Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2020

Les tubes de l'été 1971 selon le chiffre des ventes

J'avais déjà fait une note en ce sens (très peu commentée) le 24 juin 2012, basée sur d'autres sources.

Et il s'avère qu'il y a pas mal de différences, notamment pour le podium.

Ce top est le total des ventes entre le 21 juin et le 19 septembre. Gros boulot mais en cette période de confinement je n'ai que ça à faire, et en plus ça me botte !

Un grand merci à Eric !

A la fin de mes calculs, je me suis aperçu que pas mal de chansons qui passaient énormément en radio (et pour ça je l'écoutais la radio, deux mois aux Menuires alors en plein chantier sans voiture, le transistor marchait à fond !) ne figurent pas dans le top 20, comme berce-moi de Julien Clerc et même ... fais-moi un signe de feu mon copain Gérard Palaprat, que SLC classera quand même en seconde position.

En revanche des surprises, des chanteurs que l'on n'attendait pas, des groupes aussi. Le piètre score de "cadors" de l'époque comme Johnny, Joe Dassin, Polnareff ou Claude François. Et l'absence d'Adamo et de Mike Brant....

En revanche la double présence d'une chanteuse (qui le mérite) dans le top 20 !



Alors on y va.


Première surprise, les deux premiers se tiennent à 8000 ventes ! J'ai fait et refait les calculs, et c'est bien ça..

Alors MEDAILLE D'OR d'une courte tête, avec 452.000 ventes sur les 13 semaines et c'est une face B

1.jpg
Qui était seconde dans ma note de 2012, moins bien étayée.
Partie à 37.000 ventes/semaine au début de l'été, elle culmine à 47.000 le 18 juillet puis descend tout doucement et reste encore à 16.000 à la fin.


 MEDAILLE D'ARGENT et première chez les "étrangers", avec 444.000 :
Capture.JPG
Elle a eu son "peak" (son pic !!!) juste au début de l'été avec 58.000 ventes puis descend tout doucement pour finir à 19.000. A une semaine près elle occupait la première place, que du reste je lui avais octroyée en 2012.

MEDAILLE DE BRONZE avec 416.000 ventes :
9954.jpg
Ce jeune chanteur alors inconnu est à 4000 ventes au début de l'été, et son pic sera 43.000 le 29 août. Bien cadré, je l'avais aussi classé 3ème il y a 8 ans.

Grosse "marche" (90.000 ventes) entre le podium et le 4ème enfin "les" 4èmes, et c'est la seconde surprise :
(encore une face B !!!) avec 327.000 ventes :
11192 (1).jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je les avais mis 5èmes en 2012. 
Ils ont navigué entre 21.000 et 32.000; leur pic se situant le 4 juillet. Alors que parallèlement, Non rien n'a changé a continué de se vendre durant tout l'été, et avec 110.000 unités ce titre est 21ème, passant devant Palaprat ! 
Mais je vous l'ai dit, on verra mieux, avec une chanteuse qui classera deux titres dans ce top 20.

Numéro cinq, avec au moins 316.000 ventes :
R-2581817-1311089323.jpeg.jpg
















Que j'avais mis 4ème en 2012.
Commençant l'année avec moins de 4000 ventes au début de l'été, elle est montée en puissance pour atteindre un pic de 31.000 début août, descendant ensuite jusqu'à 26.000.

Top 6, Johnny avec O ma jolie Sarah, avec 306.000, en baisse continue entre le début de l'été (47.000) et la fin (6000). 

Top 7 Michel Sardou avec je t'aime je t'aime, 290.000 ventes. Pic à 38.000 le 4 juillet. En 1971, Sardou était en train de prendre son envol, et cette 7ème place est loin d'être un bide, contrairement au top 6 de Johnny alors star depuis 10 ans.

En 8 ème place, un one hit wonder, qui atteint les 235.000 :
51RhhXLsV8L.jpg












 



Pic à 25.000 la semaine du 25 août. On n'en entendra plus parler ensuite.

IDEE RECUE, le succès phénoménal de Jesus, autre one hit wonder, qui n'aura vendu que 226.000 exemplaires durant ces 13 semaines, répartis sur tout l'été avec un pic qui ne dépassera pas les 22.000. Pas mieux que la 9ème place pour lui.

Une autre surprise, le numéro 10 qui vend 202.000 exemplaires de 
4154.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Encore une face B, achetée en masse par les "croulants" qui s'indignaient de voir leurs rejetons oser se rebeller contre le régime légèrement obscurantiste d'un Général qui lui-même s'exclamait "la vieillesse est un naufrage", alors qu'eux-mêmes avaient connu la guerre. Chanson qui a fait naître des vives discussions dans les familles, surtout quand la "marmaille" faisait remarquer à juste titre que le "résistant" Philippe Clay avait 12 ans quand la guerre a commencé !

LA ONZIEME PLACE revient à Sheila et ses Rois Mages, disque sorti au mois de mars, et qui ne "concourait" pas pour l'été. Chanson qui sera du reste un des plus gros succès de Sheila pour les années 70 avec plus de 600.000 exemplaires vendus.

LA DOUZIEME PLACE revient à
Capture.JPG
















Qui en vend 195.000 exemplaires (toujours sur les 13 semaines de l'été).
Boostée à mort par les radios, cette - superbe - chanson ne commencera à se vendre que fin juillet et ne fera un pic qu'à 26.000 en septembre. 

TOP 13 avec 190.000 ventes pour
Capture.JPG
















"bide" relatif après des tubes comme les champs-élysées, c'est la vie Lily ou l'Amérique.
Elle débute l'été à 6000, fait un pic à 25.000 fin juillet et redescend à moins de 4000 fin septembre.

Quatorzième, avec 175.000 exemplaires vendus pendant l'été, la consécration après 4 ans de carrière de
Capture.JPG
















J'avais personnellement adoré - et acheté - son nocturne deux ans auparavant (une des trois chansons que j'ai le plus écoutées dans les années 2000). En ce qui concerne Il, les ventes s'étaleront jusqu'à... février 72 !
Pic à 24.000 en septembre.

J'en ai parlé, une chanteuse va classer deux disques cet été-là !!
Capture.JPGCapture 2.JPG
















TOP 15 pour Soleil, qui prendra son envol durant l'été (en tout près de 300.000 exemplaires dont 170.000 pour l'été) et top 18 pour souviens-toi de moi, qui avait commencé à se vendre en juin.
Je n'ai jamais compris pourquoi sa maison de disques, alors que souviens-toi de moi prenait un bon départ, a lancé soleil dans la foulée, condamnant de fait la première, et obérant le succès de la seconde, qui méritait mieux que le top 15 de l'été. Si l'on fait la somme des ventes des deux disques durant l'été, on arrive à près de 300.000, soit l'équivalent du top 7..
Quoiqu'il en soit, Marie peut être considérée comme une des révélations de l'année 71.

On en revient au classement, avec en 16ème position Claude François qui continue dans le Tamla Motown en adaptant cette fois the same old song. C'est la même chanson sera sur le moment un bide retentissant, ne devant sa gloire qu'à Green et Lejeune, et ne vendra pas plus de 23.000 exemplaires dans sa meilleure semaine.

Décevant aussi Polnareff dont le comme Juliette et Roméo, pourtant matraqué dans toutes les radios (et pas que celles du VIIIème !) ne vend que 130.000 exemplaires avec un petit pic de 15.000 et du coup pas mieux que la 17ème place.

Deux surprises pour fermer le top. Numéro 19
maxresdefault.jpg









Et numéro 20
Capture.JPG
















Un one hit wonder qui ne fera plus parler de lui ensuite.

L'ami Gérard Palaprat n'est que 22ème pour cet été 71 qui l'a néanmoins lancé.

Voilà pour cette note qui m'a pris 20 heures en tout, entre Parkinson et un clavier de m... !
Mais j'ai été ravi de la faire, pendant ce confinement qui ne fait hélas que commencer.

Coudes à tous !



