Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2021

TOP VENTES 45 TOURS 1976

1  PORQUE TE VAS (Jeannette) 

2  DADDY COOL (Boney M)

3  DERRIERE L'AMOUR (Johnny Hallyday)

4  AVANT DE NOUS DIRE ADIEU (Jeane Manson)

5  GENTIL DAUPHIN TRISTE (Gérard Lenorman)

6  JE VAIS T'AIMER (Michel Sardou)

7  SAVE YOUR KISSES FOR ME (Brotherhood of man)

8  QU'EST-CE QUI FAIT PLEURER LES BLONDES (Sylvie Vartan)

9  FERNANDO (Abba)

10 REQUIEM POUR UN FOU (Johnny Hallyday)

11 CHICAGO (Frédéric François) sorti en 75 mais peak en 76

12 GABRIELLE (Johnny Hallyday)

13 MALHEUR A CELUI QUI BLESSE UN ENFANT (Enrico Macias)

14 KISS ME KISS YOUR BABY (Brotherhood of man)

15 LE BOUGALOU DU LOUP GAROU (Carlos)

16 LA CEGGAL E LA FORMI (Pierre Péchin)

17 J'ATTENDRAI (Dalida)

18 JE T'AIME UN PEU TROP (Shuki & Aviva) 

19 RADIO ACTIVITY (Kraftwerk)

20 ET MON PERE (Nicolas Peyrac) sorti en 75 mais peak en 76

21 ALLEZ LES VERTS (Monty & les supporters)
22 T'AIMER ENCORE UNE FOIS (Romina Power & Albano)
23 DON'T GO BREAKING MY HEART (Elton John & Kiki Dee)
24 LA VIEILLE / J'ACCUSE (Michel Sardou)
25 LE CONCERTO DE LA MER (J C Borelly)
26 LES OISEAUX DE THAILANDE (Ringo Willy-Cat)
27 SVALUTATION (Adriano Celentano)
28 MICHELE (Gérard Lenorman)
29 VIENS FAIRE UN TOUR SOUS LA PLUIE (Il était une fois) sorti en 75 mais peak en 76
30 CA VA PAS CHANGER LE MONDE (Joe Dassin)

31 WHO'S THAT LADY WITH MY MAN ? (Kelly Marie)
32 UN PRINCE EN EXIL (Sheila)
33 PATRICK MON CHERI (Sheila)
34 IL ETAIT UNE FOIS NOUS DEUX (Joe Dassin)
35 HAFANANA (Afric Simone)
36 LE PRINTEMPS (Michel Fugain)
37 LA DECISION (Dave)
38 SORROW (Mort Shuman)
39 CINDY (C.Jérôme)
40 FRIDA OUM PAPA (Annie Cordy) sorti en 75 mais peak en 76

41 YOU KNOW I LOVE YOU (Shake)
42 MALADIE D'AMOUR (Elisabeth Jérôme)
43 PAPA TANGO CHARLY (Mort Shuman)
44 VIENS QUE JE T'EMBRASSE (Shuki & Aviva)
45 FANNY FANNY (Frédéric François)
46 BYE BYE CHERRY (Martin Circus)
47 HURLEVENT (Dave)
48 IF YOU LEAVE ME NOW (Chicago)
49 1 2 3 (Catherine Ferry)
50 ALLEZ OOP (Rubettes)

A vos commentaires !

Commentaires

Merci de ce Top 50, Patrick.
Il est à noter que les 40 premiers sont à plus de 300 000.
Mes préférés sont "La décision", "Fernando", "Avant de nous dire adieu","Who's that lady with my man?", "Porque te vas", "Et mon père","Les oiseaux de Thaïlande","Radio activity"...et le "Requiem..." de Johnny.
J'aimais bien aussi "À quoi sert de vivre libre" (180 000 ex.)et "Toi et la musique" d' "Il était une fois" qui n'a dû se vendre qu' à 100 000 exemplaires.

Écrit par : Leroy | 28/10/2021

Salut à tous,
Surpris pour ma part par le classement de Mort Shuman, de Michel Fugain, et surtout de Joe Dassin ( souviens-toi...) et Chicago que je voyais bien plus haut !
A l'inverse quel carton pour Jane Manson, Shuky et Aviva , Enrico Macias et Carlos !

Écrit par : jmp | 29/10/2021

Oui, les Hits-Parades ne reflétaient pas forcément la réalité : Europe 1 n'a jamais classé Shuki et Aviva et a eu beaucoup de mal avec Jeane Manson.(Numéro 12 au mieux puis aucun classement jusqu'en 1980.)
Carlos et Enrico Macias ont été (volontairement ?) sous-évalués.
En fait, contrairement à ce que pensaient les concepteurs du Top 50,les chanteurs populaires n'étaient pas surévalués, c'était l'inverse !
Amitiés

Écrit par : Leroy | 29/10/2021

19 RADIO ACTIVITY (Kraftwerk) : je trouve cela surprenant au milieu de toute cette variété.

Écrit par : Cristophe | 29/10/2021

pour Leroy,
oui, moins vrai dans les années "chouchou" et sixties avec les rentes de situation des premières vedette "yé-yé" peut-être

Écrit par : jmp | 30/10/2021

J.M.P.: Je ne connais guère les classements des années 60...

