Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2020

Que vous inspire (musicalement) 1967 ?

Sur une idée de Michel Boixière.

Pour moi en dehors de la musique c'est mes deux secondes à Louis le Grand, des vacances de Pâques à Toulon (Siblas pour ceux qui connaissent), l'été à Brest, deux mois à pédaler pour aller voir mon ex-pote Bernard, aussi mon premier chagrin d'amour, petit chagrin car vite estompé par un super mois de septembre avec mon cousin Jean-Yves, et un automne où en classe je retrouverai mon ami François, celui que je cherche désespérément depuis 38 ans. J'ai eu de ses nouvelles par Robert, le commissaire Broussard qui parle souvent de lui dans ses mémoires (il l'appelait Fanfan) et donc la joie musicale, car sont arrivés en France côté étranger Cat Stevens, Blues Magoo, Jimi Hendrix, Smoke, Giorgio, Lulu, Jefferson Airplane, les Bee Gees, Procol Harum, Aretha Franklin, les Cream, Vanilla Fudge (que je passais en boucle, moi qui pourtant ne prisais guère les adaptations), les Turtles, Scott Mc Kenzie, les Box Tops, Bobbie Gentry, Sagittarius, Brenton Wood, Sam & Dave, Billie Joe Royal, James Royal, Julie Driscoll, Traffic, les Equals, Eddy Floyd et les Pink du même nom dont j'avais acheté le sublime "see emily play".
Sans oublier les come-back de Stevie Wonder, d'Elvis Presley et surtout surtout des Moody Blues !

Côté frenchie, moins fourni que 1966, on notera quand même Erik St Laurent, Jacqueline Taieb, Herbert Léonard, Patricia, Michel Jonasz, Nicoletta, Gil Now, Perkins, Christine Delaroche, les Rover (les deux faces sont géniales) C. Jérôme et le come-back de Michel Laurent.

Pour mémoire mes goûts.

A vos claviers.

Je vous embrasse (sauf si vous êtes en zone rouge).

Commentaires

très bonne idée ! un tas de bons souvenirs de 67 . je trie tout ça dans ma tête et je reviens demain sans faute . Marc devrait être intéressé . Jean

Écrit par : jean | 22/10/2020

Bonne idée de la part de Michel Boixière.

Musicalement, je ne peux pas vraiment dire ce que 1967 m'évoque comme souvenirs, étant donné que j'avais -15 ans. Par-contre, je pourrais, Cica, te dire mes souvenirs pour 1987 (Oui, même si j'avais 5 ans, les tubes de 1987 m'évoquent des souvenirs, surtout ceux sortis à partir de l'été 1987, comme "Pile ou face" de Corynne Charby (Ah ! Cette belle Corynne Charby, je n'avais que 5 ans, j'étais sans doute son plus jeune fan, mais je la trouvais très belle, au point de demander à une de mes tantes de me donner un poster d'elle, poster que j'ai accroché pendant quelques années dans ma chambre. Je me revois toujours enfant quand j'écoute ce titre), et "Joe le taxi" de Vanessa Paradis, car c'est à cette époque que j'ai commencé à regarder très fréquemment le Top 50 de Canal +, d'abord en noir et blanc, mais le fait de regarder cette émission et les premiers clips vidéo (à une époque où ils se développaient et n'étaient pas encore devenus un support banalisé de la musique) a aussi motivé mes parents pour nous acheter notre première télé couleurs. On n'imagine plus aujourd'hui combien c'était encore un mini événement en famille il y a un peu plus de trente ans que d'acheter un téléviseur couleurs !

Je pourrais te dire les mêmes choses pour les succès de 1997 ou 2007 même si les souvenirs sont moins joyeux. Pour 2017, seul "Shape of you" d'Ed Sheeran, "Je joue de la musique" de Calogero, "Coco câline" de Julien Doré ou "Riche" de Claudio Capéo m'évoquent des moments précis. Mais bon, ce sont aussi les seules chansons sorties cette année-là dont je me souvienne !

Pour 1967, je transcrirais un autre message lorsque j'aurais retrouvé le livre de Fabrice Ferment et le Syndicat National de l'Edition Phonographique "40 ans de tubes" publié aux éditions Larivière en 2001, et recensant les plus gros succès en France de chaque année entre 1962 et 2000. Mes parents ayant déménagé ma chambre durant ma convalescence, pour la retapisser, mes livres ne sont pas encore rangés.

En tout cas, parmi mes disques sortis cette année-là, et ne faisant pas partie des meilleures ventes de cette année-là, je peux effectivement citer le 45 tours de Nicoletta "La musique", qui est la seule chanson de ce 45 tours 4 titres que j'apprécie. J'ai réécouté ce disque cet été, et franchement, sur les 3 autres, je ne veux pas te blesser Cica, car je sais ton admiration pour cette chanteuse (Que j'aime beaucoup moi aussi dans "Fio Maravilla", "Mamy Blue", et sa plus belle chanson "Viens te balader au creux de mes chansons", du moins parmi celles que je connais d'elle), mais sur les autres titres de ce disque, "Vis ta vie", "Pense à l'été" et "Le 32 septembre", je trouve qu'elle ne chante pas, mais qu'elle pourrait passer pour la mère de Lara Fabian ! Mais toutes les chanteuses à voix ont tendance à chanter fort sur leurs premiers disques et plus en nuance ensuite.

J'ai aussi le 45 tours de Barbara "Ma plus belle histoire d'amour", "A chaque fois", "La dame brune (En duo avec Georges Moustaki)" et "Marie Chenevance". Et, en pop internationale, un 45 tours de The Herman's Hermits un peu spécial, car il y a une jeune fille sur la pochette et il est intitulé "The London Look", et il y a dessus "No milk today", "There's a kind of hush", "Mrs. Brown you've got a lovely daughter", et "London look".

J'ai aussi le 45 tours de Frank Alamo "Maudit brouillard" avec sa version française de "No milk today", "A travers les carreaux". "No milk today" a aussi été chantée par Elsa Martinelli sous le titre "Non pas ce soir" en 1967 puis par un certain Yves Wiczorek en 1980 sous le titre "Faut pas se fâcher". Mais, j'en ai aussi écrit moi-même une version française en 2003 / 2004. Car effectivement, quand j'étais plus jeune et que je jouais aux poupées Barbie avec ma petite soeur, j'inventais des histoires avec ma petite soeur et disait que certaines de ces poupées étaient chanteuses. Et je leur ai inventé des carrières de chanteuse, et j'ai de nombreux cahiers sur lesquels j'ai dessiné des pochettes de disques, trouvé des titres de chansons et même écrit certaines chansons. J'ai donc inventé une chanteuse du nom de Nadette, pour qui j'ai écrit en 2003 / 2004, une version française de "No milk today", en inventant qu'elle l'avait enregistré en 1967. Ma version française, que j'ai écrite en ignorant qu'il y avait eu des versions françaises de ce tube à l'époque, s'intitule "Tu n'es plus là", mais bien sûr, n'y étant pas inscrit, je n'ai pas déposé mon texte à la Sacem ! Peut-être un jour...

Sinon, effectivement, Jacqueline Taïeb avec "7 heures du matin" est sorti en 1967. Marie Laforêt avec "Ivan, Boris et moi" aussi.

Écrit par : Hug | 23/10/2020

87 ce n'était pas trop mal, juste avant que l'on soit submergés par la "house music" et le rap, avec des MC Machin un peu partout. J'enregistrais religieusement les tops 50, du moins ce qui m'intéressait.
1997, je ne veux pas entendre parler de cette année.
2007, quelques bonnes choses : Miracle de Cascada, les Superbus, Tokio Hotel, Thierry Amiel, Grégory Lemarchal, les fleurs du bien de Pascal Obispo, Faf Larage, Aaron, Emmanuel Moire, Moby, Muse, Indochine, Fiori/Goldman, the fray, Get Far (shining star, ma préférée de l'année), Linkin Park...
2017 je ne suivais plus.

Fabrice Ferment : j'en suis revenu, méfie-toi de ses classements.

Pour Nicoletta, d'accord avec toi, je préfère et de loin son premier disque, avec 2 belles reprises, de Ferrer et de Piaf.

Enfin pour ta chanson il te faudra trouver un autre titre , Dick Rivers l'avait déjà pris !

Amitiés.

Écrit par : Cica pour Hug | 23/10/2020

voilà, c'est parti !!!!!!!!!! nous allons évoquer notre meilleure année.

GOOD VIBRATIONS a dû être classée en 67, sortie fin 66, ce sera notre "indicatif", notre drapeau.


https://www.youtube.com/watch?v=6YdkQWN59HY

en voici une version extra de WILSON PHILLIPS.

Allez, je pars explorer le temps, et je vais aller dans l'ordre chronologique de SLC.

Écrit par : boixiere | 23/10/2020

quelques disques des années 67 qui tournaient en boucle et à fond chez moi où dans nos booms . Eddy Mitchell bien sur avec je ne me retournerai pas et Alice , Gil Now avec son premier EP 4 bons titres comme ça vaut mieux pour toi , les villes où encore le diable dans le coeur , mais bizarrement SLC ont classé au hit le titre dis moi le ( choisi par un présentateur sans doute ? ) . après un deuxième bon EP c'était fini , pourtant j'avais bien cru qu'on tenait là un bon . Monty rêves d'enfant ... superbe ! Laurent ma reine de Saba et comme un clown n'étaient pas en reste non plus cette année là , je me rappelle aussi que j'aimais bien les sucreries alors je me passait Claude Morgan avec viens le temps d'une danse en boucle . côté étranger James Royal avait droit à de nombreux passages de ma part comme les Walker Brothers avec everything under the sun , reprise des Ronettes où encore just say goodbye . toutes leurs reprises sont sublimés par eux voir stand be me de la même année . les Kinks plus pop qu'avant également avec village green et mister pleasant mais aussi les Beatles avec Penny Lane . voila quelques disques qui m'avaient marqué en 67 et que je passais souvent où je les faisaient découvrir à d'autres mais pas seulement ... la liste est trop longue . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 23/10/2020

Ze voulais un bizou! Ze boude.

Plus sérieusement, je ne pourrais pas répondre car j’avais -40 ans. Mais j’ai eu le témoignage de ma grand-mère que je retranscris ici mot pour mot (j’ai quand même corrigé les fautes) : « Tu dis musicalement? Pour moi, c’est « Comme d’habitude » de Claude François. Je dansais avec ça avec mon petit ami, c’est d’ailleurs avec lui que j’ai eu ta mère. Ah, l’époque où on avait pas Instagrame et Fesse de bouc...Je regrette un peu cette époque. Reprenons. Je me souviens aussi de « Les Dalton », je dansais dessus le soir, avec ton grand-père. D’ailleurs, c’est dommage qu’il soit mort. Mais je ne veux pas te faire pleurer. Continuons. C’est cette année aussi que j’ai découvert Michel Sardou. Faut dire que j’avais acheté son disque « Les Ricains » comme la plupart des gens qui l’ont fait : car il était interdit d’antenne. Y’avait aussi « Petit », je l’ai acheté aussi. D’ailleurs, il faudra que je te donne les disques. Au fait, qui est-ce « Patrick » dont tu m’as parlé tout à l’heure? (je lui ai répondu : « quelqu’un qui a un blog passionant, mais continue »). Y’avait aussi un disque d’un certain Grégory, il faudra que je le retrouve, tout ça, je crois que c’est dans un carton dans le placard de ta chambre, je te donnerai ça quand j’aurai retrouvé la clé (J’ai retrouvé la clé quelques heures plus tard, et effectivement, tous les disques y étaient, mais continuons). Je crois que c’est tout ce qui me vient à l’esprit. Au fait, c’est quoi le « blogue » de ce Patrick, que j’aille le voir? (Je lui ai donné le lien, et elle est venue souvent, je vais lui apprendre à se connecter.)

