Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2020

TOP 50 MENSUEL FRANCAIS DES VENTES JUIN 1973

1 45 LA MALADIE D'AMOUR Michel Sardou 236 K 2
2 4 MAMAN Roméo 220 2
3 28 UN CHANT D'AMOUR UN CHANT D'ETE Frédéric François 189 2
4 3 ET SURTOUT NE M'OUBLIE PAS Crazy Horse 171 3
5 20 UNE BAGUE UN COLLIER Ringo Willy-Cat 143 2
6 22 QUE FAIS-TU CE SOIR APRES DINER Il était une fois 139 2
7 1 RIEN QU'UNE LARME Mike Brant 132 4
8 9 HEY MANHATTAN C. Jérôme 126 2
9 e J'AI UN PROBLEME Johnny & Sylvie 121 1
10 2 MADE IN NORMANDIE Stone & Charden 113 3
11 e ADAM ET EVE Sheila 101 1
12 6 NOUS IRONS A VERONE Charles Aznavour 98 3
13 e JE VIENS DINER CE SOIR Claude François 85 1
14 38 YOU Pierre Charby 78 2
15 23 HEY MAMA Michel Chevalier 72 2
16 18 L'AMOUR EST TOUJOURS EN VACANCES Patricia Lavila 69 2
17 13 LE PLOMBIER Pierre Perret 53 3
16 e EMMENE-MOI DEMAIN AVEC TOI Mireille Mathieu 52 1
19 24 IL ETAIT ECRIT Gérard Palaprat 51 2
20 27 NI VIVRE NI MOURIR Nana Mouskouri 49 2
21 5 TU TE RECONNAITRAS Anne-Marie David 49 3
22 19 L'INDIEN Gilbert Bécaud 38 2
23 10 JE VAIS ME MARIER MARIE Patrick Juvet 36 3
24 8 REVIENS MON AMOUR REVIENS Christian Delagrange 31 3
25 e I LOVE YOU BECAUSE Michel Polnareff 29 1
26 7 VIENS VIENS Marie Laforêt 27 6
27 43 ROSIE ROSIE Charlotte Julian 26 1
28 e SI TU NE ME LAISSES PAS TOMBER Gérard Lenorman 25 1
29 50 MAIS IL Y A L'ACCORDEON Dalida 25 2
30 12 FIO MARAVILLA Nicoletta 24 3
31 e ELLE CHANTAIT MA VIE EN MUSIQUE Gilbert Montagné 24 1
32 16 POUR TOI CE N'ETAIT RIEN Hervé Vilard 23 3
33 e CHANTE COMME SI TU DEVAIS MOURIR DEMAIN Michel Fugain 23 1
34 e RIMBAUD CHANTERAIT Michel Delpech 22 1
35 17 SALUT LES AMOUREUX Joe Dassin 21 4
36 e LA PRIMAVERA Guy Mardel 20 1
37 21 AU-REVOIR Pierre Groscolas 19 3
38 33 HASTA LUEGO Hugues Aufray 19 2
39 31 LA FRANCE DEFIGUREE Jacques Dutronc 18 2
40 e L'ENFANCE Jacques Brel 18 1
41 15 LES GONDOLES A VENISE Sheila & Ringo 17 5
42 14 J'AI RENCONTRE L'HOMME DE MA VIE Diane Dufresne 17 3
43 11 CELUI QUI RESTE Claude François 14 3
44 e T'AS TOUT DIT DIS MADAME Petit Matin 14 1
45 e ON EST DEUX Adamo 13 1
46 34 IAN MORRISON REEL Alan Stivell 12 2
47 37 CHOUANS EN AVANT Jean-François Michael 12 3
48 e LES MARIES DE L'ETE Rika Zarai 12 1
49 44 LE SOLEIL SE LEVE A L'EST Johnny Hallyday 12 2
50 e MAIS JE T'AIME Marie Laforêt 11 1
           