Commentaires

Patrick, tu n'étais pas loin de la vérité. C'était l'époque où les hit-parades étaient assez proches des ventes.Ca durera,grosso modo, jusqu'en 1976. Après, ça se gâte !

Écrit par : Leroy | 21/03/2020

Et tu as raison pour Marie: sa maison de disque a sabordé son premier succès !

Écrit par : Leroy | 21/03/2020

Merci de ce hit, Patrick! Tonnerre de Brest, le bel été! La palme pour Le jour se lève, les Walkers, superbe aussi. Baez/Morricone, We shall dance, the fool...
Il faut réécouter pour apprécier. Là, j'écoute de l'avant-pendant- et après-guerre avec Bourvil, Fernandel, Salvador. A des années lumière. J'ajoute Marie.
Cordialement. Cédric

Écrit par : Cédric | 22/03/2020

A propos de Philippe Clay, vous dîtes " la "marmaille" faisait remarquer à juste titre que le "résistant" Philippe Clay avait 12 ans quand la guerre a commencé" Exact; il s'est engagé dans le maquis en 1943 à l'âge de 16 ans. Cette chanson est partie d'une question posée par son auteur, Henri Djian, originaire d'Oran et fan de Camus. "Camus disait mes universités ont été le stade et le théâtre d'Oran. Et toi ?" Clay répondit, moi j'avais un fusil sur l'épaule. Et voilà comment Djian a écrit cette chanson qui raconte l'histoire de Clay. Rien de politique là-dedans. Georges Marchais avait d'ailleurs demandé à Clay de venir signer ce 45 tours à la fête de l'Huma, et Clay y est allé et a signé à tour de bras.

Écrit par : Chantal | 22/03/2020

Patrick : Pour d'autres étés : 1973,75,77, il ne sera pas difficile d'en deviner quels en ont été les tubes,ce sera plus difficile, en revanche, pour 1976 ("Derrière l'amour"?),78 ("En chantant"?),1979("Je l'aime à mourir" ou "One way ticket"?),1974("Sugar baby love"?).Et,en 1972,"Une belle histoire" a dû arriver trop tard. Amitiés.

Écrit par : Leroy | 22/03/2020

Georges Marchais est pour moi loin d'être une référence, paix à ses cendres.
Sinon dont acte pour Philippe Clay mais je garde le reste, tout le reste de mon commentaire.
Je me pose néanmoins la question d'une chanson aussi agressive, moi qui, gamin était fan du "noyé assassiné, du "danseur de charleston" (devenu un standard) et de "la gambille"... ?
Je pense qu'il devait traverser une crise existentielle puisque suivra juste après "la quarantaine".
Et il me vient en mémoire sa chanson "trop c'est trop" suite à l'impôt-sécheresse (qu'entre parenthèses j'aurais bien voulu payer) en 1976.
Le même titre sera repris par les Charlots huit ans plus tard mais dans un tout autre registre !

Écrit par : Cica pour Chantal | 22/03/2020

Pour 72, on ne pourra hélas pas échapper au "poc corn" ! Fugain (je viens juste de vérifier) je l'ai acheté dès sa sortie, fin mai ! Mais c'est vrai qu'il mettra du temps pour s'imposer. 74 les radios nous matraquaient "le premier pas" et "sugar baby love" mais vu les ventes de Green et Lejeune, à mon avis c'est aux qui emporteront le morceau. Pour 76 je penche pour "porque te vas". En 78 les radios avaient choisi "bakerstreet", mais d'accord avec toi pour "en chantant". 79 je sèche, pour moi pas de chanson qui se détache vraiment.
En tout cas heureux temps que ces années 70, où le sida n'existait pas encore, où le réchauffement climatique venait tout juste de commencer, et où surtout on pouvait encore faire son marché, se déplacer où on voulait sans ausweiss et sans couvre-feu, et surtout sans crainte du lendemain pour soi et ses proches. J'espère pouvoir relire ces lignes dans quelques mois !
Amitiés

Écrit par : Cica pour Leroy | 22/03/2020

A propos de Philippe Clay, j'ai aimé particulièrement son album La route de la vie, sorti en 82, sauf erreur, avec rien que des bonnes chansons. Loin de Cigarettes,Whisky et petites pépées, etc. Sinon, je ne savais pas qu'il avait eu autant de succès avec Mes universités. A bientôt, Cédric

Écrit par : Cédric | 22/03/2020

je retiens ceux que j'avais acheté comme d'habitude donc Michel Delpech , la merveilleuse Marie avec ses deux tubes , je me rappelle encore comme si c'était hier l'article d'elle dans SLC , par la suite j'avais acheté son 33 tours après avoir acheté ses deux titres , je devais bien aimé son côté baba cool , Esther Galil quel tube ! les Poppys qui avaient demandé beaucoup plus tard à mon pote d'écrire leurs histoires ( toujours disponible sur le net ) entre parenthèse c'est cet ami parisien qui m'avait fait aimer et connaitre David Bowie dès 69 avec l'album space oddity . Joan Baez évidemment une voix si pure ! John Kongos avec ce titre nous avons fait bien bouger sur les pistes de danse . amitiés à tous . en tout cas de bons souvenirs . Jean

Écrit par : jean | 22/03/2020

pour les tubes de l'été 1971, ceux qui m'ont marqué soit j'aimais les écouter à la radio, soit je les ai acheté, je retrouve donc "Il " de Gérard Lenorman, "pour un flirt" de Delpech, "le jour se lève" d'Esther Galil, "soleil" de Marie dont j'ai le 33 tours, les Poppys, Gérard Manuel mais aussi quelques autres comme "don't let it die" d'Hurricane Smith dont le 45 tours est devenu rayé tellement je l'ai écouté, "echoes and rainbows" de Black Swan, "le vésuve et l'etna" de Monty, "berce moi" de Julien Clerc, "le temps de ma chanson" de Michel Fugain...
pour cet été 71 bizarrement à part "le jour se lève" peu de slows, amitiés, Renaud.

Écrit par : Renaud | 23/03/2020

3e fois que je recommence, Pu.. De smartphone. Je disais que je pensais que Montagne était le vrai vainqueur de l'été, que j'étais un peu déçu par les places d'esther Galil et de Palaprat, que le bon classement de Gérard Manue était peut-être aussi dûe à sa face B superbe et très entendue à la radio, pas surpris par Marie véritable soleil de l'été, que l'on a sous estimé l'effet Philippe Clay et Poppys, et que je constate que des chanteurs comme Hurricane Smith, le grease band ou le time machine ne sont pas dans les 20.

Écrit par : Jmp | 23/03/2020

Je me souviens de "cigarettes whisky et petites pépées" ! Eddie Constantine et Annie Cordy la chantaient aussi. Pour les "universités" pareil que Cédric, je l'avais souvent entendue mais pensais pas qu'elle puisse figurer dans le top 10 des tubes de l'été !

Merveilleuse Marie, oui, elle n'a pas eu le succès qu'elle méritait. J'ai tous ses 45 tours, de "coucher d'amour" à "vivre", que j'avais acheté en 1978 à .... Toulon (!) et dont un morceau de la pochette a été bouffée par mon cocker ! Dommage qu'en 1974/75 elle ait voulu adapter des succès étrangers, comme "SOS" ou 'l'otage". Elle avait représenté Monaco à l'Eurovision 73, que j'avais pu regarder moyennant de bosser 2 nuits de suite. Superbe concours, avec la gagnante Anne-Marie David, Marie donc (6ème), Patrick Juvet (8ème) et Martine Clémenceau qui représentait la France. Kongos se dansait bien, je partage l'avis de Jean.

Il y a aussi "echoes and rainbows" ! Le "revenant" Billy Bridge nous a tous bluffés, 9 ans après son "madison"... Comme "Jesus" dont personne ne parle, présenté à l'époque comme un "import USA", alors que c'était bien français, signé Michel Berger !

Grease band s'est peu vendu, Julien Clerc (avec deux faces de qualité) est dans le top 30 comme time machine.