Voilà le témoignage complet de Madame (Je ne dirai pas son prénom) Chaïbï (oui c’est mon nom de famille)

Écrit par : Foxo | 23/10/2020

Je le remets, car je ne sais pas si il a été posté : Ze voulais un bizou! Ze boude.

Plus sérieusement, je ne pourrais pas répondre car j’avais -40 ans. Mais j’ai eu le témoignage de ma grand-mère que je retranscris ici mot pour mot (j’ai quand même corrigé les fautes) : « Tu dis musicalement? Pour moi, c’est « Comme d’habitude » de Claude François. Je dansais avec ça avec mon petit ami, c’est d’ailleurs avec lui que j’ai eu ta mère. Ah, l’époque où on avait pas Instagrame et Fesse de bouc...Je regrette un peu cette époque. Reprenons. Je me souviens aussi de « Les Dalton », je dansais dessus le soir, avec ton grand-père. D’ailleurs, c’est dommage qu’il soit mort. Mais je ne veux pas te faire pleurer. Continuons. C’est cette année aussi que j’ai découvert Michel Sardou. Faut dire que j’avais acheté son disque « Les Ricains » comme la plupart des gens qui l’ont fait : car il était interdit d’antenne. Y’avait aussi « Petit », je l’ai acheté aussi. D’ailleurs, il faudra que je te donne les disques. Au fait, qui est-ce « Patrick » dont tu m’as parlé tout à l’heure? (je lui ai répondu : « quelqu’un qui a un blog passionant, mais continue »). Y’avait aussi un disque d’un certain Grégory, il faudra que je le retrouve, tout ça, je crois que c’est dans un carton dans le placard de ta chambre, je te donnerai ça quand j’aurai retrouvé la clé (J’ai retrouvé la clé quelques heures plus tard, et effectivement, tous les disques y étaient, mais continuons). Je crois que c’est tout ce qui me vient à l’esprit. Au fait, c’est quoi le « blogue » de ce Patrick, que j’aille le voir? (Je lui ai donné le lien, et elle est venue souvent, je vais lui apprendre à se connecter.)

Voilà le témoignage complet de Madame (Je ne dirai pas son prénom) Chaïbï (oui c’est mon nom de famille)

Écrit par : Foxo | 23/10/2020

je complète simplement mon commentaire déjà publié dans une rubrique précédente:
étant né en 1952 j'ai en effet une légère préférence musicale pour l'année 1967: "happy together "des Turtles, " nights in white satin " des Moody Blues, " fryday on my mind" des Easybeats, " a whiter shade of pale " de Procol Harum, " alice " d'Eddy Mitchell, " apesanteur " de King Set, " the letter " des Box Tops, " all you need is love " des Beatles, " mes rêves d'enfant " de Monty, " San Francisco " de Scott Mc Kenzie, "le monde est gris le monde est bleu " de E.Charden, " I am a believer" des Monkees, " la musique" de Nicoletta, "let's go to San Francisco "de The Flower pot men ....tous ces titres ont marqué mon adolescence. Après comme beaucoup d'entre vous c'est la période 1963 à 1968 que je retiens comme merveilleuse et fondamentale dans cette décennie sixties et plus largement dans cette seconde moitié du XX° siècle. Amitiés à tous, Renaud.

Écrit par : Renaud | 24/10/2020

Renaud , moi aussi je me suis répété mais ce n'est pas grave et puis il y a des oubliés dans le top 75 de l'année 67 de ma part de la dernière fois . sinon je me retrouve complément dans ta liste . j'avais oublié les Troggs avec love is all around , il avait été important pour moi aussi ce groupe , ce titre avait été repris avec succès par le groupe ecossais Wet Wet Wet en 94 dans le film quatre mariages et un enterrement , succès mondial . 63 ... super important le premier album des Beatles please please me après le single en 62 love me do repris par Dick Rivers chez nous . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 24/10/2020

Foxo , du coup tu m'a fais penser à la mienne de grand-mère , j'en rigole encore , ces idoles était Claude François mais surtout Joe Dassin . elle répétait qu'ils étaient propre sur eux , polis , que ces jeunes étaient bien etc.... ce qui n'était pas le cas loin de là . que moi j'écoutais de la musique de sauvages mais mes grands-parents me donnaient de l'argent pour m'acheter des disques de drogués quand même . mes grands-parents aimaient aussi Adamo , ça tombait bien , moi aussi . ah ! les souvenirs c'est très important . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 24/10/2020

Conflit de générations classique, je n'ai pas eu la joie de connaître mes grands-parents (décédés ou...cachés, c'est une constante dans la famille) mais je pense que la "marche" séparant Damia, Fréhel ou Mayol des Rolling Stones ou des Pink Floyd était beaucoup plus haute que pour nos parents : Aznavour avait chanté un twist (Alleluia) tout comme Dalida, et Bécaud préfigurait notre musique.
Et que celle (la marche) qui sépare notre génération de la suivante, ceux nés dans les années 70/80, car beaucoup des "nôtres" étaient encore là.
Amicalement

Écrit par : Cica pour Jean | 24/10/2020

Période charnière pour ce qui me concerne. Tout d'abord je priorisais l'écoute de Minimax à SLC, mais surtout l'impact pour moi a été la sortie de Sergent Pepper des Beatles. Cet album je l'avais acheté parce que c'était les Beatles, mais je ne l'aimais pas (attention je parle à l'époque) La sortie d'albums "concept" où l'on incluait une orchestration symphonique me déroutait totalement, même chose pour les Kinks avec Village Green et d'autre "anciens groupes" qui suivaient la même démarche.
Ce qui me plaisait en 67 c'était toujours les groupes (Batterie/Guitares/Basse) tels les Who avec Happy Jack et Picture of Lily, les Smoke. mais surtout voir l'émergence de nouvelles pointures tels Jimi Hendrix, les Pink-Floyd, et surtout les Cream, ma nlle tasse de thé.
Coté français, j'aimais bien Françoise Hardy avec sa jeunesse qui foutait le camp et ses ronds dans l'eau, également Jacqueline Taieb particulierement avec une face B "on roule à 160".

Écrit par : Marc | 24/10/2020

Le nombre de chanteurs interdits à "la télé du Général"... ! De Boris Vian à Brassens en passant par Polnareff (!) et donc Sardou. Ce dernier était même au départ interdit à salut les copains, il a fallu attendre 1970 pour qu'ils daignent enfin le classer. Obligés qu'ils étaient avec le single "les bals populaires / et mourir de plaisir". Mais zappés les sept 45 tours sortis depuis 1965. Dont "petit" que j'ai découvert via... un juke-box !!!
Grégory chantait "de l'autre côté du pont" mais beaucoup plus tard, en 1971.
Dis bien à ta grand-mère de ne pas jeter ses disques. Dedans peuvent se trouver des trésors !

Écrit par : Cica pour Foxo | 24/10/2020

Patrick , je suis bien d'accord avec toi , c'était un changement radical . en plus mes grands-parents du côté de ma mère ( mes préférés ) , vivaient avant en caserne , il était gendarme alors les cheveux qui s'allongeait et leurs braillements ce n'était pas leur truc . à chaque fête je demandais des disques et comme j'étais leur unique petit fils , ils me gâtaient sans problème . je me rappelle en particulier le disque que j'avais voulu ce jour là les Beatles , l'album Rubber soul qui venait de sortir . une fois acheté chez le disquaire , mon grand-père a tiqué , il voyait 4 drogués un peu déformés sur la pochette ( avec le recul c'était pourtant vrai ) , moi j'ai adoré la photo bien sur . un bon point pour moi ma grand-mère avait aimé la chanson Michelle ( moi aussi ) et puis elle trouvait quand même qu'il était mignon le fameux Paul . amitiés . Jean

Écrit par : jean | 24/10/2020

J'ai l'impression que l'année de nos 15 ans nous marque musicalement plus que les autres, comme le chantait Delpech. Ainsi la période septembre 65/août 66 est pour moi un super ancrage...
J'évoquais François mon ami de lycée. C'est le seul qui est venu chez moi, tant j'avais honte du taudis où j'habitais. Je l'avais invité pour mes 15 ans justement, le 30 janvier 66, il m'a offert "ne t'y risques pas" de Noel Deschamps, un de mes chouchous avec Ronnie Bird.
D'accord avec le jeune (!) Renaud, 62/68 super période musicale qu'on ne retrouvera plus. J'avais espéré à l'été 71 avec de belles personnalités (Marie, Galil, Palaprat, Montagné) mais finalement non. 73 aura un son très spécial, toutes les chansons se ressembleront, et 74 verra le début du disco. Ceux qui sont nés entre 1940 et 1960 auront été chanceux !

Écrit par : Cica pour Renaud | 24/10/2020

On achetait tous le dernier Beatles, dès qu'il sortait, même si on ne l'aimait pas. Moi c'était "revolver" qui m'avait dérouté, après un "rubber soul" sublime. Le Sergent Poivre faisait partie de ces albums qu'il fallait écouter plusieurs fois pour l'apprécier pleinement. Et je n'étais pas contre cette partie symphonique qui marquera 67. Comme la musique planante avec les Stones, les Floyd ou les syn (indicatif du hit parade de France Inter).
Amitiés

Écrit par : Cica pour Marc | 24/10/2020

Je fais un peu de rangement dans ma chambre (j’ai d’ailleurs trouvé des classements de radio des années 60-70-80 et des magazines « Podium » que je recherchais), je devrais probablement tomber sur des disques. Je ne jetterai rien!

Écrit par : Foxo | 24/10/2020

Cica : Alors, parmi les titres à succès de 1967 qui ne font pas partie de la liste des meilleures ventes de disques de l'année publiée dans le livre de Fabrice Ferment et le Syndicat National de l'Edition Phonographique "40 ans de tubes" publié aux éditions Larivière en 2001, je pense aussi au 45 tours de France Gall "Bébé requin", le dernier à bien se vendre pour elle avant une très longue période de manque de succès, qui ne sera stoppée qu'en 1974 avec "La déclaration d'amour", titre écrit et composé par Michel Berger.

Sur le 45 tours de "Bébé requin" figurait aussi "Teenie Weenie Boppie", écrit et composé par Serge Gainsbourg, mais ce n'est pas ce titre, osé pour l'époque, car il évoque le LSD et ses conséquences, qui a eu la faveur des radios et du public, mais "Bébé requin" effectivement, écrit par Jean-Michel Rivat et Frank Thomas et composé par Joe Dassin, et placée à la première place de la face B du 45 tours, alors que "Teenie Weenie Boppie" se trouvait en première place de la face A !

Je pense aussi au très beau 45 tours de Françoise Hardy avec en face A "Voilà" et le très beau "Au fond du rêve doré" et en face B "Qui peut dire ?" et "Les petits garçons", un de ses meilleurs 45 tours des années 60 selon moi, celui que je préfère parmi ceux d'elle que je possède.

La même année, paraîtra sa version de "Des ronds dans l'eau", chanson créée par Nicole Croisille et Annie Girardot dans le film "Vivre pour vivre" de Claude Lelouch, écrite par Pierre Barouh et composée par Raymond Le Sénéchal.

Voici la liste des meilleures ventes de 45 tours en France en 1967, publiée dans le livre de Fabrice Ferment et le Syndicat de l'Edition Phonographique "40 ans de tubes" aux éditions Larivière en 2001.