        2713 2,16

Un hit "vieillissant" (16 entrées) mais tous les tubes français de l'été 73 sont là. Le principal bien sûr (Sardou) mais aussi les autres.
Roméo a été en tête entre les deux hits, et Sardou ne l'a gratté que de 16.000 ventes. Podium pour Frédéric François, régulier dans ses performances. Idem Ringo, qu'il est de bon ton de critiquer... On se demande qui a acheté ses 7 miilions de disques ! Belle performance du groupe il était une fois, qui ne devrait pas en rester là. Terminus 8 pour C Jérôme, bien payé ! Entrée de Johnny, qui a bien besoin de son épouse pour faire un tube : son dernier 45 tours le soleil se lève à l'est n'ayant pas dépassé les 35.000 exemplaires...
Sheila - comme son époux - n'a pas besoin de Ringo pour cartonner, avec un Adam et Eve qui fera un podium. Claude François n'a pas traîné à sortir un disque après l'échec - relatif - de celui qui reste, pourtant une superbe chanson. Je viens dîner ce soir, avec le "son 73' (ra-tatata) fera un podium. Normal pour lui lol ;-))
Tout comme Pierre Charby. En revanche Michel Chevalier ne fera qu'un top 10 avec hey mama. Terminus 16 pour celle qui sera ma voisine, Patricia Lavila (tout comme Calogero !) Le fameux plombier de Pierre Perret n'aura vendu qu'à moins de 150.000 et ne verra donc pas le top 10. Mireille Mathieu va renouer avec les premières places après le flop de moi c'est la chanson. 
Feu mon pote Gérard Palaprat fera quand même un top 20 avec une chanson (il était écrit) pourtant boycottée par certaines radios. RMC notamment ! 73 a vraiment été son année avec les grands voyages et tu comprends, même s'il aura moins vendu qu'en 72 ou 71. Nana Mouskouri entame une mini-traversée du désert qui ne prendra fin qu'en 1981 avec son adaptation du choeur des esclaves. Qui réussira bien à Waldo de los Rios en 1974 !
Michel Polnareff fera aussi un des tubes de l'été, avant de s'exiler aux USA (via le paquebot France quand même !) pour raisons fiscales. 1974 sera une année blanche pour lui. Saluons Marie Laforêt et ses 768.000 ventes de son viens viens qui figure pour la 6ème fois consécutive dans mes colonnes ! Gérard Lenorman continue de "tuber", il fera un podium. Dalida fait une pause entre deux méga tubes, Gilbert Montagné aura un succès honnête avec l'adaptation de killing softly, meilleure que celle qu'en feront les fugees 25 ans après !
Encore une belle chanson de Michel Delpech, qui ne sera pas loin du top 10. Avant son tube historique.
Guy Mardel revient dans le hit 8 ans après n'avoue jamais. Cette chanson très "73" lui vaudra un petit succès. Hugues Aufray promettait avec hasta luego, mais n'aura pas atteint les 30, malgré que lui aussi ait sacrifié à la mode du moment. Rendez-vous en 76 !
Entrée à la 40ème place de Jacques Brel, avec un titre qui ne me dit rien ! Ce sera son dernier 45 tours.
T'as tout dit dis madame est une chanson rythmée, entraînante, qui fera un top 15. Contrairement à Adamo qui entame sa première traversée du désert. Niveau ventes s'entend car on se souvient encore de c'est ma vie (1975) parlons-en du bonheur (1981) qui n'ont guère été vendues, et surtout du superbe Manuel (1977) qui sera pour moi son plus grand chef d'oeuvre. Enfin nouveau single de Marie Laforêt, qui n'ira pas aussi loin que viens viens. Dommage que son sublime pourquoi les hommes pleurent sorti entre temps n'ait pas été classé.

Voilà pour le top français de juin 73, 


Je vous embrasse.

Commentaires

À noter une belle chanson de Dalida mais, comme beaucoup de belles chansons de Dalida, elle ne fera pas un gros score.

Écrit par : Leroy | 26/01/2020

quelques bons titres relevés: you de Pierre Charby, il était écrit de G.Palaprat, l'indien de Bécaud, Rimbaud chanterait de Delpech, salut les amoureux de Joe Dassin, au revoir de Pierre Groscolas (superbe), l'enfance de Jacques Brel et j'ajouterai bien sûr la maladie d'amour de Sardou.
A part ça ce top 50 de juin 73 me laisse assez indifférent, comme tu le dis Patrick un hit vieillissant ...
amitiés et bonne semaine à tous, Renaud.

Écrit par : Renaud | 27/01/2020

" mais je t'aime", autre face de "fais-moi l'amour comme à 16 ans"? Si c'est la cas, c'est cette dernière que l'on entendra le plus et classée dans les hits comme à RMC de mémoire...Pour le reste, beaucoup de bon, premier vrai flop d'adamo" comme tu le signales Patrick, mais "marie la mer" marchera mieux à l'automne tout comme l'"hidalgo" l'été suivant; je pensais Pierre Charby plus haut, Polnareff n'ira pas très haut il me semble, mais c'était super, Montagné non plus je pense...Souvenirs...

Écrit par : jmp | 27/01/2020

Patrick , pour Guy Bayle dit Ringo cela doit être pour moi ! promis je n'en parlerai plus , je m'en tiendrai uniquement qu'à ceux que j'aime . beaucoup de titres que j'aime mais surtout Pierre Groscolas avec au revoir comme le dit Renaud superbe et Michel Delpech avec Rimbaud chanterait . Patrick Juvet , Joe Dassin , Christian Delagrange , Mike Brant , Anne -Marie David pour n'en citer que quatre/cinq . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 27/01/2020

Juin 1973 avec la fine fleur de la variété Française dont Gérard Lenorman et le très beau "Si tu ne me laisses pas tomber" et le toujours aussi troublant et prenant "Viens,viens" de Marie Laforêt. Une époque fertile ou l'on prenait la peine d'acheter les disques !

Écrit par : Jerry OX | 27/01/2020

Jerry OX : Ben oui, à l'époque, un 45 tours 2 titres devait valoir aux alentours de 11 FF ! Les 45 tours 4 titres (Ou plus) s'étaient déjà raréfiés et commençaient à n'être réservés qu'à la production de musique enfantine (Chansons traditionnelles) avec généralement format livre-disques et étaient un peu plus chers (Au niveau de 20 FF), et c'était le début des grandes surfaces en masse où les disques étaient en ventes.

