Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2020

TOP MENSUEL FRANCAIS OCTOBRE 1992

        nm
1 8 DUR DUR D'ETRE BEBE Jordy 2
2 1 LE CHAT Pow Wow  
3 2 RESTE AVEC MOI Francis Lalanne  
4 15 TRUE TO YOU Johnny Hallyday 2
5 e LA LEGENDE OOCHIGEAS Roch Voisine 1
6 e BOUSCULE-MOI Elsa 1
7 e LES MARIES DE VENDEE D. Barbelivien & Anais 1
8 7 TUE MOI Florent Pagny  
9 3 RIEN QUE DE L EAU Véronique Sanson  
10 5 TU NE ME DOIS RIEN Stephan Eicher  
11 20 UNE HISTOIRE D'AMOUR Dorothée 2
12 e CHANGER TOUT CA Bernard Minet 1
13 e LE LION EST MORT CE SOIR Pow Wow 1
14 e LES VOYAGES IMMOBILES Etienne Daho 1
15 4 PARADOXAL SYSTEME Laurent Voulzy  
16 e CA M'EST EGAL Marc Lavoine 1
17 e LA BALADE NORD-IRLANDAISE Renaud 1
18 10 SOUS LE SOLEIL DE BODEGA Mano Negra  
19 11 DJ Zouk Machine  
20 e SUCRE SALE Zazie 1

De mémoire de hit-parade man, jamais on n'avait vu un tel bouleversement. Pas moins de 9 chansons se retrouvent à la trappe, et donc, 9 entrées. Dont celle de Zazie, pour son premier disque.
Parmi ces 9, aucun futur numéro un évidemment, le bébé Jordy obérant tout espoir, mais un top 5 et trois podiums.
A L'époque, j'étais fan des numéros 2, 3, 9, 12, 13, 14, 15 et 17. Actuellement je rajouterais la 16. A signaler le petit flop de Dorothée, habituée aux premières places, et la belle entrée d'Elsa qui cache non pas la fin de sa carrière, mais un changement de public qui lui sera préjudiciable, ses premiers fans ayant été quelque peu "bousculés" !
A dans un mois pour novembre.
Je vous embrasse.

Commentaires

C’est dur dur d’être un bébé! Sinon, merci pour le top

Écrit par : Foxo | 14/10/2020

ce top 20 est vraiment hétéroclite, d'abord il faudra sans doute me pardonner mais il y a des titres dont je ne me souviens même pas et dont je suis très étonné qu'ils figurent dans ce top comme "la légende oochigeas" ou " paradoxal système". Sinon de beaux souvenirs comme "le chat" , "le lion est mort ce soir" de Pow Wow, "la balade nord irlandaise" de Renaud, ensuite le titre dont personnellement j'étais le plus fan " les voyages immobiles" d'Etienne Daho extrait du magnifique album " Paris ailleurs " que j'écoutais en boucle dans la voiture durant de nombreux mois, enfin il faut bien avouer que " dur dur d'être bébé " de Jordy était sans conteste le numéro 1 à cette époque, amitiés à tous, Renaud.

Écrit par : Renaud | 14/10/2020

Je fais partie des premiers fans d'Elsa qui ont été "bousculés" par "Bouscule-moi" ! Lorsque j'avais vu le video-clip où on la voit dans une baignoire, avec des cordelettes noires cachant ses seins, je m'étais demandé où elle allait. Elle qui était si romantique, et que j'adorais ainsi avant... J'avais 10 ans en 1992, en plus cette année-là n'était pas vraiment une bonne année pour moi. En avril, décès de ma grand-mère maternelle alsacienne, à l'âge de seulement 62 ans d'un cancer. Puis, en septembre, entrée en CM2 en n'étant pas dans la même classe que mes deux copains. Parce que l'institutrice qui enseignait dans la classe dans laquelle ils étaient ne voulaient pas m'avoir.

Elle avait eu ma grande soeur trois ans auparavant et ce ne s'était pas bien passé avec elle. Mon père s'était ensuite opposé à ce que ma grande soeur redouble son CM2. De plus, il était allé en classe de découverte dans les Pyrénées (du côté de Saint-Bertrand-de-Cominges) avec ma soeur et sa classe, et l'institutrice s'était fait remarquer pour son extrême sévérité. Même par sa collègue d'une autre école également présente lors de ce séjour. L'institutrice en question empêchait les enfants de parler pendant les repas !

Ensuite, en CM 1, un de mes deux copains avait perdu son père. Les mères de mes deux copains étaient toutes les deux enseignantes et se côtoyaient. L'une des deux avaient même enseigné dans l'école dans laquelle j'étais, mais n'y enseignait alors plus, l'autre l'ayant remplacée.