Succès internationaux : Procol Harum "A whiter shade of pale" (Que j'ai connu en 1993 sur une compilation "Sous les pavés... la plage Les tubes de Mai 1968", en partenariat avec Le Nouvel Observateur, Scott Mc Kenzie "San Francisco" (Reprise dans la B.O. de "Forrest Gump" de Robert Zemeckis, The Beatles "All you need is love" (Titre que j'aime moyennement), et "Hello, goodbye" (Que j'apprécie bien plus et dont je possède le 45 tours, acheté volontairement dans un vide-greniers), The Box Tops "The letter" (Idem connu sur cette compilation "Sous les pavés, la plage"), Flower Pot Men "Let's go to San Francisco", Bee Gees "Massachussetts" (Titre que je trouve bien plus supportable que leurs tubes des années 70 comme "Staying alive" et "How deep is your love", du film "Saturday night fever", par exemple), The Moody Blues "Nights in white satin", chanté en français par une certaine Patricia, qui travaillait avec Michel Berger à l'époque, sous le titre "Mes rêves de satin", également chantée en français en 1982 par Marie Laforêt sous le titre "Blanches nuits de satin", et enfin David Mc Williams "The days of Pearly Spencer" (Titre que j'ai également découvert sur cette compilation "Sous les pavés... la plage").

Parmi les succès en français de l'année : Petula Clark "C'est ma chanson" (This is my song), du film "La comtesse de Hong-Kong" de Charlie Chaplin, et "La dernière valse", adaptation française écrite par Hubert Ithier de "The last waltz" d'Engelbert Humperdinck, qu'elle partage avec Mireille Mathieu, Adamo connaît deux tubes avec "Inch'Allah" et "Une larme aux nuages" et deux succès avec "Notre roman" et "L'amour te ressemble".

Michel Polnareff sort "Ta-ta-ta-ta" et surtout le magnifique "Âme câline", pour moi, à jamais sa plus belle chanson. Mireille Mathieu connaît plusieurs succès avec "Quand tu t'en iras", "Ce soir, ils vont s'aimer", "Nous on s'aimera", "Adieu à la nuit" et surtout avec sa version de "La dernière valse", déjà citée.

Sylvie Vartan connaît deux gros tubes avec "Deux minutes trente-cinq de bonheur" sur lequel Carlos l'accompagne, alors qu'il n'est que son secrétaire et n'a pas encore sorti de disques lui-même, et avec "Comme un garçon" (Idée que Mylène Farmer, dont j'ai écouté il y a une heure et deux heures les 45 tours de "Ainsi soit je..." et de "Pourvu qu'elles soient douces", lui piquera en 1987 pour son célèbre "Sans contrefaçon").

Pour Sheila, l'année 1967 est faste, avec trois gros tubes : "La famille", "Adios amor" et "Le kilt (Un sou, c'est un sou)". A noter que ce dernier 45 tours que je possède, est le premier de Sheila produit par Claude Carrère sur son propre label Disques Carrère. Jusqu'à présent, depuis son premier 45 tours 4 titres sorti le 13 novembre 1962, tous les 45 tours de Sheila avaient été produits par Claude Carrère et Jacques Plait (Jusqu'en 1965), puis par Claude Carrère seul, en production indépendante, mais sous l'étiquette Philips.

De 1967 à 1971, Claude Carrère prendra en mains la carrière de Sheila, en produisant ses disques sur son propre label, mais plus qu'en distribution chez Philips. Puis, ensuite de 1971 à 1983, en produisant ses disques sur son propre label (Disques Carrère, puis Carrère) mais aussi en les distribuant, et ce jusqu'au jour où, alors qu'elle a rencontré l'auteur-compositeur-interprète Yves Martin grâce auquel son répertoire va changer elle se rend compte que Claude Carrère l'a dupée, et elle va signer son propre label avec Yves Martin : New Era 83, mais toujours en distribution chez Carrère. Son contrat avec Carrère sera rompu par ce dernier en fin d'année 1985, après le succès mitigé de sa première salle parisienne : Le Zénith 85, au sujet duquel Paul Wermus dira dans "Le quotidien de Paris" : "Y'a-t'il un spectateur dans la salle ?", alors que le spectacle a tenu un mois à l'affiche, puis du 45 tours "Chanteur de funky".

Mais je m'égare... Comme à chaque fois que je suis lancé sur Sheila. Alors, oui, sur ce 45 tours où il y a "Le kilt", il y a aussi un autre succès de Sheila "Dans une heure", composé par Eric Charden, et "Oh ! Mon Dieu ! Qu'elle est mignonne !", titre que j'aime bien, mais qui est pourtant l'adaptation volontairement rigolote, écrite par Georges Aber et Claude Carrère, du titre triste et lent "Funeral de um lavrador" de Chico Buarque De Hollanda.

Parmi les autres tubes français de 1967 : Sandie Shaw "Un tout petit pantin", version française, écrite par Pierre Delanoë, de son titre vainqueur à l'Eurovision cette année-là, pour le Royaume-Uni,"Puppet on a string". En 1967, la France, à l'Eurovision, était représentée par la chanteuse Noëlle Cordier avec le titre "Il doit faire beau là-bas". Elle aura, en 1975, un tube en duo avec Alain Barrière (Qui lui avait représenté la France à l'Eurovision en 1963 avec "Elle était si jolie"), avec le titre "Tu t'en vas"), Les Sunlights avec "Ne joue pas au soldat" et surtout leur reprise de la chanson triste, réaliste de Berthe Sylva, "Les roses blanches". Enrico Macias connaît deux succès sur le même disque : "Les millionnaires du dimanche" et "Les gens du Nord'.

Nana Mouskouri vend enfin bien un 45 tours, celui comprenant un titre que j'aime beaucoup, "C'est bon la vie", adaptation par Pierre Delanoë de "The 59th street bridge song (Feelin' groovy)" de Paul Simon and Art Garfunkel, titre très pop donc, et preuve qu'elle peut tout chanter avec toujours la même douceur et chaleur dans la voix, la face B du disque comprend "Adieu Angelina", la très bonne adaptation écrite par Pierre Delanoë et Hugues Aufray de "Farewell Angelina" de Bob Dylan (Egalement chantée par Joan Baez), et Bob Dylan félicitera lui-même Nana Mouskouri pour la qualité de ses interprétations de ses chansons.

Johnny Hallyday chante lui, "Amour d'été", version française de "Love me tender" d'Elvis Presley, titre déjà chanté en français deux ans plus tôt par Annie Philippe, sous le titre "Une rose", puis, sa période "hippie" se dessine, car riposter à Antoine dans "Cheveux longs et idées courtes", car celui-ci parlait de le mettre "en cage à Medrano" dans ses "Elucubrations" ne lui a pas porté chance en 1966, malgré "Noir c'est noir" en fin d'année, ses ventes de disques baissent, il devient père de David mais tente de se suicider, mais est sauvé à l'hôpital Lariboisière, en 1967, il devient donc "hippie", en chantant, en plus d'"Amour d'été", "San Francisco", version française de "San Francisco" de Scott Mc Kenzie suscitée. Richard Anthony sort sa plus belle chanson "Aranjuez, mon amour", adaptation écrite par Guy Bontempelli du "Concerto d'Aranjuez" de Joaquin Rodrigo, j'aime beaucoup ce titre aussi.

Claude François connaît deux grands tubes avec "Mais quand le matin", dont la musique est signée d'Eric Charden, et sur ce 45 tours figure "Hip hip hip hourrah", titre osé et signé Serge Gainsbourg, puis sort "Comme d'habitude" en fin d'année, le premier disque sur son label Flèche, qui n'est pas une grosse vente au départ par lui, mais le deviendra au fil des années, tout comme cela deviendra un standard international sous le titre "My way" chanté par Frank Sinatra. "Comme d'habitude", chanson inspirée par sa relation avec France Gall, qui prend fin cette année-là ou par son aventure avec Annie Philippe, les opinions divergent sur ce point selon les sources.

Les Charlots, anciens musiciens d'Antoine, sous le nom des Problèmes, obtiennent leur premier tube avec "Paulette, la reine des paupiettes", titre que j'adore, comme j'adore Les Charlots, voilà des artistes, qui, selon moi, ont été un peu remplacés par Les Inconnus à la fin des années 80, mais qui faisaient dans une chanson humoristique et parodique qui nous manque terriblement aujourd'hui.

Eric Charden ne fait pas que composer pour les autres et connaît son premier tube personnel en 1967 également avec "Le monde est gris, le monde est bleu" dont le texte est de Monty.

Enfin, un an après "Les jolies colonies de vacances", Pierre Perret revient avec un nouveau succès "Tonton Cristobal".

Cica : Dick Rivers a sorti "Tu n'es plus là" en 1963. Donc pas de problèmes pour ma chanson, car je crois que la règle veut qu'on n'ait pas le droit de prendre un même titre pour deux chansons différentes sortant au même moment.

Petite anecdote personnelle, concernant une cassette que je suis en train de faire où il y a ces deux titres. Félix Gray a connu son premier tube personnel "La gitane (Ma tête tourne...)" en début d'année 1988 au moment où Florent Pagny connaissait le sien avec "N'importe quoi". Quand j'étais petit, je confondais souvent ces deux chansons pour la bonne raison que Félix Gray ne chante jamais le titre de sa chanson dans sa chanson, il ne chante jamais "La gitane" dans les paroles, raison pour laquelle est ajouté "Ma tête tourne", car le refrain fait "Ma tête tourne, ma tête claque, à coups de tambour qui éclate, un fou qui fait n'importe quoi, qu'elle ne soit rien que pour moi, pour qu'elle m'aime je ferais n'importe quoi", la répétition des deux "N'importe quoi" dans le refrain faisait que je la confondais avec celle de Florent Pagny !


Je connais plusieurs titres de chansons identiques mais pour des chansons différentes et par des interprètes différents. Par exemple, "Ce matin" par Catherine Ferry en 1986 (Face B de son 45 tours "Quelqu'un quelque part"), "Ce matin" par Axelle Red en 1999, "Loin d'ici" par Martin Circus en 1975 (Face B de "Marylène") et "Loin d'ici" par Jeanne Mas en 1987 (Face B de son 45 tours en public "La bête libre"), "Dernière fois" par Jakie Quartz en 1983 (Face B de son 45 tours "Mise au point"), et "Dernière fois" par Emmanuelle (L'interprète de "Premier baiser" en 1986), (Face B de son 45 tours "Poupée de bois" sorti en 1990), "America" par Danyel Gérard (Version française de "America" de la comédie musicale et du film "West Side Story") en 1963 et "America" par une certaine... Daphnièle en 2004 (Une catastrophe naturelle sur les attentats du World Trade Center, dont j'ai déjà parlé ici en 2017, une chanteuse de très grand talent découverte sur Bide et Musique !), "Africa" par Toto en 1982 et "Africa" par Rose Laurens la même année ! (Bon l'une est en anglais, l'autre en français, quoique Rose Laurens ait publié une version anglaise de son tube "Africa voodoo master"), et enfin pour terminer, "Le Bon Dieu" par Dorothée en 1984, et "Le Bon Dieu" par... Chantal Goya en 1987 !

(Et non, malgré le public visé identique et une prétendue rivalité entre ces deux chanteuses, ce n'est pas la même chanson, mais c'est amusant de voir comment chacune d'entre elles parle du même thème. Dorothée c'est Le Bon Dieu, version créationniste, créateur du monde, mais d'abord des mers des montagnes, des rivières, des fleurs, des forêts, des animaux, puis, en dernier lieu, de l'homme qui lui donne bien des soucis, et Chantal Goya dit que Le Bon Dieu nous a créé de toutes les couleurs, et appelle à la tolérance.

Dorothée a même fait le prodige de sortir des chansons aux titres quasi identiques : "La valise" en 1982 et "Ma valise" en 1986, et même identiques : "L'étranger" en 1988 et "L'étranger" en 1996, et ce sont bien des chansons différentes.

