Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2022

Impasses

Je viens de me rendre compte d'une chose.
J'ai déménagé un certain nombre de fois dans ma vie, qu'on en juge :

1979/1980 : impasse Condatomag 12 MILLAU

1984/1987 : impasse Les Taxils 05 CHATEAUROUX LES ALPES

1987/1995 : impasse Le Chapeliérou 48 MENDE

1995/1997 : impasse de l'Arjal 48 MENDE

2003 : impasse Kléber 64 BIARRITZ

2007/2011 : impasse la Fontaine aux Daims 39 LONS LE SAUNIER

2011/2013 : impasse de Crésille 25 OUHANS

2014/2019 : impasse des Lavandières 83 SANARY SUR MER

et pour finir

2019/XXXX impasse xxxx 43 ALLEYRAS

2020/XXXX impasse xxxx 43 LE PUY

La plupart de ces voies sont mentionnées comme "rues" voire "avenues" mais ce sont bien des impasses.

C'est grave docteur ?

 

Commentaires

Né rue Chaptal à mende à 20 mètres de la rue de l'arjal

Écrit par : Jmp | 01/11/2022

comme toi Patrick dans la commune où j'habite actuellement, dans un petit lotissement, la rue est en cul de sac donc en impasse, j'ai comme l'impression que ce mot est mal vu par nos concitoyens d'où les décisions des mairies de les remplacer par rue qui fait plus consensus. Après l'essentiel c'est que dans ta vie tu as quand même la chance de résider successivement dans des villes magnifiques comme Millau, Mende, Biarritz, Lons le Saunier, Sanary sur Mer, Le Puy.. dans une rue ou une impasse c'est quand même pas mal ! Amitiés à tous, Renaud.

Écrit par : Renaud | 02/11/2022

Bonjour Patrick et à tous.

Adresse à ST OUEN jusqu'en 1970: impasse Edgar Quinet, pas très loin du marché aux Puces et du stade Bauer où joue encore le RED STAR.

Mais on ne le précisait pas sur l'adresse "officielle" qui était 1 Bis Villa Edgar Quinet. Cette impasse donnait sur la rue Edgar Quinet.

Bises à tous.

Écrit par : boixiere | 02/11/2022

D'impasse en impasse, c'est comme ça qu'on sort du Labyrinthe...
Bonne journée à tous.

Écrit par : Hypothetique | 02/11/2022

L'appartement se trouvait à l'angle de la rue du soubeyran, au premier étage au-dessus du magasin de chaussures.

Écrit par : Cica pour JMP | 02/11/2022

J'ai aussi habité Vannes (1998/1999) Séné (1999/2003), Boucau (2004/2007). Mais pas en impasse. Je reconnais que j'ai vécu - et je vis - dans des très belles régions, dont 16 ans au bord de la mer et 32 en montagne !
Amitiés

Écrit par : Cica pour Renaud | 02/11/2022

J'imagine que le coin a dû changer ! C'est aux puces de St Ouen que j'achetais la plupart de mes disques, parfois juste après leur parution et à des prix cassés.
Je t'embrasse

Écrit par : Cica pour Boixière | 02/11/2022

Tu es sûr ?

Écrit par : Cica pour Hypothétique | 02/11/2022

Systématiquement, quand je vois ce mot "Impasse" écrit je pense à une chanson de Françoise Hardy intitulée "L'impasse" et qui est très triste. Moi-même suis-je peut-être en train d'en vivre une. Effectivement, j'ai vécu deux deuils en peu de temps, plus un rhume, plus une situation bancaire compliquée. Mais dans le fond, je pense que radoter et me complaire dans le passé n'aide pas à avancer. Je fais toujours des chroniques radio, bien que n'étant pas retourné au studio de la radio depuis deux ans, et je sens que ma vie est de nouveau un peu trop centrée sur mes chroniques uniquement.

Quand je faisais mes lectures pour Valentin Haüy aussi, au moins c'était diversifié. Mais j'ai eu le mauvais goût de me fâcher avec l'un des audio-lecteurs. Et donc, comme à chaque fois que je me fâche avec quelqu'un, je culpabilise trop. Je ne supporte pas parfois d'avoir des rapports avec des gens qui m'agacent. Mais la vie n'est pas un long fleuve tranquille, malheureusement. Et du coup, je me recroqueville sur moi encore plus et finit par m'ennuyer.

