Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2011

La dernière crise de démence de mon épouse

Je vis avec deux grands malades.

Mon chat Bob, diabétique, et mon épouse, atteinte d'une grave maladie neurologique.

Mais d'abord, comment se fait-il que je sois là à cette heure-ci, alors que fort logiquement je devrais monter, à Mouchard (39) dans le TGV Paris-Lausanne ?

Tout simplement parce qu'aujourd'hui il y avait réunion du personnel. Que mon chef était là, ainsi que le Grand Chef qui couvre Alsace - Lorraine - Franche-Comté.
Et qu'il était question du devenir de deux de mes collègues.

Assez vite, le ton est monté, et j'ai senti que mon 3ème collègue, qui avait "osé" demander une mutation pour Lyon, était agressé.
Oh que je me souviens de trop de ces réunions où j'étais sur la sellette...

Et du coup je suis monté au créneau.
Facile, certes, en considérant qu'à partir de ce soir, je ne vais plus au travail par obligation, mais parce que je l'ai décidé. Et oui, j'arrive à la date limite autorisée !

Donc au créneau.

Et tout de go, j'ai dit ma franche pensée au Big Boss, à savoir qu'en fait, la cause de tout cela est le non-remplacement par la direction de notre collègue accidentellement décédé en 2009.
Que si on l'avait remplacé, on ne m'aurait pas "déqualifié" et que, comme je l'avais toujours dit, je serais resté jusqu'à juin 2012, afin d'avoir tous mes trimestres.

Que donc, en ce mois de janvier 2011, en admettant que mon jeune collègue ait maintenu sa mutation (mais ça m'étonnerait, attaché qu'il est à son Jura d'adoption), on aurait fini l'année non pas à deux - comme ça sera le cas- mais à 4.
Et que par conséquent l'avenir de Lons le Saunier n'aurait pas été menacé dans l'immédiat comme il l'est aujourd'hui (on parle de fermer le centre au 1er septembre...)

Sans doute ces propos - je le répète sans danger pour moi - ont eu l'heur de plaire à notre chef de Franche-Comté, si bien qu'il m'a proposé, en revenant à Besançon, de faire le crochet par Pontarlier où je récupérerais ma voiture.

Si bien que je suis arrivé chez moi non pas entre 21h45 et 23h comme les fois précédentes, mais à 19h45 !
Appréciable...
Et apprécié par mon épouse, laquelle m'a montré tout ce qu'elle a fait aujourd'hui dans la maison.

A peu près le même genre de trucs qu'elle avait fait le 10 août dernier, date à laquelle on l'avait retrouvée inanimée dans sa voiture après une crise d'épilepsie.

Je connais bien le "sujet", et je sais qu'elle a deux façons de faire une crise.

Epilepsie d'abord, si le facteur déclenchant est trop grand.
Sinon, de "simples" crises de démence.

"Simples" mais éprouvantes pour l'entourage....

En principe c'est soit notre fille, soit bibi soit les deux qui dégustaient lors de ces crises de démence.

Mais cette fois, ni elle ni moi n'étions là.

Le "facteur déclenchant" fut une crotte de notre chat Bob, trouvée dans la salle de bains.
Chat, qui je le rappelle vit ses derniers mois, étant diabétique au plus haut degré.
Et qui, bien sûr, n'est pas responsable de ses "souillures".

C'est elle-même qui me l'a dit.
D'un accès de folie (je la cite !) elle a pris le chat, a ouvert la fenêtre et l'a jeté dehors.

Cette fenêtre-là :
DSCN2398a.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Dieu des chats a fait que Bob s'en sorte sans dommage.
Physique, car psychologiquement il est traumatisé. Nous regarde d'un air implorant sans comprendre.
Comprendre pourquoi on l'a traité ainsi.

Choc de deux grands malades, l'un qui ne peut s'empêcher de faire ses besoins n'importe où, et l'autre capable, dans un accès de folie, de la pire des choses.
Car si l'on avait habité au 6ème étage d'un immeuble...

 

Saletés de maladies, qui d'un côté vous rend sale, et de l'autre vous rend fou. 

Je vois non plus avec angoisse mais avec horreur le mois de mars, où je serai livré 24 heures sur 24 à elle-même....

Et si rien ne change, je n'aurai pas beaucoup d'alternatives. Une seule :
- soit faire le gros dos dans ma cave en espérant qu'elle se guérisse
- soit si elle ne guérit pas, alors prendre la fuite. Mais où ????? 

Pour l'instant, Dieu soit loué, je ne suis pas malade. C'est je pense ma seule chance de survie !

Je vous embrasse.

21:00 Publié dans psy | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : hystérie

Commentaires

Que dire? Heureusement que tu es rentré plus tôt, ça a certainement appaisé les choses...
Je t'embrasse, Cica!

Écrit par : CriCri | 28/01/2011

C'était bien de rentrer plus rapidement pour tout le monde ;((
bisous

Écrit par : Roberta/grapho 17 | 28/01/2011

J'ai toujours cru au "destin".
Et que les choses n'arrivent jamais par hasard. Si mon chef m'a proposé ce service, ce n'est pas anodin. Comme vous le dites toutes les deux, qu'aurais-je trouvé en arrivant à 22h, voire à 23 ?
Je crois, en effet, que je suis arrivé à temps !
Je vous embrasse.

Écrit par : Cica pour Cricri et Roberta | 28/01/2011

Je voudrais juste préciser....que le diabète peut également altérer le cerveau, et entraîner ainsi un état "démentiel". Je n'excuse en cela en rien l'acte de violence dont a fait preuve ta femme envers Bob ! Bien au contraire....Je veux juste dire que l'état diabétique de Bob pourrait entraîner chez lui des comportements aussi "violents" que celui de ta femme, et imprévisibles. Et pour l'anecdote, j'avais un chat qui sautait régulièrement du cinquième étage ; Il est toujours revenu indemne de toutes séquelles (Ce chat même dont j'ai fermé les yeux). Des bisous.....Et je comprends ton désarroi.

Écrit par : Sympho2 | 29/01/2011

Bises

Écrit par : Teb | 30/01/2011

Salut Cica et très bonne année à retardement;Mary a délaissé son blog et de ce fait moi aussi;ne sois pas jaloux,depuis des mois je ne suis allé sur aucun blog.Il nous a fallu un com sur le blog de Mary fait par la femme de Gilgamesh (qui ne va pas du tout) pour que nous allions sur le blog ,avertis au téléphone par une blogueuse.Je t'embrasse .

Écrit par : alain | 01/02/2011

Bob avait une attitude "démentielle" à Lons, mais depuis qu'il est arrivé ici il était sage comme une image. Et là, c'est même pire : je lis dans ses yeux qu'il sent qu'on va le tuer, et du coup il n'ose plus s'exprimer. Comme je dis à mon épouse : heureusement que tu n'est pas un chat !
Dur, je sais, mais ça remet bien les idées en place...
Bisous

Écrit par : Cica pour Sympho 2 | 03/02/2011

Je ne t'en veux pas. Je ne fréquente plus mon ancien site depuis que, par deux fois, j'ai découvert que je n'y représentais plus rien. Quand j'aurai l'ADSL j'y retournerai pour lire les blogs de ceux qui m'ont commenté ici. Mais c'est tout. Il faut savoir tourner les pages. Quitter le forum de Psycho où j'étais quasiment le plus célèbre m'a pas mal coûté, mais en 2006 j'ai pu sauter le pas.
Pareil dans ce cas.
Amitiés

Écrit par : Cica pour Alain | 03/02/2011

Les commentaires sont fermés.