Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2020

Le VRAI bilan du Covid

565 morts dans les dernières 24 h annoncés par Salomon, rien que pour les hôpitaux.

Le même qui annonçait 1438 morts le 15 avril...

Capture.JPG

Je fais partie de la "génération Tchernobyl", celle qui entendait tous les soirs que, dormez braves gens, le nuage n'a pas franchi la frontière...
A Météo-France, on savait pertinemment que le nuage radioactif nous avait enveloppés, nous pouvions accéder aux données des capteurs de radioactivité, lesquels avaient commencé à s'affoler sur l'est du pays dès les premiers jours de mai.
Et nous, nous avions ordre, à la fin de chaque bulletin météo, de dire qu'aucune trace de radio-activité n'avait été relevée dans le département !
J'habitais à cette époque dans les Hautes-Alpes, donc aux premières loges.

Revenons au COVID.

J'avoue qu'il y a de quoi s'emmêler à force d'entendre des infos contradictoires. Le virus toucherait les anciens, les déjà malades, les obèses. Puis ce fut les enfants, "porteurs sains" mais très contaminants. Puis finalement non, c'étaient les jeunes parisiens qui se regroupaient dans les parcs, ou alors ceux qui faisaient la nouba chez eux...

Les sites eux-mêmes se contredisaient, il y avait les morts sans EHPAD, avec EHPAD...
Certains sites - y compris gouvernementaux - affirmaient que l'âge médian des décès COVID était plus élevé que celui des décès "tout court", et que donc il fallait diviser le chiffre des décès par deux pour avoir le "bon" chiffre.

Bref, Jean ne me contrariera pas, tout cela c'était de la politique.

Alors, comment savoir ?

C'est le hasard qui m'a fait trouver la solution. J'étais en train de lire un article sur la canicule de 2003, qui avait fait 15.000 morts en 3 semaines.
Entre parenthèses, ça ne monopolisait pas les journaux, de presse, de radio ou de télé !

Et là, j'ai vu effectivement sur le site de l'INSEE la courbe de 2003 se décrocher de la courbe "moyenne" des décès journaliers pour cette période de l'année, qui est d'environ 1500.

Bon Dieu ! Mais c'est bien sûr !

J'ai donc tapé "INSEE DECES COVID".
Et je suis tombé sur ça

INSEE 26 OCT.JPG

Alors déjà : question pour un cycliste !

Je monte un col situé à 2258 m d'altitude. Je suis déjà à 1600. Quel dénivelé me restera-t'il ?
1438, me répond Salomon !!!

Hé oui mes enfants, à l'heure ou beaucoup de monde dispose d'Internet et d'un peu de cervelle, il devient de plus en plus dur de prendre les gens pour des crétins...

Cela s'appelle la surmortalité. Et dès lors que l'on dispose des chiffres pour une journée donnée, il suffit d'additionner pour en avoir le bilan total. Bilan qui ne sera pas dû au seul coronavirus. Il peut aussi être dû aux effets du confinement (suicides, dépression, offre de soins "hors covid" réduite au strict minimum - j'en sais quelque chose).

J'ai fait les additions et les soustractions, je vous les épargnerai, et je vous livre les résultats :

- BILAN DU MOIS DE MARS : environ 8000 décès.

- AVRIL : environ 17.000 avec un "pic" à 1150 le 1er. Pour info le 15 on était loin des 1438 annoncés par Santé Publique France, c'était plutôt 650....

BILAN DE LA PREMIERE VAGUE 25.000, qui je le rappelle ne sont pas que des victimes directes du virus;

- DE MAI à JUILLET pas de surmortalité.

- AOUT environ 2000 morts avec un pic de 380 le 12.

- SEPTEMBRE environ 1000 morts

- OCTOBRE (jusqu'au 26) environ 3000 morts avec un pic de 365 le 21.

Cette "seconde vague" a fait, jusqu'à la fin de la semaine dernière, 6000 morts. On est loin des chiffres claironnés par Véran...

Au total 31.000 décès "anormaux".


Ces courbes mettent d'autres choses en évidence.

La grippe du début 2018 aurait fait 10.000 victimes rien que pour mars et avril.
Mais pas vendeur ça, Coco.

Dans mon domaine on voit le pic rouge du 25 juillet 2019 : Près de 1900 décès de plus ce jour-là, où la température a explosé à 42°6 dans la capitale.

Affaire à suivre, le lien que J'ai mis se mettra toutes les semaines à jour.

Je vous embrasse.

 

Commentaires

Je crois que le gouvernement a agi un peu tard, ce temps là a permis au virus de se propager. Et 2 258-1600=658.

Écrit par : Foxo | 10/11/2020

Foxo, es-tu bien sûr d'avoir compris ma note ?

Écrit par : Cica pour Foxo | 10/11/2020

je te rejoins Patrick concernant la tendance à la surmortalité dans l'analyse des chiffres et la communication de la part à la fois des médecins et du gouvernement, je pense surtout que leur grande peur réside dans le risque que nos infrastructures hospitalières soient complétement débordées si les courbes de contamination grimpent trop vite, d'où l'intérêt de prendre du recul dans la lecture des annonces statistiques du Covid, tout cela est très complexe et la connaissance de ce virus nous réserve encore beaucoup de surprises. Amitiés à tous, Renaud.

