Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2014

Bouts de vie (1) : décembre 2001

Nous avions prévu de passer les vacances de Noël 2001 au Pays Basque.
Hôtels retenus, tout bien préparé.

Quand, vers le 21 décembre, ma chère et tendre, qui avait vu un reportage sur les marchés de Noël en Alsace, me supplia de changer de destination. Le cap à l'est plutôt qu'au sud-sud-est !

Ma foi, pourquoi pas, si on trouve de quoi se loger...

On trouva.
Mais... pour qui ne le sait pas, l'Alsace, région si belle et si animée - surtout l'été - se referme complètement sur elle-même du 24 décembre à 16 h au 27 au matin !
Quand le 27 ne tombe pas un dimanche...

Comme ils le disent, "c'est une fête familiale, chez nous"...
Ils n'ont peut-être pas si tort que ça ?

Bref, après avoir passé la soirée du réveillon dans le seul restaurant de Strasbourg qui veuille bien nous accepter (à savoir... le buffet de la Gare - je vous jure que c'est vrai !), avec comme menu de fêtes une choucroute garnie à 59.95 (soit l'équivalent de 14 euros actuels), après nous être baladés le lendemain dans un Strasbourg désert et glacial, dans un Colmar encore pire et surtout l'absence criante, hurlante même de restos ouverts, et surtout "non réservés " j'entends alors mon épouse me dire "et si au lieu de rester là nous passions deux jours de plus à Paris ?"


Paris, c'est bien joli, mais encore faut-il trouver- toujours - à se loger.
Je téléphone au Formule 1 Noisy le Grand, interface idéale entre la route et le RER parisien, sans trop y croire :
"vous avez de la chance, c'était complet, et un couple vient juste de se désister..."

Bref, 5 minutes avant ou 5 minutes après, on ne parlait plus de Paris !

La traversée des Vosges sous la neige sera dure. Sans équipement, c'était première/seconde/première. Et à côté, j'entendrai chère et tendre qui me dira "mais double, ah la la, mais tu ne sais vraiment plus conduire..."
Arrivés en bas, à St Dié, ma fille et moi lui disons qu'on ne pouvait pas faire mieux.

Et là, je la vois faire une de ces crises d'hystérie dont elle a le secret, critiquant tous les détails de notre voyage. " Tu m'as fait dormir dans un hôtel Bonsaï !!! Moi dans un hôtel Bonsaïi (NDR : douche-WC-Télé, quand même ), et à présent tu conduis comme un pied !" J'an ai Maaaarre !"

Et quand ma fille et moi lui faisons remarquer qu'au départ il était question de Pays Basque, et que les hôtels réservés étaient, eux très confortables, je la vois qui ouvre la portière, et s'enfuit.
Son truc à elle.

Ma fille et moi nous nous attablons quand même dans une cafet, et devant mon air désespéré, elle me dit, les larmes aux yeux :

"Papa, va vivre ta passion avec la femme que tu aimes en secret. Maman ne te mérite pas, et moi je vois que tu es en train de mourir à petit feu... Tu sais je préfère voir un papa de temps en temps mais bien en vie, que de fleurir une tombe..."

C'était fin décembre 2001.
13 ans.
Une éternité.....

Je vous embrasse.

Commentaires

"Va savoir si on peut être séparés pendant des années et toujours s'aimer."
... Oui !

Commentaire inutile mais je crois que tu me comprends ;-)

Écrit par : Sylvie | 23/11/2010

ou bien l'un qui aime plussss que l'autre -mais aime quand même.........Bises

Écrit par : Christel | 23/11/2010

Oupss suis un peu a côté de la plaque todayyyy- en fait je voulais dire l'un des 2 ses sentiments ont tièdis, mais la flamme existe toujours ...

Écrit par : Christel | 23/11/2010

Je pense que c'est ça qu'il faut retenir.
Bises

Écrit par : cica pour Sylvie | 24/11/2010

Tout à fait... les braises qui couvaient en elle auraient pu se transformer en grand feu, style Jacques Brel dans sa chanson "ne me quitte pas" (on a vu souvent rejaillir le feu d'un ancien volcan qu'on croyait trop vieux...). Mais plusieurs choses jouaient contre moi, contre Nous : la distance, sa chère maman, et surtout ses scrupules.
Car j'ai oublié d'en parler mais elle m'a dit une chose très importante : "on ne construit pas un amour sur des ruines". Elle ignorait alors que j'étais, contrairement à 1993, quasiment libre.

Je t'embrasse

Écrit par : cica pour Christel | 24/11/2010

La fille de Robert devrait peut-être lire les paroles de ta fille.

Écrit par : Cristophe | 09/02/2014

Elle lit aussi mon blog, j'espère qu'elle les lira :D

Écrit par : cica pour Cristophe | 13/02/2014

Les commentaires sont fermés.