Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2012

Les trois villes où je me ressource

Quand je déprime, le simple fait de m'éloigner est déjà un début de remède. Fuir passagèrement de là où on est afin de prendre du recul, pour moi ça marche.

Mais dans les cas un peu plus "sévères", j'ai trois endroits où j'arrive parfaitement à me ressourcer.

D'abord deux maisons, enfin un appartement et une maison.

Seuls vestiges de ma jeunesse, je les ai arpentés à 23/24 ans. Et ils n'ont pas changé.
Du coup, en y pénétrant, je me revois dans cette période, et ça m'apaise.

La maison d'abord. Elle est située à Lorient (enfin, dans la banlieue), c'est celle où habitait (et re-habite depuis l'année dernière) mon cousin/frère Jean-Yves. C'est dans cette maison qu'un beau matin de 1974 il m'a réveillé en me disant "Pat, Pompidou est mort !" . Je vous JURE que c'est vrai !
Cette maison a vu passer ma première épouse, mes parents, a vu naître et grandir mes cousins, petits et grands. A vu mourir des personnes aussi, mon parrain, ma tante, le mari de mon cousin...
Jean-Yves avait 19 ans quand il m'a annoncé la mort de Pompidou, il en a à présent 57...
Et moi 23, je vais sur mes 62 ! Cette maison m'a vu célibataire, puis marié, puis divorcé, puis remarié, puis père de famille et certainement qu'elle me verra grand-père.

Rien n'y a bougé. Même pas l'abri météo que j'avais construit à l'époque. Il est toujours là... Et ma cousine germaine, qui va sur ses 82 ans aussi !
Idem pour le quartier, des alignées de maisons en granit et toits en ardoise avec petit jardin...


L'appartement, lui, se situe à Toulon, c'est celui de mon autre cousin (nous ne sommes que 3 cousins germains issus d'une fratrie de 5 enfants) et je l'ai connu (pas mon cousin, l'appartement) en 1975 quand ma tante l'habitait.
Depuis j'y suis retourné des dizaines et des dizaines de fois. Notamment en 1977/1978 quand ma première épouse et moi habitions dans l'Isère, nous ne pouvions faute d'argent nous payer de "vraies et longues" vacances alors une fois par mois environ, je la prenais le vendredi soir à la sortie de son usine et avec la vieille Simca 1100 poussive direction Grenoble, Sisteron, Manosque et enfin la côte d'Azur. En espérant que "la panne mensuelle" n'arrivât pas sur ce parcours.

L'hiver 77/78 fut très rude, et je me souviens parcourir la Sibérie pendant quelques 150 km, voir peu à peu la couche de neige diminuer puis disparaître, vers les 20h faire une pause-sandwiches à Sisteron qui était déjà la Provence, même si l'air était encore glacial.
Puis au fil des kilomètres la végétation changeait, nous voyions le premier palmier vers St Maximin, lesquels devenaient de plus en plus nombreux à mesure que nous approchions de la mer. La descente de la vallée du Gapeau était un enchantement et un dépaysement total, et c'est à fond de train que nous parcourions les derniers km d'autoroute pour enfin nous garer rue Emile Vincent. Il était en général 23h, parfois moins, parfois plus. Ma tante (72 ans) nous attendait.
Et là, en descendant... le printemps !! Une dizaine de degrés, qui tranchaient avec les -10 des "Terres Froides".

En 1984, mon père affolé m'appela : ma mère avait eu un infarctus et se trouvait entre la vie et la mort. J'étais dans les Hautes-Alpes, la neige bloquait les routes, il était 16h, je devais faire la nuit. Comment être à Montpellier le plus tôt possible ? Internet n'existait pas mais le minitel si. Alors je prévins le collègues et regardai les horaires de train, il y avait un départ à 17h05, arrivée Marseille 21h10. Après, plus rien, sauf vers Toulon et Nice. Coucher à Marseille? Pour qui connaît le quartier de la gare St Charles, vaut mieux éviter d'y chercher un hôtel après 20h !
C'est ma tante qui nous logera, dans ce même appartement.
Le lendemain matin de très bonnne heure nous prendrons un train pour Montpellier, où nous serons à 10h. Ma mère était tirée d'affaire...

Oui, cet appartement a vu mes peines et mes joies.

 

Enfin Paris.
Je n'ai plus d'appartement-"témoin" (de ma jeunesse), ma rue a été complètement bouleversée, un méchant digicode m'empêche désormais de prendre le couloir de mon enfance et de mon adolescence, puis de monter l'escalier qui couine, et d'arriver au 7ème étage, celui des "chambres de bonne".
La dernière fois, c'était il y a 22 ans !

D'accord... je l'ai même évoqué dans une note. Mais il existe certains endroits de Paris qui n'ont pas changé. Déjà le jardin du Luxembourg, si cher à Joe Dassin et Gérard Palaprat.


Il a raison l'ami Gérard ! il me suffit de m'asseoir près du bassin pour me replonger dans mes années-lycée. Ce "Luco" que je traversais 4 fois par jour pour aller au lycée...

Il y a aussi d'autres endroits qui n'ont pas changé. Même les moins imaginables. Et pourtant !
Par exemple... la gare RER de la Défense est restée telle quelle depuis son ouverture en 1969.  Quand j'y passe, là aussi un certain bien-être m'envahit... Si je monte à la surface tout est foutu bien sûr !

C'est aussi le Parc Montsouris, où gamin je restais des heures sur un pont enjambant ce qu'on appelle maintenant le RER, regardant s'arrêter les ombibus et filer les "directs". On a les Mistral qu'on peut ! Ou les bords du canal St Martin avec ses écluses et ses passereles où l'on s'attend à tout moment de voir surgir Gabin et Arletty...

 

Voilà...

A présent, je vous dis à mardi, je file tout à l'heure prendre le train.

Pour Toulon...

Je vous embrasse

10:12 Publié dans moi, psy | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires


Si tu penses au film Hôtel du nord, dans lequel Arletty lance le fameux "Atmosphère ! Atmosphère ! Est-ce que j'ai une gueule d'atmosphère ?", on n'y voit point Jean Gabin, on y voit Louis Jouvet.

Écrit par : Cristophe | 17/03/2012

Bon voyage!

Écrit par : CriCri | 19/03/2012

Exact, Louis Jouvet !!! J'avais décidément vraiment besoin de cette pause, décidée à la dernière minute!

Écrit par : Cica pour Cristophe | 22/03/2012

Ca m'a fait du bien de m'éloigner de mon PC :)))
Je t'embrasse.

Écrit par : Cica pour CriCri | 22/03/2012

Les commentaires sont fermés.