Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2011

La dernière crise de démence de mon épouse

Je vis avec deux grands malades.

Mon chat Bob, diabétique, et mon épouse, atteinte d'une grave maladie neurologique.

Mais d'abord, comment se fait-il que je sois là à cette heure-ci, alors que fort logiquement je devrais monter, à Mouchard (39) dans le TGV Paris-Lausanne ?

Tout simplement parce qu'aujourd'hui il y avait réunion du personnel. Que mon chef était là, ainsi que le Grand Chef qui couvre Alsace - Lorraine - Franche-Comté.
Et qu'il était question du devenir de deux de mes collègues.

Assez vite, le ton est monté, et j'ai senti que mon 3ème collègue, qui avait "osé" demander une mutation pour Lyon, était agressé.
Oh que je me souviens de trop de ces réunions où j'étais sur la sellette...

Et du coup je suis monté au créneau.
Facile, certes, en considérant qu'à partir de ce soir, je ne vais plus au travail par obligation, mais parce que je l'ai décidé. Et oui, j'arrive à la date limite autorisée !

Donc au créneau.

Et tout de go, j'ai dit ma franche pensée au Big Boss, à savoir qu'en fait, la cause de tout cela est le non-remplacement par la direction de notre collègue accidentellement décédé en 2009.
Que si on l'avait remplacé, on ne m'aurait pas "déqualifié" et que, comme je l'avais toujours dit, je serais resté jusqu'à juin 2012, afin d'avoir tous mes trimestres.

Que donc, en ce mois de janvier 2011, en admettant que mon jeune collègue ait maintenu sa mutation (mais ça m'étonnerait, attaché qu'il est à son Jura d'adoption), on aurait fini l'année non pas à deux - comme ça sera le cas- mais à 4.
Et que par conséquent l'avenir de Lons le Saunier n'aurait pas été menacé dans l'immédiat comme il l'est aujourd'hui (on parle de fermer le centre au 1er septembre...)

Sans doute ces propos - je le répète sans danger pour moi - ont eu l'heur de plaire à notre chef de Franche-Comté, si bien qu'il m'a proposé, en revenant à Besançon, de faire le crochet par Pontarlier où je récupérerais ma voiture.

Si bien que je suis arrivé chez moi non pas entre 21h45 et 23h comme les fois précédentes, mais à 19h45 !
Appréciable...
Et apprécié par mon épouse, laquelle m'a montré tout ce qu'elle a fait aujourd'hui dans la maison.

A peu près le même genre de trucs qu'elle avait fait le 10 août dernier, date à laquelle on l'avait retrouvée inanimée dans sa voiture après une crise d'épilepsie.

Je connais bien le "sujet", et je sais qu'elle a deux façons de faire une crise.

Epilepsie d'abord, si le facteur déclenchant est trop grand.
Sinon, de "simples" crises de démence.

"Simples" mais éprouvantes pour l'entourage....

En principe c'est soit notre fille, soit bibi soit les deux qui dégustaient lors de ces crises de démence.

Mais cette fois, ni elle ni moi n'étions là.

Le "facteur déclenchant" fut une crotte de notre chat Bob, trouvée dans la salle de bains.
Chat, qui je le rappelle vit ses derniers mois, étant diabétique au plus haut degré.
Et qui, bien sûr, n'est pas responsable de ses "souillures".

C'est elle-même qui me l'a dit.
D'un accès de folie (je la cite !) elle a pris le chat, a ouvert la fenêtre et l'a jeté dehors.

Cette fenêtre-là :
DSCN2398a.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Dieu des chats a fait que Bob s'en sorte sans dommage.
Physique, car psychologiquement il est traumatisé. Nous regarde d'un air implorant sans comprendre.
Comprendre pourquoi on l'a traité ainsi.

Choc de deux grands malades, l'un qui ne peut s'empêcher de faire ses besoins n'importe où, et l'autre capable, dans un accès de folie, de la pire des choses.
Car si l'on avait habité au 6ème étage d'un immeuble...

 

Saletés de maladies, qui d'un côté vous rend sale, et de l'autre vous rend fou. 

