Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2011

Adieu Jean...

Fin de la (énième) panne d'internet qui m'a empêché, hier soir, de faire deux notes.

Voici donc la première.                                                                                                                   

Jean AMADOU.JPGBien que n'étant pas du tout de son bord politique, Amadou ne mâchait pas ses mots, ni dans un sens ni dans l'autre.

J'ai bien entendu lu tous ses livres. Dont le dernier a été mon cadeau de Noël offert par ma fille.
C'est d'ailleurs ce livre qui m'a inspiré la note "dans ma tour d'ivoire" http://cicatrice.hautetfort.com/archive/2011/08/25/dans-ma-tour-d-ivoire.html

Tout de suite, j'y ai lu un livre-testament.

Bien sûr, on pourra se dire "après coup c'est facile de fire ça". Et je suis d'accord.

Mais le 1er septembre, ce n'était pas de l'"après-coup". Voici ce que, sous le pseudonyme Davidsikod, j'avais écrit à propos du livre sur le site Price Minister :

amadou.jpg

En écrivant cela, et après avoir lu son ouvrage où personne n'était épargné, dans mon for intérieur je savais bien qu'il n'y en aurait pas d'autres. Jean a mis tout son coeur dans cet ouvrage, où il parle de tout, de sa naissance à Lons le Saunier (le moins que le maire puisse faire c'est de lui donner une rue, ou au moins le nom d'un cinéma - je n'ose espérer que ce soit le magnifique théâtre. Pontarlier l'a bien fait avec Bernard Blier )...   à sa jeunesse à Lyon, et sa "montée" à Paris. En ignorant que lui et moi on a dû se croiser plusieurs fois dans les années 50/60...

Il est comme moi : de partout. De Lons, sa ville natale, puis de Lyon, de Béziers (ses racines paternelles) et de Paris bien sûr puisque c'est là qu'il a vécu le plus longtemps.

Ce livre, c'est le film de sa vie en non pas une seconde mais en 217 pages.

Décidément, après Patrick Cauvin, c'est de Jean Amadou que j'ai désormais, et hélas, l'intégrale.

Je tremble pour Philippe Bouvard....

Je vous embrasse.

Commentaires

Bonsoir Cica.Je veux juste te demander si tu sais comment contacter "petite voix".Elle vient d'envoyer un com à mon ancien blog,et bien sûr je ne peux lui répondre,car tout est vérouillé.
Merci.

Écrit par : thierry | 24/10/2011

"petite voix"...

Mais encore ?

Mon mail : pomponbasque@hotmail.fr

Amitiés

Écrit par : Cica pour Thierry | 24/10/2011

J'aimais aussi beaucoup ce Jean-là... fidèle compagnon de mes matinées il y a... bien longtemps... L'aurait pu (même si !) faire partie des équipes de certains journaux dit de gauche.
Je garde de lui une liberté d'expression et de pensées et de dire que ne renieraient pas bien des critiques, des humoristes et des humanistes d'aujourd'hui.
Salut à lui, avec toi.

Écrit par : Psyblog | 24/10/2011

Tu vas sans doute rire, mais en 2008 j'ai - avec mon épouse - été candidat dans une liste aux municipales de Lons, ce qui me permettait - en costar -cravate (on n'est pas vu de la même façon....) de côtoyer des huiles, et notamment le maire. Il était question de construire de nouveaux immeubles dans la zone HLM, et je lui ai dit "pourquoi pas une rue Jean Amadou ?" Il m'a répondu "ce n'est pas d'actualité, on verra ça à son décès que j'espère le plus éloigné possible". J'eus beau lui parler du Stade Didier Deschamps qui existe à Bayonne depuis 1998, ça ne l'a pas convaincu.

Je pourrais écrire des pages et des pages sur Jean, qui, comme tu dis se cataloguait de droite et se trouvait être un profond humanisme. Il se disait de droite parce que sa hantise était la façon dont l'Etat se servait des impôts.

C'était un précurseur. Sans le "bébête-show", les "guignols" n'existeraient pas. Sans son talent chez les chansonniers, Coluche n'aurait jamais osé attaquer les politiques...

Grande disparition, vraiment.

Amitiés.

Écrit par : Cica pour Psyblog | 25/10/2011

J'appréciais cet homme aussi :) Mais ne tremble pas pour Philippe ! Ainsi va la vie... Des bises.

Écrit par : Sympho2 | 25/10/2011

Les commentaires sont fermés.