Quand je suis né en 1982, un 45 tours 2 titres coûtait 13 FF et un 33 tours : 50 FF (Pour preuve le 33 tours de France Gall "Tout pour la musique" sorti fin 1981, et que j'ai acheté à quelques Euros en 2006 dans un magasin de vinyles mais qui comprend toujours une étiquette avec le prix d'origine !). Mais les 33 tours sont très vite passés à 80, 00 FF (Pour preuve le 33 tours de Jane Birkin "Baby alone in Babylone" sorti à l'automne 1983, et que j'ai acheté pour une vingtaine d'Euros en 2002 dans une bourse aux disques d'occasion, mais qui comprend toujours au verso de la pochette le prix original marqué au stylo feutre !), prix auquel ils sont restés jusqu'à la fin de leur exploitation fin 1991.

En 1991, j'avais 9 ans, et je me souviens avoir acheté le 45 tours de Pierre Bachelet et Florence Arthaud "Flo" pour 18 FF, et le prix avait alors augmenté si bien que je trouvais que cela commençait à faire cher par rapport à l'argent de poche que mon père me donnait ! Mais ensuite, quand on est passé au "Tout CD" en 1993, déjà on était passé début 1992 des 33 tours qui valaient 80 FF aux albums CD qui valaient au moins 120 FF, mais surtout des 45 tours et K7 single (Format éphémère apparu en 1991 mais arrêté en 1994 pour cause mauvaise qualité, je pense !) à 18 FF, aux CD Single à 38 FF !!

Du coup, acheter des disques en masse était devenu très coûteux. Et après, certains professionnels du disque (Comme Monsieur Pascal Nègre le dit dans son livre "Sans contrefaçon" publié en 2010) se sont étonnés qu'en 2003, quand les premiers sites de téléchargement musicaux illégaux sont apparus, certains internautes se soient mis à télécharger de la musique en masse sans avoir à payer quoi que ce soit. Le CD est un produit luxueux certes, mais de là à le mettre en ventes à beaucoup plus cher que le vinyle, c'était un mauvais choix. Je pense que le téléchargement illégal (Puis le téléchargement légal, qui, il est vrai, n'est pas cher pour un album entier) est pour moi la conséquence du prix trop élevé du CD surtout si on le compare aux prix que valaient les vinyles des années 60 au début des années 90 !

Écrit par : Hug | 27/01/2020

Jerry OX : Ben oui, à l'époque, un 45 tours 2 titres devait valoir aux alentours de 11 FF ! Les 45 tours 4 titres (Ou plus) s'étaient déjà raréfiés et commençaient à n'être réservés qu'à la production de musique enfantine (Chansons traditionnelles) avec généralement format livre-disques et étaient un peu plus chers (Au niveau de 20 FF), et c'était le début des grandes surfaces en masse où les disques étaient en ventes.

Quand je suis né en 1982, un 45 tours 2 titres coûtait 13 FF et un 33 tours : 50 FF (Pour preuve le 33 tours de France Gall "Tout pour la musique" sorti fin 1981, et que j'ai acheté à quelques Euros en 2006 dans un magasin de vinyles mais qui comprend toujours une étiquette avec le prix d'origine !). Mais les 33 tours sont très vite passés à 80, 00 FF (Pour preuve le 33 tours de Jane Birkin "Baby alone in Babylone" sorti à l'automne 1983, et que j'ai acheté pour une vingtaine d'Euros en 2002 dans une bourse aux disques d'occasion, mais qui comprend toujours au verso de la pochette le prix original marqué au stylo feutre !), prix auquel ils sont restés jusqu'à la fin de leur exploitation fin 1991.

En 1991, j'avais 9 ans, et je me souviens avoir acheté le 45 tours de Pierre Bachelet et Florence Arthaud "Flo" pour 18 FF, et le prix avait alors augmenté si bien que je trouvais que cela commençait à faire cher par rapport à l'argent de poche que mon père me donnait ! Mais ensuite, quand on est passé au "Tout CD" en 1993, déjà on était passé début 1992 des 33 tours qui valaient 80 FF aux albums CD qui valaient au moins 120 FF, mais surtout des 45 tours et K7 single (Format éphémère apparu en 1991 mais arrêté en 1994 pour cause mauvaise qualité, je pense !) à 18 FF, aux CD Single à 38 FF !!

Du coup, acheter des disques en masse était devenu très coûteux. Et après, certains professionnels du disque (Comme Monsieur Pascal Nègre le dit dans son livre "Sans contrefaçon" publié en 2010) se sont étonnés qu'en 2003, quand les premiers sites de téléchargement musicaux illégaux sont apparus, certains internautes se soient mis à télécharger de la musique en masse sans avoir à payer quoi que ce soit. Le CD est un produit luxueux certes, mais de là à le mettre en ventes à beaucoup plus cher que le vinyle, c'était un mauvais choix. Je pense que le téléchargement illégal (Puis le téléchargement légal, qui, il est vrai, n'est pas cher pour un album entier) est pour moi la conséquence du prix trop élevé du CD surtout si on le compare aux prix que valaient les vinyles des années 60 au début des années 90 !