Voilà. Excuse-moi pour mon long commentaire sur les tubes de 1967 et les chansons différentes aux mêmes titres.

Écrit par : Hug | 25/10/2020

Hug , j'avais fait un petit carnet où j'avais noté les chansons qui avaient les mêmes titres , d'ailleurs tu en cites , c'est vrai qu'il y en a pas mal , que je ne retrouve pas pour l'instant . par contre j'ai et j'aime une chanson de Michel Delpech , qui chantait en 84 avec le même titre , la chanson loin d'ici , qui est belle à mon avis . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 25/10/2020

Hug , comme j'aime beaucoup Simon and Garfunkel , je te signale que Nana Mouskouri avait aussi repris de Simon and Garfunkel la magnifique chanson bridge over troubled water sous le titre comme un pont sur l'eau . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 25/10/2020

Merci pour ton long commentaire. Que je tempèrerai un peu car, déjà, les ventes de disques n'étaient pas trop représentatifs du goût des jeunes, vu leur prix élevé. Un 45 tours valait 10 francs, soit 4h30 de smig !
https://www.ipp.eu/baremes-ipp/marche-du-travail/salaire_minimum/smig/
Mes parents payaient 30 francs de loyer (3 disques donc), une place de cinéma coûtait entre 2 et 4 francs, un ticket de métro 37 centimes.
Donc ce classement de ventes de disques est, avant l'arrivée de la FNAC et des hypermarchés (en gros 1970), le classement des classes aisées. Mon "truc" à moi était de me les acheter d'occasion, au moins un an après leur sortie. J'avais une bonne adresse rue de l'odéon, près de chez moi, ou alors aux puces.
Donc, même si on savait que c'était plus ou moins truqué, notre "argus" à nous était le hit SLC.

Mais bon. En admettant que ça soit un tant soit peu représentatif, je me méfie désormais des chiffres de Ferment, qui étaient pourtant ma bible il y a encore 4 ans. Je me suis aperçu que ses
classements changeaient sans arrêt, et si je suis bien obligé de m"y référer pour les années avant 1963, je les prends avec des pincettes. J'attends les classements d'Eric
http://chartssinglestop40france.blogspot.com/2015/12/4-janvier-1970.html
qui ont au moins le mérite de ne pas bouger !
amitiés

Écrit par : Cica pour Hug | 25/10/2020

Hug, Claude lui-même a raconté que ce fut à l’issue (bon, un peu après, mais bon) de sa relation avec France Gall, qu’il a commencé à écrire « Comme d’habitude » (et il lui dédiera aussi « Reste » en 1968, sur son 33 tours « Avec la tête, avec le cœur »).

Écrit par : Foxo | 25/10/2020

Bonsoir! Je n'ai pas beaucoup marché, je n'ai pas aperçu une ferme, un grand gaillard de fermier n'est pas venu me braquer son canon sous le menton mais je suis très, très fatigué... ( cauchemar psychomoteur). La matière ne manque pas, pourtant. Vers la fin de 67, j'eus le plaisir de retrouver Elvis; 3 bons titres se succédèrent, Big boss man, Guitar man et US male. Dans le hit hebdo de slc, les 2 premiers devinrent numéro 1 tandis que le dernier s'arrêta vers la 6e place, il me semble. Naïvement, je croyais que c'était pareil aux USA et au Royaume-Uni! Il me fallut déchanter même s'il y eu un léger frémissement en Angleterre pour les 2 derniers: si Big boss man fut ignoré, non classé, Guitar man atteignit la 19e place et US male monta jusqu'à la 15e. Aux USA, ces 3 titres se classèrent respectivement 38e, 43e et 28e.
Il y eut tant de bonnes choses en 67; côté français Richard se surpassa, avec Fille sauvage, Nous ne sortirons qu'au printemps, Plante un arbre, Aranjuez mon amour ( mentionné par Hug). Il faut croire aux étoiles, Le grand Meaulnes....
Ensuite, il y a tous les autres, déjà cités également; Clo-Clo, la petite Sheila, Ruby tuesday, Les Monkees, etc. Le bébé requin me plaisait beaucoup, le titre de Gainsbourg aussi mais la consommatrice de LSD est tout de même morte dans la nuit, mais il y avait déjà eu la Poupée de cire et Baby pop... Volontairement j'en zappe. De Claude François, Mais quand le matin, oui, de Sheila son Adios amor, repris par Tino Rossi et d'Adamo Inch Allah, Je vous offre, Notre roman... Les Bee Gees, oui, j'ai peut-être encore leurs 33 tours et quelques singles; Clo-Clo leur avait repris un État démocrate, sympa. Et Johnny, que son producteur avait forcé à enregistrer Noir, c'est noir, il n'y a plus d'espoir! Un bon album, pas des plus optimistes, La génération perdue de Long Chris, Je me suis lavé les mains dans une eau sale, Je suis né dans une ville où mon père fut en prison... Si ce n'est pas un début difficile, ça.... San Francisco, If you're going to San Francisco, be sure to wear some flowers in your hair... Ce fut l'année de Light my fire, ou pas et du chefs-d'oeuvre déjà cité des Moody blues, oui, les Sinatra, Distel... Il me faudra vérifier. A bientôt, Cédric

Écrit par : Cédric | 26/10/2020

Foxo, ta grand'mère évoque Comme d'habitude et 2 chansons de Sardou à qui Eddie Barclay, grand manitou de l'époque, avait dit, en résiliant son contrat, qu'il ne serait jamais un interprète valable. Les ricains ne plaisaient pas au Général, qui n'aimait pas trop non plus l'OTAN, ce machin, disait-il. Je relève que beaucoup plus tard Sardou chantera à son tour Comme d'habitude. Petit, j'ai le 45 tours, Les ricains aussi probablement. Mais je ''les'' avais appris, ces ricains; j'avais dû ''les'' entendre à la radio.... Quand une chanson me plaisait, je l'apprenais et il me suffisait de 2 écoutes pour les textes simples. Comme d'habitude, le crooner Paul Anka fut séduit, Frank Sinatra, un autre crooner la chanta ( là, j'avais couru acheter le single) et nous entendîmes My way par divers et prestigieux interprètes. Grégory, c'est la honte, mais je ne connais pas ou j'ai oublié. Je vais réécouter Claude François!
Cordialement Cédric

Écrit par : Cédric | 26/10/2020

Jean, tu as dit l'essentiel:.... La liste est trop longue! Je pense tout à coup à Petula, que je devrais aussi réécouter, à son fabuleux destin. Quand vint Down Town, elle était sur le point d'arrêter la chanson; elle le disait de façon si charmante, ''- je n'avais pas besoin de ça pour vivre!'' et arriva ce fabuleux Down Town qui devint number one aux USA au début de 65, changeant tout car ce ne fut pas One wonder hit pour Petula aux USA! Suivirent I know a place et My love, la même année. En 67, elle retrouva le sommet avec This is my song et Don't sleep in the subway, au moins et entre temps d'autres succès. En France, c'est ma chanson marcha bien aussi... Trop de choses en 67, Donovan, par exemple... Et les Herman's, James Brown, les incroyables Beatles... Amicalement Cédric

Écrit par : Cédric | 26/10/2020

pour prolonger cette année 67 exceptionnelle et pour n'oublier personne enfin presque . il me semble que nous n'avons pas évoqué les Byrds , j'avais bien aimé sa reprise de ( encore ) Bob Dylan my back pages et d'autres mais celle-ci en particulière . les Small Faces ce n'était pas mal encore en 67 avec les titres comme itchycoo park et tin soldier . Tom jones avec i''ll never fall in love again ... plus que parfaite , en prime la voix de Tom Jones , j'aimais aussi Engelbert Humperdinck pour la voix proche de la sienne en plus crooner . Cédric , tu cites bébé requin de France Gall , moi aussi j'aimais bien ce titre , c'était quand même ma préférée ( il faut le reconnaitre) des 4 filles les plus connues des années 60 . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 26/10/2020

Ah! Jean, Tom Jones, je l'ai réécouté il y a quelques jours; 2 cd, 40 titres. Il aurait dû revenir à Montreux, mais voilà, tagada, tagada, et y a plus personne. Il manque un titre que j'aimais, repris par Eddy, J'avoue. Noël Deschamps avait repris, très bien It's not unusual, Je ne fais pas d'histoires. Dalilah, superbe aussi; en RFA, elle avait été la chanson de l'année tandis que Cliff Richard avait eu la 3e place avec ses Congratulations.
Englebert, lui aussi, je l'écoute encore; À man without love, The way it used to be, etc.
Les Byrds, les Small Faces, j'aime beaucoup et j'ai des compilations. Hier, je saute du coq à l'âne, j'ai écouté l'intégrale de Danyel Gérard chez AZ. Sur cd pour me simplifier la vie mais j'ai son 33 tours et ses 45 tours. En 67, Butterfly n'avait même pas été réalisé dans sa première version, Hélas, 3 fois hélas pourtant je crois mais ne suis pas certain que c'est en 67 qu'il sortit Ça fait mal, une chanson en laquelle il croyait, qu'il était venu présenter à Europe1.
A bientôt. Cédric

Écrit par : Cédric | 27/10/2020

Cédric , ta préférée Sheila chantait delilah de Tom Jones sous le titre Dalila mais tu dois bien le savoir . pour Eddy Mitchell pour le EP j'avoue en 65 , il y a autre titre de Tom Jones sur ce disque je n'ai qu'un coeur , reprise de i've got a heart , les deux autres titres sont rien qu'un seul mot ( superbe reprise de satisfaction ) et revoir encore , qui du coup fait de ce disque un super EP . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 27/10/2020

Jean, c’est en 1972 que Sheila la chantera et sous le titre « Samson et Dalila ». Pour l’anecdote, la célèbre série « Les Simpsons » parodiera le titre en « Simpson et Delilah ».

Écrit par : Foxo | 27/10/2020

Jean, merci des précisions. Pour Je n'ai qu'un coeur, superbe, je ne savais pas que c'était adapté de Tom Jones.
Foxo, il y a 2 chansons; Dalila, adaptée de Tom Jones en 1968 ''et Samson et Dalilah, celle que tu évoques, adaptée des Middle of the road, en 1972. N'ayant regardé que très rarement les Simpson, j'ignorais pour la parodie!
Toujours heureux d'apprendre, merci à vous 2, et je me dis qu'il est bien tard. Cédric

Écrit par : Cédric | 28/10/2020

Dalila entrera directement numéro un mars 68, tandis que "Samson et Dalila" ne sera que 5ème (à SLC) sinon 13ème des ventes hebdo en mai 72. son pire score des années 70, en dehors du super-bide oh no no.
amitiés

Écrit par : Cica pour Foxo et Cédric | 28/10/2020

Beaucoup de (bons) titres ont déjà été cités, pour ma part, j'ajouterais "New York Mining disaster 1941 (Bée Gers) et "Le roi des fourmis." (Polnareff.)

Écrit par : Leroy | 28/10/2020

...Bee Gees, bien sûr !

Écrit par : Leroy | 28/10/2020

On pourrait ajouter « Massachusetts » des Bee Gees (repris par...Cloclo sous le titre « La plus belle chose du monde », sur son 45 tours « Comme d’habitude » et son 33 tours du même nom).