Écrit par : Renaud | 10/11/2020

Que j’ai essayé de comprendre

Écrit par : Foxo | 10/11/2020

Bonjour! Malheureusement mon vieux téléphone ne lit pas le jaune, pourtant toujours tendance! Mais Tchernobyl, je me souviens de ce gros mensonge!
Pour le covid, plusieurs personnes de mes connaissances l'ont ou l'ont eu, mais sans gravité. Même un octogénaire est en train de retrouver ses forces. Hélas! Ne soyons pas un pays de pèdès, a déclaré Bolsonaro, nous mourrons tous un jour! Bref, ce virus inspire... Cordialement. Cédric

Écrit par : Cédric | 11/11/2020

@ Cédric tout d'abord : c'est bientôt Noel et ça serait pour tes proches une suggestion de cadeau à te faire, un téléphone qui lit le jaune ;-)) Blague à part j'ai acheté à mon épouse pour notre anniversaire de mariage un smartphone redmi, l'équivalent d'un I phone 10, dix fois moins cher, dans les 100 CHF.

@ Renaud : Avec ces chiffres (dont nos dirigeants ont forcément connaissance) je voulais souligner plusieurs choses :

- d'abord la mise en scène de Salomon tous les soirs de mars avril pour nous énumérer un bilan surévalué. Mon exemple du 15 avril illustre bien la chose, ce jour-là il a carrément multiplié par trois les vrais chiffres (qui comprennent aussi les effets mortifères du confinement). Je regarderai le côté positif des choses, du coup les gens ont eu peur et ont respecté le confinement. Et dès le 1er mai, le virus ne tuait plus (cf le tableau).

- Pendant trois mois, de mai à juillet, cette souche de Covid avait disparu, mais au lieu de laisser les gens souffler - il l'avaient bien mérité - Véran et ses professeurs payés pour mettre la trouille dans les média ont continué de manier le bâton : toujours les fameux "gestes-barrière" qui détruisent peu à peu les liens sociaux, les 100 km, et le fameux masque.
Et sans arrêt, la menace de cette fameuse seconde vague qui allait bientôt s'abattre sur nos pauvres têtes. Bonjour les vacances !

- Enfin, vers mi-aout, la vague a fini par arriver. Les plateaux télé étaient en émoi, on parlait de supprimer le Tour, les professeurs paniqueurs s'en donnaient à coeur joie, on a mis les couvre-feux en place, le confinement, mais que constate-t'on ? A la date du 26 octobre, cette seconde vague a fait moins de victimes que la seule première semaine d'avril !
Amusant de constater le hiatus entre la communication ("ça va être terrible") et les mesures prises (néant au niveau des lits de réanimation, on attend toujours les 14.000...) car en fait ces grands pontes étaient aussi capable de prévoir le moment et l'intensité de la seconde vague, que moi le prochain gros épisode neigeux ! Il faut savoir rester humble.

Cependant je ne fais pas le malin. Je ne crains pas plus le Covid qu'une invasion de guêpes, même si mon département est "sur le podium", mais je sais que ma vie dépend des infrastructures hospitalières. A savoir pour ma ville 8 lits de réanimation disponibles, qui est donc saturée à 217%.

Je ne bouge donc plus de mon nid d'aigle, laissant chérie faire les courses, sachant qu'avec mon tiercé (70 ans - diabétique - hypertendu) je suis un excellent prétendant au service dont je parlais dans mon paragraphe précédent ! Ce à quoi je ne tiens pas spécialement.

Amitiés à tous les deux.

Écrit par : Cica pour Renaud et Cédric | 11/11/2020

Ce qu'il y a en jaune :

- BILAN DU MOIS DE MARS : environ 8000 décès.

- AVRIL : environ 17.000 avec un "pic" à 1150 le 1er. Pour info le 15 on était loin des 1438 annoncés par Santé Publique France, c'était plutôt 650....

BILAN DE LA PREMIERE VAGUE 25.000, qui je le rappelle ne sont pas que des victimes directes du virus;

- DE MAI à JUILLET pas de surmortalité.

- AOUT environ 2000 morts avec un pic de 380 le 12.

- SEPTEMBRE environ 1000 morts

- OCTOBRE (jusqu'au 26) environ 3000 morts avec un pic de 365 le 21.

Cette "seconde vague" a fait, jusqu'à la fin de la semaine dernière, 6000 morts. On est loin des chiffres claironnés par Véran...

Au total 31.000 décès "anormaux".

Écrit par : spécial pour Cédric et son téléphone | 11/11/2020

Merci Patrick d'avoir traduit ce qui était en jaune, pour ma compréhension. Oui, je devrai bientôt changer de téléphone; celui-ci se fait vraiment vieux...
Et maintenant c'est la course au vaccins, Pfizer en tête suivi de Moderna et 4 autres semblent en bonne position; j'ai entendu Gérard Larcher dire qu'il était favorable à rendre ''le'' vaccin obligatoire.... Aïe Aïe, et les complotistes dans tout ça?
Cordialement. Cédric

Écrit par : Cédric | 17/11/2020

Les "complotistes" sont ceux qui pensent que la maladie a été volontairement propagée pour qu'ensuite les labos fourguent leur vaccin - donc déjà au point - aux populations et touchent ainsi le jackpot.
Pour ma part j'attends de voir.
Le fameux "pic" est passé la semaine dernière, si le vaccin arrive "miraculeusement" assez vite, mon esprit sera troublé, et s'il est obligatoire, les "complotistes" n'auront alors pas été si complotistes que ça...
Amitiés

Écrit par : Cica pour Cédric | 17/11/2020

bonsoir Patrick et à tous.

Puisque l'on parle Covid, voici un dégât collatéral....

https://www.youtube.com/watch?v=RK3J2sDEQ1M

Écrit par : boixiere | 22/11/2020

Écrire un commentaire