Écrit par : Hug | 27/01/2020

Ah la mémoire ! J'entends souvent dire venant de personnes de 70 ans (mon âge donc à un an près) "que dans leur jeunesse il y avait de VRAIS hivers et qu'ils devaient aller à l'école sous la neige"..
Mais ce genre de propos ne résiste pas aux relevés...
Idem pour RMC, la seule radio que je pouvais écouter habitant Le Vigan. Je notais scrupuleusement les hits chaque dimanche, et je peux te dire que 1) aucune chanson du disque ne fut classée sur RMC
http://artisteschartsventes.blogspot.com/p/hit-parade-rmc-1973_81.html
et 2) la "locomotive" fut bien "mais je t'aime".
En toute amitié.

Écrit par : Cica pour JMP | 27/01/2020

Je partage ton analyse, j'ai beaucoup évoqué le cas du prix des disques dans ces colonnes, mais si effectivement les galettes coûtaient bonbon jusqu'à l'arrivée des FNAC et hypermarchés (ce qui me fait dire que le classement des ventes de disques jusqu'en 1971/72 était "le classement des riches") ensuite les prix ont été cassés. 1973 fut l'année où j'ai acheté le plus de 45 tours (150 à peu près), ayant trouvé une "mine" au Mammouth de Montpellier : 5,15 F !!! Soit 5 euros actuels.
J'ajouterai - Cédric ne me démentira pas - que jusqu'en 1974/75 les disques étaient moins chers en Suisse (moins de 4 FS) jusqu'à ce que le change annule cet effet. Durant l'été 70 j'ai ainsi acheté une cinquantaine de galettes à Yverdon (VD) au prix de 3.90 FS (4 FF) alors qu'à Pontarlier - à l'époque un gros bourg - les rares disques que l'on trouvait coûtaient 2 fois plus !
Sinon, le son CD n'a rien à voir avec un son vinyle. Lesquels peuvent être écoutés 60 ans après.
Amitiés

Écrit par : Cica pour Hug | 27/01/2020

Oui, incontestablement,1973 a marqué l'âge d'or de la variété.

Écrit par : Leroy | 27/01/2020

Bonjour! En effet, Patrick, les disques n'étaient pas chers en Suisse à cette époque-là. 3,90 frs, l'exemple que tu donnes, et Spirou devait coûter 1,20 frs en France comme en Suisse et 12 frs belges. Oui, je reviens. Pardon mais les chats, c'est comme ça...à+ Cédric

Écrit par : Cédric | 28/01/2020

Pour les magazines, donc, les prix étaient les mêmes mais ce hit-parade était tout de même plein de bonnes choses! L'incontournable Maladie d'amour, peut-être le plus grand succès de Sardou avec Les lacs, surprenants aussi. Je viens dîner ce soir, je l'écoute encore; Clo-Clo m'enchante par ses chansons malgré son personnage désagréable. Nous irons à Vérone, oui; Que c'est triste Venise, Paris en mai, Paris en août, Genève inoubliable, Rendez-vous à Brasilia... Il aimait nommer les villes, le grand Charles. Delpech, toujours du plaisir, et L'enfance de Brel. L'enfance, superbe, mais j'avais acheté le 45 tours Mon enfance, sorti plus tôt, un chef-d'oeuvre! Que j'ai autant aimé que La Fanette. Bien d'autres, cités et commentés par Patrick u.v.a. Comme on le voyait écrit sur les compilations cd. Cordialement. Cédric

Écrit par : Cédric | 28/01/2020

Dalida n'a pas fait un gros score avec cette chanson, mais elle se rattrapera vite, en se payant le luxe de faire deux mégatubes avec un seul single en 1974 (il venait d'avoir 18 ans/Gigi l'amoroso). Je me souviens du succès égal des deux faces, que les radios avaient du mal à départager.
C'est la seule artiste de ma connaissance à avoir pu prendre tous les "virages" musicaux. La sérénade, puis le twist, un peu de sirtaki (Zorba), la soul (pauvre coeur, adaptation de Percy Sledge) et bien sûr le disco (une des premières à le faire juste derrière Sheila).
Chapeau Madame, on ne cesse de vous regretter...
Amitiés

Écrit par : Cica pour Leroy | 28/01/2020

Pour aller à Venise, Aznavour a dû passer par Vérone, c'est à côté ;-))
C'est vrai qu'il a chanté les villes, surtout Paris (par trois fois : mai, août, j'ai vu Paris) et aussi Jerusalem.
Amitiés

Écrit par : Cica pour Cédric | 28/01/2020

Patrick : Oui, Dalida a même fait des "chansons à texte."
Et, parmi les chansons qui auraient mérité le succès, on peut citer: "Julien","Mais il y a l'accordéon","Des gens qu'on aimerait connaître","Depuis qu'il vient chez nous", "Je suis malade..." et bien d'autres.