Écrit par : Foxo | 28/10/2020

Oui, Foxo. A remarquer que les Bee Gees ont peu été adaptés en Français. A part Claude François, je ne connais qu'une seule autre adaptation, celle de Ronnie Bird pour New-York mining... devenue Mr Brown... Désolé, le titre français m'échappe. Sinon, en anglais, Nina Simone reprit To love somebody. Les Beatles, eux, furent tellement repris et adaptés!
À bientôt. Cédric

Écrit par : Cédric | 30/10/2020

Il y a eu aussi "sir Geoffrey le sauveur" de FR David, sorti en 68 et qui n'a pas eu les honneurs de SLC. Je l'avais acheté pour "fleur de satin", une de ses meilleures chansons.
Amitiés

Écrit par : Cica pour Foxo et Cédric | 30/10/2020

pour New -York mining disaster des Bee Gees que Ronnie Bird avait repris de belle manière , le titre c'était si quelque chose m'arrivait . comme j'aimais beaucoup aussi les Bee Gees et en particulier le titre holiday pour d'excellents souvenirs en plus , j'avais acheté en 68 la reprise de holiday de Michel Didier pour titre c'est une folle idée , qui n'était pas mal non plus . mais il y a d'autres reprises étrangères . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 30/10/2020

Suite Bee Gees . le groupe de rock français les Variations avaient repris en 67 le titre spicks and specks , Elvis Presley , Janis Joplin etc ... mais la plus connue pour une reprise des Bee Gees avait été par le groupe Jefferson Airplane du titre somedody to love , classée numéro 5 aux USA . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 30/10/2020

Suite Bee Gees . le groupe de rock français les Variations avaient repris en 67 le titre spicks and specks , Elvis Presley , Janis Joplin etc ... mais la plus connue pour une reprise des Bee Gees avait été par le groupe Jefferson Airplane du titre somedody to love , classée numéro 5 aux USA . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 30/10/2020

deux fois ... mille excuses , l'internet ne va pas bien aujourd'hui . Jean

Écrit par : jean | 30/10/2020

je crois bien que j'ai confondu pour le Jefferson Airplane ce n'est pas le titre des Bee Gees , bien que ça y ressemble , comme je n'ai pas le disque ni le courage de vérifier . par contre en ce moment j'écoute un vinyle un best of superbe d'Eric Burdon and Animals mais deuxième période plus psychédélique et là il y a bien la version de to love somedody des Bee Gees . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 30/10/2020

Oui, Rendons à Grace Slick ce qui lui appartient puisque c'est elle qui composa sur l'album "Surealistic Pillow", Somebody To Love ( et White Rabbit) deux titres phares du Summer Of Love que fut 1967. JF

Écrit par : Hypothetique | 30/10/2020

C'est vrai ! 1967 a vu sortir "somebody to love" et "to love somebody" !!!

Écrit par : Cica pour Hypothétique | 30/10/2020

J'ai oublié la plus belle ! "somebody to love" des Jefferson Airplane et "to love somebody" des Bee Gees ont été, en 1967, adaptées par le même chanteur français, et sur un même 45 tours :
Herbert Léonard !
"pour un peu d'amour" d'une part et "si j'avais le courage" d'autre part.
Et j'ai le courage de dire, face aux purs et durs qui commentent (beaucoup) cette note que je préfère la version de Léonard à celle des Bee Gees.
Amitiés à tous

Écrit par : Cica pour Jean (et les autres) | 30/10/2020

Jean : Oui, je connais la version française de "Bridge over troubled water" de Simon and Garfunkel chantée par Nana Mouskouri. Elle s'intitule "Comme un pont sur l'eau trouble", elle est écrite par Pierre Delanoë, et c'est une traduction très littérale. Je l'ai connue grâce à Bide et Musique, et je possède le 45 tours, que j'écoute régulièrement. J'adore.

Pour Cica : Oui, les chiffres de Fabrice Ferment sur son site varient, je sais. En ce qui concerne son livre "40 ans de tubes" publié aux éditions Larivière en 2001, il a quand même été aussi fait avec l'appui du SNEP (Syndicat National de l'Edition Phonographique) d'où une certaine source de représentativité un tant soit peu réelle des meilleures ventes de singles entre 1962 et 2000. Mais il y a au moins un oubli, pour l'année 1976 : "Allez les verts" de Monty et les Supporters (En gros, un oubli pas très gênant, du moins, pour moi), mais peut-être y en a-t-il d'autres dans le livre ?

Foxo : Moi aussi, je pensais que Claude François avait écrit "Comme d'habitude" en souvenir de sa relation passée avec France Gall. Cependant, c'est la chanteuse Annie Philippe elle-même qui tient pour acquis dans une interview (Dans la série d'interviews "Ils parlent de" Claude François) que Claude François l'a écrite en pensant plutôt à sa relation sentimentale passée avec elle.

Mais bon, récemment, elle a écrit un livre intitulé "J'aurais pu être la Marquise des anges". Peut-être réinvente-t-elle un peu sa vie ? Concernant Claude François, j'ai appris récemment qu'il aurait fait une proposition très osée à l'animatrice comédienne Sophie Darel (A ne pas confondre avec Sophie Garel), qui animait les émissions "Cadet Rousselle", "Ring Parade", "Système deux" et "Cadence 3" avec Guy Lux dans les années 70 et 80.

Concernant la chanteuse Annie Philippe, elle a fait un clip dans une baignoire "Les versets de l'amour" en 2010 que je vous conseille, un peu la Sabrina ("Boys") de la tournée "Âge tendre et têtes de bois". Enfin, bon, j'aime bien cette chanteuse, dont l'intégrale des titres des années 60 a été réunie dans un superbe double CD L'intégrale sixties C'est la mode chez Magic Records en 1999, que je possède et que je vous conseille. Personnellement, je lui trouve une certaine ressemblance avec l'actrice Lisa Kudrow, l'actrice qui jouait Phoebe dans "Friends". Pas étonnant que Claude François ait craqué pour elle.

Car, elle dit aussi en interview qu'une semaine avant le décès de Claude François, alors qu'elle était divorcée de son premier mari et n'avait pas encore rencontré son second mari le coureur-cycliste Cyrille Guimard, dont elle a divorcé dans les années 2000, elle lui avait rendu une très agréable visite dans son appartement parisien, si vous voyez ce que je veux dire, et que même, il lui aurait montré sa salle de bains avec les appliques murales en zinc au-dessus de la baignoire, et que Claude François aurait fait devant elle le geste qui lui a été fatidique une semaine plus tard, et qu'elle lui aurait dit "Mais t'es fou d'avoir mis ces appliques au-dessus de la baignoire et de faire ce geste !". Elle était peut-être plus intelligente que sa compagne d'alors, Kathalyn Jones, qui a failli y passer aussi le 11 mars 1978 en tentant de sauver Claude François, si elle n'avait pas porté des sabots de bois.



Mais d'Annie Philippe, j'aime beaucoup, hormis "Ticket de quai" (Son principal tube), les titres "Le temps des poupées", "Pour la gloire", et "Le mannequin" entre-autres. Il est aussi intéressant de noter que deux ans avant Johnny Hallyday et "Amour d'été", elle chante une adaptation de "Love me tender" d'Elvis Presley, intitulée "Une rose". A (re) découvrir.

Concernant les chansons avec différents titres et différents interprètes, je pense aussi à "La poupée" une chanson chantée par une certaine Corinne Colbert en 1977, chanson qui faisait partie des chansons présentées à la sélection française pour l'Eurovision en 1977, et "La poupée" par Chantal Goya en 1978, il y a aussi "La petite Charlotte", une chanson dirons-nous "paillarde" et "La petite Charlotte" par Henri Dès en 1979, qui n'est pas du tout du même ordre...

En 1978, paraît en 45 tours "Laisse béton" de Renaud, qui veut dire "Laisse tomber" en verlan, en même temps que "Laisse tomber" de François Valéry.

"Le fantôme" par Georges Brassens en 1966, "Le fantôme" par Henri Dès en 1979, "Le fantôme" par Dorothée (Avec la participation de Jean Stout) en 1984. "Les petits patelins" par Marie-Paule Belle en 1978, " Petits patelins" par Kamini en 2007 (Là, c'est "presque" le même titre), "La parisienne" par Marie-Paule Belle en 1976 (Chef d'oeuvre), "La parisienne" par Christophe Maé en 2016 (Chef d'oeuvre ?).

"Maman" par Roméo en 1973, par Dorothée en 1986, par Pierpoljak en 2001, par Louane en 2015.

Mais le pire cas de plagiat de titre de chanson, c'est "Flash" par Jeanne Mas en 1985 et par Stéphanie (De Monaco) en 1986. Quand je dis "pire", c'est parce que hormis qu'il s'agisse de deux chansons et de deux chanteuses différentes et d'un même titre de chanson à une année d'intervalle, il y a un compositeur en commun pour les deux chansons.

"Flash" de Jeanne Mas (Sorti sur son premier album en 1985) est écrit par elle-même, et composé par Piero et Massimo Calabrese, mais surtout par Romano Musumarra.

"Flash" de Stéphanie (De Monaco) (Sorti sur son premier album "Besoin" en 1986, dont elle fut le deuxième extrait single, mais dont le 45 tours est sorti en même temps que l'album, le premier single extrait de cet album étant bien sûr, l'inévitable tube "Ouragan" sorti en single éclaireur de l'album en février 1986, pour les 21 ans de la princesse, qui était alors majeure (A Monaco, la majorité est toujours fixée à 21 ans), alors que l'album "Besoin" et le second single de la princesse "Flash" (Qui se trouve aussi en version longue sur l'album) sont sortis en même temps, en octobre 1986) est écrit par l'auteur Michel Jouveaux et composé par Roberto Zanelli, mais le compositeur en commun aux deux chansons est bien sûr Romano Musumarra, le même qui était au départ le compositeur attitré de Jeanne Mas, pour qui il avait composé au départ "Ouragan" qu'elle a refusé parce qu'elle trouvait que cela ressemblait trop à "Johnny, Johnny" qu'il avait déjà composé pour elle.

Concernant "Flash", j'ai même découvert sur Bide et Musique, une chanson également intitulée "Flash", chantée par une chanteuse nommée Fanny Forest, écrite et composée par un certain Philippe Boyer, déposée (D'après le fils de la chanteuse) bien avant 1986 à la Sacem, mais sortie sur le label Taxi Music en 1986, soit la même année que le titre à succès de Stéphanie de Monaco, ce qui a valu à la chanteuse Fanny Forest d'être menacée de procès, et a fait que le petit label où son disque est sorti a dû en limiter très strictement la sortie (Alors que le disque de Stéphanie De Monaco était sorti chez Julisa (Le label appartenant à Yves Roze, alias le chanteur Jean-François Michael, oui celui d'"Adieu jolie Candy" en 1969) en co-production avec Carrère, le label appartenant à l'impitoyable Claude Carrère, ancien producteur de Sheila, et de toutes les chanteuses ayant eu, comme par hasard, des problèmes d'argent avec lui, comme Julie Pietri à un moment donné, ou Linda De Suza qui a été spoliée...

Écrit par : Hug | 30/10/2020

Hug , il y a aussi le fantôme de Monty en 67 sur son EP où il y a son superbe tube rêves d'enfant que j'adore . pour Annie Philippe c'est vrai que depuis un bon moment elle raconte beaucoup d'histoires et comme c'est invérifiable ... personnellement j'ai toujours entendu et lu que c'était pour France Gall , à aucun moment pour Annie Philippe . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 30/10/2020

Y’me semble qu’un certain chanteur commençant par C et finit par laude François a chanté « Mes rêves d’enfant » en duo avec Monty dans un « Palmarès des chansons » spécialement dédié à C...laude François.