Je vois non plus avec angoisse mais avec horreur le mois de mars, où je serai livré 24 heures sur 24 à elle-même....

Et si rien ne change, je n'aurai pas beaucoup d'alternatives. Une seule :
- soit faire le gros dos dans ma cave en espérant qu'elle se guérisse
- soit si elle ne guérit pas, alors prendre la fuite. Mais où ????? 

Pour l'instant, Dieu soit loué, je ne suis pas malade. C'est je pense ma seule chance de survie !

Je vous embrasse.

21:00 Publié dans psy | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : hystérie

30/12/2010

Retraite dans 66 jours

Hélas, pourrais-je ajouter...

Que va-t'il se passer quand je serai 24h sur 24 avec ma bonne femme ?

Malade, dépressive mais qui ne veut pas l'admettre ?

Elle ne supporte pas d'être toute seule, mais dès que je suis là, m'engueule à tort et à travers...

Exemple le plus récent :
J'ai bossé à Lons mardi et mercredi. Je suis parti de chez moi à 17h, pour arriver à la gare de Lons à 19h55. Rien à dire, la SNCF était à l'heure sur ce coup-là...
Mais l'état des trottoirs était tel là-bas, que pour parcourir 1km600 j'ai mis plus d'une heure. Car il y a des montées sur mon parcours...
Je n'ai pas quitté mon bureau durant presque 48 heures, et en suis descendu pour prendre le car hier soir, arrivée 21h35 - le plus tôt où je suis arrivé, le TGV Paris-Lausanne de 20h18 était exceptionnellement à l'heure.

De Pontarlier à Ouhans j'ai pris ma voiture. Durant 17 km, brouillard à couper au couteau, tandis que je voyais des connards inconscients me doubler alors qu'il y avait une ligne blanche, et la même chose en face. 60 km/h avec 50 m de visibilité, c'est trop lent pour les abrutis qui, deux mètres derrière, vous braquent leurs 4 phares comme des projecteurs de DCA...

Enfin le brouillard a cessé. J'étais à 4 km de chez moi, mais là c'est la route qui a pris le relais... A moitié dénéigée, c'est à dire à moitié verglacée ! Dépasser le 30 dans ces conditions aurait tenu pour de l'inconscience...
Enfin, vers 21h35, j'arrive dans mon lotissement, où cette fois c'était la patinoire intégrale.

Après ce que je considère comme un exploit, Bobonne me lance "tu aurais dû te garer contre la maison pendant que tu y étais....".
Je n'ai pas la force de lui répondre que, après une demie-heure d'enfer routier, je me suis garé où je pouvais.
Enfin si j'avais la force, mais je pense que dans l'état où j'étais cela se serait très mal terminé...

Là j'apprends qu'un voisin est venu mettre des lustres. Elle ne m'en avait jamais parlé, et le voisin a eu cette juste parole :"mais pourquoi ton mari ne le fait pas ?"
Le mari "n'est pas bricoleur", il sait tout juste aider Madame en s'en sortir, dans tous les cas de figure. Notamment économiques. Non je ne suis pas bricoleur, mais je connais mes droits. Je sais comment rétablir des situations financières inextricables. Comme en 1984 et 2000. Je sais aussi faire les courses, sans me faire rouler. Mais je ne suis pas bricoleur... Je sais tout juste écrire, enfin de quoi alimenter des blogs qui sont lus par plus de cent mille lecteurs. Mais je ne suis pas bricoleur.

Bref, alors que j'avais prévu de ne revenir que ce matin, après une nouvelle nuit passée sur un lit de camp dans mon lieu de travail, alors que sur son insistance - elle pleurait presque - j'ai bravé les intempéries. Et voilà donc la récompense...

J'admets qu'elle est doublement prisonnière.
Dans ses déplacements d'abord, elle doit attendre 6 mois après sa dernière crise pour avoir le droit de prendre le volant. Ca nous met au 10 février, si jamais elle n'en fait pas une d'ici là.