Hurricane Smith beaucoup passé en radio mais un bide niveau ventes. Comme le sera "Imagine" de John Lennon. Côté slows il y avait quand même Joan Baez, Demis Roussos, Sardou, Lenorman, et même... fais-moi un signe, même si le regretté Gérard n'appréciait pas qu'on danse sur cette chanson !
Joan Baez, superbe aussi, avec ses deux faces. "Le jour se lève" était une de mes préférées avec "fais-moi un signe". Les Poppys, grands gagnants de cet été-là. Space Oddity je connaissais grâce au hit BBC, c'était l'époque des chansons "spatiales" .

Je voudrais parler ici des absents comme "fille du vent" qui aurait pu se classer mais est sorti trop tard. Ca sentait le sapin pour Monty, qui n'a pas atteint le top 20 (103.000). Enfin Mike Brant - pourtant bien cadré - n'a fait qu'un modeste 50.000 entre ses deux mégatubes !

Amitiés à tous.

Écrit par : Cica | 23/03/2020

bonsoir Patrick et à tous.

Cher Patric, je suis sûr que tu as appelé ton cocker.... Joe, non ?

Écrit par : boixiere | 23/03/2020

Après, l'indépendance des radios par rapport aux ventes était jusqu'à un certain point une bonne chance je pense:de très belles chansons qui seraient restées inconnues sont parvenues jusqu à nos oreilles pour notre plus grand bonheur :qui se souviendrai d'Hervé houzy avec toi et moi si Europe ne l'avait pas fait entrer dans son hit cette année là où de Richard gilly pour ne citer qu'eux ?

Écrit par : Jmp | 24/03/2020

Après, l'indépendance des radios par rapport aux ventes était jusqu'à un certain point une bonne chance je pense:de très belles chansons qui seraient restées inconnues sont parvenues jusqu à nos oreilles pour notre plus grand bonheur :qui se souviendrai d'Hervé houzy avec toi et moi si Europe ne l'avait pas fait entrer dans son hit cette année là où de Richard gilly pour ne citer qu'eux ?

Écrit par : Jmp | 24/03/2020

Presque ! C'était l'année des M et je l'avais appelé Mannix !

Écrit par : Cica pour Boixière | 24/03/2020

Jean Marc a raison de souligner l'indépendance des radios à une certaine époque qui permettait de faire connaître ou promouvoir certains artistes, avec l'arrivée du top 50 dans les années 80 c'est devenu plus difficile, les maisons de disques laissant moins de temps aux nouveaux chanteur(se)s pour percer et trouver leur public, il est quand même scandaleux aujourd'hui que les maisons de disque doivent payer pour faire programmer un artiste dans certaines radios et chaînes de télé françaises. De fait on le constate aujourd'hui pour prendre moins de risques financiers, l'industrie du disque priorise leurs promotions commerciales sur les nouveaux albums de chanteurs confirmés (qui sont en plus parfois décevants) plutôt que d'investir sur de nouveaux talents. Ce qui est dramatique c'est que ce constat est encore plus vrai en France que dans d'autres pays voisins. Amitiés, Renaud.

Écrit par : Renaud | 24/03/2020

Un qui bénéficie d'une grosse grosse pub pour la sortie de son album, et c'est tant mieux parce que J'ADORE, c'est Louis CHEDID.

Pour revenir au classement des ventes, d'abord remercier Patrick pour le temps passé, et un classement qui ne m'étonne pas.

DELPECH of course, l'émouvante histoire de sacco & Vanzetti avec la musique de Morricone, et Montagné, énormissime tube et 1er 45 t.

Après, We shall dance, j'avais aimé, Esther Galil, chanson mystérieuse, et LENORMAND, toujours aussi romantique.

j'avoue que John Kongos me parlait mais pas la chanson alors j'ai été réécouté.
Au cas où quelqu'un serait comme moi, la voici

https://www.youtube.com/watch?v=ld1vQVoaQIM


courage à tous

Écrit par : boixiere | 24/03/2020

Un qui bénéficie d'une grosse grosse pub pour la sortie de son album, et c'est tant mieux parce que J'ADORE, c'est Louis CHEDID.

Pour revenir au classement des ventes, d'abord remercier Patrick pour le temps passé, et un classement qui ne m'étonne pas.

DELPECH of course, l'émouvante histoire de sacco & Vanzetti avec la musique de Morricone, et Montagné, énormissime tube et 1er 45 t.

Après, We shall dance, j'avais aimé, Esther Galil, chanson mystérieuse, et LENORMAND, toujours aussi romantique.

j'avoue que John Kongos me parlait mais pas la chanson alors j'ai été réécouté.
Au cas où quelqu'un serait comme moi, la voici

https://www.youtube.com/watch?v=ld1vQVoaQIM


courage à tous

Écrit par : boixiere | 24/03/2020

L'âge d'or pour les chanteurs a duré 3 ans, comme l'amour chez Beigbeder ! De décembre 81 (début des radios libres) à octobre 84. Après la grosse machine du top 50 est arrivée, venant de nouveau tout fausser.
Amitiés

Écrit par : Cica pour Renaud | 24/03/2020

J'espère que Gérard Lenorman ne tombera pas sur ton com, lui qui a écrit un bouquin entier pour expliquer qu'il en avait marre du "D" qu'on lui collait ;-))
Sacco et Vanzetti, je l'ai vu trois fois dans une semaine au cinéma des Ménuires. Bouleversant. Je me dois de préciser qu'en dehors du générique de fin, là où tout le monde se lève pour partir, on n'entend pas une seule fois here's to you dans le film. En revanche la merveilleuse "ballata" est présente tout le long, qui rehausse la dimension dramatique de ce film.
Et, avant que David arrive, je te précise que "the fool" est le 3ème 45 tours de Gilbert Montagné.

J'attends avec impatience le bilan Italien du covid 19, espérant qu'il soit de nouveau en baisse sur les dernières 24 heures, confirmant ainsi le pic atteint samedi dernier.
Pour nous, qui avons jusque-là des chiffres fantaisistes (sans doute pour ne pas affoler la population) ce pic devrait suivre une semaine après.

Pour l'instant nous sommes bien protégés dans notre petit village, priant le Ciel pour qu'on ne soit pas obligés de le quitter, ne fût-ce que pour quelques jours...

Amitiés

Écrit par : Cica pour Boixière | 24/03/2020

ah oui, LENORMAN. cA ME SEMBLERAIT POURTANT PLUS NATUREL AVEC UN d mais bon...


Je ne suis pas fan fan de lui. Quelques chansons pourtant me restent dans la tête et notamment DE TOI que j'adore.

Je relisais ce soir le CHOC qu'il a eu d'apprendre que son père était un soldat allemand. Moins pour cela que le fait que sa mère n'ait jamais voulu lui en parler.*Il aura fallu que sa demi soeur l'appelle un jour.

Quand à cet Allemand, je ne lui reproche pas d'avoir été soldat, mais d'être totalement indifférent aux semences qu'il a semé un peu partout: dégueulasse...

bien à vous tous.