Écrit par : Leroy | 28/01/2020

Bonsoir Patrick et à tous.

Pour les virages musicaux, Patrick, je trouve que Johnny s'est bien débrouillé, toujours dans le coup !
Il y en a sûrement d'autres, SHEILA par exemple ou Gainsbourg.

Bises à tous.

Écrit par : boixiere | 28/01/2020

Cica : J'ai le 45 tours de Dalida avec "Gigi l'amoroso" en face A et "Il venait d'avoir dix-huit ans" en face B. Concernant "Gigi l'amoroso" j'ai du mal à savoir comment cette chanson a pu être un tel tube à l'époque, surtout en 1974 alors qu'il n'y avait que trois grandes radios périphériques : Europe 1, RTL et France Inter (Les radios libres n'étant apparues qu'à partir de 1981 suite à leur libéralisation par François Mitterrand), car "Gigi l'amoroso" dure 7'00 ! Les programmateurs radio ont dû assez souvent couper la chanson durant le pont où Dalida parle et dit : "C'est toi là-bas dans le noir ?". D'ailleurs, comme "Il venait d'avoir dix-huit ans" dure 3'00, à mon avis beaucoup de programmateurs radio de l'époque ont dû un peu bouder la face A pour sa longueur, et du coup, diffuser la face B qui s'est imposée aussi !

Écrit par : Hug | 28/01/2020

Boixière : Justement, hier je fredonnais "Le bon temps du rock'n'roll" de Johnny Hallyday et surtout sa phrase qui me fait rire : "J'ai une indigestion de disco" ! Il est vrai que s'il y a bien un courant musical dans lequel Johnny ne s'est pas risqué (Contrairement à plein de gens de son époque, même Françoise Hardy a fait du disco (Fait par Jonasz et Gabriel Yared quand même) avec "J'écoute de la musique saoule" et Annie Cordy aussi avec "The queen of the disco", même Line Renaud avec "Copacabana")
c'est bien le disco, et il a eu raison.

Par-contre, il avait fait fort en 67 en chantant la version française de "San Francisco" de Scott Mac Kenzie, puis "Jésus-Christ (est un hippie)" en 70, après avoir chanté, en 66, "Cheveux longs et idées courtes" en réponse à Antoine qui voulait le mettre "en cage à Médrano" dans "Les élucubrations" !

Écrit par : Hug | 28/01/2020

surtout qu'il n'aimait pas les hippies , il l'avait assez dit comme quoi … finalement opportuniste comme Antoine . Jean

Écrit par : jean | 28/01/2020

Quelques mots de sympathie pour Michou. Tant d'années consacrées à un art sous-évalué du monde de la nuit. Cédric

Écrit par : Cédric | 28/01/2020

Cédric , toute une époque Parisienne , lui il voyait la vie en bleu jusqu'à son cercueil pour son dernier voyage d'après les journaux . pour revenir à Pierre Groscolas avec sa superbe chanson au revoir , l'autre face était bien aussi avec pas sans amour donc un bon single . sinon en 75 Pierre Groscolas avait eu l'honneur d'avoir son titre Elise et moi repris par le chanteur américain Frankie Valli des Four Seasons . Jean

Écrit par : jean | 29/01/2020

Michel, Johnny ne s'est pas adapté autant que Dalida. Laquelle a chanté tous les styles, entre les années 50 et les années 80 alors que Jojo se contentait de traduire ce qui était à la mode. En outre Dalida a été une des seules vedettes à franchir sans problème le barrage des années 61/62, je le constate en regardant les hits de l'époque. Une des seules car je n'oublie pas Aznavour qui a aussi chanté du twist (Alleluia) et Bécaud. Ce n'est pas un hasard si je possède tous les 45 tours de ces trois-là !
Amitiés

Écrit par : Cica pour Boixière | 29/01/2020

"Gigi l'amoroso" a suivi la même trajectoire que "toute la musique que j'aime", mais beaucoup plus rapidement. Ce sont deux faces B faites pour la scène, celle de Johnny grâce à son intro qu'il pouvait faire durer un quart d'heure, et celle de Dalida qu'elle pouvait transformer en mini-pièce de théâtre !
"toute la musique" n'est vraiment passée en radio que deux ou trois ans après, "gigi" en revanche n'a attendu que quelques mois.
A propos de ces deux-là Barclay avait poussé le vice de faire enregistrer à l'une comme à l'autre les mêmes chansons au début des années 60. Dalida l'avait emporté avec "itsi bitsi petit bikini" (que je détestais, surtout la fin !) et Johnny avait vendu plus de "avec une poignée de terre", "tu peux la prendre" que Dali.
Sinon, "soleil" avait beaucoup inspiré d'artistes en 1970/1971. Outre Françoise Hardy et Marie (qui fut n°1 sur RMC), ne pas oublier Michel Fugain entre les deux, fin 1970 !
Amitiés

