancé en décembre, fut un bide. Certes classé 3 mois dans les 50, mais pas mieux que la 39ème place en janvier.

1968. Un peu mieux.
Sur la route de Penzac, sorti en mars, ne décrocha que la 20ème place en juin.
Je chante en attendant que ça sèche, sorti en juin, ne sera que 22ème en septembre. Mais la face B je suis trop beau fera mieux : 14ème en décembre. Alors que tu finiras sur les planches était déjà sorti depuis septembre, avec un bide total. En décembre ce sera je m'énerve, qui attendra 1969 pour se classer.
En 1968, les Charlots sont dores et déjà le premier groupe français, mais pas encore dans la "crème" des 20 premiers.

1969 sera leur meilleure année côté SLC.
Je m'énerve, donc, sera 22ème en avril.
Mais leur disque/reprise de Boris Vian restera, au printemps, sur la touche. Et pourtant ils récidivent en juin ! Même punition même motif...
Heureusement ils vont reprendre la chanson de Moustaski, le métèque, qui deviendra le pauvre mec. 24ème en octobre.

L'année se terminera par un succès. On ne jurait à l'époque - bibi y compris - que par Il était une fois dans l'Ouest, tant le film lui-même que la musique.
Alors ce sera Il était une fois dans le sud ! Lancé en décembre il restera dans le "gratin" quelques 17 semaines, avec une belle 8 ème place en février 1970. En revanche peu vendu, pas mieux que la 37ème place en hebdo.
C'est beaucoup grâce à cette chanson qu'ils se hisseront 17èmes interprètes pour cette année-là. Mais meilleur groupe classé.

En 1970 il vont continuer de surfer sur les parodies.

C'est alors la grande période je t'aime moi non plus, que pasticheront également Bourvil et Jacqueline Maillan. Bourvil classé 9ème à salut les copains, un mois avant sa mort...
Nos Charlots, eux, resteront 18 semaines dans le top SLC avec Sois érotique, 12 ème en septembre à SLC, 16ème vente en hebdo.
Parodie d'une très vieille chanson derrière chez moi en octobre, qui aura également un beau succès : 16 semaines dans le top, 8ème en janvier 71. Mais peu vendu, pas mieux que la 36ème place.
Pour cette année, il rétrograderont à la 20ème place chez SLC, restant toutefois premier groupe français si l'on excepte les duos.

A partir de 1971, Luis Rego quitte le groupe. Ils ne sont plus que quatre et se consacreront en même temps à la chanson et au cinéma.
Janvier les verra chanter ouvre la fenêtre, très peu vendu et non classé à SLC.
Mais merci patron, sorti en mars, restera 13 semaines dans le top, avec une belle 6ème place en avril. Côté ventes une belle 7ème place en hebdo. Première chanson revendicative !
L'allumeuse de vrais berbères (juin) sera boudée par SLC mais sera relativement bien vendue.
Et leur film les bidasses en folie sera en revanche un succès !

Pour 1972, bide total pour les fraises et les framboises, mais belle vente de si tu ne veux pas payer d'impôts en juin. Aucune ne sera classée à SLC, qui les boudera de plus en plus.
En décembre sortira au pays des pesetas, bande du film Les charlots font l'Espagne, qui se vendra assez bien (top 12) mais ne dépassera pas la 19ème place à SLC en février 73.
 
En 1973 le pastiche de paroles paroles ne verra pas la queue du hit, et se vendra peu.
En revanche leurs films les 4 charlots mousquetaires et les bidasses s'en vont en guerre feront une belle carrière.

C'est le Madeleine de Brel qui est pastiché en 1974 avec ce soir j'attends Valéry, non classé à SLC (dont le hit ne représente alors vraiment plus grand-chose) et pas trop mal vendu.

Au final, côté SLC, sur les années SLC 63/74 les Charlots y occupent la 26 ème place.
Premier groupe français, et de loin devant les Martin Circus et les Variations.

A partir de là ils comprennent que le cinéma leur apportera plus de popularité que la chanson. Non sans abandonner celle-ci, ils se mettent à beaucoup tourner.
Bons baisers de Hong-Kong sera une très bonne entrée dans les salles obscures.

En 1976, petite percée à SLC avec la biguine au biniou, 18ème en juin. 
1976 sera aussi l'année où Jean-Guy Fechner quitte le groupe. Ils ne sont plus que trois des Charlots d'origine.