Comme ce copain avait perdu son père, il fut décidé que mon autre copain soit mis dans la même classe, mais, à mon détriment. J'ai donc passé la matinée de la rentrée dans une autre classe que celle de mes copains ! Heureusement, ma mère est allée se plaindre, et dès l'après-midi, je crois, j'étais dans la même classe que celle de mes copains. Mais l'institutrice s'est vengée sur moi, j'étais son souffre-douleur, elle me faisait faire des cercles au tableau alors que j'étais nul en géométrie, me faisait faire des pages d'écriture "comme en C.P." pendant que les autres élèves faisaient du ping-pong. Et surtout me mettait parfois de bonnes notes, mais avec toujours des remarques négatives, comme cette fois où elle m'a mis 4,5 / 5 en géographie en me mettant pour seule remarque "Feuille mal collée" !

Le pompon a été lorsqu'elle m'a laissé seul dans les vestiaires de la piscine municipale parce que je ne savais pas bien faire mes lacets de chaussures et traînais à les faire. C'est sa collègue qui est venue me chercher. Heureusement, la semaine d'après, je changeais d'école avec un instituteur directeur beaucoup plus sympa.

Et c'était précisément à ce moment-là que ma petite Elsa, ma chanteuse préférée à l'époque, a sorti ce clip sulfureux et cette chanson que je n'aimais pas du tout sur le moment. J'étais tellement fâchée après elle, que j'ai fichu à la poubelle la cassette audio de son album précédent : "Rien que pour ça" sorti en 1990 ! Je l'ai bien regretté par la suite d'ailleurs...

Mais, un peu plus tard, j'ai entendu "Bouscule-moi" à la radio, et me suis dit que finalement la mélodie était jolie. Quelle idée qu'elle ait tourné ce clip ! Le côté "Sabrina Boys" ne lui allant pas du tout !

Mais Thierry Séchan, frère de Renaud, et auteur de chansons ("Fille du feu" pour Julien Clerc, et pour Elsa "Pleure doucement", sur son 2ème album, le déjà nommé "Rien que pour ça") nous enseigne des choses très intéressantes sur la genèse du 3ème album d'Elsa "Douce violence" dont "Bouscule-moi" a été le premier extrait, et ceci dans son livre "Nos amis les chanteurs 2 : Le retour" publié aux éditions Les Belles Lettres en avril 1994. Je cite : P. 99 : "Pour son troisième album, Papa-d'Elsa (1) (Est-ce pire que "frère-du-chanteur-Renaud "? (Je précise, le père d'Elsa s'appelle Georges Lunghini, auteur-compositeur ayant sorti quelques 45 tours dont un sous son vrai nom "Stars du Shoubida" en 1983, et d'autres sous les noms de Romain Ruel et de Romain Ruer. Il composa la plupart des chansons d'Elsa), redoubla d'astuce et de génie (2: Lorsque j'écris "Son troisième album", le possessif n'est pas abusif, puisqu'il s'agissait de "sa" fille, de "sa" production, de "ses" éditions et de "ses" compositions): Il fit appel à tous les paroliers disponibles sur le marché francophone. Ainsi l'on vit défiler Luc Plamondon (de Montréal), Jacques Duvall (de Bruxelles), Elisabeth Anaïs, Jean-Loup Dabadie et moi-même, de Paris 14e. (3: Presgurvic s'était récusé et Roda-Gil avait éclaté de rire). Bien évidemment, à mon exception près, nul ne savait que d'autres auteurs avaient été contactés... Je me chargeai d'en aviser mes camarades, ce qui fut moyennement apprécié. A l'arrivée, je fus débarqué sans gloire, faute d'avoir compris que la petite Elsa n'était plus une adolescente rêveuse, mais une nymphette un peu perverse qui avait troqué ses posters de David Hamilton (Je précise : Le scandale David Hamilton avec Flavie Flament ne sera révélé qu'en 2016), contre les oeuvres complètes de Sacher-Masoch. "Bouscule-moi un peu, arrête de t'excuser / C'est quand tu m'lâches que j'ai mal", lui écrivit Duvall, et le clip la montra nue dans sa baignoire, avec cordelettes de rigueur et..."

Je cite toujours, p. 100 "... grand noir au torse musculeux, misère du message, message de la misère. Comme Plamondon avait récupéré ses textes (il voulait garder sa "part éditoriale", et Lunghini n'était pas d'accord), Jean-Loup Dabadie fut appelé à la rescousse. A son habitude, Dabadie écrivit rapidement quatre textes "propres sur eux", du Presgurvic des grands jours. Elsa aima-t-elle véritablement faire ce disque ? J'en doute. Naguère, notre ingénue chantait "T'en va pas". Reviens, Elsa.".

