Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2010

Mon épouse devient raisonnable

Une note qui va faire plaisir à Evelyne, alias "alibibi" dans un autre monde.

Certes mon épouse continue de faire ses crises. Environ 1 par an.

Mais son comportement n'est pas le même depuis quelque temps.

- D'abord pendant son hospitalisation : elle accepte désormais de s'y faire soigner le temps qu'il faut.
Voici quelques années, dès qu'elle reprenait plus ou moins ses esprits c'était pour dire "bon, je m'en vais"...

Une exception cependant, le CHU Charles Nicolle de Rouen, où, 4 heures après son arrivée (il était une heure du matin), ON lui a dit "bon, VOUS vous en allez"... Si je commence à apprécier les franc-Comtois, mon idée est toujours la même depuis 1985 sur les Normands.

Bref, l'avant-dernière fois, elle a accepté de rester la semaine à l'hôpital de Lons le Saunier, alors que notre fille était là.

Idem cettte fois à Pontarlier. Lundi dernier, c'était même à moi de décider du jour de sa sortie !!
C'est vrai qu'elle avait fait un léger coma, mais c'est la première fois où je ne la vois pas faire ses caprices pour sortir...

Mais mieux encore.
C'est au sujet de la conduite.

Bien sûr, l'interne qui a signé le bon de conduite a martelé - comme ses collègues des autres hopitaux -  "CONDUITE STRICTEMENT INTERDITE".

Les autres fois, 48h après - voire moins - elle reprenait le volant.

Pas cette fois.

C'est vrai qu'elle a dû enfin réaliser que c'était une question même pas de minutes mais de secondes. On l'a trouvée dans sa voiture, prête à partir, et sans doute qu'elle a senti venir la crise, et a préféré attendre que ça se passe (comme 3 crises sur 4).

Mais si elle avait passé outre ? Si malgré tout, ne se sentant pas bien, elle avait décidé de mettre le contact, et de démarrer ? Cela aurait été la cata. Dieu sait où l'accident aurait eu lieu, et dans quelles circonstances.

On m'a conseillé de lui retirer les clés de sa voiture afin de parer à toute éventualité. Ceux qui m'ont conseillé ça ne la connaissent apparemment pas, car ça aurait été je crois une des raisons pour qu'elle reprenne le volant, ne supportant pas d'être, comme elle dit, "en cage".

J'ai fait mieux. me souvenant de mes deux mésaventures de lundi (batterie morte, bonjour pour trouver de l'aide), j'ai tout simplement allumé le plafonnier de sa voiture ! De telle sorte que la batterie se décharge à nouveau :))

Mais cela s'est révélé inutile. Depuis sa sortie de l'hôpital, elle ne manifeste aucune envie de reprendre le volant.

Mon épouse se responsabilise, et c'est tant mieux ! Cela va-t'il durer ?

Je vous embrasse.

18:57 Publié dans psy | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : hôpital, épilepsie

Commentaires

aaaaaaaah espoirs espoirs !!! non je n'y crois pas, mais te souhaite ce bonheur !!! cela m'est personnel mais on ne devient pas raisonnable !

Écrit par : Myriam | 22/08/2010

Il ne faut jamais désespérer de rien : il n'y a que la mort qui est immuable !
C'est une bonne idée le coup du plafonnier : ça n'a pas servi, tant mieux, mais au cas ou tu as ça sous le coude.

Bisous

Écrit par : fiamella | 22/08/2010

Voici 20 ans, j'ai eu un accrochage à cause de freins défectueux. J'ai tellement été traumatisé que je n'a pas pris la voiture de 3 mois ! J'imagine que ça peut être pareil pour mon épouse, d'autant qu'hier nos sommes allés au village et qu'on lui a raconté comment ils l'avaient sorti de là. Elle en était flageolante.
Et puis, comme dit Fiam, il lui faudra d'abord charger sa batterie avant de démarrer, et si je suis là, elle ira se faire voir !
Bises aux deux.

Écrit par : Pour Myriam et Fiam' | 23/08/2010

Peut-être s'est-elle fait vraiment peur pour la première fois ?
L'idée du plafonnier est bonne. Mais, je ne comprends pas que des soignants puissent dire prenez lui les clés !! Ils imaginent que les gens dont ils parlent sont des légumes ?
Bisous

Écrit par : LE CHEMIN DU BONHEUR | 24/08/2010

Je me mets un peu à leur place, ils doivent en voir tellement...! Rien à voir avec la "médecine de ville".
Les gens ne se rendent pas bien compte de ce qu'est un hôpital, je ne dis pas d'en visiter une trentaine - comme moi - mais il faut y passer au moins une fois pour voir leur travail, qui est vraiment très très méritoire.

Bisous

Écrit par : Cica pour Joelle | 24/08/2010

Écrire un commentaire