Histoire merveilleuse en 1977 se vendra un peu, mais marquera le début de leur traversée du désert.
Laquelle durera 5 ans.
Ils sortiront trois 45 tours : Rio (1978), à l'ANPE (1979), t'es à l'usine Eugène (1981) qui seront tous des bides.
Pendant ce temps-là, sur les écrans étaient sortis Et vive la liberté (1978), les Charlots en délire (1979), Les Charlots contre Dracula (1980).

Alors, morts les Charlots chanteurs ? Non car le pastiche de chacun fait ce qui lui plaît, chagrin d'labour les remettront en selle en 1982. Top 11 hebdo des ventes à l'été.

Ils attendront un an pour sortir leur disque suivant, succès lui aussi, top 12 hebdo en juin 1983 avec plus de 250.000 exemplaires vendus.

J'ouvre ici une parenthèse à ce propos. Je n'évoque que très rarement le chiffre total des ventes de disques parce qu'à mon sens il ne représente pas grand-chose. Chante des Forbans s'est par exemple vendu 70 fois plus que Imagine de John Lennon ! 

En décembre de la même année sort c'est trop c'est trop, qui sera "déconseillé d'antenne". Néanmoins côté ventes il fera un top 18 hebdo en mars 1984.
Beau succès aussi de leur film Charlots connection cette année-là.

ils continueront sur cette pente "osée", avec Ah viens en 1985, qui ne passera pas en radio et ne se vendra pas.

1986 voit le départ de Gérard Rinaldi et la fin des Charlots "historiques".

Le pastiche de Jeanne mas Toot toot première fois ne marchera pas, et ceux qui restent termineront leur carrière discographique avec deux bides : pour pas que l'amour capote en 1989 et la pétanque en 1991.

Gérard Rinaldi quand à lui va faire une "seconde carrière" de 1987 à 1991 en incarnant à la TV le Marc de Marc et Sophie.

Il nous quittera prématurément en 2012 à l'âge de 69 ans.

Je vous embrasse.

Commentaires

Les Charlots c'est d'abord pour moi deux grandes personnalités: Gérard Rinaldi et Luis Rego dont j'ai apprécié leur talent de comédien en solo. Côté chansons j'ai bien aimé "hey Max" et "sur la route de Penzac", mais on ne peut pas faire une carrière uniquement sur des pastiches ou des reprises. Amitiés, Renaud.

Écrit par : Renaud | 29/11/2019

sympa les Charlots mais je suis d'accord avec Renaud ! de toute façon je préférais les Problèmes avec des titres comme ce monde existe , si c'est la nuit , ballade à Lui Rego , prisonnier politique où encore dodécaphonie donc plus pop . supers musiciens même à cette époque les anglais étaient élogieux en parlant d'eux . sans les acheter je précise j'aimais bien entendre Paulette la reine des paupiettes et merci patron . j'avais lu le livre sur eux … pas tout rose entre eux quand même ( et aussi avec Antoine d'ailleurs ) ! amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 29/11/2019

j'avais oublié de préciser , les Problèmes c'était les Charlots . Jean

Écrit par : jean | 29/11/2019

Bonjour!
Les Problèmes, oui, comme Jean, j'aimais et la publication de Patrick me donne envie de les réécouter. Devenus Charlots, oui au cinéma ils étaient amusants; pour la chanson, Derrière chez nous, Merci patron, Si tu ne veux pas payer d'impôts et quelques autres mais d'accord avec Renaud. J'ai regretté qu'ils s'en prennent à Antoine tellement d'années après; il faut savoir tourner la page. C'est une époque; Yves Montand disait pour la sienne'' ce n'était pas le bon temps mais c'était le nôtre.'' Cordialement, Cédric

Écrit par : Cédric | 29/11/2019

Je pense qu'il faut se situer dans le contexte de l'époque. Si la musique en général a été d'une qualité exceptionnelle dans la seconde partie des années 60, cette période n'a pas été spécialement marrante si l'on excepte une brève euphorie (vite réprimée) en mai 68. Ce n'est pas pour rien que dans le hit de janvier 62, deux sketches sont dans les dix premiers ! Les Charlots années 60 ont été à la radio ce que les Inconnus 90 ont été à la télé, des défouloirs. Même si la qualité n'a pas toujours été au rendez-vous pour les premiers. Si l'on regarde bien pas mal de chansons des Charlots sont "sociétales" : merci Patron, si tu ne veux pas payer d'impôts, à l'ANPE...
Cédric a raison de citer Montand, c'est tout à fait ça !