Dans son langage ensuite.
Mais là c'est différent. Elle puise toutes ses forces pour dialoguer au téléphone, à l'épicière, au voisin, à notre fille, à la famille...
Mais moi, je suis censé connaître toutes ses drôles de locutions.
Et comme elle saute sans cesse du coq à l'âne, bonjour pour suivre. Et quand elle voit, bien sûr, que je n'y arrive pas, alors elle me jette à la figure que non seulement je ne fais aucun effort mais qu'en plus je fais exprès de ne rien comprendre pour qu'elle se sente encore plus diminuée !!

Bref, je ne vois pas d'un très bon oeil cette retraite dans 66 jours. Je sais que ce cap est difficile, et je connais des amies bloggueuses (ex-bloggueuses ?) qui ne me contrediront pas...

Mais en ce qui me concerne, je suis en train de m'apercevoir que dans 66 jours, je n'aurai plus cette "parenthèse" à Lons, pour décompresser de cette vie-là.

Elle m'en veut, elle en veut au chat, qui depuis un mois est en pension afin d'éviter de nouvelles causes de crise. J'ignore quand on ira le récupérer, même si je sais que la note - 120 euros mensuels - sera salée...

J'avais voici peu érit une note "finirons-nous nos jours dans notre nouvelle maison ?"

En fait ce serait plutôt "Quand finirai-je enfin mes jours dans notre nouvelle prison maison" ?

Désolé de finir l'année avec une catégorie que je n'aurais jamais pensé mettre dans mon blog d'ici, mais il fallait vraiment que ça sorte !

Je vous embrasse.

 

14:37 Publié dans détresse, moi | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : hystérie

10/09/2010

Pas loin de craquer....

Je rappelle mes occupations des 7 derniers jours :

- vendredi dernier, départ pour Colmar, boulot là-bas.
- samedi dernier, boulot à Colmar
- dimanche dernier, boulot à Colmar
- lundi dernier, cartons
- mardi dernier, boulot ici
- mercredi dernier, aller à Ouhans pour réceptionner le lit et le matelas
- jeudi dernier (hier) boulot ici.

Attention: quand je dis "boulot ici", ça veut dre entouré de marteau-piqueurs en tout genre car ils "réhabilitent" l'immeuble. Et depuis deux mois, c'est notre étage qui est "réhabilité"

Tout cela sans compter les différentes tractations diverses et variées, avec les déménageurs entre autres.

Ce matin, "chère et dure" est en hystérie, envoyant balader tout ce qu'elle peut, et téléphonant tous azimuts pour trouver quelqu'un pour l'amener là-bas afin de.... tondre la pelouse. Je vous assure, c'est vrai ! Son obsession actuelle est l'état de la pelouse qu'une maison que nous n'habiterons que dans 6 semaines !

Elle insiste pour qu'on y aillle demain.
Pas question.

Et quand je peux souffler moi ?????

Le voyage de Ouhans, ça fait 9 fois qu'on se le tape. La dernière fois c'était pour réceptionner notre literie, la fois d'avant pour installer des tringles à rideaux.

Je le vois bien, ma conduite sur cette route devient de plus en plus rapide, tant d'une part je la connais par coeur, et d'autre part j'en ai marre de la faire. j'en connais le moindre mètre !

Pas la peine d'aller chez le psy si elle lui raconte ses dernières vacances. Mon épouse est malade, c'est évident. Et pas seulement côté neurologique, mais aussi côté mental.

C'est comme ça à chaque déménagement, et c'est pour ça que je lui avais proposé de s'occuper nous-même des cartons, et de le faire petit à petit.

Mais apparemment, cela n'a servi à rien, mon épouse est incurable, et je sais pertinemment que s'annoncent trois mois d'enfer, après les deux que je viens de passer.

Finalement, le fameux scanner thoracique, je ne le ferai pas...

Je vous embrasse

12:04 Publié dans psy, Ras-le bol | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : hystérie

30/08/2010

Fouille en règle !

Tout à l'heure, quand je suis arrivé du boulot, je n'en croyais pas mes yeux : ma bibliothèque avait été cambriolée !

DSCN6862.JPGTout de suite j'ai pensé à un cambriolage, que mon épouse m'aurait caché, pour ne pas m'affoler.

Non, ce n'était pas un cambriolage. Enfin si, mais un cambriolage familial !

C'est chère et tendre qui a fait ce dont elle rêvait depuis des années : fouiller de fond en comble ma bibliothèque.

