Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2011

La Bataille de l'Atarax

D'abord, résolution : Vu les gaffes que je commets - ici ou là - à cause de cette satanée maladie, j'arrête mes écrits, que ce soit ici ou sur Facebook, tant que celle-ci n'est pas finie.
Mes (riches) aventures parisiennes attendront.

Mais en revanche, je m'autorise à publier un graphique, qui j'espère parlera tout seul : j'ai réussi, en 8 mois, depuis le début de ma retraite,  à passer de 200 mg d'Atarax à 0. Le reste suivra.
Voilà, je vous embrasse.

graph médocs.jpg

18:47 Publié dans actualité, moi, psy | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : volonté

09/04/2011

Ma désintoxication

La France est un des plus gros consommateurs d'antidépresseurs et autres antianxiolytiques.

Moi-même, depuis près de 40 ans, je participe au mouvement, cause travail posté. J'ai fait des nuits jusqu'à l'âge de 57 ans, et le début des journées est fixé à 5h45...

Je passe sur ma période 1994/2000, où je prenais 14 comprimés par jour, mais pas n'importe quels comprimés. Par exemple un comprimé de médicament A dosé à 0.75 vaudra trois comprimés dosés à 0.25. Donc, c'est par dizaines qu'il faudrait compter...

Mai 99, j'arrête tout. y compris les somnifères.

Ne tarde pas à arriver une maniaco-dépression, durant laquelle je dois dormir environ 3 à 5 heures maxi par nuit !

Ce n'est qu'après ma TS (février 2003) que je reprends mes doses d'avant 93, mon médecin m'ayant assuré que s'il le fallait, il me mettrait en congé maladie jusqu'à mon départ pour Biarritz.

Biarritz où je suis bien accueilli, ce qui me fait prendre juste une dose de 2.50 de médicament A.
A comme antianxiloytiques.

En octobre 2004, je réussis même un prodige. Ayant fui femme et enfant pour aller me ressourcer dans ma ville natale (la femme était en cure, l'enfant s'était barrée étudier en Bretagne), je me mis à diminuer les doses de A. 2.50 le premier jour, puis 2, puis 1.50, puis 1, puis 0.50 puis...zéro !!!

Ce sera la seule fois de ma vie professionnelle où j'arriverai à cette victoire.
Que je comptais bien exploiter...

Hélas, au boulot la situation se dégrade. D'où un médicament B dosé à 100, en plus de mes 2.50 de A.

En 2005, je commence carrément à grincer des dents ! D'où second médicament B à 100 qui vient s'ajouter aux autres.

2006 : c'est
- la mort de mon père
- la trépanation de mon épouse
- le viol de mon blog au boulot
- l'obligation de partir du Pays Basque.

Là va s'ajouter 1 comprimé de somnifère C et un second A 2.50

Je résume.

A la veille de prendre ma retraite, j'avais

5 mg de A
200 de B
50 de C (somnifère).

A présent que le boulot est fini, je suis en train de redescendre.

Pour B, le plus facile, je suis passé à 175 de B début mars, puis à 150 début avril.

Si tout se passe bien, je devrais me sevrer ainsi :

mai : 125 de B + les autres
juin : 100 de B + les autres
Juillet : 75 de B + les autres
Août : 50 de B + les autres
Septembre : 25 de B + les autres

Fin septembre, ne resteraient que A et C.

octobre et novembre je passerais de 50 à 25 de C.

Puis avant la fin de l'année j'éliminerais le C

Reste le A, que 40 ans de travail posté m'ont obligé à prendre.

Mon but c'est de passer de 5.00 à 2.50. Peut-être moins mais ça serait inespéré

Donc, janvier 4.50
février 4
mars 3.50
avril 3
mai 2.50.

Cela est bien sûr un programme "idéal", qui verrait tout ces mois comme un long fleuve tranquille.

Une crise de mon épouse peut ralentir cette progression.

Mais pour l'instant je suis fier du début de progrès que j'ai fait.

 

Pour les éventuels médecins : A = Témesta, B = Atarax, C = Stilnox.

Je vous embrasse.

 

17:25 Publié dans psy | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : volonté