Écrit par : Foxo | 30/10/2020

pour mettre un peu plus de confusion il y a aussi le groupe Queen qui a pour titre somedody to love en 76 mais qui n'a rien à voir . Patrick , je savais bien qu'un chanteur français avait repris les Bee Gees mais pas moyen de trouver Herbert Léonard . pour to love somedody personnellement je préfère les Bee Gees mais j'avoue que ce titre n'est pas ma préférées des Bee Gees . par contre dans ma collection des années 80 , j'ai le disque to love somedody par Jimmy Somerville que j'aime bien , un brin reggae qui ne me déplait pas du tout , bien au contraire . j'ai adoré sa version du titre comment te dire adieu bref j'aime le chanteur mais je m'éloigne de l'année 67 mille excuses ! amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 30/10/2020

Foxo , tu as raison , je l'avais vu à l'époque et revu par la suite . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 30/10/2020

C’est Noël! (Bien que pour moi, qui suis musulman, je ne le fête pas)

Écrit par : Foxo | 31/10/2020

Jean : Ah oui, j'avais oublié "Le fantôme" de Monty. Je connais pourtant cette chanson, que je possède sur le 45 tours de "Rêves d'enfant". Je l'ai d'ailleurs écouté cet été, au mois d'août, quand je dormais encore dans le salon de mes parents, suite à cette chute à vélo. A ce propos, je vous rassure, grâce à la kiné, ma cheville est totalement remise, il y a juste le bras gauche que je dois encore travailler. Je dors à nouveau dans ma chambre chez mes parents, ma chambre qui a été remise à neuf, tapissée pendant ma convalescence. Par-contre, j'ai repris le sport en salle de gym la semaine dernière, et ça, c'est un peu gênant, vu qu'on est à nouveau en confinement et que la salle de sport est à nouveau fermée depuis jeudi soir dernier 22 h 00, et pendant un mois.

Mais bon, j'ai toujours un programme de deux séances de sport, et en mars, lorsqu'elle avait été fermée pour la première fois cause confinement, j'avais été mis sur le fait accompli le samedi soir, en m'y rendant alors qu'elle était déjà fermée, pour finir un de mes deux programmes, ce que je n'avais, bien évidemment, pas pu faire. Alors, cette semaine, pour ne pas réitérer cette erreur, j'y suis allé mercredi soir faire ma première séance en entier et jeudi soir faire ma seconde séance en entier. Comme cela, je ne pars pas en confinement pour un mois en étant frustré de ce côté-là comme en mars.

Par-contre, je ne suis pas sûr de reprendre le vélo pendant ce mois pour compenser l'activité physique que je ne pourrais pas faire en salle de sport d'ici là.

Écrit par : Hug | 31/10/2020

Mes enfants, je suis au regret de vous dire que vos derniers coms sont totalement hors sujet, qui est, je le rappelle, l'année musicale 1967. Pas de dispersion, groupiiiir !

Écrit par : Cica pour Foxo et Hug | 31/10/2020

Je vas me reprendre,

1967, c’est aussi la création du label Flèche par Cloclo

Écrit par : Foxo | 31/10/2020

Bien !
Effectivement le label Flèche a été créé par Cloclo en 1967 à la suite de son départ de chez Philips. Premier disque sous ce label (avec 3 titres) "comme d'habitude", dont personne n'aurait osé penser à l'époque qu'elle serait "la" chanson de la seconde moitié du XXème siècle au niveau mondial.

Écrit par : Cica pour Foxo | 31/10/2020

D’ailleurs, Cloclo voulait la mettre en face B, tellement il n’y croyait pas.

Sur la soixantaine d’artistes produits par Cloclo, seuls : Claude François, Patrick Topaloff, Alain Chamfort, Lilianne Saint-Pierre et Laurent Vergez ont vendu quèqu’chose. Soit moins de 10% des artistes.

Françoise Hardy a failli signer chez Flèche.

Revenons à l’année 1967 : Si je vous dis : « Premier album de Pink Floyd », vous répondez? Eh bien...cela date de 1967! (Je ne sais pas si vous le saviez déjà, mais je le dis quand même.

Écrit par : Foxo | 31/10/2020

Claude n’a quitté Philips qu’en 1977. (Simple précision).

Erratum : Les Claudettes (Oui, c’est « Clau », car ce sont les danseuses de Claude François) ont vendu un petit quèqu’chose. Ce qui fait 10%.

Écrit par : Foxo | 31/10/2020

Il y a un chanteur dans cette année 1967 que cite Patrick dans l'introduction de cette note que je souhaite développer c'est Erick Saint-Laurent, hélas complétement oublié aujourd'hui; il s'était fait connaître en 1966 avec sa version française d'Eleonor Rigby des Beatles, en 1967 il avait enregistré plusieurs adaptations plutôt bien réussie comme " vendredi m'obsède " (friday on my mind), " j'ai cru à mon rêve" (I'am a believer), " je devine la vérité" (I got the feelin') et " c'est devenu un homme" adaptation de "she's leaving home" des Beatles, sans pour autant faire de grosses ventes ces titres passaient dans l'émission salut les copains. Erick Saint-Laurent se situait dans la mouvance d'un rock français dont la figure la plus connue à l'époque était Ronnie Bird, à noter qu'il avait également dans son répertoire des compositions originales comme " le temps d'y penser " (Monty-P.Saka), " la route" (J.P.Bourtayre), " les portes claquent" (J.Renard-P.Saka) , "Central Park" (E.Saint-Laurent- P.Saka) ou "je préfère chanter" (Monty-J.Renard-P.Saka). C'est grâce aux éditions Juke Box Magazine que ses chansons ont pu être rééditées dans une compilation 33 tours vinyle puis en CD. Amitiés à tous, Renaud.

Écrit par : Renaud | 01/11/2020

Renaud , oui pour Juke Box Magazine , j'ai beaucoup de disques de chez eux pour ne pas abimer mes originaux dont de ce chanteur . par contre manque sur cette réédition les feuilles mortes de J. Prévert et J. Kosma de son très rare premier EP . le magazine Juke Box Magazine à l'heure actuelle nous manque . par contre , j'ai deux amis qui venaient justement de reprendre leurs abonnements annuels , personne ne leur a dit que c'était bientôt fini et bien sur personne n'a rembourser ... au moins dire qu'ils étaient en difficulté . plus de conventions de disques à Paris qu'ils organisaient fort bien , où venait beaucoup de vendeurs et d'anciennes vedettes dont Erick Saint-Laurent que je voyais souvent d'ailleurs à cette occasion , il était sympa . Amicalement . Jean

Écrit par : jean | 01/11/2020

Foxo : Oui, je crois qu'elles "se cachaient" derrière le groupe "Banzaï" en 1975.

Écrit par : Leroy | 01/11/2020

Jean, c'est vrai sur l'album 33 tours compilation édité par Juke Box Magazine intitulé " vendredi m'obsède " il manque "les feuilles mortes", comme j'ai acheté également à la fois le 33 tours vinyle et le CD compilation intitulé "le temps d'y penser " sorti plusieurs années plus tard, bizarrement ce titre apparaît sur le CD avec d'autres chansons comme "il a réussi VIP", " le canard ", " un nuage passe "...comprenant il est vrai 24 titres au lieu de 16 sur l'album vinyle. Tu as quand même eu la chance de le croiser aux conventions disques à Paris, je me demande ce qu'il est devenu, finalement Erick Saint-Laurent a connu un peu le même itinéraire que Noël Deschamps et Ronnie Bird pourtant artistes doués, plein de talent qui n'ont pas eu selon moi la reconnaissance du public et des médias qu'ils méritaient. Amitiés, Renaud.

Écrit par : Renaud | 01/11/2020

Renaud , après la chanson , il avait travaillé dans la mode . l'année dernière , j'ai un ami qu'il l'avait rencontré à Paris , il était avec l'ancien chanteur Moustique entrain de discuter , il habite toujours à Paris . sinon pour les conventions de disques à Paris , beaucoup d'ex chanteurs venaient aussi pour discuter où étaient invité , cela leur faisait plaisir de parler de leurs disques . j'ai un ami qui faisait des foires aux disques , pour sa première foire il avait invité Noel Deschamps et Moustique justement , les deux très sympa . il faut dire que ces deux là étaient issu de milieu modeste tandis que Ronnie Bird venait des beaux quartiers . par contre Noel Deschamps était vraiment bon sur scène , beaucoup moins Ronnie Bird . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 01/11/2020

1967 fut, pour moi, une d’année charnière.

Dans les années précédentes beaucoup de filles se prénommaient Brigitte « Eh les copains Brigitte m’a dit qu’elle m’aimait » oui dans mes rêves !!! et cette année là comme le chantait Monty il fallait laisser un peu ses rêves d’enfants et la chambre bleu où j’ai grandi puisque j’avais été comme vous bercé au rythme de SLC et puis aussi d’une autre émission qui s’appelait « Dans le Vent »
1967 je sentais qu’il fallait découvrir des horizons nouveaux. Un Voyage en Vélo avec un copain qui était fan d’Antoine « Je Reprends la Route Demain » (Vélo Peugeot, tente trigano qui pesait une tonne et sac Lafuma mes premiers vrais achats avec qqs sous gagnés en vendant des aquarelles) Et déjà ce temps qui passe, qui nous échappe et Fugain qui chantait « Je n’aurai pas le temp ».

Fin 1966 au lycée j’avais découvert le magasine Rock et Folk (j’espère que ce n’est pas un gros mot !) : le numéro 1 avec Polnareff en couverture, ses baskets noires avec des lacets jaunes les mêmes que sur la pochette de Sous Quelle étoile suis-je né...?
Cette année 1967 il sortira rien que trois EP :Tatatata (pas ma préférée ), Ame Câline et Mes Regrets.
Un matin en jardinant j’ai entendu pour la premiere fois A Day in the Life des Beatles. Une grande claque musicale pour un plutôt fan des Stones. Mais Ruby Tuesday, c’est aussi paru en 67 comme She’s a Rainbow et puis Waterloo Sunset des Kinks.

L’année suivante en changeant d’ondes je découvrirai et Le Pop Club de José Arthur (« 24 heures sur 24 / La vie serait bien dure / S’il n’y avait pas le pop club / Avec José Artur… » générique chanté par lesParisiennes ) et changement radical Campus de Michel Lancelot.. ;

Pour finir, comme nous sommes en période de confinement et qu’il y a du temps devant soi je vous conseille ( replay jusqu’au 7 novembre) les deux excellentes émissions qui sont passées sur Arte il y a un mois : Laurel Canyon La légende Pop d’hollywood (1 &2) On y retouve les Byrds et la guitare magique de Roger Mac Guinn qui sonne comme des clochettes, Gram Parson, les Mamas et les Papas, les Monkees , Buffalo Springsteen Nash ‘ex Hollies, David Crosby ex Byrds, Stills juste avant Crosby Still Nash . c’est ici : https://www.arte.tv/fr/videos/098138-001-A/laurel-canyon-la-legende-pop-rock-d-hollywood-1-2/

En 1967, je venais de découvrirert mon amérique à moi et Neil Young (ex Buffalo Springfield) que je suivrai depuis cette date avec sa cinquantaine d’albums au compteur (Trois album publiés en2019/2020 )

Bonne journée à tous .JF

Écrit par : Hypothetique | 02/11/2020

1967, c’est aussi la réédition du 45 tours « J’attendrai » de Claude François. Je ne détaillerai pas la raison de cette réédition sous peine d’être hors-sujet.

C’est aussi « Toute la vie », « N’est-ce pas étrange? », « Car...tout le monde a besoin d’amour », « Qu’est-ce tu deviens? », « À la campagne » et « Il faut compter encore ». Pour l’anectod

Écrit par : Foxo | 02/11/2020

anecdote (désolé, j’ai eu un problème), Claude devait introduire ces deux chansons dans son disque, MAIS, il avait soumis les 6 chansons à SLC. Les gens ont du majoritairement voter pour les 4 premières cités, au vu du track-listing.