Écrit par : boixiere | 24/03/2020

pour passer du bon temps malgré le confinement vous pouvez regarder l'émission Pop 2 des années 70/73 . pour ceux qui aiment la pop et le rock bien sur . j'ai regardé deux émissions avec les Moody Blues plus Four Tops , Triangle , Deep Purple , les Variations , Joel Dayde , Family ... pour vous mettre dans l'ambiance début des seventies , tout cela en live bien sur . beaucoup d'émissions à savourer ! quelle belle époque ! Jean

Écrit par : jean | 25/03/2020

Oui, Jean, une belle époque! Ce matin j'ai écouté l'album de Colette Magny, dédié aux pintades et l'un des 20 titres, Kevork, 2mn13 est un chef-d'oeuvre musical,; ça swingue, c'est un must. Mais à son invitation pour présenter ce bel album, aucun journaliste n'était venu. Elle m'avait dit sa déception. Trop en avance, sans doute quand elle s'engageait pour l'Amazonie. Mais je voulais rester dans ton sujet; ensuite j'ai écouté Brook Benton, un album aussi, avec le fabuleux Rainy night in Georgia! C'était en passant. J'arrête ici mes jérémiades, chantait Aznavour.( Camarade) À bientôt. Cédric

Écrit par : Cédric | 25/03/2020

Cédric , j'ai noté que tu avais écouté Bourvil dernièrement plus d'autres que je n'écoute pas personnellement , par contre Bourvil oui , ma chanson préférée reste le petit bal perdu que ma mère chantait souvent dans les maisons de retraite ( mais ça c'était avant le coronavirus ! ) d'ailleurs elle chantait aussi pour un flirt de Michel Delpech pour l'ambiance et aussi comme moi elle aimait bien Michel Delpech . sinon j'aime bien savoir tes choix du moment , merci . à cette heure avant de marcher , je me passe le vinyle de Roxy Music greatest hits où tout est bon , juste avant c'était Yves Simon toujours un best of , j'adore au pays des merveilles de Juliet . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 25/03/2020

Bourvil si tôt disparu, qui faisait partie de la grande catégorie des acteurs/chanteurs (comme Aznavour, Reggiani, Montand, et plus près de nous Pagny, Bruel) et que je trouvais "irrégulier" dans sa
production : "ballade irlandaise" entre "elle faisait du strip-tease" et "ah c'que t'es bête", et "c'était bien" (le vrai titre du "petit bal perdu") juste avant "les crayons". Comme Jean, "c'était bien" est ma préférée. J'avais bien aimé aussi "la ballade irlandaise" dont les paroles sont devenues caduques car depuis on en a vu des jours de neige embaumés de lilas... Peut-être même aujourd'hui à Bastia, où il neige (!)...
Colette Magny est arrivée trop tôt comme le souligne Cédric, en pleine période de renouvellement - et de rafraîchissement - de la musique.

Sinon me vient en tête cette superbe chanson d'Antoine tellement prémonitoire :

https://youtu.be/MIMDLkJs0TQ

"Je ne sais pas ce qui les a tués
Ils avaient si peur de leurs bombes
C'est autre chose qui est arrivé"...

Bon courage à tous.

Écrit par : Cica pour Jean et Cédric | 25/03/2020

Je n'arrive pas à me l'expliquer, mais BRUEL, acteur et surtout chanteur, ça ne passe pas !

ANTOINE, confiné sur son bateau ?

REGGIANI, quel talent. Et pourtant, ce n'est pas ma génération mais chanteur ou acteur, IL EST VRAI .

bises à tous.

Écrit par : boixiere | 25/03/2020

Michel, Bruel acteur, oui; par exemple Le prénom. Mais chanteur, je ne l'ai jamais trouvé intéressant.
Antoine, je ne sais pas ce qu'il devient; j'aimais bien ses premières années. La dernière fois qu'il est venu à Genève, il a chanté Cannelle en s'amusant à lancer ses jambes le plus loin possible mais il était là pour donner une conférence qui n'avait rien à voir avec la chanson.
Reggiani, un grand artiste! Cordialement. Cédric

Écrit par : Cédric | 26/03/2020

Bruel, comme Pagny, était acteur bien avant d'être chanteur. Bruel, dès 1979 dans le "coup de sirocco" avec Roger Hanin et Michel Auclair. Et il y en a des chanteurs acteurs : Eddy Mitchell, Renaud (Germinal, extra), Louane...
Sinon, pour le Covid, il est acté que la moitié de la population l'aura - surtout dans les zones urbaines - mais qu'il ne tuera qu'une personne atteinte sur 10.000 privilégiant les personnes âgées, diabétiques et ayant des problèmes cardiovasculaires (moi, par exemple, qui sais très bien que si je dois aller en ville, j'ai de fortes chances d'y passer).
Coudes bien appuyés !

Écrit par : Cica pour Boixière | 26/03/2020

Patrick Bruel , oui pour l'acteur beaucoup moins pour le chanteur . pour Pagny le chanteur ne m'intéresse pas en plus je ne savais pas qu'il était acteur bref pour moi ces deux là ne jouent pas dans la même cour que les Reggiani , Aznavour et Montand . pour Patrick Bruel j'avais bien aimé le film la maison assassinée en 88 et aussi comme Cédric le film le prénom . j'adore Bourvil en tant qu'acteur moins en chanteur à part quelques chansons que j'écoute encore c'était bien ( le petit bal perdu ) Patrick a raison c'était le vrai titre de ce classique , sans oublier la ballade irlandaise . bonne journée à vous tous quand même ! Jean

Écrit par : jean | 26/03/2020

pour le coronavirus , dans ma petite ville il y en a aussi de toucher mais à la campagne autour également mais longtemps ils se serraient les mains et s'embrassaient comme avant bref ils pensaient que c'était que les grandes villes qui allaient être touchés mais maintenant le comportement a changé quand même mais avec du retard . Patrick prends soin de toi ! amicalement . Jean

Écrit par : jean | 26/03/2020

La presse people (closer,...) annonce que Catherine Ribeiro serait hospitalisée dans un état grave en Allemagne à la suite d'un avc qu'elle aurait fait fin fevrier:quelqu'un d'entre vous à t-il des infos récentes ?

Écrit par : Jmp | 26/03/2020

JMP , pas plus que ça , c'est un de ses amis musiciens du groupe qui a confirmé qu'elle va mal mais toujours vivante . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 26/03/2020

Catherine Ribeiro, j'ai écouté quelques-unes de ses chansons, c'est très particulier, mais j'ai plutôt bien aimé. C'est bien la première fois que Closer parle d'elle, et je pense que, vu ses positions de femme engagée à gauche, il devait être très très rare qu'elle apparaisse dans ce genre de publications auparavant.

Écrit par : Hug | 28/03/2020

oui Hug à propos de Catherine Ribeiro, une artiste très singulière comme tu le soulignes, femme engagée elle prenait souvent à rebrousse poil les journalistes et animateurs lorsque leurs questions ou commentaires ne lui plaisaient pas, à noter qu'elle figure en bonne place sur la photo du siècle de Salut les copains en 1966, entre Hugues Aufray et Eddy Mitchell. Amitiés, Renaud.

Écrit par : Renaud | 29/03/2020

Renaud , tu m'a pris de vitesse , oui elle figure sur la photo du siècle . je voulais répondre à Hug , que j'avais vu sur scène cette chanteuse Catherine Ribeiro et son groupe dans un temps qu'Hug n'a pas connu c'était le temps des maisons des jeunes et de la culture ( un autre temps ! ) pour une modeste somme on pouvait voir plein de groupes et chanteurs bref j'avais beaucoup aimé , belle voix et superbe fille à regarder . passait souvent aussi Mama Bea , François Beranger etc... elle reprenait aussi Jean Ferrat de bien belle manière . encore une occasion d'écouter quelques disques que j'ai d'elle . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 29/03/2020

J'ai peur pour Christophe pour lequel j'ai une admiration sans faille depuis toujours... J'espère qu'il s'en sortira, mais.

Écrit par : Jmp | 29/03/2020

Jmp : Oui, j'ai vu, mauvaise nouvelle pour Christophe...:(. Personnellement, j'aime bien certaines de ses chansons, mais pas toutes.

Et il y a quelques années, je trouvais qu'il avait l'air de s'y croire un peu. Mais en fait, je crois que non. Je crois que surtout que c'est quelqu'un, un personnage un peu "à part". J'ai vu en octobre ou novembre dernier le documentaire sur les yé-yé dans lequel on pouvait l'entendre parler, en même temps que Dani, Françoise Hardy et Sheila entre-autres. Et quand il parlait de cette époque, on avait l'impression qu'en fait, il était celui qui se moquait le plus de l'aspect "show-business", "vedettariat" qu'il pouvait y avoir autour de lui à cette époque, que pour lui, le plus important à ce moment-là était d'avoir percé dans la musique. Et j'avoue que je lui ai trouvé un côté attachant.