Écrit par : Leroy | 30/10/2021

Kraftwerk a même été numéro un au hit de SLC (juillet, un des derniers)
Amitiés

Écrit par : Cica pour Cristophe | 31/10/2021

en voyant ce classement on peut en effet être surpris de certains artistes sous estimés et d'autres sur estimés, de toute façon je pense toujours personnellement que la popularité d'une chanson ne se mesure pas uniquement par le chiffre de ses ventes, d'autres facteurs sont aussi importants comme l'audience que la chanson rencontre encore aujourd'hui ou le souvenir que la chanson a marqué dans la vie des gens ou liée à un événement précis, ainsi dans ce top 1976 c'est le cas par exemple en ce qui me concerne de "et mon père" de Nicolas Peyrac, " Michèle" de Gérard Lenorman , "j'attendrai" de Dalida, "ça va pas changer le monde" de Joe Dassin et "allez les verts" de Monty et les Supporters. Amitiés à tous, Renaud.

Écrit par : Renaud | 31/10/2021

Renaud , je trouve ton commentaire très juste , je voulais mettre un commentaire dans ce sens mais tu l'a fait avant moi . D'ailleurs j'avais acheté des disques qui n'avaient pas marché et pourtant qui sont précieux pour moi . Amicalement . Jean

Écrit par : jean | 31/10/2021

Pour Jean et Renaud : Je pense quand même que les ventes d'un disque reflètent bien sa popularité au moins l'année de sa sortie.
Après, certaines chansons sombrent dans l'oubli mais c'est aussi parce qu'on a choisi de ne plus les diffuser.
Amitiés,

Écrit par : Leroy | 31/10/2021

Je renfourche mon cheval de bataille ! Ce que tu dis est devenu vrai quand le disque s'est démocratisé (environ au début des années 70). Dans les années 60 c'était un produit de luxe.
En 1962 il fallait 6 h de travail d'un ouvrier pour se payer un 45 tours EP à 10 balles !!
En 1964 5 h et demie, en 1966 5 h ! Pour un gamin des classes populaires c'était inaccessible, et mon premier disque neuf me fut offert en cadeau de Noël ! La popularité d'un disque, c'étaient les radios qui la faisaient.
Mai 68 changea la donne : d'une part les salaires augmentèrent de 30% et d'autre part les EP se virent peu à peu remplacés par des singles au prix imposé de 6.70 F. Il "suffisait" de bosser 2 h pour se payer un disque !
Enfin vinrent les hypermarchés et la FNAC qui cassèrent les prix. En 1973 le 45 tours était vendu 5.15 francs au Mammouth de Montpellier, 1 h de smic. C'est à partir de cette année-là que je pourrai me payer -enfin - les disques neufs qui me plaisaient. Je parle des 45 tours car les albums étaient encore réservés aux riches... C'est - bizarrement - le CD qui les démocratisera !
Amitiés.

Écrit par : Cica pour Leroy | 01/11/2021

Cica,
Tout à fait vrai.., bon, moi le piquais les disques sous le blouson au prisunic du coin pour les copains de l'orchestre

Écrit par : Jmp | 01/11/2021

ça me rappelle "rockcollection" :

"Le pauvre Jean-Marc s'est fait piquer chez le disquaire, c'est dingue
Avec un single des Stones caché sous ses fringues" !

Non ça je ne l'ai jamais fait directement. En revanche j'ai fait du recel, avec 3 albums que j'ai achetés la moitié du prix à des "piqueurs" : wheels of fire des Cream, beggar's banquet des Stones et in a gadda da vida des iron butterfly !

Et, en 70 j'ai fait de la contrebande pour un couple très gentil du haut-doubs pour alimenter leur juke-box. 6.70 francs en France, 3.30 en Suisse !! J'en ai passé 50, en 10 voyages...

y a prescription ;)

Écrit par : Cica pour JMP | 01/11/2021

Leroy : C'est "parce qu'on a choisi de ne plus les diffuser", non, nuance : "C'est parce que les décideurs des médias, les patrons des radios nostalgiques voire même des chaînes de télé nostalgiques décident de ne plus les diffuser.".