Écrit par : Cica pour Hug | 29/01/2020

Puisqu'il est un peu question de Dalida, que j'aimais beaucoup entendre; que j'ai découverte avec l'adaptation de Stand by me, Tu croiras ou avec Nuits d'Espagne ou Le petit Gonzales ou Bambino ou encore Les enfants du Pyrée.... Et suivie, Le jour du retour, Ce coin de terre, Viva la pappa, Zorba, Le clan des siciliens, etc. Je reviens te chercher, Ciao amore, Paroles... Il pleut sur Bruxelles, Parle plus bas... En fait je cherche un titre mais ne le trouve pas, je vais me contenter de Si j'avais des millions. Tout ça pour dire que Soleil, soleil ma plu, plu, plu, repris par la délicieuse Lorie, ah! Lorie qui dit souffrir d'une affection exclusivement féminine et pas glam du tout. Dalida était très fière de révéler que Léo Ferré lui avait dit: -Vous êtes une grande interprète! Après qu'elle eut chanté Avec le temps.
Cordialement. Cédric

Écrit par : Cédric | 30/01/2020

Un 45 tours beaucoup passé, j'ai trouvé le titre: Tout au plus. Elle sera là, la femme qui a pris ma place dans ta vie.... Et tant qu'on y est, Salut salaud, confidences sur la fréquence.. Cédric

Écrit par : Cédric | 30/01/2020

Ça ne s'arrange pas, contrairement à ce que prétendait Richard; le Pirée avec y. Mais je fus aussi fan de Dirla Dirladada et de Pour ne pas vivre seul.... Cédric

Écrit par : Cédric | 30/01/2020

comme vous , j'apprécie beaucoup Dalida , moins sa version de stand by me . je préfère la Dalida plus pop comme dans la ville endormie des fameux Irresistibles où encore le temps des fleurs par exemple où même disco plus tard . pour revenir au titre superbe stand by me de Ben E King de 61 ( plus de 400 versions d'après Wikipédia ) j'ai ressorti du coup ma dizaine de titres que j'ai de ce titre . j'avais connu stand by me grâce aux Walker Brothers sur son album Images en 67 , version pop orchestrale superbe avec la voix fabuleuse de Scott Walker ( coucou Marc ) que j'avais commenté dernièrement d'ailleurs , puis je me suis intéressé à celle Ben E king ( le classique ) , Otis Redding bien sur plus soul et enfin pour n'en citer que trois/quatre celle de John Lennon plus rock où encore les Platters . j'avais lu qu'un journaliste musical français avait toutes les versions peut-être bien Patrick Eudeline il me semble. un disque avait paru aux USA avec des reprises de stand by me uniquement . bref un titre culte …dire que Ben E King avait sorti aussi l'excellent don't play that song le pas cette chanson de qui vous savez en France et en Italie c'était Adriano Celentano le Johnny italien avec succès d'ailleurs. amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 30/01/2020

Il y a des jours, comme hier soir, où je me dis que Dalida et Mike Brant ont fait le bon choix. Eux, là où ils sont maintenant, plus personne ne les fait chier. Ce serait pareil pour moi, mais cela rendrait mes proches trop tristes.

Écrit par : Hug | 30/01/2020

Quand je pense à cela, en fait je n'ai pas envie de faire ce que Mike Brant et Dalida ont fait. Je reste quand même trop confiant en la vie pour ça. Mais je pense quand même que cela aurait fait plaisir et que cela ferait plaisir à certaines personnes que j'ai côtoyées ou que je côtoie au quotidien que je le fasse. En fait, j'aimerais que les personnes que je n'apprécie pas et qui ne m'apprécient pas dans mon quotidien m'apprécient. Et parfois, quand j'ai le blues, le fait que j'ai toujours ma famille et mes sœurs qui m'apprécient autour de moi n'est pas assez fort par rapport au fait que je ne sois pas assez apprécié par mon collègue de la radio ou d'autres personnes que, du coup, je n'apprécie pas, parce que je sens qu'ils ne m'apprécient pas.

Écrit par : Hug | 30/01/2020

je sens qu'elles ne m'apprécient pas (Les personnes). Excusez-moi de l'erreur de grammaire.

Écrit par : Hug | 30/01/2020

Enfin, tout ça parce qu'il y a des jours où je me demande bien pourquoi j'ai été la cible de moqueries en classe de la part d'élèves et de profs. Quand j'étais au collège, passait encore car ce n'est pas pour rien que l'adolescence est surnommé "l'âge bête". Mais là où je l'ai très mal vécu c'est quand je suis arrivé en fac en 2003, à l'âge de 21 ans, après avoir obtenu mon Bac Littéraire, et que, comme j'appréhendais beaucoup d'aller faire Littéraire à Nantes par peur de vivre loin de mes parents, j'ai dû me rebattre sur LEA (Langues Etrangères Appliquées au Commerce) dans ma ville : La Roche-Sur-Yon et qu'après avoir connu des camarades de classe avec lesquels je m'entendais bien de 2000 à 2003 (En 1ère et en Terminales Littéraires), je me suis retrouvé le bac en poche dans cette fac à 21 ans, et pensant à tort ne plus avoir à faire à des élèves se foutant de ma fiole derrière le dos des profs bien entendu, car étant en première année de fac, ils avaient tous au moins 18 ans maintenant et étaient normalement matures et adultes (au moins dans l'âge).