Il s'est, je crois, trouvé un personnage au fil des années. Mais quand on écoute ses chansons, on se rend compte que c'est un vrai romantique. Enfin, à nuancer tout de même, parce qu'il a fait un enfant à Michèle Torr (Son fils Romain), qui a eu des problèmes de santé, et dont apparemment il ne s'est jamais vraiment occupé. Mais au vu de ce que j'ai entendu dire sur elle, même si elle paraît plutôt simple et sympathique quand on la voit en interview, Michèle Torr serait en réalité un peu dure, un peu "star" en vrai. C'est du moins ce que pensent d'elle certains artistes ayant participé aux saisons de la tournée "Âge tendre et têtes de bois" dont elle était la vedette.

Donc, oui, j'espère que Christophe va s'en sortir.

Jean : En fait, je connais donc peu Catherine Ribeiro. Ceci dit, je sais qu'effectivement, dans les années 70, elle était peu présente dans les médias mais donnait beaucoup de concerts. Certains amis de mon père l'appréciait beaucoup et était allés la voir en spectacles.

En revanche, dans les années 80, après l'arrivée de la gauche au pouvoir, elle fut un peu plus présente en télé et en radio, alors que certains artistes de variétés omniprésents dans la décennie précédente l'étaient moins. Elle est passée plusieurs fois, par exemple, à cette époque, dans "Champs-Elysées" de Michel Drucker. Mais par-contre, le succès de ses ventes de disques (Hormis le disque "Le suicide", je crois) n'était pas tellement plus au rendez-vous.

Me concernant, j'ai vu il y a quelques années sur l'excellente chaîne de télé câblée Melody une émission de télé de FR 3 en régions (Je ne sais plus de quelle région il s'agissait mais ce n'était pas de Loire-Atlantique, du moins) datant de 1988 (Peut-être pas l'époque la plus fructueuse pour elle). Et en 1988, j'étais né mais je n'avais que 6 ans. J'étais fan à fond du Top 50. Mais comme Catherine Ribeiro n'était pas classée au Top 50 (Pas le genre) et que de plus mes parents n'avaient pas de disque d'elle, je ne la connaissais pas effectivement !

Dans cette émission, on la voyait à l'antenne en même temps qu'un artiste complètement différent d'elle, puisqu'il s'agissait de ... C. Jérôme ! Et quand j'ai vu cette émission, j'ai vu que contrairement à ce que j'aurais pensé, Catherine Ribeiro, chanteuse intello de gauche, ne semblait pas du tout mépriser C. Jérôme, chanteur de pur variété à côté d'elle. Elle disait au contraire qu'elle connaissait bien l'homme, l'artiste et respectait tout à fait ce qu'il faisait. Mais qu'effectivement, elle ne voulait pas trop non plus se montrer avec lui, sinon certains médias peu scrupuleux risquaient d'en tirer des conclusions hâtives. En tout cas, cette archive télévisuelle m'avait plu, et donné l'envie, à l'occasion, de la découvrir plus.

Et ce, d'autant plus que maintenant, je sais qu'elle est la chanteuse préférée de quelqu'un que j'apprécie, le mathématicien Cédric Villani (Malheureusement retiré de la campagne municipale de Paris je crois) que j'ai connu... grâce à Bide et Musique ! Eh oui, car en 2010, au moment où il a obtenu la médaille Fields, il a donné une interview dans laquelle il disait qu'il était un fervent auditeur (Bidonaute) de Bide et Musique. Et il y a eu un article sur lui sur le site à cette occasion ! J'ai donc un grand point commun avec lui ! Et il y a peu, il a aussi dit qu'il adorait la chanson "Le jerk" de Thierry Hazard et on a même pu voir une vidéo de lui sur laquelle il dansait dessus !

Écrit par : Hug | 29/03/2020

Oui, j'espère que Christophe s'en sortira.
C'est à travers la contamination de gens connus, les uns après les autres, que l'on réalise l'extension de cette saloperie.
Quitte à passer pour complotiste, je répète que pour moi le chiffre gouvernemental me paraît vraiment sous-évalué. C'est le statisticien qui parle, 3000 voire 4000 morts sur 67 millions de français, ça fait 1 sur 20.000. Donc une célébrité sur 20.000...

On est loin du compte !

Écrit par : Cica | 29/03/2020

j'aime les chansons de Christophe mais de là à dire que c'est un romantique , je n'oserai pas le dire ! je lui souhaite du courage surtout qu'il a fumé et à son âge ... ce coronavirus fait peur ! amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 29/03/2020

Bonsoir Patrick et à tous.

Certes, je suis HS ( pas hors service, pas encore mais Hors sujet) mais je voulais vous parler d'une chanteuse et d'un titre entendu hier sur la bande FM ( car j'évite les nouvelles anxiogènes)

LES POEMES DE MICHEL me reviennent hier en pleine figure! Même si les grands succès de cette année là sont dans l'ordre d'apparition COOLIO / ROBERT MILES / La Macarena ET gala.

La petite TERI MOISE trace son chemin. La lecture de sa vie est bien triste, surtout la fin


https://www.youtube.com/watch?v=2Ele6h2MIs4


bien content de l'avoir réentendue, je voulais vous en faire profiter.

Coudes à vous tous.

Écrit par : boixiere | 29/03/2020

Oui, je souhaite aussi un bon rétablissement à Christophe d'autant plus qu'il est toujours dans une phase de création.Mais il n'est pas dans la bonne tranche d'âge.
Plus globalement, souhaitons que cette hécatombe imprévue se termine au plus vite.

Écrit par : Leroy | 29/03/2020

Boixiere : Merci d'avoir parlé de Teri Moïse. Je m'en souviens très bien. J'avais 14 ans en 1996, et "Les poèmes de Michèle" passait très souvent sur Europe 2, la station que j'écoutais à l'époque. J'aimais bien cette chanson, mais pas jusqu'à aller acheter le CD single. C'était beaucoup mieux que l'essentiel des choses qui passaient à l'époque. Elle a ensuite sorti le titre "Je serai là" toujours en 1996, que j'aimais déjà un peu moins. Puis, début 1999, le titre "Fais semblant", pas mal non plus, mais qui n'a pas tellement accroché le public.

Mais j'aimais bien cette chanteuse. Entre 2005 et 2011, quand j'étais à l'H.P. de jour dont j'ai souvent parlé ici, il y avait un patient, un Monsieur que j'appréciais beaucoup et qui s'appelait Moïse, et bien sûr, je lui avais parlé de cette chanteuse !

J'ai été très triste d'apprendre le décès de cette chanteuse en 2013. Elle n'a pas eu la carrière ni le succès qu'elle méritait par rapport à son talent.

Écrit par : Hug | 29/03/2020

J'avais adoré " les poèmes de Michelle" dans une époque qui pour moi devait être équivalente à 2005 pour toi. Bouffé par les antidépresseurs, les somnifères et autres antianxyolitiques (14 différents par jour) j'étais le parfait zombie, indifférent à tout, et quand j'écris TOUT c'était TOUT !
A tel point que dans la ville que JMP connaît bien, les gosses me jetaient des cailloux...

Écrit par : Cica pour Hug | 30/03/2020

Je réponds à HUg sur Michèle torr, "mère tu es la seule" musique et paroles de christophe: tout était dit, un chef d'œuvre

Écrit par : Jmp | 30/03/2020

Chef d'oeuvre, oui, "mère tu es la seule" est une de mes deux préférées de Christophe, avec bien sûr "the girl from Salina" (1970). Amitiés

Écrit par : Cica pour JMP | 30/03/2020

comme auteur et compositeur , Christophe avait fait aussi en 65 pourquoi ne viens-tu pas ? pas un succès mais j'aimais bien pour Dominique Walter . pour Corynne Charby le tube boule de flipper en 86 mais pas que .. aussi pour Guichard etc ... Jean

Écrit par : jean | 30/03/2020

Cica : Ah bon ? Tu as déjà parlé des années 1979, 1980, 1981, 1998, 2003, et 2012 qui étaient tristes pour toi, mais tu n'as pas parlé de 1996. J'espère pour toi qu'elle n'était pas aussi triste.