En réalité, Elsa dira bien plus tard qu'elle n'avait pas tellement aimé faire ce disque, et que "Bouscule-moi" était bien évidemment un titre qui avait apporté une rupture trop brutale par rapport à son précédent répertoire. Car, ensuite, les deux titres issus de ce 3ème album : "Supplice chinois (Toop Toop)" et surtout le très beau "Tout l'temps, tout l'temps" ne se sont pas classés au Top 50.

Elle reviendra en 1996 avec un très bel album "Chaque jour est un long chemin" écrit par elle-même, et très acoustique, album défendu par Télérama. L'album sera un échec, et sa maison de disques, qui lui avait laissé faire ce disque auquel elle ne croyait pas qu'à condition qu'elle en vende autant que "T'en va pas", dont le 45 tours sorti chez Carrère en octobre 1986 s'était vendu à plus d'un million d'exemplaires, lui rendra son contrat en la forçant à ne pas chanter pendant 8 ans. En 2004, Elsa, qui a donc quitté sa précédente maison de disques Ariola BMG, signe un nouveau contrat discographique, et sort l'album "De lave et de sève", plus pop-rock, qui est un nouvel échec, suivi en 2005 d'un nouveau single "Eternité", adaptation de "I can see clearly now" de Jimmy Cliff, titre chanté en français en 1977 par Claude François sous le titre "Toi et le soleil". L'album est suivi d'un passage au théâtre de l'Européen à l'automne 2005, dont est extrait un album en public "Connexion" en 2006.

Elsa sortira un dernier album en 2008, sous son vrai nom complet Elsa Lunghini "Oser", qui sera un nouvel échec. En 2009, Universal rompt son contrat alors qu'elle leur devait encore quelques albums.

Elle s'est dépuis concentrée uniquement sur son métier de comédienne, tournant dans des téléfilms, mais jouant aussi dans une pièce de théâtre sur l'échangisme l'an dernier.

Quant à Jordy, aujourd'hui, il peut chanter "Dur dur d'être bébé" à son fils qui doit avoir deux ou trois ans. Pauvre Jordy, aujourd'hui, à seulement 32 ans, il est exactement 8 fois plus âgé que l'âge qu'il avait lorsqu'il a été connu !

Écrit par : Hug | 15/10/2020

comme j'étais fan de Renaud , Daho et Lavoine , j'avais donc fait l'acquisition de leurs albums à l'époque , à savoir pour Renaud marchand de cailloux , pour Marc Lavoine Paris et pour Etienne Daho Paris ailleurs . pour Renaud et Daho je rejoins donc Hug et Renaud . la ballade Nord-Irlandaise est superbe , les voyages immobiles et ça m'est égal me plaisaient bien aussi dans leurs albums . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 15/10/2020

Oui, le chat, le lion, j'avais aimé; et l'originalité de Pow Wow.
I can see clearly now, succès planétaire en 1972 par Johnny Nash, repris 5 ans plus tard par Clo-Clo. Hug, je ne me souviens pas de la version de Jimmy Cliff. Autre chose, dans ton com, tu mentionnes Plamondon, (qui habite à 500 mètres de chez moi) mais surtout Roda-Gil qui avait éclaté de rire; ce qui ne m'étonne pas! J'avais un voisin, presqu'aussi vieux que moi qui était fan inconditionnel d'Elsa... Moi, j'ai surtout écouté T'en vas pas et un autre dont j'ai oublié le titre. Un beau com, si je puis me permettre, congratulations, Hug.
À bientôt! Cédric

Écrit par : Cédric | 15/10/2020

Bonsoir, quelqu'un a peut-être regardé la soirée Joe Dassin; une soirée télé. c'est rare pour moi, alors je le dis! A bientôt, Cédric

Écrit par : Cédric | 16/10/2020

Je n’ai pas pu :(

Écrit par : Foxo | 16/10/2020

Cédric : Oui, j'ai vu cette émission... tout en discutant c'était pas si mal... avec des images d'archives et des interprétations de ses succès par des chanteurs d'aujourd'hui.

Écrit par : Leroy | 17/10/2020

Ah ! octobre 1992 je m'en souviens fort bien , notamment "LA BALADE NORD-IRLANDAISE " de Renaud qui fut le 3ème 45 tours issu de son album paru l'année d'avant à se classer au TOP 50 ce qui prouve que c'était un bon cru !

Écrit par : Jerry OX | 30/10/2020

Écrire un commentaire