Loupé, c'est le moins qu'on puisse dire. Et ensuite, j'ai bien sûr dû redoubler ma première année de LEA, et lors de ma seconde année de 1ère année de LEA, j'ai honte de le dire, mais je regardais le lundi soir "Y'a que la vérité qui compte" présenté par Laurent Fontaine et Pascal Bataille sur TF 1, et "La méthode Cauet" le jeudi soir sur TF 1, dans le but de pouvoir avoir des conversations avec mes camarades de classe, car ces émissions étaient de leur niveau ! Je regardais aussi "Y'a que la vérité qui compte" le lundi soir, car le mardi matin, j'écoutais sur France Inter la chronique télé que Guy Carlier faisait lors de l'émission "Le fou du roi" présentée par Stéphane Bern, et comme il tapait quasi systématiquement sur l'émission de Bataille et Fontaine de la veille au soir, je la regardais aussi le lundi soir pour repérer quel aspect de l'émission Guy Carlier allait critiquer le lendemain matin à la radio !

Enfin, regarder ces stupidités, j'étais rendu loin dans la déprime quand même ! Ce sont mes études qui m'ont fait vivre cette dépression pour laquelle j'ai été hospitalisé en septembre 2005, en me disant que cette hospitalisation serait un petit accident de parcours et que j'allais reprendre des études d'ici peu.

Certes, depuis j'ai fait mes chroniques (ça fera 10 ans jour pour jour lundi prochain que j'ai enregistré ma première chronique et qu'elle a été diffusée), mais quand je vois que je vais vers mes 38 ans, et que maintenant j'ai passé plus de temps de ma vie dans la majorité que dans l'âge mineur, il serait grand temps que je reprenne des études pour avoir un job payé. Sinon, au train où vont les choses avec le psychiatre qui me suit depuis 2005, dans 15 ans, j'aurai 53 ans et toujours pas de job payé à mon actif.

Écrit par : Hug | 31/01/2020

En tant que "rescapé", je peux te dire qu'on n'a pas intérêt à se rater, car alors c'est la triple peine :
- côté santé les séquelles, qui peuvent être pires que la mort, comme ceux qui se retrouvent en fauteuil roulant ou en dialyse quotidienne après une TS ratée. Pour moi ça n'a été que de l'insomnie chronique mais j'ai eu de la chance.
- côté proches, ceux qui ne t'aiment pas évoquent le "bidonnage", la "mise en scène". Et ceux qui t'aiment t'en veulent à mort pour ne pas avoir pensé à eux. J'ai l'exemple de ma fille qui ne me parle plus depuis six ans et demie et qui m'a caché mes petits-enfants (et leur a caché leur grand-père) vraisemblablement à cause de ça. Officiellement c'est parce que je me suis séparé de sa mère, laquelle répétait à cor et à cris qu'elle rêvait que je "dégage". Mais ça ne tient pas la route, un enfant ne fait pas ça à son père pour des histoires de mésentente entre ses parents.
- enfin côté "société", c'est pas triste non plus. D'abord tu es estampillé "déséquilibré", au même titre que les fous d'Allah qui tuent aveuglément. Depuis la "chiraconnerie" du médecin traitant et de la carte vitale, ma TS est gravée dans le marbre de mon dossier médical !
Dans le boulot, tu passeras auprès de tes collègues pour un tire au flanc, un comédien, voire un manipulateur même si -c'était mon cas- ils étaient en grande partie responsables de ce geste.
Si tu recherches un emploi, tu seras "fiché S" - S comme "suicidaire" - et tu traîneras ça comme un boulet.
Réfléchis-y c'est un vieux papy qui va vers ses 70 ans qui te le dit !

Écrit par : Cica pour Hug | 31/01/2020

Après "c'est extra" je considérais Léo Ferré comme un vieux cochon (j'étais très prude à l'époque) et j'ai changé d'avis quand en 1971 il a créé "avec le temps", qui sera sa chanson de référence malgré un faible nombre de ventes. La version de Dalida sortie en novembre vendra encore moins, mais prendra une autre résonance après sa mort, comme d'autres chansons.
"Tout au plus" est une face B, celle de "Jesus Bambino", chanson alimentaire. Tout comme "je suis malade", face B de "va do via", qui sonne mieux dans la bouche de Dalida que dans celles de Serge Lama. A noter que les ventes de disques ne reflètent finalement pas trop les succès qui resteront dans les mémoires. Ou plutôt beaucoup de chansons cultes ne se seront que très peu vendues à l'époque de leur sortie. "avec le temps" de Ferré est un bel exemple avec seulement 50.000 exemplaires vendus.