Pour moi, effectivement, 2005 est le pire millésime que j'ai connu, et j'espère que je n'en vivrai jamais un autre du même ordre. Mais je ne crois pas, parce que je me battrai pour ne pas en revivre un de la même sorte.

1996, malgré mes 14 ans, est pour moi, un millésime "moyen". La première partie de l'année était "correcte", mais la deuxième partie sinon "nulle", disons "pénible". J'y reviendrai plus tard.

Jean : Pour Daniel Guichard, Christophe a "seulement" composé la musique de "Faut pas pleurer comme ça", mais peut-être lui a-t-il aussi fait d'autres chansons.

En tout cas, pour Corynne Charby, effectivement il a travaillé sur "Boule de flipper". Mais seulement en tant que compositeur. Les paroles de cette chanson sont de Jean-Michel Bériat.

Par-contre, la concernant et concernant Christophe, je vais ici corriger une erreur qui avait été commise dans le pourtant très sérieux magazine Platine, que j'achetais à l'époque, en 1999 ou 2000. Il y avait été dit que Corynne Charby avait repris en 1987, la chanson de Christophe intitulée "Pas vu, pas pris". Or, c'est faux. Christophe a bien dans son répertoire une chanson intitulée "Pas vu, pas pris" qui date de 1980, mais ce n'est absolument pas la même que celle enregistrée par Corynne Charby en 1987.

Effectivement, si on regarde les crédits des chansons celle de Christophe est composée par lui-même et écrite par son beau-frère Alain Kan, et les paroles qu'on peut voir sur le site Discogs.com en tapant le titre de l'album "Pas vu, pas pris" justement sorti en 1980, ne sont pas du tout les mêmes que celles de la chanson de Corynne Charby du même titre, sortie donc en 1987, et dont les paroles sont de Franck Yvy (En réalité le journaliste Frank Lipsick) et la musique de Jean-Louis D'Onorio. Les mêmes auteurs et compositeurs lui avaient d'ailleurs écrit et composé juste avant son succès de l'été 1987 "Pile ou face", repris avec brio en 2002 par Emmanuelle Béart dans le film "8 femmes" de François Ozon.

Écrit par : Hug | 30/03/2020

Cica : Ah bon ? Tu as déjà parlé des années 1979, 1980, 1981, 1998, 2003, et 2012 qui étaient tristes pour toi, mais tu n'as pas parlé de 1996. J'espère pour toi qu'elle n'était pas aussi triste.

Pour moi, effectivement, 2005 est le pire millésime que j'ai connu, et j'espère que je n'en vivrai jamais un autre du même ordre. Mais je ne crois pas, parce que je me battrai pour ne pas en revivre un de la même sorte.

1996, malgré mes 14 ans, est pour moi, un millésime "moyen". La première partie de l'année était "correcte", mais la deuxième partie sinon "nulle", disons "pénible". J'y reviendrai plus tard.

Jean : Pour Daniel Guichard, Christophe a "seulement" composé la musique de "Faut pas pleurer comme ça", mais peut-être lui a-t-il aussi fait d'autres chansons.

En tout cas, pour Corynne Charby, effectivement il a travaillé sur "Boule de flipper". Mais seulement en tant que compositeur. Les paroles de cette chanson sont de Jean-Michel Bériat.

Par-contre, la concernant et concernant Christophe, je vais ici corriger une erreur qui avait été commise dans le pourtant très sérieux magazine Platine, que j'achetais à l'époque, en 1999 ou 2000. Il y avait été dit que Corynne Charby avait repris en 1987, la chanson de Christophe intitulée "Pas vu, pas pris". Or, c'est faux. Christophe a bien dans son répertoire une chanson intitulée "Pas vu, pas pris" qui date de 1980, mais ce n'est absolument pas la même que celle enregistrée par Corynne Charby en 1987.

Effectivement, si on regarde les crédits des chansons celle de Christophe est composée par lui-même et écrite par son beau-frère Alain Kan, et les paroles qu'on peut voir sur le site Discogs.com en tapant le titre de l'album "Pas vu, pas pris" justement sorti en 1980, ne sont pas du tout les mêmes que celles de la chanson de Corynne Charby du même titre, sortie donc en 1987, et dont les paroles sont de Franck Yvy (En réalité le journaliste Frank Lipsick) et la musique de Jean-Louis D'Onorio. Les mêmes auteurs et compositeurs lui avaient d'ailleurs écrit et composé juste avant son succès de l'été 1987 "Pile ou face", repris avec brio en 2002 par Emmanuelle Béart dans le film "8 femmes" de François Ozon.

Écrit par : Hug | 30/03/2020

Hug , Daniel Guichard avait aussi chanté de Christophe le titre rien à donner , donc je te donne l'auteur des paroles D. Guichard une face B . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 30/03/2020

Je rajouterai 73, un "bon" millésime. Et 2004 aussi, pas mal dans le genre, le départ de ma fille, "syndrome du nid vide" qui m'avait complètement déstabilisé. 2012, en revanche, n'est pas parmi mes pires. Certes, du (très) pourri de juin à septembre, avec un (gros) point d'orgue les 14 et 15 août, mais aussi de bons moments.
Amitiés

Écrit par : Cica pour Hug | 30/03/2020

Cica : Ah oui d'accord. Ben, moi, 1996, c'était moyen. Au début de l'année, j'étais en cinquième, âgé de 13 ans, puis de 14 ans, avec, je l'ai déjà dit, un corset pour scoliose et un appareil dentaire. Dans cette classe de 5ème, il y avait déjà des élèves qui se moquaient de moi en classe. Je m'en étais rendu compte en octobre précédent lors d'un voyage scolaire en Italie. Mais bon, je travaillais beaucoup et j'étais un bon élève, donc, ça passait. Mais, en janvier, j'apprends que la fille que j'aime dans la classe va partir. Elle est partie en février et a été "remplacé" par un garçon qui se moquait de moi ! Donc, les 4 derniers mois de ma 5ème ont été pénibles, mais j'ai tenu bon, et j'ai toujours bien travaillé, passant sans difficulté en 4ème. A ce moment-là, mon grand-père maternel allait mal, un cancer. Ma mère, heureusement, professeure d'anglais au lycée, a passé une inspection auprès de quelqu'un qui lui a donné une bonne note ! On avait fêté sa victoire en allant manger une pizza un soir de février 1996.

Et il neigeait en Vendée, ce qui est très rare !

Les hivers 1995-1996 et 1996-1997 ont été assez rigoureux, en Vendée du moins, mais pas autant que ne l'avaient été les hivers 1983 / 1984, 1984 / 1985, 1985 / 1986 et 1986 / 1987.

Me concernant, avec mon corset, je ne grossissais pas du tout, tout passait dans ma croissance. De plus, j'avais régulièrement des diarrhées. Je pesais à l'époque 54 kg pour 1, 83 m ! Quand je compare à maintenant, j'ai beaucoup trop grossi depuis !

En juillet 1996, pourtant, j'ai eu une sorte de grippe intestinale qui a duré jusqu'à en gros la mi-août ! Pas terrible ! Et pire, le 1er août, alors que je ne me sentais pas du tout en forme, mon père me force à venir à la plage avec tout le monde. J'arrive à la plage, je trempe mes pieds dans l'eau, je la trouve froide. Je mange et me fais bronzer sur la plage (A l'époque, mon grand-père paternel nous louait une tente et une cabine sur la grande plage des Sables d'Olonne quasiment chaque été.) mais bizarrement, même si je sens les rayons du soleil sur moi, j'ai l'impression d'avoir des frissons.

Mon père me force à aller me baigner avec lui et ma grande soeur alors que je ne me sens vraiment pas en forme. Résultat, je plonge et j'ai tellement froid que je deviens tout blanc. On sort de l'eau, et je cours voir les CRS. Heureusement que j'ai sorti ma tête de l'eau très vite, car j'étais en train de faire un début d'hydrocution ! On revient à notre tente, mon père m'engueule et me fout une baffe, je ne sais plus pour quelle raison, devant d'autres gens qu'on connaissait.