Écrit par : Foxo | 02/11/2020

Hypothetique , je me retrouve dans ton commentaire , j'ai suivi aussi cette évolution dans les radios avec intérêt Dans le vent et Campus , créée par François Jouffa , je n'oublie pas non plus avant , Minimax du président Rosko . Rock&Folk que je cite toujours ici , qui m'avait tant influencé dans le choix de mes disques , que je lis encore chaque mois . le choc en 67 de la parution Sgt Pepper's lonely hearts club band , celle qui m'avait plu le plus c'était she's leaving home à cette époque . Neil Young j'aime surtout Harvest de 72 et Comes a time de 78 que j'avais acheté mais je connais pas mal d'albums de lui car j'ai un ami qui me met soit Neil Young où Bruce Springsteen quand je vais chez lui . d'ailleurs en passant le dernier Bruce Springsteen est bon . La légende d'Hollywood j'avais regardé deux fois tellement que cela m'avait plu . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 02/11/2020

Niveau ventes de disques, 1967 fut aussi une année où l’on observa une chute (par rapport à 1966) de plus d’un million d’exemplaires, et aucun titre ne dépassa les 500 000 exemplaires (quoi qu’en dise Lecœuvre).

Écrit par : Foxo | 03/11/2020

J'adore "central park", du moins la voix du chanteur, les arrangements, la musique...
Mais je n'ai jamais rien compris aux paroles ! L'enfant russe qui descend de la montagne, heu....
Cela étant c'est certainement une chanson d'amour perdu.
"les portes claquent" pas mal non plus. Mais je n'étais pas fan de ses adaptations, avec un texte assez pauvre, "home" devenant "homme", alors que les paroles de "she's" leaving home" sont sans doute les plus belles du groupe de Liverpool. Pourquoi les massacrer ?
En tout cas ESL méritait une plus belle carrière...
Amitiés

Écrit par : Cica pour Renaud | 03/11/2020

Beaucoup de Brigitte à cette époque en effet, et du reste mon premier amour portera ce prénom ! J'en parle d'ailleurs dans ce blog où 6 notes y font allusion. Merci pour le lien, j'ai regardé sur mon téléviseur grâce à ma clé chromecast.
Par contre "campus" a succédé à SLC non pas en 67 mais en avril 68. Sale date pour ceux qui aimaient la musique SLC, j'étais trop jeune pour apprécier "campus" et ses chansons. Zappa, les Mothers of invention, le fossé était trop grand avec Monty, St Laurent, Dick Rivers...
Je n'avais que 17 ans !
Amitiés.

Écrit par : Cica pour Jean et Hypothétique | 03/11/2020

"Toute la vie" est, depuis le jour de la mort de Lady Di, ma préférée de Claude François. Pourquoi, alors que je n'appréciais pas spécialement la princesse et encore moins la famille royale ? La réponse est au début de mon blog. Côté vente de disques, 24 millions furent vendus si j'en crois top-france. Le Top 10 est "la dernière valse", "c'est ma chanson", "a whiter shade of pale", "adios amor" (première chanson non adaptée) "in allah", "dans une heure", "les gens du nord", "une larme aux nuages", "san francisco" (VF) et "all you need is love". "Comme d'habitude" est... 18 ème !
Enfin c'est en décembre 1966 que "je travaille à l'usine" sera remplacé par "winchester cathedral" sur ordre ministériel. La première mouture sera restée une seule semaine dans les bacs...

Écrit par : Cica pour Foxo | 03/11/2020

Campus oui c'était bien en 68 , je me rappelle bien qu'il passait souvent Donovan et Simon and Garfunkel et que j'aimais ces artistes . par contre Zappa & the mothers of Invention je n'ai jamais accroché comme le groupe Magma l'année suivante . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 03/11/2020

Jean on est bien d'accord, et j'ajouterai John Mayall à la liste. Amitiés.

Écrit par : Cica pour Jean | 04/11/2020

Que je croyais que c’était à cause des traductions que Cloclo et Vline Buggy ont fait que Philips a fait ressortir le disque.
Que je me suis trompé.

Que je me suis rendu compte qu’à la 17ème place, qu’il y a Cloclo avec « Mais quand le matin ».

Que je voulais dire qu’en 1967, Les Charlots connaissent leur premier succès SOUS LE NOM des Charlots. Que je me suis trompé?

Écrit par : Foxo | 04/11/2020

Oui.
Sous le nom des Charlots, les ex-Problèmes ont sorti leur premier disque à l'été 1966 : "je dis n'importe quoi je fais tout ce qu'on me dit" qui a obtenu un certain succès, notamment grâce à la phrase "chauffe Marcel". Brel s'en inspirera deux ans plus tard dans "Vesoul".
Second disque en novembre 66 "elle a gagné le yoyo en bois du Japon", succès aussi, mais SLC continue de les ignorer. Comme il le fera pour leur 3ème disque, succès également, sorti en février 67 "les plaie-bois", pastiche des play-boys de Dutronc, qui était aussi le directeur artistique de leur maison de disques !
Enfin SLC classera leur 4ème disque sorti en mai 67 "hey max", qui on le voit n'est pas leur premier succès.

Écrit par : Cica pour Foxo | 04/11/2020

Bonsoir Patrick et à tous.

C'est quand même un comble ! Avoir sollicité l'ouverture de ce sujet et ne pas encore y avoir écrit un mot !
Mais pas la pêche en ce moment: un gendre opéré des "croisés" ce jour et ma fille interdite de rentrer l'accompagner à l'hôpital, résultat toute la journée à l'attendre dans sa voiture.
A l 'heure où je vois écrit, 21 h, ils ne sont pas encore rentrés.

La semaine dernière, une de ses juments a été poignardée ! Des abrutis, il y en a de plus en plus.

Un fils encore fragile, et moi sous anxiolytiques. Bref, un HORS SUJET MONUMENTAL mais encore fallait-il vous expliquer mon absence temporaire....

Mais rassurez-vous: 1967 c'est tout mon éveil musicale, des émotions inoubliables, alors je vais d'abord vous lire et...entamer mon plaidoyer.


Je vous embrasse.

Écrit par : boixiere | 04/11/2020

Ah que je suis désolé.

Écrit par : Foxo | 04/11/2020

il faut ajouter, pour être complet, que Françoise, mon épouse, vient de sortir un roman, aux Editions du Mot Passant, un livre en librairie... inaccessible à ses lecteurs et pour cause.

Nous avons acheté nous-mêmes 100 exemplaires à l'éditeur en vue de nos salons de fin d'année... aqui sont tous annulés et pour cause.
Un gouffre financier important, aucune recette MAIS il y a plus malheureux que nous, notamment les artisans et petits commerçants et d'autres, salariés au chômage technique sans parler des malades.

Bref, je vous ai vidé mon sac, il faut maintenant que je revienne à cette douce, si douce à mon coeur année ...67 !

Écrit par : boixiere | 04/11/2020

D'abord Merci pour avoir fait le ménage dans ce grand bug survenu lors de mon commentaire. Pour quelqu'un qui aime la discrétion c'était réussi !
Quand on tire le fil des souvenirs ,il arrive que c'est toute la pelote que l'on peut dérouler... ainsi aout 67 avec mon copain J Louis on est devant la porte du Casino d'Aix Les Bains où Michel Polnareff se produit sur une petite scène. On doit être une dizaine à tenter d'écouter de l'extérieur. Le portier est sympa et il laissera la porte entrouverte pour qu'on puisse profiter de la musique pendant tout le concert.
A la fin du show un bel orage se déclenche. Orage d'été qui détrempera les affiches annonçant le concert, que l'on décollera assez facilement. IL y en aura plusieurs épaisseurs que l'on séparera et séchera le lendemain. Ces trophés je les ai gardés . C'est en fait l'affiche qui se trouve sur la pochette du 45 tr Love me please Love Me. Collector

Pour Campus je suis bien d'accord avec vous, c'est 1968. D'ailleurs je le précise puisque le sujet étant 1967, je dis dans mon com. l'année suivante...

Et en 1967 Jonh Mayall sortira " Blues From Laurel Canyon", comme un clin d'oeil à la vidéo d'Arte.
En 70 il sortira USA Union avec un titre : Nature's Disappearing où tout est dit sur la façon de mieux respecter la planete. Ca date pas d'hier mais de 1970.On peut pas dire qu'on a pas été mis en garde.
Amitiés JF

Écrit par : Hypothetique | 05/11/2020

pour revenir à Zappa ( mais je connais pas tout de lui ) et à Magma c'était trop expérimental pour moi . pour John Mayall , cela passe mieux pour moi quand même , car autour de moi , pas mal écoute du blues . pour ma part et pour rester dans les années 60 , le blues des Animals ( première période ) par contre me convient bien . merci à tous pour vos commentaires que je lis toujours avec grand plaisir tous les jours sans modération . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 05/11/2020

Michel, ne te justifie pas, mon blog est un des rares endroits où il n'est pas nécessaire de produire une attestation ! D'autant que ma note est en train de battre le record de commentaires (75) et de visiteurs (2761 depuis sa parution, dont 619 pour la seule note) !
Je t'embrasse

Écrit par : Cica pour Boixière | 05/11/2020

En 1967, Éric Charden sort « Le monde est gris, le monde est bleu » (Et compose « Mais quand le matin »...).

Écrit par : Foxo | 05/11/2020

Culture Pub

C’est drôle de constater que 53 ans plus tard des musiques incontournables de 1967 accompagnent encore les pubs de 2017 /2020.
Mon beau frère, plus jeune que moi travaillant à l’époque chez Jacquet me montra sur son portable le projet pour la campagne de pub Savanne Papy Brossard qui devait passer en télé les semaines suivantes (2018). Le thème musical : " I’m a believer" des Monkees. Je revois trop sa tête quand je lui ai dit aussitôt le titre et nom du groupe. C’est pas aux vieux singes, n’est ce pas …
Je pense aussi à " She’s a rainbow" pour Groupama, mais aussi pour Dior (Joy 2019) à "For What’it’s Worth" des Buffalo Springfield pour la Caisse d’épargne Banque (2020) -( bon d’accord elle est sorti le 23/12/1966, on va pas chipoter) Il y a aussi "Wild Thing" version Hendrix 1967 Monterey Pop pour Lacoste en 2018 ou par les Troggs pour Guerlain en 2019. Happy Together des Turttles pour la pub Ultima en 2020 et Jefferson Airplane " Somebody to Love" et "California Dreamin" des Mamas et Papas pour EDF Energy en 2019 ),
Hors jeu, juste parce qu’elle est de 1966 "These Boots are made for walking" pour Guerlain La petite Robe Noire.

Beaucoup d’américains / anglais mais pas l’ombre d’un français période 1967, ah si, en 2020, Aznavour pour le Credit Agricole avec " forme formidable" mais elle est de 64.

Tout cela pour dire que 1967 fut et restera une grande année et qu'elle inspire encore les générations plus jeunes.

Écrit par : Hypothetique | 07/11/2020

Et pour 1965, "les cornichons" de Nino Ferrer en instrumental pour la MAAF !

Écrit par : Cica pour Hypothétique | 07/11/2020

et pour 64 , une que j'aimais de pub pour Mr. Bricolage le titre you really got me des fameux Kinks . Jean

Écrit par : jean | 07/11/2020

Oui, you really got me. Il y avait aussi l'album "Arthur or the Decline and Fall of the British Empire" des Kinks, disque beaucoup plus politique. Donc pour Jean qui semble apprécier les Kinks on peut aussi revoir en replay sur arte les Kinks trouble fête du rock anglais . https://www.arte.tv/fr/videos/091134-000-A/the-kinks-trouble-fetes-du-rock-anglais/

L'allumeur de réverbère du Petit Prince disait, "la consigne, c'est la consigne" et comme l'a rappelé le maître des lieux la consigne c'est l'année 1967, c'est pourquoi
j'ai essayé de m'y tenir par rapport aux pub 2017/2020.