Oui, donc ce titre de forum faisait référence aux impasses, aux rues. Je n'ai jamais vécu en impasse. Quand je suis né, mes parents vivaient dans un appartement H.L.M. trois étages. On vivait au troisième.

Ensuite, on a déménagé pour vivre à la campagne, dans une maison de laquelle je vous envoie ce message.

Alors, il y a quelques mois, exemple parmi d'autres de moments où je peux me juger et m'en vouloir : Un vendredi de juin où mon père m'avait énervé parce qu'il avait peur que je sois en retard dans une pâtisserie (Toujours mes horaires de vivre davantage la nuit que le jour. En plus avec ce changement d'heure, de nouveau je vois plus souvent la nuit que le soleil !) pour m'y acheter un dessert, je pensais qu'effectivement, je me faisais souvent chier chez mes parents, surtout la nuit, et même parfois la journée le week-end. Et surtout que j'en veux à certains voisins de mes parents dont les enfants se sont moqués de moi quand j'étais en classe au collège avec eux.

Mais comme c'était toute une grande famille qui vivait autour de chez mes parents, je n'ai jamais voulu rien dire et ai gardé cette souffrance pour moi. Donc, quand j'ai le blues en étant trop longtemps chez mes parents, ça revient. Un peu moins en ce moment, parce qu'effectivement, mes voisins ont perdu un de leurs oncles. Et ainsi, je partage leur peine et peste moins contre ce qu'ils m'ont fait il y a 25 ans.

Donc voilà, c'est vrai que vivre à la campagne chez mes parents parfois, ça m'ennuie. Et je trouve qu'il y a des saisons où ça va encore, parce qu'on peut se promener de temps en temps dans le jardin et dans le voisinage, le printemps et l'été, et se baigner ! L'automne passe encore parce qu'il y a de jolies couleurs aux feuilles d'arbres, mais comme j'ai été enrhumé, je n'ai pas encore pu me promener dans la campagne dernièrement, où j'aime bien me promener à cette saison. Mais alors l'hiver, franchement, je préfère la ville.

Et ce jour-là, je suis arrivé en disant que je préférais largement la ville à la campagne, et du coup, une des pâtissières m'a répondu qu'elle n'était pas du tout d'accord avec moi. Mais, si j'y suis retourné la semaine d'après, j'ai quand même eu honte d'être arrivé énervé dans ce magasin.

Autrement, j'ai donc un appartement dans ma ville de La Roche-Sur-Yon au 2ème étage. Alors j'appréhende parfois d'y retourner pour aller y dormir. Mais en réalité, là, pendant un moment, je n'ai pas mon père sur le dos, je suis plus tranquille !

Par contre, effectivement, quand j'étais petit, j'avais un copain qui vivait dans une impasse à La Roche-Sur-Yon, 18 impasse Galilée. Je ne l'ai pas vu depuis 1998, mais en plus d'avoir perdu son père quand on avait 9 / 10 ans, j'ai appris en mars dernier qu'il avait perdu sa mère en 2021, en tombant par hasard sur son nom sur le site Dansnoscoeurs. Cette nouvelle m'a bien sûr touchée pour lui, mais comme je suis Poissons comme signe astrologique, que j'ai donc comme défauts d'avoir des difficultés à prendre des décisions, et que cela faisait longtemps que je ne l'avais plus vu, j'ai pensé, bien sûr, que je pourrais lui envoyer un petit mot sur ce site pour sa mère, mais, mon père m'ayant dit que c'était un peu tard, je ne suis, à nouveau, pas passé à l'acte !


J'ai aussi justement ma tante, ma marraine, la femme dont j'ai écrit ici récemment qu'elle avait dansé et chanté au sein du groupe folklorique des Sables d'Olonne Le Nouch (En plus, petit, quand j'écoutais un 33 tours de ce groupe, j'étais très fier d'avoir une marraine chanteuse. En réalité, elle était préparatrice en pharmacie et faisait cela pour son temps libre) dans les années 70 et 80, qui elle, habite aussi dans une impasse aux Sables d'Olonne.