Manque de bol pour elle , rien de compromettant n'a été trouvé, et pour cause, tout est dans mon placard du bureau.

Tout était en cartons, je rappelle à toutes fins utiles que nous déménageons... à la Toussaint !!

Je me retrouvai donc sans aucun bouquin, y compris ceux que je venais d'acheter !!

Je ne me suis pas laissé faire, et lui ai demandé de me retrouver les trois guides touristiques de Malte, Ile dans laquelle nous allons passer une semaine avant le déménagement.

Au départ elle m'a dit "démerde-toi", et quand elle a vu que, muni d'un coupe-papier, je m'apprêtais à ouvrir tous les cartons, elle s'est alors radoucie et m'a proposé d'essayer de les retrouver.

Nous n'en avons retrouvé qu'un.

En attendant, je lui ai bien fait comprendre que je m'occupe du déménagement de mes affaires, et qu'elle n'avait pas à y toucher. De même que je n'ai pas à toucher aux siennes.

Surtout qu'elle a travaillé contre elle, qui veut que je jette le plus de choses possibles : Parmi les bouquins qu'elle a prestement emballés se trouvaient une bonne vingtaine de livres "périmés" (des livres politiques des année 70/80/90) qui étaient destinés à la poubelle !

De toutes façons, je détiens l'arme absolue pour éviter qu'elle ne continue avec ce qui a été épargné : j'ai planqué la clé de mon bureau, lequel sera fermé à clé la prochaine fois que j'irai bosser !

 

Je vous embrasse

19:43 Publié dans moi, Ras-le bol | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : hystérie

03/08/2010

Suite de la catégorie "ras-le-bol"

Chère et tendre, bien sûr.

Voilà une dizaine de jours, elle m'avait "sommé" de me débarrasser d'une grande partie de mes cassettes vidéo. Il est vrai qu'à une certaine époque, j'avais été pris d'une frénésie que j'ai du mal à présent à expliquer.

Un film passait, je l'enregistrais, et je le gardais.

Et c'est ainsi qu'entre 1984 et 1997 (date à partir de laquelle je suis incapable de voir un film sans me transformer en fontaine ) j'entassai environ un bon millier de cassettes. La plupart vues qu'une seule fois !


Cela faisait bien sûr le bonheur de mes connaissances, collègues, voisins et aussi voisines. Du reste ces cassettes m'ont bien servi un moment ♥♥♥ !

J'ai calculé, en euros, j'ai dû dépenser environ le prix d'une petite voiture ! Car dans les années 80, les cassettes étaient hors de prix.

 

Bref, il était hors de question que j'emporte tout ça, et il me fallait faire un tri. Qu'au moins je m'en débarrasse d'un bon tiers, voire de la moitié. Ces cassettes - neuves pour la plupart - feraient le bonheur des maisons de retraite ou des hôpitaux.

 

Aussi, lors du grand tri, je fus généreux : j'en gardai environ 200 pour en donner 600.  Ne sachant pas où se trouvaient les 200 autres.

 

Quand ma chère et tendre revint, je lui demandai si les cassettes aveient été bien accueillies.

"Oh, je me suis pas cassée, j'ai tout balancé à la déchetterie" qu'elle me lance.

 

 

☺☺☺☺

 

 

Ce soir, en rentrant du boulot, j'ai la surprise de voir les 200 cassettes manquantes sur mon bureau.

"je t'ai trouvé ça à trier...

- pas ce soir, je voudrais me reposer un peu...

- si tu ne les tries pas, elles vont toutes à la poubelle."

 

Alors j'ai trié.


Ca a été vite fait.

Sur les 200 j'en ai gardé environ 150, ne jetant que les plus anciennes.

Alors que si elle m'avait laissé le faire demain, à tête reposée, la proportion aurait été la même que pour le premier tas : 3/4 de données (ou jeter) 1/4 de gardées soit 50.

 

Là, j'ai gardé 100 cassettes supplémentaires !


Un grand MERCI à l'hystérie de mon épouse :)

 

A bientôt.

 

18:18 Publié dans psy, Ras-le bol | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : hystérie