Écrit par : Cica | 29/11/2019

Cica : De mon côté, j'adore Les Charlots ! Même si c'est vrai que les chansons du milieu des années 80 surtout (De la fin du groupe) comme "Ah ! Viens" ou "La bouche Camembert" (Parodie de "Elle a les yeux revolver" de Marc Lavoine) peuvent paraître à la limite du bon goût.

Mais leurs chansons des années 60 et 70, j'adore, mais j'aime aussi beaucoup "Chagrin d'labour" de 1982 !

J'aime aussi beaucoup "Paulette, la reine des paupiettes". Je pense à cette chanson chaque fois que je mange des paupiettes ! J'ai une grande tante par alliance qui se prénomme Paulette. Je me demande si elle apprécie ou non cette chanson !

Écrit par : Hug | 30/11/2019

Je pense aussi comme toi que Les Inconnus ont pris la succession des Charlots au début des années 90. Eux aussi, j'aime beaucoup leurs chansons et sketchs parodiques. Je me demande si maintenant, des comiques comme eux pourraient avoir du succès.

Écrit par : Hug | 30/11/2019

Depuis 2018 qu'il me fait chier, mon patron mériterait que je lui demande de rediffuser ma chronique sur Les Charlots avec cette chanson "Merci patron" comme message subliminal diffusée en 2012 alors qu'il n'était pas encore directeur de la radio. En 2012, d'ailleurs, j'avais ma collègue journaliste de la radio qui m'énervait aussi, et j'ai volontairement fait une chronique sur Charlotte Julian dans laquelle j'ai glissé un message subliminal à ma collègue à travers sa chanson "Tu me pompes l'air".

Écrit par : Hug | 01/12/2019

Et aujourd'hui, nous sommes le 1er décembre, la Sainte Florence, du prénom d'une copine de ma petite soeur qui m'a fait chier une fois qu'elle était invitée à manger chez mes parents, me reprochant de faire crisser mon couteau et ma cuillère. Quand on est invité chez les gens, on ne fait pas ce genre de remarques. D'une coiffeuse que j'ai eue et que j'ai décidé d'arrêter d'aller voir parce qu'elle s'est mêlée de choses qui ne la regardaient pas. D'une infirmière du CMP auquel je téléphone et qui était particulièrement désagréable. Bien souvent, les femmes portant ce prénom sont incritiquables, et je suis certain que vu leur ego surdimensionné, elles seraient enchantées si le jour de leur fête était celui de la fête nationale. Me concernant, je suis ravi de leur faire leur fête aujourd'hui, et j'espère qu'on va la leur faire dans leur entourage. Heureusement, toutes ne sont pas comme ça, j'exclue dans ce panel ma tante Flo, ma tata Flo, avec qui ça n'a pas toujours été facile, mais que j'aime profondément depuis tout petit.

A côté, la Saint Hugo se fête toujours le même jour que St Hugues, le 1er avril, c'est donc une blague que ce jour-là.

Eh oui, 1er décembre, vivement le 31 ! D'ici là, je vais devoir encore subir les fêtes de Noël comme tous les ans, mais là, c'est encore pire, car je vais devoir les passer ailleurs qu'en Vendée, en Lorraine, pour aller chez ma petite soeur enceinte. Obligé donc de me passer de séance d'acupuncture, de réflexologie plantaire et de sport pendant une semaine ! De plus, des fêtes de Noël en Alsace, j'en ai soupé jusqu'en 2008. Depuis que ma grand-mère maternelle alsacienne est morte en 1992, je déteste aller là-bas à Noël ! Je croyais ne plus avoir à aller dans la région Alsace / Lorraine à cette époque-là de l'année, caramba, encore raté !

Vivement l'année prochaine ! De toutes façons, vivement surtout le 31 décembre de l'année de mon décès, car d'ici là, à chaque année, il faut être réaliste, il y aura des personnes qui décideront de m'emmerder et elles auront raison !

Écrit par : Hug | 01/12/2019

Écrire un commentaire