Du coup, pendant l'été, on a pris une autre tente. Ma tante (Avec un "a") et son petit-ami (Avec qui elle s'est ensuite mariée en 2001) passent chez nous durant une semaine. Et bien évidemment, on change de tente sur la plage ! Je me souviens d'un jour où on est allé avec eux en Vendée à Mallièvre visiter la maison de l'eau, où je ne me sentais pas vraiment bien. D'autant plus qu'il y avait un film à voir dans une des pièces et qui était projeter en hauteur, au plafond !

Heureusement, la veille au soir était la meilleure soirée de cet été-là. Un copain de mon père, qui aime beaucoup la musique, comme moi. D'ailleurs, comme moi aussi, il n'aime pas du tout le rap, nous avait invité pour faire une soirée karaoké avec d'autres amis. Et là, comme je ne me sentais pas très en forme, je ne voulais pas chanter. On m'a un peu forcé. Et j'ai chanté une chanson que j'adorais déjà depuis l'enfance (merci ma mère), et qui fait partie depuis de mes chansons "porte-bonheur", c'est-à-dire "Ma préférence" de Julien Clerc, qui est, parmi les "tubes" de ce dernier, "Ma préférence à moi".

Un petit secret sur cette chanson. Pourquoi Yann Moix fait-il chanter cette chanson à Benoît Poelvoorde à la fin de son film "Podium", lors d'un concours de sosies de Claude François organisé par Evelyne Thomas via son émission "C'est mon choix", au moment où sa femme, Julie Depardieu, fan de Julien Clerc, lui demande de choisir entre elle et sa passion dévorante pour Claude François ? Et bien, tout simplement parce que Julien Clerc a enregistré "Ma préférence" le jour de l'enterrement de Claude François !

Revenons à mon année 1996 et à cette soirée karaoké. Après avoir chanté ça, évidemment, plus personne ne pouvait m'arrêter et c'était même difficile pour moi de partir de chez nos amis !

Par-contre, ensuite, à la rentrée 1996, l'enfer a vraiment commencé pour moi. Je suis entré en 4ème. J'étais dans la même classe qu'un voisin. Un voisin qui était mon copain, avec qui je m'entendais bien du moins. Mais qui, comme il est noir, avait déjà été victime de racisme en classe primaire, et qui, du coup, m'apportait mes devoirs quand je manquais la classe, mais n'osait pas vraiment me défendre en classe quand on se moquait de moi, même s'il était dans le fond, de mon côté je crois. Mais je le comprends tout à fait aujourd'hui. Il n'avait pas non plus envie qu'on se moque de lui, et d'autant moins avec sa couleur de peau.

Mais vraiment, cette classe était très dure à supporter pour moi. La plupart des élèves étaient des petits cons, qui se foutaient de ma tronche, et touchaient mon corset en rigolant et en disant que j'avais un dos en plastique ! Et en plus, la professeure principale d'histoire-géo était une jeune plouc et très coincée !

A ce moment-là, ma grande soeur, qui avait eu le coup de coeur pour Céline Dion grâce à son album "D'eux" écrit et composé par Jean-Jacques Goldman, et avait suivi pendant l'été les J.O. d'Atlanta où Céline avait chanté en ouverture la chanson "The power of the dream", avait acheté des billets pour moi, mon père et elle, pour un concert de Céline Dion qui devait avoir lieu le 6 octobre 1996 dans la salle Antarès du Mans ! (Eh oui, à cette époque, Céline faisait encore des tournées en France.). Elle avait d'ailleurs pris pour première partie, l'artiste belge Marka, le père de la chanteuse Angèle qui cartonne depuis deux ans.

Comme ça tombait un dimanche et que Le Mans n'est quand même pas tout à fait la porte à côté de ma ville : La Roche-Sur-Yon (Vendée), j'étais bien embêté, car je me doutais bien que le concert de Céline Dion risquait de finir tard, et qu'on risquait d'être rentré tard chez mes parents à Venansault (Village à 10 km de La Roche-Sur-Yon, d'où j'écris en ce moment d'ailleurs).

Donc, évidemment, dès le jour de la rentrée, j'ai dit à ma professeure titulaire d'histoire-géo que j'étais désolé, mais qu'étant donné qu'il y avait ce concert de Céline Dion, loin le dimanche 6 octobre, je risquais déjà d'être absent en classe le lendemain lundi 7 octobre, et qu'il faudrait trouver quelqu'un pour me prendre mes leçons ce jour-là !

Le vendredi 4 octobre arrive, et à la fin du cours d'histoire-géo avec cette prof, je lui rappelle ce que je lui avais dit le jour de la rentrée au sujet du concert de Céline Dion. Le soir, nous sommes invités à un apéritif dînatoire chez des voisins, et je me goinfre de cacahuètes et autres toasts et gâteaux d'apéritifs, et bien sûr, j'ai une diarrhée le lendemain.

Le 6 octobre, bien que stressé à l'idée de voir une star internationale, je me rends en voiture direction Le Mans pour assister au concert de Céline Dion. Malheureusement, arrivés devant la salle de spectacle, une énorme foule bien sûr, et j'ai d'énormes vertiges insupportables. Je ne me sens pas à l'aise, je veux rentrer à la maison, soit refaire les deux heures de voiture qu'on venait de faire. Mon père me propose plutôt d'aller me conduire chez son meilleur ami (Le même qui avait fait la soirée karaoké au mois d'août précédent) qui vivait à l'époque avec sa femme et leurs enfants, à Angers.

Mon père et ma soeur m'y conduisent. Je passe le reste de la soirée là-bas, pendant que mon père et ma grande soeur assistent au concert de Céline. Ma soeur, toujours aussi fan de Céline Dion aujourd'hui, m'en veut toujours gentiment quand même, de l'avoir empêché d'assister au concert entier de Céline Dion !

Le lendemain, effectivement, cause diarrhée, je n'allais pas en classe. Et lorsque je retourne en classe avec ma prof d'histoire-géo, elle me suspecte d'avoir inventé cette histoire de diarrhée, étant donné que dès le début de l'année, je lui avais dit que je risquais de ne pas venir en classe le lendemain de ce concert ! Mais ce n'est pas la seule chose que cette sale prof que j'ai eu deux ans de suite m'ait faite !

Ensuite, durant les vacances de la Toussaint 1996, nous avons fêté les noces d'or (50 ans de mariage) de mes grands-parents paternels. Comme cadeau, nous avions décidé, avec mes tantes, mes oncles et mes cousins, de leur offrir un voyage en Italie, car cela faisait longtemps qu'ils n'avaient pas voyagé.

Mais cette idée venait de moi, car effectivement, l'année précédente, lorsque j'étais revenu de mon voyage scolaire en 5ème en Italie, où je leur avais acheté un livre sur l'architecture italienne "Rome et Vatican" me semble-t'il, ma grand-mère, qui était d'ailleurs très pieuse, et peut-être parce que j'avais eu l'occasion d'assister à une audience papale de Jean-Paul II, m'avait confié sa grande envie d'y faire un voyage. Donc, j'étais très content d'être à l'initiative de ce voyage offert à mes grands-parents paternels pour leurs Noces d'or.

L'année 1996 s'est achevée pour moi en famille, justement à Angers chez les amis sus-évoqués, lors d'un réveillon où l'ami de mon père avait à nouveau organisé un karaoké ! Mais bon, malgré quelques bons souvenirs, année moyenne que 1996 pour moi quand même !

