Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2010

A propos de ma mémoire "éléphantesque"...

Beaucoup me disent que j'ai une mémoire exceptionnelle, que je me rappelle au jour le jour des 40 dernières années de ma vie au quart d'heure près.

Si en effet, avant ma dépression - et les médocs qui allaient avec - j'étais, comme on dit, "hypermnésique", il n'en va pas de même depuis quelques années.

Mais par chance, j'ai tenu depuis très longtemps un journal intime.

La preuve, je vais vous la montrer.

C'est un morceau de mon journal intime écrit en 1964 (j'avais 13 ans) où je raconte Marité, ma soeur volée.
marite-ma-soeur-volee-1963.html

A l'époque, je ne savais pas qu'il y avait de fortes chances pour qu'elle soit ma soeur, et bien évidemment l'éclairage n'est plus le même.

Image (7).jpg

 

Certes, ce n'est pas du Ronsard ou du Pagnol. Sauf que j'avais un énorme avantage sur ce dernier : mes souvenirs d'enfance à moi étaient écrits quasiment en direct, et non pas sortis de la mémoire d'un vieil homme.

Bref, j'ai écrit sur tous les évènements exceptionnels de mon existence, et Dieu sait qu'il y en a eu...

Exception, entre 1993 et 1994, où ce sera carrément un "poème à quatre mains" au jour le jour.

En plus de cela, quand en 1991 j'ai découvert cette magie qu'était le traitement de texte, j'ai recopié - en actualisant, quand même - une grande partie de ces textes.

Et enfin, dans les années 2000, je m'en suis largement inspiré pour écrire mes "mémoires".

Donc, je ne manque pas de documentation, même s'il m'arrive de me servir de mon reste de mémoire pour corriger (plutôt "actualiser") certaines erreurs de l'époque.

Je vous embrasse.

19:55 Publié dans moi | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : journal intime

Commentaires

Bon ton extraordinaire mémoire s'explique donc, mais du coup tu me laisse étonnée par un autre aspect de ton existence (qui m'étonne aussi chez d'autres personnes que je connais bien, rassure-toi ;-) c'est ce côté "écureuil de l'existence", c'est à dire d'avoir encore sous le coude des objets ou des souvenirs qui datent de l'enfance !

J'ai eu une existence, depuis toujours, un peu nomade et toutes ces choses sont, pour moi, parties aux vieilles lunes depuis longtemps... mais j'avoue que j'envie un peu les gens comme vous :-)

Bisous

Écrit par : fiamella | 16/09/2010

Ce sont des choses "rescapées" de mes déménagements successifs, au cours desquels à chaque fois environ 10 à 20% de mes affaires étaient jetées - à mon insu - à la poubelle.
Depuis mes 21 ans, j'ai quand même déménagé 14 fois et j'entame la 15ème ! Parfois il y a de belles surprises, dont une disquette de 94 introuvable à mon déménagement de 1997 et à celui de 1998, fut retrouvé par ma fille dans celui de 2003 ! Et cette disquette m'a énormément éclairé sur quelque chose dont finalement, je me demandais si je ne l'avais pas trop idéalisé. Cette disquette - qui 9 ans après marchait encore - a pu me répondre.
Tout cela tu le verras d'ici quelques semaines.

Bisous.

Écrit par : cica pour Fiam | 16/09/2010

J'admire! Moi qui n'ai jamais pu tenir un journal intime plus de trois mois... j'ai tout essayé pourtant: le joli cahier qui sent bon le neuf, celui qui a un peu vécu, les petits carnets qui se glissent partout, le traitement de texte, les notes dans mon téléphone, l'agenda... Rien à faire: je ne m'y tiens jamais longtemps!
Alors bravo, chapeau bas pour avoir pu trouver le courage de noter tout cela et de conserver tes notes si longtemps!

Écrit par : CriCri | 17/09/2010

Les commentaires sont fermés.