Écrit par : Hypothetique | 07/11/2020

En 2013, Citroen s'est également servi de You really got me pour faire sa Pub Tv, je l'avais d'ailleurs signalé dans l'un de mes commentaires à l'époque, d'ailleurs j'en reviens pas ça fait déjà sept à huit ans que je suis le blog de Patrick, dieu que le temps passe !!
Merci à Hypothetique pour son lien sur l'émission dédiée aux Kinks ... je suis en train de la regarder.
Super, vraiment super !

Écrit par : Marc | 07/11/2020

Hypothetique , depuis you really ot me cela m'avait fait un drôle d'effet d'entendre ça . je me rappelle bien aussi d'avoir vu ce disque dans une vitrine , pas d'un disquaire mais celle d'un vendeur de télé et de radio , ce qui se faisait bien à l'époque . encore aujourd'hui à chaque fois que je passe j'y pense . autre anecdote , curieusement ce commerçant mettait toujours les EP's de ce groupe et je salivais à chaque fois avant d'embêter mes parents bien sur . pour le replay je vais voir si je ne l'avais pas vu . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 07/11/2020

oui Marc , j'avais oublié Citroen pour ce titre , en plus je roule Citroen . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 07/11/2020

bONSOIR pATRICK ET A TOUS.

kEN hENSLEY (Uriah Heep) A LAISSE SA PLACE MERCREDI. encore un pan de notre jeunesse qui fout lecamp....

Écrit par : boixiere | 07/11/2020

Je profite de l'audience de ce sujet pour vous dire qu'il est possible de passer de PROCOL HARUM à YELAWOLF..

Je suis littéralement FOU de ce morceau et du clip en général.


https://www.youtube.com/watch?v=mpc8KZHTx4I


merci.

Écrit par : boixiere | 07/11/2020

Michel , je l'ai dit hier mais dans la bonne case (Eux aussi nous ont quittés ) , Patrick nous l'avait dit de faire attention . sinon bien heureux de voir un commentaire sur ce groupe dont j'ai quatre albums d'eux que je trouvais bien . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 07/11/2020

Michel , pour la vidéo oui la musique est bonne mais les tatouages c'est vraiment affreux ! Jean

Écrit par : jean | 07/11/2020

Pour rebondir sur l'idée que vient d'exprimer Hug, je citerais d'emblée le titre anglais "I need You" chanté par les Kinks, les Beatles et le Who ... bien d'autres artistes anglo-saxons ont du avoir ce titre dans leur répertoire, la liste doit être interminable !!!

Écrit par : Marc | 12/11/2020

Bigre ??? que se passe t-il ? le commentaire de Hug n'est plus affiché...

Écrit par : Marc | 12/11/2020

Marc , oui tu as raison i need you comme titre c'est plutôt courant . dans ma collection j'ai le groupe America en 71 l'album du même nom ( si tu veux écouter ) et le groupe Lynyrd Skynyrd en 74 sur l'album second helping . d'ailleurs sur ARTE dernièrement ils ont passé un documentaire d'eux . bon d'accord ce n'est pas les années 60 mais dans mes disques j'ai que ces deux là . sinon j'ai vérifié le commentaire d'Hug y est toujours . amicalement . Jean

Écrit par : jean | 12/11/2020

Marc , pour revenir aux années 60 , j'avais acheté en EP ces trois groupes avec ce titre i need you , mon classement les Kinks puis les Who et en dernier les Beatles et pourtant j'aime ce groupe mais pas trop cette chanson ! pour les Who je l'avais acheté pas pour le titre principal mais le titre doctor doctor que je passais le son à fond . les Who je n'achetais pas tout d'eux tandis que les Beatles et les Kinks si . Jean

Écrit par : jean | 12/11/2020

Pour "I need you", il y a eu aussi Demis Roussos et Joe Dolan.

Écrit par : Leroy | 12/11/2020

Jean d'accord avec ton classement : Kinks, puis Who, puis Beatles sur ce titre. D'ailleurs I need you est mon premier EP des Kinks acheté, non pas à cause des titres que je ne connaissais pas à l'époque, mais pour la pochette qui attirait le regard. Sur la face A Ineed you était couplée avec Set Me Free. Inutile de dire que cette face A je l'ai vraiment appréciée et passée en boucle, au détriment de la face B totalement délaissée. Pour les I need You des années 70/80 que tu cites avec Leroy je ne suis pas certain de connaitre, je vais rechercher et les écouter ...
Pour le tout dernier commentaire de Hug "disparu", il y avait une proposition pour Patrick d'une nlle rubrique (que je jugeais forte intéressante) portant sur des chansons de mêmes titres mais différentes et interprétées par des artistes différents, d'où mon mon petit mot sur "I need you" envoyé dans la foulée !!
Enfin bref ...

Écrit par : Marc | 13/11/2020

"Sinon, pour les chansons de même titre mais différentes, je citerais aussi "La grenouille" par Francis Lemarque en 1955, chanson reprise par Dorothée en 1983, qui me l'a fait connaître d'ailleurs, "La grenouille" par Anne Léonard en 1982, et "La grenouille" par Jean Vallée en 1984. Mais aussi "Macumba" par Julien Clerc en 1978 (Sur l'album "Jaloux" en 1978, sorti en 45 tours en 1979) et bien sûr "Macumba" par Jean-Pierre Mader en 1985. (J'ai fait exprès de les écouter l'une après l'autre hier). Mais également "Je pars" par Nicolas Peyrac en 1977, et "Je pars" par Hélène (Rollès) en 1993. Mais aussi "La parisienne" par Marie-Paule Belle en 1976, et "La parisienne" par... Christophe Maé en 2016 ! (40 ans d'écart, et pas du tout la même qualité ! Enfin, selon moi). Cica : Je te suggère de faire un sujet sur les chansons de mêmes titres mais différentes et d'artistes différents. Il y a eu un sujet là-dessus sur un des forums de Bide et Musique, et il y en avait plein !"

Écrit par : Hug | 13/11/2020

BIZZARRERIES dans cet outil " Haut et Fort" je suis en train de lire le dernier tout commentaire de Hug celui qui ressemble à celui dont je me suis appuyé pour rédiger mon petit mot sur "I need You", et son nom n'apparait pas dans la pavé "commentaires récents". Moi quand je poste, tout se met à jour dans la foulée !!!!
Il doit certainement y avoir une différence au niveau de la prise en compte des commentaires selon l'outil utilisé ... PC ou smartphone ...

Écrit par : Marc | 13/11/2020

Marc , pour moi aussi les pochettes des Kinks étaient superbes . je pouvais m'identifier à cette époque avec mes copains . très important quand on est jeune . c'est pour cette raison que les Beach Boys ce n'était pas ma tasse de thé même si après bien plus tard j'avais acheté un double album d'eux avec tous leurs tubes . bref c'est vrai que les pochettes comptaient quand même énormément . pour les autres i need you je sèche . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 13/11/2020

100 commentaires ! Si j'excepte la note-fil rouge sur l'âge des chanteurs, ça doit être mon record !!
Merci tous.

Écrit par : Cica pour TOUS | 13/11/2020

Commentaire N° 102 Comme le fameux peugeot 102 sorti en 19...67 ! Perso, j'eus un solex l'année suivante.

Pour en revenir à I need you, il y aura celui des Walker Brother en 1966, de même Randall Stuart, plus connu sous le nom de Randy Newman en 1966 ou alors le couple Goffin/ Carol King toujours en 1966, ou Nick Cave en 2016.
Bon si on rajoute un petit mot comme And ou Much ou Baby on doit avoir une trentaine de titres supplémentaires comme les Stones en 1964, les Troggs en 1966 les Soft Machine en 1967, les Shamrocks en 1965 ou Quicksilver Messenger Service en 1969.

Mieux que Wikipédia mais j'arrête là.
Rassurez vous je ne sors pas tout cela les yeux fermés mais grâce a un grand fichier excel ( près de 100.000 titres) fait en collaboration depuis l'an 2000 avec my friend Jack, un ami de lycée.
Cet ami débarqua dans ma classe en 1968 il arrivait de Chalon sur Marne. Trop Jeune pour avoir connu Cabu mais assez vieux pour avoir vu Phil Manoeuvre en culotte courte dans la cour du lycée.
De par sa situation géographique il écoutait beaucoup la BBC et RTL, pardon Radio Luxembourg sur les petites ondes 208m qui était destinée aux soldats américains basés en Allemagne mais pas Radio Caroline, pas assez puissante pour la capter. Donc très tôt il préféra l'original à l'adaptation.

An 2000, donc bien avant Spotify : on décide de commencer de numériser nos deux discotheques et celle de nos enfants . Cd (puis vinyl grace à un petit boitier spécial qui permet de supprimer les petits défauts, rayures etc.) puis pour s'y retouver de faire un fichier excel avec artistes , titres, albums, année de prod, et noms des auteurs /compositeurs de chaque morceau. Ensuite on a comblé les manque grâce aux médiathèques et un peu le net.
Cà fait à ce jour un fichier en Pdf de 964 pages.
Ce fichier n'est pas exhaustif, il représente nos goûts respectifs ou communs. Car les années 60 / 70 c'est un peu comme sur une photo de classe on connait les noms de chacun mais on n'était pas forcément copains avec tous. Donc il y a des artistes même très célèbres qui n'y sont pas.

Bonne journée à tous. JF

Écrit par : Hypothetique | 14/11/2020

Hypothetique , bien sur i need you des fameux Walker Brothers qui sont dans mes 4 préférés des années 60 pour les étrangers . le drôle c'est que j'avais pensé à eux en premier pour mon commentaire puis je suis passé aux Kinks directement . dernièrement nous avons parlé de belles pochettes , les Walker Brothers en faisaient parti bien sur . je me rappelle la première fois que j'ai vu leur disque chez des amies dans le salon , celle du premier album en 65 take it easy with the Walker Brothers , pochette superbe et qui m'avait fait un gros choc . merci de ton commentaire . cordialement . Jean

Écrit par : jean | 14/11/2020

Commentaire n°104, comme le 104 peugeot que je m'achèterai au printemps 1974, avec lequel je ferai mon voyage de noces avec ma première épouse (France, Italie, Autriche et Suisse)
http://cicatrice.hautetfort.com/archive/2010/09/08/voyage-de-noces-au-tyrol-en-cyclomoteur-1974.html
et qui sera mon moyen de locomotion jusqu'à octobre 1976 ! Dans la neige ou dans la circulation de Grenoble, je n'avais pas froid aux yeux.
Sinon bonne idée de numériser tes vinyles, surtout ceux qui ne son jamais parus en CD. De plus en plus de gens font partager leurs morceaux sur Youtube, et du coup je peux récupérer pas mal de ceux que j'ai dû laisser voilà pile 7 ans (enfin demain). J'attends aussi que les vide-greniers reprennent, parfois s'y cachent des trésors comme un disque rare des Beatles, trouvé à Bandol à... 3 h de l'après-midi !
Bonne fin de journée

Écrit par : Cica pour Hypothétique | 14/11/2020

sinon pour les chansons de même titre mais différentes , qu'Hug avait lancé , en écoutant des disques ce soir de Michel Delpech dont l'excellent titre je pense à toi , je me suis souvenu du coup que j'avais aussi ce titre je pense à toi par Jean-François Michael . à propos de Jean-François Michael je devais aller le voir chanter ce mois-ci dans un dancing pas trop loin de chez moi , malheureusement avec le virus c'est raté . amitiés à tous . Jean

Écrit par : jean | 16/11/2020

Écrire un commentaire