Écrit par : Hug | 31/03/2020

Tu t'es surpassé, Hug! Bravo, un bon papier. Je n'ai jamais été un grand fan de Céline Dion mais j'avais acheté D'eux et plusieurs autres cd ensuite. Mon ami m'a quittée, oui et 2 où 3 autres... Je comprends que ta soeur t'en veuille encore un peu, peut-être; les filles en étaient folles. Sinon, pour Ma préférence; Dabadie pour le texte? Je ne m'en souviens pas... Enregistrée le 11 mars 78 alors? J'avais vu le film Podium. Cordialement. Cédric

Écrit par : Cédric | 01/04/2020

Où au lieu de ou.... Bon, il est tard, longue journée.

Écrit par : Cédric | 01/04/2020

Cédric : En plus j'allais ajouter quelque chose. Pour moi, cette année 1996 n'est quand même pas une bonne année. Effectivement, au mois de mai, au collège, alors que j'étais en 5ème, un jour maudit où je faisais de la "catéchèse" (Enfin, en temps normal, car là, c'était plutôt "Temps de réflexion") avec ma professeure titulaire de mathématiques, et que la question du jour portait sur ce qu'on voulait faire plus tard, j'avais naïvement répondu "Chanteur".

Pour moi, ce métier, qui était un de mes rêves les plus fous mais aussi les plus profonds, même s'il n'était pas commun, était tout à fait réalisable encore. Je n'avais que 14 ans. De plus, je faisais du piano depuis l'âge de 6 ans, et j'ai toujours aimé chanter.

Evidemment, ce jour-là, j'ai eu droit aux sarcasmes de mes petits camarades. Mais en plus à la réponse de ma professeure qui a été : "C'est pas un rêve un peu saugrenu, ça, Hugo ?".

Eh bien, j'ai très mal vécu qu'elle me dise cela à 14 ans, et je ne lui en ai pas reparlé ensuite, car c'était la fin de l'année et je ne l'ai plus eue comme prof ensuite. Mais elle m'a fait beaucoup de mal en me disant cela.

D'autant plus, si par ailleurs, c'était une professeure que je trouvais un peu stricte et "Vieille France" dans ses attitudes, j'avais néanmoins d'assez bons résultats avec elle (Excepté en géométrie, ma bête noire !). Et ma mère étant prof d'anglais, pour moi, les profs sont des personnes qui avaient de l'importance, et c'est aussi pour cela que cela m'a fait beaucoup de mal quand certains se sont mal comportés envers moi. Et en plus, il y a eu aussi les moqueries de mes camarades de classe.

En me disant cela, ma prof de maths ne sait certainement pas aujourd'hui le mal qu'elle m'a fait, et elle le regretterait certainement si elle le savait. Parce qu'effectivement, sur le moment, si j'ai continué bien sûr à aller au collège, j'ai eu durant quelques jours l'impression que ça ne servirait à plus rien, puisque mon rêve était irréalisable.

Ensuite, j'ai écrit beaucoup de chansons à partir de cet épisode. Mais je me suis toujours empêché de prendre des cours de chant. J'en ai pris comme tout le monde, en classe. Maintenant, j'aimerais bien en reprendre, j'y ai même pensé en septembre dernier, mais il ne faudrait pas que cela perturbe trop mon organisation de vie qui est un peu particulière, je le sais.

Et peut-être même que dans le fond, puisque ma vie, mon envie, mon but dans ma vie, c'est de chanter, si je prends des cours de chant je serais sans doute mieux dans ma tête et vivrais plus la journée.

Pour ma prof, j'espère que depuis (Car en 1996, les émissions de télé-réalité musicales n'existaient pas encore, malheureusement pour moi), elle a eu l'occasion de regarder "Graines de star", "Star Academy", "Nouvelle star" ou encore plus récemment "The voice" et de se rendre compte, si elle se souvient de ce qu'elle m'a dit, que mon rêve n'était pas si "saugrenu" que cela, et que j'étais sans doute loin d'être le seul adolescent de 14 ans à l'avoir !

Mais bon, elle m'a parlé comme à un adulte, et c'est vrai que comme je mesurais 1, 83 m déjà à l'époque, c'était compliqué pour elle de voir qu'elle parlait à quelqu'un de 14 ans, soit du même âge (ou presque parce que j'avais déjà redoublé mon CM 2, à l'époque) que les autres élèves de sa classe qui étaient, pour l'essentiel, plus petits que lui en taille. ça, je peux le comprendre.

Oui, autrement, "Ma préférence", les paroles sont bien de Jean-Loup Dabadie. Et la musique de Julien Clerc. En réalité, Julien Clerc a enregistré cette chanson le jour de l'enterrement de Claude François, le 15 mars 1978, soit pile 4 ans avant ma naissance, pas le jour de son décès (Le 11 mars 1978) !

Pour moi, effectivement, ainsi, le fait que le film "Podium" de Yann Moix se termine par la scène où Benoît Poelvoorde, sosie passionné de Claude François, chante, lors d'un concours de sosie de Claude François, organisé par l'émission "C'est mon choix", précisément cette chanson de Julien Clerc devant sa femme, Julie Depardieu, qui est fan de ce dernier, est effectivement très symbolique lorsqu'on regarde le film en connaissant cette anecdote sur le jour de l'enregistrement de cette chanson par Julien Clerc.


Pour Céline Dion, ce qui m'étonne souvent, c'est qu'aujourd'hui, et depuis la sortie de "D'eux" en 1995 justement, on considère un peu qu'elle a toujours été une grande star, car on la voit toujours énormément dans les journaux, et on oublie combien, en France du moins, sa notoriété a été très très très progressive.

Durant les années 1982-1995 surtout. Elle arrive en effet en 1982 en France avec un premier 45 tours "Ce n'était qu'un rêve" qui passe largement inaperçu. Le succès ne vient qu'avec son deuxième single français "D'amour ou d'amitié" qui sort début 1983, et c'est un tube qui se vend énormément durant la fin de l'hiver 1982-1983, le printemps et l'été 1983. Puis, ensuite, son 3ème 45 tours "Mon ami m'a quittée", qui sort à l'automne 1983, en même temps que son premier album français, se vend correctement, mais déjà moins que "D'amour ou d'amitié". Et puis, et puis... Plus rien, hormis quelques petits succès radio comme avec "Mon rêve de toujours" en 1984 / 1985, "Billy" en 1986, "Je ne veux pas" en 1987, et "La religieuse" début 1988, mais ces titres ne rentrent même pas au Top 50 !

Il faut attendre sa victoire à l'Eurovision pour la Suisse (Alors qu'elle est québécoise !), pour qu'elle se classe à nouveau dans un hit-parade français, cette fois c'est durant l'été 1988, avec "Ne partez pas sans moi", chanson avec laquelle elle vient de remporter le concours. Et à nouveau... Plus rien jusqu'en 1991, où elle se classe à une modeste 20ème place du Top 50 avec son premier titre en anglais "Where does my heart beat now ?", mais à nouveau... plus rien jusqu'à l'été 1993 durant lequel sa reprise de "Un garçon pas comme les autres (Ziggy)" (Créé par Fabienne Thibeault en 1978 dans "Starmania") sort et fait un carton, se classant 2ème durant l'automne 1993.

Ensuite, en début d'année 1994, sa chanson "L'amour existe encore" est un succès plus discret, mais ensuite sa reprise de "The power of love" de Jennifer Rush fait un carton se classant 3ème du hit-parade en juillet 1994. Mais ce n'est qu'un début. La sortie de "D'eux" en mars 1995 et de son premier extrait "Pour que tu m'aimes encore" va définitivement asseoir sa popularité en France. Depuis, elle est vraiment une star en France, mais elle a mis en fait 13 ans pour bien installer sa popularité chez nous, et cela, les médias (et ses fans) semblent l'avoir oublié !

Écrit par : Hug | 01/04/2020

Merci pour cette note qui, comme toutes les autres, est très intéressante. Je ne savais pas que Cloclo ne devait le succès de « C’est la même chanson » qu’avec Green et Lejeune.

PS : C’est d’ailleurs avec cette note que j’ai découvert votre site, mais je n’avais pas beaucoup de temps (entre les devoirs et les leçons) pour commenter.

Écrit par : Føxø. | 24/08/2020

Les commentaires sont fermés.