Écrit par : Cica pour Cédric | 31/01/2020

Pour ma part la version de "stand by me" que je préfère est celle de Claude Michel
https://youtu.be/klgiutnBZi8
que j'avais achetée à l'époque, RMC me l'ayant faite découvrir.
Ce chanteur avait sorti de belles chansons en 1973/75 qui n'ont pas eu le succès qu'elles méritaient.
Sinon Michou, oui, un mec sympa, même si je partageais pas ses orientations sexuelles et politiques ;) Une légende de Montmartre qui s'en va, après Dalida et Pascal Sevran.
Amitiés

Écrit par : Cica pour Jean | 31/01/2020

Cica : Non, bien sûr, je ne suis pas suicidaire, car il est toujours possible de rencontrer les bonnes personnes.

Quand j'ai souffert d'une dépression infantile en CM2 à cause d'une professeure qui me faisait chier, mes parents m'ont changé d'école et j'ai rencontré un professeur des écoles qui a été très gentil avec moi et m'a redonné un tant soit peu confiance.

Pardonne-moi cette référence un peu infantile, mais je vais paraphraser le conte musical "Emilie Jolie" de Philippe Chatel que je connais depuis l'enfance. Même si l'album de ce conte musical ne me rappelle pas que de bons souvenirs d'enfance, je suis assez d'accord avec la signification "double-lecture" de ce conte musical (Tous les contes ont une "double-lecture" n'est-ce pas ?), peut-être parce que Philippe Chatel lui-même est natif du signe des Poissons comme moi.

La morale de ce conte est "Faites que le rêve dévore votre vie, afin que la vie ne dévore pas votre rêve.". Déjà, j'aimerais effectivement moi aussi vivre mon rêve (Ma passion pour la musique) plutôt que de rêver ma vie comme je le fais.

Mais aussi ce conte se présente comme un livre représentant la vie de la petite fille Emilie Jolie, et elle est la "fée du livre". Et elle tourne les pages de ce livre, comme on doit apprendre à "tourner des pages" dans sa vie (Ce que j'ai aussi moi-même beaucoup de mal à faire). Et dans ce conte, il y a une chanson que j'aime beaucoup "La chanson du raton-laveur rêveur" (Interprétée par Louis Chedid dans l'album original) où il y a une phrase qui résume tout ce que j'ai écrit au début de ce commentaire et qui résume ce que j'ai ressenti en CM2 quand j'ai changé d'école et me suis retrouvé avec ce professeur beaucoup plus compréhensif que la prof que j'avais avant : "Il y a toujours quelqu'un qui vient quand on est perdu.".

C'est pour ça que je ne tenterais jamais de faire ce que Mike Brant et Dalida ont fait, car cela empêche toujours l'avenir d'être meilleur que le présent.

Maintenant, cela va faire 10 ans lundi prochain que j'ai enregistré ma première chronique et qu'elle a été diffusée. A ce propos, si mes chroniques ne plaisent pas à mon collègue, il n'a qu'à me le dire plus franchement, tous les goûts sont dans la nature. En attendant, ça fait 10 ans qu'elle est diffusée, donc ça veut dire qu'elle plaît. Mais parfois je souffre de prendre beaucoup de temps pour faire ça. ça me plaît, bien évidemment, mais c'est du travail. Et je ne le fais pas que pour moi. Mais aussi pour avoir un peu de retour de la part des auditeurs et de reconnaissance, en-dehors des gens de ma famille, car c'est pesant pour moi à la fois de savoir que ma chronique plaît mais de n'avoir quasi aucun retour positif de la part des auditeurs excepté ceux de ma famille, et de n'avoir pour ainsi dire, comme "lauriers de la gloire" que les remontrances de mon collègue !

Écrit par : Hug | 31/01/2020

Patrick, Ferré, un vieux dégoûtant; parfois et de diverses manières. Le crachat, par exemple, mais j'ai réécouté le cd, avec Petite, et on est tout de même assez loin de La petite,( Gall/Biraud) avec un final qui ferait frémir d'indignation une certaine Marlène: -Ah! Petite, tu reviendras me voir un jour... Le jour où ça ne m'ira plus, quand sous ta robe il n'y aura plus le code pénal.
L'idole, Cette chanson, Les chéris, Comme à Ostende et bien d'autres belles chansons; La the nana, avec les Zoo, amusait ma mère.... Il disait avoir écrit à Nana Mouskouri à propos de Pauvre Rutebeuf au nom de ce poète.... Pas très glam mais il a dit cela lors d'un spectacle auquel j'assistais. A part ça, va savoir pourquoi, Ferrat trouvait Ferré trop italien!
Cordialement. Cédric

Écrit par : Cédric | 01/02/2020

Il y aussi "la petite" de Claude Puterflam, son plus grand succès en 1982. Quand à la Marlène dont tu parles, j'ai "kiffé grave" quand, avant-hier sur BFM elle a été coupée en plein vol par "le direct" c'est à dire son chef qui annonçait sa candidature au Havre. Qui a du reste a entièrement raison car il sait que d'une part le destin d'un fusible c'est de sauter un jour ou l'autre, et que d'autre part, faire une campagne municipale avec les moyens d'un chef de gouvernement (déplacements, radios, télés) c'est très avantageux. Mais ne soyons pas médisant...
Amitiés

Écrit par : Cica pour Cédric | 02/02/2020

Écrire un commentaire