Moi, je remarque cela pour plein de tubes des années 80. Par exemple, en 1986, "L'amour à la plage" de Niagara, "Les brunes comptent pas pour des prunes" de Lio, "C'est la ouate" de Caroline Loeb, "Toi mon toit" d'Elli Medeiros et "Libertine" de Mylène Farmer n'ont pas autant cartonné au Top 50 qu'on pourrait le penser alors qu'on les entend encore très régulièrement. Par exemple, cette année-là, "Tropique" de Muriel Dacq, "J'veux pas le savoir" de Bibie (Le "follow-up" de l'énorme tube "Tout doucement" de l'année précédente), "Flash" de Stéphanie de Monaco (Le "follow-up" d'"Ouragan") ou encore "L'enfant" de Jeanne Mas (Le tube qui a suivi "En rouge et noir") ont bien plus cartonné au Top 50 en 1986 que les titres suscités, et pourtant ils sont bien moins rediffusés aujourd'hui.

De même, à l'époque où je regardais le Top 50 (1988 / 1989), il y a eu des gros tubes, comme "John" de Desireless, jamais rediffusé ou presque, car on la résume à "Voyage, voyage", pourtant "John" fut un second tube classé 5ème du Top 50 en 1988, "I maschi" de l'italienne Gianna Nannini, "Sketch of love" (Adapté de la "Sarabande" de Haendel) par le chanteur à la voix de six octaves Thierry Mutin, ou encore "J'aurais voulu te dire" par une chanteuse éphémère Caroline Legrand, chanson composée par François Feldman, titres qui ont cartonné au Top 50 à l'époque et qui ne sont plus que très peu rediffusés.

Et ceci concerne toutes les décennies musicales. Il y a aussi des chansons victimes d'un matraquage à leur sortie si bien que le public s'en est lassé. Je crois bien que c'est déjà le cas de "Belle" de Notre-Dame-de-Paris, LE tube français de 1998 / 1999, énorme à l'époque, ultra-diffusé à la radio et à la télé à l'époque, au point que l'on croit que c'était seulement hier, alors qu'on ne peut pas dire qu'on l'entende encore beaucoup en 2021.

Écrit par : Hug | 01/11/2021

Ultra diffusé je n'en sais rien car je n'écoutais que "rire et chansons" à l'époque, triste époque, mais "belle" est (en dehors de la danse des canards et de petit papa Noel) le single le plus vendu en France avec 2.200.000 exemplaires. Ceci explique peut-être cela....

Écrit par : Cica pour Hug | 01/11/2021

Hug : Quand je disais "on a choisi de ne plus les diffuser" , le "on" (pronom indéfini) désigne aussi les décideurs des médias, les patrons de radios nostalgiques...
En fait, nous disons exactement la même chose et j'aurais pu aussi utiliser tes exemples pour illustrer ton affirmation...

Écrit par : LEROY David | 01/11/2021

David Leroy : D'accord. En réalité, même si grâce à Cica, je ne prends plus, même pour mes chroniques les données de Fabrice Ferment très au sérieux, surtout sur son site Top-France.fr, en revanche, je considère toujours son livre "40 ans de tubes" avec le Syndicat National de l'Edition Phonographique publié en 2001 comme une référence pour les tubes de chaque année entre 1962 et 2000.

Et, lorsque je l'ai lu ou observé la première fois, je me suis rappelé qu'effectivement les chansons "Sketch of love" de Thierry Mutin et "I maschi" de Gianna Nannini avaient été des gros succès quand j'étais enfant et que je regardais le Top 50, parce que, déjà en 2001, ces chansons n'étaient plus très diffusées.

De même, j'ai été surpris de voir que Véronique Sanson, Françoise Hardy, Michel Jonasz, Catherine Lara, Maxime Le Forestier, Bernard Lavilliers, Alain Souchon, Jane Birkin, Serge Gainsbourg, entre autres valeurs sûres de la chanson française n'étaient pas vraiment des vendeurs de singles.

Véronique Sanson n'est pas du tout présente dans ce livre. Françoise Hardy seulement avec ses deux premiers 45 tours "Tous les garçons et les filles" et "Le temps de l'amour", Michel Jonasz, Catherine Lara, Maxime Le Forestier n'y sont pas. Bernard Lavilliers qu'une seule fois, en 1995, avec "Melody tempo harmony" en duo avec Jimmy Cliff, Alain Souchon qu'une seule fois également avec "Foule sentimentale" en 1993 (Paradoxalement sa chanson qui a le mieux marché au niveau "commercial" !), Jane Birkin seulement en 1969 avec son duo avec Gainsbourg "Je t'aime...moi non plus", 45 tours s'étant beaucoup vendu cette année-là malgré une censure, mais avec plusieurs éditions.

Serge Gainsbourg, outre le duo suscité avec Jane, y est une seconde fois, avec son autre duo sulfureux "Lemon Incest" avec sa fille Charlotte, en 1985. Comme quoi ses provocations ont fait vendre.

Écrit par : Hug | 02/11/2021

Écrire un commentaire