Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2012

le double visage de mon épouse

J'en ai peut-être parlé, mais ce côté "Dr Jekyll et Mr Hyde" que possède mon épouse me déroute complètement. 

Bref, mon épouse. Acariâtre, grincheuse, de temps en temps (une fois par mois environ) hystérique quand nous sommes à la maison, mais enjouée, espiègle, indulgente, petite fille, quand nous sommes en famille ou chez des amis.

Ou quand les amis viennent nous voir. Nous avons récemment reçu un couple d'amis, et j'ai été frappé de voir le changement de "Chère et Dure".

Je ne la reconnaissais plus ! Je voyais mes amis de temps en temps s'engueuler entre eux, comme le font environ 99.9 % des vieux couples, mais elle ne m'a jamais fait la moindre réflexion, y compris quand j'avais fait des conneries. Mes amis ne devaient pas en revenir...
Moi non plus !

Par exemple en voiture. Quand je suis seul avec mon épouse, je suis en leçon d'auto-école permanente. Conduire ma Seat Ibiza Diesel bas de gamme qui a déjà 8 ans, c'est pas terrible, mais avec elle, c'est encore pire : "Doucement" ou l'inverse "qu'est-ce que tu attends pour le doubler ? ". "Débraye, ça fume", quand elle estime que je devrais passer une vitesse, ne connaissant rien à la conduite diesel. Ou alors "50" !!! , quand je suis à 55 dans une agglomération, oubliant que dans l'agglomération Bayonne-Biarritz elle mettait 11 minutes chrono pour rallier sa supérette Biarrotte à notre domicile situé au-delà de Bayonne, non loin de la frontière landaise. 14 km quand même, entièrement en ville, avec moult rond-points, feux tricolores, passages piétons et autres traversées de ponts.

Là, rien. J'avais l'impression de rêver et du coup ma conduite était plus souple. J'en profitais un maximum...

Il n'y pas hélas que la conduite.

J'en ai écrit des notes sur ce qu'elle a fait d'inacceptable. Comme de jeter le chat à travers la fenêtre du premier étage, parce qu'il était malade. Comme jeter dehors une jeune femme pompier du village qui vebait proposer son calendrier, oubliant que dans le dit village elle devait être leur principale "cliente"....

Bref, telle Cendrillon aux douze coups de minuit, le départ du TGV de 8h55 qui ramenait mes amis vers leur Bretagne a aussitôt fait revenir la mégère...

Et vas-y que je re-critique tout le monde, notamment notre voisine qui nous avait pourtant offert 3 bons kilos de sanglier, qui nous ont fort bien régalés.

Sa bougeotte aigüe a repris. Alors que pendant 4 jours nous n'avons pas arrêté de rouler, hier Madame voulait qu'on aille... faire des courses !
Sachant que :
• Les courses c'est 36 km aller-retour minimum.
• Qu'aujourd'hui nous allions chez la psy, juste à côté de notre magasin habituel.
• Surtout que les routes étaient impraticables à cause de la neige et du vent, qui provoquaient des congères. En plus, moins 8 à 3 heures de l'après-midi, je prèfère rester chez moi !

Donc les courses on les a faites, et comme de bien entendu, les caissières en ont pris plein leur tronche. J'avais beau lui dire de la boucler, que ces pauvres femmes payées avec un lance-pierres n'étaient pour rien dans les pratiques très douteuses des "bons d'achat" qui étaient passés à l'as aux caisses (Géant et Leclerc sont des grands spécialistes...), que c'était la faute des chefs de rayon (qu'elle a été en 1985 !!!) elle continuait de plus belle, se payant même le luxe de me faire un sourire en coin entre deux engueulades.

A la fin je suis resté seul avec la caissière, prétextant que j'avais paumé mon ticket, et je me suis excusé pour elle. Qui a bien compris et qui m'a dit "bon courage mon pauvre Monsieur". Un peu comme le policier Mendois devant lequel, en 1996, elle avait déchiré le PV qu'elle avait amplement mérité. Je ne vous l'ai pas raconté celle-là ? Il faudra que je le fasse...

Et tout à l'heure, en rentrant, elle m'a balancé les sacs de courses dans la cuisine en me disant séchement "mets-moi ça à leur place"...

Ce que j'ai fait, puis je suis descendu direct dans ma cave-refuge, que je ne quitterai qu'à 19h56 pour aller voir les guignols et dîner !

Bien sûr, sa maladie...
Je le sais, j'en ai même fait une note (pas ici) quand elle n'est plus sous l'emprise de son mal (sous rivotril) elle redevient la douce femme que j'ai connu et épousée en 1983.

Certes, à cette époque elle avait quelques défauts Qui n'en a pas ? Comme celui d'être un peu manipulatrice. Elle n'était pas épileptique quand, en 1984, elle m'a sorti de l'hôpital d'Embrun alors que j'avais 40 de fièvre, atteint d'une mononucléose infectieuse dont je mettrai presque un an pour récupérer...

Donc je soupçonne qu'elle profite de sa maladie pour qu'on trouve des excuses à son comportement parfois odieux. Notamment un certain chantage, qui consiste à ce qu'on la "ménage" pour ne pas provoquer de crise. Et l'entourage tombe souvent dans le panneau !

Bon, va falloir que je lance encore des invitations pour pouvoir respirer un peu !

Je vous embrasse.

18:37 Publié dans détripage | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Ça me fait penser à une personne sourde qui parfois entend très bien.

Écrit par : Cristophe | 04/02/2012

Mon père était comme ça. Certes il était très malentendant, mais bizarrement dès qu'on parlait d'argent, il avait retrouvé l'ouïe !

Écrit par : cica pour Cristophe | 04/02/2012

Les commentaires sont fermés.