D'ailleurs, comme je suis un champion de l'éponge émotionnelle (Mon surnom pourrait être Spontex), je sais que son mari est parti depuis dimanche faire un voyage dont il rêvait depuis le début du confinement en Antarctique, au Pôle Sud, et mon père s'inquiète un peu, et ma tante aussi, parce qu'il a un cancer, et que la dernière fois qu'il l'a vu, il l'a trouvé un peu planeur. Donc là aussi, j'aimerais envoyer un Sms à ma tante pour lui dire que je pense à elle durant sa période où elle est seule chez elle avant que son mari ne revienne, mais je n'ose pas.

Écrit par : Hug | 03/11/2022

Patrick, il y a au moins un labyrinthe qui n'a pas d'issue c'est celui que l'on trouve à l'intérieur de la pochette de Their Satanic Majestic Request des Stones. Inspiré du Labyrinthe détruit de la Cathédrale de Reims ( dont s'inspire le logo des Monuments historiques, avec une rotation de 45°) on ne peut pas atteindre le centre "It's Here" puisqu'un mur empêche toute progression. Aucune échappatoire... une vraie impasse !

Écrit par : Hypothetique | 03/11/2022

Patrick, il y a une impasse au Havre où traînent parfois des souvenirs émus...
Hug, si tu permets, ose! C'est ta marraine, ça lui fera plaisir. Il y a-t-il un cd du Nouch?
Hypothètique, j'ai cet album des Stones, mais pas ici; je ne me souviens plus de la pochette. Ils avaient fait une belle pochette pour un album précédent, où figurait sauf erreur She's a rainbow.
Amicaux messages à chacun. Cédric

Écrit par : Cédric | 03/11/2022

Bonjour Patrick et à tous.

Puisque vous êtes " à fond " dedans, allez voir ce film

https://www.lillelanuit.com/le-mag/actus/cinema/limpasse-le-chef-doeuvre-de-de-palma-et-pacino/

extrait

https://www.youtube.com/watch?v=iM-oit4_aWI

Écrit par : boixiere | 03/11/2022

Cédric : J'ignore si Le Nouch existe en CD. Par contre, effectivement l'album où ma marraine chante le plus (Et où on peut la voir sur la pochette mais uniquement de profil. Par contre on peut y voir une des cousines de mon père, Pascale, de face) est disponible en format téléchargement numérique. Je mets ici le lien Deezer http://www.deezer.com/fr/album/5450491

Écrit par : Hug | 03/11/2022

Le lien a bien marché, alors je complète : Ma marraine se trouve au premier plan sur la photo de la pochette, tout à gauche de la photo. C'est elle qui est habillée en rose. La cousine de mon père Pascale, est celle qui est habillée de blanc.

Ma marraine intervient sur ce disque sur les titres "Le général Grosbon" (Une chanson politique à ne pas mettre en toutes les mains !), "L'âne de Marion" et "La fille des Sables d'Olonne". Sinon, on peut l'entendre dans les choeurs sur les titres suivants : "Les trois marins de Vendée", "Partons la mer est belle", "Nos sabots", "Les filles de la plaine", "L'ombrelle", "La valse des Sablaises". Les titres "La messe à Poitiers" et "O vinguit in ordrd'au roy" sont des chansons en patois poitevin chantées en solo par le créateur du groupe Léo David, et "Le jeu de quilles" est un morceau instrumental à l'accordéon.

Écrit par : Hug | 03/11/2022

Merci Hug pour les infos. Je le téléchargerai ce week-end. A bientôt. Cédric

Écrit par : Cédric | 04/11/2022

Les impasses sont plutôt inquiétantes : qu'est-ce qui se cache au fond de l'impasse ? N'y trouverait-on pas l'ouverture vers un autre monde ? Si on va dans l'impasse, est-on sûr d'en revenir ? Est-ce que les maisons ne vont pas se rapprocher pour m'écraser ou m'engloutir ? …

Écrit par : Cristophe | 16/12/2022

Écrire un commentaire